Navigation – Plan du site

En préparation : « Le dispositif victimaire et sa disqualification : constructions et déconstructions discursives »

Ce vingt troisième numéro, dont la parution est prévue pour l’automne 2019, est placé sous la direction Yana Grinshpun

Le sociologue français, Guillaume Erner, remarquait en 2006 que « la meilleure façon de comprendre une époque, c’est de s’intéresser à ses obsessions. La nôtre est obnubilée par les victimes. Jamais autant d’attention n’avait été accordée aux souffrances d’autrui ».

« Victime » et ses dérivés (victimaire, victimolâtre, victimiser,) renvoient à des réalités socio-psycho-discursives très variées dont on trouve les manifestations dans un grand nombre de discours allant du discours ordinaire aux discours scientifiques ou discours juridiques. La dénomination « victime » couvre aujourd’hui un large spectre de réalités sociales : des victimes du terrorisme aux victimes du photovoltaïque, en passant par les victimes des violences verbales, du racisme, du sexisme, de catastrophes naturelles, des maladies et même des pirates de l’attention (cf. Le Monde du 25.09.2017).

Or, la place et la perception de la figure de victime (qui remonte, pour la culture occidentale, aux discussions théologiques du début du christianisme) varient en fonction des contextes socio-historiques, des valeurs collectives, et surtout les émotions que « la victime » provoque. Dans cette perspective, la victime apparaît comme une construction sociale, élaborée par l’ensemble des discours, des représentations, des croyances et des émotions d’une époque donnée. C’est en ce sens qu’on peut parler de dispositif victimaire.

Dans les débats actuels sur les identités, se présenter comme victime ou être présenté comme telle par un tiers fonctionne comme un véritable argument dans des dispositifs pluri-sémiotiques qui poursuivent des objectifs divers. La victimisation devient ainsi un phénomène social, psychologique et discursif caractéristique du fonctionnement de la société démocratique occidentale actuelle. Ce dispositif produit un contre-discours qui vise à disqualifier la construction victimaire, à mettre en doute son droit d’occuper la place publique, voire à l’accuser de détenir le pouvoir en manipulant l’opinion par le recours à l’émotion. Pour les dénonciateurs de la « victimisation », le dispositif victimaire n’est pas perçu comme l’expression spontanée des souffrances mais plutôt comme une construction fondée sur l’enchaînement d’arguments d’ordre émotionnel qu’il importe de déconstruire pour rétablir la vérité.

Dans ce numéro, nous voudrions insister particulièrement sur le fait que dans ces discours qui s’affrontent et dont l’un disqualifie l’autre, il s’agit de constructions sous-tendues par des représentations sociales, qui mobilisent des moyens discursifs et argumentatifs divers. Plusieurs pistes de réflexion sur ce sujet peuvent ainsi être élaborées :

  • Comment se construit le dispositif victimaire dans des types et des genres de discours différents ? Quels sont les procédés argumentatifs utilisés pour sa mise en circulation, comment s’articulent les arguments de type rationnel et émotionnel dans ces dispositifs ?

  • Le dispositif argumentatif est-il le même lorsqu’un groupe s’auto-victimise ou lorsqu’il est construit par un tiers, qui lui, ne fait pas partie du groupe ?

  • Si la place de la victime (de celui qui a souffert ou qui souffre) correspond aux valeurs positives collectives, comment le contre-discours arrive-t-il à se construire et à se justifier comme accusateur en disqualifiant le discours victimaire sans déroger aux valeurs communément admises dans une société donnée ?

  • Quel impact a la circulation des discours antagonistes sur la « victimisation » sur les rapports de pouvoir et l’occupation des places dans le domaine social ?

  • Logo ADARR Tel-Aviv
  • Logo Université Tel-Aviv
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals