Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19Comptes rendus de congrès et coll...« Collections premières ». Aux dé...

Comptes rendus de congrès et colloques

« Collections premières ». Aux débuts des objets d’Afrique dans les musées occidentaux

14-16 juin 2023, Institut national d’Histoire de l’Art, Paris (France)
Sarah Lakhal
p. 135-137

Texte intégral

1Le colloque « Collections premières ». Aux débuts des objets d’Afrique dans les musées occidentaux qui s’est tenu à l’Institut national d’histoire de l’art (INHA) vient clore le programme Vestiges, indices, paradigmes : lieux et temps des objets d’Afrique (xive-xixe siècle) porté, depuis 2017, par Claire Bosc-Tiessé. Son comité d’organisation se compose de Claire Bosc-Tiessé, Pauline Monginot (INHA) et Coline Desportes (EHESS/INHA).

2Il a débuté par une introduction de Claire Bosc-Tiessé, qui a souligné l’importance de réfléchir à l’impact de la mise en collection sur l’histoire des objets africains. Elle a notamment évoqué la notion d’art premier, qui, bien qu’ayant connu un grand succès médiatique, a été rapidement délaissée par les universitaires. L’objectif du colloque était d’approfondir l’histoire des premières collections d’objets africains dans les musées français et occidentaux en général. Il s’agit de comprendre au plus près comment ces objets ont été retirés de leur milieu d’origine, en examinant les différents contextes dans lesquels ces collections ont vu le jour, de la fin du xviiie siècle jusqu’aux indépendances. Le véritable objectif sous-jacent de ce colloque était d’analyser de manière approfondie les relations complexes entre l’histoire et le musée, en mettant en lumière leurs enjeux sociaux et politiques. C’est là que réside l’originalité de cet événement, qui ne se limite pas à une approche historiographique. Claire Bosc-Tiessé pose la question de la responsabilité des musées, et l’on comprend l’intention des organisatrices d’analyser minutieusement comment les musées ont préservé ces objets tout en contribuant à effacer leur histoire, que ce soit par l’absence de documentation ou par une documentation axée initialement sur « l’ethnie » pour ensuite se focaliser sur « la tribu ».

3S’ensuit un panel, présidé par Pauline Monginot, sur la présence de collections africaines déjà aux xviiie et xixe siècles avec des conférences de chercheurs et professionnels de musées : la première de Paz Núñez-Regueiro et Frédérique Servan-Riviale (musée du quai Branly-Jacques Chirac [MQB]) portait sur les collections africaines exposées au château de Versailles en 1806. Elle fut suivie par une présentation d’Alexandre Girard-Muscagorry (Cité de la musique-Philarmonie de Paris-CRAL/EHESS) sur la figure de Victor Schœlcher. Benoît Martin (musée Calvet) a ensuite présenté la constitution des collections d’Afrique du musée Calvet. Enfin, Claire Bosc-Tiessé a clos cette problématique avec une présentation plus générale sur l’histoire des collections d’Afrique dans les musées en France au xixe siècle. On comprend alors très bien qu’il s’agit de collections modestes aux typologies spécifiques. Elles se révèlent très différentes des collections visibles à partir des années 1880 ce qui marque la rupture de la colonisation dès lors évidente. Les communications mettent en avant les difficultés méthodologiques à reconstituer l’histoire de ces objets.

4La séance suivante, « Les acquisitions d’objets entre sciences et conflits coloniaux », présidée par Julien Bondaz (université Lumière Lyon 2), se compose de quatre interventions : la première présentation porte sur les expéditions scientifiques dans « L’Ouest africain » de Brazza et sur les objets de l’Ogooue dans les collections publiques françaises acquises dans ce contexte. Marta Caradonna (Conseil national de la recherche, Rome) a, quant à elle, exposé une histoire des collections africaines en Italie entre 1875 en 1937. Elle est suivie par l’intervention de José Fenoll Cascales (université autonome de Madrid) à propos des objets d’art africain collectés par Osorio Zabala lors de ses voyages en Guinée équatoriale. Enfin, Narcisse Tchandeu (université de Yaoundé 1) détaille les collections du Cameroun dans les collections en France.

5La deuxième journée est consacrée à deux thématiques : « Collections de musées, corpus d’étude » et « Marché de l’art, collections privées et musées ». Le premier panel, présidé par Aurélien Pierre (musée de Rodez Agglomération), comprend trois interventions. Ariane Théveniaud (université de Saint-Quentin-en-Yvelines) aborde les cas d’acquisition de luths africains au musée instrumental du Conservatoire national de Musique et au musée d’Ethnographie du Trocadéro/musée de l’Homme de 1872 à 1958. Anne-Lise Goujon (Centre français des études éthiopiennes, Addis Abeba) met en évidence dans sa communication une étude des collections de céramiques ethnographiques éthiopiennes conservées au MQB. Enfin, Larissa Ninon Zang Metogo (musée national des Arts, Rites et Traditions du Gabon) présente un inventaire des objets gabonais dans les collections des musées en France.

6Le second panel « Marché de l’art, collections privées et musées » présidé par Coline Desportes se compose de quatre présentations. Felicity Bodestein (Sorbonne Université) présente ainsi les collections nigérianes dans les musées français. Puis Sílvio Marcus de Souza Correa (Universidade Federal de Santa Catarina) aborde l’histoire de la création de la collection Africana du museu Afro Brasil. Nathalie Bertrand (université Aix-Marseille) a poursuivi le déroulement du panel avec une présentation de la collection Walter Bondy (1880-1940). Enfin, Émilie Salaberry-Duhoux (Musée d’Angoulême) présente pour la première fois les dernières avancées au sujet d’un cahier d’inventaire du docteur L’homme, grand donateur du MAAM.

7La journée s’est clôturée par une table ronde sur la thématique du « Marché de l’art et développement des collections de musée aujourd’hui ». Animée par Julien Bondaz et Fatima Fall (CRDS/université Gaston Berger, Saint-Louis), cette table-ronde a pu être l’occasion d’un dialogue entre Felicity Bodenstein, Aurélien Pierre (musées de Rodez), Anne-Solène Rolland (MQB, Paris) et Émilie Salaberry-Duhoux (MAAM, Angoulême). Il est à déplorer que Felicity Bodenstein ait été la seule participante n’appartenant pas au monde des musées, ce qui pouvait sembler quelque peu déséquilibré. Sont abordés des sujets tels que le récent changement de définition du musée (mars 2022), l’abandon du terme « acquisition » pour celui de « collecte », la notion de don ainsi que des réflexions sur « pourquoi continue-t-on d’acquérir ? ».

8La troisième et dernière journée du colloque fut consacrée à deux thématiques : la question des « Musées coloniaux et des musées en période coloniale » et « La collection vue depuis l’objet ». Le premier panel était présidé dans un premier temps par Marie-Yvonne Curtis (Centre de recherche en infectiologie de Guinée, Conakry), puis par Elikya Kandot (musée de Boulogne-sur-Mer). Ce panel a permis d’écouter Sylviane Bonvin Pochstein, Magali Dufau et Julia Vila (muséum de Toulouse/université de Toulouse) sur les enjeux et les perspectives autour des biens culturels africains conservés au muséum d’histoire naturelle de Toulouse. Ensuite, Gaëlle Weiss (université de Strasbourg) a pris la parole pour discuter de la constitution de la collection Lebaudy-Griaule.

9Gaëlle Beaujean, du musée du quai Branly-Jacques Chirac, a eu l’honneur d’introduire la dernière séance du colloque. Susan Gagliardi, de l’Emory University à Atlanta, a pris la parole ensuite pour présenter une étude portant sur les objets de pouvoir ouest-africains présents au sein des collections nationales françaises. Enfin, Marie-Yvonne Curtis a clôturé ce panel en présentant une communication intitulée « Les tribulations françaises d’une statuette baga : l’évolution du goût pour l’exotisme ».

10La journée a conclu ses travaux par une table ronde « Entre la recherche sur les collections historiques et l’étude des sociétés africaines : comment aborder l’histoire des artefacts au sein des musées aujourd’hui ? » animée par Alexandra Galitzine-Loumpet (CESSM–ANR Retours) et Aurélien Gaborit (MQB). Y ont pris la parole : Sylviane Bonvin Pochstein, Susan Gagliardi, Jean-Paul Koudougou (ministère de la Culture, des Arts et du Tourisme du Burkina Faso), Georges Magnier (musées de Reims) et Narcisse Tchandeu, notamment pour aborder la gestion contemporaine des musées, les perspectives d’avenir pour ces institutions, ainsi que sur les rôles des acteurs de la recherche, des musées et de l’ICOM. Les échanges ont également exploré les possibles modes de présentation de l’histoire des objets, et de manière plus large, l’histoire des sociétés qui les ont créés.

11Finalement, la récente expansion du domaine d’étude, que ce colloque s’est efforcé de présenter, se caractérise par l’émergence de nombreux projets relativement contemporains. Il est manifeste que ces initiatives soulèvent d’importantes problématiques documentaires, lesquelles sont étroitement liées aux enjeux contemporains auxquels sont confrontées ces collections. Il convient de noter que cette rencontre constitue véritablement la première manifestation d’une telle envergure en France, portant spécifiquement sur ce sujet, et rassemblant un nombre significatif d’invités venus d’Afrique, qui ont également apporté leur perspective sur les collections de leurs pays en France.

12L’ensemble du colloque a fait l’objet d’une captation vidéo disponible sur la chaîne Youtube de l’INHA.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sarah Lakhal, « « Collections premières ». Aux débuts des objets d’Afrique dans les musées occidentaux »Afrique : Archéologie & Arts, 19 | 2023, 135-137.

Référence électronique

Sarah Lakhal, « « Collections premières ». Aux débuts des objets d’Afrique dans les musées occidentaux »Afrique : Archéologie & Arts [En ligne], 19 | 2023, mis en ligne le 30 novembre 2023, consulté le 24 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/aaa/5178 ; DOI : https://doi.org/10.4000/aaa.5178

Haut de page

Auteur

Sarah Lakhal

sarah.lakhal@etu.sorbonne-universite.fr – UMR 8167 Orient & Méditerranée Sorbonne Université, Bureau des arts de l’Islam, 3 rue Michelet, 75006 Paris (France)

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search