Navigation – Plan du site

En préparation : L’Analyse du discours philosophique

Ce vingt-deuxième numéro, dont la parution est prévue pour le printemps 2019, est placé sous la direction Frédéric Cossutta et Dominique Maingueneau

La philosophie intéresse aujourd’hui un large public, comme l’attestent de multiples indices. Peut-être parce que la crise de civilisation que pensent vivre un grand nombre d’Européens suscite un besoin de philosophie. Paradoxalement, l’analyse du discours ne lui prête pas l’intérêt qu’elle mérite. Et ce numéro spécial voudrait contribuer à combler ce déficit.

  • 1 F. Cossutta, « Pour une analyse du discours philosophique », dans L’analyse du discours philosophiq (...)

L’analyse du discours philosophique n’est pourtant pas chose récente. Elle s’est développée comme un sous-domaine disciplinaire associé aux courants français d’Analyse du discours. Un numéro manifeste de Langages (le numéro 119 de septembre 1995) avait explicité les problèmes épistémologiques liés à un tel projet et esquissé ses enjeux programmatiques1. Depuis cette date, en partie dans le cadre du Groupe de recherche sur l’analyse du discours philosophique, de nombreux travaux son venus donner consistance et ampleur à ce programme qui, certes, surtout auprès de la communauté des philosophes, a rencontré maintes résistances, mais a montré aussi sa fécondité. Il implique une modification du rapport entre texte et contexte qui se traduit par l’importance accordée aux institutions et pratiques qui font de la philosophie une activité inscrite dans son temps, par le refus de ne considérer que les textes canoniques, les grandes œuvres inscrites dans un panthéon par l’histoire de la philosophie. En effet il y a de la philosophie « hors les œuvres », celle des discours seconds, qui mettent les textes premiers en relation les uns avec les autre comme avec d’autres univers langagiers par la glose et le commentaire, qui en extraient formules et concepts parfois réinscrits dans des recueils ou des lexiques, celle qui s’adresse à des publics non spécialisés à travers la vulgarisation et les média. Ce bruissement de la parole philosophique assure la transmission des corps de doctrine, tisse des fonds discursifs sur lesquels se dessinent continuités et ruptures qui finissent pas donner à la philosophie la profondeur sécurisante de sa propre histoire et paradoxalement le sentiment d’être atemporelle, alors même que ses conditions d’exercice se transforment dans le temps. On peut réinterroger, grâce à des catégories comme celle d’ethos, de positionnement, de scène énonciative, etc. le statut de l’auctorialité associée à une doctrine. Les philosophes, se promeuvent comme auteur en s’inventant une identité fantasmatique, ils se positionnent en construisant l’éthos accordé à la promotion de leur pensée singulière, ils s’adressent selon des modalités et des stratégies d’écriture ou de réécriture à des communautés déterminées même lorsqu’ils visent in fine un auditoire universel. Ces communautés s’affrontent, polémiquent, se veulent dominantes dans le champ en imposant leur doctrine comme modèle du discours de vérité ou de la vie bonne.

Les contributions présentées ont le souci de poser un regard théorique et critique sur le statut de l’analyse du discours philosophique en mettant certaines des catégories que celle-ci propose à l’épreuve de corpus empruntés à un registre diversifié de pratiques et d’œuvres philosophiques, y compris à celles qui, par leur sophistication d’écriture, semblent résister à toute prise analytique, voire prétendent subvertir philosophiquement l’analyse du discours.

  • 2 Voir : D. Maingueneau, La philosophie comme institution discursive, Limoges, Lambert-Lucas, 2015. J (...)
  • 3 Dans une perspective sémiotique, voir par exemple Jean-François Bordron, Le Discours spéculatif. Un (...)

Ce souci d’ouverture se manifeste également dans la prise en compte des deux acceptions que peut prendre le syntagme « Analyse du discours philosophique » selon la façon dont on en définit le centre de gravité. Une « Analyse du discours (philosophique) » fait de la philosophie un type de discours susceptible d’être exploré grâce aux méthodes et aux catégories issues du courant de l’analyse du discours, comme en font foi les personnalités reconnues présentes dans ce volume2. Mais si l’on déplace l’accent en écrivant « Analyse (du discours philosophique) », on élargit la perspective en supposant que les formes de l’investigation sont diversifiées. Nous avons certes délibérément choisi de privilégier la première option dans ce volume, mais sans perdre de vue le fait que d’autres approches sont possibles3, comme en témoigne ici-même l’une des contributions, qui mène une réflexion critique sur l’analyse du discours et s’oriente vers une « poiétique » du philosophique.

Si le discours philosophique doit être considéré sans privilège particulier, comme n’importe quel autre type de discours, sa spécificité ne manque pas d’avoir en retour des effets bénéfiques sur l’Analyse du discours. Les philosophies, (que ce soit une prétention illusoire n’est pas l’essentiel ici), par leur statut réflexif pensent leurs conditions d’énonciation et proposent des théories générales du discours : ce n’est pas un hasard si des philosophes comme Althusser, en particulier à travers l’œuvre de M. Pêcheux, et M. Foucault ont joué un rôle stimulant dans la formation de l’école française d’analyse du discours. De son côté, l’analyse du discours, lorsqu’elle se pose des questions d’ordre épistémologique ou s’interroge sur les effets politiques et critiques de ses analyses, ne peut manquer de rencontrer la philosophie.

Notes

1 F. Cossutta, « Pour une analyse du discours philosophique », dans L’analyse du discours philosophique, Langages n° 119, 1995, p. 12-39.

2 Voir : D. Maingueneau, La philosophie comme institution discursive, Limoges, Lambert-Lucas, 2015. Johannes Angermulller, Analyse du discours poststructuraliste. Les voix du sujet dans le langage chez Lacan, Althusser, Foucault, Derrida, Sollers, Limoges, lambert-Lucas, 2013.

3 Dans une perspective sémiotique, voir par exemple Jean-François Bordron, Le Discours spéculatif. Une approche sémiotique, Limoges, Lambert-Lucas, 2016.

Haut de page
  • Logo ADARR Tel-Aviv
  • Logo Université Tel-Aviv
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals