Navigation – Plan du site

AccueilNuméros28Légitimer la gestion de crise pen...

Légitimer la gestion de crise pendant la Covid-191

Legitimating crisis management during the Covid-19
Ruth Wodak
Traduction de Ruth Amossy
Traduction(s) :
Legitimizing Crisis Management during COVID-191 [en]

Résumés

A la mi-mars 2020, les gouvernements européens (et pas seulement eux) ne pouvaient plus nier le danger que représentait la pandémie de la Covid-19, et se devaient de l’affronter au plus vite. Différents types de gestion de crise ont été adoptés par les dirigeants pour persuader la population d’accepter les mesures destinées à enrayer la propagation du virus, et par là à réduire la peur et l’incertitude. Certaines mesures entraînaient de graves restrictions des droits humains (telle que la liberté de mouvement). C’est pourquoi différentes stratégies de légitimation ont été mobilisées pour créer dans l’ensemble de la société un consensus sur la nécessité de ces mesures. Certains gouvernements ont également instrumentalisé la pandémie à des fins autoritaires. Dans cet article, on analyse différentes stratégies de légitimation, selon l’approche proposée à l’origine par Van Leeuwen et Wodak (1999) et approfondie par Wodak (2018, 2021). Dans ce cadre la légitimation est mise en relation avec des schèmes argumentatifs précis qui sont toujours analysés en contexte. Les données traitées ici proviennent d’allocutions gouvernementales et de conférences de presse tenues en Autriche et en Hongrie, en France, en Suède et en Nouvelle-Zélande durant la période allant de mars à décembre 2020.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Il s’agit d’une version abrégée et amplement révisée de Wodak 2021b. Je tiens à remercier Matthew J (...)

1A la mi-mars 2020, la plupart des gouvernements européens ont décidé qu’ils ne pouvaient nier plus longtemps la dangereuse pandémie de la Covid-19, et qu’ils se devaient de faire rapidement face à la crise. Différents modes de communication de crise ont été adoptés par les chefs de gouvernement pour persuader les gens de respecter les diverses mesures destinées à contrer la propagation du virus, et réduire de la sorte les craintes et les incertitudes. Comme le soutient Bauman (2006 : 31), « toutes les cultures humaines peuvent être comprises comme d’ingénieux dispositifs calculés pour rendre vivable une vie accompagnée de la conscience de la mortalité ».

  • 2 Voir, par exemple, Stråth et Wodak (2009) ; Powers et Xiao (2008) ; Huang et Holmgreen (2020).

2En fait, les gouvernements légitiment souvent leurs propositions politiques en faisant appel à des impératifs de sécurité. De tels arguments ont joué un rôle éminent après la fin de la guerre froide en 1989, et ont été énergiquement revigorés après les attentats du 11/9, au moment des flux de réfugiés de 2015/16 (généralement appelés « crise des réfugiés »), et face aux activités terroristes de l’État islamique et des terroristes d’extrême-droite. Chaque crise contribue à des scénarios de menace à la fois nouveaux et anciens, comme on a pu l’observer en ce qui concerne la crise financière, la crise de l’euro, celle du SRAS et l’ainsi dénommée « crise des réfugiés »2.

  • 3 Voir, par exemple, Van Leeuwen et Wodak 1999 ; van Leeuwen 2007 ; Wodak 2018.

3Rien d’étonnant donc à ce que la pandémie de Covid-19 soit également conforme à ce modèle. Les gouvernements devaient persuader les citoyens de suivre les mesures proposées, dont certaines impliquaient de sévères restrictions des droits de l’homme (telles que la liberté de circulation, etc.). Par conséquent, différentes stratégies de légitimation3 ont été mises en œuvre pour créer un large consensus social sur le fait que de telles mesures étaient effectivement nécessaires. Certains gouvernements ont – comme on l’illustre plus loin – également instrumentalisé la pandémie pour la mettre au service de leurs objectifs autoritaires. Par la suite, de nombreux débats ont émergé pour contester des mesures aussi radicales et appeler à plus de transparence dans les procédures décisionnelles du gouvernement. Les mesures étaient-elles vraiment nécessaires ? Comment ont-elles été officiellement légitimées ? Par qui ?

  • 4 Les pays choisis opposent les pays riches et les pays pauvres (selon la division Nord/Sud dans l’Un (...)

4Il est bien sûr impossible – à l’automne 2021 – de faire le point sur les différents types de gestion de crise et de communication de crise, ainsi que sur les contre-discours, car la crise n’est pas encore terminée. C’est pourquoi, dans cet article, je présente des conclusions intermédiaires qui couvrent un volet bien circonscrit du discours : les discours gouvernementaux prononcés pendant le confinement mondial de mars 2020 à juin 2020 (section 3). En analysant un échantillon d’allocutions et de conférences de presse importants de dirigeants de gouvernements européens (pris comme le « visage de la gestion de crise ») en Autriche, en Nouvelle-Zélande, en France, en Hongrie et en Suède, il est possible de déconstruire des mesures et des procédures jugées adéquates pour faire face à cette pandémie4 (voir Wodak 2021b pour l’analyse d’un plus grand nombre de pays et de données). En effet, les politiciens devaient légitimer leurs décisions de manière publiquement acceptable à travers différentes stratégies de légitimation, combinées à des garants (topoï) liés au « bon sens » ou doxa de la population (voir Wodak 2018 : 41-46, Wodak 2020 : 136-141). Dès lors, nous sommes confrontés à des appels aux experts (légitimation d’autorité combinée avec le topos d’autorité) ; à des prédictions statistiques (légitimation par la rationalisation combinée avec le topos des nombres), aux expériences historiques (stratégie de la mythopoesis combinée avec le topos de l’histoire), et aux valeurs et normes proéminentes (légitimation morale combinée avec les droits de l’homme et le topos de la solidarité).

  • 5 Voir, par exemple, Stern (2020) ; Khoo et Schimpfössl (2020) ; Novy et Winckler (2020) pour des ana (...)

5En raison des limites d’espace, cependant, je dois omettre les voix de l’opposition aux décisions des gouvernements, et celles des négationnistes de la Covid-19 à l’intérieur du gouvernement, c’est-à-dire des dirigeants qui ont nié et banalisé le danger causé par la pandémie, tels que Donald Trump, Jair Bolsonaro et, du moins au début, Boris Johnson5.

  • 6 Voir Wodak (2021b) pour plus de détails sur l’impact de la « peur de la mort » concernant la pandém (...)
  • 7 Voir Pyszczynski (2004) ; Triandafyllidou et al. (2009) ; De Rycker et Mohd Don (2013) ; Neüff (201 (...)

6Je me concentre sur quatre cadres qui se dégagent d’une analyse historique-discursive abductive et comparative, dont chacun est utilisé stratégiquement – dans des contextes socio-politiques différents – pour atténuer la « peur de la mort 6», combiné avec des stratégies de légitimation appropriées : un « cadre religieux », un « cadre dialogique », un cadre fondé sur la « confiance » et un cadre centré sur « la conduite de la guerre» (section 5). Il est important de noter que ces cadres sont discursivement légitimés de manière significativement différente (section 3). Dans la mesure où la menace de crises économiques et politiques déclenche un nationalisme patriotique7 et l’unification d’un « nous » contre un « eux » qui transcende jusqu’aux clivages traditionnels gauche/droite (section 4), il n’est pas surprenant que les mêmes phénomènes se soient produits dans le cas de la Covid-19. Même l’espace Schengen a été soudainement suspendu (pour « empêcher le virus d’entrer ») et les frontières ont été fermées.

1. Discours, cadrage et légitimation

7Dans cette analyse, je m’inspire de l’approche de Robert Entman sur le « cadrage » (lequel adopte la théorie bien connue d’Erving Goffman, cf. van Dijk 2020). Comme l’explique Entman, il s’agit de sélectionner certains aspects de la réalité perçue et de les rendre plus saillants dans le texte communicant. Selon lui, le cadrage « joue un rôle majeur dans l’exercice du pouvoir politique, et le cadre d’un texte d’actualité est en réalité la marque du pouvoir » (1993 : 52). Historiquement parlant, l’intérêt de Goffman pour les cadres et le cadrage coïncide avec l’analyse des cadres dans d’autres disciplines, en particulier en linguistique (« frame semantics », Fillmore 1976) et en intelligence artificielle (van Dijk 2020 : 35-36).

8Dans l’analyse historique-discursive qui suit, je combine l’analyse de la légitimation avec celle du cadrage et de l’argumentation. Les cadres servent de « cadres d’interprétation », de visions du monde, ou – dans la terminologie de la théorie de la gestion du terrorisme – de « visions culturelles du monde ». « Cadre d’interprétation » (Deutungsrahmen) est l’étiquette utilisée pour « cadre » dans le paradigme de la sociologie de la connaissance (par exemple Gotsbacher 1999). La fonction des « cadres d’interprétation » pour la compréhension du texte est de transmettre des éléments de sens qui peuvent être invoqués par les locuteurs et les écrivains comme allant de soi (par exemple Cicourel 1975). Ces présupposés et ces attentes sont captés par le public visé, par l’intermédiaire duquel les énoncés proférés sont investis de leur sens complet (c’est le « dialogisme » selon Bakhtine 1982). Ces éléments consistent – d’une part – en définitions des identités des locuteurs, lesquelles sont indexées et attribuées à travers des mécanismes de négociation des identités et des relations sociales ; d’autre part, en définitions du contexte et des connaissances sociales implicites.

  • 8 Dans le sens de recours à une autorité extérieure

9Van Leeuwen et Wodak (1999) ont introduit un cadre d’analyse du langage de la légitimation qui comprend quatre grandes catégories : l’autorisation8, l’évaluation morale, la rationalisation et la mythopoesis. La légitimation en tant qu’autorisation dépend de la référence à une autorité personnelle, impersonnelle, experte ou modèle, mais peut également faire appel à la coutume sous la forme de la tradition ou de la conformité aux usages. La légitimation en tant que moralisation est fondée sur des valeurs morales abstraites (religieuses, droits de l’homme, justice, culture, etc.), des revendications expressément évaluatives ou sur une analogie avec des cas moraux supposés établis. La légitimation par la rationalisation fait référence soit à l’utilité de la pratique sociale ou à une de ses parties (c’est-à-dire la rationalisation instrumentale à travers des objectifs, des moyens ou des résultats), soit à ce qui est perçu comme les « faits de la vie » (c’est-à-dire une rationalisation théorique par la définition, l’explication ou la prédiction). La rationalisation peut être établie par le recours au « bon sens », ou par des experts dans les domaines de connaissances mobilisés pour la légitimation, par exemple l’économie, la biologie ou la technologie. Dans la légitimation par la mythopoesis, les partisans de la politique en question s’appuieront sur des récits qui peuvent servir d’exemples ou de mises en garde.

10Compte tenu de sa nature sociopolitique, la légitimation s’appuie régulièrement sur des schémas d’argumentation récurrents pour persuader le public de l’acceptabilité ou de la nécessité d’une action ou d’une politique spécifique (voir tableau 1).

Autorisation (ou construction d’autorité)

Autorité

Autorité personnelle : Fondée sur le statut institutionnel des individus/groupes

Autorité impersonnelle : Issue de lois, de politiques, de règlements, etc.

Autorité experte : Expertise académique, scientifique ou autre type d’expertise crédible

Autorité du modèle : Popularité et acceptabilité des positions adoptées par des modèles ou des leaders d’opinion

Coutume

Autorité de la tradition : Acceptabilité de ce qui est dit avoir été fait de tout temps

Autorité de conformité : Acceptabilité de ce que tout le monde ou la plupart des gens font

Moralisation

Abstraction : Description abstraite de pratiques qui les relie à des valeurs morales

Évaluation : Légitimation des positions et des pratiques par des adjectifs évaluatifs

Analogie : Légitimation fondées sur des comparaisons et des contrastes

Rationalisation

Rationalisation instrumentale

Orientée vers les objectifs : Axée sur les objectifs, les intentions, les buts

Orientation vers les moyens : Axée sur les objectifs intégrés dans les actions comme moyens d’atteindre une fin

Orientation vers les résultats : Axée sur les résultats des actions comme s’ils étaient déjà connus

Rationalisation théorique

Définition : Caractérise les activités en termes de pratiques déjà moralisées

Explication : Caractérise les gens en tant qu’acteurs parce que la façon dont ils font les choses est appropriée à la nature de ces acteurs

Prédiction : Prévoit les résultats sur la base d’une certaine forme d’expertise

Mythopoesis

Contes moraux : Raconte des décisions et des pratiques gratifiantes des acteurs

Contes de mise en garde : Lie les pratiques non conformistes à des conséquences indésirables

11Tableau 1 : Types de légitimation (adaptés de Wodak 2018).

  • 9 En raison des limites d’espace, je ne peux commenter ici les nombreuses taxonomies existantes et do (...)

12Dans une élaboration plus spécifique de la relation entre la légitimation (l’argumentation) et les valeurs normatives (le « bon sens » tel qu’utilisé dans la légitimation politique), van Eemeren (2010) emploie le terme aristotélicien d’endoxon pour définir la connaissance présupposée du bon sens que partage une communauté épistémique spécifique. À travers la notion d’endoxa en tant que croyances communément admises, van Eemeren (2010 : 111) corrobore la thèse de Habermas (1992) selon laquelle les systèmes juridiques dépendent en fin de compte des systèmes moraux, même si la morale infiltre la loi par tous les interstices ouverts à l’interprétation (par exemple Van Leeuwen et Wodak 1999 : 111). Une stratégie-clé de l’approche historique-discursive consiste à expliciter les topoi tacites ou implicites sous forme de paraphrases conditionnelles ou causales (Reisigl et Wodak 2001 : 69-80). Par exemple, l’appel à la légitimation morale fonctionne ainsi : « Nous devons protéger les groupes vulnérables » implique « si nous protégeons les groupes vulnérables nous agissons selon les normes de solidarité qui sont un élément de cohésion nécessaire dans notre société ». Dans le contexte de la légitimation, l’analyse des topoi peut révéler une logique imparfaite, des conclusions manipulatrices ou erronées, car ce qu’ils ignorent ou contournent peut être d’ordre fallacieux9.

13Pour comprendre la dynamique spécifique de la légitimation dans des contextes particuliers tels que la crise financière de 2008 ou la pandémie de la Covid-19, il est important de se concentrer sur les modèles et les caractéristiques typiques de ces stratégies discursives dans leur contexte. Les stratégies de légitimation sont nécessairement liées à des schémas d’argumentation spécifiques liés à un contenu qui servent à étayer des décisions spécifiques de manière plausible, souvent de bon sens (Wodak 2018). Comme l’a montré Wodak (2021a : 84), la légitimation peut également se présenter sous la forme d’un déni du problème, combiné à une contre-attaque, et accompagné d’une présentation négative de l’Autre – on attaque l’accusation (parfois seulement alléguée) et l’accusateur (voir la section 3). Dans ce cas, l’argumentation s’appuie souvent sur le discrédit de l’adversaire (argumentum ad hominem), sur une menace dirigée contre lui (argumentum ad baculum) ou sur une revendication alternative mise en œuvre pour rejeter le blâme sur d’autres. De plus, des stratégies visant à la relativisation et à la banalisation du problème se font jour, fréquemment à travers l’utilisation de comparaisons (fallacieuses) ou de stratégies d’assimilation : « La grippe “ordinaire” est également dangereuse ».

2. Covid-19 et tendances à la renationalisation

14Les analogies et les comparaisons, les arguments utilisant des statistiques, des classements ou des chiffres et une rhétorique persuasive appelant les citoyens à respecter les réglementations et les mesures édictées ont été les principales stratégies adoptées pendant les mois de confinement dans la plupart des pays où les dirigeants gouvernementaux ont pris au sérieux le danger posé par le coronavirus. Une tendance à la renationalisation est apparue tout au long du processus, en particulier lorsqu’il s’agissait de persuader les citoyens de suivre les règles du pays concerné. Nous sommes donc confrontés à une biopolitique nationale (qui conçoit métaphoriquement la nation comme organisme) et à une politique nationaliste (Musolff 2010 ; Wodak 2021a ; Boin, Lodge et Luesink 2020).

15En Autriche, par exemple, il ne pouvait y avoir aucun doute sur celui qui devait en fin de compte être considéré comme le « sauveur de la nation », un « père » sage et sévère qui se soucie de tous les « véritables » Autrichiens et établit des règles en conséquence, pour le dire dans les termes du linguiste George Lakoff et de sa métaphore de la « nation comme famille ». La peur et le renoncement sont, selon la promesse, suivis de l’espérance et du salut (Lakoff 2004). Dans l’ensemble, la démarche nationaliste souvent mentionnée qui consiste à « resserrer les rangs » a un effet rassurant. Le Chancelier Sebastian Kurz a souligné à plusieurs reprises, par exemple dans le ZIB Spezial (la principale chaîne d’information) le 30 mars 2020 : « Je fais pleinement confiance à notre Autriche ». De plus, au parlement le 3 avril 2020, Kurz était absolument convaincu que l’Autriche ou « l’Équipe Autriche » surmonterait la crise – et le ferait mieux que d’autres pays. Une compétition nationaliste semblait à l’ordre du jour :

Je vous garantis que l’Autriche survivra à cette crise : l’Autriche traversera cette crise mieux que d’autres pays, l’Autriche sortira de cette crise plus rapidement que d’autres pays, mais seulement si nous restons unis et si nous faisons une chose : persévérer.

16Kurz a également souligné de plus en plus fortement qu’il n’y avait pas d’alternative aux mesures gouvernementales ; le soi-disant argument de « il n’y a pas d’alternative » a été utilisé comme une légitimation par la rationalisation. Les décisions ont ainsi été essentialisées :

« Nous faisons ce qu’il faut » ; « Nous sommes tout à fait convaincus que nous faisons ce qu’il faut » ; « Les mesures que nous prenons sont les bonnes » (ZIB Spezial, 30 mars 2020). « Toutes les études le prouvent : si nous n’avions pas pris ces mesures, il y aurait eu une propagation massive en Autriche avec jusqu’à cent mille morts » (Kurz, ZIB II, 6 avril 2020).

17Des éloges ont été adressés, selon la métaphore de Lakoff, aux « enfants sages et qui se conduisent bien » de la famille autrichienne : « Nous sommes impressionnés par ce que vous accomplissez », « Bon courage ! » - et à travers une comparaison de la crise au défi que constitue un effort sportif stressant : « C’est un marathon » (Kurz, ZIB Spezial, 20 mars 2020).

18La politique identitaire nationale implique nécessairement une présentation de soi positive et une présentation négative des autres. De ce point de vue, les événements, les statistiques et les discours techniques nourrissent le contexte dans lequel les gouvernements puisent des couples binaires tels que les bons et les méchants, les bourreaux et les victimes, les experts et les gens ordinaires, les personnes en bonne santé et les malades, les personnes âgées et les jeunes, ceux qui respectent les règles et ceux qui les transgressent. De plus, la panique médiatique produit et reproduit des stratégies de blâme et de déni qui mènent à des récits de déclin, d’impuissance, d’ascension ou de succès, de pouvoir ou de contrôle, ainsi qu’à une rhétorique véhémente du bouc émissaire (Wodak 2021a). Ces boucs émissaires, selon les constructions médiatiques et les propositions de certains politiciens, doivent être châtiés et subir les conséquences de leurs actes. Au cours des premiers mois de la crise de la Covid-19, les boucs émissaires ont varié, allant du « virus chinois » de Trump au « virus croate » du gouvernement autrichien en référence aux personnes qui avaient passé leurs vacances en dehors de l’Autriche, en Croatie, malgré la propagande patriotique exhortant tout le monde à rester en Autriche pendant les congés afin de stimuler l’économie autrichienne. En rejetant le blâme sur les boucs émissaires, le gouvernement peut légitimer l’exclusion de certains groupes par une fermeture des frontières, en agitant le slogan de « Protégeons notre people » (contre les migrants, les demandeurs d’asile) ; ou d’imposer des mesures plus strictes au nom du danger encouru par les mouvements antivax (plutôt que de s’excuser d’avoir mené des campagnes de vaccination qui n’ont pas eu le succès escompté), etc. De plus, depuis la fin du confinement en mai 2020, nous avons été témoins de contre-discours répandant des théories du complot sur les origines du virus (Bill Gates, George Soros, les entreprises pharmaceutiques, les politiciens, les médias etc. seraient à blâmer pour la pandémie [cf. par exemple Spring et Wendling 2020]).

3. Quatre cadres et leur légitimation

3.1. Le cadre religieux – Légitimation par la moralisation

19Dans le discours hégémonique autrichien, la fête catholique de Pâques a constitué un tournant pendant la crise de la Covid-19 et s’est prêtée à la construction d’un cadre religieux. Le recours à une métaphore de catastrophe naturelle a permis de construire des scénarios dystopiques et d’ajouter une note de pathos liée à la souffrance et la mort : « Cette crise entraînera la maladie, la souffrance et, pour certaines personnes, la mort » (Kurz, ZIB Spezial 14 mars 2020). « Le virus menace la chose la plus importante qui soit pour nous, à savoir notre santé » (Kurz, ZIB Spezial 18 mars 2020). « C’est la plus grande crise depuis la Seconde Guerre mondiale ». « Beaucoup de gens ne peuvent imaginer ce qui va arriver dans quelques semaines. C’est le calme d’avant la tempête ». « Nous aurons bientôt aussi en Autriche une situation où chacun connaîtra quelqu’un qui est mort du Corona » (ZIB Spezial, 30 mars 2020).

20Si le virus en venait à être vaincu, Kurz (employant ici une métaphore de guerre) promettait une « résurrection » après Pâques, utilisant ainsi un cadre catholique, une allusion au récit de la rédemption : « La semaine de Pâques sera une semaine décisive pour nous. Ce sera une semaine qui déterminera si la résurrection d’après Pâques que nous souhaitons tous peut avoir lieu » (ZIB Spezial, 6 avril 2020).

21Le cadre religieux offre une consolation dans les moments où la mort est redoutée. Comme le soutient Bauman (2006 : 30) : « La mort est l’“inconnu” incarné » ; et parmi tous les autres “inconnus”, c’est le seul qui échappe totalement et véritablement à la connaissance. Quoi que nous ayons fait pour nous préparer à la mort, la mort nous trouve non préparés ». Tout le monde craint la mort, poursuit Bauman. Lors d’une pandémie, donc, période où de nombreuses personnes perdent la vie, les gens acquièrent nécessairement une conscience accrue de la mort, on ne peut pas nier sa présence. En conséquence, « la perspective de l’éternité » est une « source de joie perpétuelle pour les bons et les diligents » (Bauman 2006 : 32). Ce cadre se prêtait idéalement à affronter l’incertitude causée par la pandémie, et la peur inhérente de la mort ; il légitimait ainsi moralement jusqu’aux mesures les plus restrictives.

22En outre, la rhétorique officielle promettait une victoire sur le virus après une longue et douloureuse épreuve et de nombreuses souffrances, et peignait un avenir plein d’espoir, comme indiqué dans une « lettre ouverte du Chancelier fédéral avant Pâques » (11 avril 2020, cité dans vienna.at). Ici, les citoyens autrichiens ont été confrontés à un processus de légitimation par la mythopoesis :

Nos Pâques se déroulent dans des circonstances particulières cette année. [...] Les mesures prises ont exigé de nombreux efforts de notre part mais étaient nécessaires pour éviter le pire. Quatre personnes sur cinq infectées par le Corona n’ont aucun symptôme et ne savent donc pas qu’elles sont malades. Cependant, elles peuvent infecter d’autres personnes, pour lesquelles la maladie est potentiellement mortelle. C’est l’une des raisons pour lesquelles le virus est si dangereux pour notre société. [...] L’année prochaine, à Pâques, nous voulons pouvoir regarder en arrière ensemble et dire : « Comme c’est bien que nous ayons vaincu le coronavirus ».

23La combinaison d’un cadre religieux avec des mesures strictes pendant le confinement et des appels à la responsabilité s’est également avérée efficace dans la gestion de la crise de la Covid-19 en Grèce. Comparé à d’autres pays qui dépendent fortement du tourisme, le nombre de morts y est resté faible par rapport au taux de population (OMS 2021) ; les mesures strictes ont été assouplies très lentement, contrairement par exemple à l’Autriche, où un assouplissement rapide (poussé par les entreprises et les grands et puissants lobbies touristiques) a conduit à une augmentation incroyablement rapide du nombre de cas positifs au cours de l’été et de l’automne 2020.

3.2. Un cadre dialogique – Légitimation par la rationalisation et l’autorisation

24La Nouvelle-Zélande (et, entre autres, l’Allemagne) a engagé un quasi-dialogue avec ses citoyens. On pourrait considérer la Première ministre Jacinda Ardern comme une mère attentionnée usant d’une stratégie qui consiste à fournir de nombreuses informations, explications et justifications, ainsi qu’une vision positive de l’avenir. Elle a prononcé cinq discours dans lesquels elle a fait le point sur la situation. Lors de son premier discours (21 mars 2020), à l’instar de la Chancelière allemande Angela Merkel, elle a tenté de rassurer le peuple (s’adressant explicitement à tous les Néo-Zélandais) sur le fait que le gouvernement savait ce qu’il convenait de faire, avait déjà fixé des priorités et décidé des mesures à mettre en œuvre. En énumérant des règles claires et distinctes et en présentant un raisonnement concis et logique exposant les raisons pour lesquelles tout le monde devait les respecter, elle a affirmé que la situation était sous contrôle. De plus, elle a explicitement indiqué qu’il était compréhensible que les gens éprouvent un sentiment d’incertitude – c’est pourquoi elle a fourni une voie à suivre clairement définie. Elle a conclu sur une note positive. Dans tout le discours, il n’y avait aucun scénario de danger, aucun avertissement aux citoyens qu’ils pourraient être punis s’ils violaient les règles. Aucune concurrence avec d’autres pays n’était présentée et la rhétorique restait complètement laïque, sans aucune mention de tropes religieux ou d’allusions à un nationalisme de type nativiste10.

Je m’adresse directement à tous les Néo-Zélandais aujourd’hui pour vous donner autant de certitude et de clarté que possible dans la lutte contre le Covid-19. [...]

Je comprends que tous ces changements rapides créent de l’anxiété et de l’incertitude. Surtout quand il s’agit de changer notre façon de vivre. C’est pourquoi aujourd’hui, je vais vous expliquer aussi clairement que possible ce à quoi vous pouvez vous attendre dans la poursuite de notre lutte commune contre le virus. [...]

Le système d’alerte comporte quatre niveaux. À chaque niveau, il y a des choses que nous avons besoin que vous fassiez, pour vous maintenir en sécurité. Et il y a aussi des choses que fera le gouvernement. [...]

Nous utiliserons ce système d’alerte chaque fois que nous mettrons à jour le nombre de nos cas, afin que vous sachiez si dans votre région il a augmenté, ou diminué, ou est resté le même. Et ce que vous devrez faire. [...]

Pour l’instant, je demande à la Nouvelle-Zélande de faire ce que nous faisons si bien. Nous sommes un pays créatif, pratique et attaché à la notion de communauté. Nous n’avons peut-être rien expérimenté de tel de notre vivant, mais nous savons comment nous rassembler et nous savons comment prendre soin les uns des autres, et en ce moment qu’est-ce qui peut être plus important que cela. Alors merci pour tout ce que vous êtes sur le point de faire.

S’il vous plaît, soyez forts, soyez aimables envers votre prochain et unissez-vous contre la Covid-19.

25Les principales stratégies d’Ardern (comme de Merkel) sont légitimées par des appels moraux (à la solidarité et la nécessité de faire front commun) et à la légitimation par la rationalisation (topoï du fardeau et de la sécurité). Ardern a aussi recours à la mythopesis (appels à des expériences positives d’unité). Qui plus est, elle instaure un dialogue et fournit des informations complexes d’une manière compréhensible ; elle établit l’unité nationale et rassure sur le fait que le gouvernement tient fermement la situation sous contrôle. Et surtout, elle fait preuve d’empathie.

3.3. L’unicité de la Suède – Établir et maintenir la confiance

26La « manière suédoise » a différé de celle de tous les autres pays démocratiques libéraux. La Suède n’a jamais introduit de confinement total, les écoles sont donc restées ouvertes, toutes les institutions culturelles ont été fermées et certains magasins et restaurants sont restés accessibles, avec des mesures sévères de distanciation sociale. Le gouvernement a décidé de proposer des recommandations que les experts, en particulier l’épidémiologiste suédois Anders Tegnell, jugeaient pertinentes et efficaces pour contenir la propagation du virus. Pratiquement tous les Suédois écoutaient les mises à jour quotidiennes de Tegnell à la télévision et à la radio.

27Les gens semblaient faire confiance au gouvernement malgré un taux de mortalité extrêmement élevé au début de la pandémie (en comparaison, par exemple, avec d’autres pays scandinaves), tandis que le gouvernement faisait confiance à la responsabilité des gens dans leur vie quotidienne (légitimation par la rationalisation et la moralisation). Comme les politiciens d’autres pays étaient confrontés à des questions sur la manière suédoise et interrogés sur les raisons pour lesquelles ils ne suivaient pas cet exemple, ils ont rapidement répondu que la Suède était très différente, géographiquement et politiquement. Par exemple, la Suède est moins densément peuplée. Les critiques ont souligné que la Suède n’avait pas protégé les personnes âgées de manière adéquate pour maintenir la « normalité ».

28Simon (2020 : 49) note dans une étude approfondie qui compare la gestion de la crise dans les pays nordiques, que certains discours politiques ont été marqués par une tentative de promouvoir la « manière suédoise » ; par exemple, dans un discours de Lena Hallengren (2020), ministre de la Santé et des Affaires sociales, à l’OMS :

Notre approche de la lutte contre le virus a suscité un certain intérêt à l’échelle internationale. [...] Mais pour comprendre notre approche, il est utile d’être conscient de certaines caractéristiques fondamentales de la société suédoise. Notre État-providence est universel, y compris le système de soins de santé. [...] Il existe une tradition de confiance mutuelle entre les pouvoirs publics et les citoyens. Les gens font confiance aux autorités et suivent dans une large mesure leur recommandations. Dès le début de l’épidémie, le gouvernement suédois a appliqué une approche « pangouvernementale ». [...] Nos mesures visent à sauver des vies et à ralentir l’épidémie.

29Des recherches récentes (Pierre 2020, Helsingen et al. 2020, Bergenfalk 2020) montrent que de nombreux Suédois sont très fiers de la Suède et de l’ainsi dénommé modèle suédois ; ils croient en une identité nationale suédoise unique, construite sur un système décentralisé et sur la confiance. Simon (2020: 54) résume son analyse des reportages critiques des médias internationaux sur la « manière suédoise » de la façon suivante: « la Suède a tenté de tirer parti de son image mondiale relativement populaire et positive (avant la Covid-19) en instituant un cadre de type normatif basé sur les valeurs, qui visait à améliorer l’image nationale d’un pays et d’un peuple qui respectent les normes et les règles, capables et courageux, et a utilisé la crise de l’information comme une opportunité ». En effet, comme les politiciens l’ont déclaré à plusieurs reprises, la stratégie suédoise pour contenir la propagation du virus était fondée sur un modèle de confiance et de collaboration :

  • 11 Johan Carlson, 2 March 2020

[Notre stratégie] repose sur l’information et fournit à la population des connaissances [...], les facteurs de succès de notre prévention des maladies reposent sur la confiance et la foi [...]. Nous nous sommes également efforcés dès le départ d’avoir une société aussi ouverte que possible11.

30Les gens ne reçoivent pas d’ordres ; il leur est poliment conseillé d’être prévenants et de garder leurs distances. La responsabilité de tout un chacun est invoquée, chacun doit aider à construire une relation mutuelle de confiance. L’objectif de cette « confiance suédoise » était, comme le soutient Bergenfalk (2020 : 33), d’établir une relation quasi symbiotique entre les citoyens et les autorités, relation qui profite aux deux parties (légitimation par la moralisation). Cela est en cohérence avec le fait que les Suédois ont généralement un niveau élevé de confiance dans les institutions. Par conséquent, la stratégie adoptée par le gouvernement suédois visait à diriger davantage encore la société et l’identité suédoises dans cette même direction. La présupposition était que cette stratégie produirait des citoyens capables de mettre en œuvre et de pratiquer une « liberté réglementée » (ibid. : 33).

31Cette constatation est corroborée par Pierre (2020 : 482) qui soutient que « la Suède est une société jouissant d’un quotient de confiance élevé, tant en termes de confiance interpersonnelle qu’institutionnelle. Ce haut niveau de confiance facilite une coordination informelle mais efficace avec des coûts de transaction très faibles. »

  • 12 Le Public Health Agency de Suède (2020) a également lancé un site officiel multilingue, qui a été m (...)
  • 13 Avec le recul, l’épidémiologiste d’État Tegnell a reconnu dans une interview accordée à Radio Swede (...)

32Un site officiel (dans de nombreuses langues) a été lancé qui énumérait tous les règlements et fournissait de nombreuses informations12. Bergenfalk (2020 : 40-43) conclut à « une normalisation de la mort, comme nous pouvons le voir dans la réaction de l’État suédois à la pandémie de la Covid-19 au cours de toute la période, les avantages d’une vie prospère pour le plus grand nombre l’emportant sur la souffrance de quelques-uns ». Ainsi, il n’y a pas eu de déni de la mort13 ; les personnes âgées et les plus fragiles ont été – pour ainsi dire – sacrifiés au « bien-être, au bonheur et à la santé globale de la majorité » (ibid.). Cela implique une biopolitique coût-bénéfice quasi rationnelle (légitimation par la rationalisation) qui contraste avec les décisions prises dans d’autres pays, où les restrictions ont été pour la plupart légitimées en fonction de valeurs différentes, dans le but de protéger et de sauver les personnes âgées.

3.4. La « guerre contre le virus »

33La plupart des politiciens ont utilisé à un moment donné des métaphores de guerre pendant la crise de la Covid-19. Cependant, certains présidents et premiers ministres ont eu recours à la métaphore conceptuelle de la « lutte contre le virus » ou de la « guerre contre le virus » pour cadrer tous leurs discours publics, interviews et conférences de presse (légitimation par la morale et l’autorité). L’issue positive d’une telle guerre serait, selon cet argument, une « victoire remportée sur le virus » grâce à une « défense » couronnée de succès du pays concerné. Ce discours a été initié par le président français Emmanuel Macron d’une part, et par le Premier ministre hongrois, Viktor Orbán, d’autre part.

34Macron a justifié les mesures strictes imposées en France en répétant qu’une guerre devait être menée ; que la France était en guerre. Il a également appelé à l’unité nationale de tous les partis.

  • 14 https://www.vie-publique.fr/discours/273982-emmanuel-macron-25-mars-2020-discours-de-mulhouse

Nous sommes en guerre et face à ce qui se profile, ce pic de l’épidémie qui est devant nous, j’ai décidé, sur proposition de la ministre des Armées et du chef d'état-major des Armées, de lancer l’opération Résilience14. (Discours de Mulhouse, 25.3.2020)

35Un mois plus tard, Macron avait considérablement perdu en popularité en raison du taux de mortalité élevé, des hôpitaux surpeuplés et de la pénurie d’infirmières et de médecins. Par conséquent, il changea de stratégie, faisant désormais appel à la solidarité et à l’égalité, tout en se référant à la Révolution Française et en citant le premier article de la Déclaration des Droits de l’Homme du 26 août 1789 (légitimation par la rationalisation et la mythopoesis). Plus précisément, il a promis des salaires plus élevés pour les infirmières, le personnel soignant, les caissiers et les chauffeurs de bus. Il a parlé d’espoir si les mesures strictes étaient suivies et a même admis que le gouvernement avait réagi trop lentement au début de la lutte contre le virus.

36Les stratégies adoptées par Orbán ont significativement différé de celles de Macron. D’une part, le Premier ministre hongrois a également considéré la crise comme une « guerre contre le virus » à mener, et à gagner. Ainsi, il visait à lutter contre la panique. Cependant, d’un autre côté, il a également instrumentalisé cet état d’esprit pour saper la démocratie hongroise (comme on le verra ci-dessous).

37Viktor Orbán a décidé de faire des déclarations régulières à la télévision et à la radio, dans lesquelles il a continuellement utilisé un jargon militaire, créant ainsi un champ sémantique très différent de celui des autres dirigeants mentionnés ci-dessus. Par exemple, le 23 mars 2020, il a décrit les opérations militaires mises en place pour défendre la population hongroise (c’est moi qui souligne) :

C’était la question de savoir si on attendait ou si on agissait, et nous avons décidé de nous battre au lieu d’attendre. Nous avons immédiatement vu que dans l’ordre habituel, en plus de notre mode de vie habituel, en respectant nos principes d’organisation de la vie, dans le cadre de la législation habituelle, nous ne serions pas en mesure d’organiser l’autodéfense collective de la Hongrie, et nous ne serions pas en mesure de repousser cette attaque. C’est pourquoi nous [...] avons déclaré l’état d’urgence. L’état d’urgence signifie que le gouvernement a reçu l’autorité et les moyens d’organiser l’autodéfense de la Hongrie avec une chance de succès. [...]

  • 15 See also https://www.hrw.org/news/2020/03/23/hungarys-orban-uses-pandemic-seize-unlimited-power; ht (...)

Nous avons organisé la défense selon quatre axes. Nous devons agir sur quatre champs de bataille en ce moment. Il y a une défense militaire, une défense policière, une défense sanitaire et une défense économique. Nous savions également qu’il y aurait trois étapes dans la propagation du virus, nous devons donc également ajuster le rythme de la défense, ce qu’il faut faire, ainsi que les décisions et les mesures à prendre. (Orbán 2020  https://miniszterelnok.hu/​orban-viktor-sajtonyilatkozata-az-operativ-torzs-uleset-kovetoen/​)15

38Ici, Orbán a déjà mentionné la nécessité d’instaurer un état d’urgence en Hongrie. Le 30 mars 2020, le Parlement hongrois a voté pour permettre à Orbán de gouverner par décret pour une période indéfinie (avec 138 voix pour et 53 voix contre) afin de lutter contre la pandémie, donnant ainsi à Orbán des pouvoirs supplémentaires pour promulguer unilatéralement une série de mesures radicales. Comme l’a rapporté CNN : « Ses dispositions [du parlement] vont bien au-delà des diverses formes de législation élaborées à la hâte par d’autres États membres de l’UE en réponse à la pandémie de coronavirus, augmentant de façon spectaculaire les pouvoirs de leader de l’homme fort » (Picheta and Halasz 2020). Ainsi, il est devenu possible de pénaliser les journalistes si le gouvernement estimait que leur reportage sur le coronavirus n’était pas exact. De plus, des sanctions plus lourdes en cas de violation des règles de quarantaine ont été rendues possibles par cette loi. Troisièmement, aucune élection ou référendum ne pouvait avoir lieu tant que cet ordre était en place. Orbán a justifié cette mesure extraordinaire par le topos de l’urgence, selon CNN : « Nous ne pouvons pas réagir rapidement s’il y a des débats et de longues procédures législatives. Et en temps de crise et d’épidémie, la capacité de réagir rapidement peut sauver des vies » (Picheta et Halasz 2020).

39Le 16 juin 2020, l’état d’urgence a été levé. Cependant, comme le soutient à juste titre la Fondation Friedrich Naumann, en même temps que la levée de l’état d’urgence, le Parlement a également voté en faveur d’un projet de loi sur un nouvel « état d’urgence médicale ». Selon ce projet de loi, le gouvernement serait en mesure de gouverner à nouveau par décret dans un cas de ce genre, avec encore moins de contrôle qu’auparavant » (FNFEUROPE 2020). Les deux projets de loi ont été adoptés par le Parlement le 16 juin 2020. Pendant ce temps, les débats et les discussions se sont poursuivis au plus haut niveau de l’élaboration de la législation de l’UE, à la Commission européenne, au Parlement européen (2019) et à la Cour européenne des Droits de l’Homme (voir Wodak 2021b). Orbán glisse ainsi vers une intolérance démocratique et un néo-autoritarisme facilités par la crise du Covid-19. En d’autres termes, il instrumentalise la crise de la Covid-19 afin de se donner un pouvoir absolu. En avançant un scénario de danger, il prétend que lui seul est capable de protéger le peuple hongrois (légitimation par autorité) ; plus encore, dans une « guerre contre le virus » il est légitime de conduire une « armée » qu’il « commande ». Dès lors, en suivant cet argument, de semblables situations de crise légitiment des règles d’état d’urgence (légitimation par la rationalisation).

Conclusion : Des leçons pour l’avenir ?

40L’éventail des stratégies de légitimation discutées dans cet article – la résurrection, le dialogue, la confiance et la guerre – illustrent des façons significativement différentes de faire face à la peur de la mort et aux craintes et angoisses émergentes. Ces cadres indiquent également des régimes différents de biopolitique légitimés de manière nettement différente : la nation conceptualisée comme famille, avec un quasi-Messie comme chef (cadre religieux, légitimation par la moralisation et l’autorisation). Nous avons également rencontré des dirigeants qui ont parlé à leur peuple sur un pied d’égalité, c’est-à-dire en établissant un dialogue rationnel et une relation d’unification, pleine d’empathie, avec les citoyens, en employant la légitimation par l’autorité et la rationalisation. Le cadrage fondé sur la confiance implique la responsabilité personnelle sans leadership hiérarchique (légitimation par la rationalisation et la moralisation) et, enfin, « mener une guerre » implique des situations d’urgence où les dirigeants portent toute la responsabilité et où le peuple doit suivre les ordres (légitimation par l’autorité et la mythopoesis).

41L’analyse de l’éventail des stratégies de légitimation et des schèmes argumentatifs qu’elles mettent en œuvre permet d’illustrer les façons différentes dont les politiciens se sont mesurés à la pandémie. Ces stratégies particulières s’appuient sur des histoires nationales, des contextes socio-politiques, des politiques identitaires et des régimes démocratiques différents. Davantage, la personnalité des politiciens joue un rôle non négligeable. Dans tous les cas, il semble important, dans une prochaine étape, d’étudier l’effet de ces stratégies sur la gestion de la crise et l’écho qu’elles ont eu dans la population. Cette investigation ne sera neanmoins possible que quand la pandémie aura pris fin.

Haut de page

Bibliographie

Bakhtin, Mikhael. 1982. The Dialogic Imagination : Four Essays (Austin : University of Texas Press)

Bauman, Zygmunt. 2006. Liquid Fear (Cambridge : Polity)

Bergenfalk, Johan. 2020. « Coronavirus, Risk, and Responsibility. A Governmental Analysis of Swedish Crisis Management During the Covid-19 Pandemic », Unpubl. MA Thesis (Lund University)

Boin, Arjen, Martin Lodge & Marte Luesink. 2020. « Learning from the COVID-19 crisis: an initial analysis of national responses », Policy Design and Practice 3 : 3, 189-204

Cicourel, Aaron V. 1975 Sprache in der sozialen Interaktion (München : List)

De Rycker, Anton & Zuraida Mohd Don. 2013. Discourse and Crisis (Amsterdam : Benjamins)

Entman, Robert M. 1993. « Framing : Toward Clarification of a Fractured Paradigm », Journal of Communication 43, 51-58 [En ligne] doi:10.1111/j.1460-2466.1993.tb01304.x (consulté le 5.1.2021)

European Parliament (2019) « Parliamentary Questions : Penalties imposed on the Hungarian Government in connection with cohesion policy » [En ligne] https://www.europarl.europa.eu/doceo/document/P-9-2019-002798_EN.html (consulté le 5. 1.2021)

Fillmore, Charles. 1976. « Frame Semantics and the Nature of Language », Annals of the New York Academy of Sciences 280, 20-32

Friedrich Naumann StiftungJune 29, 2020. https://fnf-europe.org/2020/06/29/is-the-state-of-emergency-in-hungary-really-over/ (consulté le 5.1.2021)

Gotsbachner, Ernst. 1999. Identitätspolitik. Ausländerbilder als symbolische Ressource in Schlichtungsverhandlungen, Pelikan, Christine (ed.) Mediationsverfahren. Jahrbuch für Rechts- und Kriminalsoziologie (Baden-Baden : Nomos), 189-239

Habermas, Jürgen (1992) Faktizität und Geltung. Beiträge zur Diskurstheorie des Rechts und des demokratischen Rechtsstaates. (Frankfurt a. M. : Suhrkamp).

Hallengren, Lena. 2020. « Speech by Minister for Health and Social Affairs Lena Hallengren at WHO briefing 23 April », Government Offices of Sweden [En ligne] https://www.government.se/speeches/2020/04/speech-by-minister-for-health-and-social-affairs-lena-hallengren-at-who-briefing-23-april/ (consulté le 5.1.2021)

Hansson, Sten. 2015. « Discursive strategies of blame avoidance in government : A framework for analysis », Discourse & Society 26 :3, 297–323

Helsingen, Lise E. et al. 2020. « Trust, threats, and consequences of the COVID-19 pandemic in Norway and Sweden – a comparative survey » [En ligne] https://bmcpublichealth.biomedcentral.com/articles/10.1186/s12889-020-09615-3 (consulté le 5.1.2021)

Huang, Mimi & Lise-Lotte Holmgreen (eds). 2020. The Language of Crisis. Metaphors, frames and discourses (Amsterdam: Benjamins)

Khoo, Heiko & Elisabeth Schimpfössl. 2020. „Virus im Brexitland“, Schmidinger, Thomas & Joe Weidenholzer (eds). Virenregime. Wie die Coronakrise unsere Welt verändert. Befunde, Analysen, Anregungen (Wien : Bahoe books), 153-64

Lakoff, Georg. 2004. Don’t Think of an Elephant: Know Your Values and Frame the Debate. (White River Junction, VT: Chelsea Green)

Macron, Emanuel. 2020. « Déclaration de M. Emmanuel Macron, président de la République, sur la mobilisation face à l’épidémie de Covid-19, Mulhouse, le 25 mars 2020 » [En ligne] https ://www.vie-publique.fr/discours/273982-emmanuel-macron-25-mars-2020-discours-de-mulhouse (consulté le 5.1.2021)

Musolff, Andreas. 2010. Metaphor, Nation, and the Holocaust (London : Routledge)

Neüff, Michael. 2018. Words of Crisis as Words of Power (Amsterdam : Benjamins)

Novy, Andreas & Carlos R. Winckler. 2020. « Covid-19 in Brasilien », Schmidinger, Thomas & Joe Weidenholzer (eds). Virenregime. Wie die Coronakrise unsere Welt verändert. Befunde, Analysen, Anregungen (Wien : Bahoe books), 218-229

Orbán, Viktor. 2020. « Orbán Viktor sajtónyilatkozata az operatív törzs ülését követően » miniszterelnok.hu [En ligne] http://www.miniszterelnok.hu/orban-viktor-sajtonyilatkozata-az-operativ-torzs-uleset-kovetoen/ (consulté le 5.1.2021)

Picheta, Rob & Stephanie Halasz. 2020. « Hungarian parliament votes to let Viktor Orbán rule by decree in wake of coronavirus pandemic », CNN [En ligne]

https://edition.cnn.com/2020/03/30/europe/hungary-viktor-orban-powers-vote-intl/index.html (consulté le 5.1.2021)

Pierre, Jon. 2020. « Nudges against pandemics: Sweden’s COVID-19 containment strategy in perspective », Policy and Society 39 : 3, 478-493 [En ligne] doi: 10.1080/14494035.2020.1783787 (consulté le 5.1.2021)

Powers, John H. & Xiaosui Xiao (eds). 2008 The Social Construction of SARS (Amsterdam : Benjamins).

Public Health Agency of Sweden. 2020. « COVID-19 », Public Health Agency of Sweden [En ligne] https://www.folkhalsomyndigheten.se/the-public-health-agency-of-sweden/communicable-disease-control/covid-19/ (consulté le 5.1.2021)

Pyszczynski, Tom. 2004. « What Are We So Afraid Of ? A Terror Management Theory Perspective on the Politics of Fear », Social research 71 : 4, 827-848

Radio Sweden. 2020. « Anders Tegnell : My comments were overinterpreted », Radio Sweden [En ligne] https://sverigesradio.se/artikel/7487961 (consulté le 5.1.2021)

Reisigl, Martin & Ruth Wodak. 2001. Discourse and Discrimination. The Rhetorics of Racism and antisemitism (London : Routledge)

Rheindorf, Markus & Ruth Wodak. 2020. « Building “Fortress Europe” : Legitimizing Exclusion from Basic Human Rights », Rheindorf, Markus & Ruth Wodak (eds). Sociolinguistic Perspectives on Migration Control (Bristol : Multilingual Matters), 116-141

Schmidinger, Thomas & Joe Weidenholzer (eds). 2020. Virenregime. Wie die Coronakrise unsere Welt verändert. Befunde, Analysen, Anregungen (Wien : Bahoe books)

Simon, Greg. 2020. « Swedish Government and Country Image during the International Media Coverage of the Coronavirus Pandemic Strategy: From Bold to Pariah », Journalism & Media 1, 41-58

Spring, Marianna & Mike Wendling. 2020. « How Covid-19 myths are merging with the QAnon conspiracy theory », BBC News [En ligne] https://www.bbc.co.uk/news/blogs-trending-5399720 (consulté le 5.1.2021)

Statista. 2021. « Entwicklung der Coronavirus-Epidemie (COVID-19) im Bundesland Tirol Februar 2020 » [En ligne]

https://de.statista.com/statistik/daten/studie/1114903/umfrage/entwicklung-der-fallzahlen-des-coronavirus-in-tirol/#professional (consulté le 5.1.2021)

Stern, Verena. 2020 « Die USA in Zeiten von Corona », Schmidinger, Thomas & , Joe Weidenholzer (eds). Virenregime. Wie die Coronakrise unsere Welt verändert. Befunde, Analysen, Anregungen (Wien : Bahoe books), 182-187

Stråth, Bo & Ruth Wodak. 2009. « Europe – discourse – politics – media – history: Constructing crises ? », Triandafyllidou, Anna, Ruth Wodak & Michal Krzyżanowski (eds). Europe in Crisis : The ‘European Public Sphere’ and National Media in the Post-War Period Basingstoke : Palgrave), 15–33

The Lancet 2020. « COVID-19: learning from experience », The Lancet 395 [En ligne] https://doi.org/10.1016/S0140-6736(20)30686-3 (consulté le 5.1.2021)

Triandafyllidou, Anna, Ruth Wodak & Michal Krzyżanowski (eds). 2009. Europe in Crisis : The ‘European Public Sphere’ and National Media in the Post-War Period. (Basingstoke : Palgrave)

Van Dijk, Teun A. 1992. « Discourse and the denial of racism », Discourse & Society 3 : 1, 87–118

Van Dijk, Teun. A. 2020. « Critical Review of Framing Studies in Social Movement Research » (Barcelona : Centre of Discourse Studies) non publié

van Eemeren, Frans H. 2010. Strategic Maneuvering in Argumentative Discourse: Extending the Pragma-dialectical Theory of Argumentation (Amsterdam : Benjamins)

Van Leeuwen, Theo & Ruth Wodak. 1999. « Legitimizing immigration control : A discourse-historical analysis », Discourse Studies 1 : 1, 83–118

van Leeuwen, Theo. 2007. « Legitimation in discourse and communication ». Discourse & Communication 1 : 1, 91-112

Vienna.at. 2020. « Coronavirus wird uns noch monatelang begleiten », [En ligne] https://www.vienna.at/kurz-coronavirus-wird-uns-noch-monatelang-begleiten/6585613 (consulté le 5.1.2021)

WHO. 2020. « Coronavirus disease (COVID-19) pandemic » [En ligne] https://www.who.int/emergencies/diseases/novel-coronavirus-2019 (consulté le 5.1.2021)

Wodak, Ruth. 2018. « “Strangers in Europe”: A discourse-historical approach to the legitimation of immigration control 2015/16 », Zhao, Sumin et al. (eds). Advancing Multimodal and Critical Discourse Studies (London : Routledge), 31–50

Wodak, Ruth. 2020a. « Analysing the politics of denial: critical discourse studies and the discourse-historical approach », Krippendorf, Klaus & Nour Halabi (eds). Discourses in Action. What language enables us to do (London : Routledge), 19-36

Wodak, Ruth. 2020b « “Wir haben alles richtig gemacht!“ – Krisenkommunikation und Krisenmanagement in „Corona-Zeiten“ », Schmidinger, Thomas & Joe Weidenholzer (eds). Virenregime. Wie die Coronakrise unsere Welt verändert. Befunde, Analysen, Anregungen. (Wien : Bahoe books), 330-341

Wodak, Ruth. 2021a. The Politics of Fear. The Shameless Normalization of far-right populist discourses. (London : Sage, 2nd revised & extended edition)

Wodak, Ruth. 2021b. « Crisis communication and Crisis Management during COVID-19 » Global Discourse 11 : 3, 329-53

Haut de page

Notes

1 Il s’agit d’une version abrégée et amplement révisée de Wodak 2021b. Je tiens à remercier Matthew Johnson et les critiques anonymes pour leurs commentaires constructifs. Bien sûr, je suis seule responsable de la version finale.

2 Voir, par exemple, Stråth et Wodak (2009) ; Powers et Xiao (2008) ; Huang et Holmgreen (2020).

3 Voir, par exemple, Van Leeuwen et Wodak 1999 ; van Leeuwen 2007 ; Wodak 2018.

4 Les pays choisis opposent les pays riches et les pays pauvres (selon la division Nord/Sud dans l’Union européenne), les pays d’Europe occidentale et orientale, et la Suède en tant que pays qui a opté pour une manière très différente de gérer la crise. Ici, je me concentre sur quatre États membres de l’UE et sur la Nouvelle-Zélande, bien que l’ensemble des données comprenne également la Pologne, la Grèce, l’Italie et l’Allemagne. Bien sûr, la sélection n’en reste pas moins subjective (p. ex., Schmidinger et Weidenholzer 2020).

5 Voir, par exemple, Stern (2020) ; Khoo et Schimpfössl (2020) ; Novy et Winckler (2020) pour des analyses de la gestion de la Covid-19 aux États-Unis, au Royaume-Uni et au Brésil.

6 Voir Wodak (2021b) pour plus de détails sur l’impact de la « peur de la mort » concernant la pandémie et le choix des cadres et des stratégies de légitimation.

7 Voir Pyszczynski (2004) ; Triandafyllidou et al. (2009) ; De Rycker et Mohd Don (2013) ; Neüff (2018) pour des exemples de tendances à la nationalisation en temps de crise.

8 Dans le sens de recours à une autorité extérieure

9 En raison des limites d’espace, je ne peux commenter ici les nombreuses taxonomies existantes et dois renvoyer les lecteurs à Reisigl et Wodak (2001) et Rheindorf et Wodak (2020).

10 Pour la transcription complète du discours, voir https://www.beehive.govt.nz/speech/pm-address-covid-19-update (consulté le 30 juillet 2020).

11 Johan Carlson, 2 March 2020

https://lup.lub.lu.se/luur/download?func=downloadFile&recordOId=9021925&fileOId=9021931

12 Le Public Health Agency de Suède (2020) a également lancé un site officiel multilingue, qui a été mis à jour presque quotidiennement, avec un grand nombre d’informations accessibles et transparentes.

13 Avec le recul, l’épidémiologiste d’État Tegnell a reconnu dans une interview accordée à Radio Sweden le 2 juin 2020 que « si nous devions nous confronter la même maladie, avec les connaissances accumulées à ce jour, nous devrions probablement mettre en œuvre une stratégie à mi-chemin entre ce que la Suède a fait et ce que le reste du monde a fait » (2020).

14 https://www.vie-publique.fr/discours/273982-emmanuel-macron-25-mars-2020-discours-de-mulhouse

15 See also https://www.hrw.org/news/2020/03/23/hungarys-orban-uses-pandemic-seize-unlimited-power; https://www.portfolio.hu/en/economy/20200323/opposition-parties-block-rushed-vote-on-lex-covid-421428; https://index.hu/english/2020/03/23/coronavirus_hungary_viktor_orban_fidesz_economic_relief_package_2/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ruth Wodak, « Légitimer la gestion de crise pendant la Covid-19 »Argumentation et Analyse du Discours [En ligne], 28 | 2022, mis en ligne le 25 avril 2022, consulté le 21 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/aad/5999 ; DOI : https://doi.org/10.4000/aad.5999

Haut de page

Auteur

Ruth Wodak

University of Lancaster, Universität Wien

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Argumentation & analyse du discours est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo ADARR Tel-Aviv
  • Logo Université Tel-Aviv
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search