Navigation – Plan du site

AccueilNuméros24Raison pratique et sentiment mora...

Raison pratique et sentiment moral : de quelques métadiscours journalistiques sur l’argumentation par la pitié

Practical Reason and Moral Sentiment: Metadiscourses on the Appeal to Pity in French Newspapers
Roselyne Koren

Résumés

À partir d’un corpus de presse généraliste de 78 articles, cette contribution étudie les métadiscours sur la pitié et son articulation avec la raison qui y occupe paradoxalement le devant de la scène, bien que les discours du sens commun les considèrent généralement comme incompatibles. On y trouve deux approches de l’argumentation par appel à la pitié : l’une dénonce des raisonnements fallacieux dissimulant des enjeux immoraux (puissance émotionnelle pure, instrumentalisation, pitié sélective contrevenant à l’équité, auto-victimisation injustifiée), l’autre explore un nouveau type de relation éthique impliquant la fusion du cœur et de la raison et attribuent à l’oxymore la fonction de fil conducteur. Cette figure, principe d’agencement autour du couple « dissonant » vs « consonant », permet d’analyser les liens entre cœur et raison, rhétorique figurale et argumentative, éthique et raison pratique. Si la dénonciation de raisonnements fallacieux incite à recourir au cadre théorique de la logique informelle, l’analyse de l’ensemble des emplois de l’oxymore oriente toutefois l’interprétation vers le rôle déterminant d’une autre conception de la raison pratique qualifiée par Perelman (1989 : 77) de « logique du préférable ».

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 La situation est différente dans le champ de l’analyse du discours et de l’argumentation des émotio (...)
  • 2 On considérera ici, comme beaucoup de nos contemporains, pitié, compassion et solidarité comme des (...)

1La construction d’un corpus de presse écrite contemporaine sur l’argumentation par la pitié permet d’observer, de façon récurrente, ce qui peut apparaître dans un premier temps au lecteur profane1 comme un paradoxe : ce n’est pas le sentiment de pitié en soi qui occupe le devant de la scène, mais ses rapports avec la raison. Or, l’émotionnel et le rationnel sont souvent perçus comme des notions antithétiques et incompatibles : selon un topos solidement ancré dans les discours du sens commun, tout ce qui touche de près ou de loin aux sentiments se situerait hors de la sphère d’une rationalité conçue comme un art de raisonner abstrait, déductif, excluant toute forme d’émotion. D’où l’intérêt des métadiscours critiques qui se proposent d’évaluer le degré de rationalité, mais aussi la valeur morale des justifications de la compassion2 dans un contexte socio-politique de crises dues au terrorisme, à la question de l’immigration ou à celle des inégalités sociales.

2Le corpus comprend environ 70 articles de la presse écrite nationale publiés dans trois quotidiens : Le Monde (27 articles), Libération (19 articles), Le Figaro (19 articles) ; trois articles publiés dans un journal mensuel : Le Monde diplomatique (numéros de septembre 2007, février 2012 et 2016). Il comprend aussi des articles publiés dans des sites natifs, concernant essentiellement la « compassion sélective »3. Ont aussi été intégrés quelques autres sites4 comme celui du « Think-tank du bonheur citoyen » : fabrique Spinoza, mars 2014, consacré au « Regard philosophique sur l’Altruisme Rationnel », le site des Échos (23. 06. 2017) « Ayn Rand La libérale capitale »5, le site Slate.fr du 21.05. 2017 « ”Et en même temps : une pensée macronienne de la complexité ? »6. Il existe certes des différences considérables entre les sujets traités dans les articles du corpus : l’injustice sociale, le terrorisme ou l’immigration, mais il s’agit ici de donner la primauté à un questionnement commun sur les tenants et aboutissants des rapports d’un sentiment moral : la pitié – au concept de raison. L’hétérogénéité des sources des citations – énoncés journalistiques, citations extraites de discours profanes ou experts médiatisées par quelques journaux de la presse nationale ou citations publiées dans des sites – ne constitue donc pas ici un obstacle épistémique, mais se veut au contraire une contribution à l’étude des arguments des discours et des contre-discours publics sur l’argumentation par la pitié dans son rapport à la raison pratique.

  • 7 Le numéro 2 de la revue Argumentation et Analyse du Discours est entièrement consacré à l’intricati (...)

3Dans la mesure où les discours analysés activent le paradoxe, l’antithèse et plus particulièrement l’une de leurs variantes : l’oxymore, on examinera la façon dont l’intrication des rhétoriques figurale et argumentative7 mène à des jugements de valeur péjoratifs ou, au contraire, valorisants. On verra ainsi comment la mise en œuvre de ce groupe de figures conduit les auteurs des articles à des prises de position sur la validité et la rectitude éthique de l’argumentation par la pitié. La rhétorique de ce corpus de presse permet ainsi d’observer et de mesurer l’importance du rôle joué dans la vie politique et sociale par des raisonnements qui ne se limitent pas à des jugements de fait ou de vérité, mais activent également des jugements de valeur stigmatisants et/ou cognitifs concernant le juste, le bien et leurs contraires.

4Dans cette perspective, ce travail prolonge la réflexion stimulante de Robert H. Kimball (2001) lorsqu’il se prononce en faveur de la nécessité de distinguer, dans le cas de l’argumentation par la pitié, entre l’approche de la logique informelle et celle qui découle de la raison pratique et de son éthique des vertus. La pitié et la compassion sont en effet fondamentalement, à ses yeux, des sentiment moraux dont la justification est étroitement liée à un régime de rationalité axiologique. Dans le sillage de ces observations, notre analyse argumentative ne donne pas la primauté au degré de validité logique de l’argumentation par la pitié, ni même à celle des ethical controversies (Walton 1992 : 107, 110, 132) tentant de distinguer entre raisonnement valide et fallacieux en tranchant, par exemple, entre l’altruisme authentique et un égoïsme arborant uniquement les apparences de la générosité. Plutôt que d’étudier l’appel à la pitié comme argument, cette étude analyse les métadiscours qui en traitent à travers deux approches argumentatives opposées. Ce faisant, elle étudie les modalités selon lesquelles l’usage de l’oxymore permet de lier un sentiment moral à la raison pratique et à ses enjeux éthiques, en mettant en évidence l’apport de ces réflexions.

1. L’oxymore dans tous ses états

5On définira ici l’oxymore avec Molinié (1992 : 235) comme une figure de rhétorique « de type microstructural, variété la plus corsée de caractérisation non pertinente ». Le rhétoricien souligne simultanément trois traits distinctifs concomitants : la dimension syntaxique réduite, la pertinence logique opposée à celle du sens commun et une force illocutoire exceptionnelle. Cette figure possède donc un potentiel argumentatif propice à la réflexion sur ce qui est ou non « pertinent » soit sur la rationalité ou la pseudo-rationalité du discours et sur les raisonnements paradoxaux contredisant le sens commun. L’argumentation condensée dont l’oxymore est le véhicule augmente la force de son impact ; sa structure antithétique ancrée dans un même groupe syntaxique favorise soit la dénonciation polémique de dissociations notionnelles jugées inacceptables, soit, dans une seconde variante, l’apologie de la fusion d’antonymes perçus comme solidaires.

6L’oxymore est l’un des pivots rhétoriques de métadiscours critiques dont le paradoxe et l’antithèse (Bonhomme 2005 : 158) agencent globalement l’argumentaire. Molinié définit le paradoxe en ces termes :

  • 8 L’assimilation de l’oxymore à l’antithèse ne fait pas consensus parmi les rhétoriciens. Morier se p (...)

Figure macrostructurale […]. On y voit l’expression d’un énoncé qui contredit l’opinion commune, ce qui déjà montre assez de la sorte le caractère macrostructural de la figure. On peut préciser la chose en disant qu’il s’agit d’une antithèse à la fois généralisée et maximalisée (ibid. : 240)8.

7La microstructure oxymorique permettrait, en revanche, selon le contexte, soit de dénoncer le caractère aporétique « dissonant » des rapports que le cœur et l’émotion morale entretiennent avec la raison pratique, soit, inversement, de faire l’apologie épidictique de la fusion de contraires « consonants » présentés comme solidaires (Monte 2008 : 44).

  • 9 On lit ainsi dans Libération (07. 10. 2019) : « Lundi, la majorité a lancé son débat parlementaire (...)

8La place centrale qu’occupe une rhétorique « corsée » dans le discours journalistique (Koren 1996 : 87-91, 2006 : 104) explique en partie le rôle prépondérant de l’oxymore. Le choix des traits distinctifs de la figure, ici mis en œuvre, est dicté par le fait que l’opposition « dissonance » vs « consonance » coïncide de façon frappante avec deux des types de positionnement critique à l’œuvre dans les 78 articles du corpus. La figure sémiotise et condense, en effet, de façon spectaculaire, les deux pôles d’un dilemme politique et éthique complexe que les États ont tous actuellement à résoudre en Europe ou aux USA : l’accueil de migrants par compassion et solidarité humaine et les difficultés que leur intégration implique pour une gestion équilibrée des économies nationales9. On verra en effet que si le pôle « dissonant » de la figure dénonce les fallacies auxquelles ce dilemme donne lieu dans certains cas, son pôle « consonant » offre au contraire, dans le corpus de cette étude, une proposition de résolution rationnelle créative.

9Ainsi, certains des articles se contentent de dénoncer les oxymores de locuteurs qui font appel à la raison pour mieux dissimuler une argumentation fallacieuse par la pitié, et s’en tiennent uniquement à ce type de « parole agissante » (Boltanski 2007 : 113). Les jugements de valeur alors activés par les locuteurs ont pour cible des dysfonctionnements de l’argumentation par la pitié transgressant des valeurs ou des hiérarchies axiologiques communes à l’ensemble de la société civile. Un second groupe d’articles donne, en revanche, la primauté à la réflexion sur la résolution concrète des crises et des dilemmes et renonce à la dénonciation polémique des fallacies afin de se consacrer à l’apologie d’une fusion éthique de l’émotion et de raisonnements ayant la justification d’un « altruisme rationnel » pour enjeu.

10Il faut souligner que cette figure, classée par Bonhomme (2005) dans la catégorie du paradoxe, joue un rôle central dans l’agencement des argumentaires du corpus médiatique présenté ci-dessous. La figure a pour cadre syntaxique, dans la majorité des textes, un groupe nominal dont l’épithète contredit le substantif auquel elle est subordonnée. C’est le cas de « réalisme utopique » ou d’« utopie réaliste ». Il arrive aussi que la contradiction se situe dans un groupe verbal comme dans l’énoncé « Le chef du gouvernement […] s’engage de manière contradictoire à être bon et sévère, hospitalier et gestionnaire, altruiste et impitoyable » (Libération 24. 09.2015) et qu’elle oppose entre eux deux attributs du sujet ; ceux-ci ne sont pas alors juxtaposés, mais coordonnés. 

11Qualifier un groupe nominal comme « un cœur ferme » d’oxymore, dans un contexte politique polémique, c’est transformer un terme de rhétorique figurale descriptif en qualification axiologique péjorative, dénonçant une « dissonance » morale et rationnelle ; évoquer le contre-discours de l’« altruisme rationnel », c’est inverser cette évaluation et rendre compte de l’apologie de la fusion de contraires solidaires dont la « consonance » (Monte 2008 : 44) est alors présentée comme la seule solution innovatrice valide. L’oscillation binaire discours vs contre-discours, si chère à l’éthique de l’information journalistique, est donc parfaitement respectée. « Oxymore » y est ainsi tour à tour, comme le souligne Monte (52), « synonyme soit d’un brillant dépassement des antagonismes primaires », soit « au contraire d’une absurdité logique ou d’une escroquerie intellectuelle ». Il y a ainsi interaction entre rhétorique figurale et argumentative.

12Le principe d’agencement du corpus et du plan de cette étude a donc pour fondement le rapport des textes sélectionnés à l’un des deux versants de l’oxymore : soit, tout d’abord, le rapport à une dénonciation critique de dissociations éthiques et politiques du cœur et de la raison, ou de « l’humanité » et de « la fermeté », présentées comme insolubles ; soit, dans un second temps, le rapport à l’analyse de positionnements ayant pour but de revisiter ces dissonances et de les transformer en consonance au nom d’enjeux éthiques diamétralement opposés, dont la formule « l’altruisme rationnel » est l’emblème.

2. L’oxymore « dissonant » : de la dénonciation de quelques « escroqueries » morales 

13Libération publie le 24. 09. 2015, dans la rubrique « Philosophiques », une chronique dont l’auteur est un professeur de philosophie : Michaël Foessel. L’article s’intitule « Le cœur et la raison » ; il a pour cible l’incohérence des oxymores « prodigieux » du premier ministre de l’époque, Manuel Vals, concernant la question de l’accueil des migrants en France. Vals affiche, en effet, simultanément, aux yeux de l’auteur, un ethos « altruiste et impitoyable » et plaide la cause d’un « cœur ferme » et non pas compatissant. « Fermeté » implique ici la nécessité de faire appel à une raison déductive, calculatrice et insensible afin de neutraliser une émotion morale certes humaine et naturelle, mais jugée contraire à la défense politique du bien commun. La coordination des deux épithètes antithétiques : « altruiste et impitoyable » est une technique rhétorique et argumentative de dénonciation impliquant un jugement de valeur stigmatisant.

  • 10 J’emprunte la qualification : l’« apitoyé » à Surdel-Schehr (1995 : 149).

14On verra dans les quatre cas analysés ci-dessous que l’on peut déduire du corpus de cette étude, sur le modèle de l’oxymore emblématique : un « cœur ferme », quatre types d’oxymores dénonciateurs, référant à des « escroqueries » (Monte 2008 : 52) morales et qu’on pourrait formuler ainsi : un cœur égocentrique, un cœur déloyal, un cœur inique et un cœur manipulateur. L’élan de pitié, altruiste et spontané, est alors contredit soit par l’égocentrisme de l’apitoyé10, soit par la simulation calculée et intéressée d’une réaction spontanée, soit enfin par la transgression inique de la règle de justice, argument formel quasi logique, universaliste, intimant de traiter de la même façon les individus victimes d’un même sort.

2.1. Un cœur égocentrique.

15La première cible des métadiscours critiques est le comportement qui élève la compassion au rang de fin en soi. L’apitoyé préfère « frémir plutôt que réfléchir » (Le Monde diplomatique, février 2016, « La stratégie de l’émotion ») : c’est le degré zéro de l’appel à la raison puisque la compassion tend à y « remplacer l’analyse », qualification rationnelle impartiale, et n’implique pas de passage à l’action. L’universitaire Chantal Delsol ne souhaite pas, affirme-t-elle dans un article du Figaro (3.9.2015) intitulé « L’émotion, la morale et la politique », récuser l’émotion, mais elle se dit convaincue que celle-ci risque d’oblitérer la pensée et de la paralyser. « Sans la réflexion qui doit la suivre, la compassion n’engendrera, poursuit Delsol, que de la moraline et certainement pas de la morale ». L’apitoyé se contente alors de ressentir le plaisir narcissique de son élan humaniste et renonce à l’étape suivante, pourtant majoritairement considérée comme une nécessité : la rationalisation d’une émotion morale conduisant à l’action. 

2.2 Un cœur déloyal

  • 11 Consulter, au sujet de cet aspect doxique, politically correct, de la monstration de la compassion, (...)

16La cible est, en l’occurrence, l’instrumentalisation politique d’apparences compassionnelles permettant de dissimuler des vérités ou des choix idéologiques contestables. Les responsables politiques joueraient « de l’accordéon émotionnel » lorsqu’il s’agit « de masquer leur impuissance ou de justifier, comme si elles relevaient de la fatalité, les mesures qu’ils s’apprêtent à prendre », lit-on dans Le Monde diplomatique de septembre 2007, et le mensuel d’ajouter : il en est ainsi en matière migratoire où « la précaution compassionnelle est de mise avant de se lancer dans l’explication alambiquée de l’impuissance européenne » ou de mesures d’expulsion impitoyables. L’affichage de la compassion sert ici de paravent dissimulant le refus d’accueillir des migrants ; il constituerait l’hommage du vice à la vertu, la monstration intéressée de la prise en compte d’injonctions doxiques. Ce cas illustre l’analyse de Walton (1992 : 142, 129) selon laquelle l’argument ad misericordiam peut servir, dans certains contextes, à dissimuler la faiblesse d’un argument politique. Michael Foessel critique ainsi dans Libération (24. 09.15) les « prodigieux oxymores » du premier ministre qui s’engage, quant à la question des migrants, « de manière contradictoire à être bon et sévère, hospitalier et gestionnaire, altruiste et impitoyable », soit à placer un retour aux calculs froids et égocentriques au-dessus de l’empathie. Valls se contenterait d’afficher les apparences de ce qu’il convient d’éprouver11. La raison politique aurait pour fonction d’abolir ce que le cœur pourrait entraîner de « générosité superflue » ; cet adjectif subjectif axiologique inverse les connotations positives de générosité et contribue ainsi à sa délégitimation. L’épithète intelligent (dans « un cœur intelligent ») – soit rationnel, raisonnable, réaliste – et les adjectifs « sévère », « gestionnaire » et « impitoyable » démentent et contredisent ce que cœur comprend de « bon », d’« hospitalier » et d’« altruiste ». Valls serait le représentant d’institutions essentiellement soucieuses de la défense des intérêts endogènes de la France. Le premier ministre revendique, selon Foessel, le fait d’avoir un cœur qui n’a pas les « les moyens de sa politique », ce qui déculpabilise la décision de refouler les migrants et confirme la pertinence du constat de Walton (1992 : 118) : « Appeals to pity are often used to bolster a clearly inadequate excuse ». L’affichage de ce « cœur » qui ne peut, sans se déconsidérer, nier la valeur morale de l’accueil, disculpe le gestionnaire qui a ordonné, au nom d’un retour à une conception instrumentale de la raison, la construction de « forteresses » rendant ce même accueil impossible et qui place des priorités nationales sécuritaires et économiques au-dessus de la valeur d’altruisme solidaire. Ceci confirme de façon particulièrement significative le fait que dans le champ de la raison pratique la hiérarchisation des valeurs et la « logique du préférable » (Perelman 1989 : 77) peuvent compter davantage que les valeurs elles-mêmes (Perelman et Olbrechts-Tyteca 1983 : 109).

2. 3. Un cœur inique

  • 12 Voir, au sujet de la mise en œuvre discursive et argumentative de cette règle et de sa transgressio (...)

17Un nombre important d’articles dénonce un dysfonctionnement de l’argument que Perelman (1983, 1990) appelle la règle de justice, règle égalitariste formelle et rationaliste au départ, qui se révèle rapidement, de ce fait, très difficile à appliquer dans un contexte socio-politique concret. La règle stipule que l’on doit traiter de la même façon des individus soumis à un même sort12. Les locuteurs critiques dénoncent en fait, dans ce cas, la contradiction entre un sens de l’équité, jugé indissociable de la notion universaliste de cœur, soit de solidarité avec tous les « pitoyables » (Surdel-Schehr 1995 : 149) de la terre, et une mise en œuvre discriminatoire de la compassion. Ils dénoncent ainsi les conséquences de prises de position idéologiques partisanes favorisant une partie des victimes au détriment des autres. La contradiction opposant le cœur à la raison n’a pas ici pour cible la simulation intéressée d’un sentiment de pitié, mais un dysfonctionnement rationnel de la règle de justice. Les protestations contre la compassion sélective maximisant la visibilité des souffrances des uns, mais minimisant, occultant ou ignorant celle des autres, jette une ombre sur la grandeur d’âme de l’apitoyé, mais est surtout fatale au rapport que la raison pratique entretient avec une valeur jugée aussi et même plus cruciale que l’égalité : l’équité. La compassion sélective souffrirait donc du fait que la raison n’active alors qu’un régime de « pseudo-rationalité », affirme Le Monde du 14.09.1997, dans un article intitulé « Imbécillité cartésienne ». Le quotidien donne la parole au professeur de philosophie, Myriam Revault d’Allonnes, le 23.11. 2001, afin de défendre a contrario la thèse de l’« exigence d’universalité », seule apte à produire des normes éthico-politiques équitables. Il y a donc ici dénonciation d’une dissonance paradoxale entre l’aptitude humaine universelle à la compassion et son application partielle, partisane et inique, à une seule catégorie de « pitoyables ».

2.4. Le paradoxe de l’auto-victimisation

18Faire appel à la pitié en sa propre faveur ne va pas de soi. Kimball (2001 : 343-344) y voit « a bad habit because it lessens autonomy, self-reliance, and self-respect ». Quelques-uns des auteurs du corpus y voient surtout une forme d’atteinte au self-respect, un appel – insincère et mensonger – à la pitié par auto-victimisation. Ce ne sont pas en fait les faibles qui y recourent, mais paradoxalement les forts. Ceux-ci modifient ainsi le jeu de rôles pitoyable/ apitoyé à leur avantage. Les détenteurs du pouvoir économique ou politique ou les nantis instrumentaliseraient le statut de victime pour s’exonérer de leurs responsabilités et ne pas avoir à répondre de leurs actes. La norme de validité de l’argumentaire est alors son efficacité et non pas la vérité référentielle. Ce type d’inversion indue des statuts sociaux de victime vs bourreau permettrait à ce dernier de se soustraire à un débat ad rem. Les victimes ne sont pas les chômeurs, lit-on dans une « Tribune » de Libération (21.03.18) sous la plume ironique d’un professeur de Paris-Nanterre (Emmanuel Dockès), car les victimes seraient les employeurs soumis à la violence de leurs revendications, de même que de puissants États capitalistes mondialistes se disent parfois violentés et victimisés par les attaques des altermondialistes :

Dans nos temps d’inégalité croissante, tous ces faibles, ces pauvres et ces exclus sont bien difficiles à supporter. Pour bloquer le réflexe empathique qui pourrait nous faire souffrir à leur contemplation, le plus simple est de ne pas les voir comme des victimes, mais plutôt comme responsables de leur situation. Ils l’ont bien cherché !

19Une journaliste du Monde (15. 09. 2018) conclut de même une interview avec le sociologue Serge Paugam en ces termes :

Les discours sur l’« assistanat » et la stigmatisation des pauvres reviennent de façon lancinante. Cette remise en cause du principe même de la solidarité inverse la dette : la IIIe République avait proclamé la dette de la nation envers les pauvres, la loi sur le RMI en avait rappelé les principes, on a parfois l’impression, aujourd’hui, que ce sont les pauvres qui ont une dette à l’égard de la nation.

20Les modalités de l’appel à la pitié justifient ici le recours à la notion de fallacy selon Walton (1992) : le contexte socio-historique et l’identité des actants démentent la validité de l’auto-victimisation par inversion des rôles. Ce que les critiques médiatiques dénoncent, c’est donc l’usurpation du rôle du pitoyable et une contradiction dissonante entre l’altruisme inhérent à la compassion et l’auto-victimisation à des fins d’« escroquerie » morale.

3. Oxymore et consonance : l’« altruisme rationnel » ou l’apologie de la fusion du cœur et de la raison 

21L’analyse médiatique ou médiatisée des intrications du cœur et de la raison ne se réduit cependant pas à la dénonciation polémique de dérives fallacieuses. Il existe une seconde fonction de l’oxymore, radicalement différente, mise en œuvre, par exemple, par la notion d’« altruisme rationnel ».

22L’argumentaire qui la justifie est essentiellement consacré à l’apologie de la fusion du cœur et de la raison et régulé par une valeur fondamentale : l’action, entendue, dans ce cas, non plus comme un acte rhétorique de dénonciation, mais comme la recherche de solutions innovantes permettant de mettre fin aux états de crise ou d’en atténuer l’ampleur. L’oxymore devient alors le point de départ d’investigations où réalisme et utopie, pensée rationnelle, imagination et solidarité sont délibérément conçus comme des forces complémentaires et indissociables, en dépit de leur antinomie lexicale et notionnelle. C’est donc aux pratiques discursives et argumentatives de la mise en mots de ce nouvel avatar de l’argument ad misericordiam que je consacre les développements de cette partie.

3.1. L’argument d’autorité ou une justification kantienne juridique des contraires solidaires

23Michaël Foessel, rédacteur de la chronique de Libération « Le cœur et la raison », ne se contente pas de dénoncer les oxymores du premier ministre. Il en déduit que si la raison d’État conduit à la délégitimation de la compassion, il est préférable de renoncer à la justification de ce sentiment moral et de passer à un régime de rationalité juridique. Il met en œuvre, à cette fin, l’argument d’autorité et invoque le « droit cosmopolitique » fondé par Kant. Ce qui compte essentiellement, c’est le positionnement d’une législation universaliste au nom de laquelle « aucun individu n’a, plus qu’un autre, le “droit d’être sur un lieu de la terre” ». Foessel revisite alors le sens de « ferme » qui signifiait, à ses yeux, dans le discours de Valls, insensible, imperméable à l’empathie, et en inverse les connotations axiologiques : la fermeté de la raison juridique est à présent valorisante car, contrairement au cœur, « la raison peut être ferme sans se contredire et sans basculer dans l’insensibilité ». Il n’y a plus dichotomie aporétique, mais rationalisation des affects, humanisation de la dureté du raisonnement logique, au nom d’une valeur fondamentale : l’égalité universelle de tous les individus. Le chemin menant à l’oxymore consonant est ainsi tracé.

3.2. Le « réalisme utopique » de l’« altruisme rationnel »

24Ces deux qualifications oxymoriques réfèrent à un tournant politique et éthique dans les procédures de justification de la fusion du cœur et de la raison. Elles confirment la pertinence des définitions de la figure où Monte (2018 : 40, 47) analyse un second type d’oxymore ayant pour enjeu, contrairement à l’oxymore polémique dénonciateur, un « réajustement de notre univers cognitif », soit le passage d’« un ordre de réalité à un autre » . La réflexion, ainsi revivifiée, bénéficie alors d’« un nouveau départ » (42) : altruisme et rationnel, réalisme et utopie ne sont plus perçus comme des étapes successives ou alternatives, mais comme les noms de positionnements concomitants et interactifs. Il y a dès lors valorisation de la « consonance » ou de la « cohésion textuelle » (2018 : 52) et de la synthèse, plutôt que de la dissonance (52, 44). La figure joue alors un « rôle épistémique » (41) : elle réfère à des modes de recherche innovateurs et stimulants ayant pour enjeu la création de solutions innovatrices. Elle sert la cause d’une vérité plus ample à laquelle nous n’avions pas encore accès : celle, par exemple, de notions-oxymores paradoxales comme « justes inégalités » (Angenot 2012 : 64) qui permettent de penser et de surmonter les écueils d’une justice égalitariste trop formelle. L’oxymore peut même ouvrir alors la voie à la justification tout aussi oxymorique d’une « discrimination positive » ou tentative de réparation équitable d’injustices sociales défavorisant, par exemple, les jeunes de banlieue. La figure n’est plus une technique de dénonciation ; elle propose une vision condensée de la complexité du réel référentiel. L’oxymore incite ainsi à accepter l’idée que l’application mécanique de la règle de justice peut parfois être perçue comme inique et que la discrimination peut voir ses connotations axiologiques péjoratives inversées lorsqu’il s’agit de réparer par empathie et solidarité des injustices sociales (Koren 2019 : 272-275).

3.3. Émergence d’une notion-clé : de la compassion et de la solidarité à l’altruisme rationnel

25Monte (2008 : 52) insiste, au moment de conclure son étude des points de vue dans l’oxymore, sur le fait que « tout paradoxal qu’il soit, l’oxymore est étroitement relié au tissu discursif dans lequel il s’insère et peut donc être envisagé comme un outil de cohésion textuelle ». Et de fait altruisme rationnel, réalisme utopique n’émergent pas ex nihilo, mais constituent l’aboutissement d’un parcours progressif, à la fois discursif, argumentatif et conceptuel, où l’argumentation par la compassion et par un appel à la solidarité l’ont précédé. Il y était déjà question de la nécessité de distinguer entre raison théorique dissociée des passions et des sentiments moraux et raison pratique veillant à rationaliser des prises de position éthiques. Le développement ci-dessous a ce parcours pour objet.

26Compassion est ainsi l’objet d’une enquête de Libération (05. 05. 2013) intitulée « Entreprises : le cœur : valeur en hausse ». La journaliste y explique que sous l’impulsion de découvertes scientifiques en neurosciences, physiologie ou anthropologie, qui « intéressent de plus en plus les sociologues, les économistes et les politologues », l’individualisme forcené de l’idéologie managériale serait en passe de se transformer et de découvrir les gratifications de la compassion et de la prise en compte d’un positionnement éthique. Raison pratique et raison instrumentale pourraient converger, à rebours des idées reçues, et interagir afin de neutraliser les « effets collatéraux de plus en plus violents » d’un individualisme égoïste qui fonctionnerait au détriment de la productivité. La compassion en entreprise – soit le « besoin de faire plaisir aux autres, voire de soulager leur peine », de ne plus rester passif devant la souffrance d’autrui – ne serait plus un oxymore, l’association de « deux termes (entreprise et compassion) totalement incongrue ». L’incompatibilité entre profit individualiste (raison d’être de l’entreprise) et cœur (empathie altruiste, souci du partage, de bénéfices collectifs) est certes surmontée au nom de la notion intéressée de productivité, mais celle-ci fusionne, à présent, avec une autre valeur en hausse : le cœur. Ce terrain est propice à l’émergence d’« altruisme rationnel ».

  • 13 J’emprunte cette qualification à Perelman et Olbrechts-Tyteca (1983 : 103) : « il existe des compor (...)

27Altruisme entretient par ailleurs des rapports étroits avec « solidarité », notion qui le précède dans les médias et les discours du sens commun depuis de nombreuses années. Françoise Surdel-Schehr (1995 : 165) souligne ainsi, dans une étude consacrée à la mise en mots de la pitié, que ce qu’il y a de différent, à l’époque de la rédaction de son étude, par rapport au passé, c’est le remplacement, de plus en plus fréquent dans les médias, de pitié ou de compassion par solidarité. Le jeu de rôles ne se compose plus alors d’un « apitoyé » (plus ou moins condescendant) pratiquant une politique du don pour assister le pitoyable auquel il est confronté, mais d’un individu solidaire désireux d’aider autrui à redevenir, dans les termes du Monde (07. 01. 2000) « acteur de son destin ». Ce quotidien justifie la proximité de solidarité et d’altruisme dans un entretien (publié le 15. 09. 2018) avec un sociologue, Serge Paugam, spécialiste des formes modernes de la pauvreté et des ruptures sociales. La notion de solidarité y est présentée comme une « valeur concrète »13. Solidarité partage avec la notion de réciprocité évoquée par Pierre Rosanvallon, dans Libération (27. 08. 2011, « Nous sommes dans des sociétés en panne de réciprocité ») un trait distinctif essentiel : l’ouverture à l’Autre, la volonté de sortir des limites du communautarisme identitaire et d’agir en fonction. La voie menant vers l’altruisme est ainsi tracée et balisée par l’autorité et les analyses rationnelles d’experts explorant et problématisant, dans les médias écrits, la place accordée à l’altruisme dans l’apologie de la solidarité. Le recours à cette notion est l’aboutissement de délibérations constituant, comme le souligne Quentin Dubuis (2014 : 13-14) dans un document de la « Fabrique Spinoza », « un nouvel horizon pour l’ensemble du fonctionnement de la société » soit, comme le souligne la métaphore axiologique de l’horizon (Koren 2019 : 79-81) l’aspiration éthique à un autodépassement perfectionniste orienté par un idéal, soit une valeur jugée fondamentale par les agents pour lesquels elle fait sens.

  • 14 Le Monde du 05. 08. 2010 donne la définition de cet oxymore dénonciateur dans « Diffuser des idées (...)
  • 15 Cf., au sujet de la rationalité axiologique de l’opinion, réhabilitée par la rhétorique argumentati (...)

28L’évocation de l’anti-modèle de l’altruiste conduit enfin à des portraits critiques de l’homo œconomicus. Le chercheur, Philippe Kourilsky (Le Monde 23.04.2010), en cite la définition classique suivante : « Parfaitement rationnel, parfaitement informé », il « ne suit que son propre intérêt » et s’indigne du fait qu’« on continue à enseigner cette caricature à des millions d’étudiants ». Il avait d’ailleurs rappelé dans Le Monde du 21.12.2009 que « Le prix Nobel d’économie Amartya Sen » qualifiait naguère ce même personnage d’« idiot rationnel »14. Ce contre-exemple polémique tourne l’homo œconomicus en dérision en recourant à une argumentation ad hominem ; le centre stigmatisant du groupe nominal (l’« idiot ») y est en contradiction avec son épithète. Ce type d’incohérence incite l’interprète à en déduire le sens intentionnel suivant, relégué par l’ironie verbale dans l’implicite : raisonnement altruiste et compréhension raisonnée, éthique et savoir économique sont des notions indissociables15.

  • 16 Kimball (2001: 341) confirme la validité de cette distinction lorsqu’il déclare : « logic presuppos (...)

29Le parcours discursif menant de la compassion et de la solidarité à la notion d’« altruisme rationnel » passe enfin par des métadiscours où la résolution du dilemme politique entre fermeté impitoyable et humanité, par des solutions concrètes équilibrées et applicables, est présentée comme la seule solution valide. Il s’agit alors pour les argumentateurs de renoncer à une raison instrumentale grimée en raison théorique ou, dans les termes d’Angenot (2012 : 65), en rationnel déductif « pur »16, et de lui préférer le raisonnable de la raison pratique relevant « de la sagacité pratique et de la prudence, de l’expérience acquise dans l’application empirique ». Kimball (2001 : 341) confirme la validité de cette distinction lorsqu’il déclare :

logic presupposes the ideal of a situationally detached reasoner completely unmoved by emotion (a Pure Inquirer). This seems to make unwarranted assumptions about the role of emotion in cognitive functioning and unjustifiably to minimize the positive and reliable role of emotion in moral judgment and practical reasoning generally.

30Les auteurs des articles cherchent ainsi où se situe le juste milieu entre « l’exigence morale de l’accueil des réfugiés et l’exigence politique de protection des sociétés européennes » (Le Figaro 03. 09. 2015, « L’émotion, la morale et la politique »). Cela implique, conclut l’auteure de l’article, que l’on rétablisse une politique étrangère raisonnable et courageuse activant le pouvoir de discernement du raisonnement rationnel sans basculer dans le piège de l’opposition dichotomique du cœur et de la raison.

31Rationnel réfère alors à délibération, raisonnement critique distancié, souci de comprendre et de reconnaître, par exemple, que « nier la liberté de circulation à une partie seulement de la population mondiale » (Libération 22. 04. 2018, « Pour une politique de l’accueil et un droit d’asile effectif ») est non seulement inique, discriminatoire, mais inefficace et déraisonnable : « ce qui est vain et fou, c’est de continuer de croire qu’un monde divisé fera un monde meilleur ». L’argumentaire a alors pour fondement le versant quasi logique raisonnable et équitable de la règle de justice et non pas son versant abstrait égalitariste par trop formel (Perelman 1983, 1990). Le chemin menant aux compromis constructifs de l’altruisme rationnel et à sa conception de la responsabilité collective est ainsi tracé. Il y a passage d’une éthique de la raison théorique imperméable aux émotions morales à celle de la raison pratique au nom d’une émotion jugée profondément humaine et rationnelle par la majeure partie de l’opinion publique : la compassion altruiste solidaire.

3.4. L’« altruisme rationnel »

32La chaîne des dénominations pitié, compassion, solidarité aboutit ici au dernier en date de ses maillons : l’oxymore altruisme rationnel. Celui-ci réfère, dans les articles du corpus où il est mis en circulation, à la thèse d’Amartya Sen, fervent défenseur de la compatibilité des notions d’éthique et de politique économique et lauréat d’un prix Nobel d’économie. C’est à Sen que l’économiste Jacques Attali se réfère lorsqu’il argumente en faveur d’une économie positive, « reliante » (Le Monde Economie, 11.02.2013, « Manifeste pour l’économie positive »), soit refusant le clivage du cœur et de la raison et soucieuse de valoriser l’interdépendance de l’individu et de la collectivité et un partage équitable des biens et des bénéfices à l’échelle nationale et internationale. On observe, de plus, dans cet article, une convergence significative entre le rapport de la raison pratique et de l’éthique du discours argumentatif à l’action concrète et le manifeste d’Attali pour une conception altruiste équitable de l’économie. Il déclare ainsi : « L’économie positive c’est l’action. La morale, seule et trop abstraite, “ça n’a jamais donné que des psaumes” disait le philosophe français d’origine lituanienne Emmanuel Lévinas ». La raison pratique intime donc à l’individu et aux collectivités de faire fusionner concrètement le cœur et la raison en vue d’un passage à l’action dans le champ des politiques nationale et internationale.

33L’oxymore de Sen, repris par Attali, est d’ailleurs non seulement reliant mais « épanouissant et dynamique », souligne Alexandre Jost, fondateur de la Fabrique Spinoza, « think tank du bonheur citoyen » pour tous, dans un article de Libération (7.10.2014), intitulé « Défiance envers les politiques : “Descartes nous a fait mal !” ». L’article propose une analyse des causes des crises de la vie sociale contemporaine. L’une d’elles serait le concept cartésien de dualité qui nous invite à opposer, séparer et cliver et nous rend de ce fait « étranger à l’Autre ». L’« altruisme rationnel », conclut-il, devrait constituer « un pilier économique » majeur de l’action civile.

  • 17 Le Monde du 07.01.2000 commente cette qualification oxymorique percutante en ces termes : « Ce fou (...)

34Les oxymores d’Amartya Sen : altruisme rationnel et son contraire polémique « fou rationnel »17 sont donc bien, comme l’affirmait Monte (2008), un mode de recherche de la consonance entre des contraires dont les interactions sont jugées nécessaires au bien commun actuel, à celui des générations futures, à l’équité et à l’action.

35Cet extrait du site Slate (21. 05. 2017, « “Et en même temps : une pensée macronienne de la complexité ? ») rapporte ainsi « une bien étrange histoire » qui illustre la pertinence de la notion d’altruisme rationnel de façon particulièrement significative. Il s’agit d’une entreprise « qui s’est portée au secours d’un concurrent en difficulté dont l’usine venait d’être ravagée par une inondation ». Les raisons du sauvetage : un mélange de compassion – « nous faisons le même métier, ça aurait pu être nous » – et de considérations économiques –

  • 18 Voir aussi la définition du concept d’« économie positive » dans Le Monde du 11. 02. 2013 : elle «  (...)

notre client commun aurait cessé ses commandes aussi bien auprès de ce concurrent que de nous-mêmes puisque nos produits étaient montés sur le même système […] Nous aurions tellement aimé, dans cette histoire, discriminer chaque critère, identifier la proportion de compassion et de calcul économique voire, même, savoir lequel est premier dans la décision. Or, à chacune de nos questions toujours plus insistantes, visant toujours plus de précision et de clarté, son unique réponse était c’était tout mélangé !
Accordons-lui le bénéfice de la sincérité, et admirons cet usage du ET, du « en même temps », dans sa capacité à embrasser la complexité de toute action humaine 18.

36Le maillon éthique « solidarité » se profile ici derrière l’énoncé : entreprise « qui s’est portée au secours d’un concurrent », soit de l’Autre par excellence dans ce contexte de rivalité économique, mais les narrateurs font également preuve de rationalité axiologique lorsqu’ils admettent la fusion oxymorique soit le mélange de la compassion et d’intérêts financiers personnels. Ils reconnaissent par ailleurs la prégnance de leur conception antérieure du rationnel déductif « pur » (déjà cité) qui les a poussés, dans un premier temps à tenter de « discriminer chaque critère, identifier la proportion de compassion et de calcul ». Les énoncés suivants – son unique réponse était « c’était tout mélangé ! », cet usage du ET, du « en même temps », dans sa capacité à embrasser la complexité de toute action humaine – constituent une attestation profane de la fonction consonante de l’oxymore et d’une fusion rationnelle cohérente de contraires solidaires. On a donc pu observer ici le lien particulièrement fort établi entre la raison pratique, la mise en œuvre de l’oxymore consonant et la prise en charge d’un mode d’action réaliste configuré simultanément par des enjeux éthiques et par des dilemmes socio-politiques exigeant des solutions innovatrices.

37Loxymore consonant d’Amartya Sen qui fait l’apologie, à rebours d’une idéologie libérale individualiste encore prépondérante aujourd’hui, de la fusion du cœur et de la raison, de la compatibilité des calculs économiques intéressés et du concept éthique d’équité, aboutit par généralisation, dans quelques articles, à un dernier oxymore : réalisme utopique ou utopie réaliste (Dubuis, « Fabrique Spinoza », mars 2014). Il existerait donc des liens de cause à effet entre les vertus créatrices et heuristiques de l’imagination utopique et la consonance des antonymes oxymoriques. L’argumentation de l’aspiration à diminuer la souffrance et les injustices serait étroitement liée au refus d’« anesthésier les imaginations » (Le Monde 07.01.2000, « En route vers une réalité utopique »). Ceci implique que l’on croie non pas, en l’occurrence, dans la toute-puissance de la Raison, mais dans les enjeux de la raison pratique et dans les vertus du « rêve », de l’imagination et d’une élévation éthique perfectionnistes, animés par un sentiment de responsabilité envers autrui et par la volonté de rester « acteur de notre propre destin ».

Conclusion

38Surdel-Schehr (1995) souligne à la fin de son étude que, dans son corpus de référence (1830- 1970), la compassion est à la fois vertu charitable et son contraire et qu’elle « applique les préceptes chrétiens ou au contraire s’en éloigne jusqu’à n’être plus que sa propre caricature ». Cette oscillation antithétique est toujours encore valide et pertinente dans le cas du corpus de cette étude : on a en effet recensé et analysé, dans sa première partie, quatre types de dénonciation médiatique de l’appel à la pitié où celui-ci constitue « sa propre caricature ». La seconde partie nous a, en revanche, confrontés à une approche de l’argumentation par la pitié, valorisée par sa fusion avec le rationnel.

39Ce qui constitue toutefois l’apport le plus fort de l’analyse de ce corpus à l’argumentation de l’émotionnel et du rationnel, c’est l’intrication des rhétoriques figurale et argumentative, marquée dans la façon dont une figure paradoxale, l’oxymore, permet de penser le rapport de la pitié à la raison pratique, et d’en éclairer les enjeux éthiques tout en rendant compte de la complexité des dilemmes politiques et des jugements de valeur auxquels ils donnent lieu.

Haut de page

Bibliographie

Amossy, Ruth & Roselyne Koren. 2009. « Rhétorique et argumentation : approches croisées », Argumentation et Analyse du Discours 2, http://journals.openedition.org/aad/561

Amossy, Ruth. [2000] 2016. L’argumentation dans le discours (Paris : Armand Colin)

Angenot, Marc. 2012. Le rationnel et le raisonnable. Sur un distinguo de Chaïm Perelman, Discours Social 42 (Montréal : P. U. McGill)

Boltanski, Luc. 2007 [1993]. La souffrance à distance (Paris : Gallimard, folio essais)

Bonhomme, Marc. 2005. Pragmatique des figures du discours (Paris : Champion)

Chatenay, Gilles. 2004/3. « L’homo œconomicus est-il toujours un ‘idiot rationnel’ ? », La Cause freudienne 58, « Maladies d’époque », 209 - 211

Dubuis, Quentin. 2014/3. « Regard philosophique sur l’altruisme rationnel », Association La Fabrique Spinoza, http://fabriquespinoza.fr/wp-content/uploads/2014/10/Altruisme-Rationnel-Fabrique-Spinoza-final-relu.pdf

Kimball, Robert H. 2001. “Moral and Logical Perspectives on Appealing to pity”, Argumentation 15, 331-346, https://doi.org/10.1023/A :1011171200997

Koren, Roselyne.1996. Les enjeux éthiques de l'écriture de presse (Paris : L’Harmattan, coll. « Sémantique »)

Koren, Roselyne. 2001. « Quand informer, c’est dire le blanc et le noir : quelques effets pervers de l’oscillation binaire », Bogaards, Paul, Johan Rooryck & Paul Smith (éds.), Quitte ou Double Sens, Articles sur l’ambiguïté offerts à Ronald Landheer (Amsterdam : Rodopi), 177-200

Koren, Roselyne. 2006. « La Responsabilité des Uns dans le regard des Autres : l’effacement énonciatif au prisme de la prise de position argumentative », Semen 22, « Énonciation et responsabilité dans les médias », 93-108

Koren, Roselyne. 2019. Rhétorique et éthique. Du jugement de valeur (Paris : Classiques Garnier)

Micheli, Raphaël. 2008. « Les usages du pathos dans les débats parlementaires français sur l'abolition de la peine de mort : une approche argumentative », http://www.astrid-online.it/static/upload/protected/S6 m/S6 micheli

Molinié, Georges. 1992. Dictionnaire de rhétorique (Paris : Librairie Générale Française)

Monte, Michèle. 2008. « Le jeu des points de vue dans l’oxymore : polémique ou reformulation ? », Langue française 160, « Figures et point de vue », 37-53

Morier, Henri. 1961. Dictionnaire de poétique et de rhétorique (Paris : PUF)

Pellé, Sophie. 2009. « Amartya K. Sen : la possibilité d’une éthique économique rationnelle », Economies et finances, Université Panthéon-Sorbonne, Français, fftel-00511366v2

Perelman, Chaïm. 1970. Le champ de l’argumentation (Bruxelles : P. U. de Bruxelles)

Perelman, Chaïm. 1977. L’empire rhétorique. Rhétorique et argumentation (Paris : Vrin)

Perelman, Chaïm & Lucie Olbrechts-Tyteca. 1983 (4e édition). Traité de l’argumentation. La nouvelle rhétorique (Bruxelles : Éditions de l’U. de Bruxelles)

Perelman, Chaïm. 1989. Rhétoriques (Bruxelles : Éditions de l’U. de Bruxelles)

Perelman, Chaïm. 1990. Éthique et droit (Bruxelles : Éditions de l’U. de Bruxelles)

Picoche, Jacqueline.1995. « Combien y a-t-il de cœurs en français ? », Langue française 105, « Grammaire des sentiments », 120-125

Rabatel, Alain. 2017. Pour une lecture linguistique et critique des médias Empathie, éthique, point(s) de vue (Limoges : Lambert-Lucas)

Surdel-Schehr, Françoise. 1995. « Défense et illustration d’un thème littéraire : La pitié », Rastier, François (éd.), L’analyse thématique des données textuelles L’exemple des sentiments (Paris : Didier Érudition), 147-166

Walton, Douglas. 1992. “Argumentum ad Misericordiam”, The Place of emotion in Argument (University Park : Penn State Press), 105-142

Haut de page

Notes

1 La situation est différente dans le champ de l’analyse du discours et de l’argumentation des émotions. Cf. dans Amossy (2000 : 169-178) la présentation de l’état des recherches sur « l’imbrication de l’émotionnel et du rationnel dans l’argumentation ».

2 On considérera ici, comme beaucoup de nos contemporains, pitié, compassion et solidarité comme des synonymes.

3 http://www.rfi.fr/afrique/20151119-attentats-paris-compassion-selective-africains-nigeria-boko-haram-terrorisme ; https://arretsurinfo.ch/terreur-planetaire-et compassionselective/ ;https://www.arretsurimages.net/chroniques/la-somalie-dans-son-tiroir https://www.arretsurimages.net/chroniques/le-matinaute/somalie-les-morts-dont-on-se-fiche-encore-plus-que-les-autres ; https://www.nouvelobs.com/rue89/rue89-monde/20100119.RUE4516/comment-haiti-a-franchi-le-barrage-de-la-compassion-selective.html.

4 http://fabriquespinoza.fr/wp-content/uploads/2014/10/Altruisme-Rationnel-Fabrique-Spinoza-final-relu.pdf, le site des Échos (23. 06. 2017)

5 https://www.banque-france.fr/sites/default/files/media/2018/06/26/guillaume-maujean.pdf

6 http://www.slate.fr/story/145887/meme-temps-pensee-macronnienne-complexite

7 Le numéro 2 de la revue Argumentation et Analyse du Discours est entièrement consacré à l’intrication des rhétoriques argumentative et figurale. Les auteures y théorisent la question de l’argumentativité des figures.

8 L’assimilation de l’oxymore à l’antithèse ne fait pas consensus parmi les rhétoriciens. Morier se prononce pour, le groupe µ conteste cette assimilation. J’abonderai ici dans le sens de Morier et le considérerai comme « une sorte d’antithèse. Bonhomme (2005 : 158) considère l’oxymore comme une variante hyponymique dont l’hypéronyme est, selon lui, le paradoxe.

9 On lit ainsi dans Libération (07. 10. 2019) : « Lundi, la majorité a lancé son débat parlementaire sur l’immigration en tentant un numéro d’équilibriste entre humanité” et “fermeté” ».

10 J’emprunte la qualification : l’« apitoyé » à Surdel-Schehr (1995 : 149).

11 Consulter, au sujet de cet aspect doxique, politically correct, de la monstration de la compassion, Micheli (2008 : 1), Rabatel (2017 : 313-314).

12 Voir, au sujet de la mise en œuvre discursive et argumentative de cette règle et de sa transgression Koren (2019), p.247-277. Voir également l’analyse critique de ce type d’argument dans Kimball (2001 : 333-334).

13 J’emprunte cette qualification à Perelman et Olbrechts-Tyteca (1983 : 103) : « il existe des comportements et des vertus qui ne peuvent se concevoir que par rapport à des valeurs concrètes. Les notions d’engagement, de fidélité, de loyauté, de solidarité, de discipline sont de cette espèce. ».

14 Le Monde du 05. 08. 2010 donne la définition de cet oxymore dénonciateur dans « Diffuser des idées anti-utilitaristes » : « L’homme est devenu”une machine à calculer », obsédé par une question et une seule : à quoi ça me sert ? Est-il rentable de se marier ? Que peut rapporter un crime ? Quel intérêt ai-je à croire en Dieu ? Quel bénéfice puis-je tirer d’un diplôme ? ».

15 Cf., au sujet de la rationalité axiologique de l’opinion, réhabilitée par la rhétorique argumentative, Koren (2019).

16 Kimball (2001: 341) confirme la validité de cette distinction lorsqu’il déclare : « logic presupposes the ideal of a situationally detached reasoner completely unmoved by emotion (a Pure Inquirer). This seems to make unwarranted assumptions about the role of emotion in cognitive functioning and unjustifiably to minimize the positive and reliable role of emotion in moral judgment and practical reasoning generally ».

17 Le Monde du 07.01.2000 commente cette qualification oxymorique percutante en ces termes : « Ce fou est d’abord rationnel au sens de l’agent rationnel du libéralisme de marché, puisqu’il cherche à maximiser son bien-être. Sa folie provient de ce que l’augmentation du bien-être des autres accroît le sien propre. Calculateur mais altruiste, cette juxtaposition de termes apparemment contradictoires suffit à dérégler la pendule de la théorie libérale des marchés ». La consonance des contraires résulte ici de de la coexistence d’enjeux individualistes et altruistes à la fois. Il y a inversion des connotations péjoratives de l’égoïsme, déculpabilisé et légitimé dans ce cas par ses interactions avec les motivations rationnelles de l’altruisme. Le calcul est ici, comme on l’a vu plus haut, un moyen raisonnable au service d’une fin éthique : considérer la totalité des êtres humains comme des sujets de droits égaux.

18 Voir aussi la définition du concept d’« économie positive » dans Le Monde du 11. 02. 2013 : elle « rassemble toutes les entités produisant des biens ou des services, marchands ou non marchands, d’une façon économiquement viable et utile à la fois aux employés et aux clients, à leurs communautés et aux générations suivantes ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Roselyne Koren, « Raison pratique et sentiment moral : de quelques métadiscours journalistiques sur l’argumentation par la pitié »Argumentation et Analyse du Discours [En ligne], 24 | 2020, mis en ligne le 16 avril 2020, consulté le 18 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/aad/4031 ; DOI : https://doi.org/10.4000/aad.4031

Haut de page

Auteur

Roselyne Koren

Université Bar-Ilan, ADARR

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Argumentation & analyse du discours est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo ADARR Tel-Aviv
  • Logo Université Tel-Aviv
  • Logo DOAJ
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search