Navigation – Plan du site

AccueilNuméros28Emmanuel Macron face à la Covid-1...

Emmanuel Macron face à la Covid-19 : un Président en quête de réparation d’image

Emmanuel Macron facing Covid-19: A president in search of image repair
Keren Sadoun-Kerber et Stéphane Wahnich
Traduction(s) :
Emmanuel Macron facing Covid-19: A president in search of image repair [en]

Résumés

Comment un dirigeant politique peut-il imposer des demandes inhabituelles dans une démocratie face à la Covid-19, alors qu’il suscitait déjà une grande méfiance bien avant cette crise en raison d’une image écornée mettant à mal sa légitimité et son autorité dans la sphère publique ? Cet article repère les démarches discursives du Président français pour réparer son image dans ses deux premiers discours sur le Coronavirus. La réparation d’image se fait ici indirectement par une voie différente de celles que répertorie la littérature savante sur le sujet. Il s’agit, pour Emmanuel Macron, de renforcer sa légitimité affaiblie ainsi que de construire des postures d’autorité. Ces deux concepts sont clairement distingués dans notre analyse et constituent des axes importants du retravail de l’ethos, dont l’objectif est d’accroitre la confiance des Français dans le Président et les mesures annoncées pour enrayer la pandémie.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Réparation d’image et construction discursive de l’autorité et de la légitimité

2Comment un dirigeant politique peut-il exercer son autorité en se faisant obéir volontairement, lorsque son image publique est dégradée et qu’il suscite la méfiance dans une grande partie de la population ? C’est la situation dans laquelle se trouve Emmanuel Macron lors de ses deux premières allocutions à la nation au sujet du Coronavirus (le 12 et 16 mars 2020). Il s’agit ici d’examiner la façon dont le Président français cherche, par diverses stratégies de réparation de l’image, à construire son autorité et à renforcer une légitimité parfois remise en question.

3Quelques mots s’imposent à l’orée de l’analyse sur la notion de « réparation d’image ». Il s’agit d’un processus discursif qui a été formulé différemment dans diverses perspectives disciplinaires. Déjà selon la rhétorique d’Aristote, l’orateur doit éliminer toute impression négative sur sa personne dans son discours. Pour le sociologue E. Goffman (1959), il s’agit d’un travail de « figuration » à travers laquelle une personne cherche à rectifier les mauvaises impressions que l’autre a d’elle. Le chercheur en science de la communication W. Benoit (1995, 2014) y voit une entreprise de persuasion visant à modifier la perception négative d’une personne accusée d’avoir commis un acte offensif ; il mentionne cinq grandes catégories de réparation d’image : dénégation, réduction de la responsabilité, réduction des sentiments négatifs à l’égard de celui qui en est la victime, action de correction et mortification. Bien que cette théorie bien connue soit intéressante, elle ne tient pas compte de composantes essentielles du discours, comme le genre ou divers éléments rhétoriques fondamentaux (Johansen et Frandsen 2001, Sadoun-Kerber 2016, Amossy 2018). C’est pourquoi on adoptera ici une démarche analytique différente, ancrée dans l’analyse du discours et de l’argumentation. Elle nous permettra d’étudier la construction d’une image méliorative dans une perspective rhétorique centrée sur l’ethos, en examinant comment s’y consolident la légitimité et l’autorité du locuteur en discours.

  • 1 https://www.cnews.fr/france/2019-05-07/les-10-phrases-qui-ont-marque-les-2-ans-de-presidence-demman (...)
  • 2 Proche collaborateur du Président faisant le coup de poing lors d’une manifestation avec un insigne (...)

4L’image détériorée du Président Macron est en lien avec l’ébranlement de sa légitimité. En effet, dès le départ, son élection est considérée comme une « victoire par défaut » contre Marine Le Pen en raison de la disqualification de François Fillon par diverses « affaires » ; puis son plan et ses réformes ne sont pas acceptés de tous ; de plus, ses petites phrases méprisantes1 et les scandales à répétition, et surtout l’affaire Benalla2, provoquent une grande méfiance de la part des Français à l’égard du Président. Un clivage s’opère alors entre le pouvoir et le peuple. Clivage qui va s’exprimer politiquement lors des manifestations des Gilets jaunes provoquées par un projet de hausse des prix de l’essence. Cette révolte populaire gérée à travers les médias sociaux va durer tout le long de l’année 2019. A titre d’exemple, on constate que l’allocution de Nouvel An du Président en 2018 a provoqué sur Twitter des réactions exceptionnellement violentes, utilisant une quantité remarquablement élevée d’attaques ad hominem et ad personam (Sadoun-Kerber 2021).

5De plus, les mesures adoptées pour contrer la Covid-19 peuvent être considérées comme excessives et peu conformes à la valeur de la liberté (de surcroît inscrite dans la devise nationale) que chérit une démocratie. Comment arriver à convaincre les Français d’opérer un changement dans leurs habitudes et de renoncer à des libertés auxquelles ils sont attachés ?

6Conscient de ces enjeux, le Président Macron procède en répondant à la fois au besoin de manifester sa crédibilité, en lien avec les composantes de l’ethos aristotélicien, à la nécessité de renforcer une légitimité partiellement remise en cause et enfin, à mettre celle-ci au service du renforcement de son autorité pour être écouté et suivi. Il s’agit pour lui de rétablir aussi bien la crédibilité de sa personne que le respect qu’elle doit inspirer, deux aspects de l’autorité que Marc Angenot (2013) prend soin de différencier.

7La situation de discours

  • 3 Le médecin-animateur Michel Cymes dans Quotidien sur TMC : « Ce n’est pas une gripette, mais ça res (...)
  • 4 Agnes Buzin, le vendredi 24 janvier 2020, déclaration à la sortie du Conseil des ministres : « En t (...)

8Le manque de légitimité et d’autorité est d’autant plus criant au début de l’épidémie que pour Macron, la gravité de la maladie a été sous-estimée. Ainsi, à l’instar de nombreux scientifiques et commentateurs présents dans les médias qui expliquaient alors aux Français que cette nouvelle maladie n’était pas plus sérieuse qu’une « grosse grippe »3 et que le danger s’avérait d’ailleurs « très faible » en raison de son cantonnement à la Chine, comme le déclarait la Ministre de la Santé Agnès Buzin4, Macron n’a pas pris tout de suite la mesure de ce qui allait se produire de par le monde. La décision d’un confinement n’a donc pas constitué une mesure évidente pour le Président français. Cette décision s’est prise dans une sorte de volte-face, en trois temps, sur dix jours.

9Le premier temps consiste en la négation de la dangerosité de la maladie. Ainsi, afin de prouver que l’épidémie n’est pas importante, Emmanuel et Brigitte Macron se rendent le 6 mars au théâtre pour « Inciter les Français à sortir malgré le coronavirus » comme le titre BFM le lendemain. « La vie continue. Il n’y a aucune raison, mis à part pour les populations fragilisées, de modifier nos habitudes de sortie », déclare alors le président en présence d’un journaliste de l’émission « Quotidien » de la chaîne TMC selon un tweet de Jean-Marc Dumontet, propriétaire du théâtre qui a eu l’honneur de la visite présidentielle. Le deuxième temps apparaît dans le premier discours présidentiel du 12 mars qui annonce les premières mesures d’un début de confinement qui ne dit pas encore son nom. D’ailleurs, le président français réaffirme que « dans l’immense majorité des cas, la Covid-19 est sans danger, mais le virus peut avoir des conséquences très graves, en particulier pour celles et ceux de nos compatriotes qui sont âgés ou affectés par des maladies chroniques comme le diabète, l’obésité ou le cancer ». A la suite de ce discours qui se veut non alarmiste mais prudentiel, Macron critique ses opposants en soulignant : « Certains nous disent : “vous n’allez pas assez loin” et voudraient tout fermer et s’inquiètent de tout, de manière parfois disproportionnée, et d’autres considèrent que ce risque n’est pas pour eux ». Cette position politique qui se veut équilibrée – entre les « jusqu’au-boutistes » et ceux qui nient le risque – peut paraître raisonnable, ce qui peut permettre d’imposer plus aisément des mesures qui auraient pu être considérées comme exagérées. De surcroît, l’usage du pronom indéfini « certains » permet à Macron, qui quant à lui est bien identifié, de dominer la « scène » politique face à des opposants anonymes. Le troisième temps tient dans l’annonce du confinement général dans le discours du 16 mars. Il reprend l’usage du mot « certains » afin de décrire ceux qui ont douté. Il déclare ainsi : « Jusqu’alors, l’épidémie était peut-être pour certains une idée lointaine, elle est devenue une réalité immédiate, pressante ». De fait, en dénonçant ceux qui doutent, il entend effacer sa propre posture alors même que cette phrase décrit son attitude des 6 et 12 mars.

10La description préliminaire de ces trois temps est importante car elle montre combien, dans ces circonstances, la fiabilité du discours présidentiel est mise à mal. Emmanuel Macron va donc développer un système d’argumentation susceptible de rétablir un ethos meilleur, en renforçant sa légitimité et son autorité présidentielles.

1. Un Président en manque de légitimité

1.1. La légitimité institutionnelle

11Dès le départ de la crise, Emmanuel Macron va s’appuyer sur sa légitimité institutionnelle. En tant que chef de l’État, le Président, pour ses interventions annonçant le confinement, va mettre en place un décorum montrant qu’il détient le pouvoir car légitimement élu. Il sait qu’après la séquence des gilets jaunes, sa légitimité en tant que responsable politique est remise en cause par un an de manifestations continues et c’est la puissance des institutions de la Ve République qui doit lui permettre d’intervenir sans que les crises antérieures l’empêchent d’agir politiquement. Pour y parvenir, il va mettre en scène les mythes de la Présidence de la République.

12Le premier mythe est celui de l’homme providentiel avec un exercice solitaire du pouvoir. En effet, contrairement à la Première Ministre belge qui intervient au sein d’un collectif, Emmanuel Macron est seul à l’écran face aux Français. De plus, son mode d’intervention est très solennel : contrairement au Président du Conseil italien il ne tient pas une conférence de presse : il intervient de façon gaullienne.

13La durée des discours est également révélatrice. Par ces temps de parole, il s’impose à la nation. Le discours du 12 mars va durer 27 minutes, soit près d’une demi-heure et son second discours, celui du 16 mars, va durer 21 minutes. Ses deux allocutions ont également recours aux formules traditionnelles des discours institutionnels avec la formule introductive « Françaises, Français, mes chers compatriotes » et en concluant avec « Vive la République ! Vive la France ! ». Ce mode d’expression, inscrit dans la grande tradition « présidentielle », a également pour but d’émettre un discours d’explication de la crise sans intermédiaire, et sans contradiction, évitant tout reproche ou tout dissensus possible. La logique n’est pas celle de la posture démocratique qui se prête au débat, mais celle de la rhétorique de l’urgence où le danger légitime une limitation de la démocratie. Pour imposer cette posture, Emmanuel Macron va mettre en scène physiquement sa légitimité institutionnelle. Il va intervenir seul comme nous l’avons vu, en présence des drapeaux français et européen, comme lors de toutes les interventions officielles. Le décor de la salle rappelle les ors du pouvoir. En effet, les murs sont en dorures style Ancien Régime. Loin de la modernité voulue parfois par le Président, le décor sert à assoir l’idée de la solidité du pouvoir, de la continuité des institutions rappelant une France éternelle. Autrement dit, tout le décorum sert à envoyer les signes traditionnels pour que les Français croient dans un pouvoir qui dépasse la simple situation politique d’Emmanuel Macron.

1.2. La Légitimité par les valeurs : l’État-providence au service du bien public

14Le Président recourt aussi à une légitimation par les valeurs, et en particulier par le bien public dont il est en charge. Il manifeste qu’il a le droit de parler et d’agir au nom de valeurs partagées. Il évoque la protection des plus faibles, et fait preuve de solidarité en promettant à tous ceux qui seront touchés une aide substantielle de l’État.

15Il montre en même temps qu’il place la protection de la santé publique au-dessus de tout, ce qu’il exprime dans l’énoncé « La santé n’a pas de prix ». Il s’agit d’une expression toute faite reflétant une doxa, à travers laquelle un consensus est censé s’établir en soudant les Français. Cette formule sert de prémisse majeure à l’enthymème suivant : « la santé n’a pas de prix », « La Covid-19 est une menace grave sur la santé », donc « il faut se protéger contre la Covid-19 quoi qu’il en coûte et payer ce qu’il faudra ».

  • 5 La suite : Ce que révèle cette pandémie, c’est qu’il est des biens et des services qui doivent être (...)

16La phrase « quoi qu’il en coûte » attire l’attention (elle est énoncée trois fois dans ce discours à des moments différents). La question qui peut se poser est celle du prix à payer. La déclaration est d’autant plus remarquée qu’il s’agit ici d’une position qui n’est pas caractéristique de la gouvernance dite néo-libérale de Macron. Le passage suivant a été beaucoup commenté dans les médias5 :

Ce que révèle d’ores et déjà cette pandémie, c’est que la santé gratuite sans condition de revenu, de parcours ou de profession, notre État-providence ne sont pas des coûts ou des charges mais des biens précieux, des atouts indispensables quand le destin frappe. 

  • 6 D’autres y voient une sorte de « socialisme de guerre », ce qui rejoint le même champ sémantique de (...)

17On remarquera la reformulation du vocable « coûts » en « bien précieux » et « atouts indispensables ». Ces épithètes font partie de l’évaluation positive de l’argument qu’il avance. Pour certains il déclame une « ode » à la solidarité et aux services offerts par l’État-Providence : le locuteur chante les louanges du système français,6 par opposition à un modèle de « développement mondial » néo-libéral - ce qui constitue un éventuel revirement à gauche de Macron, accusé auparavant de vouloir « saboter » l’État-providence, en particulier au sujet de la réforme des régimes des retraites.

18C’est le besoin soudain, mais évident, de solidarité qui guide ce revirement à gauche. Il renforce la légitimité de Macron car son discours réactualise une valeur phare de la République française, celle de la Fraternité qui est aussi importante que les valeurs de Liberté et d’Egalité.

19Pour justifier cette position de défense des faibles, il recourt à l’autorisation « impersonnelle » (Van Leeuwen 2007 – ou, selon Weber, l’autorité légale-rationnelle) qui peut certes être interprétée comme une considération pragmatique, mais aussi constituer une attention aux plus démunis et plus largement à tous ceux qui sont inquiets pour leur avenir économique en raison du confinement. Par son insistance sur les valeurs communément acceptées dans la société française (solidarité, soin aux faibles), le locuteur les fait rejaillir sur sa personne – il se présente comme le défenseur de ces valeurs. Il renforce ainsi une composante essentielle de l’ethos selon Aristote, la vertu, qui est censée contribuer à sa légitimité remise en cause et contribuer à sa réparation d’image.

1.3. La légitimité démocratique

20Enfin, E. Macron accorde une place importante à l’appel à voter aux élections municipales dans le discours du 12 mars. En insistant sur l’importance du vote citoyen, il renforce indirectement la légitimité démocratique de sa propre élection - ce que Charaudeau nomme « légitimité par mandatement » (2005 : 57). Pour mobiliser les électeurs, le chef de l’État invoque un appel à l’autorité des scientifiques (on y reviendra). « Dans ce contexte », dit-il, « j’ai interrogé les scientifiques sur nos élections municipales, dont le premier tour se tiendra dans quelques jours. Ils considèrent que rien ne s’oppose à ce que les Français, même les plus vulnérables, se rendent aux urnes. ». C’est là que l’autorité épistémique est instrumentalisée par l’autorité politique pour des décisions qui relèvent du domaine politique. De plus, le chef de l’Etat insiste sur le fait qu’il a interrogé les dirigeants des autres partis pour disposer d’un accord large. Ceci renforce sa légitimité dans un régime démocratique qui prend effectivement en compte l’ensemble des citoyens, des gouvernés et de leurs représentants. Le Président exhibe ainsi une attitude conforme aux principes de la République. La légitimité de son rôle de Président est supposée s’en trouver renforcée, car il veille à la démocratie et maintient les valeurs de la République jusque dans le contexte très préoccupant de la pandémie.

2. Une autorité en discours

2.1. Analyser la construction discursive de l’autorité

21Comme l’autorité est un terme polysémique, précisons dès à présent qu’il est entendu ici comme le « pouvoir d’agir sur autrui » (TLFi), et plus spécifiquement « ce par quoi le pouvoir s’impose, ce qui produit la soumission sans recours à la contrainte physique » (Larousse) – « soumission » pouvant être remplacée par « obéissance ». Mais pour y parvenir, il faut que le dirigeant soit celui qui détient le savoir et qui sait comment agir. C’est justement sur ce sujet que l’autorité déjà éprouvée d’Emmanuel Macron est mise à mal car l’évolution du discours du Président entre le 6 et le 16 mars montre que le « sachant » apprend en même temps que « l’écoutant ».

22Pour contrecarrer cette fragilité face à la Covid-19, Emmanuel Macron va construire en discours différentes images d’autorité. On examinera en un premier temps celle de Chef des armées, qui relève de son titre institutionnel, et celles qui s’attachent aux quatre formes d’autorité définies par Alexandre Kojève (2004) afin que l’écoute consciente que représente l’obéissance reste de mise : l’autorité du chef qui correspond à la maîtrise de la violence légitime, l’autorité du père qui apporte protection et conseils, l’autorité du juge qui définit le bien et le mal. L’autorité du chef, de celui qui détient le savoir, sera traitée dans un deuxième temps de l’analyse, où on verra à travers quelles stratégies rhétoriques Macron procède à une construction d’ethos qui met en avant sa phronesis. On étudiera de même les dimensions de l’aretè et de l’eunoia dans la construction d’un ethos mélioratif. On pourra observer que le Président orchestre l’ensemble de ces postures politiques et des différentes facettes de l’ethos afin de retrouver auprès des Français une confiance qui a été malmenée lors des mouvements sociaux antérieurs à la pandémie, et de réparer son image endommagée de dirigeant.

2.2. La construction de quatre images d’autorité

23Dans ce sens il est possible de parler de réparation d’image indirecte, à savoir que la tentative de neutraliser les impressions négatives de sa personne passe par le renforcement des composantes de l’ethos (et n’aborde pas directement les reproches qui lui sont adressés à l’aide des stratégies de réparation étudiées dans la littérature savante).

2.2.1. Le chef des armées : les métaphores de la guerre

24L’image du dirigeant en chef des armées, ce qu’est Macron en vertu de ses titres, est construite discursivement par un ensemble de moyens : 1) la répétition, 2) la formule, 3) l’argument par les conséquences négatives ou l’appel à la peur, 4) la métaphore.

251) Dans le premier discours, l’image de chef des armées s’inscrit indirectement dans le discours par l’énoncé « Je compte sur vous ». Il revient onze fois comme un mantra qui sert à préparer les esprits à un défi qu’il faut relever, et sonne comme l’exhortation d’un commandant qui prépare mentalement ses troupes à une guerre. La répétition sert à bien imprimer dans les esprits ce qui est avancé, et à le graver dans la mémoire ; elle constitue de ce fait un moyen de persuasion. On notera que cet appel du Président en personne à l’allocutaire met en place une dynamique de la confiance : si le Président « compte » sur son auditoire, c’est qu’il a confiance en lui. En retour, il faut que le public fasse confiance à Macron, qui, en l’occurrence, dirige les opérations.

262) Un moyen plus direct de construction discursive de l’image de chef des armées est la formule de « mobilisation générale », que l’on découvre plus loin dans le premier discours. La formule selon Krieg-Planque (2015) constitue un moyen d’exercer une autorité discursive et de clore un débat possible. Dans celle de « mobilisation générale » qui se répète, et qui de surcroît fait référence à un état d’urgence, elle sert à bloquer une capacité de réflexion critique qui ne doit pas interférer dans un état d’urgence exigeant « la mise sur le pied de guerre […] de l’ensemble des forces d’un pays » (TLFi). Cette formule revêt une force perlocutoire ; elle est à la fois un moyen discursif de construction d’image (celle du commandant en chef qui peut décréter une mobilisation générale) et un appel aux citoyens à agir, l’action consistant en l’occurrence à obéir et mettre en pratique les consignes données.

  • 7 Il s’agit d’un slogan qui évoque la guerre de 1914, selon Audoin-Rouzeau, qui reste un évènement pr (...)

27Ajoutons que la formule de « mobilisation générale » explicitement énoncée (trois fois dans ce discours) construit un champ sémantique en renvoyant tacitement aux deux guerres mondiales qui ont sévèrement éprouvé la France. Il s’agit d’une allusion qui est à reconstruire à partir d’un intertexte – lequel n’est peut-être pas nécessairement prégnant dans la mémoire de tous les Français7. Si néanmoins l’allusion est identifiée, elle est à même de souder les Français en exerçant sur eux l’autorité de la tradition, dans le sens de la mémoire du passé. Notons toutefois que l’atmosphère d’état d’urgence est susceptible à elle seule de provoquer cet effet.

283) Un troisième moyen de construire un ethos de dirigeant par l’analogie de la mobilisation générale repose sur l’argument pragmatique dans lequel elle est prise en charge. Le premier discours fourmille d’allusions à l’état d’urgence, sans pour autant qu’il y ait une mention explicite d’« état d’urgence » ou de « guerre ». La formule de « mobilisation générale » sert dans le deuxième discours du 16 mars à renforcer la menace que fait peser la pandémie par l’appel à la peur, qui est une forme d’argument par les conséquences négatives (Walton 2000). Par la formule de « mobilisation générale » Macron vise à rendre les Français plus disciplinés en suggérant que s’ils ne le sont pas, les conséquences seront extrêmement graves. L’argument par la peur constitue une démarche qui vise à se faire obéir, et permet d’exercer son autorité.

294) Cela rejoint la métaphore de la guerre prononcée explicitement dans le deuxième discours, datant du 16 mars, et qui est aussi sous-entendue dans l’une des phrases qui précèdent la fin du même discours, selon laquelle « l’âme généreuse des Français a permis à la France d’affronter les plus dures d’épreuves ». Ici, la métaphore de la guerre est explicite : « Nous sommes en guerre, en guerre sanitaire, certes... ». Le lexème « guerre » est répété sept fois (seule la première mention explicite qu’il s’agit d’une guerre sanitaire). Le constat que fait Macron, la situation extrême de guerre, justifie les mesures exceptionnelles du confinement, et le confirment dans ses fonctions officielles de Chef des armées mais plus largement de Chef de l’Etat.

2.2.2. L’image du Chef : rappeler la violence légitime

30Le fait qu’un grand nombre de Français n’a pas respecté les consignes depuis le premier discours amène le Président à durcir le ton, et à utiliser des procédés discursifs qui montrent un exercice plus marqué de l’autorité, voire une tendance autoritaire (absents du premier discours) : 1) une menace de sanctions en cas d’infraction aux règles ; 2) une demande explicite d’obéissance. 3) l’usage d’un discours d’autorité qui s’exprime dans des phrases ayant un sujet impersonnel (« il ne faut pas… »), qui procède à un effacement énonciatif. Au-delà de son image de Chef des armées, Emmanuel Macron adopte ainsi l’une des quatre postures d’autorité énumérées par Kojève : celle du chef.

31Dans le discours du 16, il rappelle en effet aux Français qu’en cas de non-« écoute », il reste à l’État sa capacité de coercition, celle de forcer les gens à respecter les consignes mises en place contre la propagation de la Covid-19. Ce rappel est bref car il ne souhaite pas que la « violence légitime » soit le moteur de l’obéissance. Le Président sait que si les individus se refusent à suivre les recommandations, le système policier français ne sera pas suffisant. Néanmoins, il rappelle que « Toute infraction à ces règles sera sanctionnée ». Les mots « infraction, règles, sanction » forment un triptyque qui légitime la répression du point de vue légal. Il est intéressant de noter que cette figure d’autorité n’est pas présente dans le premier discours car les mesures étaient moins directives et le recours potentiel à la force aurait été sans doute mal accepté, d’autant plus que le Président parle six jours après qu’il s’est rendu au théâtre.

32Mais le discours d’autorité du chef ne se cantonne pas à l’idée de répression, E. Macron en profite pour restaurer son image de chef de l’État et confirme son pouvoir d’émetteur de normes en déclarant : « Je pose des règles nouvelles, nous posons des interdits… ». En effet, la situation exige une évolution des lois qui régit le quotidien des Français, et cette situation offre l’occasion d’une réaffirmation du rôle présidentiel. Mais sur ce sujet également, ce rappel est exprimé très rapidement et il n’est absolument pas au cœur de l’autorité dont veut disposer Emmanuel Macron dans son discours. Enfin, on doit également souligner que la phrase sur les règles nouvelles continue par « il y aura des contrôles ». Contrôler n’est pas punir, ainsi dans le discours, le locuteur ne veut pas se montrer trop sévère car le lien entre nouvelles lois et punition n’encourage pas les peuples à être volontaires alors même que la lutte contre la Covid-19 ne peut être efficace que si les individus sont persuadés de l’utilité des directives émises. Ce besoin de persuasion s’exprimera donc à travers un discours qui sera celui du maître et du père. On voit bien que, contrairement à l’affirmation de Hannah Arendt (1968), l’argumentation fait ici partie intégrante de la construction de l’autorité.

2.2.3. Le Père : un Président protecteur des Français

33Emmanuel Macron va développer deux types de discours qui relèvent de l’autorité du père. En voulant montrer qu’il prend soin des Français, il va, d’une part, recourir à un discours d’explication sur les comportements à tenir pour se protéger et protéger les autres de la Covid-19 mais d’autre part, prodiguer des conseils de vie.

34Un discours d’explication

35Le discours d’explication est présent dès le 12 mars mais va s’accentuer très logiquement dans le discours du 16 mars qui est le discours du confinement. Dans un premier temps, Emmanuel Macron va expliquer les gestes de base pour éviter d’être contaminé, donner des explications simples et précises sur les gestes barrières à respecter :

Cela veut dire se laver les mains suffisamment longtemps avec du savon ou avec des gels hydroalcooliques. Cela veut dire saluer sans embrasser ou serrer la main pour ne pas se transmettre le virus. Cela veut dire se tenir à distance d’un mètre. Ces gestes peuvent vous paraître anodins. Ils sauvent des vies, des vies. C’est pourquoi, mes chers compatriotes, je vous appelle solennellement à les adopter.

36Mais on peut aussi observer qu’avec la dernière phrase de ce passage, on revient à un discours plus officiel au sein duquel l’autorité du Chef de l’État intervient à nouveau, avec l’usage de l’adresse « mes chers compatriotes » qui permet de retrouver une distanciation entre le locuteur et les écoutants à l’instar du mot « solennellement » qui relève d’un registre qui ne fait pas partie du vocabulaire de la proximité. Et surtout l’appel direct à agir dans « Je vous appelle […] à les adopter ». Il va aussi conseiller les Français, comme un parent pourrait le faire à ses enfants si la maladie apparaissait, en déclarant : « Sans signe grave, contactons notre médecin traitant. N’appelons le Samu et ne nous rendons à l’hôpital qu’en cas de forte fièvre » (16 mars). Par la suite, à l’annonce du confinement apparaît un discours d’explication plus « autoritaire ». Les conseils du 12 mars vont se transformer en ordres attentionnés dans le discours du 16 mars :

Dès demain midi et pour 15 jours au moins, nos déplacements seront très fortement réduits. 

Les regroupements extérieurs, les réunions familiales ou amicales ne seront plus permises. 

Vous risquez de contaminer vos amis, vos parents, vos grands-parents, de mettre en danger la santé de ceux qui vous sont chers (16 mars).

37L’usage des verbes émet une certaine autorité tout en conservant un discours qui relève davantage du conseil à suivre que de l’ordre à exécuter. En effet, l’impératif « respectons » est conjugué à la première personne du pluriel qui représente un « nous » collectif incluant le locuteur, « Il s’agit » est un verbe plus passif mais qui émet un constat de fait imposé par le Président. Dans le cas de « vous risquez », il ne s’agit cependant pas d’un interdit ; on a affaire à une mise en garde faisant partie d’un argument par la peur ou ad baculum. L’ensemble de ces phrases est utilisé à la forme impersonnelle qui atténue la violence de l’ordre mais qui impose cependant l’autorité dans le discour. On s’aperçoit bien que Macron entend ne pas brusquer les Français, afin qu’ils adoptent volontairement les bons gestes. Si le discours global est alarmiste, les consignes aux Français ne correspondent pas à l’état d’urgence décrit et l’on assiste à une attention portée aux Français plutôt inhabituelle de la part de Macron. Il ne se contente pas de rappeler les consignes, il va également conseiller les Français sur ce qu’il faudra faire pendant le confinement, en émettant le discours qu’un père pourrait tenir à son enfant pour qu’il emprunte le bon chemin.

38Dans cette posture attentionnée, le Président travaille les images péjoratives de sa personne comme déconnecté du public et indifférent aux plus faibles. En même temps, il n’est pas inutile de rappeler deux éléments lui manquant pour asseoir son autorité : que lui-même n’est pas père, et qu’il a été élu à un âge relativement jeune. Cette posture lui permet donc de remédier à ces points faibles du point de vue de son autorité.

39Des conseils pour parvenir à la vie bonne

40D’après Léo Strauss et Joseph Cropsey (1994), pour Aristote, il existe trois sortes de vie, la vie de plaisir, la vie politique et la vie philosophique. On peut retrouver ces aspects dans une partie du discours d’Emmanuel Macron. En effet, à un moment donné, le Président va prodiguer des conseils sur ce qu’il faut faire pour conserver une attitude positive face au confinement. On peut y voir une allusion aux notions du philosophe relatives à la vie politique et à la vie philosophique – pour que les Français puissent abandonner, sans trop de regrets, la vie de plaisir impossible en temps de confinement. Emmanuel Macron va conseiller de développer les relations sociales avec sa famille ou ses proches afin que le confinement ne soit pas synonyme de trop d’isolement. L’attention à l’autre, les échanges téléphoniques ou épistolaires sont conseillés pour que chaque être humain puisse développer sa propre éthique sociale. Ainsi, il va d’ailleurs utiliser l’impératif pour conseiller « cette vie bonne » : « Écrivez, téléphonez, prenez des nouvelles, protégez en limitant les visites » (12 mars).

41Macron va également relativiser le respect de la loi en faveur de la conservation de cette éthique sociale, tout comme Aristote qui exprimait une tension entre les concepts de « justice » et « d’amitié » : « Cela ne doit pas nous empêcher de garder le lien, d’appeler nos proches, de donner des nouvelles, d’organiser aussi les choses avec nos voisins, d’inventer de nouvelles solidarités entre générations, de rester, comme je vous l’ai dit jeudi dernier, profondément solidaires… » (16 mars).

42Cette logique se poursuit par la promotion de la « vie philosophique », lorsque le Président conseille aux Français de profiter du temps du confinement pour se cultiver et apprendre. Il adopte une attitude très proche de celle d’Aristote lorsqu’il souligne l’importance de retrouver le « sens des choses » ou « de l’essentiel ». Voici ce qu’il déclare dans son discours du 16 mars : « Lisez, retrouvez aussi ce sens de l’essentiel. » – « La culture, l’éducation, le sens des choses est important. »

43Dans les faits, le Président écarte « la vie de plaisir » en raison du confinement pour privilégier « la vie politique » (la relation à l’autre) et « la vie philosophique » afin de conserver le bonheur des Français, non plus par la consommation et les loisirs mais par la création d’un nouveau rapport social et par une autre compréhension du monde. Ainsi, pour adopter le terme d’Aristote, les Français pourront atteindre « le plaisir par la vertu ». Ce discours montre les influences philosophiques d’Emmanuel Macron ainsi que la cultivation dès le début de son mandat d’une image du « roi philosophe ». Pour autant, il est rare que cela s’exprime dans ce type de discours.

44Cependant, on doit souligner que cela pose un problème au-delà des bonnes intentions présidentielles. En effet, conseiller de téléphoner à sa famille ou de se remettre à lire relève de la sphère privée, et, lorsque le politique intervient dans la sphère privée, cela pose un problème démocratique (Arendt 1972). Ces passages – qui ne sont d’ailleurs pas structurants dans les discours présidentiels – montrent les limites que le politique doit se fixer afin de conserver les valeurs démocratiques, même en temps de crise. Ceci est d’autant plus vrai que le débat polémique, donc démocratique, va tendre à s’effacer dans le discours d’Emmanuel Macron.

2.2.4. Le juge : définir le bien et le mal malgré le besoin d’unité

45Dans son premier discours, le Président ne peut s’empêcher d’émettre sa propre opinion politique face à l’événement tout en continuant de mettre en scène le clivage qu’il affectionne tant, entre nationalistes et pro-européens. Il utilise alors l’autorité du juge dans le sens de Kojève, lorsqu’il détermine les « bons » et les « méchants ».

46Les « méchants » regroupent ceux qui auraient un réflexe de « replis nationaliste » ou « individualiste » lorsqu’Emmanuel Macron déclare « L’autre écueil, ce serait le repli individualiste » (12 mars) et également « D’une part, le repli nationaliste. Ce virus n’a pas de passeport. Il nous faut unir nos forces, coordonner nos réponses, coopérer. La France est à pied d’œuvre. La coordination européenne est essentielle, et j’y veillerai » (12 mars). Les « bons » seraient, dans le discours présidentiel, ceux qui estiment que les réponses, tant économiques que scientifiques, seront européennes, lorsqu’il déclare « L’Europe a tous les atouts pour offrir au monde l’antidote au Covid-19. Des équipes sont également à pied d’œuvre pour inventer un vaccin ». (12 mars) ou bien « Nous, Européens, ne laisserons pas une crise financière et économique se propager. Nous réagirons fort et nous réagirons vite. L’ensemble des gouvernements européens doit prendre les décisions de soutien de l’activité puis de relance quoi qu’il en coûte »  (12 mars). L’Europe représente alors l’espoir de la sortie de crise, aussi bien à travers une relance économique que par l’invention d’un vaccin. Autrement dit, l’opposition Macron/Le Pen reste de mise pour le Président, malgré la situation.

47On pourrait, dans un premier temps, se poser la question de savoir si ces déclarations partisanes sont adroites dans un discours où l’on fait appel à la « mobilisation générale ». Sans doute Emmanuel Macron a-t-il pensé qu’il pouvait se permettre de conserver son positionnement politique car, à la date du 12 mars, lorsque ces paroles sont prononcées, l’idée du confinement avec comme conséquence l’obligation du volontarisme de tous, n’est pas encore dans les esprits de la gouvernance française. La vie politique semble pouvoir poursuivre son cours malgré la Covid-19. En revanche, lors du discours du 16 mars, celui du confinement, toute expression d’un clivage politique est absente en faveur de la recherche de l’unité des Français car la France est déclarée en « guerre ». La polémique, celle de la différenciation politique, devient alors impossible car contre-productive. Dans ce changement s’exprime l’effort de ne pas prononcer ce qui fâche. Macron réagit à chaud pour gérer son image au mieux.

3. Ethos et construction d’autorité : crédibilité et confiance

48La question soulevée est donc de savoir par quelle procédures rhétoriques le Président français cherche, dans les deux premiers discours sur la Covid-19, à construire un ethos digne de confiance, et à renforcer une crédibilité mise à mal, démarche susceptible de faciliter l’acceptation des mesures sanitaires par le public, et en même temps de réparer son image de dirigeant. Il s’agit donc non pas juste d’adopter des modèles d’autorité susceptibles d’inspirer le respect, mais de persuader les citoyens afin qu’ils fassent bloc autour des mesures exigées, de plus en plus sévères, surtout dans le cas du deuxième discours où il est question d’un confinement. Ne pas respecter ces consignes signifie une surpopulation des hôpitaux, un manque de capacité à traiter tout le monde, le fait de devoir trancher et perdre des vies. Cet enjeu se heurte à un certain nombre de positions opposées à celle qu’exprime Macron : celles qui minimisent la catastrophe ou qui pensent que les dirigeants cherchent à paniquer le public (en adoptant des mesures excessives) ou encore celle des « complotistes » qui ne croient pas en la gravité réelle de la pandémie. Le locuteur doit donc assurer le respect des consignes et garantir l’efficacité des instructions diffusées au grand public en amenant celui-ci à l’écouter et à lui prodiguer sa confiance.

49Pour ce faire, Emmanuel Macron utilise plusieurs procédés : la justification rationnelle des consignes imposées, et le déploiement d’images positives de sa personne susceptible de raviver la confiance.

3.1. La justification des consignes par l’argument d’autorité

50Pour faire agir les citoyens conformément aux consignes, il faut les justifier. Elles doivent être appropriées à la situation, et crédibles. En retour, la crédibilité de Macron dépend en partie de la justesse des mesures qu’il édicte ; c’est une relation de l’acte et de la personne (Perelman et Olbrechts-Tyteca 2008).

51Dans les deux discours au sujet de la Covid-19, le Président appuie ses propos sur la parole des scientifiques afin de justifier les consignes (gestes barrières : masque, gel, respect une distance sociale). C’est donc au nom de la science que le discours présidentiel va chercher sa légitimation. Nous assistons à un transfert d’autorité au détriment du politique en faveur des scientifiques car le politique ne fait, en apparence en tout cas, qu’appliquer concrètement ce que le scientifique préconise. De ce fait, la croyance ne se place plus dans le politique mais dans la science, tout en sachant que ces dernières années, cette croyance est remise en cause par les risques que les progrès scientifiques apportent avec les manipulations génétiques et autres (Beck 2001). Mais cette distanciation avec la science, qui fait que les Français se vaccinent de moins en moins par exemple, semble beaucoup moins opérer avec le besoin de savoir face à cette nouvelle maladie. De ce fait, le recours aux experts sert non seulement à poser le bien-fondé des consignes mais aussi à faire agir la population. Comme « il n’est pas d’argument d’autorité qui n’ait de répercussion sur celui qui l’emploie » (Perelman et Olbrechts-Tyteca 2008 : 413), Macron se montre crédible et en même temps compétent par le fait même d’avoir recours à l’autorité épistémique. La mention de la science comme principe dessine de lui l’image d’un président de progrès et d’objectivité dans une démarche très proche du positivisme (Mayaffre 2021).

52Le premier discours se fonde fortement sur l’autorisation par l’avis des experts. Rappelons que l’argument d’autorité est défini comme l’appel à une autorité qui est le garant du dit, c’est-à-dire d’un argument offert par la médiation d’un agent considéré comme crédible (Angenot 2013). Le premier discours d’Emmanuel Macron du 12 mars 2020 demande aux Français de respecter les gestes barrières. Il évoque très tôt dans le discours l’autorité scientifique, en insistant sur le principe de la science qui guide les actions du gouvernement : « Un principe nous guide pour définir nos actions, il nous guide depuis le début pour anticiper cette crise puis pour la gérer depuis plusieurs semaines et il doit continuer de le faire : c’est la confiance dans la science. » La science est une autorité impersonnelle (Perelman et Olbrechts-Tyteca 2008 : 413) qui peut être jugée objective.

53Ce principe prend forme rapidement dans la figure des experts, des scientifiques, qu’il faut désormais écouter : « C’est d’écouter celles et ceux qui savent ». La transition entre la « science » qui inspire la confiance et les « scientifiques » se fait naturellement, comme si elle allait de soi ; il ne s’agit pourtant pas de la même chose. Les avis des scientifiques divergent et ils ne font pas l’unanimité (un exemple parmi d’autres, l’avis du Professeur Didier Raoult concernant le traitement par la Chloroquine). Les scientifiques eux-mêmes, dans ce cas singulier du coronavirus, ne connaissent ni tous les effets de cette maladie, ni toutes ses caractéristiques, et ne possèdent pas de remède magique. Nombreux sont ceux qui affirment eux-mêmes ne pas connaitre la maladie. Pourtant le chef de l’Etat se réfère à eux en tant que source indubitable de savoir, en des termes élogieux de type hyperbolique : « [Nous avons en France] les meilleurs virologues, les meilleurs épidémiologistes, des spécialistes de grand renom, des cliniciens aussi. » Bien plus : la parole des experts est présentée comme homogène. Il s’agit en réalité d’une construction discursive qui homogénéise la parole des experts pour atteindre son objectif : « Ecouter ceux qui savent » sert directement le besoin de justifier les mesures pour les faire respecter.

54Le recours à l’autorité des experts facilite en particulier la demande de respecter certaines mesures qui peuvent sembler extrêmes, comme celle de la fermeture des cadres d’enseignement : « Dès lundi et jusqu’à nouvel ordre, les crèches, les écoles, les collèges, les lycées et les universités seront fermés pour une raison simple : nos enfants et nos plus jeunes, selon les scientifiques toujours, sont celles et ceux qui propagent, semble-t-il, le plus rapidement le virus. » La préposition « toujours selon les scientifiques » à cet endroit précis, juste après la formulation des mesures radicales, reflète le besoin de Macron d’appuyer immédiatement le constat par une autorité plus fiable que l’autorité politique. A cela s’ajoute le modalisateur « semble-t-il » renforçant l’impression d’incertitude de sa part sur le fait que les enfants propagent le virus. Il laisse entendre que lui-même hésitait devant une démarche qui pourrait être considérée comme excessive et injustifiée car elle va à l’encontre d’une valeur essentielle dans la patrie dite des Droits de l’Homme, celle de la liberté.  Il est intéressant à ce propos de mentionner l’observation d'Origgi (2015) selon laquelle l’expertise est par définition autoritaire et non démocratique, bien qu’elle soit utilisée précisément pour appuyer le processus démocratique.

3.2. Une argumentation par les valeurs pour renforcer son autorité

55Pour aboutir à un but pratique, celui de faire respecter les consignes, le Président met en place une argumentation par les valeurs. Celles-ci sont toujours en rapport avec l’objectif à atteindre (Wolton). Dans le premier discours, Macron dit :

La deuxième [priorité], c’est de freiner l’épidémie. Pourquoi ? Le Ministre de la Santé et le Directeur général de la Santé vous l’ont expliqué à plusieurs reprises : pour éviter l’accumulation de patients qui seront en détresse respiratoire dans nos services d’urgence et de réanimation. Il faut continuer de gagner du temps, et pour cela, je vais vous demander de continuer à faire des sacrifices et plutôt d’en faire davantage, mais pour notre intérêt collectif.

56Si nous procédons selon les consignes, nous allons arriver à la situation voulue, à savoir de gagner du temps, en passant par moins de malades graves, moins de surcharge sur les hôpitaux, bref à retarder l’expansion de la maladie. Cet argument par les conséquences qui doit déterminer la conduite à suivre (Perelman et Olbrechts-Tyteca 2008 : 359) est fondé sur des valeurs : celles de solidarité / fraternité, celle du bien commun, mentionnées auparavant. Le système de valeurs n’est donc pas coupé du raisonnement : il sous-tend au contraire les objectifs. Ici, il ne s’agit pas seulement de la justification des consignes mais de l’autorité que Macron exerce pour aboutir à son objectif.

3.3. La bienveillance ou eunoia

57Pour gagner la confiance de l’auditoire, l’orateur doit aussi se montrer bienveillant, nous dit Aristote. Cette bienveillance se manifeste, dans le cas présent, envers tous les Français : « Je veux aussi ce soir saluer le sang-froid dont vous avez fait preuve. […] Tous vous avez su faire face en ne cédant ni à la colère ni à la panique. Mieux, en adoptant les bons gestes… ». Le Président flatte les Français, tout en utilisant une méthode pédagogique, à savoir faire passer un message (ici, les consignes) de façon positive sans recourir à ce stade à la menace de sanctions (contrairement à son attitude plus cassante dans le deuxième discours).

  • 8 Appelé aussi mythopoesis par Van Leeuwen (2007), ce procédé consiste pour lui à raconter une histoi (...)

58En plus, la bienveillance s’exprime en creux dans le maniement de l’anecdote ou le storytelling8. Comme dans l’exemple suivant, tiré du premier discours :

Nous allons aussi mobiliser les étudiants, les jeunes retraités. Des mesures exceptionnelles seront prises en ce sens, beaucoup, d’ailleurs, ont commencé. Je veux les remercier. J’ai vu il y a quelques jours, au Samu de Paris, une mobilisation magnifique, émouvante, exemplaire, ou des étudiants, à quelques mois de leur concours, étaient là pour répondre aux appels, aider, et où des médecins à peine retraités étaient revenus pour prêter main forte. 

  • 9 Comme il l’a indiqué lui-même dans une interview (dans des propos qui ont été mal interprétés)
  • 10 Un autre exemple est celui du Grand Débat qu’il a mené.

59L’anecdote sert, parmi d’autres fonctions, à exposer la personnalité du locuteur (Oldenburg 2014) et pour Jamieson (1988 :152) elle entraine la suspension du jugement de l’interlocuteur. Dans ce bref récit, le chef de l’État se montre proche du terrain ; il est loin d’être dans sa tour d’ivoire. Cela est important car on a longtemps reproché à Emmanuel Macron d’être un « président jupitérien »9. Il cherche donc à rectifier cette image négative qui lui est attachée depuis le début de son mandat – comme il a maintes fois tenté de le faire – on pense à une photo mémorable où on le voit en conversation avec un sans domicile fixe au milieu de la nuit10.

60Ce récit sert également à encourager des individus à se mobiliser pour donner un « coup de main » en gratifiant ceux qui l’ont déjà fait à l’aide de qualificatifs évaluatifs et affectifs, tels que « magnifique », « exemplaire », « émouvante ». C’est un argument par le modèle fondé sur l’émulation, qui est le contraire de l’argument par la peur. Il s’agit ici d’exercer une autorité bienveillante, une sorte d’éducation positive du public au sein duquel on signale les plus valeureux pour suggérer aux autres de les imiter.

Conclusion

61La spécificité du discours de Macron tient tout d’abord à la situation politique particulière dans laquelle il se trouve, ainsi qu’au déficit de légitimité et d’autorité dont il souffre au moment où survient la pandémie. C’est un problème d’image publique détériorée avant la pandémie. A cela s’ajoute la crise de la Covid-19 qui apporte des difficultés nouvelles sous la forme d’une restriction des libertés des Français.

62Pour parvenir à se faire écouter et obéir, il lui faut procéder à une réparation d’image. C’est la raison pour laquelle il va faire montre de sa légitimité institutionnelle tout en la renforçant par celle que lui confère la conformité de ses décisions avec les valeurs partagées de la communauté – le bien commun, l’aide aux plus faibles, la solidarité. Cette légitimité doit permettre d’asseoir son autorité, qui repose sur le respect dû au dirigeant et sur la crédibilité qu’il cherche à établir. Il procède en renforçant chaque composante de l’ethos aristotélicien. Premièrement, la sagesse pratique (phronesis) est mise en lumière dans la capacité du Président à organiser les informations rassemblées chez les meilleurs spécialistes. Deuxièmement, les valeurs sur lesquelles il s’appuie, comme la solidarité et la modération, font parties des valeurs qui relèvent selon Aristote de la vertu (aretè). Ces valeurs constituent le caractère moral qui est, toujours selon Aristote, le plus puissant des moyens de persuasion. Troisièmement, la bienveillance (eunoia) du Président se manifeste entre autres dans l’éloge décerné au public pour son comportement approprié (à un moment donné). A cela s’ajoutent des postures d’autorité enracinées dans de grands modèles et dans les mythes de la République : le « Père » qui prodigue des explications et des conseils de vie, le « dirigeant » qui recherche une proximité avec les citoyens auxquels il s’adresse, le « maitre » et le « juge ».

63Ce qui ressort de ce discours, c’est que le Président procède indubitablement à un travail de réparation d’image, mais qui s’effectue de façon indirecte. Aucune mention explicite de sa part aux accusations lancées à son encontre, pas de recours à des stratégies de réparation d’image répertoriées par la littérature savante, dont les différentes catégories sont absentes de ce discours. Le retravail de l’image (Amossy 2010) s’effectue entre les lignes, de façon subtile. Il est lié à la consolidation de la légitimité et de l’autorité du dirigeant dans ses allocutions à la nation à un moment de crise sanitaire. Comme le but est de faire agir les Français, il est indispensable de susciter la confiance du public dans son dirigeant (ou dans les propos qu’il énonce). Cette analyse montre que le président – et son équipe – sont bien conscients du problème d’une dégradation de l’autorité et de la légitimité qui risque de gâcher une entreprise de persuasion cruciale dans la gestion de la crise sanitaire. Il met en place dans son discours les ingrédients susceptibles de persuader les Français : appel aux valeurs communes, arguments valides et efficaces (argument pragmatique, par les conséquences), sagesse pratique, des postures qui renforcent la plausibilité se ses dires et sa légitimité (ce qui ne veut pas dire, bien sûr, qu’il parvient à convaincre tous les Français).

64C’est donc en renforçant sa légitimité et son autorité qu’Emmanuel Macron procède, indirectement, à sa réparation d’image. Cet article veut montrer où se situe la distinction entre ces deux notions – légitimité et autorité – qui tendent à être confondues dans la littérature savante (Weber, Arendt). L’analyse nous a permis d’analyser la spécificité des modalités de construction discursive de chacun de ces axes. L’étude du cas concret met en même temps en lumière les modalités d’inscription de la légitimité et l’autorité dans le discours, et leur rapport aux trois composantes de l’ethos : les moyens discursifs et rhétoriques qui doivent permettre à Macron de se faire écouter et de faire respecter ses mesures sont aussi ceux qui contribuent à construire un ethos qui répare son image mise à mal. Ce qui constitue, pensons-nous, une contribution non seulement à la compréhension de ce cas de figure, mais aussi de façon plus générale à la compréhension de la pratique discursive des dirigeants confrontés à un déficit de légitimité et d’autorité, particulièrement en période de crise.

Haut de page

Bibliographie

Amossy, Ruth (ed.). 2018. « La réparation d’image dans le discours de campagne. Perspectives discursives et argumentatives », Langage & Société 164

Amossy, Ruth. 2010. La présentation de soi. Ethos et identité verbale (Paris : PUF)

Angenot, Marc. 2013. Rhétorique de confiance et de l’autorité (Montréal : Université McGill)

Arendt, Hannah. 1968 « What is Authority ? » in Between Past and Future: Six exercises in political thought (New York: Penguin).

Arendt, Hannah. 1972 [1951]. Le système totalitaire (Paris : Seuil)

Aristote. 1991. Rhétorique, Livres I et II. Texte établi et traduit par Médéric Dufour (Paris : Gallimard)

Bacot, Paul, Dominique Desmarchelier & Sylvianne Remi-Giraud. 2012. « Le langage des chiffres en politique », Mots< Les langages du politique 100

Benoît William L. 2014 [1995]. Accounts, excuses and apologies : A theory of image restoration strategies (Albany : New York State U. P.)

Charaudeau Patrick & Dominique Maingueneau. 2002. Dictionnaire d’Analyse du Discours (Paris : Seuil)  

Charaudeau, Patrick. 2005. Le discours politique. Les masques du pouvoir (Paris : Vuibert)

Goffman, Erving. 1973. La Mise en scène de la vie quotidienne 1. La Présentation de soi (Paris : Minuit)

Jamieson, Kathleen Hall. 1988. Eloquence in an Electronic Age: The Transformation of Political Speechmaking (USA: Oxford U. P.)

Johansen, Winni & Finn Frandsen. 2001. « Rhétorique et communication de crise ». Actes du Congrès Inforcom, la Société Française de l’information et de la communication, Paris [En ligne] https://www.academia.edu/2523714/Rh%C3%A9torique_et_communication_de_crise

Kinneavy James L. & Susan C. Warshauer. 1994. « From Aristotle to Madison Avenue: Ethos and the Ethics of Argument », James S. Baumlin (éd.). Ethos: New Essays in Rhetorical and Critical Theory (University Park, Texas : Southern Methodist U. P.), 171-189

Kojève, Alexandre. 2004. La notion de l’autorité (Paris : Gallimard)

Mayaffre, Damon. (2021). Macron ou le mystère du verbe : ses discours decryptés par la machine (La Tour d'Aigues : L’Aube)

Oldenburg, Christopher. 2015. « Re’characterizing’ the Anecdote: Synecdoche and Ethotic Argument in Presidential Debate Rhetoric », Communication Studies 66-1, 103-120 DOI: 10.1080/10510974.2013.860043

Perelman, Chaïm et Lucie Olbrechts-Tyteca. 2008 [1958]. Traité de l’argumentation. La nouvelle rhétorique (Bruxelles : Éditions de l’Université de Bruxelles)

Rosanvallon, Pierre. 2008. La légitimité démocratique. Impartialité, réflexivité, proximité (Paris : Seuil)

Sadoun-Kerber Keren, 2021. « Les avatars de l’autorité sur Twitter : l’exemple des usagers face à l’allocution de Nouvel an du Président Macron », Argumentation & Analyse du discours 26 « Autorité et Web 2.0 : approches discursives » [En ligne] https://journals.openedition.org/aad/4929

Sadoun-Kerber, Keren. 2018. « Gestion et réparation d’image : Emmanuel Macron dans l’Émission politique », Langage & Société 164, 75-95

Sadoun-Kerber, Keren. 2016. « Gestion de l’ethos et restauration d’image : La présentation de soi des grands hommes d’affaires En France et en Israël » (Thèse de doctorat, Université de Tel Aviv)

Strauss, Léo & Joseph Crospsey. 1994. Histoire de la philosophie politique (Paris : PUF)

Van Leeuwen, Theo. 2007. « Legitimation in discourse and communication », Discourse & Communication 1-1, 91-112

Walton, Douglas. 1989. Informal Logic : A Handbook for Critical Argumentation (Cambridge : Cambridge U. P.)

Walton, Douglas. 2000. Scare Tactics. Arguments that Appeals to Fear and Threats (Dordrecht: Kluwer Academic)

Haut de page

Notes

1 https://www.cnews.fr/france/2019-05-07/les-10-phrases-qui-ont-marque-les-2-ans-de-presidence-demmanuel-macron

2 Proche collaborateur du Président faisant le coup de poing lors d’une manifestation avec un insigne de Police illégal.

3 Le médecin-animateur Michel Cymes dans Quotidien sur TMC : « Ce n’est pas une gripette, mais ça reste une maladie virale comme on en a tous les ans ».

4 Agnes Buzin, le vendredi 24 janvier 2020, déclaration à la sortie du Conseil des ministres : « En termes de risques pour la France, les analyses de risques d’importation sont modélisées régulièrement par des équipes de recherche. Le risque d’importation de cas depuis Wuhan est modéré, il est maintenant pratiquement nul parce que la ville est isolée. Les risques de cas secondaires autour d’un cas importé sont très faibles, et les risques de propagation du coronavirus sont très faibles. »

5 La suite : Ce que révèle cette pandémie, c’est qu’il est des biens et des services qui doivent être placés en dehors des lois du marché https://www.leparisien.fr/video/video-emmanuel-macron-il-y-a-des-services-qui-doivent-etre-places-en-dehors-des-lois-du-marche-12-03-2020-8278905.php

L’hommage de Macron a l’État-Providence https://www.lopinion.fr/edition/politique/coronavirus-l-hommage-d-emmanuel-macron-a-l-etat-providence-qui-en-214458

https://www.liberation.fr/debats/2020/03/25/macron-et-le-mirage-de-l-etat-social_1783071

https://www.challenges.fr/politique/macron-la-guerre-les-mots-et-apres_703087

6 D’autres y voient une sorte de « socialisme de guerre », ce qui rejoint le même champ sémantique de la première guerre mondiale (article de Libération cité plus haut).

7 Il s’agit d’un slogan qui évoque la guerre de 1914, selon Audoin-Rouzeau, qui reste un évènement prégnant dans la mémoire des Français

8 Appelé aussi mythopoesis par Van Leeuwen (2007), ce procédé consiste pour lui à raconter une histoire qui gratifie ou punit les protagonistes selon les besoins, afin de légitimer une voie.

9 Comme il l’a indiqué lui-même dans une interview (dans des propos qui ont été mal interprétés)

10 Un autre exemple est celui du Grand Débat qu’il a mené.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Keren Sadoun-Kerber et Stéphane Wahnich, « Emmanuel Macron face à la Covid-19 : un Président en quête de réparation d’image »Argumentation et Analyse du Discours [En ligne], 28 | 2022, mis en ligne le 25 avril 2022, consulté le 21 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/aad/6113 ; DOI : https://doi.org/10.4000/aad.6113

Haut de page

Auteurs

Keren Sadoun-Kerber

Université de Tel Aviv, ADARR

Articles du même auteur

Stéphane Wahnich

ADARR

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Argumentation & analyse du discours est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo ADARR Tel-Aviv
  • Logo Université Tel-Aviv
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search