Navigation – Plan du site

AccueilNuméros28Une construction interdiscursive ...

Une construction interdiscursive : la légitimité et l’autorité dans les premières conférences de presse de Conte sur la Covid-19

An interdiscursive construction : legitimacy and authority in Conte’s first press conferences on Covid-19
Caterina Scaccia
Traduction(s) :
An interdiscursive construction: legitimacy and authority in Conte’s first press conferences on Covid-19 [en]

Résumés

L’article examine en contexte les stratégies discursives dont use le Premier ministre (PM) italien Giuseppe Conte dans ses premières allocutions sur la Covid-19 pour construire discursivement sa légitimité et son autorité, en éclairant l’interdépendance des deux concepts. Une étude de l’interdiscours médiatique permet de saisir le caractère constitutif du rapport dialogique qui s’instaure entre les allocutions du PM et les réactions dans la presse. Les analyses montrent que les stratégies de construction de la légitimité et de l’autorité de Conte évoluent conjointement en réaction au contre-discours médiatique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La Covid-19 touche l’Italie dans un moment d’instabilité politique. Dans un tel contexte, notre hypothèse est que le Premier ministre (PM) est contraint à un double travail de légitimation. Il doit montrer que son exécutif est légitime, et c’est seulement à partir de ce pouvoir légitimé qui lui confère une autorité institutionnelle (Angenot 2013 : 8), qu’il peut présenter des mesures contre l’épidémie. Ces mesures doivent elles aussi être justifiées, afin que les citoyens reconnaissent la légitimité non seulement de celui qui les a adoptées, mais aussi de sa politique sanitaire. C’est à ces conditions seulement qu’ils pourront accepter l’autorité du dirigeant et se plier de leur plein gré à des contraintes inhabituelles.

2Nous distinguons ici avec Charaudeau entre légitimité et autorité, la première étant le droit non seulement institutionnel mais aussi moral à dire et à faire, et l’autre étant la capacité à se faire obéir sans coercition. Les deux notions sont imbriquées et impliquent toutes deux une coopération entre dirigés et dirigeant : les premiers sont invités tantôt à reconnaître la légitimité, tantôt à accepter l’autorité du second (2014 : 52).

3Il faut souligner, comme le font Amossy (2022) et Van Leeuwen (2007 : 92), que la construction de la légitimité et de l’autorité ne peut être pleinement saisie que dans l’espace interdiscursif où elle se situe, c’est-à-dire dans « l’ensemble des unités discursives (relevant du discours antérieurs du même genre, des discours contemporaines d’autres genres, etc.) avec lesquelles un discours particulier entre en relation implicite ou explicite » (Maingueneau 2002 : 324). Dans le cas présent, on ne peut comprendre les stratégies du PM Giuseppe Conte qu’en tenant compte de ce qui se dit et s’écrit autour de lui, et principalement du contre-discours issu de ses adversaires politiques tels que les rapportent les médias, et des critiques émanant des médias eux-mêmes. Ce contre-discours va parfois jusqu’à la délégitimation des mesures adoptées, et menace d’entamer l’autorité institutionnelle et personnelle qui doit permettre à Conte de se faire obéir. Un ajustement graduel des discours du PM à cet interdiscours se dessine au fil du temps. Pour le montrer, les analyses ont porté à la fois sur les discours et sur l’interdiscours de référence.

  • 1 Les transcriptions et les traductions du corpus sont le résultat de notre travail à partir des sour (...)

4Le corpus est constitué de deux conférences de presse (CP) tenues par Conte le 30 janvier et le 22 février 2020, que nous considérons être les discours fondateurs sur la Covid-19 en Italie1. Il s’agit des premiers moments où l’épidémie est traitée de façon ample et où se définit la stratégie discursive de l’adresse à la nation. Ces deux CP partagent des traits qui les différencient des allocutions suivantes. Conte n’y paraît pas seul, mais accompagné par des autorités politiques et scientifiques. Et en moins de 24 heures après chaque CP, le PM apparaît dans des émissions très suivies et même populaires, ce qui marque, en outre, la volonté de s’adresser directement à l’auditoire le plus large possible. En revanche, à partir du 9 mars, Conte est seul lorsqu’il annonce le confinement national. On se situe là dans une phase plus avancée de l’épidémie, marquée par une évolution des discours de crise qui ne feront pas l’objet de la présente étude.

  • 2 Les failles de l’archive en ligne de La Stampa ont empêché une consultation fiable, ce qui nous a o (...)

5Pour dégager la dynamique qui s’instaure entre le discours médiatique et celui de Conte, ce travail se concentre sur les journaux nationaux les plus diffusés de la période allant du 28.1. au 9.3.2020 : Il Corriere della sera, La Repubblica, Il Sole 24 Ore2. Il Fatto Quotidiano, à tirage plus limité, a été pris en compte pour sa proximité alléguée au PM et, on le verra, contribue à éclaircir les analyses.

6Dernière considération méthodologique : si un rapport dialogique se noue entre la presse et les stratégies discursives de légitimation et de construction d’autorité de Conte, il doit forcément se développer dans le temps, sous la forme de réactions au mot de l’autre inscrites dans le discours du PM sans être nécessairement signalées comme telles. Afin de dégager et d’étudier ce rapport constitutif, nos analyses ont suivi un ordre délibérément chronologique.

7Quelques précisions sur le locuteur principal, Conte, et le contexte politique italien s’imposent ici. Pendant son « tsunami tour », Grillo, le cofondateur et leader actuel du Movimento 5 Stelle (M5S) qui refusait de se définir comme un parti, s’en est pris à la caste politique et a prêché la venue des jours où des mères de famille deviendraient des dirigeantes. Néanmoins, quand ce mouvement populiste remporte la victoire en 2018, c’est Conte qui est proposé comme PM, un avocat qui, jusque-là, avait voté à gauche et qui se consacrait à l’exercice de la profession légale et de l’enseignement. Chargé par le Président de la République de former un gouvernement de coalition, il définit ainsi sa mission : « Je me propose d’être l’avocat défenseur de tous les Italiens ».

  • 3 En août 2019, La Lega (partis de la majorité) présente une motion de défiance contre Conte ; bien q (...)
  • 4 Lors des élections de 2018 le M5S obtient 32% des votes contre les 18% du PD et les 17% de La Lega. (...)

8L’exécutif subit bientôt une crise gouvernementale à laquelle fait suite un réaménagement des coalitions aboutissant à un nouvel exécutif3. À la tête du gouvernement nommé Conte Bis, « l’avocat » paraît toujours enfermé dans le rôle du médiateur de forces politiques qui, en plus de traverser chacune des crises internes, divergent aussi dans leur agenda politique. Deux semaines après la formation du nouveau gouvernement, le centre-gauche se scinde, Renzi (ancien secrétaire du Partito Democratico et ancien PM) fonde le parti Italia Viva ; il n’abandonne pas la coalition mais il y a déstabilisation. Le M5S, quant à lui, après la démission de Di Maio, souffre du manque dun guide reconnu et son statut de non-parti perd son attrait ; si ce statut l’a avantagé auprès de l’électorat déçu de 2018, qui avait exprimé un vote de contestation contre la droite et contre la gauche, il est devenu ensuite une simple étiquette. En effet, une fois qu’on est dans le gouvernement de coalition, des compromis politiques s’imposent. Ainsi l’épidémie surprend ce mouvement anti-partis dans une situation de désorientation identitaire et de crise de leadership, avec une baisse dramatique de popularité4.

9Cette situation risque de paralyser l’action du gouvernement d’un pays qui, par ailleurs, occupe à ce moment l’une des positions les plus basses dans le classement européen du PIB. Le Président formule ainsi son incitation : « maintenant le gouvernement ne doit pas flotter » (Il Corriere della sera 28.1.2020). Or, deux jours après cet avertissement Conte, pratiquement un novice politique, se voit confronté dans ce climat politique et économique défavorable à la nécessité de « défendre tous les Italiens » contre la Covid-19.

1. La conférence de presse comme instrument de légitimation

10Traitant du mandat électoral, Pierre Rosanvallon note qu’il s’inscrit désormais

dans un univers qui est politiquement moins « prévisible », c’est-à-dire qu’il n’est plus structuré par des organisations disciplinées, aux programmes bien définis, inscrites dans un champ aux clivages clairement dessinés. Il en résulte une distinction beaucoup plus prononcée que par le passé entre légitimité des gouvernants et légitimité de leurs actions (2006 : 118-119).

11D’où le développement d’une pratique de surveillance des gouvernés sur les actions du gouvernant, afin de lui attribuer ou de lui nier un « “supplément” de légitimé » (ibid. : 119). Cette surveillance est d’autant plus cruciale dans une situation d’instabilité politique et au sein d’un système, comme c’est le cas en Italie, où le PM est nommé par le Président de la République. Ce qui creuse une distance entre gouvernant et gouvernés et suscite la question ainsi explicitée par Charaudeau : « on peut se demander devant qui ces nommés sont responsables » (2014 : 58). En raison du fait que la proximité se donne de plus en plus comme un facteur central de la légitimité démocratique des dirigeants (Rosanvallon 2008 : 267), le PM nommé a tout intérêt à réduire cette distance et à soumettre ses choix politiques à l’opinion publique pour qu’ils soient reconnus comme exprimant le bien et l’intérêt commun.

12Dans la mesure où la presse représente l’opinion publique (Rosanvallon 2006 : 118), organiser des CP comme moyen de communication de crise remplit une fonction de légitimation « supplémentaire ». Plus précisément, la désignation de la presse comme interlocuteur privilégié sur l’action du gouvernement et les mesures qui touchent aux libertés fondamentales des Italiens poursuit un double but. Premièrement le PM nommé, se présentant physiquement devant les médias qui représentent l’opinion publique, entame un mouvement de proximité vers le peuple qui « est l’opinion publique » (ibid. : 107). Deuxièmement, les mesures sont soumises à examen par les questions des journalistes, ce qui n’est pas anodin dans des circonstances où elles n’ont pas été discutées au Parlement (organe institutionnel chargé, en outre, de surveiller l’activité du gouvernement). La CP offre ainsi un espace de proximité et de débat qui peut conférer au PM le « supplément » de légitimé recherché.

13À partir du mois de mars, la presse critique durement la multiplication des allocutions directes et sans débat de Conte à la nation (https://tinyurl.com/​2p94cv6u). Par la suite, on critique aussi sa tendance à centraliser le pouvoir : il ne cède pas la gestion des services secrets (chère à Renzi) et il voudrait confier à des experts, proches de lui, la gestion des fonds européens (Edicola RaiNews24 online 31.01.21). On assiste alors au déclin graduel de l’image de leader démocratique de Conte qui se détériore définitivement dans la crise déclenchée officiellement par Renzi en 2021, quand les litiges et les intérêts personnels prennent, selon toute la presse, le dessus sur le sort d’un pays en pleine troisième vague de Covid-19 et dans une situation socio-économique déjà gravement compromise. Conte, ainsi moralement délégitimé, est aisément remplacé par Draghi, tributaire d’un ethos préalable de deus ex machina.

14Mais revenant au début de l’épidémie, nous soulignons que si d’un côté les CP sur la Covid-19 peuvent conférer au PM un « supplément » de légitimité, de l’autre côté elles légitiment un contre-discours important de la part des journalistes qu’il faut prendre en compte.

2. Construction d’un ethos dynamique, modèles externes et argument d’autorité

15Le 30 janvier, l’Italie confirme les deux premiers cas de Covid-19. Ce même jour, les chefs de délégation de la majorité discutent de l’action gouvernementale, lors d’une réunion que Conte mentionne sur Twitter : « #Agenda2023 : Le pays a de nombreuses urgences et les citoyens attendent de nombreuses réponses. Il faut procéder de façon rapide, déterminée, compacte ». Les premières minutes de la CP qui suit la réunion font écho au même thème par cinq énoncés qui marquent le dynamisme de l’activité gouvernementale, comme le montre l’exemple suivant : « nous avons commencé à discuter de manière fructueuse ». Conte souligne que le gouvernement travaille, « il ne flotte pas », bien au contraire, il accomplit avec succès les missions qui lui incombent. Par le bon exercice de ses fonctions, le gouvernement renforce sa crédibilité, c’est-à-dire la « capacité du sujet à dire ou à faire » (Charaudeau 2014 : 52), pour mieux fonder son autorité, afin d’obtenir le consentement des citoyens. Or, pendant ce travail la nouvelle tombe : « Il y avait deux cas suspects de coronavirus […], ces deux cas sont effectivement confirmés ». L’information est accompagnée par des commentaires qui ont pour fonction de rassurer l’auditoire composite (Perelman et Olbrechts-Tyteca 2008 : 28), constitué ici des journalistes présents dans la salle, du public qui lira les articles rédigés par ces derniers et des téléspectateurs qui regardent la CP. Notons la volonté de minimiser la surprise du gouvernement et de le présenter comme prévoyant : « À ce stade, comme vous le savez, nous étions déjà vigilants, très prudents dans le suivi de l’évolution de cette situation critique. Nous n’avons pas été pris au dépourvu. Le ministre Speranza, […] vient d’adopter une ordonnance pour arrêter le trafic aérien à destination et en provenance de Chine ».

16Sur le front de la crise sanitaire, mettre en avant la réaction rapide des autorités en renforce la crédibilité – les capacités à analyser la situation et à agir en temps voulu – et justifie la confiance qu’il convient de leur accorder : les cas (deux touristes chinois) sont immédiatement pris en charge par les autorités sanitaires. La stratégie qui consiste à mettre en avant le dynamisme de l’exécutif est rédupliquée le 22 février quand, à 23h15, Conte va au-devant des journalistes en disant « Désolé pour le retard. […] Nous avons travaillé jusqu’à présent, nous avons été occupés toute la journée par une réunion ici au siège de la Protection civile ».

17Mais, pour en revenir à la CP du 30 janvier, après avoir projeté l’image d’un exécutif dynamique, l’œuvre de légitimation de Conte se poursuit par l’emploi de la comparaison (ibid. : 326). L’Italie est comparée à d’autres pays européens : « Nous avons donc aussi en Italie, comme déjà dans d’autres pays européens depuis quelques jours […] deux cas confirmés de deux touristes chinois ». Si nous convenons que la présence d’un virus sur le territoire n’est pas une note d’excellence pour l’Italie, la comparaison devrait servir à atténuer le jugement négatif. Dans ces circonstances, pour qu’une comparaison puisse être persuasive, elle doit se fonder sur une doxa, par définition implicite et partagée avec l’auditoire, selon laquelle le comparant est jugé admirable, voire meilleur que le comparé (l’Italie). La stratégie persuasive de Conte reviendrait à dire que l’Italie, avec ces deux cas de Covid-19, n’est pas plus blâmable que les pays européens admirés par l’auditoire, car eux aussi comptent des cas de contamination. Pour expliciter le terme de comparaison impliqué ici par l’énoncé, il nous suffit de puiser dans le « savoir encyclopédique » (Kerbrat-Orecchioni 1986 : 162) partagé avec les journalistes. En effet, ceux-ci ne peuvent ignorer les dernières nouvelles relatives aux cas enregistrés en France et en Allemagne, deux nations motrices de l’Europe.

18Mais cette section du discours de Conte prépare aussi à une deuxième dimension comparative qui repose sur la primauté des mesures. Annonçant l’ordonnance qui arrête les vols avec la Chine, le PM ajoute : « à notre connaissance, nous sommes le premier pays, en particulier dans l’Union européenne, à adopter une telle mesure de précaution ». Donc, à parité de conditions, c’est-à-dire de l’apparition sur le territoire national de la Covid-19, l’Italie a mieux réagi que les autres pays. La qualité supérieure de la riposte italienne réside en particulier dans l’écart temporel : les autres pays n’ont pas encore pris de mesures comparables, même s’ils ont des cas déjà « depuis quelques jours », alors que l’Italie a agi le jour même de l’enregistrement des deux premiers cas. Conte élève ainsi l’Italie au-dessus des pays européens admirés par son auditoire, et la présente comme d’autant plus digne d’admiration.

19Notons que, pour anticiper la réfutation selon laquelle il s’agirait d’une réaction excessive, évaluation qui restituerait leur position haute aux pays qui s’en sont tenus à des mesures proportionnées, Conte renforce son discours par un argument d’autorité (Perelman et Olbrechts-Tyteca 2008 : 410) : « nous réconforte également le fait que le directeur général de l’Organisation Mondiale de la Santé ait récemment terminé une conférence de presse au cours de laquelle il a annoncé l’urgence mondiale du coronavirus ». Dans l’argumentaire de Conte, les deux institutions, le gouvernement italien et l’OMS, ont parallèlement et indépendamment reconnu la nature urgente de la situation sanitaire qui justifie des réponses adéquates, y compris l’interruption des vols avec la Chine. Ce qui reste implicite ici est l’importance de l’autorité de l’OMS, laquelle dépasserait, en matière de santé, l’autorité de chaque État particulier. C’est cette doxa qui régit l’entreprise persuasive visant à faire triompher l’Italie dans le scénario européen où elle remporte la palme de la meilleure réaction contre le virus. Conte essaie ainsi de renforcer sa position : pour la réfuter, l’opposant devrait d’abord contester l’autorité de l’OMS sur les questions de santé.

20Conte construit son autorité en projetant l’ethos du leader d’un exécutif performant dans l’action politique et dans la gestion de la crise. Fort de cette autorité, il peut proposer des mesures de contention du virus ; celles-ci sont légitimées par le fait d’être les meilleures par rapport aux modèles externes et conformes aux directives de l’OMS qui font autorité.

2.1. Contre-discours délégitimant

21Un tour d’horizon de la presse nous montre, néanmoins, que la stratégie de Conte est mise à mal : le gouvernement serait faible et proposerait des mesures populistes, contradictoires et inefficaces.

22Ainsi, l’arrêt des vols servirait juste à faire taire les détracteurs – Salvini en particulier qui, depuis l’opposition, insiste sur le retard dans la gestion de l’épidémie – et à faire regagner au gouvernement un soutien populaire en baisse (Il Corriere della Sera 14.2.20). Plus encore, la presse nous révèle que cette mesure ne provoque pas seulement la réaction prévisible, sur le front international, de la Chine, mais est également critiquée sur le front interne, où le ministère des Affaires étrangères et la confédération des industries (Confindustria) manifestent leur mécontentement. Ces derniers, comme les autorités chinoises, réfutent l’argument de Conte en s’appuyant clairement sur l’autorité de l’OMS qui, tout en déclarant l’état d’urgence, conseille néanmoins de s’abstenir de mesures excessives (ibid.). Il serait donc question de deux interprétations divergentes des mêmes données. Comme nous l’expliquent Perelman et Olbrechts-Tyteca, l’argumentation nécessite de « tenir compte non seulement de la sélection des données, mais également de la façon dont on les interprète, de la signification qu’on choisit de leur attribuer » (2008 : 161). Dans notre cas, pour le gouvernement, l’arrêt des vols répondrait au danger actuel reconnu par l’OMS, alors que pour la Chine et pour Confindustria cette mesure dépasserait les indications de l’OMS.

  • 5 C’est-à-dire en dehors des accords économiques que l’UE a souscrits avec la Chine.

23Si du côté économique ce sont les retombées nationales d’une chute du PIB chinois – la nation actuellement motrice du monde – qui sont préoccupantes, sur le front diplomatique la décision italienne d’isoler la Chine est perçue comme la trahison d’une nation amie. En effet, peu de temps auparavant l’Italie avait, la première en Europe (à nouveau), tissé des relations indépendantes5 avec la Chine, soudées par le mémorandum de la nouvelle route de la soie. De plus, c’est l’année de la culture et du tourisme entre les deux pays, signataires d’un accord qui triple le nombre de vols. On comprend alors la déception, sûrement adressée notamment à l’Italie, qui se fait entendre dans les déclarations du ministre des Affaires étrangères chinois rapportées par la presse : « c’est dans le besoin que l’on reconnaît ses amis » (La Repubblica 2.2.20).

24À ces conséquences regrettables s’ajoute le fait que, à la différence de pays comme la France et l’Allemagne qui ont encore des lignes aériennes ouvertes avec la Chine et peuvent ainsi rapatrier leurs citoyens, l’Italie se heurte à l’écueil de ses propres décisions. Sans vols directs elle devrait initier des missions de secours afin d’éviter l’embarras de s’appuyer sur des pays tiers pour rapatrier ses citoyens, ces mêmes pays que, selon Conte, l’Italie aurait dépassé en matière de qualité de réponse au virus. Il s’agirait donc d’une autophagie, un cas d’incompatibilité où l’on oppose « une règle à des conséquences résultant du fait même qu’elle a été affirmée » (Perelman et Olbrechts-Tyteca 2008 : 274). En effet, les mesures imposées pour sauvegarder la santé empêcheraient l’accomplissement complet de l’objectif, ce qui complique le travail du ministère des Affaires étrangères que La Repubblica nous dit être « vexé » (3.2.20).

25Une autre incompatibilité porte sur les passagers rentrés de Chine juste avant le blocage. Les régions du nord (Vénétie, Frioul-Vénétie julienne, Lombardie) voudraient empêcher les écoliers, revenus par ces vols, de rentrer à l’école. Le gouvernement essaie de résoudre la controverse, qui touche à la discrimination et au droit à l’instruction, en déléguant aux parents la décision de la mise en quarantaine. La presse ne manque pas de souligner qu’arrêter les vols et laisser circuler ceux qui sont récemment revenus de Chine constitue une mesure inutile, tout comme l’arrêt de vols directs dans un espace de libre circulation comme l’Europe où les vols indirects sont garantis (Il Corriere della Sera 9.2.20).

26Bref, la presse dénonce les contradictions et l’inefficacité des mesures. À cette délégitimation s’associe le discrédit d’une politique dite « sans vision » (Il Corriere della sera 2.2.20), qui découlerait d’une « alliance sans identité » (La Repubblica 7.2.20), et qui détermine la quasi-paralysie de l’action du gouvernement : « Conte au ralenti : 2 décrets sur 169 mis en œuvre » (Il Sole 24 Ore 23.2.20). De fait, le gouvernement ne procèderait pas « de manière rapide, déterminée, compacte », comme Conte le souhaite dans le tweet cité plus haut.

2.2. Réfutation de Conte axée sur les valeurs

  • 6 L’OMS souligne que « les autorités italiennes mettent en œuvre des mesures conformes à la stratégie (...)

27La presse nous montre aussi que, en réponse, Conte et de nombreux ministres essaient de construire une image de cohérence et d’autorité, annonçant l’envoi d’aides médicales vers la Chine et la formation d’une task force pour limiter les dégâts économiques. Mais surtout, ils sont solidaires dans l’invocation de l’avis des experts et de l’article 32 de la Constitution qui protège la santé publique. Concernant l’arrêt des vols, Conte ira jusqu’à déclarer : « personne ne peut dire que c’était une mesure nuisible » (Il Fatto quotidiano 27.2.20)6.

28Le 22 février aussi, à l’occasion de l’annonce du confinement partiel du territoire, Conte riposte aux détracteurs. Il déclare que le but de chaque mesure prise « est de protéger la santé des Italiens, le bien qui nous tient le plus à cœur, celui qui occupe certainement la première place dans la hiérarchie des valeurs constitutionnelles ». Quand, à la fin de cette CP, une journaliste soulève la question de l’impact économique de telles mesures sur le centre industriel de la nation, Conte tranche : « aujourd’hui, nous avions l’urgence de prévoir des mesures extraordinaires et urgentes, évidemment à adopter le plus tôt possible », et il se montre rassurant quant à la gestion des enjeux économiques, annonçant un décret dans les jours à venir pour « des subventions […] et des indemnisations ».

29Sur l’échelle des valeurs (pour reprendre le terme de Perelman et Olbrechts-Tyteca 2008 : 107), la santé publique l’emporte sur l’économie. Le fait que cette hiérarchisation corresponde au système de valeurs implicite de l’auditoire permet la légitimation des décisions adoptées par Conte (Amossy 2022, Van Leeuwen 2007 : 92). C’est par le droit moral qu’il légitime des mesures vigoureuses au nom de la valeur suprême de la vie humaine.

3. Ethos collectif et autorité scientifique

30Les CP de Conte sont marquées principalement par l’emploi du pronom pluriel « nous ». Conte use du « je » pour s’adresser directement à la portion de son auditoire composite qui suit la conférence en vidéo : « Je tiens à rassurer tous les citoyens qui nous écoutent » etc. Le passage du « nous » au « je » marque une communication plus intime avec l’auditoire, mais aussi une prise en charge personnelle du contenu du discours. Dans cette stratégie de proximité qui manifeste l’engagement du « je » envers le « vous », se renouvelle le contrat de confiance entre Conte, l’avocat bienveillant des Italiens, et les citoyens.

31L’adresse à la première personne est limitée à deux énoncés seulement dans la CP du 30 janvier. Plus nombreuses sont les occurrences du 22 février, mais toujours plus rares que l’adresse à la première personne du pluriel. Cette constatation suggère que, dans cette situation d’urgence, la mobilisation du contrat de confiance entre le PM et les citoyens ne suffit pas. Il faut des éléments supplémentaires pour gagner la confiance de l’auditoire dans la gestion de la crise. Pour ce faire, Conte « dilate » (si l’on adopte la perspective de Benveniste 1966 : 235), sa singularité (« je ») dans la pluralité du « nous ». Nous nous attendons donc à ce que les éléments englobés dans cette pluralité apportent un poids supplémentaire à l’ethos de Conte, afin qu’il puisse gagner la confiance totale de l’auditoire.

32Or, si le « je » est aisément attribuable au PM bienveillant, l’identification des sujets inclus dans le « nous » demande une plus ample investigation. Dans ce « nous » sont englobés bien entendu ceux qui se tiennent à ses côtés : le ministre de la santé Speranza et le directeur de l’Institut Spallanzani pour le traitement des maladies infectieuses le professeur Ippolito (dans la première CP) et le Chef de la Protection civile et le Président de l’Institut supérieur de la Santé Brusaferro (dans la deuxième). Mais il y a aussi une collectivité d’experts qui travaille dans les coulisses, un « groupe de travail qui se réunit chaque matin ». L’image d’un PM entouré par ministres et collaborateurs fonde la légitimation institutionnelle, qui est renforcée par la construction verbale de la qualité de ces collaborateurs dans leurs domaines spécifiques, une démarche indispensable pour en fonder l’autorité (Perelman et Olbrechts-Tyteca 2008 : 415). Le travail du ministre de la Santé est ainsi mis en évidence le 30 janvier : « nous avons été constamment informés par le ministre Speranza », et Conte souligne que c’est ce même ministre qui a adopté l’ordonnance (rappelons-le, vigoureuse et unique en Europe), d’arrêter les vols avec la Chine. En ce qui concerne le directeur scientifique du Spallanzani, Conte en manifeste le prestige par le biais d’une métaphore, en disant que l’institut « est un peu la Bible dans ce secteur ». Ici, la croyance dans la vérité absolue, attachée à la Bible, transite vers les compétences scientifiques de l’institut et cette valeur de croyance absolue rejaillit sur son directeur scientifique, Ippolito, qui représente la partie pour le tout (ibid. : 311). La Protection civile est aussi louée par Conte : « [elle] nous rend vraiment fiers, c’est l’une des excellences du système Italie ».

33Pour renforcer le cadre d’expertise et de fiabilité des collaborateurs, Conte affirme : « nous avons adopté une ligne de rigueur maximale en matière de prévention. On parle techniquement du principe de précaution ». Ce qui présuppose l’existence de stratégies déjà mises au point et codifiées qui possèdent un jargon propre, dont est tiré le terme technique « principe de précaution ». Et c’est bien de tels instruments dont ils (voire « nous ») se servent pour gérer le risque courant.

34En conclusion nous pouvons affirmer que Conte esquisse verbalement l’image d’un groupe d’experts s’exprimant à travers le « nous ». C’est donc un ethos collectif (Amossy 2010 : 156), composé de politiques et scientifiques reconnus, qui sert ici à la construction de l’autorité. Dans ce scénario, l’autorité du PM en particulier repose sur l’image de garant de l’activité du collectif – « j’en ai été témoin » –, et de référent principal de cet ensemble de cerveaux en action : « jai eu un briefing avec le ministre, avec le directeur et d’autres experts […] et nous continuerons à le faire ». Mais face à l’auditoire, Conte est aussi le porte-parole des décisions prises sur la base de ce travail professionnel dont, à travers un geste de proximité ultérieur, il assure : « nous continuerons […] à vous tenir constamment au courant ».

3.1. Evolution de l’autorité : ajustement de l’ethos des scientifiques et dilatation de l’ethos collectif par le mensonge blanc

35Dans le passage du premier au deuxième discours, nous remarquons un ajustement de Conte au phénomène de la médiatisation croissante des scientifiques qui, dans l’interdiscours, détermine un scénario où l’idée de vérité absolue de la science est mise à mal. La science, qui d’habitude limite ses débats aux revues spécialisées avec peu d’écho dans les médias traditionnels, dépasse avec la Covid-19 ce cadre pour atteindre, sur les réseaux sociaux, un public plus large et moins averti. Outre la mise en garde contre l’« infodémie », nous découvrons aussi dans l’interdiscours que la science ne parle pas d’une seule voix. Apparaissent des positions d’experts qui critiquent les décisions de l’exécutif, et les opposants politiques exploitent ce fait pour discréditer le gouvernement (Adnkronos 21.2.20, Il Fatto Quotidiano online 7.9.20).

36Si, dans la première CP, Conte présente le professeur Ippolito à travers l’image du savoir biblique monolithique, il semble par la suite assumer la pluralité des perspectives scientifiques, parfois en contradiction les unes avec les autres. Toutefois, il affirme aussi que les décisions de l’exécutif sont prises en tenant compte de l’avis « de la communauté scientifique la plus accréditée ». Et finalement, nous assistons à une subordination explicite des politiques à ces scientifiques accrédités : « Les Italiens doivent d’abord faire confiance aux autorités sanitaires, puis aux autorités politiques administratives qui sont évidemment appelées à prendre des décisions et le faire avec raison sur la base d’une évaluation prudente ».

37Dans le deuxième discours, nous notons aussi une autre stratégie qui consiste en une sorte de dilatation ultérieure de l’ethos collectif par un mensonge blanc. Pour la saisir, il nous faut encore revenir à l’interdiscours politique. Sur le front de l’opposition Salvini attaque toutes les mesures, et il va jusqu’à invoquer la nécessité d’un gouvernement extraordinaire. De même, les tensions avec des régions, de centre-droite surtout, s’exacerbent. Après la controverse sur la quarantaine facultative pour les écoliers revenus de Chine les disputes se multiplient. Quand Conte impute l’aggravation de l’épidémie à la violation du protocole dans l’hôpital de Codogno, le Président de la région Lombardie s’insurge et le PM s’excuse. Le 26 février, le Président de la région des Marches dénonce la schizophrénie des mesures non homogènes imposées par l’exécutif sur le territoire national (La Repubblica en ligne). Une partie de la presse rebondit en critiquant un Babel de la communication institutionnelle, alors qu’apparaissent des articles sur la dimension juridique des tensions entre l’État et les régions (La Repubblica 25-26.2.20). On évoque le droit, sanctionné par l’article 120 de la Constitution, de l’exécutif de confisquer les pouvoirs régionaux, dans des circonstances extraordinaires. Néanmoins, Conte se limite à invalider ponctuellement les initiatives indépendantes des régions, et il invoque la coordination démocratique entre exécutif et régions.

  • 7 Malgré cette affiliation d’un membre de la majorité avec un membre de l’opposition, seul Salvini in (...)
  • 8 C’est un commentaire du ministre Boccia, tandis que d’autres interprètent ce calme du PM comme une (...)

38La majorité est toujours instable : « difficile de trouver une équipe dans la majorité » (Il Sole 24 Ore 18.2.20), le même jour, Il Corriere della Sera titre « Les bluffs des alliés épuisent la coalition » et La Repubblica spécifie « ni guerre ni paix ». Renzi surtout conduit une bataille contre son exécutif, une attitude que la presse traite d’« opposition agressive » (Il Sole 24 Ore 14.2.20) où « Renzi travaille pour Salvini » et « Renzi est possédé par Salvini »7 (Il Fatto Quotidiano 3.2.20 et 12.2.20). Tandis que le sang-froid que Conte montre, face à autant de coups, lui confère « une patience qui surpasse même Gandhi »8 (Il Corriere della Sera 23.2.20).

39La hausse des cas fait baisser le ton : « Renzi : il y a le coronavirus, assez de controverse » (La Repubblica 22.2.20), et toute l’opposition manifeste son soutien à l’exécutif. Mais il ne s’agit que d’une trêve, bientôt les controverses reprennent, plus virulentes encore. Il s’agit de stratégies de délégitimation et de désagrégation auxquelles le PM réagit le 22 février par une palette d’expressions tirées du champ lexical de la cohésion : discuter, informer, ligne directe, harmonie consolidée.

40En ouverture de CP Conte « dilate » encore l’ethos collectif du 30 janvier et l’enrichit par l’image de proximité d’un réseau solidaire qui se ramifie et couvre le territoire à travers « les femmes et les hommes de la protection civile […] médecins, infirmiers, chercheurs, personnel, des forces armées et de la protection civile, qui travaillent ». Il marque aussi la cohésion et la complémentarité avec laquelle les opérations se déroulent. Conte souligne l’« harmonie consolidée » avec les ministres, celui de la santé particulièrement qu’il tutoie toujours, marquant davantage la cohésion entre partenaires politiques.

41Les relations avec les régions plus directement intéressées sont décrites par l’image d’une « ligne directe de débat », qui mène à une collaboration intense : « nous avons travaillé jusqu’au bout pour nous mettre d’accord sur les mesures ». Néanmoins, cette image de coopération est implicitement mise en doute par une journaliste qui souligne la longue durée de la réunion. Conte cependant impute les délais à la nature délicate de la délibération, qui mérite de peser les choses avec attention, excluant ainsi l’idée d’une confrontation entre les parties.

42Quant à l’opposition, à un journaliste intéressé à l’état des relations le PM répond avoir averti lui-même de l’exigence de se « consulter et d’informer les représentants de l’opposition » sur les mesures extraordinaires qui étaient en cours d’élaboration. Une communication non pas obligée, mais voulue par le chef d’un exécutif qui assume la responsabilité des décisions et veut rapprocher toutes les forces politiques « car lorsqu’il s’agit de faire face à une telle urgence, aucune distinction ne peut être faite entre majorité et minorité ».

43À la lumière de ces analyses, nous détectons ainsi dans les premières allocutions du PM sur la Covid-19 une tentative d’effacement des antagonismes politiques nationaux, des forces disruptives internes au système italien. Celles-ci sont, comme nous l’avons vu, en revanche traitées constamment ailleurs, dans la presse principalement, par tous les sujets impliqués, et jusqu’à Conte lequel dans l’interview à Il Fatto Quotidiano (27.2.20) exprimera, entre autres, sa déception vis-à-vis de Renzi et ses réserves sur un système sanitaire géré sur une base régionale.

  • 9 C’est un mensonge parce qu’il n’y a pas de coopération harmonieuse entre les parties. Mais il serai (...)

44La tentative d’effacement des divergences entre les acteurs politiques nous semble une stratégie de « dilatation » ultérieure de l’ethos collectif sur lequel s’appuie l’autorité de Conte, qui englobe dans le discours du 22 février, dans une certaine mesure, ses détracteurs politiques. Par le biais de ce mensonge blanc, le PM renforce l’autorité d’un exécutif soutenu par un nombre plus ample d’autorités9. Il se tait sur les controverses qui circulent dans l’interdiscours, et il projette les confrontations vers le futur : « le débat politique nous incitera sûrement à répondre à la question de savoir comment et pourquoi vous avez (sic) maintenant adopté ces mesures ».

4. Les buts persuasifs

45L’analyse des buts persuasifs des CP, c’est-à-dire l’action à laquelle l’orateur voudrait disposer l’auditoire (Perelman et Olbrechts-Tyteca 2008 : 59) nous révélera deux autres stratégies de Conte pour fonder son autorité et légitimer ses décisions.

4.1. Contrôle et rationalité

46Le but de la première CP n’est pas la communication de restrictions, hormis l’arrêt des vols avec la Chine. Cette CP vise plutôt à conjurer une réaction sociale précise : la panique incontrôlée. L’importance du thème est évidente car il revient une dizaine de fois dans les propos de Conte, Speranza et Ippolito : « Je vous assure qu’il n’y a actuellement aucune raison de paniquer, de créer une alarme sociale » etc. Dans la panique, l’autorité n’a pas de marge de manœuvre car, nous dit le Larousse, la panique est une « terreur soudaine et irraisonnée, souvent collective » qui guide les actions. Or, comme le remarquent bien deux journalistes présents dans la salle, il s’agit d’une réaction sociale qui est déjà en cours, à savoir la ruée vers les masques de protection et les épisodes de discrimination à l’encontre des Chinois. Conte définit les exemples de discrimination comme des « épisodes typiques d’ignorance » dérivés du manque d’intérêt pour l’information : « cela signifie ne pas avoir lu vos journaux, les informations que vous [les journalistes] avez déjà fournies ces jours-ci » et du manque de confiance dans les autorités scientifiques « qui, de toute évidence, nous ont déjà, à ce moment même et il y a peu de temps aussi, donné des nouvelles rassurantes ».

47Par conséquent la connaissance, le contraire de l’ignorance, aurait sa source dans l’information et dans la science. Conte a bien montré qu’il se servait des deux pour combattre l’épidémie naissante et il peut ainsi, fort de son savoir, affirmer que « la situation est absolument sous contrôle », position ratifiée d’ailleurs par Speranza : « la situation est totalement sous contrôle ». Dans ce premier discours, l’auditoire est ainsi mis à l’abri de la panique et rassemblé sous l’égide de la rationalité du PM qui se dresse en tant qu’autorité fiable.

48Mais l’analyse de l’interdiscours nous montre que la synergie rassurante entre sciences, média et politique, bâtie sur la connaissance, la rationalité et la transparence et qui fonde une partie de l’autorité de Conte, se détériore rapidement. Le 26 février le PM lance un appel à l’organe de la télévision nationale pour « “refroidir” les informations sur le coronavirus » (La Repubblica online), étant toujours confiant en ce que « le calme est ramené grâce à une communication calme et transparente » (Il Corriere della Sera 26.2.2020). Une partie de la presse appuie l’appel du PM et fait montre aussi d’autocritique (La Repubblica 29.2.20, 1.3.20).

4.2. L’argument par la conséquence positive et la narration

49En dépit des mesures vigoureuses, nous passons très vite de la déclaration du professeur Ippolito « En Italie, pas de contagion. Les mesures ont marché » du 13 février (Il Corriere della sera) à une hausse des cas une semaine plus tard à peine. Face à une telle vitesse de propagation virale, les scientifiques admettent que, en l’absence d’un vaccin, le seul moyen de contrôle est la limitation des contacts entre les sujets, donc : il faut confiner une partie de la population. Mais nous comprenons bien qu’avant de limiter la liberté des citoyens, Conte doit expliquer ce qui s’est passé. C’est précisément la question qui jaillit dans la presse et jusque dans les talk-shows populaires, parfois avec allusion à la perte ou à l’illusion de contrôler la crise sanitaire – l’exécutif prétendant la contrôler (Che tempo che fa 23.2.20).

50Conte propose une explication qui, par l’argument pragmatique, à la fois répond à la question et légitime davantage son travail. D’après le PM, le nombre de cas positifs est proportionné à l’augmentation des tests : « c’est donc la précision de ces contrôles qui nous pousse aujourd’hui à enregistrer ces chiffres ». Cette explication non seulement empêche la délégitimation de l’œuvre du gouvernement, mais permet aussi de reproposer les mesures italiennes comme les meilleures de l’Europe. Rapportons à ce propos la conclusion d’un infectiologue « Tant de cas, l’Italie les recherche, moins à l’étranger » (Il Corriere della Sera 25.2.20).

51Que l’augmentation des cas soit le résultat du bon travail de dépistage ou le symptôme d’un exécutif qui n’aurait plus la main sur le virus, le gouvernement de Conte est forcé de gérer la propagation rapide du virus dans le nord du pays. Ainsi, après de longues heures de réunion avec le groupe de travail, le PM annonce l’isolement des zones intéressées. Quand le 22 février à 23h15 Conte s’adresse à son auditoire, nous remarquons que ce n’est plus, comme dans la CP du 30 janvier, pour rassurer la population en fermant l’accès entre la Chine et l’Italie. Maintenant, ce sont bien des Italiens qui sont affectés par le virus et le confinement ne touche plus seulement deux touristes chinois isolés dans un hôpital renommé : il concerne à présent une partie de la population nationale.

52Conte justifie le confinement à l’aide d’une argumentation par la conséquence doublement positive qui devrait légitimer les mesures grâce à leur impact positif. Cette mesure est nécessaire pour soigner les malades (la guérison est une conséquence positive) et pour sauvegarder le reste des citoyens (autre conséquence positive). Les citoyens confinés deviennent ainsi les interlocuteurs privilégiés de Conte : « toutes les communautés intéressées, à toutes les mères, pères, enfants, toutes les personnes âgées, et je comprends qu’il y en a beaucoup » auxquels il s’adresse avec empathie, ce qui correspond à un double mode de légitimation : par la proximité et envers une minorité à confiner.

53Notons qu’il configure ainsi trois groupes d’actants : l’exécutif, les communautés confinées et le reste des citoyens. Cette tripartition se trouve investie par une dynamique précise. Le premier mouvement de proximité va de Conte aux confinés : « Je viendrai moi-même vous suivre, donc je me déplacerai pour accompagner les autorités locales dans la gestion de cette urgence avec le ministre Speranza ». À partir de là le PM, la population et les autorités locales se préparent ensemble à exécuter un autre mouvement : « nous voulons vous accompagner, avec une assistance maximale et plus précise, vers la sortie de cette urgence ». La narration (Danblon 2008), perçue par Van Leeuwen comme un mode de légitimation (2007 : 92), vient ici en appui à l’argument par la conséquence positive pour persuader les citoyens de respecter le confinement, sur la base de la vraisemblance d’un micro-récit en trois actes : confinement, soins, déconfinement. Dans cette mise en récit, les autorités libératrices sont couplées avec l’image de citoyens collaboratifs et solidaires, qui ne subissent pas les décisions mais participent à leur mise en œuvre. Ainsi, le PM désigne comme des mesures secondaires les sanctions prévues pour l’infraction au confinement et, tout en confirmant le déploiement de l’armée – thème soulevé par un journaliste –, il conclut : « mais je dirais que nous ferons beaucoup confiance à la collaboration des citoyens ». Donc, à partir d’un ethos d’autorité bienveillant et démocratique, Conte attribue aux résidents confinés l’image positive de collaborateurs, un rôle qu’ils sont ainsi invités (sinon persuadés) à assumer pour réaliser les valeurs de coopération et de solidarité qui fondent la société.

  • 10 Conte très actif sur les réseaux sociaux est aussi tributaire d’une image charismatique comme le si (...)
  • 11 https://tinyurl.com/3s2kzjwr

54Remarquons encore que ce micro-récit sert aussi à stabiliser la position de Conte sur l’échiquier politique. En effet, l’image d’un leader qui conduit hors du confinement une partie des citoyens se prête à une interprétation qui le voit en héros du peuple. Conte, affilié au mouvement populiste M5S, pourrait ainsi se rapprocher du profil du « leader atypique » néo-populiste tracé par Taguieff (1997 : 22) : l’avocat antiparti et télégénique10 défenseur des Italiens. Mais le micro-récit évoque aussi le tableau Le quatrième état (1901) du peintre italien Pellizza da Volpedo11 où les prolétaires sont guidés par deux figures, l’une d’elles incarnant le leader, à conquérir leurs droits ; ce qui rapprocherait le PM de la question sociale chère aux forces de gauche. Héros populiste ou leader socialiste ?

  • 12 Ce qui marque une fluctuation importante puisque par le passé c’était Renzi qui prônait Conte contr (...)

55Pour tenter de répondre revenons à l’interdiscours. La presse souligne que Conte, dans le climat de délégitimation que nous avons vu, avec la faible coopération du M5S sur l’agenda du gouvernement et l’hostilité de Renzi, se tourne vers la force politique restante de sa majorité, le PD. Son leader Zingaretti et le PM déclarent partager l’ « éthique de la collaboration » (Il Corriere della Sera 2.2.20)12. Sur le front politique cela permet à Conte de se présenter en démocrate non populiste et d’exploiter le discours sur la Covid-19 pour se dégager de la pression exercée par Renzi et Salvini. En même temps, depuis la perspective de la crise sanitaire, la collaboration étroite avec Zingaretti se veut l’indice d’un exécutif stable, ainsi autorisé à avancer des mesures contre l’épidémie.

Conclusion

56Nos analyses montrent qu’un exécutif hanté par la crise doit prioritairement légitimer son pouvoir afin de promouvoir des mesures limitant les droits fondamentaux des citoyens. La projection dans le discours de l’image d’un exécutif qui agit selon les valeurs démocratiques et qui, en promouvant la proximité avec tous les citoyens, communique de manière transparente, constitue la stratégie massive de légitimation employée par le PM d’un gouvernement faible au préalable. À la tête d’un exécutif ainsi légitimé Conte, tributaire de l’ethos préalable de défenseur des Italiens renforcé par une image de garant et de porte-parole d’autorités politiques et scientifiques guidées par la rationalité, peut inviter finalement son auditoire à suivre des mesures qui sont légitimées, à leur tour, par leur efficacité et par la réalisation des valeurs de la coopération et de la solidarité. Ces conclusions confirment l’interdépendance de la construction discursive de la légitimité et de l’autorité.

57Mais l’analyse du cas italien nous permet aussi de vérifier que cette construction n’a de sens et de validité que dans l’interdiscours où elle s’inscrit et où elle évolue. Les discours de Conte et de la presse génèrent une chaîne d’arguments et de réfutations. Une fois cette dimension dialogique sous-jacente explicitée, l’évolution de la construction discursive d’autorité / légitimité de Conte en apparaît nécessairement comme le produit direct.

Haut de page

Bibliographie

Amossy, Ruth. 2022. « La construction de la légitimité et de l’autorité en discours », Argumentation et analyse du discours 28

Amossy, Ruth. 2010. La présentation de soi. Ethos et identité verbale (Paris : PUF)

Angenot, Marc. 2013. Rhétorique de la confiance et de l’autorité (Montréal : Discours social)

Benveniste, Emile. 1966. Problèmes de linguistique générale (Paris : Gallimard)

Charaudeau, Patrick. 2014. Le discours politique. Les masques du pouvoir (Paris : Vuibert)

Danblon, Emmanuelle, Emmanuel De Jonge, Ekaterina Kissina & Loïc Nicolas (éds). 2008. Argumentation et narration (Bruxelles : Editions ULB)

Kerbrat-Orecchioni, Catherine. 1986. Limplicite (Paris : A. Colin)

Maingueneau, Dominique, Charaudeau et Maingueneau (éds). 2002. Dictionnaire d’analyse du discours (Paris : Seuil)

Perelman Chaïm & Lucie Olbrechts-Tyteca. 2008 [1988]. Traité de l’argumentation : La nouvelle rhétorique (Bruxelles : Editions EUB)

Rosanvallon, Pierre. 2008. La légitimité démocratique (Paris : Seuil)

Rosanvallon, Pierre. 2006. La contre-démocratie (Paris : Seuil)

Taguieff, Pierre-André. 1997. « Le populisme et la science politique du mirage conceptuel aux vrais problèmes. », Vingtième Siècle, revue d’histoire n.56, 4-33

Van Leeuwen, Theo. 2007. « Legitimation in discourse and communication », Discourse & Communication, 1.1, 91-112

Haut de page

Notes

1 Les transcriptions et les traductions du corpus sont le résultat de notre travail à partir des sources :

https://www.youtube.com/watch?v=tKiwp1u780g

https://www.youtube.com/watch?v=r_wPDDidTPc

Les caractéristiques para-verbales ou suprasegmentales n’ont pas été marquées.

2 Les failles de l’archive en ligne de La Stampa ont empêché une consultation fiable, ce qui nous a obligé à l’écarter de nos sources.

Les articles et déclarations cités ont été traduits par nos soins.

3 En août 2019, La Lega (partis de la majorité) présente une motion de défiance contre Conte ; bien qu’elle soit rapidement retirée, le PM démissionne. Le M5S, le Parti Démocratique (PD), Liberi e Uguali et MAIE sallient et forment une majorité qui permet au Président de confier à Conte la formation dun nouveau gouvernement.

4 Lors des élections de 2018 le M5S obtient 32% des votes contre les 18% du PD et les 17% de La Lega. Au début de 2020 les sondages (Ipsos) sur l’intention de vote inversent les scores entre Lega (désormais dans l’opposition) et M5S, tandis que le PD atteint les 20%.

5 C’est-à-dire en dehors des accords économiques que l’UE a souscrits avec la Chine.

6 L’OMS souligne que « les autorités italiennes mettent en œuvre des mesures conformes à la stratégie globale de contention » (Il Corriere della Sera 27.2.20). Et encore, pendant l’été 2020, nombreuses sont les félicitations internationales adressées à l’Italie pour sa gestion de la crise.

7 Malgré cette affiliation d’un membre de la majorité avec un membre de l’opposition, seul Salvini invoque la crise de l’exécutif en vue de nouvelles élections, d’après les sondages il y serait le favori. Alors que Renzi, qui vient de fonder son nouveau parti, ne peut pas aspirer au succès électoral dans un laps de temps aussi court. Son œuvre de déstabilisation se limite au jeu de forces internes à la coalition (Il Corriere della Sera 4.2.20).

8 C’est un commentaire du ministre Boccia, tandis que d’autres interprètent ce calme du PM comme une stratégie pour garder son siège. Quelle que soit la raison qui porte Conte à pratiquer la patience, elle semble néanmoins atteindre sa limite le 10 avril, quand il attaque les leaders de l’opposition Salvini et Meloni.

9 C’est un mensonge parce qu’il n’y a pas de coopération harmonieuse entre les parties. Mais il serait aussi blanc car il est proféré pour le bien des sujets auxquels il est adressé, les citoyens.

10 Conte très actif sur les réseaux sociaux est aussi tributaire d’une image charismatique comme le signale le phénomène médiatique tout à fait inédit de Le bimbe di Giuseppe Conte. Nombreuses internautes, des jeunes filles surtout, célèbrent le PM comme un sex-symbol dans le format du fandom.

11 https://tinyurl.com/3s2kzjwr

12 Ce qui marque une fluctuation importante puisque par le passé c’était Renzi qui prônait Conte contre les résistances du PD (Il Foglio 15.1.21).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caterina Scaccia, « Une construction interdiscursive : la légitimité et l’autorité dans les premières conférences de presse de Conte sur la Covid-19 »Argumentation et Analyse du Discours [En ligne], 28 | 2022, mis en ligne le 25 avril 2022, consulté le 21 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/aad/6159 ; DOI : https://doi.org/10.4000/aad.6159

Haut de page

Auteur

Caterina Scaccia

Université de Tel-Aviv, ADARR

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Argumentation & analyse du discours est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo ADARR Tel-Aviv
  • Logo Université Tel-Aviv
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search