Navigation – Plan du site

AccueilNuméros28Crise sanitaire et crise politiqu...

Crise sanitaire et crise politique : La double démarche rhétorique de Benjamin Netanyahou pendant la COVID-19

Health Crisis and Political Crisis: Benjamin Netanyahu’s Double Rhetorical Maneuver during COVID-19
Ariella Lahav
Traduction(s) :
Health Crisis and Political Crisis: Benjamin Netanyahu's Double Rhetorical Maneuver during COVID-19 [en]

Résumés

Ce travail analyse les premiers discours du Premier Ministre israélien, Benjamin Netanyahou, traitant de la COVID-19 dans le contexte de la crise politique unique dans laquelle se trouvait plongé Israël au moment où la pandémie a éclaté. Il montre non seulement que la rhétorique de Netanyahou visait, comme celle d’autres dirigeants occidentaux, à persuader son auditoire d’obéir aux règlements liberticides – et pour cela, à construire son autorité et sa légitimité, ainsi que la légitimité des mesures prônées contre la pandémie, mais qu’elle visait aussi à reconstruire et réhabiliter son ethos (endommagé par son inculpation) comme chef d’État seul capable de gérer une crise d’une telle ampleur, et donc de diriger le pays ; et à convaincre son rival politique de rejoindre un gouvernement dit « d’union nationale d’urgence ».

Haut de page

Texte intégral

Introduction 

  • 1 Le nombre des cas est mis à jour quotidiennement par le ministère de la Santé. https://datadashboar (...)
  • 2 Voir Maor et al. (2020) pour une description détaillée des mesures que les auteurs critiquent comme (...)
  • 3 Un deuxième confinement a été imposé en septembre, et un troisième en décembre. Le 20 décembre 2020 (...)

1Le premier cas avéré de Covid-19 a été enregistré en Israël le 27 février 20201. Des mesures telles que la limitation des déplacements et l’imposition de l’auto-quarantaine ont été progressivement décrétées dès le début du mois de février, suivies d’une série de mesures d’urgence et de décisions législatives, y compris la fermeture d’écoles et le confinement2, avec l’annonce d’allégements à partir du 16 avril 20203.

  • 4 Terme de Pierre Rosanvallon (2008 : 29). Pour le cadre théorique, voir l’article liminaire de Ruth (...)

2Le Premier Ministre israélien Benjamin Netanyahou, comme d’autres dirigeants occidentaux élus, mais jouissant d’une « légitimité imparfaite »4, a dû prendre la parole pour justifier la légitimité des restrictions octroyées et persuader le public d’obéir aux mesures adoptées. C’est ce processus de légitimation et de construction d’autorité (dans le sens de la capacité à se faire obéir sans coercition) qui touche à la fois la personne du dirigeant et le bien-fondé des mesures édictées que nous étudierons ici.

3Nous voulons montrer que les allocutions à la nation de Netanyahou répondaient à un double enjeu. D’une part, il devait réaffirmer sa légitimité remise en cause par son inculpation, et qui lui était nécessaire pour faire accepter les mesures extraordinaires adoptées contre la Covid-19, par ailleurs imposées en une période où il était à la tête d’un gouvernement intérimaire dont le droit d’édicter des règles restrictives était restreint. D’autre part, pour Netanyahou, engagé dans des élections qu’il souhaitait – et se devait de gagner pour éviter la poursuite de son procès – il s’agissait de se présenter dans son discours comme investi de la légitimité morale et doté de l’autorité personnelle nécessaire pour imposer l’idée que lui seul, au sein de la classe politique, était capable et digne de diriger l’État en ces temps troublés, donc méritant d’être réélu.

4Pour comprendre ce double enjeu, il faut rappeler ici que la pandémie a surpris Israël au milieu d’une période électorale visant à élire les membres du parlement israélien, lesquels sont chargés de recommander au Président de la nation celui d’entre eux à qui il revient de former un gouvernement de coalition. Un troisième tour était prévu pour le 2 mars 2020, après deux échecs consécutifs dans un laps de temps d’un an. En avril et en septembre 2019, ni Netanyahou (familièrement dénommé Bibi), Premier Ministre (« PM ») depuis 12 ans et leader du parti de droite Likoud, ni son adversaire Benny Gantz, chef du parti Bleu-Blanc dit centriste (et ancien chef d’état-major de l’armée), n’avaient réussi à former un gouvernement. Il faut noter que les trois tours électoraux se sont polarisés autour de Netanyahou – faut-il le soutenir ou s’opposer à sa réélection ? – plus que sur l’idéologie des partis respectifs. Cet état de choses s’est traduit dans le slogan des fidèles : « seulement Bibi » et de ceux qui entendaient l’évincer de ses fonctions : « tout sauf Bibi ».

  • 5 Netanyahou a provoqué la dissolution du parlement en décembre 2020. Le 3 juin 2021, Naftali Bennett (...)

5En novembre 2019, le Procureur général d’Israël a décidé d’inculper le PM pour fraude, corruption et abus de confiance ; l’ouverture du procès a été fixée au 17 mars 2020, et reportée au 24 mai à la suite d’une ordonnance de clôture des tribunaux décrétée le 15 mars par le Ministre de la Justice, suscitant des critiques selon lesquelles la pandémie aurait été exploitée par Netanyahou pour repousser son procès afin de pouvoir s’y présenter en qualité de PM après la formation d’un nouveau gouvernement. Cependant, les élections du 2 mars 2020 ont conduit à une nouvelle impasse. Dans le cadre du système démocratique israélien, un gouvernement doit recevoir un vote de confiance d’une majorité du parlement et historiquement « tous les gouvernements ont été [...] des gouvernements de coalition” » (Kenig : 2013). Avant les élections, Gantz s’était engagé à former un gouvernement sans Netanyahou en raison de son inculpation, mais le 22 mars, une semaine après avoir été ouvertement invité par Netanyahou à se joindre à lui (comme on le verra plus loin), il exprime sa volonté de soutenir un gouvernement d’urgence nationale en raison de la pandémie ; le 26 mars, il revient sur sa décision, provoquant une scission dans Bleu-Blanc, et le 20 avril les deux hommes signent un accord de coalition fondé sur un principe de rotation 5.

6C’est dans ces circonstances que Netanyahou se devait de gérer son ethos préalable pour parvenir à ses fins et être nommé Premier ministre. À propos de la notion d’ethos préalable, Ruth Amossy note :

Construire une image de soi, c’est toujours s’engager dans un dialogue avec ce que les autres ont dit de nous et l’idée qu’ils se font de notre personne. C’est donc aussi réagir aux aspects négatifs de l’ethos préalable [...] cette capacité de retravailler une image préalable est essentielle [...] (2010 : 74-5).

7L’aretè ou la vertu est, avec la phronesis (sagesse) et l’eunoia (bienveillance), une caractéristique obligée de l’ethos selon Aristote ; elle se rapporte à la moralité et à l’honnêteté du dirigeant : « Il y a persuasion par le caractère, quand le discours est ainsi fait qu’il rend celui qui parle digne de foi. Car nous faisons confiance plus volontiers et plus vite aux gens honnêtes » (Rhét., I,2,1356a1, p. 126.). C’est précisément cette vertu qui était mise en cause dans le cas du PM ; en raison de son inculpation, il était perçu par une grande partie des électeurs comme menteur et fourbe.

8En examinant les outils rhétoriques, les stratégies argumentatives et les métaphores utilisées par le PM dans ses allocutions, l’analyse chronologique des discours permettra de saisir la surenchère effectuée par lui à propos du drame de la pandémie, dans le but de renforcer son ethos de leader, d’inciter le public à obéir à des mesures d’urgence sans précédent, et de persuader son rival politique de se joindre à lui. Former un gouvernement d’union nationale était en effet à ce moment la seule possibilité pour lui de se maintenir au pouvoir.

  • 6 Les liens aux discours en hébreu sont donnés en note. C’est nous qui traduisons. 

9Nous nous référons ici aux discours du PM tels qu’ils ont été transcrits, repris et publiés sur le site officiel du gouvernement israélien6, ainsi que sur YouTube et sa page Facebook, et cités par les quotidiens israéliens. Il s’agit des discours prononcés du 2 février au 14 mars 2020, lorsqu’il a, étonnamment, appelé Gantz à unir leurs forces, ce qu’il a répété le 17 et le 19 mars.

1. Analyse chronologique des discours

10On peut noter trois phases dans les discours du PM :

  1. Dans la première phase, avant les élections, il met l’accent sur la construction de son ethos de chef d’État, en vue de maintenir les élections à temps et les gagner. Il manifeste sa légitimité et son autorité en s’accordant tout le crédit des opérations menées : il a agi pour le bien public, déterminé une politique, pris des décisions et c’est à lui qu’il revient d’en informer le public.

  2. Dans la deuxième phase, après les élections, qui n’ont pas abouti à sa victoire, il consolide son ethos personnel par une auto-louange réitérée, et renforce en même temps l’ethos collectif et la légitimité de son gouvernement. Sa stratégie argumentative se déplace quelque peu et se focalise sur le public. Il établit un lien avec les citoyens et les complimente sur leur coopération, en vue de les engager à une plus grande obéissance. Pour les convaincre de la gravité de la situation et de la nécessité des moyens adoptés, il recourt au pathos, faisant appel à des émotions de peur.

  3. Dans la troisième phase, il utilise pour la première fois des termes guerriers et fait un dernier geste en invitant ouvertement Gantz à le rejoindre dans un gouvernement d’union dans la lutte contre la pandémie. Cet acte est le seul qui puisse le maintenir au pouvoir et conférer à son autorité et sa légitimité la reconnaissance nécessaire.

11Nous allons examiner la double démarche du PM dans ces trois phases.

1.1 La première phase : Construire son ethos personnel

12Le 24 février le PM dira: « [N]ous sommes en position de contrôle et nous ferons tout pour que cela dure. Je ne pense pas qu’il soit nécessaire d’annuler les élections [...] »7. Le 1er mars, un jour avant les élections, il tente de rassurer le public sur le fait qu’on peut aller le lendemain aux urnes et que la situation est « sous contrôle »8.

1.1.1. Le « je » et le « nous »

13Dans cette phase, le PM parle la plupart du temps à la première personne, assumant pleinement sa légitimité institutionnelle et l’autorité qu’elle lui confère. Le « je », suivi par des verbes d’action est récurrent dans ses discours. On le voit le 19 février déjà : « Je préfère - et je dirige [...] Je le répète [...] Je demande [...] »9 ; le 27 février : « j’ai déterminé »10. L’agentivité de Netanyahou est mise en valeur. Elle renforce et réaffirme son image de dirigeant, et entend réparer son ethos endommagé de leader. Il se présente comme celui qui prend l’initiative, qui fait preuve de phronesis – de sagesse, l’un des piliers de l’ethos, et qui guide le gouvernement dans la bonne voie.

14Même quand il utilise le pronom « nous », déclarant, par exemple, « nous avons réussi » il revient aussitôt après au « je » : « je dirige », accentuant non seulement le fait qu’il fait partie de ce groupe de ministres, mais qu’il est leur indispensable dirigeant. On voit sa propension à s’exprimer à la première personne du singulier ; à employer, le cas échéant, un « nous » de majesté, et à marginaliser implicitement le rôle de ses ministres.

15L’utilisation fréquente du « je » n’est pas neuve chez Netanyahou. Kave Shafran relate dans son livre sur les secrets du succès de Netanyahou, que le changement de style et l’usage de la première personne, surtout sur Facebook, ont été adoptés par le PM à partir de 2016. Rien qu’en 2016, observe Shafran, Netanyahou a utilisé le « je » sur Facebook 573 fois (2021 : 57). Le journaliste Yaron Kelner (2020) a quant à lui examiné les discours de victoire de Netanyahou après les six élections de 2009 à 2020, et y a montré la grande fréquence des usages du pronom « je ». Il observe une corrélation entre les succès ou les échecs du parti Likoud et le nombre des « je » utilisés par Netanyahou : plus il est confiant dans la possibilité de former une coalition, plus il utilise le « je ». En ce qui nous concerne plus particulièrement dans le contexte du gouvernement d’unité nationale en gestation – après les élections de mars 2020 – Kelner note que Netanyahou utilise le « je » 39 fois mais, comme dans d’autres cas où les votes des deux blocs étaient quasiment à égalité, il utilise aussi 15 fois le pronom « nous ».

1.1.2. Les allocutions télévisées

16Il convient de noter les apparitions télévisées du PM : ce qui est frappant, entre autres, c’est la régularité quasi-quotidienne des interventions télévisées diffusées à une heure de grande écoute (20:00 – l’heure du journal télévisé quotidien). Le PM s’exprime toujours le premier, suivi du Directeur général du Ministère de la Santé – les journalistes n’ont pas le droit de poser des questions, sauf, comme le notent Maxim Lengo et Galia Yanoshevsky, quelques questions adressées une seule fois au Directeur général de la Santé et une deuxième fois au Directeur général du Ministère des Finances (2021 : 337). Lengo et Yanoshevsky observent que la polyphonie formelle des voix du PM et de ses ministres sert à faire taire toutes les voix sauf celle de Netanyahou, ce qui était perçu par le public comme une monophonie, intensifiant la voix du PM (ibid. : 348). Cette mise en scène permet au PM de se présenter comme le plus sage, celui qui contrôle tout et auquel il convient de s’adresser, ce qui contribue à construire son autorité.

1.1.3. La métaphore du conducteur au volant

17Le 19 février, le PM dit :

  • 11 Voir note 9.

Nous avons affaire ici à un événement causé par une force extérieure et nous, en tant que nation, [...] nous ferons tout ce qui doit être fait, d’une main ferme au volant, et je pense que les citoyens d’Israël ont besoin de savoir qu’il y un système sérieux ici, à mon avis, il est l’un des meilleurs sinon le meilleur dans le monde pour faire face à ce phénomène11.

18Le logos repose ici sur une analogie. On note que le sujet grammatical est à la première personne du pluriel (« nous ferons ») ; néanmoins quand il parle d’« une main ferme au volant » au singulier, il se réfère à la sienne en tant que dirigeant. La logique argumentative de la métaphore est la suivante : dans une voiture, il ne peut y avoir qu’un seul conducteur ; ce conducteur a pris des décisions responsables et méthodiques (des termes qu’il va répéter), conduisant d’une main ferme ; les citoyens peuvent compter sur un conducteur aussi digne de confiance pour traverser la crise (ce qui implique que l’inexpérimenté Gantz, comme le disait la campagne du Likoud, ne peut pas parvenir au même résultat). Il faut noter aussi qu’il dépeint l’événement comme une force extérieure, un phénomène auquel il attribue une magnitude extraordinaire, insinuant qu’il faut un leader de sa stature pour conduire prudemment les citoyens.

  • 12 Voir note 10.

19Il va répéter cet argument le 27 février en rajoutant explicitement l’adjectif « responsable » : « Les citoyens d’Israël doivent savoir qu’il y a ici une main ferme et responsable »12 (comme on l’a vu – la sienne).

1.1.4. Le topos de la quantité

20Un autre argument mobilisé par le PM repose sur un lieu, un topos, qui vient justifier de façon globale la politique adoptée face au virus. C’est un lieu de la quantité qui pose que le plus est préférable au moins. Le 19 février il dit :

  • 13 Voir note 9.

Il y a des allégations contre une sur-préparation ; je préfère – et je la dirige – la sur-préparation à la sous-préparation [...] Je le répète : la sur-préparation est préférable à la sous-préparation [...]13.

  • 14 Shafran (2021 : 28, 114, 138).

21Il faut signaler qu’en hébreu, un rythme est imprimé à l’énoncé grâce à la rime (une stratégie de persuasion et de marketing largement utilisée et souvent exploitée par Netanyahou aussi, comme le note Shafran (2021 : 250, 252) - « yeterhesser » (sur/sous) – qui vient imprimer dans la mémoire le topos mobilisé par le PM. Le « sur » qui renvoie à « trop », donc à un excédent, pourrait risquer d’avoir un sens péjoratif. Ici, dans une situation périlleuse, le plus est déclaré préférable au moins : la mobilisation de moyens de protection qui paraissent excessifs vaut mieux que le recours à des moyens lacunaires (selon le proverbe français « deux précautions valent mieux qu’une »). Ce topos de la quantité fait écho à des croyances profondément enracinées dans un pays en guerre comme Israël, où l’état de préparation de l’armée doit toujours être en surplus pour assurer la protection des citoyens, voire la survie du pays, surtout après le traumatisme collectif causé par l’incurie d’octobre 1973, lorsque – outre la surprise infligée par les Egyptiens et les Syriens à Israël attaqué le jour de Kippour – la préparation militaire à une attaque-surprise s’est avérée déplorable et au-dessous des normes requises. La connotation militaire de la sur-préparation sert à justifier les mesures prises et témoigne de la sagesse de celui qui les a initiées. Elle contribue aussi à l’image que le PM s’attribue souvent, celle du « Monsieur Sécurité »14, ajoutant un aspect martial à son ethos, et suggérant qu’il n’est pas moins capable d’agir dans ce domaine que son rival, ancien chef d’état-major de l’armée.

1.1.5. Les répétitions

22Les mêmes messages reviennent dans les discours qui suivent immédiatement. Le 23 février, le PM a répété qu’il nommerait une équipe ministérielle pour faire face « à ce défi majeur », réitérant aussi sa préférence pour la sur-préparation15. Le 27 février, il répète l’image de la main ferme ainsi que le topos de la quantité16. Ce procédé de répétition constitue une stratégie typique du PM (Shafran 2021 : 191, 195, 197).  Elle lui sert à renforcer son image personnelle ainsi qu’à convaincre son auditoire d’obéir aux règles, comme on va le voir.

1.2. Mobiliser le public : renforcer l’image de l’auditoire

  • 17 Le terme a plusieurs définitions; c’est celle de Cross qui nous semble convenir ici. Voir Douglas W (...)

23Pour enrôler le public, le PM utilise premièrement des superlatifs qui gratifient son auditoire d’une image flatteuse : il est le meilleur, le pionnier, le plus avancé au monde, le plus innovant. En plus, il utilise l’argument ad populum17 défini par Donna Woolfolk Cross comme le fait de dire aux gens ce qu’ils veulent entendre afin qu’ils soient favorables à celui qui les complimente (1994 : 3). Le 19 février, lors de la visite d’une installation d’isolement, il a salué les préparatifs nationaux comme « très impressionnants » et dotés de « technologies et méthodes innovantes ». Le 27 février :

  • 18 Voir note 10.

[N]ous avons pris des mesures que d’autres pays n’ont pas prises. Nous avons été les premiers au monde à bloquer les vols [...] Aujourd’hui, j’annonce une nouvelle étape [...] qui [...] est la première au monde. Nous sommes l’État pionnier qui prend ces mesures [...] C’est innovant [...]18.

24Les compliments qu’il prodigue (directement à la nation et indirectement au gouvernement et à sa propre personne en tant que dirigeant), lui permettent non seulement de promouvoir son ethos mais aussi d’en appeler à la collaboration du public et de l’induire à accepter des mesures restrictives :

Nous voulons la prudence et plus de prudence, mais nous voulons aussi la responsabilité. Par conséquent, je demande aux citoyens de [...] coopérer avec les autorités et – bien sûr – ne pas se laisser emporter par des préoccupations excessives [...] Tout comme nous avons été le pays le plus avancé dans le monde [...] jusqu’à présent – nous continuerons donc de l’être [...] [N]ous agissons de manière responsable, méthodique et avec le désir de nous assurer la coopération du public [...]

On peut contrôler la maladie. Pour autant que je sache, nous travaillons mieux que n’importe quel autre pays au monde [...] Cela dépend aussi de vous, citoyens d’Israël, de tous, sans exception. Je vous remercie d’avoir coopéré (ibid.).

2. La deuxième phase

2.1. Renforcer l’ethos personnel : l’auto-louange 

25Dans cette phase, immédiatement après les élections, Netanyahou ne cesse de parler à la première personne et d’utiliser des verbes d’action, comme « j’ai ordonné » ; il s’attribue le crédit de l’excellente situation dans laquelle se trouve selon lui Israël, et poursuit la construction de son ethos de leader doté d’autorité.

2.1.1. La causalité

26Il utilise pour ce faire la causalité : « Nous sommes dans une meilleure situation parce qu’au départ j’ai ordonné une politique de sur-préparation » 19 – réitérant le motif de la sur-préparation en tant qu’auto-louange.

2.1.2. Accentuer les liens personnels, transférer sur sa personne le prestige des experts

27Le 7 mars, le PM promet de faire jouer « ses relations personnelles avec certains dirigeants mondiaux » pour s’assurer de leur collaboration. Ceci soutient l’image qu’il souhaite se donner comme étant le seul homme politique (en comparaison avec ses rivaux) qui a noué des relations personnelles avec des dirigeants mondiaux, rapports indispensables en ces temps de crise.

28Le 8 mars 2020, il déclare :

J’ai parlé [...] avec mon ami le vice-président américain Pence. Je l’ai félicité ainsi que le président Trump, leur équipe [...] et Dr. Deborah Birx, à qui nous avons parlé aujourd’hui. Ce sont des gens exceptionnels qui dirigent la lutte internationale, et il est pertinent que nous ayons une collaboration maximale pour gérer le virus20.

29Merkel s’appuie elle aussi sur l’autorité scientifique des experts ; chez elle, c’est plutôt pour garantir le bien-fondé des mesures proposés dans une conjoncture d’incertitude. Netanyahou, en revanche, utilise le « témoignage », l’approbation des experts des États-Unis, parmi d’autres, celui de Dr. Birx qui est à la tête de la cellule de crise de la Maison-Blanche face au Coronavirus, « transférant » sur sa propre personne la gloire des experts (Cross 1994 : 8, 3), et leur réputation, pour consolider son autoritéLe fait que le PM et les équipes israéliennes reçoivent la reconnaissance des experts américains fortifie l’autorité ainsi que la légitimité de Netanyahou (il agit à bon escient pour le bien public), et par conséquence, de ses recommandations.

30De plus, ce discours vise à construire l’autorité discursive du PM pour toutes les catégories d’auditoire. Pour ceux qui reconnaissaient déjà son autorité, il vient la renforcer en rappelant ses points forts, comme ses relations avec les États-Unis, en montrant que celles-ci s’étendent au domaine de la crise sanitaire. Pour les opposants, il réfute d’avance les possibles objections en présentant, comme on verra ci-dessous, un gouvernement uni autour d’une cause nationale, respectueux de toutes les formes de la démocratie, jouissant de l’appui d’une grande puissance et tirant profit des avantages de la supériorité israélienne en matière de technologie.

2.2. Renforcer l’ethos collectif du gouvernement

31Dans le discours du 4 mars, le PM commence par « Je viens de terminer, avec le Ministre de la Santé et l’équipe professionnelle, une réunion supplémentaire sur notre traitement de la crise du Corona ». Le 8 mars il répète « nous en avons discuté longuement aujourd’hui, et nous en discuterons aussi cette nuit ».

32Cette mise en scène de sortie de réunion est importante sur plusieurs plans. L’accent mis sur le processus de délibération, l’insistance sur l’effort continu et répété fourni par l’équipe dans les cadres institutionnels appropriés, est en harmonie avec l’image d’un fonctionnement démocratique exemplaire, toujours, bien sûr, guidé par le PM. Les références en soi banales deviennent, dans ces circonstances, le garant de la légitimité du gouvernement de Netanyahou dans sa gestion de la crise sanitaire. Ainsi, les décisions prises le sont dans le plus strict respect des principes et des institutions démocratiques, légitimant la parole du PM qui les porte.

33Dans le même esprit, il insiste dans le discours du 4 mars sur la parfaite collaboration entre le Ministère de la Santé et tous les autres ministères impliqués dans la gestion en fonction de l’autorité institutionnelle dont chacun est doté. L’insistance sur l’effort incessamment investi projette une image de gouvernement dynamique, voué à sa tâche, qui contribue aussi à sa légitimation discursive, au-delà des fonctions institutionnelles en vertu desquelles son porte-parole, en l’occurrence le PM, peut s’exprimer. Il souligne une capacité (la sienne) à coordonner les efforts, promesse d’efficacité qui renforce l’autorité du gouvernement et de celui qui se tient à sa tête. Rétrospectivement, on comprend mieux encore que le PM projette l’image d’une démocratie dont les différentes instances travaillent ensemble en harmonie dans le seul souci de préserver la santé des citoyens. C’est en effet particulièrement pertinent dans cette phase intérimaire après les élections qu’il n’a pas gagnées, où il dirige un gouvernement de transition.

2.3. La construction d’une image collective des citoyens

34Dans cette phase, le PM utilise plusieurs méthodes argumentatives afin d’encourager la coopération du public et son obéissance aux mesures imposées. On va voir que l’image de l’auditoire projetée par le discours constitue en soi une stratégie. Amossy écrit à ce sujet :

[C]e qui se donne à voir dans le discours, ce n’est pas seulement la façon dont le locuteur perçoit son ou ses partenaires, c’est aussi la façon dont il leur présente une image d’eux-mêmes susceptible de favoriser son entreprise de persuasion. À la limite, l’orateur travaille à élaborer une image de l’auditoire dans laquelle celui-ci voudra se reconnaître […]

Une image positive qui présente l’auditoire comme capable d’accomplir ce qu’on lui demande dans une situation difficile, ou ayant déjà réalisé avec succès une partie de sa mission, peut l’encourager à entreprendre ce que l’orateur lui enjoint de faire. (2021[2000] : 67-8).

2.3.1. Image de l’auditoire, doxa et topoï

35Dans ces discours des 4, 7 et 8 mars, Netanyahou continue à complimenter les citoyens, en utilisant un argument ad populum en vue de les engager à une plus grande obéissance et d’introduire de nouveaux moyens de contrôle. Le 8 mars il déclare:

[...] Citoyens d’Israël, je comprends que c’est difficile pour vous, mais je dois dire que votre réaction a été impressionnante. C’est impressionnant à l’échelle mondiale, et cela sauve des vies. Je vous remercie d’avoir suivi les instructions [...] (ibid.).

36On voit que le PM félicite les citoyens de leur conduite exemplaire – un moyen efficace de les engager à exécuter les recommandations en question. Le compliment hyperbolique « impressionnante à l’échelle mondiale » présente l’obéissance aux instructions non comme un simple devoir ou un acte de soumission, mais au contraire comme une action héroïque qui mérite une admiration universelle. Les citoyens sont ainsi encouragés à se hisser au niveau de l’image d’excellence que le PM leur attribue. C’est dans ce cadre que l’appel aux citoyens est lancé par le gouvernement, qui s’impose quant à lui de poursuivre sa protection de la population civile. 

37Il met aussi l’accent sur le recours aux technologies de pointe, réputées être la grande force d’Israël. Ainsi il fait implicitement allusion au superlatif – la Nation Start-Up – qui fait partie de la doxa de l’auditoire ici complimenté. C’est l’État d’Israël, petit géographiquement mais géant technologique, qui a été choisi par les experts des États-Unis pour changer ensemble le monde entier au cours de cette crise mondiale. Le 8 mars, quand il mentionne l’équipe de Dr. Birx, il rajoute :

Nous [...] apprécions énormément la possibilité de coopérer, en particulier sur les solutions technologiques pour un dépistage généralisé et peut-être pour obtenir [...] un dépistage à domicile. Je pense que cela va changer la situation, non seulement pour les États-Unis et pour Israël, mais pour le monde entier (ibid.).

38Le PM construit une image élogieuse des Israéliens et du peuple juif, présentés comme étant à égalité avec les États-Unis. Il englobe l’auditoire dans une image collective qui s’indexe sur un stéréotype enraciné dans l’imaginaire de la population juive d’Israël. C’est celui du « peuple élu », une « lumière pour les Gentils » – expression empruntée au prophètes Isaïe stipulant que les Juifs ont la mission universelle de guider les autres peuples dans la voie spirituelle. L’une des particularités des discours du PM sur le Corona est de faire vibrer constamment cette corde. L’ethos collectif qu’il projette est celui d’une nation qui fait partie de l’élite de l’Occident. Notons la comparaison à d’autres pays occidentaux : « Mais Israël est dans une situation bien meilleure que celle de tous les autres pays, qu’il partage avec deux ou trois autres pays occidentaux, » dit-il le 4 mars.

39La construction d’une image collective en prise sur les représentations dominantes du public est un moyen de persuasion puissant, qui est censé unifier dans un même ensemble les partisans du PM et les opposants en les englobant dans une image méliorative qui gomme les différences.

2.3.2 . Je + vous = nous

40Pour assurer la collaboration de son public, le PM établit un pacte avec lui :

Vous veillez au respect des instructions, et nous veillons à votre sécurité. Nous agirons ensemble, dans la responsabilité, le calme, l’unité, tout en tenant nos promesses [...] ensemble, nous surmonterons la crise21. 

41Ici, le « je » et le « vous » se conjoignent avec le « nous », qui est composé du gouvernement (son dirigeant inclus) et des citoyens. Netanyahou se caractérisait auparavant comme un leader responsable et méthodique ; maintenant il complimente son public en lui attribuant ces mêmes traits, lui permettant de se reconnaitre dans ce miroir imaginaire qui reflète les traits du leader ; dans ce jeu spéculaire, le public devrait lui adresser, à son tour, les mêmes compliments. Ainsi Netanyahou poursuit-il aussi la fortification de son ethos.

2.3.3. L’argumentation par les valeurs

42Dans le discours du 8 mars, le PM explique les mesures proposées en argumentant par les valeurs pour influer sur l’allocutaire et sur sa disposition à se plier aux mesures communiquées. C’est dans ce cadre qu’intervient la procédure argumentative de la hiérarchisation des valeurs » (Perelman et Olbrechts-Tyteca 1970 :107-112) : « La santé prime, sur tout, c’est la vie elle-même [...] » (ibid.) déclare Netanyahou, impliquant que la valeur suprême de la vie humaine l’emporte sur celle de la liberté.

2.3.4. Les arguments par la cause par le précédent et par les conséquences

43On a vu que le PM a eu recours à l’argument par la cause pour renforcer son ethos personnel ainsi que l’ethos collectif des Israéliens : c’est parce qu’il a d’emblée si bien dirigé le gouvernement et géré l’épidémie, qu’Israël est dans une situation meilleure que les autres pays. Il rajoute : c’est aussi parce que les citoyens ont obéi de façon extraordinaire. Il intervient principalement pour expliquer la raison des succès remportés sur le virus, et son discours s’articule ici sur le topos de quantité ; la formule qui dictait, comme on l’a vu, un mode d’action, devient une causalité lorsqu’on examine la politique adoptée sous l’angle de ses résultats. Ainsi dans son allocution du 4 mars, il dit : « nous nous trouvons dans une situation meilleure parce que, dès le départ, j’ai ordonné une sur-préparation » et que la situation est sous contrôle « justement à cause de l’extrême prudence dont nous faisons preuve » et il ajoute : « et aussi grâce à vous, citoyens d’Israël ». Le 8 mars, il répète : « les mesures que nous avons adoptées jusqu’à ce jour ont fait leurs preuves, car nous maîtrisons vraiment la situation et la propagation de la maladie est de plus faible ampleur ». Il ne laisse rien au hasard, et utilise les connecteurs « parce que », « car », « à cause » et « grâce à ».

44Ces arguments par la cause servent non seulement à donner l’image d’une politique gagnante, mais aussi à introduire de nouvelles mesures. Ils donnent lieu à un « argument par le précédent » qui est

  • 22 Voir le terme « L’appel au précédent » dans le e-cours de l’Université de La Rochelle : https://e-c (...)

un cas particulier de l’argument comparatif [...] . La notion de précédent [...] est au cœur de l’argumentation juridique régie par la Common Law, gouvernée par la jurisprudence : on doit juger le cas présent dans la continuité des jugements antérieurs portant sur des cas similaires 22.

45Ici : à même cause, mêmes effets ; ce qui a marché dans le passé marchera dans le présent ; si les restrictions imposées ont été couronnées de succès, les mesures de restriction supplémentaires le seront également.

46Cette argumentation par les conséquences positives va équilibrer l’argumentation par la peur, analysée ci-dessous. On voit comment le PM profite de toute occasion pour renforcer son image, même quand il présente le bien-fondé des moyens adoptés.

2.3.5. L’image du père de la nation

47Le PM a réitéré son conseil de ne pas serrer les mains :

Dans le temps, je jouais au football, alors si vous voulez touchez des chaussures […]. Dans ma jeunesse, j’ai même appris le Tae Kwon Do, alors vous pouvez toucher les coudes – mais éviter de serrer des mains 23.

48Il s’adresse directement aux citoyens ; ces conseils ne sont pas scientifiques. En évoquant sa jeunesse en tant que joueur de football ou de Tae Kwon Do, en disant qu’il comprend la difficulté des citoyens, il joue le rôle du père bienveillant (donc, possédant, naturellement, l’autorité requise), se donne en modèle à imiter et crée une proximité avec les destinataires des messages énoncés, se présentant comme faisant partie intégrante de son public. En plus, ici encore une fois le « je » se joint au « vous », créant ce « nous » inclusif donc parle Shafran (2021 : 49). Shafran montre aussi que jouer le rôle du père de la nation est un procédé récurrent chez Netanyahou (ibid. : 71).

49Ces petites anecdotes, qui semblent authentiques, rajoutent à la crédibilité du discours, donc à la confiance qu’on peut accorder à la fois à la parole et à la personne du locuteur. Rajouter des petites histoires personnelles est une autre technique du PM qui facilite l’identification de ses interlocuteurs, note Shafran (ibid. : 68).

  • 24 Rémi Lefebvre critique le fait que le mot proximité soit devenu synonyme de légitimité : à son avis (...)

50Cette proximité24 dans laquelle nous sommes censés nous reconnaître tous renforce la légitimité du dirigeant et doit nous empêcher de redouter l’autorité de ce père bienveillant, ce qui va influer sur la réaction aux moyens prescrits.

2.3.6. La peur

51Dans cette phase, le PM a recours au pathos, à la peur – un argument par la conséquence négative que Douglas Walton décrit ainsi :

Fear appeal […] is seen as a kind of argument used to threaten a target audience with a fearful outcome (most typically that outcome is the likelihood of death), in order to get the audience to adopt a recommended response […] One subspecies of this distinctive form of argumentation postulates only two choices – either take the recommended action or the fearful outcome will occur. In this dichotomized form of argument, the gist of the argument is : the only way you can avoid this very fearful outcome is to take the recommended action (2000 :1, 20).

52Pour que l’argument soit efficace, note Walton, il faut que la menace soit crédible et que l’acte recommandé soit réalisable (ibid. : 21). Le 4 mars le PM dit :

Je viens de terminer une autre discussion sur […] la crise du Corona. Je dis « crise », mais il faut comprendre que nous sommes au milieu d’une pandémie mondiale. Ils ne l’appellent pas ainsi, mais c’est la vérité […] Il se pourrait qu’il s’agisse de l’une des pandémies les plus dangereuses des cent dernières années25.

53On voit qu’il fait allusion à la grippe de 1918, gravée dans la mémoire collective comme une pandémie qui a tué des millions d’êtres humains. Le recours à la peur est fréquent chez Netanyahou, explique Shafran : « At a time of danger we close ranks behind whoever the leader is. Fear paralyses our adventurousness and the daring needed to make changes. Netanyahu is the status quo » (2021 : 123-124).

54Pour introduire les mesures de distanciation sociale, le PM utilise une fois de plus le « nous » en s’alignant sur l’identité collective des Israéliens, ‘caressant’ son côté positif :

Je vous demande, citoyens d’Israël, de changer votre routine afin de faire face à une menace extérieure. En clair, de changer. Ce n’est pas facile. Cela nous oblige à effectuer de nombreux changements par rapport à ce que nous Israéliens aimons faire. Nous aimons nous donner l’accolade. Nous aimons nous serrer la main. Nous aimons nous embrasser26.

55C’est pour persuader le public d’accepter des mesures contre nature, que Netanyahou a recours à la peur, intensifiant la magnitude de la « menace extérieure ». On a souligné que les médias anglo-américains relatifs à la covid-19 ont eu recours à des métaphores de « bataille » et de « guerre » (Jaworska 2020, Seixas 2021, Alousque 2021). Jusqu’à ce stade, Netanyahou dépeint le phénomène non comme une lutte entre ennemis, mais plutôt comme « un phénomène » naturel, une « force extérieure » d’une ampleur unique (ce qui incite à la peur), nous forçant à changer intérieurement, déracinant nos habitudes, et nous obligeant à aller « contre la nature humaine », ce qui intensifie la magnitude du phénomène et donne aussi un sentiment d’inquiétante étrangeté (Unheimlich), pour emprunter le terme de Freud, dans un monde qui prive les gens d’amour.

3. La troisième phase

56Dans cette phase, le PM utilise pour la première fois des termes de guerre, intensifie l’usage de la peur en faisant allusion à la destruction de Jérusalem il y a deux mille ans, et il invite son rival à se joindre à lui pour combattre le virus.

3.1. La métaphore de la guerre et l’analogie avec la lutte contre le terrorisme

57C’est seulement dans son discours du 14 mars (publié le 15), qui peut être considéré comme une troisième phase, lors de l’annonce de restrictions supplémentaires, que Netanyahou utilise des termes de bataille :

[L]a lutte est d’abord une lutte pour la vie et pour la santé publique [...] il y a des milliers de morts dans le monde [...] Nous pouvons vaincre le virus [...] nous sommes maintenant en guerre contre un ennemi invisible. Nous sommes en guerre, notre ennemi est le virus. Il est invisible27.

  • 28 Seixas commente qu’après ce discours de Macron, le président de l’Allemagne a déclaré: « it’s not a (...)

58Netanyahou esquisse l’image vivace et terrifiante d’un champ de bataille semé de morts ; pour intensifier le sentiment d’horreur, il scande son discours à l’aide de phrases très courtes et répète les mots « guerre », « ennemi » et « invisible », évoquant l’image d’une guerre mondiale bien plus redoutable que toutes les autres, car l’ennemi – le virus – est dissimulé et de ce fait plus difficile à saisir et à terrasser (ce qui le rend plus effrayant encore). Notons que la métaphore guerrière de l’ennemi invisible se retrouve dans les discours d’autres dirigeants – ainsi Macron décrète le 16 mars « Nous ne luttons ni contre une armée ni contre une autre nation, mais l’ennemi est là, invisible, insaisissable, et qui progresse »28 .

59Eunice Castro Seixas étudie l’usage de la métaphore militaire par certains dirigeants de plusieurs pays occidentaux et conclut que chaque dirigeant l’utilise pour des buts différents :

Moreover, this metaphor aids in the managing of the health crisis through the pursuit of specific goals such as: preparing the public for hard times; persuading citizens to change their behavior; fostering national unity, mobilization and resilience; showing compassion, concern and empathy; avoiding responsibility and mitigating blame and constructing enemies and shifting blame and responsibility (2021: 4).

60Pour Netanyahou, le raisonnement qui s’ensuit est qu’un danger hors du commun appelle des moyens eux aussi extraordinaires : le PM introduit le sujet de la surveillance technologique comme moyen de « détecter l’ennemi » :

  • 29 Voir note 31.

[N]ous devons d’abord détecter l’ennemi, comme dans toute guerre, vous voulez détecter l’ennemi, il est difficile de détecter cet ennemi car il est insaisissable, [...] demain au gouvernement, nous adopterons une résolution concernant les moyens technologiques [...] nous avons agi de même pour lutter contre le terrorisme [...] on n’a pas le choix. Nous sommes en guerre ce qui nous oblige à adopter des mesures spéciales [...] [La technologie] nous procure un outil très efficace pour localiser l’ennemi, pour localiser le virus [...]29.

61Pour légitimer des moyens anti-démocratiques comme la surveillance électronique, le PM a recours à une comparaison avec la lutte contre le terrorisme. C’est une réalité (trop) bien connue des Israéliens, excitant des émotions de peur ; mais, grâce au succès de la lutte menée contre le terrorisme, la comparaison sert, en même temps, d’argument par la conséquence.

3.2. Le paralogisme du faux dilemme

62Qui plus est, Netanyahou affirme « On n’a pas d’alternative », « on n’a pas le choix ». Il utilise ainsi l’argument du faux dilemme :

This occurs when someone seeking to influence a decision inappropriately narrows the range of alternatives, often down to only two. […] When it comes to sound reasoning, however, the general level of complexity in human affairs makes it unlikely in any situation that there are two and only two alternatives, one of which is a little short of doom (Gunderman et Sistrom : 2006).

  • 30 Voir note 14.

63C’est aussi l’excuse suprême, s’appuyant sur un cliché inscrit dans la conscience collective israélienne, en vertu duquel les guerres d’Israël ne sont jamais choisies, mais toujours imposées de l’extérieur. Une fois de plus, le public peut être rassuré, car Monsieur Sécurité30 est connu pour savoir comment résoudre une telle situation. Il va utiliser des moyens dont l’efficacité est reconnue et il connaît bien les étapes à suivre, qu’il détaille – il faut, en un premier temps, comme dans la lutte contre le terrorisme, « détecter » et « localiser » l’ennemi. Ainsi, ce qui a marché dans le cas précédent du terrorisme va marcher ici. Notons, encore une fois l’usage des verbes d’action.

3.3. Le « nous » incluant Netanyahou et son rival

64Mais qui est le « nous » dans le discours ? Pas seulement les citoyens, mais – pour la première fois dans ses discours sur la Covid – aussi, et premièrement, son équipe de négociations qui comprend son rival politique, ici inclus aussi. Le locuteur s’adresse à lui directement et l’invite dans le discours qui suit, à s’allier à dans la lutte. Cela viendra évident quand il dira le 17 mars: « [N]ous devons unir nos forces. Nous devons former un gouvernement d’unité » 31.

65Voilà, à notre avis, le dernier coup de la partie d'échecs, quand il dit le 14 :

[I]l est impossible de prendre de telles mesures dans un gouvernement intérimaire. Hier, j’ai appelé à un gouvernement d’union national d’urgence, parce que nous en avons besoin. Nous ne devons pas aller vers de nouvelles élections. Tout le monde comprend que [...] nous devons stabiliser l’État d’Israël [...] par un gouvernement national d’urgence. J’appelle mes collègues, Gantz, Liberman [...] à me rejoindre [...]. [C]e n’est pas un spin [...] vous voyez ce qui se passe dans le monde, et vous comprenez que nous sommes en pleine crise internationale. Il n’y a rien eu de tel depuis 1918, rien qui s’en approche depuis cent deux ans. Par conséquent, je demande votre coopération. Nous sommes prêts à en discuter dès ce soir, pour résoudre ce problème et y parvenir. Je demande à chacun de faire preuve de la responsabilité requise en ces temps, de se défaire de tout cynisme et de tout doute, et d’avancer ensemble. Nous travaillons 24 heures sur 24 sur cette question, unissons nos forces, nous pouvons vaincre, et ensemble nous y parviendrons32.

66Le chat est sorti du sac: incapable de former un gouvernement, comprenant la difficulté législative d’un gouvernement de transition qui n’a pas l’autorité d’imposer certaines mesures extrêmes et anti-démocratiques à l’encontre des citoyens comme la surveillance électronique, et dans la crainte que Gantz forme un gouvernement minoritaire soutenu par un des partis arabes et fasse passer une loi interdisant à un candidat sous le coup d’une inculpation d’être Premier Ministre, Netanyahou profite des circonstances créées par la pandémie ; il exhorte ses rivaux à prendre leurs responsabilités dans la lutte menée contre un ennemi invisible et insaisissable, et à unir leurs forces avec lui, pour l’emporter sur le virus. On voit qu’il répète la référence à l’épidémie de 1918. Il s’adresse directement à Gantz et aux membres de Bleu-Blanc: « vous voyez » « vous comprenez »; mais indirectement aussi (« chacun » Gantz ci-inclus) quand il insinue, même accuse, que ne pas se joindre à lui est irresponsable: « Je demande à chacun de faire preuve de la responsabilité requise ».

3.4. Usage du cliché et de l’analogie historique

67Le 19 mars, il répète ce message :

Dans notre passé lointain, nous avons aussi connu d’autres moments. Il y a deux mille ans, quand l’ennemi extérieur assiégeait les murailles de Jérusalem, les frères en sont venus aux mains et le désastre n’a pas tardé à se produire.  Et c’est pourquoi je dis justement aujourd’hui que nous devons unir nos forces. Nous devons former un gouvernement d’union, nous devons nous réunir au sein d’un gouvernement d’urgence nationale. Je dis aux gens de Bleu-Blanc, mettez-vous sous la civière, portons-là ensemble, dirigeons-là ensemble, et ensemble, ensemble, nous apporterons le salut au peuple et à l’État33.

68Analysant ce texte, Shafran dépeint le lien effectué par Netanyahou entre Jérusalem et la Covid-19 comme « a feat of rhetorical acrobatics ». Il ajoute : « Bibi is a master at linking different threats and fears – especially where there’s political advantage to be gained […] » (2021 : 125-126).

  • 34 Voir Paola Paissa (2016) sur l’exemple historique.

69L’analogie historique34 consiste dans le rappel du désastre de la destruction de Jérusalem il y a deux mille ans, quand les Juifs se sont dressés les uns contre les autres. Ce sont la haine et les luttes internes des Juifs qui sont dites avoir causé la perte de Jérusalem : Gantz ne voudra sûrement pas prendre la responsabilité d’un désastre pareil.

  • 35 Voir le criticisme du journaliste israélien de l’usage de cette métaphore qui dépeint Gantz comme n (...)

70La métaphore militaire de la civière est mobilisée pour culpabiliser l’ancien chef d’état-major, s’il abandonne le PM sur le champ de bataille. Cette expression idiomatique hébraïque, bien connue des Israéliens à cause du service militaire obligatoire, symbolise une garantie réciproque, un esprit de fraternité (il faut quatre soldats pour tenir la civière), associé à la devise des trois mousquetaires « un pour tous, tous pour un », bien ancrée dans la culture militaire israélienne. Ceux qui ne prêtent pas assistance sont perçus comme des égoïstes, sinon pire35.

71On sait que Netanyahou a en fin de compte persuadé Gantz de « se mettre sous la civière » et de la porter avec lui

Conclusion

72L’analyse chronologique des outils rhétoriques utilisés par Netanyahou dans ses premières allocutions sur la pandémie nous a permis de saisir sa surenchère autour du drame de la Covid-19, et de montrer que sa rhétorique visait un double objectif : comme d’autres dirigeants occidentaux, il travaille à justifier la légitimité des moyens restrictifs et anti-démocratiques qu’il prône contre le virus. Il le fait par plusieurs moyens : il flatte son auditoire ; il construit une image collective favorable où le public se reconnaît comme faisant partie du « peuple élu » de la Nation Start Up ; il appelle à la peur pour effrayer le public en évoquant les conséquences désastreuses qui découleraient de la désobéissance et promet le succès à l’aide de précédents ; il use des analogies militaires et évoque des exemples historiques.

73Par ailleurs, Netanyahou, contrairement à d’autres dirigeants qui jouissent d’un statut institutionnel incontesté, se trouve dans une situation politique unique : il doit formellement regagner son pouvoir de chef d’État et être réélu. Pour cela, il doit persuader les électeurs de sa légitimité à diriger le pays, un défi en soi, car il lui faudra réparer son image, endommagée, entre autres, par son inculpation. Avant les élections, son discours vise tout d’abord à reconstruire son ethos en tant que seul dirigeant capable de gérer une crise d’une telle ampleur et en conséquence de gouverner Israël. On a vu que dans cette phase il met l’accent sur l’auto-louange ; il parle fréquemment à la première personne du singulier ; il utilise des verbes d’action et des métaphores qui soulignent sa capacité à diriger seul, d’une main ferme au volant ; il met l’accent sur sa capacité à diriger son gouvernement. Comme les élections n’ont pas abouti au succès escompté, son incapacité à former un gouvernement de coalition influence les allocutions de la deuxième phase. Il continue à construire son ethos personnel, transfère sur sa personne la gloire et la réputation des experts, s’accorde le crédit des moyens adoptés, et en même temps consolide la légitimité de son gouvernement qui agit pour le bien public. Dans la troisième phase, il reconnait que la seule solution pour rester au pouvoir et jouir d’une légitimité institutionnelle est de former un gouvernement d’union nationale. Le résultat politique le montre bien, l’auditoire visé par ses discours n’était pas seulement le public israélien. Comme il s’avère en fin de parcours, il s’est adressé aussi à son rival politique pour l’enjoindre à former un gouvernement avec lui au nom de la lutte contre le virus. Gantz a finalement accepté de former avec Netanyahou le gouvernement dit « d’union d’urgence ». En ce sens, on pourrait considérer que la Covid-19 a joué le rôle d’un deus ex machina sur la scène politique israélienne, permettant à Netanyahou de rester au pouvoir.

Haut de page

Bibliographie

Alousque Negro, Isabel. 2021. « Les métaphores du virus COVID-19 dans discours d’Emmanuel Macron et de Pedro Sanchez ». Çédille, revista de estudios franceses  19 , 595-613. http://orcid.org/0000-0002-5836-6166

Amossy, Ruth. 2010. La présentation de soi. Ethos et identité verbale (Paris : PUF)

Amossy, Ruth. 2021 [2000]. L’argumentation dans le discours (Paris : Colin)

Aristote. 1997. Rhétorique, Livres I et II. Texte établi et traduit par Médéric Dufour (Paris ; Les Belles Lettres)

Cross, Donna Woolfolk. 1994. « Propaganda : How not to be bamboozled ». J. P. Eschooz et al. Language Awareness (New York : St Martin’s Press) [En ligne] http://online.fliphtml5.com/ibzl/weyh/#p=1

Friedenfeld, Golan. « La civière renversante de Benjamin Netanyahou » Calcalist 21.4.2020

https://www.calcalist.co.il/local/articles/0,7340,L-3809533,00.html

Gunderman, B. Richard, Christopher Sistrom. 2006. « An Introduction to Logical Fallacies ». American Journal of Roentgenology 187-5 [En ligne] https://www.ajronline.org/doi/full/10.2214/AJR.05.1221.

Jaworska, Sylvia. 2020. « Is the War Rhetoric around Covid-19 an Anglo-American Thing? » Viral Discourse 13. 4. 2020 [En ligne] https://viraldiscourse.com/2020/04/13/is-the-war-rhetoric-around-covid-19-an-anglo-american-thing/

Kelner, Yaron. 2020 . « « Je » dans les grands succès, « nous » à l’égalité des voix : les discours de victoire de Netanyahou », Ha’aretz 9. 3. 2020 [En ligne] https://www.haaretz.co.il/news/elections/.premium-MAGAZINE-1.8640684

Kenig, Ofer. 2013. « Coalition Building in Israel : A Guide for the Perplexed ». The Israel Democracy Institute, 18. 2. 2013 [En ligne] https://en.idi.org.il/articles/10248

Lefevre, Rémi. 2004/2. « Quand légitimité rime avec proximité », Mouvements. 32, 135-138 [En ligne] http://www.cairn.info/revue-mouvements-2004-2-page-135.htm

Lengo, Maxim & Galia Yanoshevsky. 2021. « Polyphony and Silencing in the Israeli Government’s Statements during the Coronavirus Crisis », [En Hébreu] Israel Studies in Language and Society 14-1, 336-354

Maor, Moshe, Raanan Sulitzeanu-Kenan & David Chinitz. 2020. « When COVID-19, constitutional crisis, and political deadlock meet : the Israeli case from a disproportionate policy perspective. » Policy and Society 39-3, 442-457 [En ligne] https://doi.org/10.1080/14494035.2020.1783792

Paissa, Paola. 2016. « Exemple historique et argumentation : autour de la reconnaissance du massacre du 17 octobre 1961 ». Argumentation et Analyse du Discours 16 [En ligne] https://doi.org/10.4000/aad.2160

Perelman, Chaim. 1958. « L’argument pragmatique ». Logique et Analyse 1-1, 14-23 [En ligne] http:// www.jstor.org/stable/44083327

Perelman, Chaim & Lucie Olbrechts-Tyteca. 1970. Traité de l’argumentation : la nouvelle rhétorique. 2e éd. (Bruxelles : Éditions de l’Université de Bruxelles)

Plantin, Christian. 2016. Dictionnaire d’argumentation. Une introduction aux études d’argumentation (Lyon : ENS éditions)

Rosanvallon, Pierre. 2008. La légitimité démocratique. Impartialité, réflexivité, proximité (Paris : Seuil)

Seixas Castro, Eunice. 2021. « War Metaphors on Political Communication on Covid-19 » Frontiers in Sociology 5-1 [En ligne] 10.3389/fsoc.2020.583680

Shafran, Kave. 2021. Master of Influence ; Benjamin Netanyahu’s 10 Secrets of Power, Rhetoric and Charisma. Translated from Hebrew [En ligne] www.e-book-pro.com

Walton, N. Douglas. 1980. « Why is “ad populum” a fallacy ? ». Philosophy and Rhetoric 13-4, 264-278

Walton, N. Douglas. 2000. Scare tactics. Arguments that appeal to fear and threats, Argumentation Library. Vol. 3. (Dordrecht, Boston & London : Kluwer Academic Publishers)

Haut de page

Notes

1 Le nombre des cas est mis à jour quotidiennement par le ministère de la Santé. https://datadashboard.health.gov.il/COVID-19.

2 Voir Maor et al. (2020) pour une description détaillée des mesures que les auteurs critiquent comme disproportionnées.

3 Un deuxième confinement a été imposé en septembre, et un troisième en décembre. Le 20 décembre 2020 Israël a lancé le début de la campagne de vaccination anti Covid-19.

4 Terme de Pierre Rosanvallon (2008 : 29). Pour le cadre théorique, voir l’article liminaire de Ruth Amossy.

5 Netanyahou a provoqué la dissolution du parlement en décembre 2020. Le 3 juin 2021, Naftali Bennett a remplacé Netanyahou.

6 Les liens aux discours en hébreu sont donnés en note. C’est nous qui traduisons. 

7 https://www.haaretz.co.il/news/elections/1.8569217.

8 https://www.calcalist.co.il/local/articles/0,7340,L-3797874,00.html.

9 https://www.gov.il/he/departments/news/event_corona_virus190220.

10 https://www.gov.il/he/departments/news/event_corona270220.

https://www.facebook.com/268108602075/posts/10157114474432076/?vh=e.

11 Voir note 9.

12 Voir note 10.

13 Voir note 9.

14 Shafran (2021 : 28, 114, 138).

15 https://www.gov.il/he/departments/news/event_corona230220.

16 Voir note 10.

17 Le terme a plusieurs définitions; c’est celle de Cross qui nous semble convenir ici. Voir Douglas Walton dans son analyse du terme comme un argument fallacieux (1980 : 264-278).

18 Voir note 10.

19 https://www.gov.il/he/departments/news/event_corona040320.

https://youtu.be/CdULV2iNbdM.

20 https://www.gov.il/he/departments/news/event_discussion_corona080320.

https://youtu.be/5KA3YhaEHAw.

21 https://www.facebook.com/Netanyahou/videos/196843584901298/?vh=e&d=n.

22 Voir le terme « L’appel au précédent » dans le e-cours de l’Université de La Rochelle : https://e-cours.univ-lr.fr/UNT/analogie/co/module_Contenu_17.html

23 https://www.gov.il/he/departments/news/event_discussion_corona080320.

https://youtu.be/5KA3YhaEHAw.

24 Rémi Lefebvre critique le fait que le mot proximité soit devenu synonyme de légitimité : à son avis, la valorisation compulsive du proche a causé un « renversement des hiérarchies symboliques et des représentations de la légitimité […] la grandeur ne renvoie plus […] à la mise en distance » (2004 : 136). Il croit que la proximité est « une fiction politique rendue nécessaire par le principe même de la délégation […] La proximité risque […] à dévaluer l’instance politique elle-même dont la légitimité est pourtant de plus en plus fragile. Au final, on peut douter que la proximité entraîne la politique dans un cercle vertueux de légitimité » (ibid. : 138).

25 https://www.gov.il/he/departments/news/event_corona040320.

https://youtu.be/CdULV2iNbdM.

26 https://www.gov.il/he/departments/news/event_corona110320.

27 https://www.gov.il/he/departments/news/spoke_corona150320.

28 Seixas commente qu’après ce discours de Macron, le président de l’Allemagne a déclaré: « it’s not a war, it’s a test to our humanity! » (2021 : 9).

Voir aussi Isabel Negro Alousque qui analyse l’usage des métaphores par Macron et Sanchez (en Espagne). A son avis, « ce cadre métaphorique sert à inspirer le courage et l’espérance et à faire appel à l’union nationale pour enrayer l’épidémie » (2021 : 609, 595).

29 Voir note 31.

30 Voir note 14.

31 https://www.gov.il/he/departments/news/event_statement170320

32 https://www.gov.il/he/departments/news/spoke_corona150320.

33 https://www.gov.il/he/departments/news/event_statement190320.

34 Voir Paola Paissa (2016) sur l’exemple historique.

35 Voir le criticisme du journaliste israélien de l’usage de cette métaphore qui dépeint Gantz comme non patriote voire comme traître. https://www.calcalist.co.il/local/articles/0,7340,L-3809533,00.html

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ariella Lahav, « Crise sanitaire et crise politique : La double démarche rhétorique de Benjamin Netanyahou pendant la COVID-19 »Argumentation et Analyse du Discours [En ligne], 28 | 2022, mis en ligne le 25 avril 2022, consulté le 21 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/aad/6139 ; DOI : https://doi.org/10.4000/aad.6139

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Argumentation & analyse du discours est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo ADARR Tel-Aviv
  • Logo Université Tel-Aviv
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search