Navigation – Plan du site

AccueilNuméros28Le rôle de la confiance dans la c...

Le rôle de la confiance dans la construction discursive de la légitimité et de l’autorité. La première allocution sur la Covid-19 en Argentine

The role of trust in the discursive construction of legitimacy and authority. The first address on Covid-19 in Argentina
Karina Masasa
Traduction(s) :
The role of trust in the discursive construction of legitimacy and authority. The first address on Covid-19 in Argentina [en]

Résumés

Cet article se propose d’analyser la première allocution à la nation du président argentin Alberto Fernández concernant la crise sanitaire provoquée par la Covid 19. Au moment de l’apparition du virus, le président argentin était nouveau dans ses fonctions. En Argentine, un pays qui vit dans une instabilité économique, sociale et politique presque constante, la population est particulièrement méfiante envers les politiciens et les institutions. Même si la légitimité du nouveau président lui a été conférée par des élections démocratiques, Fernández est obligé de construire un discours qui inspire la confiance des Argentins afin de consolider leur foi dans la légitimité des institutions aussi bien que du président élu, et de construire l’autorité nécessaire pour faire respecter des mesures destinées à contenir la propagation du virus sans faire appel à la violence. Les notions de confiance, légitimité et autorité sont les piliers de cette analyse qui tente d’analyser leur inscription dans l’adresse de Fernández au moment où éclate une crise sanitaire mondiale sans précédent.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La présence des premiers cas de contamination et l’annonce officielle de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) au mois de mars 2020 – déclarant que la Covid-19 est bien une pandémie – sont à l’origine des allocutions à la nation et des conférences de presse que les leaders politiques ont prodiguées, afin non seulement d’informer la population des avancées du virus, mais aussi de communiquer les mesures à prendre pour lutter contre la pandémie. Or, pour enjoindre les citoyens à adopter les mesures préconisées, les dirigeants doivent bénéficier à la fois de la légitimité qui leur accorde le pouvoir de dire et de faire, et de l’autorité qui leur accorde la capacité de faire dire et faire faire (Charaudeau 2014 : 52).

2L’Argentine, encore en lutte pour sortir de la crise économique qui la frappait depuis deux ans, est entrée dans la crise sanitaire relativement tard : le premier patient du pays a été diagnostiqué positif le 3 mars 2020 et le premier décès est survenu le 7 mars. Le 12 mars, le président de l’Argentine Alberto Fernández (AF) prononce une première allocution à la nation transmise sur toutes les chaines de radio et de télévision du pays.

3Le présent article entend analyser cette première allocution pour dégager l’ensemble des stratégies rhétoriques et des moyens verbaux à l’aide desquels Fernández tente de construire discursivement à la fois sa légitimité et l’autorité dont il a particulièrement besoin en la circonstance. Plus précisément, on se propose de montrer que la tentative de restaurer la confiance des Argentins dans la parole et les agissements de leur gouvernement est ici la clé d’une entreprise qu’il faut saisir dans le contexte de l’histoire politique du pays. En effet, la méfiance que peuvent susciter dans les différentes démocraties occidentales des restrictions qui attentent aux libertés des citoyens prend une signification toute particulière dans ce pays d’Amérique latine où la légitimité démocratique trop souvent mise en échec doit faire ses preuves. Pour bien comprendre la stratégie d’AF lorsqu’il annonce ses mesures contre la pandémie, il faut l’examiner au sein de ses déterminations contextuelles et voir que certains procédés verbaux en apparence proches de ceux qu’utilisent les dirigeants de démocraties de vieille date remplissent dans ce contexte une fonction particulière.

4Après une brève présentation du contexte politique argentin et une réflexion succincte sur les notions mises en jeu dans cette étude (légitimité, autorité, confiance), on passera à une analyse de l’allocution de AF.

5Auparavant, il importe cependant de signaler que les discours de Fernández dans le cadre de la Covid-19 ont déjà fait l’objet de travaux intéressants de la part de chercheurs argentins en analyse du discours, rhétorique et sciences de la communication. Au mois de juillet 2020, le groupe de recherche ADAL (Analyse des Discours de l’Amérique Latine) a organisé un séminaire bilingue : « Les discours de la crise sanitaire en Amérique Latine »1. Les travaux de recherche qui y ont été présentés concernaient l’ethos discursif du président argentin pendant la crise. Maria Alejandra Vitale (UBA) considère ainsi qu’AF construit un ethos pédagogique oral2. De leur côté, deux autres chercheuses (Université Nationale de San Martin) parlent d’un ethos consensuel et paternel3. Quant à Zanfardini et Giménez4 (Conicet), elles soutiennent que le président argentin construit un ethos composé qui s’appuie sur deux piliers : celui de la raison qu’elles renvoient à l’ethos de « crédibilité » et celui de l’émotion, qui serait l’ethos d’« identification », deux catégories reprises aux réflexions de P. Charaudeau (2014 : 91-128). Ces recherches coïncident dans l’importance accordée à l’ethos préalable d’AF en tant que professeur de l’Université de Buenos Aires (UBA), et à la valorisation de l’unité nationale, de la transversalité et/ou du consensus - comme y insistent Montero et Cané. Signalons aussi un travail remarquable de Montero, récemment paru, sur les rapports entre discours politique et d’autres types de discours dans le cadre de la pandémie. Alejandra Vitale a également publié un article éclairant sur l’argumentation, la polémique et les émotions dans les discours d’AF. Le présent article s’appuie sur ces avancées. Mais il n’analyse pas l’ethos du locuteur en soi. S’il en traite, c’est pour dégager la façon dont le locuteur travaille à construire sa légitimité et son autorité en discours dans un contexte d’incertitude mondiale et de méfiance nationale.

1. Le contexte politique global de l’allocution du Président Fernández

6C’est dans le contexte très particulier de l’Argentine et de son histoire politique et socio-économique que s’impose à Fernández la nécessité impérieuse de construire un discours susceptible d’inspirer la confiance à la fois dans les institutions qui régissent l’État et dans sa personne de dirigeant.

7Selon Raanan Rein, « tout au long du 19e et du premier quart du 20e siècle, les voyageurs étrangers, les marchands et les diplomates ont souvent qualifié l’Argentine de « géant d’Amérique du Sud » (1998 : 10). Comment donc cette contrée tellement prometteuse est-elle devenue de nos jours un pays qui ne réussit pas à se sortir de ses crises économiques, sociales et politiques ? Les gouvernements de gauche comme de droite, les gouvernements démocratiques comme militaires ont échoué à résoudre les graves problèmes de pauvreté, de chômage, d’insécurité, de corruption et les inégalités sociales, si bien qu’ils se sont retrouvés à la tête d’un pays où la confiance, la légitimité et l’autorité envers les politiciens et les institutions étaient quasiment inexistantes. Ces gouvernements « tout en affirmant le pouvoir de l’État, n’ont pas réussi à légitimer leurs institutions », affirme Rapoport (2020 : 116). Ainsi, la puissance de l’État et la faiblesse des institutions se manifestent déjà à l’époque où la République d’Argentine essaye d’organiser sa structure politique.

  • 5 Il faut rappeler que l’idéologie péroniste était interdite, donc il n’y avait pas participation éle (...)

8Arrivé au pouvoir en 1946 avec l’appui inconditionnel de la classe ouvrière, Peron a réussi à gagner la confiance du peuple et faire reconnaître la légitimité de sa personne et des institutions. Cet « excès de légitimité » l’a transformé en leader autoritaire interdisant l’activité politique des partis d’opposition, réformant la constitution pour pouvoir être réélu, choisissant des fonctionnaires de son entourage à la Chambre des Députés et des Sénateurs. Cette stratégie de concentration du pouvoir dans sa personne a contribué à un affaiblissement des institutions. Ensuite, de la chute de Péron en 1955 jusqu’à son retour en 1973, l’Argentine a vécu une période d’instabilité politique avec un gouvernement oscillant entre des gouvernements faibles aux allures démocratiques5 et des gouvernements militaires. Ce statu quo a permis aux groupes des idéologies extrémistes de faire leur apparition sur scène. Peron à son retour en 1973 n’a pas réussi à redresser la situation et l’Argentine est entrée dans sa pire décade, celle des attentats terroristes, des assassinats, de la corruption, dans un pays où l’économie allait de mal en pis. A la mort de Peron en 1974, sa femme Isabel (Maria Estela Martinez de Peron) devient la présidente de la république. La situation devient chaotique. Au mois de mars 1976, les commandants en chef du gouvernement constitutionnel renversent ce gouvernement démocratique. La dictature civile-militaire a imposé le terrorisme d’État et la violation des droits de l’homme ; elle a causé des disparitions de citoyens argentins et des vols de bébés au berceau. L’arrivée de la démocratie en octobre 1983 avec Raul Alfonsin a réussi à restaurer la foi des Argentins dans la justice et le respect des droits de l’homme, foulés aux pieds pendant la dictature. Cependant, l’économie a été gravement touchée, les taux de chômage étaient très élevés, la pauvreté augmentait et l’inflation a atteint les 196%. C’est dans ce contexte que revient au pouvoir le péronisme avec Carlos Menem (CM). Son gouvernement (1989-1999) a fortement contribué à l’affaiblissement des institutions et au renforcement de la figure présidentielle en tant que « commandeur », d’après la classification des images des acteurs politiques proposée par Charaudeau (2014 : 122). Le président utilise la crise comme une « argumentation par la force des choses » (Plantin 2016 : 299) qui lui donne la possibilité de justifier le recours aux Décrets de Nécessité et d’Urgence (DNU). De cette manière, Menem a contribué à affaiblir le pouvoir législatif indispensable au bon exercice de la démocratie. Il a pris le contrôle de la justice et a provoqué son affaiblissement conséquent. Cette politique d’affaiblissement des institutions ajoutée au besoin impérieux de concentrer le pouvoir dans la personne du leader expliquent le sentiment de méfiance de la société argentine envers les politiciens aussi bien qu’envers les institutions de leur pays.

9Le début du 21e siècle trouve l’Argentine plongée dans une crise économique et sociale sans précédent. La déclaration d’état de siège destinée à remédier à cette crise conduit en fait à une révolution populaire provoquant la démission du président et la succession de cinq présidents en dix jours. C’était une révolution inédite dans l’histoire argentine, marquée par des manifestations de rues très violentes, des pillages de supermarchés et une seule devise : ¡Que se vayan todos! (Qu’ils s’en aillent tous !) Le manque de confiance dans les politiciens argentins et leur manque de crédibilité est alors incontestable et généralisé.

10Même si le nouveau président Nestor Kirchner (NK) ne jouissait que d’une légitimité douteuse, en quatre ans de gestion il est « parvenu à reconstruire l’autorité et la légitimité gouvernementales, violemment remises en cause lors des grandes manifestations de rues et émeutes de décembre 2001 » (Donot 2016 : 79). Fernández a été le directeur de campagne de Kirchner et dans sa propre campagne électorale il a clairement indiqué que NK était son référent politique. Dans le gouvernement de NK, Fernández a occupé un poste clé, celui de chef des ministres. Cristina Fernández de Kirchner (CFK) a succédé à son époux en 2007. Les relations entre CFK et le chef des ministres étaient très difficiles et l’actuel président argentin l’avait critiquée durement après la mort subite de son mari en 2010. Cependant, après une décennie de rupture, une réconciliation a eu lieu entre Fernández et Cristina Kirchner, donnant naissance à un nouveau parti politique qui regroupe des partis issus du « Justicialisme » et du « Kirchnerisme » et d’autres groupes de centre-gauche argentin : le discours de Frente de Todos (Front de Tous) essaye de convaincre les citoyens de lutter tous ensemble pour sortir l’Argentine de sa crise économique et sociale.

11On vient de voir que, depuis la fin du 19e siècle, l’Argentine vit pratiquement dans l’instabilité politique, sociale et économique. Chaque fois qu’un gouvernement semble vouloir reconstruire la République sous un régime démocratique, une nouvelle crise surgit, qui déstabilise la situation générale. La capacité des dirigeants à maîtriser de telles situations semble de plus en plus compromise et leur légitimité ainsi que celle des institutions entre en crise. Ces crises de légitimité, qui s’imposent de longue date en Argentine et qui depuis quelques années sont au centre des discours qui circulent sur la place publique, renforcent plus encore la méfiance envers les gouvernements. « Toute crise de légitimité, est, d’une certaine manière, une crise de confiance », a affirmé en 2019 Carlos Rosenkrantz, le président de la Cour suprême de Justice dans un article du journal La Nación.6

2. Légitimité, autorité et confiance dans le contexte argentin

12D’après la déclaration de ce haut fonctionnaire argentin, la notion de confiance serait en rapport avec celle de légitimité. Rappelons que dans les pays démocratiques, la légitimité présidentielle est avant tout conférée par la reconnaissance obtenue aux urnes. Cependant, comme l’affirme Charaudeau (2014 : 50), « l’être de parole, qu’on le veuille ou non, est toujours double. Une part de lui-même se réfugie dans sa légitimité d’être social, une autre se veut construire par ce que dit son discours. » Par ailleurs, la reconnaissance institutionnelle ne suffit pas à assurer la légitimité du dirigeant : en démocratie, il faut y ajouter une reconnaissance morale, celle qui entérine le caractère d’une gouvernance respectueuse des droits fondamentaux des citoyens. On sait qu’une décision peut être légale sans être pour autant jugée légitime.

13Or, la nature des mesures adoptées pour contenir la pandémie semble mettre en péril les libertés démocratiques qui assurent la légitimité de la politique gouvernementale. Le besoin de demander aux citoyens de tout un pays de ne pas sortir de chez eux et d’éviter le contact avec les autres ou de s’abstenir de circuler inutilement, de voir leurs proches, d’aller à leur lieu de travail et d’envoyer leurs enfants à l’école, constitue une menace pour la valeur de la liberté, pour les idéaux de l’éducation et plus généralement pour la vie sociale. Le problème est plus épineux encore lorsque la foi dans le caractère démocratique d’un régime est fragilisée par une longue histoire d’autoritarisme, de corruption et de crise économique, comme c’est le cas de l’Argentine.

14Cette fragilisation de la légitimité démocratique des gouvernants risque de constituer une atteinte grave à leur autorité et à l’impact des mesures édictées. Signalons à ce point la différence qu’établit Charaudeau (2014 : 52) entre la légitimité et l’autorité :

On ne confondra pas […] légitimité et autorité. La première […] est un droit acquis. L’autorité, en revanche, est intrinsèquement liée au processus de soumission de l’autre. Elle place le sujet dans une position qui lui permet d’obtenir des autres un comportement (faire faire) ou des conceptions (faire penser et faire dire) qu’ils n’auraient pas sans son intervention. La légitimité ne met pas le sujet qui en est doté dans une situation d’avoir à soumettre l’autre.

15Marc Angenot, quant à lui, divise, dans son ouvrage La Rhétorique de la confiance et de l’autorité, la notion d’autorité en « Autorité 1– pouvoir de se faire obéir et l’autorité 2– compétence présumée et/ou sagesse supérieure » (2013 : 14). Ce « pouvoir de se faire obéir » est pratiquement donné avec la reconnaissance de la légitimité d’un président élu. Celui-ci pourrait évidemment utiliser ce pouvoir et en l’occurrence s’imposer à son peuple par des décrets et l’annonce de règles radicales mettant en danger la démocratie. Pour éviter cet écueil, bien connu en Argentine, AF doit bâtir un discours qui l’aide à mettre en mots l’autorité 2, celle qui consiste à se faire respecter par sa sagesse et sa compétence, condition nécessaire pour se faire obéir sans coercition. L’autorité construite en discours se mesurera à l’aune du comportement des citoyens, c’est-à-dire du degré d’obéissance consentie aux mesures annoncées.

16Angenot montre bien que c’est en grande partie la confiance qui permet d’obtenir l’obéissance volontaire qui est l’attribut de l’autorité. Il définit la confiance comme « un sentiment de sécurité vis-à-vis de quelqu’un qui fait que je me ‘remets’ à sa parole, que je la crois comme si elle venait de moi-même […] que je lui obéis le cas échéant| […] – élément essentiel et exigence constante de la vie en société » (ibid. : 19). Il souligne dans ce contexte l’importance des raisons de faire confiance – il faut en effet étayer la confiance « avec des raisons et avec des critères raisonnables quoique relevant toujours du principe de raison insuffisante » (ibid. : 22). Dès lors qu’elle appelle une justification offerte explicitement ou en creux, la confiance a partie liée avec la crédibilité du discours, c’est-à-dire sa plausibilité.

17Dans le cas précis de l’Argentine, une réflexion de Charaudeau dans La Conquête du pouvoir, concernant la différence entre République et Démocratie, s’avère éclairante. La république, affirme Charaudeau (2013 :166),

dit que le pouvoir repose sur une volonté citoyenne d’œuvrer pour le bien commun, et qui, pour ce faire s’organise en assemblée de représentants du peuple chargés de déterminer la loi, reflet du consensus populaire. Elle instaure ainsi l’égalité des citoyens en droit et la souveraineté par délégation. Le groupe social qui vit selon ce principe a des obligations de respect et de confiance : respect des individus citoyens les uns vis-à-vis des autres, condition de la vie en communauté ; confiance de ceux-ci vis-à-vis de leurs représentants. […] La république inscrit donc dans son processus de légitimité politique un devoir de confiance de la part du peuple.

18Dans la République argentine, le manque de confiance du peuple envers ses dirigeants brise donc la légitimité politique. Il faut y insister : la confiance peut être dans certains cadres une condition importante de légitimité, et pas seulement (comme nous l’avons souligné plus haut) un vecteur d’autorité. Il faut en effet que les citoyens fassent confiance à la « fiabilité de la machine institutionnelle » (Origgi 2008 : 78), celle même qui a investi le président de ses fonctions et qui doit assurer qu’en vertu « de certaines règles et procédures » il soit « contraint de prendre en compte [les] intérêts » des gouvernés (ibid.). Lorsque les citoyens n’ont plus confiance dans les institutions qui confèrent au président son statut et ses pouvoirs, sa légitimité est ipso facto mise en échec. Ainsi, la défiance généralisée des Argentins envers leurs gouvernants risque de mettre en cause aussi bien la légitimité que l’autorité du président dans sa gestion de la pandémie. Pour que la légitimité de son discours et de sa personne soit reconnue, l’orateur doit dès lors restaurer la confiance ébranlée des Argentins dans la légitimité démocratique non seulement de leur président élu, mais aussi de l’institution tout entière qui l’a adoubé et qu’il représente.

  • 7 Ces mots sont entre guillemets parce qu’ils sont empruntés au chercheur en sciences de la communica (...)

19Sans doute faut-il ajouter que la légitimité reconnue à AF est, au moment de l’irruption de la pandémie, particulièrement précaire. Il vient d’entrer en fonction à la tête d’un gouvernement de coalition dans lequel il est dit que « le président Fernández est celui qui a le moins de poids politique propre »7. La vice-présidente élue est la précédente présidente d’Argentine (2007-2015) CFK mise en cause dans des affaires de corruption. Ces deux obstacles s’ajoutent au manque de confiance global des Argentins envers leurs dirigeants. Pour le président élu de fraîche date, le travail de renforcement de sa légitimité au moment de la pandémie représente dès lors un audacieux défi. Des efforts couronnés de succès pourraient en l’occurrence contribuer à dissiper les doutes sur sa légitimité et à montrer au monde qui est Alberto Fernández, à savoir un dirigeant capable de gérer une crise sanitaire de la plus extrême gravité dans un pays de 45 millions d’habitants en pleine crise économique.

3. Analyse du discours du président argentin Alberto Fernández

20La première allocution à la Nation prononcée par AF le 12 mars 2020 se devait d’être un discours officiel clair, concis et surtout crédible, susceptible d’inspirer la confiance. Le peuple argentin ignorait ce qui passait, et il revenait au président de mettre son pays au courant de la situation de crise et de sa politique pour y faire face. Dès lors, la nécessité de construire dans son discours un ethos de « crédibilité » s’imposait. « La crédibilité », affirme Charaudeau (2014 : 91),

n’est pas, à l’instar de la légitimité, une qualité attachée à l’identité sociale du sujet. Elle est au contraire le résultat d’une construction, construction opérée par le sujet parlant de son identité discursive de telle sorte que les autres soient conduits à le juger digne de crédit. Le sujet parlant […] doit fabriquer de lui-même une image qui corresponde à cette qualité.

21Pour AF, on l’a vu, la tâche n’est pas simple. Pour valider sa légitimité et imposer son autorité, il doit se rendre « digne de crédit » et inspirer la confiance non seulement dans sa personne, mais aussi dans les institutions et dans l’État comme institution. L’analyse de cette première allocution montre une construction qui se fait par le biais de la transparence, et qui s’appuie sur des arguments d’autorité. On verra également comment l’orateur met en mots des valeurs enracinés dans l’imaginaire collectif argentin ainsi que des valeurs qui ont pris un grand essor dans ce moment de crise sanitaire. Enfin, il faudra analyser la manière dont AF essaye de construire une image forte et puissante de l’État.

3.1. De la transparence à la confiance

22La légitimité d’AF et la confiance du peuple envers lui étant au départ en déficit, j’essayerai de montrer comment Fernández travaille à construire un discours de transparence qui doit l’aider à éveiller un sentiment de sécurité chez son auditoire.

23Deux énoncés laissent voir clairement le désir de se montrer transparent :

Voy a compartir con ustedes información importante sobre el coronavirus […]

  • 8 Pour toutes les citations en espagnol, c’est nous qui traduisons.

Quiero que sepan qué es lo que estamos haciendo para dar respuesta al avance de este virus que se extiende cada día en todo el mundo8.

Je vais partager avec vous une information importante concernant le Coronavirus […]

Je veux que vous sachiez ce que nous faisons pour répondre à l’avancée de ce virus qui se propage chaque jour dans le monde entier.

24L’utilisation des verbes « partager », « savoir », « faire » et « répondre » ainsi qu’un substantif comme « information » exprime l’intention de l’énonciateur de se présenter en dirigeant à la fois transparent et actif. « Partager » et faire « savoir » contribuent à la manifestation de la transparence ; « faire » et « répondre à » sont des verbes qui se situent aussi du côté de la transparence parce qu’ils décrivent à l’intention du public ce qui se passe ; en même temps ils construisent une image de leader entreprenant qui cherche des solutions et qui apportera des réponses. Le chef d’État montre l’importance qu’il attache à mettre son auditoire au courant des circonstances de la crise, tout en le rassurant et en lui montrant qu’il va agir pour gérer efficacement la situation. La transparence, affirme Koren (1998 : 480),

désigne une des qualités essentielles de l’énoncé dont le sujet se désigne sans ambigüité et montre explicitement les enjeux de l’énonciation à l’énonciataire. C’est aussi l’une des valeurs essentielles de la culture politique ou administrative démocratique : est jugée « transparente » toute institution qui renonce à la pratique du secret.

25De cette affirmation on peut comprendre qu’AF, dans sa tentative d’inspirer la confiance, veut se présenter en défenseur des valeurs démocratiques, voire éventuellement se positionner comme tel. L’idée de transparence implique aussi la proximité qui, dans cet énoncé de Fernández, se voit renforcée par l’utilisation du pronom personnel « vous » : il entend inclure le peuple dans le sens où le partage dont il parle signifie qu’ils vont relever ce défi en commun. Dès le début, Fernández ne se présente pas simplement en garant de la Loi mais bien plutôt en garant des valeurs partagées, reconnaissant le peuple qu’il gouverne comme un compagnon de route.

26Vers la fin de ce premier discours, AF décrit les actions que le gouvernement pense mettre en place pour limiter la circulation du virus. L’énonciateur est clair, explicatif et agentif : « Nous continuerons de surveiller à chaque instant l’évolution de cette pandémie pour la mettre à jour et prendre les mesures nécessaires ».

27La mise en mots de cet énoncé l’aide à renforcer sa légitimité en montrant qu’il veille au bien commun et assume ses responsabilités par rapport à son auditoire. On y trouve une progression qui rassure le citoyen en lui montrant clairement quels sont les pas successifs que va faire le gouvernement : surveiller l’évolution du virus, informer et, ensuite, prendre les mesures qui s’imposent. Ainsi responsabilité et crédibilité vont de pair parce qu’à partir du moment où les Argentins perçoivent qu’il y a un plan de travail clair et que le gouvernement est prêt à leur rendre compte de ses actes, ils peuvent lui accorder leur confiance. Le discours entend donner à l’auditoire la sensation d’être en de bonnes mains.

3.2. Renforcer sa légitimité par l’argument d’autorité :

28En tant qu’argument de « confirmation », l’argument d’autorité apparaît « quand le Proposant donne pour argument en faveur d’une affirmation le fait qu’elle ait été énoncée par un locuteur particulier autorisé, sur lequel il s’appuie ou derrière lequel il se réfugie », affirme Plantin (1996 : 88). Le premier argument de Fernández est le discours rapporté de l’Organisation Mondiale de la Santé :

Hier, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a déclaré que la flambée du nouveau coronavirus était une pandémie, après que le nombre de personnes infectées dans le monde a dépassé les 118 000 répartis à ce jour dans 110 pays.

  • 9 Je dois souligner que Koren cite dans ce passage des mots de Charaudeau dans son livre Grammaire du (...)

29Cet argument d’autorité est pour AF une manière de « tenir les autres sous son emprise afin de les orienter vers une décision » (Plantin 2016 : 398). Il annonce dès le début un argument d’expert pour commencer à bâtir discursivement la légitimité des mesures qu’il adopte et acquérir ainsi l’autorité nécessaire pour faire respecter les consignes destinées à freiner la propagation du virus. La consolidation de l’argument d’autorité se fait par le biais de l’indication chiffrée qui, comme l’affirme Koren (2009 : 72-73) « bénéficie à priori d’un prestige incontestable : le prestige des apparences objectives, de l’évidence et du discours scientifique rationaliste. Fonder son interprétation sur des chiffres, c’est se construire d’emblée un ethos valorisant »9.

30Vers la fin de cette allocution Fernández fait encore une fois référence à l’autorité scientifique : « Nous agissons selon les recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé, des autorités des pays les plus touchés et de nos experts et sociétés scientifiques. » Il ne s’agit pas seulement de s’appuyer sur un argument d’autorité en se référant à l’OMS et aux experts argentins : AF reprend les recommandations des pays touchés, c’est-à-dire qu’il fait appel à l’expérience concrète des autres. Il cherche partout à construire une image de soi qui inspire confiance : il montre qu’il est sérieux et n’adopte pas de mesures d’une manière impulsive ; il prend au contraire conseil et écoute les autorités en la matière. Le principe de responsabilité qui se voit encore une fois reflété dans cet énoncé renforce la confiance qu’il veut inspirer et le présente une fois de plus en dirigeant crédible.

31On a vu comment la transparence, l’utilisation d’arguments d’autorité provenant des experts ainsi que les indications chiffrées aident AF à construire un discours aux apparences objectives et rationnelles qui lui permettent de valider la légitimité institutionnelle qui lui a été octroyée par des élections présidentielles démocratiques, et d’asseoir son autorité. En dehors de ces stratégies qui s’appuient sur la raison, on relève l’utilisation de termes qui renvoient à des valeurs enracinées dans la conscience collective et dans l’imaginaire social.

3.3. Entre la mise en scène des valeurs et le rôle de l’État :

  • 10 Perelman et Olbrechts-Tyteca (2008: 99)

32Selon l’affirmation de Perelman et Olbrechts-Tyteca dans le Traité de l’Argumentation, les valeurs sont « des objets d’accord à propos desquels on ne prétend qu’à l’adhésion de groupes particuliers […]10 ». L’utilisation des valeurs dans l’argumentation politique est donc nécessaire et en rien anodine. Dans cette allocution se fait jour un lien entre deux notions : « valeurs » et « État ». Ce dernier en tant qu’entité abstraite est censé veiller au bien commun, ce même « bien commun » qui est ancré dans l’idéal de la démocratie et de la République.

  • 11 Doctrina Peronista (1947)

33Lorsqu’on parle du contexte analysé ici, la référence à l’État péroniste est essentielle. En effet, cette notion a été mise en scène dans la rhétorique péroniste, et elle revient fréquemment jusqu’à nos jours dans les discours issus de la même idéologie. Peron dit, dans l’exposé de sa doctrine11, que l’État est « la Nation juridiquement organisée » (1947 : 71). Cette idée d’organisation lui semble essentielle dans un pays nouveau où il faut une « organisation de l’État, une organisation du travail, du repos, organisation dans tous ces aspects […] » (ibid, : 72). Selon Rapoport (2020 : 324)

L’État justicialiste est né pour résoudre la crise de l’hégémonie oligarchique. [Il] a dû résoudre le vide de pouvoir généré par l’incapacité des groupes traditionnels à imposer leurs intérêts en tant que projet de toute la société et celui des groupes émergents qui, sans représentation politique et en position subordonnée, n’avaient pas la force de présenter les leurs.

  • 12 N’oublions pas que jusqu’à l’arrivé de Peron ceux qui avaient le droit au vote était une minorité.

34L’État péroniste cherche donc l’égalité des classes, l’égalité des chances et des droits12. Ou comme son fondateur le dit dans sa doctrine (112) : « l’État [est] le gardien de la justice sociale […] ». C’est ainsi que la question des valeurs et du rôle de l’État constitue de façon générale un enjeu significatif dans le discours politique argentin. Les discours de Peron et d’Evita dans la seconde moitié du 20e siècle abondaient en valeurs qui provoquaient chez les Argentins une identification avec les leaders politiques qui plaidaient pour la justice sociale et une idéalisation de ces leaders. Dans une analyse lexicométrique des discours des président argentins depuis l’arrivée de la démocratie et jusqu’à la présidence de Kirchner (2003-2007), Morgan Donot constate la prégnance de valeurs qui sont, chez chacun, distinctes (2010 : 69) :

Le président Alfonsín mit en avant la démocratie dans ses discours, Menem la stabilité, De la Rúa la réforme et Duhalde, la récupération. Alors que les résultats lexicométriques de l’étude du corpus de NK indiquent qu’il insista sur des termes à connotation sociale, tels que salud (« santé » ; 51), educación (« éducation » ; 56), pobreza (« pauvreté » ; 51), vivienda (« logement » ; 23).

  • 13 Ils militaient dans la jeunesse péroniste de gauche dans les années soixante-dix.
  • 14 Le même Kirchner utilise cette dénomination dans un de ses discours en 2003. Cité par Donot (ibid :(...)
  • 15 Voici par exemple un extrait d’un discours de NK : « Nous voulons récupérer les valeurs de la solid (...)

35En ce qui concerne la mise en scène des valeurs dans les discours de CFK, qui a succédé à son mari à la présidence de l’Argentine pour deux mandats (2007-2015) : elle a repris à son compte l’ethos militant de son mari13 puisque tous deux appartenaient à la “génération décimée”14, celle des jeunes mobilisés dans les années soixante-dix et persécutés par la dictature » (ibid. : 73). Cette analyse minutieuse de Donot semble indiquer que chaque président a essayé de corriger les fautes de ses prédécesseurs. Kirchner défend des valeurs qui font partie de la vie quotidienne, qui sont plutôt les défis auxquels les Argentins doivent faire face au jour le jour15. C’est peut-être ce qui a permis à NK de se faire sa place dans la politique argentine et de former sa mouvance politique, le « Kirchnerisme ».

36Ce développement éclairera l’analyse de l’utilisation des valeurs dans le discours de Fernández qui, pendant sa campagne électorale, a répété à plusieurs reprises qu’il s’identifiait à NK, à son idéologie et à sa politique.

37Après avoir fondé son discours sur la transparence et les arguments d’autorité, AF enchaîne sur l’idée de l’État comme centre du pouvoir, à savoir sur la notion d’un État tout-puissant. La réflexion de Patrick Charaudeau permet de mieux définir la ou les stratégies discursives de Fernández dans ce domaine (2013 : 184) :

En situation de conquête du pouvoir, le discours politique se met en scène selon une dramaturgie qui s’appuie sur trois composantes : la dénonciation du Mal social dont le peuple est victime et dont on stigmatise la cause ; la promesse d’une réparation de ce Mal en défendant des valeurs et proposant des moyens radicaux ; la construction d’une image de leader charismatique et déterminé, seul capable de réparer ce Mal.

38Le président argentin présente, dans ce premier discours, la pandémie comme le Mal à combattre tout en donnant à l’État un rôle primordial et une fonction, comme Charaudeau le dit plus loin, de « protecteur » (ibid. : 185).

En situaciones de alarma generalizada es imprescindible el rol del Estado para prevenir, tranquilizar y brindar protección a la población.

Un Estado presente en materia de salud es la mejor manera de cuidar a la población […]

La realidad es que esta pandemia nos convoca como sociedad.

Nos convoca al Estado Nacional, a cada provincia, a cada municipio.

Dans les situations d’alerte généralisée, le rôle de l’État est essentiel pour prévenir, rassurer et protéger la population.

Un État présent en matière de santé est le meilleur moyen de prendre soin de la population.

La réalité est que cette pandémie nous interpelle en tant que société. Elle interpelle l’État national, chaque province, chaque municipalité.

  • 16 Cet article est issu d’une conférence virtuelle donnée par ses auteurs, Lucia Zanfardini, de l’Univ (...)

39Les verbes « prévenir », « rassurer » et « protéger » ainsi que « prendre soin » aident l’énonciateur à construire une mise en situation : ils suggèrent une atmosphère de sécurité et de confiance. En parallèle avec le besoin de se montrer transparent, s’affirme le désir de présenter l’État comme « tout puissant », et comme la seule instance capable de vraiment contrôler la situation. L’État est bien au centre, comme l’affirment deux chercheuses du CONICET dans leur analyse des discours de Fernández en temps de pandémie (2013 : 184) : el estado que cuida, el estado presente, el estado que no abandona16. En d’autres termes, les citoyens sont invités à croire que lorsque l’État se charge de contrôler ce fléau mondial il n’y a pas lieu de s’inquiéter. « L’État est présent et accompagnera tout le monde », affirme plus tard le chef de l’État.

40Notons qu’au moment de l’allocution une partie des médias a repris dans ses titres la phrase de Fernández « Es imprescindible el rol del Estado para proteger a la población ». Lorsque l’Argentine est passée à sa campagne de vaccination, Kicillof (gouverneur de la province de Buenos Aires) a posté une vidéo dans le compte Instagram de Frente de Todos où il loue et met en valeur l’importance du rôle de l’État, s’exprimant en ces termes : « parce que, malgré tout, l’État donne une réponse à la plus grave situation d’urgence de notre histoire ».

  • 17 « Vous devez convoquer tout le monde et leur dire qu’ils doivent collaborer. Arrêtons de tirer la c (...)

41Cette insistance sur la présence de l’État est accompagnée des notions d’unité, de lutte commune, dont la récurrence est marquée. AF renforce l’idée que, si chacun doit assumer sa responsabilité, il ne faut pas oublier que ce « chacun » fait partie d’un ensemble dont tous participent sans exception (« A cada uno y a cada una », « chacun et chacune »). C’est la responsabilité individuelle face à la responsabilité collective. Fernández met en mots la recherche du bien commun, valeur-phare de la démocratie et de la république. Il laisse entendre à plusieurs reprises que bien que l’État soit présent, chaque individu doit prendre soin de lui et veiller à ses proches, toujours dans l’idée que « tous ensemble » nous allons vaincre cette pandémie. Il faut ici rappeler qu’il est arrivé au pouvoir avec son parti politique Frente de Todos (Front de tous) et que dans sa campagne électorale il a beaucoup insisté sur l’idée de surmonter les problèmes ensemble et de toujours lutter ensemble17 .

42De nos jours, il est possible de constater cette insistance sur les mots « ensemble » et « tous ensemble » dans les pages du gouvernement sur les réseaux sociaux Facebook, Instagram et Tweeter où le 9 Juillet, Fête de l’Indépendance de l’Argentine, un post dans la page Frente de Todos sur Instagram disait : « L’Argentine qu’on mérite, on va commencer à la construire ensemble […]. » Il y a également des pages de Argentina Unida où d’autres représentants du gouvernement comme Axel Kicillof utilisent avec insistance des termes comme : « une Argentine unie et débout », « nous travaillons pour tous les Argentins », « on va transformer toute la province de Buenos Aires ». L’idée d’unité et d’égalité occupe aujourd’hui une place très importante dans le discours officiel argentin, et il en va de même dans cette première allocution à la Nation de AF destinée à informer le public sur la pandémie.

43Le Président argentin semble aussi mobiliser la valeur d’égalité – nous sommes tous égaux et nous devons tous investir de même pour pouvoir résoudre les problèmes communs. Le travail en équipe est de facto le reflet des valeurs de solidarité et de fraternité. Alejandra Vitale soutient qu’il s’agit de la recherche de l’« unité nationale nécessaire pour coordonner des actions conjointes […] » (2020 : 117) et Montero et Cané insistent à ce propos sur la notion d’ethos consensuel.

44Fernández termine son premier discours par un renvoi à des valeurs connues et enracinées dans la conscience collective. La recherche du bien commun chère à l’idéologie de la social-démocratie le conduit en effet à s’exprimer en ces termes pour clore ce premier discours de crise :

Tenemos que demostrarnos una vez más que en los temas importantes estamos unidos. […]

Somos la Argentina. Un país unido en el que cada uno debe comprometerse con los demás y todos con cada uno, empezando por el Estado.

Un país unido en el que comprendemos que lo que le pasa al otro nos afecta a todos.

Nous devons démontrer une fois de plus que sur les questions importantes, nous sommes unis.

Nous sommes l’Argentine. Un pays uni dans lequel chacun doit s’engager envers les autres et tous envers chacun, à commencer par l’État.

Un pays uni dans lequel nous comprenons que ce qui arrive à l’autre nous affecte tous.

45On pourrait conclure cette partie en disant que Fernández s’est servi d’effets appuyés de transparence, et de la référence aux valeurs démocratiques et républicaines dont se nourrit sa politique sanitaire, pour construire un discours destiné à renforcer sa légitimité et celle de ses mesures. Le respect de la démocratie, bien que le terme apparaisse rarement dans la bouche de Fernández, a été établi par les références à la solidarité, à la responsabilité individuelle et collective, au travail en équipe, à l’unité et à l’égalité. Cette légitimité une fois validée et bien établie doit lui permettre de faire reconnaître le bien-fondé des lois et mesures qu’il édicte afin de combattre la pandémie. Elle doit aussi contribuer à son positionnement sur l’échiquier politique en renforçant sa légitimité de dirigeant démocratique.

3.4. La mise en mots de l’autorité

3.4.1. Fernández garant de la loi

46Afin d’annoncer les mesures à prendre concernant le traitement de la Covid-19 Fernández annonce la signature d’un décret de nécessité et d’urgence (DNU) par lequel il va édicter les lois à respecter : « Par conséquent, j’ai édicté un décret de nécessité et d’urgence qui étend l’urgence publique en matière de santé. »

47Une première lecture de cet énoncé pourrait faire croire qu’il s’agit de prendre des mesures dans le domaine de la santé, qui concernent uniquement les personnes travaillant dans ces organismes – mais dans la suite, il offre une explication détaillée de ce qui signifie ce DNU qui contredit cette impression. Ce flou trouble la transparence qu’il manifestait au début du discours, et l’aide à imposer « sa loi ».

48Fernández tente d’atténuer le « coup » en annonçant dès le départ :

Il confère des pouvoirs d’action et de prévention à différents ministères. Parmi eux, éviter les pénuries et fixer des prix maximaux du gel hydroalcoolique, des masques faciaux et des produits essentiels.

49Il permet également la suspension préventive des spectacles et la fermeture des espaces publics. Ce décret suspend les vols en provenance d’Europe, des États-Unis, de Corée du Sud, du Japon, de Chine et d’Iran pendant 30 jours. Dans le cadre de cette restriction, il prévoit que des mesures seront mises en œuvre pour faciliter le retour de ces pays de résidents argentins.

50Le président revient au flou : qui est le « il » en position de sujet – le décret personnifié auquel serait déférée la responsabilité de faire obéir à quelque chose ? Différents ministères, lesquels ? Par ailleurs, Fernández tempère la force de l’imposition de cette loi par son choix de présenter d’abord la partie la moins douloureuse et la plus encourageante. Il commence par annoncer qu’on évitera la pénurie des produits nécessaires en cette période de pandémie et qui plus est, le décret fixera des prix maximums pour les produits de première nécessité comme l’alcool en gel et les masques. AF utilise encore des verbes qui, accompagnés de leurs cotextes, produisent un effet d’atténuation comme « éviter » et « fixer ».

51Plus loin il commence à avoir recours à des mots (verbes, substantifs) relatifs à l’interdiction et l’imposition de lois, par exemple suspendre, restriction, isolement, violer (la loi), obligation, sévères, prendre des mesures nécessaires.

52Pour résumer un peu la teneur du DNU du début de la pandémie (il ne faut pas oublier que ce discours a été prononcé le 12 mars alors qu’il y avait dix cas confirmés et un mort) : il suspend l’entrée au pays des personnes venant de pays à haute contagion, la fréquentation des théâtres, des cinémas, des salles de conférences, etc., il dicte un isolement de 14 jours pour ceux qui ont été en contact avec des personnes contaminées ou bien ayant eux-mêmes des symptômes : « Il est important de comprendre que cet isolement préventif est essentiel pour réduire la propagation du virus. »

53Fernández présente à plusieurs reprises ce DNU en tant que mesure de prévention contre la propagation du virus. Il privilégie, de cette manière, la vie. C’est une autre recherche du bien commun qui contribue à la construction d’une image de soi crédible et digne de confiance. Cependant, ce recours aux valeurs et à la recherche du bien commun se voit interrompu au moment où il fait peser une menace de sanctions : « Ceux qui violent l’isolement établi auront des responsabilités pénales. »

54Cet énoncé reflète une sévérité et profère une condamnation qui n’apparaissaient pas auparavant dans le discours de Fernández. Le verbe « violer », axiologique négatif faisant référence à une transgression des lois institutionnellement établies, est complété par le groupe nominal « responsabilités pénales » mentionnant explicitement le châtiment. Le discours d’AF a pris une allure de violence qui peut peut-être contribuer à l’exercice de son pouvoir, mais qui risque de porter atteinte à la construction discursive basée sur des valeurs que le président a effectuée jusque-là pour manifester sa légitimité démocratique, et asseoir son autorité comme capacité à se faire obéir sans coercition.

55En outre, le décret oblige chaque personne à signaler les symptômes compatibles avec le coronavirus : « Et cela garantit également que la population recevra chaque jour des informations précises sur la situation. » Mais si le décret contraint chacun de rapporter s’il a des symptômes, l’État est obligé, en retour, d’informer les citoyens des avancées de cette crise sanitaire et de la manière de la gérer. La nuance d’autoritarisme s’efface alors derrière un échange d’informations qui pourrait traduire le besoin de transparence manifesté au début, mais également garantir une responsabilité réciproque et un lien de solidarité. Peut-on penser que ceux-ci pourraient marquer le début d’une « démocratie populaire (au sens d’une démocratie pour le peuple) et non populiste », selon les termes de Charaudeau (2014 : 244) ?

Conclusion

56L’analyse de la première allocution de AF à la nation sur la Covid-19 dévoile l’importance capitale de la confiance, qui s’avère en l’occurrence être la condition sine qua non d’une légitimité très précaire dans le contexte politique argentin. La tentative de construire un discours clair et explicatif et au même temps crédible et rassurant devait permettre au président fraichement élu de réinstaurer la confiance ébranlée par une longue histoire de déceptions. Il s’agissait de renforcer ainsi la légitimité démocratique qui lui avait été octroyée aux dernières élections quelques mois auparavant, et de bâtir sur cette base une autorité discursive lui accordant la possibilité d’édicter des nouvelles mesures restrictives d’une manière cohérente et modérée, pour « faire faire » sans coercition. On a pu voir ainsi que la confiance est, dans ce contexte, une notion clé pour la construction non seulement de l’autorité du dirigeant (comme le montre bien Marc Angenot dans sa Rhétorique de la confiance et de l’autorité), mais aussi de la légitimité de sa personne et des institutions qui l’ont intronisé et qu’il préside.

57L’analyse discursive a démontré que AF a réussi à valider et renforcer sa légitimité et son autorité par le biais de la transparence, de l’appel aux valeurs de responsabilité et de solidarité ainsi qu’à l’unité nationale. Il faut ajouter qu’il s’est donné lui-même en exemple en travaillant coude-à-coude avec Rodriguez Larreta (maire de la ville de Buenos Aires) qui est un adversaire politique, ainsi que des gouverneurs de différentes provinces appartenant à des partis politiques de l’opposition. Ce travail en équipe se constate dans les discours et conférences de presse donnés par la suite où AF se montre sur scène avec différents fonctionnaires de son gouvernement. Dans son discours du 30 mars lorsque les Argentins étaient en confinement depuis 10 jours, Fernández affirme que :

la réalité est que plus de 90% des Argentins se sont pleinement conformés à la quarantaine que nous avons ordonnée ; ils sont restés dans leurs maisons et se sont protégés ; ils ont protégé leurs enfants et ils ont protégé les personnes âgées, qui sont – précisément – celles qui sont les plus à risque parmi nous.

58En dehors de l’obéissance manifestée par les citoyens, AF a également réussi à maintenir la ligne politique qu’il défendait depuis sa campagne, se prononçant pour l’idée de sortir l’Argentine de la crise « ensemble ». Le flou utilisé au moment d’imposer le DNU pourrait se comprendre comme une manière de se différencier de l’un de ses prédécesseurs, Carlos Menem, qui a utilisé systématiquement l’argument de la peur pour imposer des DNU censées sortir l’Argentine de l’abîme dans lequel elle était tombée à l’époque. AF atténue la nature coercitive de la DNU et met plutôt en avant l’Autorité 2 telle que la définit Angenot, celle qui se fait obéir par la manifestation de la sagesse, de la compétence et de l’honnêteté du gouvernant. Finalement, ses stratégies pour construire un discours qui valide sa légitimité et son autorité se sont avérées efficaces au vu du pourcentage élevé de la population qui a respecté les mesures prises par le gouvernement, au moins tout au début de la pandémie.

59Reste à savoir si les discours qui ont suivi cette première allocution ont également réussi à maintenir cette reconnaissance afin d’inspirer la confiance et se faire obéir en conséquence. En effet, comme le mentionne Angenot (2013 : 21) « qui fait confiance » […] « oblige la source, il lui crée des obligations, des exigences, au premier chef l’exigence de ne pas “trahir” cette confiance par le mensonge, la dissimulation, la négligence. »

Haut de page

Bibliographie

Angenot, Marc. 2013. La Rhétorique de la confiance et de l’autorité. Discours Social 44 (Montréal : Editions McGill)

Charaudeau, Patrick. 2013. La Conquête du pouvoir (Paris : L’Harmattan)

Charaudeau, Patrick. 2014. Le discours politique : les masques du pouvoir (Limoges : Lambert-Lucas)

Donot, M. 2010. « Emergence d’un nouveau péronisme ? Analyse des discours à la Nation de Nestor Kirchner (2003-2007) ». Mots 93, « Figures et filiations dans le discours politique latino-américain », 65-81

Donot, Morgan. 2016. « L’analyse du discours présidentiel argentin en démocratie (1983-2015). La vocation refondationnelle. » Mots, 112, « Discours présidentiels et en présidentielles », 141-147

Fernández, José Luis. 2020. « Un presidente entre la pandemia y el postbroadcasting», Question/Cuestión 1(mayo),

https://doi.org/10.24215/16696581e301

Koren, Roselyne. 1998. « Transparence », Fiala, Pierre & Lafon, Pierre (éds). Des mots en liberté. Mélanges Maurice Tournier (Fontenay-aux-Roses : ENS éditions), vol. 2, 479-488

Koren, Roselyne. 2009. « Le récit de chiffres : enjeux argumentatifs de la “narrativisation” des chiffres dans un corpus de presse écrite contemporain », A contrario 12, 66-84

Legrain Milli. 2004. La Crisis Argentina de 2001, debilidad institucional y falta de legitimidad del Estado (Madrid : Instituto Complutense de Estudios Internacionales)

Montero, Ana Soledad & Cané, Mariana. 2020. « Cuidar, explicar, gobernar. El discurso de Alberto Fernández durante la pandemia de COVID-19 en Argentina », Ciencias Sociales y Big Data, Representaciones políticas, disputas comunicacionales y política internacional. Esteban Acris, Universidad Nacional de Rosario, 87-108

Origgi, Gloria. 2008. Qu’est-ce que la confiance ? (Paris : Vrin)

Perelman, Chaim & Olbrechts-Tyteca, Lucie. 2008. Traité de l’argumentation. La nouvelle rhétorique (Bruxelles : Éditions de l’Université de Bruxelles)

Peron, Juan Domingo. 1947. Doctrina Peronista (Buenos Aires)

Plantin, Christian. 2016. Dictionnaire de l’argumentation. (Lyon : ENS)

Rein, Raanan. 1998. Populism and Charisma. Peronist Argentina, 1943-1955 (Tel Aviv : Modan)

Rapoport, Mario. 2020. Historia Económica, Política y Social de la Argentina (1880-2003) (Critica, Buenos Aires)

Vitale, María Alejandra. 2020. «Discurso presidencial sobre el COVID-19. El caso de Alberto Fernández en Argentina», DeSignis 33, Intersecciones en el discurso político. Federación Latinoamericana de Semiótica, 112-125

Zanfardini, L. & E. Gimenez (à paraître). « El presidente en casa: el ethos de Alberto Fernández en tiempos de pandemia », Discurso & Sociedad

Haut de page

Notes

1 https://adalassociation.org/seminaires/303-appel-a-participation-seminaire-virtuel-sur-les-discours-politiques-et-mediatiques-autour-de-la-crise-sanitaire-liee-au-coronavirus-en-amerique-latine-et-en-europe , consulté le 14 juillet 2021.

2 Dans cet article la chercheuse analyse les discours et conférences de presse prononcés entre le 15 mars et le 17 juillet 2020.

3 Ces chercheuses étudient un corpus composé de six conférences de presse, une allocution à la Nation et 194 tweets prononcés entre le 10 mars et le 11 mai 2020.

4 Zanfardini et Giménez (à paraître) ont travaillé sur un corpus constitué des discours d’AF prononcés jusqu’au 14 août 2020 à partir de la première allocution du 12 mars.

5 Il faut rappeler que l’idéologie péroniste était interdite, donc il n’y avait pas participation électorale de partis politiques péronistes.

6 https://www.lanacion.com.ar/politica/rosenkrantz-abre-ano-judicial-diagnostico-critico-nid2230052/ consulté le 14 octobre 2021.

7 Ces mots sont entre guillemets parce qu’ils sont empruntés au chercheur en sciences de la communication de l’UBA, José Luis Fernandez (2020 : 6).

8 Pour toutes les citations en espagnol, c’est nous qui traduisons.

9 Je dois souligner que Koren cite dans ce passage des mots de Charaudeau dans son livre Grammaire du sens et de l’expression, p. 237, 660, 665, 677, 692, 694.

10 Perelman et Olbrechts-Tyteca (2008: 99)

11 Doctrina Peronista (1947)

12 N’oublions pas que jusqu’à l’arrivé de Peron ceux qui avaient le droit au vote était une minorité.

13 Ils militaient dans la jeunesse péroniste de gauche dans les années soixante-dix.

14 Le même Kirchner utilise cette dénomination dans un de ses discours en 2003. Cité par Donot (ibid : 73)

15 Voici par exemple un extrait d’un discours de NK : « Nous voulons récupérer les valeurs de la solidarité et de la justice sociale qui nous permettront de changer notre réalité pour avancer vers la construction d’une société plus équilibrée et plus juste. » (2003) Cette citation appartient à Morgan Donot (2010 : 77)

16 Cet article est issu d’une conférence virtuelle donnée par ses auteurs, Lucia Zanfardini, de l’Université de Rio Negro et Elina Giménez, de l’Université de Buenos Aires au mois d’aout 2020.

17 « Vous devez convoquer tout le monde et leur dire qu’ils doivent collaborer. Arrêtons de tirer la corde d’un seul côté, construisons ensemble. C’est un avenir avec Alberto et un avenir avec Cristina, c’est un avenir avec tout le monde. » Ces mots ont été prononcés dans le premier discours de sa campagne électorale le 21 mai 2019 dans la province de Santa Cruz.

https://www.youtube.com/watch?v=xIcJjxOy5Wc&list=PLK4aLNn_GepY1pz1XQu3pl7Qh8QMAb3vi&index=1 consulté le 30 juin 2021.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Karina Masasa, « Le rôle de la confiance dans la construction discursive de la légitimité et de l’autorité. La première allocution sur la Covid-19 en Argentine »Argumentation et Analyse du Discours [En ligne], 28 | 2022, mis en ligne le 25 avril 2022, consulté le 21 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/aad/6205 ; DOI : https://doi.org/10.4000/aad.6205

Haut de page

Auteur

Karina Masasa

Université Bar-Ilan, ADARR

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Argumentation & analyse du discours est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo ADARR Tel-Aviv
  • Logo Université Tel-Aviv
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search