Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Yanoshevsky, Galia. 2018. L’entretien littéraire. Anatomie d’un genre (Paris : Classiques Garnier)

Dominique Maingueneau
Référence(s) :

Yanoshevsky, Galia. 2018. L’entretien littéraire. Anatomie d’un genre (Paris : Classiques Garnier), ISBN 978-2-406-07159-4, 392 pages

Texte intégral

1Les travaux qui s’inspirent des problématiques de l’analyse du discours littéraire ne sont malheureusement pas assez nombreux, et l’on ne peut passer sous silence leur parution, surtout quand ils sont de qualité. C’est le cas avec le dernier ouvrage de Galia Yanoshevsky. On connaît ses travaux sur le Nouveau Roman, qui ont abouti en 2006 à la publication d’un livre magistral (Les discours du Nouveau Roman. Essais, entretiens, débats) aux Presses Universitaires du Septentrion. Déjà elle accordait une place importante aux entretiens d’écrivains, qui par la suite sont devenus un de ses thèmes de prédilection. Ces recherches l’ont d’abord amenée à diriger un numéro spécial d’Argumentation et Analyse du Discours (N°12, 2014) consacré à ce thème, et enfin à publier la somme qu’elle nous présente aujourd’hui.

2Il n’est pas indifférent que Yanoshevsky ne soit pas la seule à s’intéresser à cette question ; on peut évoquer ici le recueil de contributions dirigé par D. Martens et C. Meurée, Secrets d’écrivains. Enquête sur les entretiens littéraires (2014) et un autre volume collectif à paraître. Si ce sujet intéresse aujourd’hui les spécialistes de littérature, c’est qu’il s’agit d’un genre qui met en cause le partage entre « texte » et « contexte », encore largement accepté dans les études littéraires. L’entretien ne concerne en effet ni à proprement parler l’énonciateur des œuvres proprement dites, ni l’individu appréhendé dans son existence sociale, mais « l’écrivain », l’instance qui intervient dans l’institution littéraire et qui ne cesse de gérer son « image d’auteur ». Comme le dit Yanoshevsky elle-même, ce livre « plaide pour la non-séparation de l’œuvre et de son auteur » (12).

3L’intérêt de l’ouvrage qu’elle vient de publier, à mon sens, est donc double. A un premier niveau, il aborde l’entretien dans ses multiples dimensions (le sous-titre est peut-être à cet égard trop modeste : il ne s’agit pas seulement de faire l’anatomie d’un genre mais aussi de l’ancrer dans la création et dans les pratiques sociales de patrimonialisation). A un second niveau, d’ordre épistémologique, il met en cause par sa démarche même certains présupposés majeurs de l’appréhension dominante de la littérature, qui reste marquée par une esthétique de l’œuvre autotélique, portée à son paroxysme par la Nouvelle Critique. Il est significatif que les écrivains eux-mêmes, plus réalistes que beaucoup de spécialistes de littérature, accordent une place importante aux entretiens dans leur création même.

4Il convient toutefois de préciser que cet ouvrage, bien qu’il soit nourri des concepts et des problématiques de l’analyse du discours, n’est pas destiné aux spécialistes de cette discipline. Yanoshevsky a pris le parti de s’adresser à un public de littéraires. Ce choix semble judicieux, dans la mesure où c’est le destinataire naturel d’un tel livre. Elle s’efforce de lui montrer que, loin d’être un thème périphérique qui relèverait d’une sociologie de la littérature, l’entretien littéraire permet de prendre la mesure de la complexité du discours littéraire. Celui-ci ne saurait se réduire à un Thésaurus de grandes œuvres, pieusement transmises et sans cesse commentées, mais constitue une activité multiforme qui mobilise des acteurs très divers.

5Le livre ne décrit pas le fonctionnement d’un genre intemporel mais d’une pratique inscrite dans l’histoire. La première partie est ainsi consacrée à une « Histoire de l’entretien littéraire en France », qui mène le lecteur de Jean Huret, à la fin du 19e siècle, au Web, en passant par les émissions radiophoniques et télévisuelles. Le chapitre suivant s’intéresse à la question de l’oralité de l’entretien littéraire ; on ne peut en effet se dispenser de réfléchir sur le fait que l’écrivain (le terme est révélateur) parle d’œuvres qui, dans notre monde, sont fondamentalement écrites. Le chapitre trois aborde la « performance » de l’écrivain interviewé, la représentation de sa personne, son incarnation en quelque sorte, qui passe nécessairement par des voies différentes dans l’entretien l’écrit et dans l’entretien l’oral. Une telle performance est prise dans une relation variable à l’écriture de l’auteur, qui peut produire une image convergente ou divergente. Cette réflexion est illustrée par l’étude du parcours médiatique de deux écrivains, ou plutôt d’un écrivain et d’une écrivaine qui entretiennent une relation privilégiée avec les médias : Alain Robbe-Grillet et Christine Angot.

6C’est seulement au chapitre IV que Yanoshevsky aborde de front l’inévitable question : « l’entretien d’auteur est-il un genre littéraire ? » Le problème, en effet, n’est pas de savoir si l’entretien est un genre (ou recouvre un ensemble de genres), ce qui est difficilement discutable, mais de savoir quelles sont ses caractéristiques littéraires. On peut le rapprocher de la critique ou de la biographie d’écrivain, mais le nœud du problème réside évidemment dans le sens que l’on peut donner à « littéraire ». Si l’on se refuse, comme le fait Yanoshevsky, à opérer une dissociation entre l’écrivain et l’œuvre, il est clair que la notion de « littérature » s’en trouve affectée. Yanoshevsky montre bien comment l’attitude des interviewés à l’égard de l’entretien est très variable, bien loin du cliché selon lequel l’écrivain par nature mépriserait les médias et dissocierait rigoureusement son œuvre et ses interventions dans les médias.

7Le chapitre suivant porte sur « la mise en volume de l’entretien ». On ne saurait oublier en effet qu’un entretien est un texte dont les modalités d’existence varient profondément en fonction de ses supports : livre, DVD, vidéo… Prolongeant en cela les multiples travaux menés dans une perspective « médiologique », Yanoshevsky s’intéresse en particulier aux opérations par lesquelles les entretiens sont rassemblés. L’une des caractéristiques de ce genre est en effet qu’il a une double existence : d’abord genre médiatique, il est souvent intégré dans des volumes et des séries qui l’éloignent de son premier état. Les auteurs les plus canonisés ont même droit à des recueils de leurs entretiens. Au-delà, les groupements d’entretiens participent d’une patrimonialisation de la littérature qui pose des problèmes d’archivage et de diffusion, en particulier avec l’apparition des nouvelles technologies numériques.

8Yanoshevsky aurait pu s’en tenir là. Mais, elle a eu la bonne idée de prolonger cette étude de l’entretien littéraire par celle de quelques-unes de ses manifestations dans la fiction, en particulier dans le roman. Il peut s’agir d’écrivains, ou de journalistes qui se transforment occasionnellement en écrivains. Ce retournement se veut heuristique : « Etudier les procédés de la fictionnalisation de l’entretien (la narration, les dialogues, les personnages fictifs), c’est explorer la manière dont la fiction expose non seulement les contraintes de l’entretien, mais aussi son potentiel » (285). Sont ainsi pris en compte cinq romans, dont les auteurs sont A. Nothomb, J. Kerninon, A. Veinstein, B. Pivot, C. Angot. Allant encore plus loin, Yanoshevsky aborde des œuvres où l’entretien est imaginaire. Dans ce cas,

9la mise en scène d’un autre genre (l’entretien dans le roman) et d’un autre type de discours (le discours médiatique) au sein d’un discours littéraire jette une lumière sur le discours littéraire lui-même : ses acteurs et ses messages. Cette pénétration fournit des clés interprétatives de la poétique ou de la politique de l’écrivain (308).

10C’est le cas d’une œuvre comme Le retour du boomerang de Michel Butor (1988), entretien fictif avec une professeure de littérature, Béatrice Didier, ou du poète et journaliste québécois Jean Royer, qui publie en 1989 un entretien éminemment fictif avec Jean Huret, qui a fondé le genre un siècle plus tôt.

11Ce livre de Yanoshevsky, on le voit, n’est en rien le produit d’une passion passagère pour un genre de la vie littéraire. Déjà, dans son ouvrage sur le Nouveau Roman elle montrait à quel point les médias ont influé sur ce « mouvement », l’ont même constitué en « mouvement » identifiable. Aujourd’hui, sa recherche participe d’une entreprise plus vaste, qui l’amène à étudier d’autres pratiques aux confins de la littérature patrimoniale : en particulier les manifestes et les collections. Cette recherche personnelle participe elle-même d’un intérêt partagé par de nombreux chercheurs en littérature pour les relations entre médias et littérature. Cet intérêt pour des pratiques qui se développent aux frontières des œuvres canoniques n’a rien d’anecdotique ; il ne témoigne pas d’un retour à l’histoire littéraire traditionnelle, d’une préoccupation érudite pour « l’ancrage social » de la littérature. Bien au contraire, il modifie l’espace de ce qu’on entend par « littérature ». Si des problématiques comme celles de l’analyse du discours sont si fréquemment mises à contribution dans ces approches, ce n’est pas parce qu’il se produirait une colonisation illégitime des études littéraires, mais parce que la réflexion contemporaine sur la littérature est prise dans le même univers que celui qui a permis l’émergence et le développement de l’analyse du discours.

12On a donc affaire avec ce livre de Galia Yanoshevsky à un ouvrage appelé à faire date. Aboutissement de nombreuses années de recherche, il ouvre aussi des perspectives pour l’étude de pratiques voisines, contribuant ainsi à un bénéfique renouvellement des études littéraires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Maingueneau, « Yanoshevsky, Galia. 2018. L’entretien littéraire. Anatomie d’un genre (Paris : Classiques Garnier) », Argumentation et Analyse du Discours [En ligne], 22 | 2019, mis en ligne le 15 avril 2019, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/aad/3375

Haut de page

Auteur

Dominique Maingueneau

Sorbonne Université

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Argumentation & analyse du discours est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo ADARR Tel-Aviv
  • Logo Université Tel-Aviv
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals