Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Biglari, Amir et Geneviève Salvan (éds). 2016. Figures en discours (Louvain-la-Neuve : Academia/L’Harmattan, collection « Au cœur des texte »)

Paola Paissa
Référence(s) :

Biglari, Amir et Geneviève Salvan (éds). 2016. Figures en discours (Louvain-la-Neuve : Academia/L’Harmattan, collection « Au cœur des texte »), ISBN 978-2-8061-0267-6, 334 p.

Texte intégral

Si les auteurs qui se sont occupés des figures ont eu tendance à ne percevoir que leur côté stylistique, cela tient donc, pensons-nous, à ce que, à partir du moment où une figure est détachée du contexte, mise dans un herbier, elle est presque nécessairement perçue sous son aspect le moins argumentatif; pour saisir son aspect argumentatif, il faut concevoir le passage de l’habituel à l’inhabituel et le retour à un habituel d’un autre ordre, celui produit par l’argument au moment où il s’achève. En outre, et c’est peut-être là le point le plus important, il faut se rendre compte de ce que l’expression normale est relative non seulement à un milieu, à un auditoire, mais à un moment déterminé d’un discours (Perelman & Olbrechts-Tyteca, 2008 : 231).

  • 1 Cf. Calas, Fromilhague, Garagnon et Susini (éds). 2012 ; Salvan (éd.). 2013 ; Gaudin-Bordes et Salv (...)

1Alors que la stricte dépendance des figures à l’égard de leur contexte discursif était, comme le prouve la citation ci-dessus, une condition du fonctionnement figural qui paraissait déjà fort évidente aux auteurs du Traité de l’argumentation, au milieu du 20e siècle, il a fallu attendre une époque récente pour que la dimension discursive des figures soit réellement scrutée. Comme Amir Biglari et Geneviève Salvan le soulignent dès les toutes premières lignes de leur Introduction (p. 5- 15), cette attitude relève d’un « renouveau des études linguistiques sur les figures, appréhendées en discours et dans leurs contextualisations particulières » (5). Ce « renouveau », qui a été rendu possible par un changement profond de la conception épistémologique du phénomène figural, a déjà donné lieu à une riche moisson de recherches1.

2Au moins trois acquis différents ont favorisé ce tournant : en premier lieu, la prise en compte de l’argumentativité intrinsèque de tout discours, ainsi que l’intégration de la théorie de l’argumentation à l’analyse du discours (Amossy, 2012), autant de gestes théoriques ayant contribué à renouveler la réflexion sur la rhétorique (cf. Amossy et Koren 2009); en deuxième lieu, l’approche pragma-discursive des figures, inaugurée par l’ouvrage de Bonhomme (2014), qui a engendré une vaste production de recherches, consacrées à des figures spécifiques et saisies dans l’articulation avec leur environnement discursif ; en troisième lieu, la rencontre extrêmement féconde de la notion de « figure discursive » avec celle de « dialogisme » et de « point de vue », que l’on doit notamment à Rabatel (2008), ayant mené, entre autres, à la conception fort profitable d’« hyperpertinence figurale » (Gaudin Bordes & Salvan 2008 ; 2013).

3Divisé en trois parties, le volume présente des contributions variées, issues de différentes perspectives (sémantique, pragmatique, analyse du discours, linguistique de l’énonciation, linguistique historique, sémiotique, etc.). S’interrogeant toutes sur la dialectique figure/discours, certains de ces articles demeurent dans le sillage de la tradition rhétorique, prenant en considération des configurations déjà classées dans les répertoires classiques ; d’autres, en revanche, apparaissent plus novatrices, puisqu’elles explorent les frontières du phénomène figural, proposant même l’accès au rang de « figure » de phénomènes linguistiques et discursifs qui n’étaient pas jusqu’ici rangés sous cette étiquette.

4C’est notamment la première partie de l’ouvrage (« Les conditions discursives de la figuralité ») qui permet d’apprécier la fructueuse confrontation entre tradition et innovation que le renouveau des études de rhétorique figurale a engendrée. En effet, si la figure est le produit d’une « saillance », qui se manifeste par « un épaississement de la substance langagière dans certaines séquences discursives » (Bonhomme 2005 : 39), pourquoi ne pas attribuer le statut de figure à certaines formes issues de la modalisation, ou à des expressions relevant de l’« opacité », qui, dans le discours narratif, fonctionnent comme des « embrayeurs de point de vue » (50)? C’est ce que proposent, respectivement, Robert Vion, dans son article Modalisation et figures d’énonciation et Denis Apothéloz (Figures du mouvement fictif et opacité dans les textes narratifs). Si l’avantage épistémologique de promouvoir ces phénomènes au rang de « figures » n’est pas clairement explicité par les auteurs, la posture méthodologique adoptée à cette fin contribue certainement à éclairer d’un jour nouveau des tournures qui ne se laissent pas ramener à une analyse uniquement linguistique. La notion de « figure d’énonciation » (définie par Bonhomme, 2005) s’avère centrale dans les deux travaux.

5En effet, la prise en compte de critères figuraux permet à Robert Vion de dégager, à la fois, les aspects discursifs du fonctionnement de la modalisation (confrontation entre « extérieur syntaxique » et « extérieur discursif », ancrage dialogique du « commentaire » modalisateur) et ses caractéristiques plus proprement énonciatives (conditions de l’« opacification » du dire et de la dualité énonciative ; conséquences du dispositif modalisant sur l’interprétation). Sont donc pris en considération les cas de « rupture syntaxique » que provoque, par exemple, l’adverbe certainement, dans un énoncé comme « il partira certainement comme il le fait toujours » pour souligner la nécessité d’envisager le modalisateur en tant que phénomène relevant d’une problématique énonciative, plutôt que syntaxique. Quelle que soit la nature des modalisateurs (adverbes de phrase tels que justement, décidément, finalement, etc. ou incises telles que à ce que je crois, à mon avis, etc.), le recours à la modalisation marque la présence du locuteur qui, en même temps, formule un commentaire à son propre dire et prend en compte les discours antérieurs. Se limitant, dans cette étude, à observer le fonctionnement des adverbes de phrase, Vion traite ceux-ci comme des « figures d’énonciation », obligeant l’interprétant « à des reconstitutions fictives et à imaginer des raisonnements » (68). En particulier, suivant son optique, des modalisateurs du type de quand même, effectivement, fonctionnent comme des « points charnières » dans le développement du discours, agissant sur la « construction langagière de la réalité » (70), c’est-à-dire sur les opérations d’ajustement dans la médiation discours/réalité que l’énonciateur modalisant propose constamment au destinataire.

  • 2 Les deux exemples sont tirés, respectivement, d’Adalbert Stifter (47) et de Gustave Flaubert (49).

6Il est aussi question de positionnement biaisé de l’énonciateur, de « médiation » et d’interprétation dans l’article de Denis Apothéloz, qui se concentre sur les « figures du mouvement fictif » dans la narration (ex. des maisons défilaient; des montagnes s’éloignaient, etc.). Après avoir classé ces formes suivant le critère de la présence ou de l’absence de changement d’état, Apothéloz se concentre sur la notion d’« opacité », recouvrant partiellement la « focalisation interne » de Genette: puisée chez Quine et appliquée, à l’origine, au problème de la référence, l’opacité serait, d’après Apothéloz, un effet typique du discours narratif, qui se vérifie lorsque la perception, devenant elle-même un « événement narratif », est attribuée à un autre que l’énonciateur, c’est-à-dire à un « médiateur », qui peut coïncider avec un personnage, un témoin, etc. Produisant une « éclipse momentanée de l’énonciateur » (51), les expressions opaques donnent à voir le point de vue du « médiateur », ce qui entraîne des conséquences sur le plan de la cohésion textuelle (dans le mécanisme des reprises anaphoriques, p. ex.), autant que sur le plan de l’interprétation, où ces tournures acquièrent la fonction d’augmenter l’empathie. Quant à l’attribution d’un statut figural aux expressions découlant de l’opacité, un aspect resterait à approfondir auquel Apothéloz ne consacre qu’une allusion rapide : la possibilité d’appliquer le même statut à des faits de discours autres que le mouvement fictif. En effet, des expressions relevant, par exemple, d’états de la perception (dont à l’exemple : « il voyait […] une blancheur dans le sentier ») ou du repérage énonciatif (« il annonça qu’il irait lui-même prendre des informations à la Préfecture, et les apporterait dimanche prochain »)2 relèvent certainement du phénomène de l’opacité et de la mise en place d’un médiateur, au même titre que le mouvement fictif. Cependant, ce genre d’effets nécessiterait d’être pris en compte dans son articulation à d’autres phénomènes de déformation de la perspective propres au genre narratif, impliquant des paliers d’analyse différents, ou plus spécifiques : sur le plan sémantico-rhétorique, il faudrait notamment considérer la métonymie d’abstraction, produisant souvent, dans la narration, une référenciation cumulative (telle que « la blancheur »: cf. Michele Prandi, ci-dessous); sur le plan énonciatif, il conviendrait de vérifier si le recours au discours indirect (présent dans l’exemple flaubertien cité), provoquant diverses formes d’altération du dispositif déictique représente bien – ou ne représente pas – une condition nécessaire à la mise en place de la figure de l’opacité, lorsqu’on a affaire à l’opacité du repérage énonciatif.

7La notion de « figure de l’énonciation » est également au cœur de la contribution du groupe LTTR13 (S. Badir, S. Polis et F. Provenzano). Dans Figures de l’énonciation: les gestes discursifs du savoir, les auteurs proposent de remonter de la notion de figure, entendue comme « saillance de l’énoncé » et relevant du « figuratif », à celle de « geste discursif », entendu comme « saillance de l’énonciation » et issu du « figural ». Proche du concept grec de schêmata et découlant des plans de l’inventio et de la dispositio, plus que de l’elocutio, le « geste discursif » est ce qui « donne forme à la pensée » (94-95). Si cette notion (dont LTTR13 a soin de dessiner l’« archéologie terminologique », à partir de l’emploi qui en est fait au sein des sciences du langage, dès les années 90) implique le logos, elle ne s’y réduit cependant pas, puisque les gestes discursifs participent également de la construction de l’ethos discursif et du pathos interlocutif. C’est ce que LTTR13 s’efforce de montrer à travers trois discours scientifiques concernant la linguistique (et précisément l’observation de l’accent linguistique). La reconnaissance des différents gestes discursifs et de leur articulation à l’ethos dans ce corpus est convaincante et représente une remarquable contribution aux études, de plus en plus nombreuses, se situant à la croisée de l’AD et de l’épistémologie. Toutefois, on aurait souhaité au moins avoir quelques indications sur les résultats d’un possible parcours inverse de l’analyse (soit du retour du « geste » à la « figure »), d’autant plus que les auteurs évoquent brièvement la question de la relation existant entre « geste discursif » et « figures de pensée » (94), catégorie dont la définition demeure encore problématique.

  • 3 C’est le cas, par exemple, de la figure de la prosopopée dans l’œuvre poétique de Primo Levi, comme (...)

8Autant que les distinctions entre inventio, dispositio et elocutio qui sont mobilisées dans cet article, d’autres contributions de la première partie s’appuient sur l’outillage classique de la rhétorique traditionnelle. Tout en enrichissant et renouvelant ces outils, ces travaux témoignent de la continuité avec la tradition, qui représente une richesse et une ressource inépuisable des études de rhétorique. C’est le cas de l’article de Dominique Maingueneau (Apostrophe et scène rhétorique), placé en ouverture du recueil, qui se penche sur une figure typique du style sublime et de la magniloquence : l’apostrophe. Ne se contentant pas des définitions classiques et voulant éviter le risque de confondre la figure rhétorique et les réalisations ordinaires ou « banales », Maingueneau restreint la dénomination d’apostrophe aux cas où toute interaction entre locuteur interpellant et êtres interpellés demeure impossible (interaction avec des divinités, des allégories, etc.). Il propose ainsi une sorte d’avatar du concept de « scène d’énonciation » – qui s’est déjà avéré fort productif en AD – c’est-à-dire la notion de « scène rhétorique », lui permettant d’expliquer un certain nombre de spécificités génériques et surtout énonciatives de la mise en place de l’apostrophe. Pouvant revêtir tant une fonction « vocative » que « invocative », cette figure sollicite toujours l’interaction entre un « surlocuteur » et un « surdestinateur ». Les exemples sont tirés de poèmes ou de pièces de théâtre, mais également de discours politiques proférés dans des situations d’« énonciation extraordinaire » (allocutions de Malraux ou de Barack Obama). La notion de scène rhétorique, que M. met ici en rapport avec le phénomène des « aphorisations » et des « segments détachés », qui l’intéresse depuis longtemps, s’avère avantageuse car elle pourrait, à notre sens, s’appliquer à d’autres figures, comme la sermocinatio et la « prosopopée », qui fait communiquer les morts et les vivants, les témoins porteurs d’une mémoire et leurs héritiers3.

9Les deux derniers articles de cette partie se situent eux aussi dans le sillage de la tradition: Jacques-Philippe Saint Gérand (Involution, Evolution, Révolution: des rapports ambigus de la rhétorique et de la grammaire au XIXe siècle) se concentre sur la vaste compilation de Napoléon Landais, au titre quelque peu prétentieux de Grammaire générale des Grammaires Françaises (1834), pour reconnaître, dans la description d’un certain nombre de faits discursifs, le rôle dévolu aux figures et la conception somme toute esthétique de celles-ci. L’intérêt d’interroger sur ce point l’ouvrage de Landais consiste à observer un moment de passage crucial – la première moitié du 19e siècle – dans la conception des rapports langue/discours, grammaire/rhétorique et rhétorique/littérature, au lendemain de la poussée normative et pédagogique des 17e et 18e siècles et à la veille de la naissance de la stylistique avec Bally. A l’époque de Landais, la rhétorique s’est vue déléguer le pouvoir d’expliquer tout ce qui appartenait au discours et qui transgressait les lois de la grammaire, sans toutefois que la rhétorique échappe à une optique finalement normative qui, entre autres choses, causera son évincement de l’enseignement à la fin du 19e siècle.

  • 4 Sur ces effets, cf. Paissa 2003, Prandi-Orlandi 2011.

10Michele Prandi, quant à lui, revient sur la vexata quaestio de la distinction entre deux figures (Métonymie et synecdoque: une frontière à retracer), qui s’est affaiblie depuis le tournant cognitiviste, pour constater que la tradition avait tracé un « chemin raisonnable » entre deux options possibles face aux différentes combinaisons de « la connexion entre concepts saturés », constituant la « nebula métonymique » : la solution d’envisager, comme le font les cognitivistes, l’existence d’une seule figure – la métonymie – s’opposant en bloc à la figure de l’interaction qu’est la métaphore, ou bien de donner un nom à chaque relation de connexion, s’adonnant ainsi à un véritable « délire classificatoire » (80). L’intention de justifier le choix traditionnel de se restreindre au clivage métonymie vs synecdoque amène Prandi à revenir sur la question de la distribution hiérarchique des tropes, sur la nature des concepts et des conflits engagés par les diverses configurations tropiques, suivant le jeu des distinctions très fines qu’il met en place (le couple « teneur » et « sujet subsidiaire », doublant celui, plus usuel, de « cadre » et « foyer »; l’opposition « référents » vs « procès », « procès simple » vs « procès complexe », dans le jeu de la connexion caractérisant la métonymie, etc.). A l’épreuve des discours, cet outillage théorique s’avère utile pour discerner la métonymie de la synecdoque, mais aussi pour reconnaître l’existence d’une zone grise, observable surtout dans la prose littéraire, où se produisent certains effets de déformation de perspective, notamment en présence d’abstractions nominales4.

11La deuxième partie du volume (« La promotion discursive des figures ») prend en compte la dialectique entre figure et contexte discursif principalement dans deux articles: celui de Michel Ballabriga, Etude sémantico-rhétorique de « Pasteurs et troupeaux » (V. Hugo, Les Contemplations): esthétique et pragmatique et celui d’Anna Jaubert, Les figures comme formes stylisantes: réflexivité énonciative et requalification du discours »). L’article de Ballabriga représente une des démonstrations les plus abouties de la thèse principale du recueil: à savoir, l’intérêt scientifique de saisir, en même temps, la figure dans son contexte (figure contextualisée) et dans son attitude à engendrer un contexte (figure contextualisante). Suivant une démarche exemplaire, B. illustre les nombreux échos figuraux, textuels et intertextuels, qui restituent l’épaisseur sémantique de la célèbre métaphore du « pâtre promontoire au chapeau de nuées », sur laquelle se clôt le poème hugolien « Pasteurs et troupeaux ». Au niveau intertextuel, B. convoque l’ensemble des poèmes des Contemplations et notamment « Magnitudo parvi »; au niveau textuel, il illustre efficacement le réseau formé par les multiples métaphores proportionnelles (fourmi: mare / narrateur: océan; promontoire: vague / pâtre: moutons), les relations synecdochiques (laine – moutons; écume – vague), et les inversions chiasmatiques et hypallagiques (doux être – chevrière – laine; pâtre promontoire – écume – vague), qui permettent in fine à Hugo de proposer la métaphore du pâtre-poète-Dieu, gardien du secret de l’univers, une figure qui a une évidente valeur matricielle dans le co-texte du poème analysé, ainsi que dans le contexte plus large du recueil auquel ce poème appartient. L’article d’A. Jaubert propose également une vision dynamique du rapport figure/discours, parce qu’il se concentre sur la notion de « stylisation », qui se rattache à la conception de « diagonale du style » que l’auteure a théorisée ailleurs. Prenant à son compte la notion de saillance de Bonhomme, qu’elle infléchit dans une perspective énonciative, J. conçoit la figure comme l’« avatar d’une énonciation qui problématise le rapport des mots aux choses » (219). Issu d’un phénomène dialogique et d’une « énonciation clivée », qui fait entendre systématiquement une source « autre » du dire, le dispositif figural s’articule, dans l’optique de Jaubert, aux genres et aux registres, où il assume le rôle d’un « régulateur stylistique » (223). La figure agit donc comme un acteur de « stylisation », car elle peut « être ressaisie dans un genre » qu’elle contribue, en même temps, à requalifier (226). Ces réseaux dynamiques figure – style – genre sont efficacement illustrés dans les études de cas que l’auteure propose, c’est-à-dire les figures de l’analogie dans le Dictionnaire philosophique de Voltaire et celles de l’implicite dans le Jeu de l’amour et du hasard de Marivaux.

  • 5 L’ouvrage pionnier dans ce domaine a été consacré à l’euphémisme (Krieg-Planque 2004). Pour la suit (...)

12Les autres contributions de cette partie s’intéressent au rapport figure/discours dans une optique différente. Baklouti et Brès, dans Ce qu’ironiser veut dire. De l’usage métadiscursif des termes ironie, ironiser, ironique(ment), utilisent le discours dans une finalité de définition de la figure. Face à la prolifération des tentatives définitoires de la figure de l’ironie, les auteurs choisissent une perspective métadiscursive, interrogeant l’emploi explicite des mots « ironie », « ironiser », « ironiquement » dans un corpus hétérogène (discours de presse et didascalies théâtrales). Si l’analyse parvient à confirmer la fonction fondamentale des actes de parole « attaque » et « moquerie » dans la réalisation de l’ironie, les conclusions auxquelles l’ensemble de l’article aboutit suscitent quelques perplexités. En effet, l’explicitation de la modalité d’énonciation de la part de l’énonciateur implique un décalage, une opacification du dire, qui modifie le statut des observables et qui relativise les résultats de l’observation (voir, p. ex., les données quantitatives concernant l’antiphrase, 148). L’étude aurait gagné à tenir davantage compte du fait que la perspective adoptée fait basculer du plan du dire à celui du commenter et qu’il aurait fallu, par conséquent, fouiller non pas uniquement la nature des figures signalées par les marqueurs métadiscursifs mais aussi le phénomène du marquage en tant que tel, celui-ci constituant un indice de l’activité métalinguistique du locuteur ordinaire (par ailleurs, des études existent déjà ayant adopté cette optique dans l’approche des figures « dites », c’est-à-dire signalées en tant que telles par l’énonciateur5).

13Les deux autres contributions de cette partie utilisent le discours pour y observer le fonctionnement des figures. L’approche est donc ici moins innovante, bien que les articles présentent un intérêt non négligeable: Marta Sobieszewska (La répétition dans le discours juridique: instrument du contrôle des risques d’ambiguïté référentielle) analyse quelques formes de répétition et notamment « l’anaphore fidèle » pour montrer sa contribution à la clarté, considérée en tant que contrainte générique du texte juridique. Pascaline Lefort (Deux figures en discours: l’ellipse et l’ironie, ou comment dire la douleur des camps) prend en considération un corpus hétérogène, représenté par des formes diverses de témoignage de l’expérience concentrationnaire. Les figures de l’ellipse et de l’ironie sont saisies dans leur objectif commun de marquer la « distanciation » de l’énonciateur par rapport à son dire: l’ellipse se rattache donc au phénomène de l’indicible et du silence (qui avait été déjà très bien décrit par Rosenman, en 1998) et, au point de vue plus strictement rhétorique, aux figures de la réticence et de l’aposiopèse; l’ironie, par contre, est mise en rapport avec la volonté de la victime d’inverser – ne serait-ce que sur le plan verbal – le rapport hiérarchique de l’interaction, redevenant ainsi une personne et donc un « sujet » (y compris dans le rejet de la pitié, une attitude qui, en revanche, relègue le récipiendaire à la condition d’« objet »).

14La troisième partie, « La fonctionnalité des figures », regroupe cinq articles qui adoptent une attitude fonctionnaliste sur la question du rapport figures/discours. La première contribution est de Marc Bonhomme (Stéréotypie et argumentation dans les proverbes métaphoriques). Ce travail s’insère dans le sillage des nombreuses études qui ont déjà porté sur l’emploi des métaphores dans les proverbes, pour constater que c’est principalement la « métaphore conceptuelle », issue du cognitivisme américain et européen, qui s’avère pertinente pour expliquer le trait le plus marquant de la métaphore proverbiale. Celui-ci consiste, en effet, en la stéréotypie constitutive des métaphores proverbiales, un facteur qui est également responsable de leur pouvoir argumentatif. Après avoir décrit un certain nombre de matrices métaphoriques agissant dans les proverbes (vie/voyage ; homme/animal, etc.), B. montre aussi que les proverbes métaphoriques, davantage que les non-métaphoriques, entraînent une axiologie et une orientation positive ou négative, se basant sur l’une des principales formes d’argumentation, à savoir l’argumentation par séduction. Cet effet est rendu d’autant plus efficace par le pouvoir d’« imagerie » et l’illusion de l’« être-là perceptif » qui sont sollicités. L’article d’Amir Biglari (Les effets pragmatiques des figures : le cas des Contemplations de Victor Hugo) souligne également l’importance de la perception, qui devient dans son optique un trait constitutif des figures en discours. Adoptant la conception sémiotique de Courtès du « figuratif », B. montre que le but principal des figures serait de « faire croire » et de « faire éprouver » (291), c’est-à-dire de proposer, voire d’imposer la nouvelle expérience du monde du sujet percevant. C’est par le biais de la « figurativité », entendue de cette manière, que les figures déploieraient leur faculté de persuasion. Trois fonctions essentielles sont ainsi reconnues aux figures (fonction perceptive, passionnelle et argumentative), un triptyque qui, dans la description de B., basée sur des exemples hugoliens de figures diverses (métaphores, comparaisons, antithèses, oxymores, interrogations rhétoriques) est constamment mis en rapport avec le « phénomène d’illusion sensible » et l’effet conséquent d’inclusion du lecteur dans « l’univers de discours » du poète (310). Une autre contribution qui rend compte de manière efficace de la fonctionnalité discursive des figures est celle de Laurence Rosier, L’insulte comme figure de style méprisante: l’exemple de l’antonomase « Nom propre + en jupon(s). Encadrant son étude à la fois dans le phénomène de l’insulte et dans celui de l’antonomase du nom propre – deux sujets d’intérêt relativement récent, mais jouissant d’une bibliographie richissime –, Rosier parvient à montrer que des expressions du type « un Richelieu en jupon (s) », sobriquet assigné à Marie-France Garaud, ou « un Machiavel en jupon(s) » (Ségolène Royal) relèvent d’un phénomène de déficience lexicale (pénurie de personnages féminins exemplaires) tout en véhiculant, en même temps, une valeur dévalorisante et sexiste.

15Les deux dernières contributions du recueil sont moins directement ciblées sur la question de la dialectique figure/discours: l’article de Claudine Moïse (Construction de discours sur la sécurité: effets de dramatisation des figures en discours) donne un intéressant exemple d’analyse d’interactions discursives diverses dans un milieu professionnel (réunions des Groupes territoriaux au sein de l’Observatoire Local de la Tranquillité Publique institué à Montpellier). Cependant, le recours aux figures demeure somme toute marginal et accessoire dans cette analyse, par rapport à d’autres stratégies discursives (mise en récit, dramatisation, etc.) qui sont davantage focalisées. De plus, l’étayage théorique est parfois insuffisant (par exemple, la notion de « discours dominant », appliquée au responsable des réunions du groupe, mériterait d’être mieux définie, n’étant par ailleurs accompagnée d’aucune indication à propos de sa posture énonciative). Enfin, l’article de Dan Dobre, Métaphorisation iconique publicitaire: mécanique générative transformationnelle, a le mérite d’être le seul article portant sur la rhétorique visuelle et notamment sur la publicité, mais l’approche issue du modèle de la grammaire générative-transformationnelle et l’absence de toute considération d’ordre sémiotique donnent des résultats qui, dans l’ensemble, ne paraissent guère convaincants.

16Comme cela se produit généralement dans les ouvrages collectifs, les études réunies ne suscitent pas toutes le même intérêt. La thèse fondamentale du recueil étant séduisante, j’ai essayé ici de rendre compte principalement des travaux qui contribuent à la corroborer, ainsi que des études qui proposent des notions nouvelles et réutilisables à des fins différentes, telles que la scène rhétorique (Maingueneau), l’opacité (Apothéloz), le geste discursif (groupe LTTR13), la stylisation (Jaubert), etc. Par ailleurs, maints concepts généraux et préexistants ont été réinterrogés tout au long du recueil, sous la pression du « renouveau » que celui-ci propose, auquel j’ai fait allusion au début: il s’agit, p. ex., de la notion de modalisation et de celle de cohérence textuelle et contextuelle ou de l’observation des figures d’énonciation et, plus largement, de l’angle de réfraction qui s’établit entre rhétorique et énonciation. En revanche, l’exigence reste, à mon avis, de creuser davantage le concept de saillance. Elément essentiel de la définition de la figure, la saillance est plusieurs fois évoquée dans divers articles, alors que la signification de ce phénomène n’apparait ni univoque ni certaine, s’agissant pour les uns d’une variable d’ordre sémantique et pour d’autres d’une notion essentiellement pragmatique ou d’un facteur de nature énonciative. Or, si la saillance est susceptible d’être appréhendée sous plusieurs facettes, comme l’a bien montré l’ouvrage de Inkova (2011), un dialogue et une confrontation sur ce point auraient été souhaitables, à plus forte raison puisque ce stimulant recueil se nourrit d’approches multiples à l’objet unitaire de la figuralité discursive. Cependant, dans le champ de la rhétorique et du discours – peut-être plus que dans d’autres domaines – un travail est d’autant plus réussi qu’il laisse la porte grande ouverte à des réflexions ultérieures.

Haut de page

Bibliographie

Amossy, Ruth & Roselyne Koren (éds). « Rhétorique et argumentation », Argumentation et Analyse du Discours 2, http://journals.openedition.org/aad/567

Amossy, Ruth. 2010 [2000]. L’argumentation dans le discours (Paris: Nathan)

Bonhomme, Marc. 2014 [2005]. Pragmatique et figures du discours (Paris: Champion)

Calas, Frédéric, Catherine Fromilhague, Anne Marie Garagnon & Laurent Susini (éds). 2012. Les figures à l’épreuve du discours – Dialogisme et polyphonie (Paris: Presses Université Paris Sorbonne)

Gaudin-Bordes, Lucile & Geneviève Salvan. 2008. « Le sens en marche: le cas de l’hypallage », L’Information grammaticale 116, 15-19

Gaudin-Bordes, Lucile & Geneviève Salvan. 2015. « Etudier les figures en contexte: quels enjeux? », Pratiques 165-166, https://journals.openedition.org/pratiques/2388

Gaudin-Bordes, Lucile & Geneviève Salvan. 2013. « Contextualisation et hyperpertinence figurale », Salvan, G. (éd). Le discours et la langue 4-2 : « Figure(s) et contexte », 17-24

Inkova, Olga (éd). 2011. Saillance. Aspects linguistiques et communicatifs de la mise en évidence dans un texte. (Besançon : P. U. de Franche Comté)

Krieg-Planque, Alice. 2004. « Souligner l’euphémisme : opération savante ou acte d’engagement ? Analyse du jugement d’euphémisatio” » dans le discours politique », Semen 17, http://journals.openedition.org/semen/2351

Lecolle, Michelle. 2009. « De la synonymie, vue à travers les emplois des mots synonyme, synonymie et synonymique dans les textes », Pratiques 141-142, 121-137

Lecolle, Michelle (éd). 2014. « Métalangage et expression du sentiment linguistique profane », Le Discours et la langue, 6-1

Paissa, Paola. 2003. « Substantivation abstraite : quelques effets de sens dans la prose romanesque de la deuxième moitié du XIXe siècle », Galazzi, E. & G. Bernardelli (éds). Lingua, Cultura e Testo (Milano : Vita e Pensiero), 549-568

Paissa, Paola. 2011. « Pour (ne pas) noyer le poisson. La litote en tant que marqueur métadiscursif et indice d’un sentiment rhétorique spontané” », Horak, A. (éd). La litote. Hommage à Marc Bonhomme (Bern : P. Lang), 199 - 223

Perelman, Chaïm & Lucie Olbrechts-Tyteca. 2008 [1958]. Traité de l’argumentation. La nouvelle rhétorique (Bruxelles : Éditions de l’Université de Bruxelles)

Prandi, Michele & Adriana Orlandi. 2011. « Les emplois figurés des adjectifs: un bilan », Amiot, D., W. De Mulder, E. Moline & D. Stosic (éds). Ars Grammatica. Hommages à Nelly Flaux (Bern: P. Lang), 161-174

Rabatel, Alain (éd). 2008. « Figures et point de vue en confrontation », Langue Française 160-4

Rastier, François. 2005. Ulysse à Auschwitz. Primo Levi, le survivant (Paris: Cerf)

Rosenman, Anny Dayan. 1998. « Entendre la voix du témoin », Mots. Les langages du politique 56, 5-14

Haut de page

Notes

1 Cf. Calas, Fromilhague, Garagnon et Susini (éds). 2012 ; Salvan (éd.). 2013 ; Gaudin-Bordes et Salvan, 2015.

2 Les deux exemples sont tirés, respectivement, d’Adalbert Stifter (47) et de Gustave Flaubert (49).

3 C’est le cas, par exemple, de la figure de la prosopopée dans l’œuvre poétique de Primo Levi, comme l’a bien souligné Rastier (2005).

4 Sur ces effets, cf. Paissa 2003, Prandi-Orlandi 2011.

5 L’ouvrage pionnier dans ce domaine a été consacré à l’euphémisme (Krieg-Planque 2004). Pour la suite, v. Lecolle 2009 et 2014, Paissa 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paola Paissa, « Biglari, Amir et Geneviève Salvan (éds). 2016. Figures en discours (Louvain-la-Neuve : Academia/L’Harmattan, collection « Au cœur des texte ») », Argumentation et Analyse du Discours [En ligne], 21 | 2018, mis en ligne le 15 octobre 2018, consulté le 22 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/aad/2853

Haut de page

Auteur

Paola Paissa

Université de Turin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Argumentation & analyse du discours est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo ADARR Tel-Aviv
  • Logo Université Tel-Aviv
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals