Navigation – Plan du site

AccueilNuméros28Un Président populiste en campagn...

Un Président populiste en campagne : Donald Trump, ou la gestion de la crise de la Covid-19

A populist president in campaign: Donald Trump, or the management of the Covid-19 crisis
Maria Saltykov
Traduction(s) :
A populist president in campaign: Donald Trump, or the management of the Covid-19 crisis [en]

Résumés

Cet article examine les procédures discursives et argumentatives teintées de populisme selon lesquelles Donald Trump, qui va à contre-courant de la politique sanitaire contre la Covid-19 adoptée par la plupart des pays démocratiques, tente de légitimer ses décisions et de les présenter comme conformes au souci du bien public. On analyse la façon dont, dans son allocution à la nation, le dirigeant des États-Unis s’attache à réaffirmer sa légitimité de Président sortant affaibli par des tentatives d’impeachment, et de renforcer l’autorité de sa personne en vue des élections proches. Dans cette perspective, on tente de déceler les stratégies discursives qui relèvent du national-populisme et les valeurs communes qui les sous-tendent, en examinant comment elles s’intègrent dans l’argumentation globale mise en œuvre pour parvenir aux fins persuasives du Président-candidat.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1En 2015-2016, Donald Trump s’est imposé dans le monde politique et est rapidement devenu une icône du populisme. Il est classé parmi les dirigeants populistes dans de nombreux écrits scientifiques postérieurs (Boucher 2020, Bonikowsky 2019, Weyland et Madrid 2019, entre autres), mais aussi dans les médias internationaux (CNN, NYT, Le Monde, Le Parisien, Télégramme et de nombreuses autres sources). La co-occurrence des mots Trump et populism figure dans plus de 7 millions des articles mis sur Google (jusqu’en octobre 2020). Cela nous a incité à examiner le discours sur la Covid-19 du 45e Président américain dans son rapport au populisme, un cadrage qui s’est avéré très éclairant pour en saisir les ressorts argumentatifs.

2Dans le cadre de la présente recherche, nous nous proposons donc de circonscrire, à travers le prisme du populisme, l’argumentation que le Président américain en campagne déploie dans sa première allocution sur le coronavirus et notamment la façon dont il légitime une attitude très particulière par rapport au problème sanitaire et dont il travaille à réaffirmer son autorité auprès de l’électorat potentiel.

3Cette problématique appelle à examiner l’allocution « inaugurale » du 26 février 2020 sur le coronavirus à plusieurs niveaux. Nous essayerons, d’un côté, de la situer dans la trame des discours de Trump en tant que Président (ou même candidat présidentiel), pour en signaler les particularités ou, au contraire, constater une continuité du style et de l’argumentation trumpiens, et de l’autre côté, dans un contexte où le problème a dépassé les frontières nationales, nous l’envisagerons en tenant compte des discours inauguraux des autres leaders mondiaux qui font face au même défi argumentatif.

  • 1 Quelques mois plus tard, on parlera déjà du droit des citoyens à disposer de leur corps et de leur (...)

4En effet, si l’on considère l’allocution de manière contrastive, dans son rapport aux discours des autres chefs d’État, on constate une nette rupture avec la rhétorique globale « du corona ». Contrairement à ce que l’on trouve dans les discours prononcés dans des pays démocratiques comme la France, l’Allemagne, l’Italie et bien d’autres, le premier discours officiel de Trump ne contient presque pas de légitimation des mesures anti-Covid dont on pourrait craindre qu’elles ne violent les libertés citoyennes (notamment les limitations du libre déplacement ou la prescription de la portée de masques ou d’autres équipements protecteurs1). Tout au contraire, le but de Trump est d’expliquer au public pourquoi il n’y a pas lieu de s’inquiéter. L’allocution travaille à dissiper les angoisses suscitées par la rapide propagation de la Covid-19 dans les pays touchés et à promettre une issue positive de l’affaire.

5Sur le plan méthodologique, nous nous inscrivons dans le champ de l’analyse du discours et de l’argumentation, qui apportent une série de ressources précieuses pour étudier le phénomène du populisme, le rôle de l’ethos — l’image de soi créée/renforcée dans une prise de parole, développée par Amossy (2010), la subjectivité énonciative (Kerbrat-Orecchioni 2002 [1980]), la classification des outils discursifs de légitimation (van Leeuwen 2007, Charaudeau 2005, ainsi que Beetham 2013). Ces instruments d’analyse ont été enrichis par les études américaines du discours politique (Benoit 2007, Savage 2011), notamment du discours de Trump (Bonikowski 2019, Sabato et al. 2017, Mercieca 2020) et de son ancrage dans la doxa nationale américaine sur laquelle le leader construit sa stratégie persuasive de légitimation (cf. entre autres Bennett 2015, Kohut et Stokes 2006, Pyszczynski 2008, Rosenstiel 2006).

6Par ailleurs, il faut souligner l’importance de l’aspect contextuel lorsque l’on s’interroge sur les effets produits par le leader de la nation. Cela nous mène à accorder une attention particulière aux sources médiatiques qui fournissent des réactions directes et immédiates aux paroles présidentielles et permettent une contextualisation en profondeur des allocutions de Trump à la nation.

1. Explication du cadre populiste

  • 2 Voir Loraux 1979, Bredin 2001.

7On définira succinctement ici le phénomène du populisme sur la base d’une synthèse opérée à partir des théories de Taguieff (2007), Mueller (2016), Charaudeau (2011), Boucher (2020) et Rosanvallon (2020). Il est à noter que les ouvrages de notre échantillon, bien que divers, ne sont pas en contradiction ; les théories semblent plutôt se compléter conceptuellement. Dans leur ensemble, elles ne sont pas dénuées d’un aspect critique, même si les auteurs ne prennent pas nettement position et se contentent de relater les aspects principaux du phénomène analysé, dont sa critique. Le fait est que la majorité des ouvrages mentionnés constatent, d’une part, le rapport problématique des populistes à la « réalité objective », la « vérité » (ainsi, le titre même L’illusion populiste de Taguieff 2007 évoque d’emblée une manipulation de la conscience des masses de la part des « démagogues » au pouvoir). D’autre part, ces travaux mettent en question la corrélation entre le populisme et les principes démocratiques : « Le populisme n’est pas en soi démocratique et tend même, sans aucun doute, à être anti-démocratique », note par exemple Mueller (2016 : 18) ; et Rosanvallon (2020 : 198) intitule « Fiction démocratique… » l’un des sous-chapitres de son livre. Le présent article s’intéresse à ces deux dimensions qui sont, en fait, très étroitement liées entre elles (une interprétation « transparente » des faits faisant partie d’un « agenda » politique démocratique2, opposé à la communication publique populiste).

8À la lumière des théories susmentionnées, le populisme peut être interprété comme un mode spécifique de la représentation politique, qui propose à l’auditoire une vision du monde dichotomique et conflictuelle, fondée sur une nette distinction entre le bien et le mal, où le « bien » est l’apanage du « peuple authentique, moralement pur » (Mueller 2016 : 165), confronté à l’instance de l’ennemi implacable qui prend des apparences diverses, mais surtout celle du « système » (concrétisé en fonction du contexte dans lequel agit le populiste). Ce paradigme donne naissance à une figure dite authentique et quasi-héroїque du leader qui revendique le « monopole de la représentation » du peuple (Mueller 2016 : 50 ; 85) pris comme un tout homogène, dont il s’engage à satisfaire les besoins, en leur promettant « tout le bonheur du monde ». Le style discursif populiste se distingue par une expressivité particulière (le pathos) et un verbe fleuri destinés à stimuler l’imagination des membres de l’auditoire, en d’autres termes, à les faire « rêver » (Boucher 2020 : 56). La « vision du monde » populiste se caractérise par sa persistance à toute épreuve : le discours populiste résiste même à une confrontation avec les faits du réel objectif, et survit à toute critique, constructive ou non, par un simple rejet de sa source. L’ensemble de ces traits dans le discours et le positionnement politiques permet de classer leur porteur dans la cohorte populiste.

9Ajoutons que pendant sa première campagne présidentielle (2015-2016), Donald Trump s’est mis à promouvoir des principes caractéristiques du national-populisme, en préconisant la suprématie mondiale des USA, et y faisant adhérer un nombre impressionnant d’électeurs. Le national-populisme est conçu ici dans le sens formulé par Taguieff (2007 [2002]) et repris conceptuellement par d’autres auteurs, comme par exemple Boucher (2020) : c’est la forme du populisme qui se fixe sur « l’identité nationale pensée en termes à la fois historiques et ethniques » (Taguieff 2007 [2002] : 231). Dans la suite, nous verrons qu’à l’appui de cet argumentaire, le Président cherche à toucher et à activer des convictions doxiques profondément enracinées chez son public.

2. Donald Trump et la question de la légitimité présidentielle

  • 3 Les études récentes confirment que les forces populistes oppositionnelles (en France, mais la tenda (...)

10Mais qu’advient-il du discours populiste lorsque l’homme politique change de fonction et accède au pouvoir étatique autorisé ? Un populiste, une fois au gouvernail, est-il obligé de revoir sa tactique par définition oppositionnelle et protestataire3 (« être populiste, c’est d’abord “être contre” » écrit Taguieff [2007 [2002] : 219]), pour s’autoriser à parler désormais à partir de la tribune officielle ? Comment, à partir de cette position, va-t-il gérer une crise sanitaire sans précédent qui, par ses conséquences, est devenue une catastrophe humanitaire dans un pays qui se veut « le meilleur » (the greatest) (il l’est devenu aussi, malheureusement, par rapport à l’épidémie, en comptant plus que 11 millions de cas, et 250.000 décès jusqu’au moment de la rédaction du présent article, octobre 2020) ?

  • 4 On abordera cet aspect contextuel dans la partie 7 qui traite des spécificités de la stratégie « po (...)

11La situation argumentative se complexifie encore en raison de la conjoncture politique dans laquelle les événements se déroulent. Au moment de sa première allocution officielle, prononcée le 26 février 2020, Donald Trump se trouve en effet en plein milieu de sa deuxième campagne présidentielle qui devait arriver à sa conclusion logique le 3 novembre 2020. De plus, peu avant les événements en question, Trump a dû faire face à la première tentative d’impeachment, ce qui a certainement affecté ses objectifs stratégiques en l’obligeant à mettre l’accent sur la réaffirmation de son image de « présidentiable »4. La Chambre des Représentants du Congrès des États-Unis a en effet adopté deux articles de destitution contre Trump : abus de pouvoir et obstruction du Congrès. Le Sénat a acquitté Trump de ces accusations le 5 février 2020. Ces circonstances ont cependant mis l’homme politique en situation de possible délégitimation au niveau légal, et d’un déficit de légitimité de sa personne et de ses actions en tant que Président (en suivant la terminologie de Beetham 2013).  En même temps, il est obligé de reconstruire son autorité en tant qu’homme politique puissant et compétent, en restaurant sa crédibilité de leader, ainsi que « l’intime conviction de la compétence et de l’honnêteté […], de la droiture de son jugement comme de ses intentions ; c’est cette conviction qui confère à la personne politique son autorité » (Amossy 2022). En prenant le contre-pied de la politique sanitaire décrétée par la plupart des pays démocratiques, Trump doit donc à la fois légitimer des façons de dire et de faire qui s’écartent de celles des autres dirigeants et réaffirmer son autorité en tant que leader dont la parole en rupture avec la norme mérite une confiance totale.

12On tentera donc de voir selon quelles modalités le Président déploie un discours populiste qui se doit de légitimer une réaction en rupture avec celle de la plupart des dirigeants démocratiques, et réaffirmer sa légitimité présidentielle mise à l’épreuve. En même temps, on examinera comment un tel discours sur la crise sanitaire, en prise sur des considérations électorales, participe d’un positionnement politique. Sur la base de cette analyse, nous essaierons de discerner les spécificités de la construction de la légitimité et de l’autorité politique au sein du discours « populiste ».

3. Positionnement présidentiel envers le problème dans une perspective chronologique et globale

  • 5 NYT, 15.05.2020.

13On remarque d’emblée que le discours « fondateur » sur le coronavirus qui date du 26 février 2020 n’est pas une réaction immédiate : l’infection a déjà fait irruption dans le pays et a commencé progressivement à se propager dès la mi-janvier, la première victime est décédée le 6 février. Déjà vers la fin du mois de janvier, les premiers cas de transmission communautaire ont été identifiés et les hôpitaux ont commencé à voir un plus grand nombre de personnes atteintes du virus5.

14Pour être précis, les mesures introduites au moment de la prise de parole consistaient essentiellement en l’aménagement des services médicaux, le stockage d’équipement protecteur, l’évacuation des Américains hors des zones « contaminées » et l’interdiction de voyager dans ces pays, la limitation de l’entrée dans le territoire des USA des migrants et non-migrants issus des pays comptant un nombre important de personnes contaminées (Chine, Iran, Corée du Sud, Italie). Ce n’étaient donc pas encore les restrictions « internes » portant atteinte au confort de la vie quotidienne des citoyens. En fait, les CDC (US Centers for Disease Control and Prevention) ont lancé leurs premières instructions de distanciation sociale deux semaines plus tard (le 15 mars 2020), d’autres mesures ont été laissées à la discrétion des autorités locales. Il faut juste ajouter, en profitant du privilège du commentaire rétrospectif, qu’à peine six semaines plus tard, le pays a dépassé le million d’infections.

15Notons que l’état d’urgence national, accompagné de mesures « impopulaires » ne sera décrété que deux semaines plus tard (le 13 mars 2020) sur un ton beaucoup plus alarmant, caractérisé déjà par un lexique « belligérant », dans le sillage des autres dirigeants mondiaux, par exemple, le Président français Emmanuel Macron qui en a amplement usé (« we’re taking in our very vigilant effort to combat and ultimately defeat the coronavirus », affirme Trump), ce qui signale un changement dans le ton de la rhétorique présidentielle et une perception plus sérieuse de la gravité du problème.

  • 6 Dans le même cadre, en caractérisant le discours trumpien sur la Covid-19.

16On ne peut cependant pas taxer le Président de négligence. Il s’agit ici d’une négation délibérée ou d’une position que Boucher définit comme un « déni du réel6 » (2020 : 135) objectif, souvent reproché aux politiciens populistes qui substituent au réel leur propre lecture de l’état des choses au gré de leurs intérêts politiques. Les médias internationaux font circuler ce point de vue dans l’espace public (en le reformulant ou en utilisant la même expression) de façon à ce qu’il devienne presque un nouveau « lieu commun » : « Du déni au délire », commente le Télegramme (05.06.2020) en parlant des fluctuations dans le temps de la rhétorique présidentielle ; Six months of Trump’s Covid denials (The Guardian, 29.07.2020) ; the president has gone from downplaying the pandemic to its denial (The Atlantic, 31.10.2020) ; Donald Trump has denied the second surge of the coronavirus pandemic (Independent, 03.11.2020), et d’autres sources (CNN, 31.05.2020, Le Monde, 06.05.2020, Le Parisien, 09.04.2020, etc.) qui partagent ce point de vue. Même à la conférence de presse dans le cadre de laquelle l’allocution en question a eu lieu, un journaliste, en posant sa question, constate : Tonight, you’re minimizing the risk of danger of the virus. 

17Effectivement la première adresse de Donald Trump à la nation, ainsi qu’une série de commentaires qui la précèdent, fondés sur la valeur de l’espoir (Hopefully, everything’s going to be great, rassemblement électoral dans l’Iowa, 30.01.2020 ; the weather starts to warm & the virus hopefully becomes weaker, and then gone, Twitter, 07.02.2020), font nettement preuve de son désir d’éviter de rapporter des faits témoignant d’une réalité désagréable en provenance « de l’extérieur » du pays : statistiques dérangeantes, limitations imminentes, dangers d’une infection encore peu connue. Il transmet au contraire, à maintes reprises, des pronostics optimistes dont on tente ici d’exposer les fondements argumentatifs.

18Par la suite, une telle position (un sur-optimisme marqué) sera qualifiée par les médias d’imprudence coupable (par exemple le NYT, mais aussi les journaux internationaux, comme Le Figaro, entre autres). Or, il faut bien voir que le contrôle total d’une situation menaçante contribue à construire l’image que Trump projette en tant que Président sortant, et qui doit servir de preuve de son efficacité dans ses fonctions, en réaffirmant ainsi son autorité présidentielle.

19Ce positionnement peut en même temps être interprété comme un processus de légitimation de sa politique dans la mesure où il la présente comme travaillant au bien commun par le rejet de toute panique : le Président répand un optimisme serein, et tente d’instaurer la confiance dans l’issue heureuse d’une situation problématique. La légitimation est ici entendue comme la tentative de faire apparaître une position comme non seulement légale, mais aussi fidèle aux valeurs morales dont se nourrit la communauté, et conforme à l’intérêt général. À l’appui des thèses qu’il avance, le Président Trump instrumentalise une série de « facteurs culturels » (Amossy 2022) qui permettent à ses paroles d’apparaître comme « justes » pour le public donné.

4. Stratégie(s) discursives populistes

20Trump entend certes conforter sa légitimité en mettant en relief la priorité incontestable (valeur) octroyée au peuple américain ­— la santé et la sécurité des gens — dans toutes ses motivations : And the number one priority from our standpoint is the health and safety of the American people. Il faut noter que cet aspect se retrouve dans tous les discours des chefs d’État sur l’épidémie, il fait donc partie d’une rhétorique spécifique « du corona » ; s’il en diffère ici, c’est dans la mesure où Trump le met au service d’une autre politique sanitaire qui demande à être justifiée. Or, une partie de la construction de légitimité et d’autorité de Trump ne passe pas par un processus de justification rationnelle mais bien par un recours, sur le plan formel, à des spécificités stylistiques ancrées dans des aspects profondément idéologiques et culturels, qui la rattachent au discours populiste.

4.1. Le registre déclaratif et hyperbolique

21Le leitmotiv du discours en question se compose d’assertions déclaratives fortement assénées du genre we’re doing really well ; we are totally prepared ; very well under control, etc. Elles sont souvent renforcées par les marqueurs de subjectivité qui, si on prend les exemples susmentionnés, effectuent une fonction évaluative de « type bon/mauvais » (Kerbrat-Orecchioni 2009 : 113) comme totally, very well, … ainsi que du « type vrai/faux » (ibid.), comme really ; ou bien des (doubles) négations qui amènent à la même idée prépondérante : Well, I don’t think it’s inevitable.

  • 7 L’appel à l’autorité des experts sera abordé dans les parties suivantes, ici nous nous limitons à l (...)

22Cela est corrélé avec un trait flagrant du style discursif de Trump, à savoir l’utilisation massive de superlatifs qui amplifient ses idées. Pour ce faire, il a recours aux évaluatifs (Kerbrat-Orecchioni 2009 : 89) qui mettent en valeur ses propres acquis, mais aussi l’expertise des responsables et de la sphère de médecine américaine7 en général : Very, very tremendously [talented] ; great ; incredible ; extraordinary, etc., et peuvent être inscrits dans des « structures comparatives » (ibid. : 99) : We have the best prepared people, the best people in the world ; most talented people in the world, The United States is rated number one most prepared, etc. Cette force d’affirmation et cette amplification visent à faire une grande impression sur les esprits et à conférer à l’orateur sa crédibilité en court-circuitant les bonnes raisons qu’il devrait alléguer pour inspirer la confiance.

4.2. Le Positive thinking

  • 8 C’est nous qui traduisons.

23Son positionnement envers le problème, transmis à l’aide de ces moyens « techniques », s’avère valable au regard du champ culturel dans lequel agit le locuteur, dans la mesure où il invoque les « valeurs de sa communauté, et [le] système sous-jacent dont elles participent, censés manifester sa légitimité » (Amossy 2022), dont une « idéologie de l’optimisme » (‘ideology’ of optimism, Bennett 2015) ou bien de la « pensée positive » (Meyer 1965, ainsi que The Atlantic 2015, scholar.harvard.edu, etc.) qui régissent l’éthique comportementale et, en général, imprègnent la culture nord-américaine, où les « les institutions propagent l’optimisme et l’espoir8 » (Bennett 2015).

24Donc, le culte de la « positivité » (opposé à un « négativisme » ou bien un « réalisme » dans la représentation des faits) est caractéristique de la société américaine. Effectivement, cette tendance est très forte dans les discours des prédécesseurs de Trump, par exemple Barack Obama. La question est alors de savoir, non seulement si elle est pertinente dans le contexte donné, mais aussi dans quelle mesure elle est typique de Trump lui-même. Si elle est ancrée dans la culture du pays, en quoi convient-il de lui faire un sort dans la présente analyse ?

  • 9 Celui qui se présente aux élections pour la première fois et, littéralement, « attaque » l’industri (...)
  • 10 Celui qui a déjà occupé la haute position recherchée, et qui, le plus souvent, se présente pour le (...)
  • 11 Nous évoquerons dans la suite les éléments de la « politisation » de son allocution en question.
  • 12 Une critique de l’activité des opposants de la part d’un challenger est une stratégie « logique ». (...)

25En réalité, ce trait remplit une fonction non négligeable dans la rhétorique de Trump si on l’examine comme une composante du discours (pré)électoral. Il attire notre attention grâce à un double vecteur du « comportement discursif » de l’ex-Président américain. Si nous envisageons l’allocution par rapport à ses discours électoraux (2015-2016) ainsi que présidentiels (2016-2020), nous remarquons en effet que le maniement de son ethos (dans le sens de Amossy : « la présentation de soi dans sa dimension verbale », 2010 : 209) varie en fonction des circonstances formelles dans lesquelles se trouve l’homme politique. En particulier, il change selon que son statut est celui d’un challenger9 ou d’un incumbent10 (terminologie de Benoit 2007) à un moment politique donné. Cette perspective demande une précision : en 2015-2016, Trump s’est présenté comme un challenger à juste titre ; déjà en 2020, nous le classons comme incumbent : Président en fonction, il transgresse néanmoins la neutralité présidentielle pour introduire dans son discours des éléments de lutte électorale11. La mise en perspective de ces deux rôles révèle une nette tendance touchant à la construction de l’ethos du locuteur, ainsi qu’à la tonalité prépondérante de son message : une manifeste « négativité » du discours de Trump-challenger (qui a frappé le monde entier en 2015) en ce qui concerne le pays et ses perspectives12, cède la place à une extatique « positivité » du futur candidat, qui glorifie déjà ses propres réalisations en tant que Président. De cette façon, nous pouvons supposer que la présente allocution fait partie intégrante du discours trumpien en tant qu’incumbent. La pertinence de cette attitude manifestement optimiste par rapport au virus encore peu connu est évidemment une autre question.

4.3. Exceptionnalisme américain et national-populisme 

26Un sur-optimisme « local », se profilant sur le fond du drame humanitaire qui se déroule dans le reste du monde, invoque une autre dimension doxique : l’esprit de la « suprématie » des États-Unis à l’échelle mondiale, un « exceptionnalisme américain » amplifié par les maximes du national-populisme.

27On peut même, en s’inspirant de la classification de van Leeuwen, notamment de sa catégorie du role model (2007 : 95), supposer que Trump crée, pour l’utiliser ensuite dans son argumentation, un imaginaire de role-model country, de pays-modèle qui excelle dans toutes les sphères et dépasse de loin tous les autres. Le pays est même chargé d’une « mission » par rapport aux autres nations « ordinaires » : We have the greatest experts in the world really, in the world, right here people that are called upon by other countries when things like this happen ; Parts of the world are asking us, in a very nice way, can [we] partake and help them ; the best team anywhere in the world et ainsi de suite.

28Dans les termes de Maingueneau et Cossutta, il s’agit de la « détermination d’un lieu » la supériorité incontestée, « associé à un corps d’énonciateurs consacrés » (1995 : 113) la société nord-américaine. En évoquant ainsi les « topoï d’une collectivité » donnée (ibid.), en leur donnant une forme discursive qui puisse servir « de norme et de garant aux comportements d’une collectivité » (ibid.), le Président établit avec ses auditeurs un lien de compréhension mutuelle, un accord sur les valeurs communes.

  • 13 Le terme a été originellement conçu par Tocqueville en 1835.
  • 14 Le terme est utilisé sans aucune nuance évaluatrice, uniquement pour marquer le phénomène analysé.

29Dans cette perspective, il apparaît que l’usage massif du superlatif (évoqué plus haut), joint à l’appel à une « grandeur » censée s’imposer à l’échelle planétaire, composent un fait à la fois linguistique et culturel. À cet égard, un terme particulier – l’« exceptionnalisme américain » (American Exceptionalism13), fondé sur un ensemble de traits, dont les valeurs républicaines renforcées par l’esprit d’entreprise et une vitalité puissante – circule dans le domaine scientifique. Ainsi Kohut et Stokes (2006) explorent le phénomène dans la perspective de la « déconnexion des images » : la divergence entre l’image que la nation se fait à ses propres yeux et celle qu’elle projette aux yeux des autres nations (in many domains, Americans view themselves in a more positive and benevolent way than they are viewed by others, Pyszczynski 2008 se référant à Kohut et Stokes 2006). Ce « narcissisme »14 de masse va jusqu’à l’interpellation de la supériorité spirituelle traduite dans la formule America, the Blessed Nation (Rosenstiel avec une référence à Kohut et Stokes 2006).

30En ce qui concerne le cas concret de Trump, la mise en œuvre des codes culturels partagés est renforcée ici par la rhétorique populiste, où l’exceptionnalité/la vertu d’un « vrai peuple » est absolutisée. En effet, le pathos national-populiste est dichotomique (on l’a déjà évoqué : si l’on est bon, on est le meilleur ; de même si l’on est mauvais), maximaliste, mégalomane. Il vise à éveiller et à cultiver chez l’auditoire national des sentiments patriotiques de fierté, de supériorité, et l’amener à une catharsis, pour engendrer, finalement, une confiance aveugle dans les paroles et les actions du leader de la nation. En d’autres termes, Trump mobilise ici les « variables attitudinales » du national-populisme, indiquées par Bonikowski (2019) qui étudie sa variante « trumpienne », dont la « fierté qu’inspirent la nation et l’État »  (Pride in the nation and state) et le « sentiment de supériorité nationale » (Sense of national superiority, Bonikowski 2019 : 117 – nous traduisons).

5. Un usage populiste des stratégies argumentatives 

5.1. Les modalités de l’appel aux experts

31Lorsqu’on examine les stratégies argumentatives mobilisées par Trump, on voit qu’en leur cœur se situe l’autorité des experts (van Leeuwen 2007 : 94) : médicaux, scientifiques, administratifs. Il s’adresse aux citoyens pendant la conférence de presse à côté du Vice-Président Mike Pence et entouré par tout un groupe d’experts : les membres du groupe de travail sur le coronavirus (le Secrétaire à la Santé et aux Services sociaux, Alex Azar ; le Directeur adjoint des CDC (Centres pour le contrôle et la prévention des maladies), Dr Anne Schuchat ; Directeur de l’Institut national des Allergies et des Maladies infectieuses au NIH, Dr Anthony Fauci).

32Cet argument d’autorité est presque un lieu commun dans les discours des leaders mondiaux. Mais il frappe dans l’allocution de Donald Trump au regard de la personnalisation extrême à laquelle il soumet toutes les situations. Les spécialistes le confirment : reductio ad Trumpum, commente l’essayiste et historien M. Tandonnet en parlant de la « personnalisation outrancière » de son discours « au détriment du débat d’idées et du bien commun »15 ; l’historien spécialiste des États-Unis C. Sellin caractérise Trump par « la personnalisation extrême de la diplomatie américaine » 16. L’appel à l’autorité experte peut donc être interprété comme une certaine « concession » devant l’importance de la menace de la Covid-19 et, conséquemment, peut servir de reconnaissance indirecte, voilée, contextuelle – du risque d’une catastrophe imminente (malgré la tonalité « optimiste » dont nous avons longuement traité).

33Et en effet, dans ce discours, le Président Trump préfère partager la responsabilité avec les membres d’une excellente équipe : brilliant team, composée de professionals, doctors. Il inclut donc sa personne dans un « Nous » collectif dans des locutions comme pretty good job we’ve done (une modalité rarement utilisée dans son discours). Quel rôle s’attribue-t-il dans ce cas « atypique » d’ethos collectif (Amossy 2010 : 156) ? Où se trouve son autorité propre de leader « fort » et puissant ? Est-ce que ce cas particulier, qui n’a de précédents ni dans le passé proche ni dans le passé éloigné, l’a poussé à dépasser un « égocentrisme » discursif populiste qui ne tolère pas d’intermédiaires entre le dirigeant et « son » peuple ? Ou bien la crise sanitaire l’a-t-elle soudainement transformé en team player – une posture qu’il a toujours réfutée (depuis les primaires du GOP, où il était logique de représenter, en quelque sorte, une idéologie « commune ») ?

34La réponse à cette dernière question, négative, réside dans la nuance : malgré une utilisation élevée du pronom pluriel we, il ne se présente pas en égal des membres de l’équipe « brillante » : il se met à sa tête, ce qu’il indique dans des énoncés (avec le pronom de la première personne du singulier déjà « séparé » des autres) comme I spent a lot of time with the team over the last couple of weeks, but they’re totally brilliant, and we’re doing really well ; I just left a group of 45 people that are the most talented people in the world, et ainsi de suite

35Le succès de l’équipe des experts (dans le domaine de la médecine, ainsi qu’en politique – son administration représentée par Mike Pence) est donc le produit des actions efficaces du Président, qui a su ressembler les meilleurs. Il leur délègue les responsabilités et reçoit leurs rapports : I’m having them report to Mike.  Mike will report to me. … They’ll also be reporting, in some cases, to both.  I’ll be going to meetings quite a bit depending on what they want to do and what message we want to get out. Mais c’est le Président qui prend les décisions (I made a decision, dit-il à propos de l’évacuation des Américains hors de Chine et le travel ban décrété pour cette zone). C’est donc lui qui reste l’instance ultime en ce qui concerne la gestion de la crise.

36Trump construit ainsi une subordination, une hiérarchie où son autorité institutionnelle et personnelle prédomine sur un savoir spécialisé (académique ou administratif) ; il l’absorbe et se met à la tête de ses représentants. Dans une perspective plus générale, une telle insistance sur le fait qu’il est le garant suprême des décisions politiques, alors qu’il s’agit d’une démocratie où les décisions sont discutées par un ensemble d’acteurs politiques, renvoie à l’idée du conflit essentiel entre l’ordre démocratique et la vision populiste.

37En ce qui concerne la fonction argumentative de l’appel à l’expertise, il faut bien voir que Trump, contrairement aux autres chefs d’État, la mobilise non pas pour justifier des mesures restrictives, mais à l’inverse pour prouver que la cause ne mérite pas l’attention disproportionnée qu’on lui accorde et que sa portée est considérablement surfaite. Ainsi il allègue sa conversation avec le Dr Fauci susmentionné et compare le nouveau virus à la grippe « annuelle » qui prend statistiquement beaucoup plus de vies mais provoque beaucoup moins d’émoi :

I want you to understand something that shocked me when I saw it that and I spoke with Dr. Fauci on this, and I was really amazed, and I think most people are amazed to hear it: The flu, in our country, kills from 25,000 people to 69,000 people a year.  That was shocking to me.

And, so far, if you look at what we have with the 15 people and their recovery, one is one is pretty sick but hopefully will recover, but the others are in great shape.  But think of that: 25,000 to 69,000.

5.2. « Rationalisation » de la menace

38L’appel à l’autorité experte est combiné dans ce dernier exemple avec un processus de rationalisation (van Leeuwen 2007 : 100) par le biais de l’analogie établie entre deux maladies qui sont toutes deux contagieuses et mortelles, mais sont traitées différemment, ce qui convoque l’argument du « deux poids, deux mesures ». « I mean, view this the same as the flu », reprend le Président dans une autre phrase.

39Une ridiculisation de la menace par le biais des « recommandations » simplistes jusqu’à l’absurde (se laver les mains, rester propre), vient renforcer cet effet de « banalisation » du virus et de son « rabaissement » au statut de grippe annuelle et familière. Ainsi Trump répond à la question du journaliste sur la nécessité des changements dans le comportement des Américains en raison de l’épidémie :

I think you have to always look, I do it a lot anyway, as you’ve probably heard.  Wash your hands, stay clean.  (Laughter.)  You don’t have to necessarily grab every handrail unless you have to.  You know, you do certain things that you do when you have the flu.

  • 17 Justement pour rappel : travail avec les personnes infectées, limitation du flux touristique des zo (...)

40« [W]e’ve had tremendous success », déclare Trump pour rassurer et « encourager » l’auditoire quand il évoque les mesures17 déjà prises par « l’équipe anti-corona » et lui-même, destinées à prévenir la propagation du virus. L’argumentation dans ce cas revêt un double sens : celui qui ressort du texte même (justifier les mesures à respecter et établir ainsi leur légitimité) et un sens plus large, considéré dans la perspective de la campagne électorale à venir, qui se joint à la visée argumentative globale de Donald Trump (construire et maintenir une bonne image de soi et assurer son autorité de présidentiable). Prenons en guise d’exemple le passage suivant :

Had I not made … had I not made a decision very early on not to take people from a certain area, we wouldn’t be talking this way.  We’d be talking about many more people would’ve been infected. … It turned out to be a good decision. … And we really gave it an early start.  We gave it a very early start.

  • 18 C’est nous qui traduisons.

41De prime abord, on voit que Trump recourt à la « rationalisation instrumentalisée »18 (van Leeuwen 2007 : 101) en justifiant the practice (ibid.) (la mesure – l’évacuation des gens) par son effect (ibid.), ce qu’il exprime par l’argument par la conséquence (had I not made a decision… many more people would’ve been infected) et par la priorité accordée à la santé des gens (des personnes évacuées, mais surtout de celles dont la santé est « préservée » grâce à l’action du pouvoir). La conséquence positive (moins de personnes infectées) sert de justification. Pourtant, il ne faut pas oublier qu’en l’occurrence, il s’agit de mesures qui peuvent être considérées comme « mineures » ou préliminaires quant à leur impact sur les libertés personnelles de la population, surtout à la lumière de celles qui seront introduites deux semaines plus tard (nous avons déjà mentionné la dynamique du déploiement des mesures « anti-corona » dans le pays). Donc, elles n’exigent pas encore de justification développée, mais servent plutôt à mettre en exergue les « bonnes initiatives » et la compétence du Président sortant (… had I not made a decision) dans l’établissement du contrôle de la propagation du virus : It turned out to be a good decision.

42Une autre dimension qui figure ici, particulièrement valorisée par Donald Trump, est le dynamisme de sa réaction aux événements mondiaux (l’épidémie envahissant de plus en plus de pays) : And we really gave it an early start.  We gave it a very early start, déclare-t-il. Dans sa propre échelle de valeurs, la « rapidité » tient une place primordiale, juste à côté de la compétence et de l’efficacité politiques (peut-être cela est-il tributaire de son expérience passée dans l’entreprenariat et le grand commerce). Dans le contexte en question, la dimension temporelle revêt une nouvelle valeur en raison de la rapidité de propagation du virus qui peut donc être « vaincue » grâce à des réactions qui la prennent de vitesse.

43Il faut noter que l’introduction de la notion même de « contrôle » (susmentionnée à plusieurs reprises) sert à Trump d’argument pour contrer l’angoisse que déclenche la confrontation avec un virus nouveau, donc inconnu. L’inconnu, l’invisible suscitent toujours des peurs subconscientes, inexprimées, et peuvent déclencher des angoisses profondes. Et c’est le fait du contrôle total, de la « maîtrise » de la situation, qui vient « dissiper le flou ». D’une alerte vague, la menace se transforme en quelque chose de tangible, solidement « enfermé dans la boîte » de notre contrôle : there’s no reason to be panicked about it, répète le Président.

6. La « présidentiabilité » du Président sortant : le coronavirus comme enjeu électoral

  • 19 https://www.donaldjtrump.com/media/timeline-the-trump-administrations-decisive-actions-to-combat-th (...)

44On voit que l’optimisme flagrant devient presque obsessionnel dans le contexte de la campagne électorale. Trump dépasse le cadre du problème sanitaire, ce qui aboutit à une « politisation » du coronavirus. La tonalité de la première allocution ressemble à une propagande préélectorale populiste, parsemée de projections du bien-être commun et d’immersions dans les réalisations passées et futures du candidat du type incumbent (Benoit 2007). Le message est habilement inscrit dans le cadre de la lutte politique, et figure même dans la liste de ses acquis en tant que chef d’État. Son site personnel expose la chronologie des actions contre le virus. L’intitulé de la page est While Democrats play politics, the Trump Administration is working tirelessly to combat the coronavirus and provide economic relief to affected  Americans19.

45Il en va de même dans l’allocution analysée, où il mentionne avec désapprobation ses opposants politiques qui prétendument lui font obstacle dans la lutte contre l’épidémie. Ainsi, dans le cadre de l’interdiscours avec Speaker Nancy Pelosi (membre du Parti démocrate et Présidente de la Chambre des Représentants), il dit : all they’re trying to do is get a political advantage.  This isn’t about political advantage.  We’re all trying to do the right thing. Tandis que, en ce qui le concerne, il se pose en figure de rassembleur qui ne s’occupe, avec son équipe de most talented people, que du bien-être du peuple, au-delà des jeux politiciens : 

And I’m just saying, we should all be working together. She’s trying to create a panic, and there’s no reason to panic because we have done so good.  These professionals behind me and over here, and over there, and back here, and in some conference rooms I just left a group of 45 people that are the most talented people in the world.  Parts of the world are asking us, in a very nice way, can they partake and help them.

46Dans le cadre de l’interdiscours politique sur ses politiques discriminatoires ou même racistes, il prend la parole pour se justifier. Il s’agit du travel ban imposé aux touristes chinois au début de l’épidémie (déjà mentionné), qui a été sévèrement critiqué dans les médias locaux et internationaux, mais aussi dans l’interdiscours politique. Dans une perspective plus générale, il saisit l’occasion de contester l’étiquette de « raciste » qui le poursuit depuis longtemps : 

I took a lot of heat.  I mean, some people called me racist because I made a decision so early.  And we had never done that as a country before, let alone early.  So it was a, you know, bold decision.  It turned out to be a good decision.

But I was criticized by the Democrats.  They called me a racist because I made that decision, if you can believe that one.

We have to all work together.  We can’t say bad things, and especially when we have the best team anywhere in the world.  And we really gave it an early start.  We gave it a very early start.

47Cela résonne avec un autre élément du discours populiste que Trump a largement exploité tout au long de sa carrière politique, ainsi que dans l’allocution en question. C’est la posture conflictuelle d’outsider qui agit seul – « un contre tous » (et dans l’intérêt du peuple, évidemment). Malgré son statut institutionnel au moment de la prise de parole sur le coronavirus – lui-même étant « le visage du système », – il trouve des occasions d’adopter épisodiquement cette posture qu’il trouve apparemment très confortable. Notamment il évoque les mesures préliminaires (comme la restriction du trafic aérien avec les régions contaminées) comme decisions that were actually ridiculed at the beginning … A lot of people thought we shouldn’t have done it that early, and we did, and it turned out to be a very good thing … […] we’ve had tremendous success tremendous success beyond what people would have thought. Ici, encore une fois, il tourne une justification « potentielle » en réaffirmation de son efficacité en tant que leader.

48De l’autre côté, une sous-estimation apparente de la pandémie peut signaler la tentative de détourner l’attention vers d’autres causes, plus « avantageuses » pour le Président en titre. Par exemple, interrogé sur l’impact de la pandémie sur les marchés boursiers, il ne manque pas de « faire campagne » pour encore une fois mettre en exergue ses réalisations : 

But I think the stock market will recover.  The economy is very strong.  The consumer is the strongest it’s ever been.  Our consumers are incredible. They’re incredible.  That’s why we’re doing well and other countries have not, even before the virus.  We’re doing great.  Other countries have not been doing great.  Our consumer is very, very strong and very powerful economically.

49Et il évoque sarcastiquement (et de manière « politiquement incorrecte », ce qui fait partie intégrante de son style et son ethos en général) ses adversaires à la Présidentielle 2020 : I think the financial markets are very upset when they look at the Democrate candidates standing on that stage making fools out of themselves. 

7. Réflexion sur les spécificités de la (re)construction de la légitimité et de l’autorité au sein du paradigme populiste

50Dans le cas de Donald Trump, on peut voir que la recherche de la légitimité de ses actions, l’explication du bien-fondé de son attitude, ainsi que la construction discursive de son autorité, revêtent certaines spécificités que nous pouvons qualifier de manifestations du populisme.

51Ainsi la (re)construction de l’autorité personnelle, liée à une « politisation » de la thématique du coronavirus, prime. En d’autres mots, « tous les chemins mènent à Rome » : tous les arguments (dont ceux qui justifient des actions/positionnements) mènent à la réaffirmation de son efficacité/supériorité (reductio ad Trumpum, comme le commente l’un des analystes cités plus haut). Rappelons qu’une sur-individualisation du pouvoir est l’un des marqueurs du populisme contemporain. Une forte personnalisation est, de même, corrélée avec la construction de l’ethos du héros-sauveur providentiel.

52Un autre aspect est le fait que le Président Trump construit son discours dans le cadre d’une scénographie caractéristique de la vision du monde populiste : même s’il ne s’agit pas d’un conflit ouvert, elle suppose toujours un état de tension, une contradiction avec un agent (adversaire politique) ou bien avec une instance plus abstraite (un point de vue opposé). On a vu dans l’analyse l’un des motifs stables de l’ethos de Trump : il est seul contre tous. On peut même poser qu’il a recours à une constante délégitimation, ou tout au moins à une mise à l’épreuve de la légitimité (morale ou même légale) de l’instance ou du point de vue adverse. Même l'hyper-optimisme qui imprègne son discours, pris en contexte global, peut être interprété comme un contre-discours qui s’oppose aux messages alarmants des autres dirigeants. Quant au contre-discours politique direct, exprimé dans les attaques explicites (l’interpellation des Démocrates, de la porte-parole Nancy Pelosi, etc.), il fait partie de l’entreprise de délégitimation de l’adversaire et sert du « toile de fond » à tous les discours trumpiens, ce qui correspond, selon Mueller (2016), à la « logique intrinsèque du populisme [au pouvoir] », selon laquelle « eux et eux seuls représentent le vrai peuple ; en conséquence, il ne saurait exister à leurs yeux d’opposition légitime » (Mueller 2016 : 165). Selon cet auteur, les populistes « cherchent à discréditer toute opposition » (ibid.), ce que nous voyons même dans ce contexte « sanitaire ». C’est ce que nous appelons la « politisation » du problème. 

53Ces traits sont liés à la manière qu’a Trump de se construire une image discursive de légitimité et d’autorité politique sur la base d’une « dichotomisation » : la dénonciation (qui relève du populisme) des autres acteurs de la sphère politique met en relief ses propres traits positifs ou bien ses acquis. Cette revalorisation est d’autant plus nécessaire, on l’a dit, qu’après la tentative de destitution susmentionnée, sa réputation est effectivement « menacée par des actes de délégitimation issus de ses opposants » (Amossy 2022, se référant à Rojo et van Dijk 1997).

54Une autre spécificité du discours populiste dans le contexte donné est le choix des fondements argumentatifs, à savoir de la constellation des normes et des valeurs sociales auxquelles le dirigeant s’adosse dans les tentatives de légitimer discursivement son attitude, et qui, selon les experts, constituent les « piliers » du national-populisme : l’exacerbation du sentiment de la supériorité nationale et tout ce qui relève du nationalisme en tant que politique menée ouvertement par Donald Trump (« Américanisme »). 

55Ainsi, construire une image positive de soi (et de « son » équipe) est évidemment prioritaire et remplace une communication plus objective et prudente des événements dérangeants en cours. C’est ce qui explique le « déni du réel » (Boucher 2020, déjà cité) en ce qui concerne la menace de la pandémie, malgré, il faut le dire, les déclarations contraires qui mettent en valeur « les vies des gens » et le côté moral, mais résultent en un éloge des actions préalables du Président « efficace ». Ce faisant, Trump semble faire une confusion entre l’intérêt personnel (l’image du présidentiable, la lutte pour cette image attaquée par l’adversaire) et ce que nous pouvons dénommer « l’intérêt public » au regard des événements empiriques (la propagation du virus, la mortalité croissante). To be justified, power […] must be seen to serve a recognisably general interest, rather than simply the interests of the powerful, rappelle Beetham (2013 : 17). Peut-on alors parler d’une déformation préméditée de l’information qui pourrait avoir des conséquences nocives pour les citoyens ? D’une certaine priorisation de la construction de l’autorité de l’homme politique (work to rule, ibid. : 29) au détriment du service de l’intérêt commun, qui fait partie intégrante de la légitimité du pouvoir ? Peut-on, enfin, évoquer un « égocentrisme » discursif flagrant comme l’un des signes du populisme ? 

Conclusion

56Nous avons vu que la première adresse à la nation du Président Trump se distingue par un caractère très particulier, si on la compare à celle des autres leaders démocratiques ; mais elle s’inscrit organiquement dans le discours électoral du Président sortant. À l’aide d’un éventail de stratégies discursives et argumentatives (dont nous avons relevé les plus fréquentes), ancrées dans les valeurs du national-populisme et de la culture américaine, le discours du chef d’État justifie une perception optimiste de la situation d’autant plus paradoxale qu’il s’agit d’une épidémie en train d’envahir le monde entier.

57En particulier, Trump modèle une scénographie dichotomique qui relève du paradigme populiste : il joue sur les sentiments nationalistes en représentant le pays comme invulnérable devant la menace, grâce aux compétences de son leader providentiel qui ne connaît pas d’échecs et agit malgré les intrigues des opposants politiques qui veulent diviser la société. Il « politise » ainsi le problème sanitaire en l’instrumentalisant pour atteindre ses fins stratégiques.

58Une édulcoration manifeste, ou même une réticence quant à l’évocation d’une réalité dérangeante (au détriment de la situation empirique) suggère que le Président populiste craint que l’épidémie, ainsi que les mesures restrictives qui en relèvent, ne s’attachent dans la conscience publique à son mandat et ne soient considérées comme l’un de ses échecs en tant que dirigeant de la nation, ébranlant ainsi son autorité auprès de l’électorat potentiel. Et il déjoue cette éventualité au point de parfois instrumentaliser, dirait-on, la menace afin de réaffirmer son autorité et son efficacité au lieu de lancer un avertissement sur les dangers de la pandémie. Le mantra qui transverse le texte est : we have it so well under control.  … I mean, we really have done a very good job. Le Président qui se forge un ethos de strong leadership, n’a pas envie de devenir le messager porteur des mauvaises nouvelles, surtout à la veille de nouvelles élections.

59Les élections américaines tenues en novembre 2020 ont montré que les « appréhensions » de Trump n’étaient pas anodines : la crise du coronavirus, et surtout la tactique présidentielle de sa gestion, sont devenues la pierre d’achoppement de la campagne qu’il n’est pas parvenu à gagner. Ce fait est constaté aussi bien par les médias que par les experts et les scientifiques. Par exemple, déjà au mois d’août (trois mois avant le vote final), Harb et Serhan attestent que With the rise in the spate of deaths in America and the failure of Trump in containing coronavirus pandemic, the president is losing his hopes of winning the coming presidential election (Harb et Serhan 2020). Ou encore : If he does lose, he will lose because of COVID more than any other issue, estime au mois d’octobre, la veille du scrutin, le stratège en chef de la société d’investissement AGF Investments (Valliere pour DFP, 31.10.2020). The Washington Post confirme que la pandémie et sa gestion sont devenues l’enjeu central de l’élection : In closing days, Trump and Biden push opposing pandemic strategies (29.10.2020).

60Le « déni de la réalité » et le remodelage des faits en fonction des objectifs politiques poursuivis ont échoué lorsque mis à l’épreuve de la crise de la Covid-19. « Les dirigeants populistes avaient l’occasion – en vrai, en réel, en travaux pratiques – de manifester leur supériorité proclamée sur les “élites” traditionnelles. L’échec est patent et devrait servir de leçon », conclut Le Monde (06.05.2020).

Haut de page

Bibliographie

Sources scientifiques

Amossy, Ruth. 2022. « La construction de la légitimité et de l’autorité en discours », Argumentation et Analyse du Discours 28

Amossy, Ruth. 2010. La présentation de soi. Ethos et identité verbale (Paris : PUF)

Amossy, Ruth. 2014 [2000]. L’Argumentation dans le Discours (Paris : Colin)

Beetham, David. 2013. The Legitimation of Power (London : Bloomsbury)

Benoit, William L. 2007. Communication in political campaigns (New York : P. Lang)

Bennett, Oliver. 2015. Cultures of Optimism (London : Palgrave Macmillan)

Bonikowski, Bart. 2019. « Trump’s Populism : The Mobilization of Nationalist Cleavages and the Future of U.S. Democracy », Weyland, Kurt & Raúl Madrid (éds). When Democracy Trumps Populism : Lessons from Europe & Latin America (New York: Cambridge U. P.), 110-131

Boucher, François-Emmanuël. 2020. Le Trumpisme. Contribution à l’analyse rhétorique du discours national-populiste (Québec : P. U. Laval)

Bredin, Jean-Denis. 2001. « Secret, transparence et démocratie », Pouvoirs 97 « Transparence et secret », 5-15

Charaudeau, Patrick. 2005. Le discours politique. Les masques du pouvoir (Paris : Vuibert)

Charaudeau, Patrick. 2011. « Réflexions pour l’analyse du discours populiste », Mots. Les langages du politique 97,101-116

Favart, Françoise & Alida Maria Silletti. 2021., Repères DoRiF 24 « Constellations discursives en temps de pandémie », Introduction

Harb, Grasiella K. & Youssef M. Serhan. 2020. « Exploring the Use of Covid-19 as a New Pre-Text in Trump’s Political Discourse », Journal of Humanities and Social Sciences Studies, 20-30

Kerbrat-Orecchioni, Catherine (2009 [1980]) L’énonciation (Paris : Colin)

Kohut, Andrew & Bruce Stokes. 2006. America Against the World : How We Are Different and Why We Are Disliked (New York : Times Books / Henry Holt)

Leeuwen, Theo van. 2007. « Legitimation in Discourse and Communication », Discourse & Communication 1-1, 91–112

Leeuwen, Theo van & Ruth Wodak. 1999. « Legitimizing Immigration Control : A Discourse-Historical Analysis », Discourse Studies 1-1, 83-118

Loraux, Nicole. 1979. « Aux origines de la démocratie. Sur la transparence “démocratique” », Raison présente, 49,‎ 3-13

Maingueneau, Dominique & Frédéric Cossutta. 1995. « L’analyse des discours constituants », Langages 117, 112-125

Mercieca, Jennifer. 2020. Demagogue for President : The Rhetorical Genius of Donald Trump (College Station : Texas A&M Press)

Meyer, Donald B. 1965. The positive thinkers : a study of the American quest for health, wealth and personal power from Mary Baker Eddy to Norman Vincent Peale (Garden City, NY: Doubleday)

Mueller, Jan-Werner. 2016. What is populism? (Philadelphia : U. of Pennsylvania Press)

Pyszczynski, Thomas. 2008. « Andrew Kohut and Bruce Stokes : America Against the World : How We Are Different and Why We Are Disliked », Democracy and Security 4-1, 111-113

Rojo, Luisa Martín & Teun A. van Dijk. 1997. « There was a Problem, and it was Solved ! Legitimating the Expulsion of illegal migrants in Spanish Parliamentary Discourse », Discourse & Society 8-4, 523-566

Rosenstiel, Tom. 2006. « The Problem of American Exceptionalism » [En ligne] pewresearch.org/2006/05/09/the-problem-of-american-exceptionalism/

Sabato, Larry J., Kyle Kondik & Geoffrey Skelley. 2017. Trumped : the 2016 election that broke all the rules (Lanham : Rowman & Littlefield)

Savage, Ritchie. 2010. « Populist elements in contemporary American political discourse », The Sociological Review [En ligne] https://doi.org/10.1111/j.1467-954X.2011.01968.x

Taguieff, Pierre-André. 2007 [2002]. L’illusion populiste : Essai sur les démagogies de l’âge démocratique (Paris : Flammarion)

Weyland, Kurt & Raúl Madrid. 2019. « Donald Trump’s Populism : What Are the Prospects for US Democracy ? » Weyland & Madrid (éds). When Democracy Trumps Populism: Lessons from Europe & Latin America (New York: Cambridge U. P.),1-34 [En ligne] https://doi.org/10.1017/9781108692793

Médias

https://www.dw.com/en/coronavirus-updates-who-upgrades-global-virus-spread-risk-to-very-high/a-52566672

https://edition.cnn.com/2020/03/16/politics/white-house-guidelines-coronavirus/index.html

https://www.freep.com/story/money/personal-finance/susan-tompor/2020/10/31/covid-19-election-2020-economy-trump-michigan/6084334002/

https://www.independent.co.uk/news/world/americas/us-election-2020/trump-twitter-coronavirus-cases-today-usa-b1539395.html

https://www.lefigaro.fr/vox/politique/2018/02/26/31001-20180226ARTFIG00102-la-reductio-ad-trumpum-point-godwin-d-une-vie-politique-en-declin.php

https://www.lejdd.fr/International/donald-trump-tente-dexpliquer-sa-politique-etrangere-dans-une-interview-3737441

https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/05/06/le-virus-les-populistes-et-leurs-modeles_6038900_3232.html

https://www.leparisien.fr/international/coronavirus-bolsonaro-orban-trump-les-leaders-populistes-face-a-la-crise-09-04-2020-8296725.php

https://www.letelegramme.fr/dossiers/les-populistes-face-au-coronavirus/donald-trump-du-deni-au-delire-05-06-2020-12561467.php

https://www.nytimes.com/2020/05/15/us/coronavirus-first-case-snohomish-antibodies.html

https://www.ouest-france.fr/sante/virus/coronavirus/coronavirus-devant-nous-une-crise-une-epidemie-qui-arrive-declare-emmanuel-macron-6755519

https://scholar.harvard.edu/files/stantcheva/files/the_dark_side_of_american_optimism_-_the_atlantic.pdf

https://www.theatlantic.com/health/archive/2020/10/trump-covid-denial/616946/

https://www.theatlantic.com/politics/archive/2015/03/the-american-ethic-and-the-spirit-of-optimism/388538/

https://www.theguardian.com/world/2020/jul/29/trump-coronavirus-science-denial-timeline-what-has-he-said

https://www.washingtonpost.com/politics/trump-biden-covid-campaign/2020/10/28/57985f18-193d-11eb-befb-8864259bd2d8_story.html

Haut de page

Notes

1 Quelques mois plus tard, on parlera déjà du droit des citoyens à disposer de leur corps et de leur santé, « contesté » par les programmes de vaccination obligatoire de la population.

2 Voir Loraux 1979, Bredin 2001.

3 Les études récentes confirment que les forces populistes oppositionnelles (en France, mais la tendance peut être considérée au niveau global) ont tendance à dramatiser et « surdramatiser » la situation gérée par le pouvoir en vigueur afin de « dévaloriser l’exécutif » (Favart 2021 : 11-12).

4 On abordera cet aspect contextuel dans la partie 7 qui traite des spécificités de la stratégie « populiste » de la construction discursive de l’autorité et de la légitimité.

5 NYT, 15.05.2020.

6 Dans le même cadre, en caractérisant le discours trumpien sur la Covid-19.

7 L’appel à l’autorité des experts sera abordé dans les parties suivantes, ici nous nous limitons à l’aspect stylistique et idéologique.

8 C’est nous qui traduisons.

9 Celui qui se présente aux élections pour la première fois et, littéralement, « attaque » l’industrie.

10 Celui qui a déjà occupé la haute position recherchée, et qui, le plus souvent, se présente pour le deuxième mandat.

11 Nous évoquerons dans la suite les éléments de la « politisation » de son allocution en question.

12 Une critique de l’activité des opposants de la part d’un challenger est une stratégie « logique ». Cependant, un négativisme acerbe découle plutôt de la vision du monde populiste.

13 Le terme a été originellement conçu par Tocqueville en 1835.

14 Le terme est utilisé sans aucune nuance évaluatrice, uniquement pour marquer le phénomène analysé.

15 https://www.lefigaro.fr/vox/politique/2018/02/26/31001-20180226ARTFIG00102-la-reductio-ad-trumpum-point-godwin-d-une-vie-politique-en-declin.php

16 https://www.lejdd.fr/International/donald-trump-tente-dexpliquer-sa-politique-etrangere-dans-une-interview-3737441

17 Justement pour rappel : travail avec les personnes infectées, limitation du flux touristique des zones « contaminées », évacuation des Américains des régions dangereuses, stockage d’équipement protecteur.

18 C’est nous qui traduisons.

19 https://www.donaldjtrump.com/media/timeline-the-trump-administrations-decisive-actions-to-combat-the-coronavirus/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maria Saltykov, « Un Président populiste en campagne : Donald Trump, ou la gestion de la crise de la Covid-19 »Argumentation et Analyse du Discours [En ligne], 28 | 2022, mis en ligne le 25 avril 2022, consulté le 21 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/aad/6230 ; DOI : https://doi.org/10.4000/aad.6230

Haut de page

Auteur

Maria Saltykov

Université de Tel Aviv, ADARR

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Argumentation & analyse du discours est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo ADARR Tel-Aviv
  • Logo Université Tel-Aviv
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search