Navigation – Plan du site

AccueilNuméros28Légitimité démocratique et autori...

Légitimité démocratique et autorité en temps de Corona : L’allocution à la nation d’Angela Merkel (18 mars 2020)

Democratic legitimacy and authority in times of Corona: Angela Merkel’s address to the nation (March 18th, 2020)
Jürgen Siess et Ruth Amossy
Traduction(s) :
Democratic legitimacy and authority in times of Corona: Angela Merkel’s address to the nation (18 March 2020) [en]

Résumés

Cet article se propose d’étudier les procédures discursives et argumentatives qui construisent la légitimité et l’autorité de la Chancelière Angela Merkel dans sa première allocution télévisée sur la Covid-19. Instaurant une distinction nécessaire en ces deux notions corrélées et souvent confondues, l’analyse dégage une rhétorique globale du coronavirus : mise en scène de la légitimité institutionnelle renforcée par l’unité des gouvernants (un « nous » englobant), construction d’autorité par le recours à l’argument d’autorité épistémique (les experts), justification des mesures anti-Covid par des arguments pragmatiques ou par l’exemple, construction d’un ethos qui assure une crédibilité. En même temps, l’analyse dévoile des procédés propres aux situations d’urgence : mise en valeur d’un consensus politique absolu, et illusoire, aux dépens d’une délibération démocratique ouverte ; réduction de la parole scientifique à une parole d’experts susceptible de fournir des certitudes aux décisionnaires, transformés en gestionnaires ; déplacement des valeurs démocratiques du plan de l’action vers le plan du discours ; demande au public d’accepter de son plein gré des mesures d’ores et déjà édictées. Enfin, l’article souligne les spécificités de la parole de Merkel en cette occasion : le métadiscours qui aborde de front le rapport à la démocratie, mais aussi à l’argumentation, l’insistance sur les valeurs humaines considérées comme supérieures aux valeurs démocratiques enfreintes, la posture de proximité censée contribuer à la légitimation morale et à renforcer l’autorité de la Chancelière. La dimension éthique du discours est d’autant plus saillante qu’elle s’appuie fortement sur des arguments pragmatiques. Une autre caractéristique est la présentation de soi singulière d’Angela Merkel : aveu de sa propre fragilité, image de femme sensible qui unit la raison et le sentiment, appui sur une éthique fortement imprégnée d’affectivité qui lui donne un accent très humain et qui en appelle à « l’action solidaire » plus qu’à l’obéissance.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Voir quelques travaux pionniers : Rojo et van Dijk (1997), van Leeuwen (2007), Fairclough et Faircl (...)

1Le présent article se propose de contribuer à l’étude d’une question encore trop peu explorée en analyse du discours et en théorie de l’argumentation1 : les procédures discursives et argumentatives par lesquelles se construisent la légitimité et l’autorité des dirigeants en période de crise.

  • 2 https://www.bundesregierung.de/breg-de/aktuelles/fernsehansprache-von-bundeskanzlerin-angela-merkel (...)

2Cette problématique est ici examinée dans l’adresse à la nation de la Chancelière allemande Angela Merkel du 18 mars 2020, où elle se voit obligée – comme ses pairs – de justifier l’adoption de mesures d’urgence qui restreignent des libertés fondamentales2. La question de savoir si les décisions adoptées par le gouvernement fédéral et les régions (Länder) sont conformes non seulement à la loi, mais aussi aux valeurs de la démocratie, ne peut manquer ici de se poser. Parallèlement se pose la question de savoir si l’autorité de la dirigeante suffit en l’occurrence à susciter une obéissance volontaire.

3La Chancelière avait tenu des conférences de presse les jours précédents pour exposer la nature des mesures destinées à enrayer l’expansion de la pandémie en Allemagne. Si on se concentre ici sur l’allocution du 18 mars, c’est parce que dans ces conférences de presse Merkel s’était en fait tenue à des considérations pratiques de nature informationnelle3. L’adresse à la nation apparaît comme un choix délibéré, rendu plus sensible encore en raison de son caractère inhabituel. Le Frankfurter Allgemeine du 18 mars souligne que « durant les années de sa gouvernance, il n’y a jamais encore eu d’allocution télévisuelle extraordinaire de la Chancelière fédérale à son peuple »4. Merkel fait en effet son apparition aux heures de grande écoute à la télévision, ce qui en général ne se produit que dans son allocution de Nouvel An.

4On se propose d’examiner la façon dont la Chancelière gère la question délicate de la légitimité au moment où elle annonce des restrictions hors du commun. En même temps, on étudie la manière dont elle travaille à se conférer une autorité n’émanant pas seulement du pouvoir que lui donnent la Constitution et son propre statut institutionnel, mais entendue comme une disposition à se faire écouter et obéir sans coercition. La micro-analyse qui suit utilise les instruments de l’AD et de la théorie de l’argumentation pour montrer comment la légitimation et la construction d’autorité (deux aspects corrélés qu’il convient toutefois de distinguer) s’inscrivent en discours. En même temps, elle éclaire la spécificité de la rhétorique de Merkel dans une tâche à laquelle se livrent au même moment d’autres dirigeants.

1. Les procédures de la légitimation discursive

1.1. De la légalité à la légitimité : le contexte allemand

5Il faut bien différencier la légalité de la légitimité. Dans le système fédéral allemand, la dirigeante et son gouvernement sont autorisés à prendre leurs décisions sans débat préalable au parlement. Ainsi, le gouvernement fédéral, les premiers ministres des Länder et un groupe d’experts ont décidé des mesures destinées à gérer la crise sanitaire depuis fin février – le 28 est formée la cellule de crise dirigée par le Ministre de la Santé, Spahn, et le Ministre de l’Intérieur, Seehofer. C’est-à-dire qu’il n’y a pas eu de débats menés par les députés du Bundestag (chambre du parlement fédéral) ni du Bundesrat (chambre des représentants des Länder). Ceci est rendu possible par le rapport entre le chef du gouvernement et le parlement institué dans la Constitution allemande votée en 1949. Le Grundgesetz stipule que « le Chancelier fédéral fixe les grandes orientations de la politique et en assume la responsabilité. Dans le cadre de ces grandes orientations, chaque ministre fédéral dirige son département de façon autonome et sous sa propre responsabilité » (article 65). Dans une situation exceptionnelle qui exige de trouver des solutions à un problème aigu, le Chef du gouvernement organise un sommet réunissant le gouvernement fédéral et les Länder. Lorsque des décisions sont prises, le gouvernement en instruit les administrations compétentes ; en règle générale, c’est l’administration du Land ou de la commune qui décide des mesures concrètes à mettre en pratique sur le terrain.

6Notons ici qu’il y a dans cette même Constitution des lois d’exception – les lois de l’état d’urgence, Notstandsgesetze, introduites dans le Grundgesetz en juin 1968. Les articles 35 et 91 traitent du Innerer Notstand – état d’urgence intérieur (par opposition aux menaces extérieures au pays). On pourra faire valoir aussi la Loi de protection contre les infections (article de Droit administratif, section « Droit de prévention des risques » [2000]), qui confère au gouvernement et à l’administration l’autorisation à intervenir en cas d’épidémie. Le paragraphe 54 de cet article stipule que des règlements peuvent être décrétés par le gouvernement fédéral, un de ses ministres ou les gouvernements des régions. Mais en 2020, le Land de Bavière mis à part qui se réfère à loi de 2000, personne n’invoque, face à l’épidémie, ces lois spécifiques.

7Quoi qu’il en soit, avec les mesures prises, les gouvernants sont dans la légalité la plus stricte. Cependant, si la Chancelière peut s’appuyer sur cette législation connue de tous, elle ne la fait pas intervenir dans son discours. Légalité n’égale pas légitimité – et il s’agit bien pour Merkel de faire reconnaître la légitimité des mesures adoptées, c’est-à-dire de prouver qu’elles sont non seulement fondées en droit, mais respectueuses des principes démocratiques.

1.2. L’inscription de la légitimité institutionnelle

8La chancelière paraît seule au moment de son allocution à laquelle l’image en fond de toile du Bundestag et la présence du drapeau national confèrent une grande solennité – et non, comme d’autres dirigeants, entourée de toute une équipe (c’est le cas notamment en Belgique ou en Italie).

9Cependant la voix de Merkel, si elle reste personnelle, fait entendre celle de tous les gouvernants dans une polyphonie bien orchestrée d’où toute dissension politique est écartée.

10Un mode important de construction de la légitimité consiste en effet dans le gommage de toute divergence qui pourrait fissurer l’unité des instances gouvernementales. Merkel utilise dès l’abord un « nous » qui réunit la cheffe du gouvernement et ses « collègues du gouvernement fédéral » au sein de la coalition qui comprend les chrétiens démocrates (CDU-CSU) et les sociaux-démocrates (SPD). Elle parle « des consultations continuelles du gouvernement fédéral avec les experts », qui les fait arriver unanimement à la même conclusion, et des mesures économiques que le gouvernement dans son ensemble a le souci de prendre. Elle inclut dans cette unanimité les régions : elle évoque « les fermetures que le gouvernement fédéral et les Länder ont décidées d’un commun accord ».

  • 5 https://www.sueddeutsche.de/politik/coronavirus-telefonkonferenz-merkel-soeder-laschet-1.4853990
  • 6 Paradoxalement, l’AfD (Alternative für Deutschland – parti d’extrême-droite) et Die Linke (parti d’ (...)

11Semblable unanimité peut paraître surprenante en raison de la complexité qui caractérise l’État fédéral allemand. Et en effet, on peut voir dans les réactions immédiates à l’allocution que des divergences de vue se sont fait jour. Ainsi, les journalistes rapportent que la consultation téléphonique entre la Chancelière, plusieurs ministres du gouvernement fédéral et les Premiers Ministres des Länder du 19 mars, a donné lieu à un éclat : le Premier Ministre de Rhénanie du Nord, Armin Laschet, a présenté un document dont il avait convenu avec onze autres dirigeants des Länder qui refusait le confinement : cela a mécontenté le Premier Ministre bavarois (CSU), Marcus Söder, qui exigeait au contraire des mesures plus strictes en envisageant notamment un confinement général5. Sans compter qu’en-dehors des gouvernants en fonction, des dissensions sont exprimées par les partis de l’opposition6. Il apparaît donc clairement qu’on est loin du consensus sur lequel le discours de Merkel s’appuie. Il y a bien là une procédure de « lissage », à savoir de « gommage des formes de diversité et d’hétérogénéité » que relèvent Oger et Ollivier-Yaniv (2006, § 6) dans les discours institutionnels. En l’occurrence, il s’agit d’une procédure discursive de légitimation fondée sur l’importance de l’accord comme levier d’action en régime démocratique.

1.3. Stratégie de proximité et processus de légitimation

12L’exorde peut apparaître de prime abord comme une simple évocation de la crise dans laquelle est plongée l’Allemagne. En réalité il fait déjà partie d’une stratégie argumentative. Merkel ne commence pas par les mesures concrètes prises pour enrayer l’épidémie : elle évoque d’abord leurs conséquences immédiates sur le vécu des Allemands, à savoir l’expérience collective dans laquelle elle s’inclut par l’usage du « nous » : « Le coronavirus change à présent la vie dans notre pays de façon dramatique. Notre conception de la normalité, de la vie publique, de la coexistence sociale – tout cela est mis à l’épreuve comme jamais auparavant. » Elle décrit ce vécu comme une rupture des habitudes et des modes de vie ordinaires. Mais l’accent n’est pas mis seulement sur l’expérience pratique au quotidien. Ce qui est bouleversé, c’est l’idée même que chacun se fait de la vie sociale, et de ses rapports avec les autres ; c’est « notre conception de la normalité » (unsere Vorstellung von Normalität) ; et le « plus lourd », dit-elle, c’est l’absence des rencontres « qui autrement vont de soi » (uns allen fehlen die Begegnungen, die sonst selbstverständlich sind). En bref, c’est la vision du monde de toute la population et l’ensemble des règles de conduite que celle-ci a intériorisées qui se trouvent déstabilisés.

13Cet exorde donne le ton du discours qui suit : mise en valeur de l’élément humain et commun à toutes et tous, insistance sur les difficultés de l’expérience quotidienne et sur le choc subi par tout un chacun. Il ne s’agit pas d’un simple exercice d’empathie : la locutrice s’inclut parmi ceux qui se trouvent profondément déstabilisés et qui s’interrogent avec inquiétude sur leur avenir. Merkel se met sur le même plan que tous les autres citoyens. Sans doute utilise-t-elle le « vous » pour désigner ceux qui ne vont plus travailler, ou à l’école, ou dans les lieux culturels et les magasins. Elle revient cependant au « nous » dans la suite, avec des subjectivèmes évaluatifs et affectifs qui marquent son engagement personnel, parlant des « rencontres qui nous manquent ». Comme les autres, la locutrice subit la contrainte de l’éloignement et de la séparation, comme les autres elle ressent l’expérience du changement « dramatique » – à savoir qui suscite en tous une vive émotion.

14Cette présentation est en particulier rendue possible par le fait que c’est le coronavirus qui est l’agent actif, le sujet grammatical du verbe « changer », alors que la vie des Allemands, et de Merkel parmi eux, est complément d’objet (das Coronavirus verändert zurzeit das Leben in unserem Land dramatisch ; « Le coronavirus change à présent la vie dans notre pays de façon dramatique »). Les bouleversements qu’elle évoque sont attribués directement au virus, la Chancelière est, quant à elle, parmi ceux qui sont affectés par ces phénomènes – comme s’il ne s’agissait pas des mesures prises par les gouvernants. A ce stade, le pouvoir qui agit est présenté comme naturel, extérieur, et non pas comme politique.

15La locutrice emploie une stratégie de proximité qui, dans les démocraties contemporaines, est souvent utilisée par les gouvernants que leur statut d’élu ne suffit plus à rendre légitimes (Rosanvallon 2008 : 297). En effet, en se montrant soumise comme tous les humains au pouvoir d’une instance supérieure, elle crée une relation horizontale qui la rapproche de ses concitoyens, au détriment de la relation verticale qui s’établit entre celle qui donne des ordres et ceux qui sont censés y obéir. L’un des éléments de ce renversement, notent F. Leimdorfer et A.-L. Tessoneau,

est le renvoi à une autorité supérieure, supérieure aux groupes en situation de dominant/dominé, à une « loi » (au sens de règle à laquelle on se réfère) qui s’impose, ou semble s’imposer également à tous, et qui transforme les sujets sociaux (c’est-à-dire les individus dans leur place sociale) en « individus » hors situation sociale hormis celle d’être libres et égaux en droit et devant la loi (1986 : 66).

16C’est la pandémie et la nécessité de la combattre qui jouent ici le rôle de l’instance supérieure face à laquelle tous sont égaux. Les fonctions gouvernementales d’Angela Merkel ne sont assumées que sur cette toile de fond si bien qu’une communauté d’épreuves et d’intérêts partagés émoussent l’image de la femme politique en position de pouvoir. Ce comportement verbal constitue ici une procédure de légitimation particulière à la Chancelière, dans la mesure où elle prend le risque d’infirmer son autorité de dirigeante. Dans les allocutions à la nation sur la pandémie, on ne trouve guère de chefs d’État qui avouent publiquement leur désarroi, comme le fait Merkel en parlant de « chacun d’entre nous » : « Bien sûr, dans une telle situation chacun d’entre nous a plein de questions, plein de soucis, concernant la suite des événements » (Natürlich ist jeder von uns in solch einer Situation voller Fragen und voller Sorgen, wie es weitergeht.)

1.4. Légitimation par un métadiscours sur la démocratie

17L’exorde du discours présente cependant une tension significative entre une situation où la dirigeante se dit soumise à une force majeure et déconcertée par les circonstances, et une situation où ses fonctions la mettent en position de décisionnaire. La gestion de cette tension joue un rôle important dans la mise en place de son entreprise de légitimation et la construction de son autorité personnelle.

18Dans la suite de l’exorde, Merkel, revenant à la relation verticale, se positionne en dirigeante appelée à assumer ses fonctions. Elle prend en effet de la hauteur et parle en cheffe de gouvernement qui doit prendre des décisions. Son discours travaille à construire leur légitimité en commentant explicitement le respect des principes démocratiques auxquels le gouvernant est tenu de se conformer.

19Or, curieusement, Merkel le fait non en justifiant le caractère démocratique des mesures adoptées, mais en présentant sa démarche discursive comme une marque et une preuve de son respect de la démocratie. En d’autres termes, elle traite de façon minimale du rapport des décisions gouvernementales aux droits démocratiques – et quand elle le fait, elle semble admettre indirectement qu’il y a entorse : « ce sont des restrictions jamais vues en République fédérale », dit-elle des « fermetures que le gouvernement fédéral et les Länder ont décidé d’un commun accord » et qui « pèsent sur notre vie et sur notre conception de la démocratie » (Ich weiss, wie hart die Schliessungen, auf die sich Bund und Länder geeinigt haben, in unser Leben und auch unser demokratisches Selbstverständnis eingreifen). Quand elle évoque « la liberté de mouvement et de déplacement », Merkel admet que cette liberté est atteinte en notant que de telles restrictions ne sauraient être justifiées qu’en cas de nécessité absolue et pour un temps limité.

20La Chancelière ne s’attarde donc pas à plaider le caractère démocratique de ces mesures. C’est le caractère démocratique de sa démarche qu’elle souligne. Elle construit sa procédure de légitimation sur la nature de sa parole. La relation aux citoyens qu’établit son discours est, selon elle, fidèle à ce qu’exige une « démocratie ouverte » : « Je m’adresse aujourd’hui à vous par cette voie inhabituelle, parce que je veux vous dire ce qui, dans cette situation, me guide en tant que Chancelière ainsi que tous mes collègues du gouvernement fédéral ». Et elle ajoute :

Cela fait partie d’une démocratie ouverte : le fait que nous rendions transparentes, que nous expliquions les décisions politiques. Que nous justifions et communiquions notre mode d’action afin qu’il devienne intelligible. (Das gehört zu einer offenen Demokratie : dass wir die politischen Entscheidungen auch transparent machen und erläutern. Dass wir unser Handeln möglichst gut begründen und kommunizieren, damit es nachvollziehbar wird.)

21La locutrice offre ainsi de la démocratie une définition discursive, à savoir qui ressort du co-texte : la démocratie ouverte est celle où aucun élément n’est dissimulé aux citoyens, où toutes les données sont accessibles – elle répond à un idéal de « transparence ». C’est aussi celle où l’utilisation des données dans un raisonnement menant à une conclusion fait l’objet d’une justification en bonne et due forme – excluant de ce fait l’arbitraire. Elle y revient plus loin : « Nous sommes une démocratie. Nous ne vivons pas de contraintes mais de savoir partagés et de participation ». Là encore, il ne s’agit pas des restrictions annoncées, mais de la fonction de la parole qui communique des informations en toute transparence, et transmet en les explicitant les connaissances permettant de justifier les décisions adoptées. La parole démocratique, la sienne en l’occurrence, est le lieu d’un partage.

22Dans ce sens, Merkel entend faire la preuve de l’allégeance de son discours aux grands principes de la démocratie, construisant de la sorte la légitimité de la locutrice et de sa parole. Elle use d’un métadiscours, dans la mesure où le discours fait un retour réflexif sur lui-même et traite de sa nature propre. Cela lui permet de ne pas aborder de front la légitimité démocratique des mesures édictées, dont l’allocution laisse entendre qu’elles enfreignent des droits démocratiques pourtant valorisés de façon inconditionnelle.

1.5. La légitimation par le recours aux valeurs humaines7

  • 7 Cf. l’article très intéressant de van Leeuwen, « Legitimation in Discourse and Communication » qui (...)

23Comment Merkel parvient-elle néanmoins à légitimer ses mesures par un recours à des valeurs en prise sur la démocratie ? Elle a recours à une argumentation par les valeurs qui place l’allocution sur le plan de l’éthique. Le caractère pénible des restrictions à respecter est mis en balance avec la valeur suprême de la vie humaine. Là également, le discours relève d’une rhétorique du coronavirus que pratiquent presque tous les dirigeants. Merkel y insiste cependant plus particulièrement sur la dimension éthique et l’aspect humain.

24Pour justifier des restrictions tout à fait exceptionnelles, l’idée qu’on réserve la priorité à la préservation des vies humaines fait en effet l’objet d’une insistance particulière. Celle-ci permet de poser une hiérarchisation des valeurs (Perelman et Olbrechts-Tyteca 1970 : 107-111) : sauver des vies prévaut sur tout autre objectif, même celui de respecter certains principes démocratiques ; en conséquence on peut suspendre momentanément ceux-ci pour arracher des êtres humains à la maladie et à la mort. La priorité accordée à la protection de la vie est reliée à l’idée démocratique et éthique d’égalité en tout ce qui concerne la protection de l’existence individuelle : « nous formons une communauté pour laquelle chaque vie, chaque personne compte » (Und wir sind eine Gemeinschaft, in der jedes Leben und jeder Mensch zählt).

25Telle est donc la procédure de légitimation que construit Merkel : les décisions et les actions gouvernementales, bien qu’elles enfreignent des libertés, sont légitimes dans la mesure où elles sont conformes à des valeurs humaines considérées comme universelles.

  • 8 www.who.int/governance/eb/who_constitution_fr.pdf

26En même temps, on voit que ces valeurs ne sont pas coupées des principes démocratiques. En effet, le « droit à la santé » « constitue l’un des droits fondamentaux de tout être humain » selon la Constitution de l’OMS, qui ajoute que si les politiques « visent à respecter et à protéger les droits de l’homme », elles doivent aider « le secteur de la santé à assumer sa responsabilité, qui est de se préoccuper de la santé de chacun »8. En cas de pandémie, ce droit à la santé devient un droit à la protection de la vie qui doit être assuré à égalité à tout un chacun. Merkel parle bien de « ce que font le gouvernement fédéral et les institutions politiques pour protéger notre communauté dans son ensemble ». Ce n’est pourtant pas sur les valeurs démocratiques que la Chancelière met ici l’accent : elle se situe délibérément sur le plan de l’éthique en se réclamant d’un système de valeurs humaines présenté comme une instance supérieure à laquelle tous sont censés faire allégeance.

2. La construction de l’autorité

2.1. L’autorité par le logos : justification rationnelle et libre adhésion

27Comment la locutrice construit-elle son autorité dans son discours ? Si elle entend fonder son autorité sur la reconnaissance de la légitimité qui préside à ses actes, elle le fait en tant que dirigeante qui recherche un assentiment et une obéissance obtenus de plein gré. On le voit bien dans la façon dont elle présente dès l’abord sa démarche. En parlant de l’explicitation des décisions gouvernementales, elle précise : damit es nachvollziehbar wird. C’est l’idée que les raisons alléguées doivent être bien comprises et devenir plausibles aux yeux du public pour qu’il puisse les reprendre à son compte. Il en ressort que l’adhésion de l’auditoire aux thèses présentées à son assentiment (Perelman et Olbrechts-Tyteca 1970 : 5) est essentielle. Les conclusions prônées ne sont pas imposées, elles doivent être adoptées par une libre décision. Dès le départ, l’allocutaire est sollicité en tant qu’agent actif et le citoyen apparaît comme libre d’exercer ses facultés de jugement.

28Notons que dans ce cas précis, où des décisions ont déjà été prises et divulguées, la locutrice semble vouloir neutraliser la contradiction qui pourrait se faire jour entre un pouvoir institutionnel qui impose des mesures restrictives susceptibles d’enrayer l’épidémie, et une autorité fondée sur le consentement de citoyens qui conservent leur libre arbitre (donc entre l’intérêt que font valoir les gouvernants et l’intérêt que peuvent faire valoir les gouvernés).

29Comme la légitimation discursive, la construction de l’autorité s’effectue en un premier temps par des procédures de justification. Son discours vise deux objectifs corrélés, qu’elle expose clairement : faire comprendre et accepter à l’auditoire la politique sanitaire du gouvernement, persuader les citoyens de l’importance primordiale de leur engagement. Comment le discours procède-t-il pour argumenter en faveur des thèses qu’il avance sur ces deux plans et s’assurer ainsi une obéissance librement consentie ?

2.1.1. L’argument d’autorité

30Cet argument a une part non négligeable dans l’allocution de Merkel. On rappellera tout d’abord qu’elle ne se réfère pas à l’autorité de la loi et ne se contente pas de son autorité institutionnelle. Par ailleurs, aucun modèle d’autres pays n’est invoqué pour faire autorité (comme on le voit, par exemple, dans le discours du Premier Ministre israélien ou du Président brésilien qui se réfèrent tous deux aux États-Unis). Tous les recours à l’autorité de la loi, de l’institution, de la tradition ou de la célébrité le cèdent ici à l’argument par l’autorité épistémique sous la forme de l’appel à l’expert.

31On sait que l’argument dit ad verecundiam a traditionnellement été considéré comme fallacieux dans la mesure où il faisait reposer l’adhésion sur l’autorité prêtée à un tiers et non sur le jugement personnel. Cette condamnation a cependant été largement revue par des spécialistes de l’argumentation comme Douglas Walton (1997), auquel nous empruntons les catégories mentionnées plus haut, et qui insiste sur le caractère raisonnable de l’appel à l’opinion d’expert à condition qu’il remplisse certaines conditions critiques (en particulier celle de qualification). Marc Angenot, quant à lui, rappelle pertinemment que dans un domaine où nous n’avons pas les compétences nécessaires pour juger de nous-mêmes, « le prix d’une suspicion permanente » envers les spécialistes du domaine – médical en l’occurrence – « serait trop lourd » (2012 : 20) : la confiance s’impose. D’où le recours aux experts, à savoir des « gens que la société et ses institutions autorisent et invitent à parler avec autorité de certaines matières sur lesquelles le grand public, les juges ou les “décideurs” sont (tenus pour) incompétents » (ibid. : 98).

32Dans cette veine, et en fonction de la distribution des domaines de compétence, Merkel déclare que c’est le savoir scientifique qui guide les décisions de son gouvernement et garantit le bien-fondé des mesures visant à freiner la propagation du virus : « tout ce que je vous dis à ce propos provient des consultations continuelles du gouvernement fédéral avec les experts de l’Institut Robert Koch et avec d’autres chercheurs et virologues […] ». On aura noté au passage le recours à une instance hautement qualifiée, en l’occurrence l’Institut Koch, qui est un établissement de référence adopté à l’échelon fédéral pour la lutte contre les maladies et épidémies. La nécessité des règles d’hygiène et de distanciation sociale se fonde elle aussi sur le savoir scientifique : « Le conseil des virologues », dit la Chancelière, « ne laisse aucun doute » sur ces sujets. Les recommandations pratiques sont présentées comme découlant du conseil éclairé des spécialistes que le gouvernement a consultés.

33On aura noté que la Chancelière présente les scientifiques comme parlant d’une seule voix, sans dissension, ce qui doit renforcer la validité des opinions rapportées en gommant toute possibilité de controverse. Un glissement s’effectue en l’occurrence : les scientifiques qui par définition « doutent, vérifient, modifient leurs théories, amendent leurs hypothèses et débattent » (Angenot 2013 : 99), se présentent uniquement sous la forme d’experts capables d’apporter des certitudes aux décideurs. Sur le plan scientifique comme sur le plan politique, Angela Merkel (comme d’ailleurs Emmanuel Macron et d’autres dirigeants) efface toute trace de doute ou de divergence possible.

34Sans doute peut-on se demander si la délégation des pouvoirs aux experts médicaux est probante en système démocratique. Certains en doutent. Au 19e siècle, affirme François Debras, le recours aux experts et conseillers affaiblit « les lieux centraux de délibération comme le parlement, au profit de commissions et comités moins visibles et jugés plus “technocratiques” » – si bien que le politicien risque de devenir « un administrateur ou un gestionnaire » (2015 : 395, 396). Cependant, dans ce moment de grande incertitude face à un fléau inconnu, le recours aux virologues comme autorité supérieure et jusqu’à la mutation des dirigeants en gestionnaires sont tacitement présentés comme inévitables. Il faut noter que ce mode de référence à la science comme ultime argument d’autorité fait partie d’une rhétorique globale du coronavirus que l’on retrouve dans les allocutions des autres chefs de gouvernement (France, Israël, Italie, Argentine, etc.)

2.1.2. La justification rationnelle des mesures gouvernementales : enthymèmes et arguments pragmatiques

35La justification rationnelle des solutions prônées par la Chancelière est plus massive, et elle revêt plusieurs formes. Tout d’abord, il faut trouver une issue à une situation dans laquelle « il n’y a toujours pas de thérapie contre le coronavirus ni de vaccin ». Le présupposé de « il n’y a toujours pas » est que ce manque est momentané et qu’il peut être comblé à l’avenir, ce que confirme la proposition « tant que cela est ainsi ». Une prémisse générale peut en être induite : quand quelque chose (d’important) en cours n’est pas abouti, il faut lui laisser le temps d’arriver à terme (l’implicite étant que le vaccin et les traitements ne peuvent manquer d’être trouvés). Or, donner du temps à la science suppose d’adopter un comportement susceptible de « freiner la vitesse avec laquelle le virus se propage en Allemagne. Et pour cela nous devons, et ceci est vital, miser sur une chose : circonscrire la vie publique autant que possible ».

36On a affaire ici à un argument pragmatique, ou argument par la conséquence, qui consiste à estimer quelque chose en fonction de ses conséquences, désirables ou indésirables (Perelman 1959 : 18). Une partie de l’évaluation des conséquences (le freinage de la contamination) est alors transféré sur ce qui les cause (les mesures adoptées par le gouvernement) : « plus d’événements publics, plus de messes, plus de concerts et pour le moment pas d’école non plus, ni d’université, de maternelle, de jeu sur les terrains de jeux » ; et en plus, « des contrôles plus stricts et des restrictions à l’admission sont entrées en vigueur par rapport à certains de nos pays voisins importants ». On pourra ainsi protéger la population, évitant « tout ce qui peut nuire aux individus mais également à la communauté ». Ainsi, les mesures liberticides sont justifiées par les conséquences positives qui découlent de leur application en période de crise sanitaire. Le bon sens pratique est mis au-dessus du respect des grands principes.

37Le même argument pragmatique, cette fois par la conséquence négative, est utilisé à propos du risque d’engorgement des hôpitaux : bien que le système de santé allemand soit dit « excellent », un trop grand nombre de patients infectés mettrait en danger son bon fonctionnement.  Merkel semble se référer ici à la situation en Italie – la presse allemande rapporte que les hôpitaux italiens sont débordés et ne parviennent plus à prodiguer les soins qui s’imposent. Encore une fois, « circonscrire la vie publique autant que possible » est présenté comme la seule démarche susceptible de réduire le nombre de contaminations et de laisser aux soins hospitaliers la possibilité d’être donnés dans de bonnes conditions.

  • 9 Voir D. Schmelzer (2020) qui parle d’un tournant, d’un « nouveau Nous » qui, à ses yeux, apparaît – (...)

38Le deuxième but de la locutrice, faire accepter la nécessité d’une « action solidaire » (gemeinsames solidarisches Handeln) et engager tous les citoyens à y participer, occupe une place très importante dans le discours et est abordé à plusieurs reprises. Dès le départ, Merkel déclare : « Mais je voudrais vous faire savoir aussi pourquoi vous êtes ici indispensables et comment tout un chacun peut y contribuer ». A ce propos, d’autres arguments pragmatiques sont avancés : « nous accomplirons cette tâche si vraiment toutes les citoyennes, tous les citoyens la conçoivent comme leur propre tâche » (nous soulignons). Une mobilisation générale est nécessaire à la bonne réalisation de la tâche commune : « Toutes les mesures gouvernementales seraient vouées à l’échec si nous n’employions pas le moyen le plus efficace contre la propagation trop rapide du virus […] On ne peut se passer de personne. Tous comptent, et l’effort de tous est requis.9 »

2.1.3. L’argumentation par analogie : l’exemple historique et le modèle

39Cependant, Merkel a également recours à l’exemple historique pour convaincre l’auditoire que son appui est nécessaire pour surmonter la crise. Elle la caractérise comme un « défi » (une « incitation à la réalisation d’une chose difficile », TLFi), qu’on doit relever à l’instar des deux précédents qui ont joué un rôle capital dans l’histoire de l’Allemagne : « Depuis l’unification allemande, non, depuis la Seconde Guerre mondiale il n’y a plus eu pour notre pays de défi qui exige à ce point notre action solidaire ». La présupposition qui s’exprime dans la relative donne à entendre qu’un grand défi national appelle un ensemble d’actions individuelles inscrites dans une démarche collective. Dans la mesure où elle est présupposée, cette nécessité se donne comme un savoir doxique qui n’a pas besoin d’être démontré ; elle a l’avantage de se dire sans dire, de s’imposer sans avoir à se justifier. Dans ce cadre, à la fin de son allocution, la Chancelière dit de la situation présente : « Ceci est une tâche historique et elle ne peut être accomplie que collectivement ».

40Les deux exemples historiques, par le biais de l’analogie, servent aussi d’argument pour prouver qu’une action solidaire mène nécessairement au succès. Dans les deux cas évoqués, le pays a dû joindre toutes ses forces pour arriver à sortir d’une situation extrêmement difficile, et il y est parvenu : en 1945 pour reconstruire l’Allemagne en ruines, et en 1989 pour parvenir à réunifier politiquement et économiquement les deux Allemagnes séparées depuis 1949. Les exemples historiques sélectionnés accentuent la gravité de la situation, et en même temps, ils appellent à renouveler le comportement qui a assuré les réussites précédentes. Notons que les différences notables entre les deux situations de crise historique et la situation de crise sanitaire sont gommées pour les besoins de la cause : l’accent est mis sur la valeur d’un précédent qui doit persuader et inciter à l’action.

41En même temps, les exemples historiques entendent par le biais de l’analogie donner la preuve que la réussite de la lutte contre la pandémie est non seulement possible, mais quasiment assurée. À deux reprises, la Chancelière exprime sa ferme conviction que la route empruntée permettra de mener au but : « Que nous surmonterons cette crise, j’en suis parfaitement sûre » ; « Je crois fermement que nous accomplirons cette tâche ». Or, il s’agit dans ces énoncés de l’expression à la première personne d’une certitude intime (elle croit, elle est sûre) que rien ne vient étayer. C’est à l’exemple historique que revient la fonction d’apporter une preuve à l’appui et de montrer que ces convictions personnelles sont fondées.

42A cela s’ajoute une argumentation par l’exemple qui utilise un ou des cas particuliers comme modèle pour inciter à l’imitation (Perelman et Olbrechts-Tyteca 1970 : 471). En effet, le discours évoque l’engagement sans faille du personnel soignant mais aussi des employés des supermarchés qui donnent aujourd’hui l’exemple – en le présentant indirectement comme un modèle à suivre. Dans ses remerciements, Merkel cite les médecins, les infirmières et tous ceux qui travaillent dans les hôpitaux, en marquant que les efforts de ces collectifs qui sont « en première ligne » constituent un premier succès dans la lutte contre le coronavirus : « Ce qu’ils accomplissent est prodigieux ». Sur un autre plan, les employés des supermarchés, par leur travail pénible, permettent en temps de pandémie de maintenir le bon fonctionnement de la vie courante et de l’économie. La louange de ces efforts communs met en valeur une action solidaire couronnée de succès, qui doit inspirer l’ensemble des citoyens. C’est dans le cadre d’un discours qui vise à prôner l’action solidaire que ces témoignages de gratitude (qui se retrouvent aussi dans la bouche des autres dirigeants) acquièrent leur dimension argumentative.

2.1.4. La construction de l’autorité et l’argumentation par les valeurs : l’adhésion à une action solidaire

43Pour construire son autorité, la locutrice a aussi recours à une argumentation par les valeurs (Koren 2019, Guerrini 2020) qui fait pendant à celle que mobilise la légitimation discursive. Cette dernière concerne les gouvernants et leur allégeance aux valeurs partagées, la première concerne l’auditoire appelé à suivre des principes éthiques.

44L’énoncé posant que la réussite « dépendra – pour une bonne partie – de la manière dont chaque personne suit les règles avec discipline et les met en pratique », fait intervenir à la fois un argument pragmatique et un appel à l’éthique de responsabilité. Selon Merkel, la possibilité de sauver des vies « dépend sans exception de chaque individu et donc de nous tous » ; ailleurs encore : « il s’agit de tout un chacun » ; et plus fortement : « Ne pas tomber dans la panique, mais ne pas non plus penser un seul instant que cela ne dépend pas vraiment de lui ou d’elle ». C’est donc au nom d’une éthique de la responsabilité (Verantwortungsethik) « selon laquelle on doit assumer les conséquences (prévisibles) de son action » (Weber 2003 : 192) que la locutrice s’adresse à son auditoire. La notion de Weber est étroitement liée à l’argument par les conséquences – mais elle le présente dans sa dimension éthique, en l’opposant à « l’éthique de conviction », (Gesinnungsethik) qui ne se soucie pas des conséquences mais uniquement « d’empêcher que ne s’éteigne la flamme de la pure conviction » (ibid. : 193), par exemple celle de la protestation contre la privation des libertés. Ces valeurs sont au fondement du raisonnement posant que les citoyens doivent participer activement à un effort collectif qui sans eux ne peut aboutir, et qu’ils doivent prendre leur sort en main : « Mais combien de victimes y aura-t-il ? Combien d’êtres chers allons-nous perdre ? En grande partie cela est entre nos propres mains ».

45Une autre valeur sur laquelle repose l’argumentation est le respect de l’autre ainsi que la réciprocité ; ils sont au fondement d’un comportement responsable : « à présent nous devons aussi nous aider les uns les autres ». Merkel incite à une conduite qui assure une protection. À la responsabilité s’ajoute ainsi la valeur de la solidarité, marquée dans l’expression gemeinsames solidarisches Handeln commentée plus haut, et déclinée dans des exemples comme « s’occuper de ceux et celles qui ont besoin de réconfort et d’espoir en l’avenir ». À ce propos, l’évocation du soutien mutuel occupe une place importante. Il en va ainsi de la diminution des rencontres en raison de la limitation des visites et des voyages : « Nous trouverons, en famille et en société, d’autres formes pour nous soutenir mutuellement ». À l’inverse, le manque de solidarité – qui consiste, par exemple, à stocker inutilement des aliments – est blâmé. C’est donc au nom de la valeur de solidarité que la Chancelière veut faire adhérer les citoyens à la conclusion que l’entraide mutuelle sous toutes ses formes est ici indispensable.

2.2. Autorité et construction d’ethos

  • 10 Pour le rapport entre autorité et confiance, cf. Angenot 2013.

46Si l’autorité se construit à travers des justifications rationnelles et éthiques qui visent à obtenir la libre adhésion de l’auditoire, elle doit aussi s’imposer à travers la présentation de soi de la locutrice. On peut voir dans l’argumentation développée par Merkel la façon dont son discours projette un ethos qui joue un rôle primordial dans la construction discursive de son autorité. En effet, pour qu’elle soit écoutée et suivie, il faut qu’elle paraisse crédible et digne de confiance10. La présentation de soi se déploie selon Aristote sur trois plans corrélés : la phronesis ou sagesse, prudence, l’aretè ou vertu, l’eunoia ou bienveillance. L’orateur est crédible quand ses propos semblent raisonnables (paraissent fondés en raison, comme il convient à une personne sage), quand ils manifestent son savoir et sa compétence dans l’exercice de ses fonctions. Mais il faut aussi qu’il soit perçu comme sincère et honnête, et comme bien disposé envers son auditoire.

47Si on examine l’image de soi que la locutrice projette dans son allocution à la nation, on peut retrouver ces qualités sous des aspects divers. La plausibilité des raisonnements qu’elle déploie, le sens pratique dont elle fait preuve dans ses arguments pragmatiques, la façon pondérée dont elle traite d’une question épineuse, répondent aux exigences de la phronesis. S’y ajoute le rapport au savoir : certes, la dirigeante ne possède pas elle-même les connaissances médicales nécessaires, mais elle s’entoure des meilleurs spécialistes et fonde son raisonnement sur les données et les évaluations procurées par les scientifiques. Qui plus est, elle manifeste sa capacité à adapter sa réflexion à l’évolution de la situation, corriger ce qui l’exige et rendre de nouvelles décisions en fonction de l’expérience acquise :

En tant que gouvernement nous allons vérifier toujours à nouveau ce qui peut être corrigé mais aussi ce qui peut s’avérer nécessaire. Il s’agit d’une situation dynamique et nous serons disposés à apprendre, pour pouvoir toujours réorienter notre pensée au moment opportun et réagir avec d’autres instruments. Cela aussi nous l’expliquerons alors.

48Quant aux qualités morales, on a vu que Merkel n’hésite pas à avouer sincèrement à quel point elle est personnellement déstabilisée par cette crise sans précédent – attitude particulièrement remarquable chez une dirigeante dans ces circonstances. Cette sincérité est censée témoigner de l’honnêteté de la locutrice qui s’exprime par ailleurs dans sa recherche de transparence et son désir de tout partager avec les citoyens allemands. De cette façon, elle demande au public de lui accorder sa confiance. De plus, elle manifeste son eunoia, sa bienveillance envers ceux auxquels elle demande de fournir un effort exceptionnel, en leur montrant à la fois qu’elle comprend leurs difficultés et qu’elle désire les protéger au mieux. Ces manifestations de bienveillance s’expriment aussi sur le plan du soutien financier que son gouvernement entend apporter : « Nous pouvons et voulons mettre en place tout ce qu’il faut pour aider nos entrepreneurs et nos travailleurs dans cette rude épreuve ».

49Par ailleurs, Merkel se réfère à son ethos préalable (dans le sens de R. Amossy 2010), celui d’Allemande de l’Est qui a connu les effets désastreux de la privation des libertés, pour montrer qu’elle est parfaitement crédible lorsqu’elle se résigne à demander des restrictions qui empiètent sur des droits qui lui sont chers : « pour quelqu’un comme moi pour qui la liberté de mouvement et de déplacement présente un droit obtenu de haute lutte », dit-elle, arguant de son histoire personnelle pour marquer l’ampleur du sacrifice consenti, et le fait qu’elle n’y aurait jamais eu recours s’il n’y avait urgence et nécessité absolue.

2.3. Ethos et pathos

  • 11 Après l’attentat islamiste de Berlin qui le 19.12.2016 fait douze morts les familles des victimes e (...)

50Étroitement relié à la construction d’ethos, il y a aussi dans le discours des traces de pathos. Il s’agit d’un appel prononcé à l’affect qui vise à susciter l’émotion et à en faire un levier d’adhésion et d’action, en même temps qu’il projette une image de dirigeante qui accorde une grande valeur aux sentiments. Ces références visent donc à la fois à persuader l’auditoire de suivre les instructions (c’est l’effet du pathos), et à présenter la dirigeante (souvent critiquée pour son manque d’empathie voire sa froideur11) en femme sensible : « Il ne s’agit pas là des chiffres abstraits d’une statistique mais il s’agit d’un père ou d’un grand-père, d’une mère ou d’une grand-mère, d’un ou d’une partenaire, il s’agit d’êtres humains. » L’accent est de nouveau mis sur l’aspect profondément humain de la locutrice et de ses considérations. Si les mesures prônées doivent tenir à cœur aux membres de l’auditoire, c’est selon Merkel parce qu’elles visent à protéger ceux qui leur sont les plus chers. C’est l’affection qui fait ici office d’incitation suprême à la prudence, et qui vient renforcer le principe d’entraide et de solidarité. C’est elle qui demande de modifier les gestes par lesquels les sentiments s’expriment ordinairement :

Je sais combien ce qu’on exige de nous est difficile. Nous voudrions, notamment en temps de détresse, être près les uns des autres. Nous connaissons l’affection sous la forme de l’intimité physique ou du contact. Mais en ce moment c’est le contraire qui est vrai. Et c’est ce que tous sans exception doivent comprendre. En ce moment seule la distance est une marque de soins.

51L’amour porté aux siens doit donner la force intérieure d’aller à rebours de ses instincts et de ses besoins propres, et de renoncer aux gestes par lesquels on manifestait jusque-là ses sentiments. Merkel dissocie les sentiments des comportements qui les expriment culturellement afin d’assurer leur existence par d’autres voies, qu’elle tente d’énumérer. Elle entend ainsi associer pathos et logos : « Nous devons montrer […] que nous agissons en suivant notre cœur et notre raison et qu’ainsi nous sauvons des vies » (Wir müssen, auch wenn wir so etwas noch nie erlebt haben, zeigen, dass wir herzlich und vernünftig handeln).

Conclusion

  • 12 Voir à ce propos la mise au point de R. Amossy dans ce volume.

52Tout au long de cette analyse, on a pu voir que la construction discursive de la légitimité et celle de l’autorité sont étroitement intriquées dans la texture même de l’allocution. Toutes deux s’inscrivent en discours à travers un processus de justification. Les deux notions restent néanmoins distinctes : la légitimité démocratique signifie non seulement statut institutionnel obtenu par des procédures démocratiques, mais aussi et surtout reconnaissance de la conformité à des valeurs entérinées par le collectif. S’y ajoute le droit moral de représenter le peuple que confère de plus en plus de nos jours une posture de proximité. L’autorité est ce qui donne à l’individu la capacité à obtenir l’obéissance par des moyens non coercitifs. Elle se fonde sur la légitimité, mais elle dérive essentiellement de la capacité à persuader du bien-fondé des demandes et à projeter l’image d’une personne crédible et digne de confiance12.

53Dans ce cadre, il faut d’abord relever que l’allocution d’Angela Merkel s’inscrit dans ce qu’on pourrait appeler une rhétorique du coronavirus. Elle s’appuie bien sûr sur sa légitimité institutionnelle, qu’elle met visuellement en scène et qu’elle conforte verbalement à travers l’unité des gouvernants traduite par un « nous » où ils sont tous englobés. Elle construit son autorité sur le recours à l’argument d’autorité épistémique, renvoyant à un collectif d’experts de haut niveau. Elle la construit aussi dans une argumentation destinée à persuader les citoyens de la véracité et du bien-fondé des instructions. Ce processus de justification s’effectue par un ensemble d’arguments pragmatiques (par la conséquence), ou d’arguments par l’exemple qui indiquent la voie à suivre pour réduire autant que possible les ravages du virus, en attendant que soient trouvés des remèdes. Enfin, elle tente d’assurer sa crédibilité par la construction d’un ethos de sincérité, d’honnêteté et de bienveillance. En-dehors de quelques exceptions (comme l’exemple historique, ancré dans l’imaginaire allemand), il faut bien dire que la forme et la teneur de ces arguments sont fort semblables à ceux que brandissent la plupart des dirigeants des pays démocratiques en début de pandémie.

54Par ailleurs, on peut retrouver dans le discours ce qu’on pourrait qualifier de rhétorique des situations d’urgence. Ainsi par exemple la mise en valeur d’un consensus politique absolu, et illusoire, au dépens d’une délibération démocratique ouverte ; la réduction de la parole scientifique à une parole d’experts susceptible de fournir aux décisionnaires des certitudes ; la dépendance du gouvernement de cette même parole d’experts, qui transforme ses membres en gestionnaires ; le déplacement des valeurs démocratiques du plan de l’action (le respect des libertés) vers le plan du discours (le fait de tenir sur des mesures liberticides un discours digne d’une démocratie ouverte) ; le fait de demander au public d’accepter de son plein gré des mesures d’ores et déjà édictées. L’accord de l’auditoire est présenté comme indispensable, mais dans une relation où il n’a pas la parole – que l’allocution télévisée n’ait pas été suivie d’une plage de questions est symptomatique à cet égard. En ayant recours à l’argumentation, la Chancelière n’offre pas la possibilité d’initier un dialogue actif ; son but est de faire adhérer les citoyens au bien-fondé de décisions qui ont été prises pour eux. Selon elle, il n’existe pas d’alternative : « il ne nous reste qu’une chose à faire […] ». L’urgence de la situation et la nécessité d’éviter un désastre limiteraient la liberté de jugement et de choix.

55Dans ce cadre global, qu’est-ce qui caractérise plus particulièrement l’allocution de Merkel ?

56C’est tout d’abord le métadiscours sur le rapport à la démocratie et sur le caractère argumentatif de l’allocution. Elle aborde de front la question de la démocratie dans une période de crise aigüe, et n’essaye pas de défendre la conformité aux droits démocratiques des restrictions adoptées. Elle s’étend bien plutôt sur l’idée d’une démocratie ouverte entendue comme une communication fondée sur la transparence et le partage des savoirs.

57Dans ce cadre, le discours s’engage à fournir la justification des mesures adoptées – en l’occurrence, leur conformité à des valeurs humaines (la protection de la santé, le respect de la vie de chaque individu) considérées comme supérieures aux valeurs démocratiques enfreintes, quelle que soit dans l’absolu l’importance de celles-ci. L’accent mis sur la dimension humaine est en accord avec une posture de proximité censée contribuer à la légitimation morale, et renforcer l’autorité de la Chancelière. La dimension éthique du discours est d’autant plus saillante qu’elle s’appuie fortement sur des arguments pragmatiques.

58Une autre caractéristique de l’allocution d’Angela Merkel réside dans la particularité de sa présentation de soi. Sans doute se conforme-t-elle aux principes qui assurent en termes de rhétorique la crédibilité de l’orateur, mais elle le fait d’une manière très particulière. En effet, comme on l’a vu, elle n’hésite pas à avouer sa propre fragilité en ces circonstances exceptionnelles – chose qu’on imagine mal chez certains autres dirigeants. Elle se montre aussi en femme sensible qui accorde une importance très grande aux sentiments – amour des proches, besoin de manifester physiquement son affection, nécessité de protéger ceux qu’on aime sont des thèmes qu’elle aborde explicitement. L’accent mis sur l’affectivité qui est censé réunir la raison et le sentiment, vient renforcer les arguments que la locutrice avance. Le discours se fonde ainsi sur une éthique fortement imprégnée d’affectivité, qui lui donne un accent très humain et qui en appelle à la participation plus qu’à l’obéissance.

59Une analyse discursive et argumentative ne peut mesurer les effets qu’a eu cette intervention dans le public – c’est une tâche qui dépasse ses limites. Notons seulement ici que les manifestations de protestation contre les mesures n’ont commencé à s’organiser qu’un mois après l’allocution de la Chancelière. Une première manifestation est organisée en avril à Berlin, la Hygienedemo organisée par le groupuscule « Résistance démocratique » (de tendance majoritairement d’extrême-droite) ; la plupart des manifestations sont interdites ou dispersées, le nombre des participants est restreint. La grande vague déferle à partir d’août 2020.

60Par ailleurs, les sondages peuvent donner une idée (bien que très générale) de la réception immédiate. Ainsi, un sondage du 27 mars 2020 communiqué par le ZDF (la seconde chaîne allemande)13 marque que 75% des citoyens et citoyennes ont déclaré que les restrictions répondaient parfaitement aux besoins de la situation ; pour 20%, les mesures n’allaient pas assez loin ; seuls 4% ont estimé qu’elles étaient excessives. Il faudra examiner les réactions aussi bien dans la sphère politique et les différents médias que dans les réseaux sociaux. De même, il serait instructif de voir la façon dont son allocution a permis de repositionner Angela Merkel dans le champ politique.

Haut de page

Bibliographie

Amossy, Ruth. 2010. La présentation de soi. Ethos et identité verbale (Paris : PUF)

Angenot, Marc. 2013. Rhétorique de la confiance et de l’autorité (Montréal : P. U. McGill)

Aristote. Rhétorique. 1991. Introduction de Michel Meyer, traduction de Charles-E. Ruelle (Paris : L.G.F.)

Charaudeau, Patrick. 2005. Le discours politique. Les masques du pouvoir (Paris : Vuibert)

Debras, François. 2015. « Critique et légitimité des démocraties occidentales contemporaines », Aide-mémoire 72 [En ligne] https://orbi.uliege.be/handle/2268/182527

Guerrini, Jean-Claude. 2019. Les Valeurs dans l’argumentation. L’héritage de Chaïm Perelman (Paris : Classiques Garnier)

Fairclough, Isabela & Norman Fairclough. 2012. Political Discourse Analysis (London & New York : Routledge)

Koren, Roselyne. 2019. Rhétorique et éthique. Du jugement de valeur (Paris : Classiques Garnier)

Leimdorfer, François. 2015. « Critique et légitimité des démocraties occidentales contemporaines », Aide-memoire 72 (Liège : P.U. de Liège)

Leimdorfer, François & Alex-Louise Tessonneau. 1986. « Légitimité sociologique et analyse de discours : le parcours de la légitimité dans les textes de l’Unesco sur l’éducation de base », Langage & société 37, 61-111

Leeuwen, Theo van. 2007. « Legitimation in Discourse and Communication », Discourse & Communication 1-1, 91-112

Leeuwen, Theo van & Ruth Wodak. 1999. « Legitimizing Immigration Control : A Discourse-Historical Analysis », Discourse Studies 1-1, 83-118

Oger, Claire & Caroline Ollivier-Yaniv, 2006. « Conjurer le désordre discursif. Les procédés de “lissage” dans la fabrication du discours institutionnel », Mots. Les langages du politique 81-2, 63-77

Perelman, Chaïm. 1959. « Pragmatic Arguments », Philosophy 34, 18-27

Perelman, Chaïm & Lucie Olbrechts-Tyteca. 1970 [1958]. Traité de l’argumentation. La nouvelle rhétorique (Bruxelles : Éditions de l’Université de Bruxelles)

Rojo, Luisa Martín & Teun A. van Dijk. 1997. « Legitimating the Expulsion of `Illegal' Migrants in Spanish Parliamentary Discourse », Discourse & Society 8 : 4, 523-566

Rosanvallon, Pierre. 2008. La légitimité démocratique. Impartialité, réflexivité, proximité (Paris : Seuil)

Schmelzer, Dagmar. 2020. « New We. Die diskursive Performanz gesellschaftlichen Zusammenhalts in Corona-Zeiten – ein deutsch-französisch-spanischer Vergleich », Hertrampf, Marina Ortrud M. (éd.). Corona – Krise oder Wende ?, PhiN supplément 24, 129–148

Walton, Douglas. 1997. Appeal to Expert Opinion: Arguments from Authority (Pennsylvania : Penn State Press)

Weber, Max. 2003. Le savant et le politique. Une nouvelle traduction (C. Colliot-Thélène), (Paris : La Découverte).

Weber, Max. 1919. « Politik als Beruf », Geistige Arbeit als Beruf. Vier Vorträge vor dem Freistudentischen Bund. Zweiter Vortrag (München: Dunker & Humblot)

Haut de page

Notes

1 Voir quelques travaux pionniers : Rojo et van Dijk (1997), van Leeuwen (2007), Fairclough et Fairclough (2012). – Toutes les traductions sont de nous.

2 https://www.bundesregierung.de/breg-de/aktuelles/fernsehansprache-von-bundeskanzlerin-angela-merkel-1732134

3 https://www.bundesregierung.de/breg-de/suche/pressekonferenz-von-bundeskanzlerin-merkel-zu-massnahmen-der-bundesregierung-im-zusammenhang-mit-dem-coronavirus-1731022

4 https://www.faz.net/aktuell/politik/inland/coronavirus-ansprache-angela-merkel-und-die-grenzen-des-staates-16685141.html

5 https://www.sueddeutsche.de/politik/coronavirus-telefonkonferenz-merkel-soeder-laschet-1.4853990

6 Paradoxalement, l’AfD (Alternative für Deutschland – parti d’extrême-droite) et Die Linke (parti d’extrême gauche) pointent tous deux les mêmes lacunes dans les propositions de Merkel (en particulier des mesures de protection sociale plus étendues et plus concrètes).

7 Cf. l’article très intéressant de van Leeuwen, « Legitimation in Discourse and Communication » qui parle d’« évaluation morale » – catégorie que nous retenons ici sans adopter pour autant l’ensemble de sa grille d’analyse.

8 www.who.int/governance/eb/who_constitution_fr.pdf

9 Voir D. Schmelzer (2020) qui parle d’un tournant, d’un « nouveau Nous » qui, à ses yeux, apparaît – chez Merkel et Spahn – depuis le début de la pandémie et qui se distingue favorablement de « la désintégration du consensus démocratique et de la solidarité ».

10 Pour le rapport entre autorité et confiance, cf. Angenot 2013.

11 Après l’attentat islamiste de Berlin qui le 19.12.2016 fait douze morts les familles des victimes et la presse déplorent la réaction tardive et peu sensible de la Chancelière.

12 Voir à ce propos la mise au point de R. Amossy dans ce volume.

13 Cité dans https://www.bpb.de/apuz/314351/corona-angst-und-die-geschichte-der-bundesrepublik

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/aad/docannexe/image/6053/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 8,3k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jürgen Siess et Ruth Amossy, « Légitimité démocratique et autorité en temps de Corona : L’allocution à la nation d’Angela Merkel (18 mars 2020) »Argumentation et Analyse du Discours [En ligne], 28 | 2022, mis en ligne le 25 avril 2022, consulté le 20 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/aad/6053 ; DOI : https://doi.org/10.4000/aad.6053

Haut de page

Auteurs

Jürgen Siess

Université de Caen, ADARR

Articles du même auteur

Ruth Amossy

Université de Tel Aviv, ADARR

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Argumentation & analyse du discours est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo ADARR Tel-Aviv
  • Logo Université Tel-Aviv
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search