Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Sperber, Dan et Hugo Mercier. 2017. The Enigma of Reason. A New Theory of Human Understanding (Londres & Cambridge : Allen Lane & Harvard University Press)

Umut Ungan
Référence(s) :

Sperber, Dan et Hugo Mercier. 2017. The Enigma of Reason. A New Theory of Human Understanding (Londres & Cambridge : Allen Lane & Harvard University Press), ISBN 9780674368309, 408 p.

Texte intégral

1La faculté de raisonner renvoie dans la croyance commune à la capacité de prendre les bonnes décisions. Singulière à l’homme, c’est elle qui permet, selon la tradition philosophique, le progrès sur le plan de la connaissance. Or, une telle définition peine à expliquer la fréquence des erreurs de jugement ainsi que l’usage « défectueux » de la raison qui fait que l’on adhère également à des idées et représentations fausses. C’est bien cette ambiguïté que Sperber et Mercier prennent pour objet.

2Ils ont développé les premiers éléments d’analyse en 2011, dans un article publié au sein de la revue Behavorial and Brain Sciences sous le titre « Pourquoi les hommes raisonnent-ils ? Arguments pour une théorie argumentative ». Aujourd’hui, c’est l’ouvrage The Enigma of Reason (L’énigme de la raison) qui permet d’exposer leur hypothèse principale, à savoir la « théorie argumentative du raisonnement », à un cercle qui dépasse celui des spécialistes. En même temps, les auteurs clarifient davantage ce qu’ils entendent par le caractère intrinsèquement argumentatif de l’usage de la raison. En effet, pour Mercier et Sperber, cette dernière n’a pas pour fonction principale d’améliorer nos décisions mais plutôt d’argumenter en faveur de nos croyances ou, inversement, de convaincre de l’invalidité de celles des autres, dans des situations communicationnelles données.

3L’ambition théorique, comme le titre de l’ouvrage le suggère, vise à démystifier le fonctionnement de la raison. Sous cet angle, la singularité du travail réside dans le recours à la notion d’argumentation d’un point de vue qui est celui de la psychologie cognitive, domaine de recherche des auteurs. Un tel déplacement de l’objet d’études sur la rhétorique, et de l’analyse du discours vers les sciences cognitives, ne va pas sans susciter quelques réserves dans la réception de leur théorie, notamment dans le domaine des études sur l’argumentation, comme nous allons le voir dans la conclusion de la présente recension.

4L’analyse proposée par les deux chercheurs part d’une double question : comment réfléchir sur le statut de la raison dans la pensée individuelle mais aussi au sein des interactions sociales et évolutives ? Comment la raison se trouve-t-elle « biaisée » et « défectueuse » ? Il s’agit, en somme, de repenser les mécanismes de la raison et sa fonction. Une telle posture fonctionnaliste se trouve assumée par les auteurs dès le début de l’ouvrage, dans le sens où ils affirment que « la raison est bien adaptée à sa fonction » (5) et ce avec deux rôles principaux : justifier et convaincre.

5Les premiers chapitres établissent le cadre de réflexion dans lequel la raison se trouve traditionnellement discutée par les chercheurs, notamment en psychologie cognitive, dont les démarches sont décrites comme polarisées entre, d’un côté, ses défenseurs (les « intellectualistes ») et de l’autre ses opposants, comme Amos Tversky et Daniel Kahneman, qui insistent davantage sur un fonctionnement « biaisé ». Tout au long de l’ouvrage, ce sont bien ces deux approches dont désirent s’émanciper les auteurs en proposant une troisième voie « interactionniste ».

6La manière dont Sperber et Mercier décrivent la polarisation théorique autour du statut de la raison est en analogie avec la forme scientifique du « dual process » ou de la « dual system theory » que partagent globalement les chercheurs, malgré leurs différences, à travers l’examen de l’instinctif et du réfléchi pris comme deux systèmes de raisonnement distincts. Mercier et Sperber partent en revanche de l’idée d’une continuité entre la raison et l’intuition. Pour cela, ils développent et avancent des arguments en faveur de deux aspects fondamentaux du fonctionnement cognitif de l’esprit humain, à savoir sa « modularité » et sa capacité « métareprésentative ».

7En ce qui concerne les « modules », il s’agit notamment des « mécanismes autonomes avec une histoire, une fonction et des procédures adéquates à cette dernière » (73), participant à des systèmes plus élargis. Les auteurs attirent l’attention sur le fait que la raison n’est pas, en ce sens, un module unique mais plutôt un ensemble modulaire complexe, à l’image du fonctionnement de l’esprit d’une manière générale. Sperber et Mercier suivent ici l’approche du philosophe Jerry Fodor : tout en explicitant le fait que la thèse principale développée dans son ouvrage The Modularity of Mind (1983) est discutée et débattue, les auteurs partagent sa définition selon laquelle le cerveau ne renvoie pas à un tout mais à un ensemble composé de modules spécialisés ayant des fonctions précises, comme par exemple la reconnaissance faciale ou celle des mots écrits. Cette modularité se rattache au caractère métareprésentationnel de l’usage de la raison. En effet, l’esprit humain n’est pas uniquement créateur de représentations : il est aussi capable de produire des représentations de ces représentations mêmes, permettant ainsi d’agir de façon appropriée, notamment dans les différentes sphères sociales de la vie quotidienne. Sperber et Mercier donnent l’exemple du « mindreading », cette capacité qu’on acquiert dès le jeune âge qui permet de deviner les attentes des autres, de comprendre leurs actions et d’agir en conséquence. Ainsi, il ne s’agit pas uniquement de représentations avec des contenus sémantiques spécifiques mais de procédés de jugement, de simulation et d’imagination qui prennent pour objet ces représentations. C’est en ce sens qu’ils soulignent le fait que la « rationalité est synonyme de l’efficacité inférentielle » (96), tout en ajoutant que le « raisonnement est basé sur un module métareprésentationnel qui fournit des informations non pas sur le monde en général mais sur les raisons » (104).

8Une fois les principaux mécanismes de l’esprit décrit, les auteurs, notamment à partir du chapitre 7 au chapitre 10, s’attaquent au développement de leur principale hypothèse, à savoir la véritable fonction de la raison. Ici l’analyse passe d’un niveau personnel à un niveau plus collectif. En effet, selon eux, la raison ne sert pas uniquement au raisonnement individuel ; elle est également utilisée pour expliquer et justifier, autrement dit pour invoquer des « raisons ». Dans cette perspective, le langage possède un rôle fondamental, dans le sens où sa fonction métareprésentationnelle permet notamment de communiquer ces mêmes raisons. Une telle fonction souligne le caractère éminemment social de l’usage de la raison. Comme module inférentiel, cette dernière se développe surtout en interaction et non d’une manière solitaire.

9Cela permet de réviser des théories psychologiques dominantes comme le biais de confirmation (confirmation bias), qui explique notamment notre penchant cognitif à adhérer à des thèses qui vont dans le sens de notre conviction. En effet, une telle théorie sert avant tout la vision dualiste de l’esprit que nous évoquions plus haut, à travers l’attribution de l’erreur non pas à la raison mais à l’intuition. Selon les auteurs, c’est bien cette idée de « confirmation » qu’il faut relire au prisme de la démarche interactionniste, dans la mesure où nous cherchons à produire des arguments non pas principalement pour conforter nos croyances, mais surtout pour infirmer celles des autres. Pour déplacer la question, Mercier et Sperber utilisent davantage le concept de « myside bias », qui explique notre tendance à argumenter davantage contre les autres que pour nous-mêmes. Une des causes de ce principe, selon la vision interactionniste, est qu’il permet de « diviser le travail cognitif » (221), notamment en évitant aux individus, à chaque situation d’interaction, de répéter l’invocation des raisons pour communiquer et de pouvoir ainsi se relayer l’effort. Pour l’illustrer, Mercier et Sperber donnent l’exemple de deux architectes qui ont pour mission de proposer chacun un modèle pour la construction d’un pont. En somme, l’effort à fournir serait moindre pour le même résultat si, au lieu d’évaluer les avantages et désavantages de leurs propres modèles, ils défendaient ces derniers tout en argumentant contre celui de l’autre.

10De même, les deux auteurs attirent l’attention sur le penchant négatif (« dark side ») et positif (« bright side ») de la raison : le négatif renvoie aux situations au sein desquelles la raison est utilisée hors de son cadre d’exercice « naturel », par exemple d’une manière isolée. Selon ces cas, la raison ne sert pas à rendre nos décisions meilleures : elle a plutôt tendance à les détériorer. Il ne s’agit pas tant de l’évaluation « biaisée » des arguments que de la production plus « pauvre » de ces derniers, faute d’interlocuteur permettant de « déclencher » le raisonnement. Le processus évaluatif se réalise plus efficacement dans des conditions dialogiques où la sélection des informations qualitativement importantes peut permettre, en retour, de revoir nos croyances dans la confrontation à d’autres points de vue présents lors de la délibération. En ce sens, le penchant positif est illustré par tous les cas où la raison est utilisée pour remplir sa fonction réelle, à savoir argumenter et justifier, donnant ainsi de bien meilleurs résultats en termes de décision et de délibération. C’est donc toujours dans la confrontation avec l’autre que le biais de confirmation se trouve compensé. Il s’agit d’une donnée qui souligne l’importance de l’invocation des raisons qui cherchent avant tout à être acceptables et justifiables, démontrant encore une fois le caractère intrinsèquement social du raisonnement.

11La dernière partie de l’ouvrage applique en quelque sorte la méthode qui fait l’efficacité de la raison dans sa fonction argumentative, à savoir l’anticipation des contre-arguments, ici concernant la propre thèse des auteurs. Une des critiques que Sperber et Mercier envisagent est le degré d’universalité d’une telle théorie : la « théorie argumentative » ne renverrait-elle pas, au final, à une vision ethnocentrée (occidentale) de la raison, dans le sens où la production des arguments ainsi que leurs justifications dans les échanges aussi bien quotidiens qu’intellectuels afin de convaincre différents auditoires seraient notamment un des traits définissant des populations « industrialisées, riches, démocratiques etc. » (279) ?

12Mercier et Sperber distinguent ici entre l’universalité de la raison et les « variations culturelles » auxquelles peut renvoyer inévitablement cette dernière. Autrement dit, ce n’est pas tant le développement de la raison qui est remis en cause que les différences d’environnement qui influent sur sa pratique, étant donné que l’argumentation n’est pas exercée, valorisée ou encore ne possède pas le même degré d’efficacité dans toutes les sociétés, les cultures ou à l’intérieur d’une même communauté selon l’âge, le sexe etc. Ce qui n’empêche pas les auteurs de défendre l’idée de l’apport positif de la démarche interactionniste de l’usage de la raison à travers le débat et la confrontation des arguments avec les autres individus ; en somme, à « raisonner ensemble » (298).

13De même, le chapitre 16 pose la question du statut de la raison concernant la sphère éthique : de mauvaises actions, immorales par exemple, ne pourraient-elles pas se justifier également par l’argumentation ? En ce sens, cette dernière ne serait-elle pas un outil permettant de manipuler les individus en agissant sur leur esprit ? Si les auteurs soulignent bien la tendance « négative » naturelle de notre cerveau à confirmer les décisions même lorsqu’elles sont « mauvaises », ils attirent cependant l’attention sur la fonction complémentaire de la raison, à savoir l’évaluation des arguments que l’on nous soumet. Sperber et Mercier avancent l’idée que les individus sont généralement capables de reconnaître les « bons » arguments ; un constat qui se justifie, selon eux, dans l’histoire, à la fois par des « politiques locales » comme « l’organisation des programmes éducatifs » ou encore par des décisions au niveau sociétal, comme l’abolition de l’esclavage (314).

14La « naturalisation » du fonctionnement de la raison que désirent opérer Mercier et Sperber à travers leur théorie argumentative n’a pas manqué, notamment du côté des argumentation studies, de faire l’objet de réserves. Après la publication de leur article en 2011, il leur a été reproché, entre autres, de donner une image assez pauvre du raisonnement, due notamment à un recours important à des exemples qui soulignent ses échecs ; ou encore de négliger la complexité des procédés argumentatifs et la diversité des arguments. C’est la position notamment de Cristian Santibáñez Yañez qui, dans son compte rendu critique publié l’année suivante la publication dans la revue Informal Logic, dresse une liste d’éléments, comme le niveau pragma-dialectique du langage ou les lois de la logique formelle et informelle en tant qu’aspects élémentaires de l’argumentation, qui ne sont pas traités par Sperber et Mercier. Sous cet angle, il interroge chez ces derniers la définition du « bon » argument qui lui semble problématique dans leur théorie. Suivant la perspective pragma-dialectique, Santibáñez Yañez affirme que le « bon » argument n’est pas tant dans l’esprit de l’individu que dans la « situation, sur un plan rhétorique, ou dans la manière idéale de résoudre un débat, sur un plan normatif ». D’où pour Santibáñez Yañez la nécessité, pour l’efficacité de la compétence argumentative, d’avoir accès à l’information et aux contextes que partagent les individus.

15De même, affirmer que la véritable fonction du raisonnement est la recherche de la persuasion est une manière, pour Santibáñez Yañez, de balayer beaucoup trop rapidement la distinction faite entre la rhétorique et l’argumentation, dans le sens où leur théorie s’inscrirait d’emblée dans la perspective de la première. Si cette interchangeabilité reste, au sein des théoriciens de l’argumentation, un aspect relativement discuté, nous pouvons affirmer qu’une telle indifférenciation rejoint, bien qu’elle ne soit aucunement citée dans les travaux de Mercier et Sperber, la « nouvelle rhétorique » de Chaïm Perelman et de Lucie Olbrechts-Tyteca.

16Par ailleurs, la question de la multiplicité des arguments à prendre en considération reste en suspens chez Mercier et Sperber. Cela semble s’expliquer moins par une volonté explicite de la part des auteurs de la nier que par le cadre épistémologique qu’ils se donnent, dans le sens où il ne s’agit pas d’étudier des situations et domaines spécifiques (la question du « comment ») mais d’examiner la capacité argumentative d’une manière générale et inclusive (la question du « pourquoi »). En ce sens, la naturalisation de la raison apparaît non pas comme une opposition aux cas étudiés par les argumentation studies mais plutôt comme une reconnaissance de l’apport potentiel qu’offrent ces dernières à la psychologie cognitive à travers la diversité des situations analysées ; c’est un appel au dialogue entre les disciplines, et à leur enrichissement mutuel. Pour démontrer l’apport éventuel de leur théorie aux études de l’argumentation, un des exemples que donne Mercier, dans une réponse qu’il adresse à Santibáñez Yañez dans Informal Logic la même année, est celui de l’argument d’expertise. Si, selon la théorie argumentative du raisonnement, il est question d’intuition quand on évalue les arguments, on possède alors des « mécanismes spécialisés » qui établissent notre « confiance » en fonction des compétences que l’on attribue à un individu que l’on juge comme « expert ». C’est en ce sens que « ces jugements affectent intuitivement la manière dont nous évaluons l’information qui nous est communiquée ». Bien que Mercier admette l’aspect spéculatif de ces raisonnements, il semble plutôt positif quand il s’agit de mettre en lien les « schèmes argumentatifs » et les « mécanismes intuitifs » de notre appareil cognitif pour des travaux empiriques à venir concernant la manière dont on « catégorise » les arguments.

17En somme, malgré les réserves dont elles font l’objet, notamment au sein des études d’argumentation, nous pouvons conclure en affirmant que les thèses de Mercier et Sperber jettent les bases d’une approche continuiste assez prometteuse de nos principaux mécanismes cognitifs et de notre capacité argumentative. En se situant en-dehors des considérations individualistes de l’usage de la raison, à travers l’accent mis sur une vision interactionniste et contextualiste, une telle posture ne peut que s’associer à la vision pragmatiste des études de l’argumentation, où cette capacité comme compétence sociale devient à la fois un produit et un outil « universel », en même temps que les raisons des « constructions sociales » (127) permettant une communication efficace entre individus.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Umut Ungan, « Sperber, Dan et Hugo Mercier. 2017. The Enigma of Reason. A New Theory of Human Understanding (Londres & Cambridge : Allen Lane & Harvard University Press) », Argumentation et Analyse du Discours [En ligne], 21 | 2018, mis en ligne le 15 octobre 2018, consulté le 15 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/aad/2884

Haut de page

Auteur

Umut Ungan

CRAL (EHESS/CNRS)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Argumentation & analyse du discours est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo ADARR Tel-Aviv
  • Logo Université Tel-Aviv
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals