Navigation – Plan du site

AccueilNuméros28Stratégies rhétoriques de légitim...

Stratégies rhétoriques de légitimité et d’autorité en temps de Covid-19: Le cas de la PM belge Wilmès

Rhetorical strategies of legitimacy and authority in times of Covid-19 : the case of Belgian PM Wilmès
Irit Kornblit
Traduction(s) :
Rhetorical strategies of legitimacy and authority in times of Covid-19: The case of Belgian PM Wilmès [en]

Résumés

Nous analysons les discours de la Première Ministre belge Sophie Wilmès au cours du mois de mars 2020, au début de la crise sanitaire du Coronavirus, ainsi que sa couverture médiatique. Nous examinons par quels moyens rhétoriques la PM construit son autorité et la légitimité des mesures sanitaires imposées au public, en prenant en compte le contexte particulier de la culture politique belge. Wilmès construit un ethos collectif d’unité au niveau fédéral et expert, établit un lien d’empathie avec la population et appelle à la solidarité. Elle évite le pathos et la métaphore de guerre, utilise des arguments rationnels et construit un auditoire hétérogène.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’irruption de la crise sanitaire en Belgique arrive en pleine crise politique. Devant l’impossibilité de former un gouvernement de majorité depuis décembre 2018 à cause de l’incompatibilité idéologique entre la Flandre et la Wallonie et de l’affaiblissement des grands partis traditionnels (Faniel et Sägesser 2020 : 8), le pays fonctionne pour la deuxième année consécutive sous un gouvernement minoritaire en affaires courantes. À la tête de ce gouvernement : Sophie Wilmès, première femme à tenir le poste de PM en Belgique et nommée quatre mois plus tôt par son prédécesseur Charles Michel lorsque celui-ci assume la présidence du Conseil Européen. Pratiquement inconnue des Belges, on peut juger que son point de départ en matière de légitimité et d’autorité personnelle n’est pas aussi optimal que celui d'Emmanuel Macron ou d'Angela Merkel.

2Nous nous proposons de poser un regard d’analyste du discours et de l’argumentation sur la construction discursive de l’autorité et de la légitimité en situation de crise politique. Nous explorons les questions suivantes : comment la Première Ministre belge Sophie Wilmès renforce-t-elle sa légitimité, et construit-elle celle des règles sanitaires strictes concernant le Coronavirus auprès de la population dans ses discours ? Comment se construit-elle un ethos discursif d’autorité alors que le public la connaît à peine, et tente-t-elle de se faire écouter et obéir ? Mais aussi, comment la culture politique belge, caractérisée par une multitude de communautés langagières et culturelles et nécessitant ainsi de larges coalitions multicolores, informe-t-elle cette construction de légitimité et d’autorité ? Enfin, la Belgique étant, géographiquement, un petit pays, comment Wilmès se positionne-t-elle vis-à-vis des discours de ses voisins politiques plus dominants et connus de longue date, Emmanuel Macron et Angela Merkel ?

3Le corpus analysé comprend les trois premiers discours de la PM diffusés à la télévision, annonçant les mesures de distanciation sociale au niveau fédéral en mars 2020. Le discours rhétorique cherchant à être efficace auprès de son auditoire, prétendant agir sur lui en changeant ses états mentaux (Danblon 2006 : § 3), nous avons également analysé la couverture de ces discours par la presse écrite belge contemporaine, nationale et régionale, en néerlandais et en français, afin d’en saisir la réception, l’évaluation et l’interprétation auprès des médias.

4La culture politique en Belgique

5La Belgique est un état fédéral composé de trois régions : Région flamande (57,6 % de la population), Région wallonne (31,9%) et Bruxelles-Capitale (10,5%). Trois communautés traversent ou superposent ces régions selon une division linguistique-culturelle : les communautés flamande, francophone et germanophone. Chacune des entités fédérées possède son propre parlement et gouvernement. Le gouvernement et le parlement au niveau fédéral n’ont pas de pouvoir exclusif sur les entités fédérées, mais conservent cependant certaines compétences, parmi lesquelles figure la santé publique (Service public fédéral belge 2020).

6Le fédéralisme belge est complexe et fragile (Vandermotten 2020 : 4) : sur de nombreux sujets la Flandre et la Wallonie s'opposent sur de nombreux sujets, au point qu’il est devenu impossible de former un gouvernement sans coalition entre plusieurs partis antagonistes. Cette réalité a donné lieu à la culture politique pragmatique du « compromis à la belge », qui se caractérise par les gouvernements dits « arc-en-ciel » ou « Vivaldi » (Faniel et Sägesser 2020 : 7, note 4). Or, au moment de l’irruption de la crise sanitaire, un gouvernement minoritaire d’intérim fonctionne depuis près de deux ans en raison de l’impossibilité de former un gouvernement négocié. La devise nationale « L’union fait la force » apparaît alors « décalée face à la réalité » (Vandermotten 2020 : 18). Face à cette crise institutionnelle, la stratégie rhétorique de Wilmès se caractérisera toutefois par un appel à l’unité, mise en scène dans sa performance comme dans son discours.

  • 1 Van de Woestyne (2020).

7Mars 2020, « la crise dans la crise1 »

  • 2 « Fédéral et Régions resserrent les rangs », La Libre Belgique, 3 mars 2020.
  • 3 Ainsi le bourgmestre d’Anvers, Bart de Wever, refuse de suivre les recommandations du fédéral (Fani (...)

8L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) annonce un état d’urgence de portée internationale le 30 janvier 2020. Le 1er mars, la première citoyenne belge est testée positive au Coronavirus. La PM Wilmès forme, le lendemain, un comité extraordinaire réunissant les ministres-présidents des régions et des communautés2. Bien que la Ministre fédérale de la Santé, Maggie De Block, parle encore d’une « grippe légère » à la séance plénière du 5 mars, la semaine suivante, l’atmosphère change et le gouvernement finit par « recommander », le 9 mars, des rassemblements de moins de 1000 personnes et le télétravail au niveau fédéral. « Recommander », car le gouvernement n’est pas encore investi du pouvoir législatif lui permettant d’« interdire » réellement au niveau fédéral : les gouverneurs ou bourgmestres décident encore des mesures selon ce que bon leur semble3 ; il n’y a pas encore de coordination autorisée des mesures sur le plan fédéral (Faniel et Sägesser 2020 : 15).

  • 4 Le CNS comprend les ministres fédéraux pertinents et les ministres-présidents des régions et des co (...)

9Le 11 mars, le Conseil National de Sécurité4 (CNS) est formé pour la première fois depuis les attentats terroristes de 2015. L’analogie en dit long sur la situation de crise ressentie, sur la lutte menée contre des forces qui semblent imprévisibles et incontrôlables. Le lendemain, les premiers morts sont annoncés (trois morts, 399 malades), le Conseil tient sa première réunion, et la PM prononce son premier discours. Nous analyserons ce discours du 12 mars (discours I) annonçant les mesures de distanciation, qui incluent la continuation du télétravail, la fermeture des écoles et celle des magasins durant le week-end. Nous analyserons aussi le discours du 17 mars (discours II), jour de la formation d’un nouveau gouvernement exécutif Wilmès II, annonçant la validité législative des mesures précédemment « recommandées » et comprenant, pour la première fois, des sanctions. Les magasins non-essentiels fermeront à présent également en semaine. Enfin, le discours du 26 mars (discours III), après que de nouveaux pouvoirs exécutifs ont été délégués au gouvernement par la Chambre des Représentants, annonce la prolongation des mesures de deux fois deux semaines, soit un mois.

1. Cadre théorique et méthodologique 

1.1. Autorité, légitimité et rhétorique

10La légitimation du pouvoir qu’exerce l’État sur les citoyens repose, selon Weber (1970 : 78), sur trois types d’autorités : celle de la tradition, celle du charisme personnel du chef politique et celle de la loi, conférant le droit à l’exercice de la violence et la domination. L’autorité est donc un contrat implicite entre dominants et dominés fondé sur la légitimité. « L’autorité est un pouvoir légitimé » maintiennent aussi Hannah Arendt (1966 : 97) et Marc Angenot (2013 : 8). Or pour ces derniers, l’autorité exclut la force physique et la coercition (Angenot ibid. ; Arendt 1966 : 93) : elle est, au contraire, liée à la confiance, la crédibilité et le crédit fondé sur le raisonnable (ibid. : 6, 10). Rien ne nous contraint à l’accepter, sauf le libre raisonnement du citoyen et la doxa : nous sommes libres de le faire, ou de la rejeter. On pourrait argumenter, comme le fait Arendt (ibid. : 93), que l’autorité se fonde sur une hiérarchie et qu’elle exclut, de ce fait, le besoin de persuasion. Cependant la nécessité de justifier aux yeux des citoyens les mesures adoptées pour qu’ils les acceptent de leur plein gré, de leur inspirer confiance et de se donner une crédibilité, inscrit la construction verbale de l’autorité dans le champ de la rhétorique. Il en va de même de la légitimité : le dirigeant a besoin non seulement de la manifester dans les formes institutionnelles accréditées, mais aussi de montrer qu’il respecte le bien public et les valeurs de la communauté, en l’occurrence les valeurs démocratiques, sans lesquelles sa légitimité ne peut être reconnue.

1.2. Légitimité en temps de crise

11La légitimation est liée aux pratiques institutionnelles et justifie l’ordre institutionnel (Berger et Luckmann 1966 : 111, van Leeuwen 2007 : 92). Qu’arrive-t-il alors à la légitimité institutionnelle en temps de crise ? Nous définissons un état de crise comme une situation où « les responsables politiques sont confrontés à une grave menace sur les structures de base ou les valeurs et les normes fondamentales d’un système, ce qui, sous pression de temps et dans des circonstances très incertaines, nécessite la prise de décisions essentielles » (Rosenthal et al. 1989 : 10, v. aussi Boin et al. 2017 : 5). En régime démocratique, le droit à la vie, le droit à la liberté de mouvement et le droit à l’interaction sociale sont des valeurs fondamentales menacées lors de la crise du Coronavirus et des prescriptions gouvernementales qui l’accompagnent. Il n’est donc pas étonnant que pour Boin et al. (3), les crises portent fatalement atteinte à la légitimité des institutions publiques. D’où la question de savoir comment les institutions politiques légitiment ces entraves aux fondements démocratiques.

12Dans la communication de crise, un des devoirs des leaders politiques est de calmer les esprits et d’inspirer à nouveau confiance dans le système en un moment de stress collectif (Boin et al. 2017 : 3). Le leader doit communiquer clairement dans une situation caractérisée par un manque aigu d’informations et de données complètes. Une des manières de le faire est le meaning making – offrir aux citoyens un cadrage de la situation, un « message persuasif » convaincant, efficace et inspirant (ibid. : 15, 80). Ce message doit être factuellement correct, offrir des conseils praticables, montrer de l’empathie et inspirer la confiance.

13Tout cela se passe dans le contexte de la « cacophonie de voix » (ibid. : 18) qu’est aujourd’hui l’espace public, avec les médias classiques et nouveaux, qui offrent en temps réel leur propre vision et interprétation de la situation et de ce qui doit être fait. Le dirigeant politique doit rivaliser avec cette polyphonie pour le cadrage de la situation s’il veut être entendu et suivi dans ces moments de crise (ibid. : 79-80) ; il ne peut s’en remettre à sa crédibilité pré-crise. Afin de maintenir sa légitimité auprès du public, il doit fournir un cadre d’interprétation à la crise dans une fenêtre de temps limitée et précise, avant que d’autres voix dans l’espace public ne s’emparent du récit légitime (ibid.).

14La construction de la légitimité dans le discours fait donc partie du message persuasif, convaincant et inspirant que doit donner le leader politique en cas de crise, mais elle joue aussi un rôle dans le renforcement de son autorité, qui se trouve lésée dans cette situation. Dans une optique de communication de crise, la communication du dirigeant politique doit inclure non seulement le message ou le récit qu’il veut transmettre mais aussi la performance de cette communication : celle-ci implique la communication verbale comme le ton et la langue, la communication non-verbale comme la posture, la gestuelle et l’expression du visage, la communication visuelle comme des images diffusées et le contexte de communication, comme la mise-en-scène et le timing. Nous analyserons ces aspects discursifs et performatifs de la communication de Wilmès dans ses discours diffusés sur les chaînes officielles et sur YouTube, ainsi que dans leur couverture discursive et visuelle dans les quotidiens belges nationaux et régionaux suivants du 12 au 31 mars : De Morgen, De Standaard, Gazet van Antwerpen, Het Laatste Nieuws, La Dernière Heure-Les Sports, La Libre Belgique et Le Soir.

2. Ethos d’union : « L’union fait la force »

  • 5 Nous distinguons ici l’ethos préalable de l’ethos discursif (Amossy 1999). L’ethos préalable est l’ (...)

15Wilmès construit un ethos personnel5 rationnel, pragmatique et centré autour de la coopération, ainsi qu’un ethos collectif d’unité qui se joue à quatre niveaux : (1) au niveau fédéral, par la coopération entre les différentes communautés et régions ; (2) à travers l’affichage de la confiance et la coopération entre politiques et experts ; (3) entre Wilmès et la population belge, par l’expression de l’empathie et (4) au sein du peuple, par l’appel à la solidarité.

2.1. Unité au niveau fédéral : renforcement de la légitimité

16La devise belge L’union fait la force, on l’a vu, masque une réalité de morcellement politique et de division linguistique et culturelle. Or la crise sanitaire nécessite le recours à des mesures prises au niveau fédéral, soit national. Contrairement à l’Allemagne voisine, qui est également un état fédéré (quoique moins divisé) où Angela Merkel est chancelière depuis 15 ans, Sophie Wilmès est à peine connue par le public. Elle renforce donc sa légitimité fragile en construisant l’image d’un gouvernement national uni et d’une équipe dirigeante bien soudée, sur le plan tant discursif que visuel. Les discours de presse se font ainsi généralement à la sortie des réunions du Conseil national de Sécurité, dans un débriefing qui témoigne de la transparence : la PM se présente comme ne faisant que transmettre et communiquer ce qui vient d’être discuté et débattu en équipe.

17Cette image d’unité apparaît aussi au niveau de la performance : Wilmès prononce son discours assise au centre d’une longue table, entourée des membres du CNS. Elle l’indique d’ailleurs explicitement lors du discours II :

Il faut garder à l’esprit que les décisions sont issues d’un accord entre toutes les entités du pays au sein du Conseil national de Sécurité. C’est une collaboration forte qui s’est installée entre nous […] et comme vous pouvez le constater [indique les présents à la table], nous sommes ici représentants du fédéral, des entités fédérées, régions et communautés.

  • 6 https://youtu.be/uSZFA0xLQsQ (consulté le 10 mars 2022). Pour une analyse de la construction de l’a (...)
  • 7 « Compromis à la belge », Het Laatste Nieuws, 13 mars 2020 ; De Standaard 2020.

18Sophie Wilmès se montre comme membre d’une équipe, non seulement dans son positionnement dans l’espace, mais aussi dans son allocution et dans sa gestuelle : elle indique ses collègues de la main lorsqu’elle dit « comme vous pouvez le constater », forçant ainsi la caméra à dézoomer pour montrer tous les membres de l’équipe. C’est tout le contraire d’Emmanuel Macron, qui manifeste son statut en prononçant ses discours à l’Élysée, filmé en close-up6. La représentation visuelle de l’équipe belge autour d’une table sera publiée le lendemain dans les journaux7, ce qui contribue encore à la construction de l’ethos collectif unifié du gouvernement.

  • 8 Parti flamand conservateur et séparatiste, promouvant une Flandre indépendante.

19Un exemple supplémentaire de l’ethos d’union et de compromis construit dans la performance provient du discours I : la PM est flanquée, des deux côtés, par deux ministres-présidents mutuellement antagonistes, le représentant de la Région wallonne, Elio di Rupo (Parti Socialiste), et le représentant de la Région flamande, Jan Jambon (N-VA8). Les deux s’opposaient, lors de la réunion précédant au discours, autour de la question cruciale de la fermeture des écoles. Di Rupo, prenant la France pour modèle, était pour la fermeture, tandis que Jambon était contre. Le consensus adopté après de longues heures de discussion et de consultation était de suspendre les cours, mais de garder les écoles ouvertes comme garderies pour les parents travaillant dans les emplois indispensables et ne trouvant pas de solution pour la garde de leurs enfants. Le positionnement de la PM au centre, entourée de membres du gouvernement aux attitudes opposées, transmet un message fort d’unité. On ressent néanmoins la tension lorsqu’elle annonce les mesures concernant les écoles en ajoutant : « ça se passera comme ça, c’est la décision que nous avons prise », en regardant Jan Jambon, qui y était opposé, du coin de l’œil.

20Certains journalistes voient dans la durée exceptionnelle de la réunion (ils attendent quatre heures dans la salle, et apprennent entre temps les mesures communiquées par Macron dans le journal de 20h) précédant le discours un signe de désaccord et de conflit. Par exemple, le lendemain, l’éditorial de La Libre Belgique (journal de centre-droite, conservateur-catholique) critique le manque d’unité dans le gouvernement belge par rapport à la France, évaluée positivement : si en France, Macron a déjà détaillé toutes les mesures, en Belgique, dit l’éditorial, le Conseil national de Sécurité « a éprouvé les pires difficultés à définir des mesures pour tout le pays. Le Nord et le Sud n’ont pas la même lecture des événements : c’est la crise dans la crise » (van de Woestyne 2020).

21Il y a toutefois aussi une réception positive de l’image d’unité que Wilmès entend projeter, surtout à partir du 18 mars, après son second discours : ainsi l’expression « compromis à la belge » figure, en français, le 13 mars et le 18 mars dans le quotidien flamand Het Laatste Nieuws, le journal le plus vendu en Belgique (env. 300.000). Le quotidien La Dernière Heure – Les Sports écrit, suite au discours II : « Pour la première fois depuis des lustres le pays donne une image d’unité » (Marneffe 2020), citant ensuite un collègue de Wilmès qui dit : « Elle recherche constamment le consensus, et ne casse jamais le dialogue ». Pour l’éditorial du Soir du 18 mars, Wilmès a donné, dans son discours, « l’image de l’unité » (Delvaux 2020). Même la rédaction du Gazet Van Antwerpen, journal régional anversois conservateur-catholique et provenant donc d’un camp politique très différent de la PM, écrit que la Belgique a choisi « la voie du bon sens », la règle du milieu et que le gouvernement agit en unité (Hendrikx 2020). Il apparaît que dans ce premier moment de la crise, caractérisé dans les crisis studies de fenêtre de temps où tous se « rallient autour du drapeau » (Boin et al. 2017 : 86), les médias se rallient derrière le gouvernement Wilmès chargé de gérer la crise.

22L’unité chez Wilmès ne signifie pas manque de différends. Dans un entretien publié dans l’édition du weekend de La Libre Belgique, les journalistes posent explicitement la question du dissensus autour de la fermeture des écoles. A la question « Il y aurait une opposition entre Flamands et francophones sur l’opportunité de suspendre les cours dans les écoles. Est-ce juste ? » Wilmès répond en reformulant « opposition » en « discussions », ramenant la pratique de la discussion et du désaccord aux valeurs positives de la démocratie (Amossy 2014 : 13) :

Y a-t-il eu des discussions sur les écoles ? Bien sûr. Y a-t-il eu des discussions sur l’Horeca [hôtels, restaurants, cafés] ? Bien sûr. Y a-t-il eu des discussions sur le respect des libertés ? Bien sûr. Mais ce qui compte à la fin, c’est que l’on puisse présenter ensemble des mesures avec l’adhésion de tous (Chardon et Gérard 2020 : 5).

23Wilmès met l’accent sur l’« ensemble » et le « tous » et met donc en avant l’aspect collectif de l’autorité.

2.2. Autorité experte : collégialité

24Wilmès souligne aussi, comme le font d’autres dirigeants politiques, la collaboration avec les experts virologues, lorsqu’elle note que « les décisions sont motivées par l’excellent travail fourni par nos scientifiques et nos experts médicaux et suivent attentivement la situation ici, mais aussi à l’étranger » (discours II). Dans l’entretien mentionné plus haut, Wilmès souligne encore sa confiance dans les experts, qu’elle désigne comme « des experts scientifiques de grande renommée, qui connaissent leur métier et qui ont démontré depuis le début de la crise qu’ils n’avaient pour nature ni d’exagérer la situation, ni de la minimiser » (Chardon & Gérard 2020 : 4). L’autorité des scientifiques est indiquée par leur désignation composée du nom « experts », de l’adjectif « scientifique » et du groupe adverbial « de grande renommée », et par l’évocation de leur expérience professionnelle, au-delà de leur renom : ils « connaissent leur métier » et l’ont « démontré ». Elle légitime ainsi les mesures fortes demandées du public par l’appel à l’autorité de ces experts, lorsqu’elle poursuit : « Quand on travaille avec ce type de groupe, cela vous donne la conviction que, si on vous demande de prendre des mesures fortes, comme des entraves à la liberté, il faut le faire. Je suis sereine […] » (ibid.).

25Ici aussi, la question du dissensus et du désaccord – cette fois au sein de la communauté experte – est soulevée par les journalistes. Wilmès répond à nouveau en soulignant la force du groupe et la valeur positive de la dissonance et du débat lorsque celle-ci est accompagnée de respect, par le groupe adverbial « de manière collégiale ». La dissonance « fait partie de la démocratie », n’est donc nullement négative ni ne sape l’autorité des experts :

Vous trouverez toujours de experts avec des avis différents. C’est pour cela que nous reposons sur l’avis d’un groupe de scientifiques qui, de manière collégiale, vont proposer une série de mesures. […] s’il y a sur les réseaux sociaux des voix dissonantes, cela fait partie de la démocratie (ibid.).

  • 9 Pour la construction d’un ethos de crédibilité et de l’autorité experte en temps de pandémie par l’ (...)

26La collégialité des experts est mise en opposition avec les « voix dissonantes » des « réseaux sociaux », construisant une image plus unie du côté des experts9. Cette image de collégialité est reprise dans Le Soir du 18 mars, qui qualifie les mesures répétées la veille (discours II) de « décision collégiale […] “motivée par le travail des scientifiques et des experts médicau” » (Ponciau 2020). Le Soir cite encore une chercheuse de l’UC Louvain, Annalisa Casini, pour qui Wilmès a un comportement politique dans « le dialogue et la négociation, plutôt que dans l’opposition. Elle cherche le consensus et se profile comme suivant les recommandations des experts, ce qui conforte encore plus son aura » (« À l’écoute, diplomate, mais ne lui marchez pas sur les pieds », Le Soir, 21 mars 2020).

27Cette manifestation de partage d’autorité et de coopération, tant au niveau fédéral, entre les différentes régions antagonistes, qu’entre politiques et experts, contribue au message d’unité que veut donner la PM. Elle attend, en effet, cette même unité des citoyens. Elle fait cela en construisant d’une part, dans son discours, une relation d’empathie, d’écoute, et de coopération entre le gouvernement et le peuple et, d’autre part, un sentiment de solidarité entre les citoyens.

2.3. Union entre Wilmès et le peuple : la construction d’un ethos empathique

  • 10 Wilmès alterne dans ses discours entre le français et le néerlandais. Je traduis tout au long de l’ (...)

28Wilmès construit une relation d’union non seulement entre les décisionnaires, mais aussi entre elle-même et le peuple. Prenons comme exemple le discours II. Wilmès remercie d’abord de leur patience les journalistes qui ont dû attendre avant d’entrer dans la salle : « Je veux tout d’abord remercier les journalistes ici présents pour leur compréhension… Nous avons dû limiter l’entrée à la salle de presse, afin de pouvoir suivre les instructions le mieux possible, évidemment » (discours II, je traduis10). Elle montre ainsi qu’elle perçoit l’inconfort des journalistes et, en même temps, qu’elle ne s’exempte pas des règles de distanciation : elle donne l’exemple et se met au même niveau que tout le monde. Elle exprime ensuite de l’empathie envers les citoyens face aux mesures en vigueur depuis vendredi et les remercie de leurs efforts. Ce n’est qu’après avoir établi ces relations que Wilmès annonce le renforcement des mesures. Elle termine par un renouveau de démonstrations d’empathie et de reconnaissance envers le public et le personnel soignant.

29L’empathie, écrit Gérard Jorland (2004 : 20), consiste à « se mettre en place de l’autre sans forcément éprouver ses émotions » et constitue le fondement de l’éthique et du rapport à l’autre. Sur le plan langagier, dit Alain Rabatel (2013), le locuteur n’exprime pas directement ses émotions : il les impute à l’autre – celui avec qui il éprouve de l’empathie – et envisage les choses de son point de vue. Il prête ainsi sa voix à un autre pour envisager une situation à sa place. Ainsi, après l’annonce de nouvelles mesures ou la prolongation d’anciennes, Wilmès montre qu’elle voit les citoyens, ses interlocuteurs imaginés, dans leur détresse, et qu’elle reconnaît la difficulté des mesures qu’elle impose. Elle recourt au pronom personnel à la première personne au singulier (« je sais », « je suis consciente », « je vois ») et renforce ainsi plus encore le lien qu’elle cherche à établir entre elle-même et le peuple. Les illustrations suivantes sont toutes extraites du discours II :

Je suis consciente que les décisions que je viens d’énumérer sont très difficiles […].

Je suis pleinement consciente de l’effort qui vous est demandé et je mesure sa difficulté

 […] je sais que c’est très difficile.

  • 11 « À l’écoute, diplomate, mais ne lui marchez pas sur les pieds », Le Soir, 21 mars 2020.

30Cette attitude est remarquée par un journaliste du Soir (Bourton 2020) qui y voit une stratégie du discours de crise, selon laquelle « il faut d’abord être éducatif et empathique avant d’être répressif ». Dans la littérature de gestion de crise, l’empathie est effectivement recommandée au stade initial (Kuipers et ‘t Hart 2014 : 593-595 ; Reynolds & Seeger 2005 ; Seeger et al. 2020 : 402, 406). Que ce soit là un choix stratégique ou personnel de Wilmès, la presse remarque en tout cas son empathie et cela fait donc partie de son image. Ainsi, Le Soir11 rapporte que « dans son entourage, on confirme la volonté de la Première de mettre l’accent sur l’empathie. Elle s’implique personnellement dans l’écriture à chaque fois et n’hésite pas à sortir de son texte pour partager ses sentiments ». La Libre Belgique remarque aussi, dans un article de profil de la PM, que « l’autorité de l’actuelle locataire du ‘16’ se teinte d’empathie. […] Adepte du soft power, cette façon de convaincre en douceur, elle voulait envelopper les citoyens belges, leur montrer qu’ils n’étaient pas seuls » (Chardon 2020).

31Wilmès se dépeint en position d’écoute des concitoyens : les règles ne sont pas rigides. Ceci démontre une attitude raisonnable, non-autoritaire, venant à la rencontre des besoins du peuple. Ainsi, lorsqu’elle annonce la fermeture des écoles, elle souligne qu’une option a spécialement été trouvée pour les parents qui travaillent et qui ne disposent pas de solution de garde pour les enfants en bas âge (étant donné que les grands-parents font partie de la population en danger et qu’il leur est interdit de garder leurs petits-enfants) : les écoles garderont ces enfants-là.

Les cours sont suspendus. L’encadrement des enfants sera assuré au moins [elle accentue] pour les personnes qui travaillent eux-mêmes dans le domaine des soins, pour les enfants dont il n’est pas possible d’organiser une garde autre que par des personnes âgées. […] Et quand je dis « au moins », ça veut dire qu’il ne s’agit pas d’une règle rigide, il s’agit de faire en sorte que […] les parents qui se trouvent en difficulté soient quand-même rencontrés dans leur difficulté (discours I)

32La « difficulté » des parents est donc reconnue et ils seront « rencontrés dans leur difficulté ». La flexibilité de la règle est soulignée dans le métadiscours : « quand je dis ‘au moins’, ça veut dire qu’il ne s’agit pas d’une règle rigide ». Cette réflexivité dans le discours, cette flexibilité et cette reconnaissance des différentes situations individuelles construit l’image de quelqu’un qui est à l’écoute, qui voit ses concitoyens dans leur détresse.

2.4. Unité au sein du peuple : justification des mesures par l’appel à la solidarité

33Sophie Wilmès construit son auditoire en tant que peuple solidaire de plusieurs manières.

34Elle appelle explicitement à la solidarité à la fin de ses discours. Ainsi dans le discours I elle fait appel à « notre esprit de cohésion et notre solidarité » ; dans le discours II elle appelle à l’ « entre-aide vis-à-vis de nos familles, vis-à-vis de de nos amis et de nos proches » et termine chaque discours par « Prenez soin de vous, prenez soin des autres ». Cette phrase sera d’ailleurs immédiatement reprise par les médias, par exemple dans la note du rédacteur en chef du Soir où il informe le public que la rédaction travaille à domicile : il termine sa note par « prenez-bien soin de vous et de vos proches » (Berti 2020).

35Sophie Wilmès construit aussi son auditoire comme solidaire en soulignant le travail de ses membres pour le collectif, par le biais de l’expression de gratitude. C’est aussi un moyen de construire un lien avec les citoyens en reconnaissant chacun dans son effort :

Je tiens à remercier le personnel soignant […] des milliers d’hommes et de femmes sont inquiets [à cause du manque de masques], sont stressés, sont fatigués, mais malgré tout cela, ils et elles continuent à soigner les patients, et je les remercie du fond du cœur (discours III, je traduis).

Je salue également toutes les personnes qui font fonctionner ce pays au quotidien. […] Que vous soyez conducteur de bus, agent de police, […] emplo‎yé dans un magasin alimentaire ou travaill[eur] dans un service de sécurité […] votre rôle est essentiel dans notre société et nous vous remercions aussi pour votre travail (discours III).

36L’usage du « je » (« je tiens à remercier », « je salue ») établit un lien personnel entre Wilmès et le peuple, tandis que l’usage du « nous » (« nous vous remercions »), dans le deuxième extrait, attire l’attention sur l’aspect collectif et solidaire de leur effort (« votre rôle est essentiel dans notre société »). Elle fait également appel aux médias : « je vous encourage vous aussi les médias […] à contribuer à limiter la propagation du virus » (discours I), et les inclut ainsi dans l’effort collectif.

3. Rationalisme et pragmatisme

3.1. Évitement de la rhétorique de guerre

37Les arguments avancés par Wilmès afin de justifier les mesures sont majoritairement de nature rationnelle et pragmatique. Elle ne fait pas appel aux émotions : ni à la peur, ni aux analogies avec les attentats terroristes de 2015, ni aux métaphores de guerre, ces dernières pourtant très présentes dans les discours politiques et médiatiques liés à la Covid-19 à travers le monde (Benziman 2020, Castro Seixas 2021, Dada et al. 2021, Musolff 2022, Wodak 2021). Cet évitement est d’ailleurs immédiatement remarqué et commenté dans les médias. Ainsi Le Soir du 19 mars rapporte :

Lors de sa conférence de presse d’annonce des mesures renforcées pour lutter contre le coronavirus, la Première ministre n’a jamais prononcé les mots lockdown ou confinement. […] Reste un troisième terme soigneusement évité. Le mot guerre, utilisé à foison par Emmanuel Macron dans son allocution. La Première ministre, nous dit-on, […] a voulu l’éviter. « Elle estimait que ce n’était pas à propos. Elle sentait que le besoin de la population n’était pas de se sentir encore plus attaquée. Elle a voulu travailler dans un registre plus rassurant, empathique », nous dit-on à bonne source (Demonty 2020).

38Le registre et l’argumentation rationnelle peuvent être dus à trois facteurs :

391) Le style personnel de Wilmès : ainsi la presse rapporte l’évitement de la rhétorique de guerre comme un choix personnel de Wilmès (Demonty 2020) et parle d’un « style Wilmès », souvent en comparaison avec Macron :

La crise du coronavirus a mise en lumière un style Wilmès, une manière d’exercer le pouvoir. Emmanuel Macron parle de guerre dans une allocution solennelle, la Première ministre belge adopte volontairement un ton pédagogique, bienveillant, raisonnable (Chardon 2020).

Elle n’est pas dans le registre de la culpabilité ou du vocabulaire belliqueux d’un Emmanuel Macron par exemple » (« À l’écoute, diplomate, mais ne lui marchez pas sur les pieds, Le Soir, 21 mars 2020).

  • 12 Pour une discussion d’une politique genrée, voir Baider et Constantinou (2022).

402) Une politique genrée12 : les comparaisons a contrario avec Macron (cf. La Dernière Heure-Les Sports 2020) invitent aussi à poser un regard genré sur la question de l’évitement du registre de guerre. Un article de profil de La Libre Belgique interprète son style politique comme féminin : l’article commence par la comparer à Margaret Thatcher, en citant cette dernière, qui disait : « En politique, si vous voulez des discours, demandez à un homme. Si vous voulez des actes, demandez à une femme ». Cette formule, dit le journaliste, conviendrait parfaitement à Wilmès qui « n’apprécie ni les slogans qui font mal, ni l’idéologie qui corsète » (Chardon 2020). Le journaliste poursuit encore : « Elle a une réelle touche féminine » et « [l]a cheffe du gouvernement fédéral est aussi la maman de trois enfants » (ibid.). Cette couverture journalistique interprète donc son style de communication politique comme féminin (v. aussi De Maet 2020).

41Une recherche menée par Dada et al. (2021) sur un corpus de la même période, mars 2020, et composé des discours politiques de chefs d’États au sujet de la Covid-19 sous l’angle du genre montre qu’il y aurait, en effet, un « discours politique féminin » du coronavirus. Cette analyse de 122 discours politiques de dix femmes et dix hommes dirigeants politiques liés aux mesures de la Covid-19, avec 61 discours pour chaque camp, conclut que les femmes recouraient significativement moins à la rhétorique de guerre et se centraient plutôt sur l’expérience quotidienne des citoyens. L’article dans le présent numéro traitant d’Angela Merkel (Siess et Amossy 2022) montre également combien celle-ci a mis en valeur l’élément humain, insistant sur les difficultés au quotidien en s’incluant parmi ses concitoyens.

423) La culture politique belge : celle-ci est marquée par le pragmatisme et le rationalisme (Vandermotten 2020 : 121). Ainsi, dans le registre du discours de crise, Wagener (2018) a comparé les discours post-attentats de dirigeants français et belges en 2015 et 2016 et a remarqué que le discours de l’exécutif belge, en comparaison avec son voisin français, était exempt d’une rhétorique patriotique ou guerrière et se focalisait au contraire sur le vivre-ensemble et les victimes. On pourrait prudemment envisager une culture politique de communication de crise centrée sur le pragmatique et le compromis plutôt que sur les métarécits.

3.2. Les phases : pour une programmation rationnelle

43Une des manières de maintenir le calme est de montrer que tout se poursuit d’après le plan établi, soit par les « phases » pensées à l’avance par le Centre de crise. Ainsi Wilmès présente la situation de crise comme étant « sous contrôle », là où une situation de crise, par définition, est chaotique, imprévisible et inquiétante. Elle dit, à chaque fois, dans quel stade anticipé l’on se trouve et à quelle étape, prévue selon un plan d’action rationnel, correspondent les nouvelles mesures.

Nous restons, sur le plan sanitaire, en phase 2. La phase 2 […] c’est bien la phase où nous essayons de contenir la dispersion et la multiplication du virus dans notre pays. (discours I)

Si certains peuvent s’interroger sur la pertinence des mesures prises il y a quelques jours, […] eh bien je pense que c’est la démonstration que l’on rentre parfaitement dans la dynamique que l’on s’est instaurée, à savoir : monitorer en temps réel la situation et prendre immédiatement les réponses nécessaires, efficaces et proportionnées au moment venu (discours I).

44« On rentre parfaitement dans la dynamique que l’on s’est instaurée » s’oppose au manque de contrôle et à la perte de repères que provoquent la pandémie et les mesures de distanciation, qui bouleversent le quotidien et les valeurs démocratiques essentielles. De plus, l’incessante modification des mesures se présente ainsi, non pas comme un signe de chaos, un manque de planification ou de leadership mais, au contraire, comme une attitude rationnelle, pragmatique et efficace qui suit la situation de près et la gère en temps réel. Les adjectifs « nécessaires, efficaces et proportionnées » marquent un discours rationnel et pragmatique.

3.3. Arguments pragmatiques

45Pour établir l’autorité de ses mesures et renforcer la sienne propre, Wilmès recourt le plus souvent à une argumentation pragmatique, soit l’argumentation par les conséquences favorables ou défavorables de certaines actions ou règles. Elle recourt aux données du « terrain », aux chiffres, à la réalité quotidienne, elle reste terre-à-terre plutôt que mue par de grands principes.

  • 13 Deux semaines après une vidéo spécialement adressée aux jeunes, publiée sur sa page Facebook le 15 (...)

46Lorsqu’elle s’adresse spécifiquement aux jeunes, par exemple13, qui organisent des fêtes illégales et se contaminent en conséquence, elle recourt à un argument pragmatique, selon lequel la « réalité » montre que les jeunes sont également affectés par la maladie. Cet argument est présenté comme contre-argument au cadre narratif du « jeune invincible » : [L]es « lockdown parties » […] ont des conséquences sanitaires importantes […] Quand on est jeune, on se sent invincible, mais aujourd’hui on a, en soins intensifs, des jeunes, aussi. C’est une réalité […] (discours III).

47Ou bien, en s’adressant aux « seniors », elle donne des conseils pratiques pour le quotidien :

Nous avons des personnes âgées qui sont seules à la maison, et nous leur conseillons, nous insistons qu’ils restent à a maison. Et s’ils doivent faire des courses, s’ils doivent vraiment faire des courses, ils doivent essayer de le faire, s’il-vous-plaît, à un moment de la journée où il y a peu de monde (discours I).

48Wilmès reste dans le terre-à-terre, elle veut s’assurer que son message sera bien compris. Elle justifie et explicite les mesures, les traduisant en termes de situations réelles et quotidiennes :

[J]e tiens à préciser que l’objectif est bien de rester en mouvement et de ne pas s’installer, par exemple, dans les parcs pendant des heures. […] Il ne s’agit donc pas, non plus, de se rendre par exemple dans les Ardennes ou à la mer pour la journée (discours III).

4. Construction de l’auditoire comme miroir de l’ethos

4. 1. Construction d’un auditoire hétérogène

49Nous avons vu plus haut comment Wilmès construit un auditoire solidaire à travers son ethos d’unité. Or Wilmès construit, en même temps, un auditoire hétérogène. Seeger et al. (2020 : 409) rappellent qu’il est important, pour l’efficacité de la communication de crise, de prendre en compte des facteurs contextuels liés à l’hétérogénéité de la population à laquelle on s’adresse. Wilmès construit un auditoire hétérogène de plusieurs manières. On a vu au fil des exemples analysés plus haut comment elle s’adresse séparément, dans ses discours, à des tranches différentes de la population : aux jeunes parents (section 2.3), aux travailleurs essentiels (section 2.4), aux personnes âgées et aux jeunes (section 3.3).

50Une autre dimension de l’auditoire hétérogène que construit Wilmès se réfère à sa rationalité et sa capacité de comprendre ce qui est attendu de lui. D’une part, le recours exclusif aux arguments rationnels construit l’image d’un auditoire composé d’individus responsables et capables de jugement. D’autre part, des rappels constants et des explications parfois excessives suggèrent un auditoire quelque peu infantilisé : c’est cette hétérogénéité que nous analyserons dans ce qui suit.

4.2. Un auditoire rationnel

51Comme l’arrêt et le contrôle de la propagation du virus dépendent du comportement des citoyens et qu’il est plus efficace qu’ils soient informés et qu’ils comprennent la portée de leurs actes que de contrôler à l’aide d’amendes, l’accent est mis sur la coopération civile fondée sur leur compréhension de la situation.

52C’est pourquoi Wilmès fait appel à la responsabilité individuelle de tout un chacun :

[N]ous devons montrer […] notre capacité à prendre nos responsabilités (discours I).

Dans cette situation, je fais appel à la vigilance et à la responsabilité de chacun […], chacune et chacun à son niveau […] – et je vous encourage vous aussi les médias de le faire dès que vous le pourrez – je vous encourage à contribuer à limiter la propagation du virus […] (discours I).

[…] je veux m’adresser à la population belge. À chacun d’entre vous. Je veux vous remercier, vous, qui prenez part de votre propre manière à l’effort collectif et national belge. Vous, qui respectez les mesures, qui ont été prises pour vous protéger, vous et vos êtres aimés. Le succès de notre lutte contre le Covid-19 est irrémédiablement lié à l’effort personnel de chacune et chacun d’entre nous (discours II).

Je sais que vous ne manquez pas de volontarisme et de courage. Je le vois au quotidien (discours II).

53Cet accent mis sur la responsabilité individuelle, « l’effort personnel » de tout un chacun, comme les arguments rationnels déployés vus plus haut, construisent un auditoire capable de raisonnement et de prise de responsabilité individuelle.

4.3. Un auditoire puéril

54Si l’appel à la vigilance et la coopération de la population par des arguments rationnels construit l’image d’un auditoire responsable et capable de mener à bien ce qu’on attend de lui, Wilmès adopte aussi un ton pédagogique, marqué par des connecteurs comme « donc », des adverbes explicatifs comme « bien », ou des verbes comme « préciser », « expliquer », ou « rappeler » :

  • 14 Ce qui plus tard sera appelé les « bulles sociales ».

L’objectif de ces mesures est bien d’éviter que des personnes qui n’ont pas de raisons de rentrer en contact entre elles ne le font pas, et donc d’éviter que le virus ne se propage entre ce qu’on appelle les communautés sociales14 (discours I).

55Ainsi, lorsqu’elle annonce que les écoles accueilleront les enfants des travailleurs essentiels, elle explique : « Je vous rappelle que le groupe à risque important, c’est bien les personnes âgées. L’idée, ce n’est pas que ces enfants soient gardés par leurs grands-parents » (discours I). Elle continue :

Ce n’est évidemment pas l’objectif. […] vous vous souviendrez que l’objectif est le suivant : d’une part, ralentir la dispersion du virus pour permettre à nos services de soin d’absorber [soulignant ce mot par une prononciation exagérée et la gestuelle] la demande de soin. Dès lors, nous avons vraiment besoin de l’entièreté du personnel disponible (discours I). 

56Le ton pédagogique, marqué par l’explication et la répétition (« je vous rappelle que », « vous « vous souviendrez que ») et des modalisateurs comme « évidemment », « vraiment » peuvent facilement glisser vers un ton paternaliste. Ainsi dit-elle dans le premier discours :

La phase deux, on vous l’a déjà plusieurs fois expliqué, c’est bien la phase où […]

[…] je l’ai déjà répété, on ne le répétera jamais assez – […] je vous encourage à contribuer à limiter la propagation du virus en respectant des règles simples [elle souligne « simple » d’un mouvement de la main] en matière d’hygiène personnelle, par exemple (discours I).

57Ce ton qui peut glisser au paternalisme construit un auditoire qui ne comprend qu’à force de répétitions et d’explications, or les médias l’interprèteront de manière positive étant comme maternelle. Ainsi Wilmès est citée dans une interview comme expliquant le coronavirus à la population belge comme elle le fait avec ses propres enfants : « Elle a choisi d’expliquer les mesures aux citoyens clairement, comme elle l’aurait fait en parlant à ses filles » (Marneffe 2020). Un autre article qualifie Wilmès de « Mère de la nation » (de Maet 2020), s’adressant aux Belges d’un ton « quasiment maternel, rigoureux mais bienveillant », d’une « voix ferme mais douce », « loin d’un Emmanuel Macron répétant “nous sommes en guerre” ».

Conclusion

58Nous montrons que, contrairement à un Macron ou une Merkel, qui jouissent d’un ethos préalable d’autorité auprès de leurs publics, Wilmès ne recourt pas à un quelconque charisme, aux grands récits ni aux idéologies, mais maintient un registre de réalisme pragmatique, en accord avec la culture politique belge. L’analyse dévoile en effet que la PM évite tout pathos ; elle utilise des arguments rationnels et pragmatiques et reste centrée sur la vie quotidienne des citoyens.

59Face à une réalité politique belge de division Nord/Sud, Wilmès fait néanmoins appel à un ethos collectif d’union à plusieurs niveaux : (1) au niveau fédéral, entre les différentes communautés et régions ; (2) au niveau des preneurs de décisions, dans la relation politiques-experts ; (3) au niveau de la relation entre elle-même et la population, par le biais de l’expression d’empathie ; et (4) au niveau de la population, par l’appel à la solidarité.

60Elle compense son déficit initial de légitimité en montrant un corps gouvernemental uni et fortement soudé, au-delà des quelques dissensions qui font l’objet d’une délibération démocratique, et en se construisant en représentante d’un peuple qu’elle comprend et auquel elle manifeste son empathie. Ce recours à l’empathie rapproche Wilmès de Merkel, et la possibilité d’un discours politique genré du coronavirus et de crise en général a été envisagée. Wilmès construit l’autorité de ses mesures et ce faisant de sa propre personne en avançant des arguments rationnels, plus particulièrement l’argument par la conséquence (ou pragmatique), et en les fondant sur des valeurs partagées de solidarité. Elle se construit ainsi un ethos de dirigeante raisonnable, avisée et soucieuse d’éthique. Le recours à la peur par la métaphore de la guerre ou par l’analogie avec le terrorisme est soigneusement évité. Ceci démarque Wilmès d’Emmanuel Macron et est peut-être dû à la culture belge, qui favorise un réalisme pragmatique au détriment des idéologies et des grands récits.

61Wilmès construit, par ses stratégies discursives, un auditoire hétérogène : d’une part solidaire, mais découpé en différents groupes sociaux ; d’autre part, composé d’individus responsables, dotés de raison et de jugement, mais aussi nécessitant un ton pédagogique, caractérisé par les répétitions, les explications et les illustrations. Son autorité s’appuie alors sur l’image d’une mère de la nation.

62Les médias produisent majoritairement une couverture positive des discours de Wilmès à ce stade de la pandémie, soulignant son goût du consensus, du compromis et du dialogue : la PM parvient donc à construire avec succès un ethos collectif d’unité, du moins tel que le perçoivent et le reproduisent les médias. Son ton pédagogique sera interprété comme maternel, empathique et bienveillant, par opposition au discours distancié, paternel et belliqueux de Macron.

63Finalement, nous avons considéré et proposé la culture politique belge comme une condition plausible de la construction d’une autorité collective face à la crise, ainsi qu’un ethos collectif d’unité et le maintien d’un réalisme pragmatique dans la stratégie argumentative.

Haut de page

Bibliographie

Amossy, Ruth. 1999. « La notion d’ethos de la rhétorique à l’analyse de discours », Amossy, R. (éd.). Images de soi dans le discours. La construction de l’ethos (Lausanne : Delachaux et Niestlé), 9-30

Amossy, Ruth. 2014. Apologie de la polémique (Paris : PUF)

Angenot, Marc. 2013. Rhétorique de la confiance et de l’autorité (Montréal: Université McGill)

Arendt, Hannah. 1966. Between Past and Future: Six Exercises in Political Thought (New York: Meridian Books)

Baider, Fabienne et Maria Constantinou. 2022. “Are healthcare political responses gendered? A case study of several European leaders”, Musolff, Andreas et al. (Eds.). Pandemic and Crisis Discourse. Communicating COVID-19 and Public Health Strategy (London: Bloomsbury) 285-306

Benziman, Yuval. 2020. « “Winning” the “Battle” and “Beating” the COVID-19 “Enemy”: Leaders’ Use of War Frames to Define the Pandemic” », Peace and Conflict: Journal of Peace Psychology 26-3, 247–256 [En ligne] 10.1037/pac0000494

Boin, Arjen, Paul ‘t Hart, Eric Stern & Bengst Sundelius. 2017 [2005]. The Politics of Crisis Management: Public Leadership under Pressure (Cambridge: Cambridge U. P.)

Castro Seixas, Eunice. 2021. « War Metaphors in Political Communication on Covid-19 », Frontiers in Sociology, Online 25 January 2021 [En ligne] 10.3389/fsoc.2020.583680

Dada, Sara, Henry Charles Ashworth, Marlene Joannie Bewa & Roopa Dhatt. 2021. « Words matter: political and gender analysis of speeches made by heads of government during the COVID-19 pandemic », BMJ Global Health [En ligne]10.1136/bmjgh-2020-003910

Faniel, Jean & Caroline Sägesser. 2020. « La Belgique entre crise politique et crise sanitaire (mars-mai 2020). Courrier Hebdomadaire du CRISP 2447, 5-46 [En ligne] 10.3917/cris.2447.0005

Jorland, Gérard. 2004. « L’empathie, histoire d’un concept », Berthoz, Alain & Gérard Jorland (éds). L’empathie (Paris : O. Jacob), 19-51

Kjeldsen, Jens E., Ragnhild Mølster & Øyvind Ihlen. 2022. “Expert uncertainty: Arguments bolstering the ethos of expertise in situations of uncertainty”, Oswald, Steve et. al. (Eds.), The Pandemic of Argumentation (Springer) 85-103. DOI: 10.1007/978-3-030-91017-4

Kuipers, Sanneke & Paul ‘t Hart. 2014. « Accounting for crises ». Rhodes, R. A. W. & P. ‘t Hart (éds). Oxford Handook of Political Leadership (Oxford: Oxford U. P.), 589–602

Musolff, Andreas. 2022. ‘“War against COVID-19’: Is the pandemic as war metaphor helpful or hurtful?”, Musolff, Andreas et al. (Eds.), Pandemic and Crisis Discourse. Communicating COVID-19 and Public Health Strategy (London: Bloomsbury), 307-320

Rabatel, Alain. 2013. « Écrire les émotions en mode emphatique », Semen 35 [En ligne] 10.4000/semen.9811

Reynolds, Barbara & Matthew Seeger. 2005. « Crisis and emergency risk communication as an integrative model », Journal of Health Communication 10-1, 43–55 [En ligne]10.1080/10810730590904571

Rosenthal, Uriel, Michael T. Charles & Paul ‘t Hart (Eds.). 1989. Coping with Crisis : The Management of Disasters, Riots, and Terrorism (Springfield, IL: Charles C. Thomas)

Sadoun-Kerber Keren et Stéphane Wahnich. 2022. « Emmanuel Macron face au Covid-19 : un président en quête de réparation d’image », Argumentation & Analyse du Discours 28

Seeger, Matthew, Barbara Reynolds & Ashleigh M. Day. 2020. “Crisis and emergency risk communication: Past, present, and future”, Frandsen, Finn & Winni Johansen (éds), Crisis Communication (Boston/Berlin: De Gruyter Mouton), 401- 418

Service public fédéral belge. (2020). « Pouvoirs publics », Belgium.be. https://www.belgium.be/fr/la_belgique/pouvoirs_publics

Siess, Jurgen et Ruth Amossy. 2022. "Légitimité démocratique et autorité en temps de Corona : L’allocution à la nation d’Angela Merkel (18 mars 2020)", Argumentation et Analyse du Discours 28

Vandermotten, Christian. 2020. La Belgique (Paris : PUF)

Wagener, Albin. 2018. « Réactions post-attentats en France et en Belgique : étude comparative des discours de l’exécutif politique », Mots. Les langages du politique 116, « Dire ou ne pas dire la race aujourd’hui ». DOI : 10.4000/mots.23080

Weber, Max. 1970. “Politics as a Vocation”, H.H. Gerth & C. Wright Mills (Eds.) From Max Weber: Essays is Sociology (London: Routledge)

Wodak, Ruth. 2021. “Crisis communication and crisis management during COVID-19”, Global Discourse 0:0, 1-20. DOI : 10.1332/204378921X16100431230102

Corpus cité

« À l’écoute, diplomate, mais ne lui marchez pas sur les pieds ». 2020. Le Soir, 21 mars, p. 10

Berti, Christophe. 2020. « La rédaction du « Soir » en télétravail complet » (Éditorial). Le Soir, 19 mars, p. 2

Bourton, William. 2020. « Communication de crise. Transparence et empathie », Le Soir, 19 mars, p. 3

Chardon, Frédéric. 2020. « Le syndrome de la pelote de laine ». La Libre Belgique, 21 mars, p. 3

Chardon, Frédéric & Laurent Gérard. 2020. « Les mesures adoptées seront-elles suffisantes ? Je pense que oui. Entretien avec Sophie Wilmès », La Libre Belgique, 14 mars, p. 4-5

« Compromis à la belge ». 2020. Het Laatste Nieuws, 13 mars, p. 2

De Maet, Géry. 2020. « La Mère de la nation », La Dernière Heure – Les Sports, 29 mars, p. 1

De. S. 2020. « La Belgique prend des mesures historiques pour lutter contre le coronavirus », La Libre Belgique, 13 mars, p. 2-3

Delvaux, Béatrice. 2020. « Restez bien chez vous : home safe home » (Éditorial). Le Soir, 18 mars, p. 1

Demonty, Bernard. 2020. « Pourquoi Sophie Wilmès a évité les termes “lockdown” et “confinement” », Le Soir, 19 mars, p. 3

« Fédéral et Régions resserrent les rangs ». 2020. La Libre Belgique, 3 mars, p. 2

Het Laatse Nieuws. 2020. « Macron parle d’une France “en guerre” et veut rassurer le monde économique ». La Libre Belgique, 17 mars, p. 13

Hendrikx, Dirk. 2020. « Softe lockdown, nog geen meltdown”, Gazet Van Antwerpen, 18 mars, p. 2

Marneffe, Adrien de. 2020. « Sophie Wilmès, la bonne personne à la bonne place », La Dernière Heure – Les Sports (Namur Luxembourg), 19 mars, p. 12

Ponciau, Ludivine. (avec A.-S. L., P. MA, MA D.). 2020. « La Belgique se claquemure en pariant sur une mobilité fortement limitée », Le Soir, 18 mars, p. 2-3

Van de Woestyne, Francis. 2020. « Caffouillages » (Éditorial), La Libre Belgique, 13 mars, p. 56

Wilmès, Sophie. 2020a. Conseil national de sécurité. 12 mars 2020, 22h30 [En ligne] https://www.rtbf.be/info/belgique/detail_coronavirus-suivez-la-conference-de-presse-du-gouvernement-federal-en-direct-video?id=10455207

Wilmès, Sophie. 2020b. Conseil national de sécurité. 17 mars 2020 [En ligne] https://www.youtube.com/watch?v=ZLJO17OePc8

Wilmès, Sophie. 2020c. Conférence de presse. 27 mars 2020 [En ligne] https://www.youtube.com/watch?v=SJGMLVgS-WA

Haut de page

Notes

1 Van de Woestyne (2020).

2 « Fédéral et Régions resserrent les rangs », La Libre Belgique, 3 mars 2020.

3 Ainsi le bourgmestre d’Anvers, Bart de Wever, refuse de suivre les recommandations du fédéral (Faniel et Sägesser 2002 : 15).

4 Le CNS comprend les ministres fédéraux pertinents et les ministres-présidents des régions et des communautés. Il est conseillé par le Comité fédéral d’Experts, parmi lesquels figure le Celeval, abréviation de « cellule d’évaluation ».

5 Nous distinguons ici l’ethos préalable de l’ethos discursif (Amossy 1999). L’ethos préalable est l’image que se fait l’auditoire de l’orateur avant son discours, l’ethos discursif est l’image que l’orateur donne de lui-même à travers son discours.

6 https://youtu.be/uSZFA0xLQsQ (consulté le 10 mars 2022). Pour une analyse de la construction de l’autorité personnelle d’Emmanuel Macron, voir Sadoun-Kerber et Wahnich (2022) dans ce numéro.

7 « Compromis à la belge », Het Laatste Nieuws, 13 mars 2020 ; De Standaard 2020.

8 Parti flamand conservateur et séparatiste, promouvant une Flandre indépendante.

9 Pour la construction d’un ethos de crédibilité et de l’autorité experte en temps de pandémie par l’invocation des réseaux experts, voir Kjeldsen et al. (2022).

10 Wilmès alterne dans ses discours entre le français et le néerlandais. Je traduis tout au long de l’article en français quand cela est nécessaire.

11 « À l’écoute, diplomate, mais ne lui marchez pas sur les pieds », Le Soir, 21 mars 2020.

12 Pour une discussion d’une politique genrée, voir Baider et Constantinou (2022).

13 Deux semaines après une vidéo spécialement adressée aux jeunes, publiée sur sa page Facebook le 15 mars 2020.

https://www.facebook.com/494853240530488/videos/2241947696113434/

14 Ce qui plus tard sera appelé les « bulles sociales ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Irit Kornblit, « Stratégies rhétoriques de légitimité et d’autorité en temps de Covid-19: Le cas de la PM belge Wilmès »Argumentation et Analyse du Discours [En ligne], 28 | 2022, mis en ligne le 25 avril 2022, consulté le 21 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/aad/6169 ; DOI : https://doi.org/10.4000/aad.6169

Haut de page

Auteur

Irit Kornblit

Université Hebraïque de Jerusalem et Kulturwissenschafliches Institut Essen

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Argumentation & analyse du discours est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo ADARR Tel-Aviv
  • Logo Université Tel-Aviv
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search