Navigation – Plan du site

AccueilNuméros28Polémique et populisme en temps d...

Polémique et populisme en temps de pandémie : légitimation et construction d’autorité chez Bolsonaro

Polemics and populism in times of pandemic: legitimation and construction of authority in Bolsonaro's addresses
Claire Sukiennik Abécassis
Traduction(s) :
Polemics and populism in times of pandemic: Legitimation and construction of authority in Bolsonaro’s addresses  [en]

Résumés

Cet article traite de la façon dont J. Bolsonaro renforce sa légitimité et construit son autorité dans un discours populiste de type polémique gratifiant pour sa personne, au détriment de ses adversaires. Pour ce faire, le président brésilien tente, dans deux allocutions nationales majeures et dans ses réactions aux attaques, de justifier son refus des mesures sanitaires, et en même temps de renforcer son ethos d’homme fort et de sauveur. L'analyse argumentative montre comment ses efforts se sont heurtés et ont répondu à un contre-discours qui s’est développé au sein d’une polémique publique. La réception de son discours présente les attaques lancées contre sa personne et ses dires auxquelles il doit se confronter pour rétablir sa légitimité et reconstruire son autorité mises à mal par ses détracteurs.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 « Pourquoi la réponse du Brésil au Covid échoue » est le titre d’un rapport paru dans The Regulator (...)

1« D’autres grippes ont tué davantage » déclarait à la presse le 11 mars 2020 le président brésilien Jair Messaias Bolsonaro, tout en admettant qu’il n’était pas médecin. Il a continué à minimiser la situation sanitaire après que l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) eut annoncé la pandémie du nouveau coronavirus. Dès le début, le gouvernement fédéral brésilien avait tenté d’appliquer de nouvelles mesures, notamment la distanciation sociale dans tous les 26 états et dans le District Fédéral ; ces mesures s’étaient néanmoins heurtées à « des messages ambigus de l’Administration Bolsonaro sur la gravité de l’épidémie, transformant une pandémie en un débat politique »1.

  • 2 Tiago Ribeiro Duarte, « Ignoring scientific advice during the Covid-19 pandemic: Bolsonaro’s action (...)
  • 3 Francisco Ortega. « Governing covid-19 without government in Brazil. Ignorance: neoliberal authorit (...)

2L’attitude du président brésilien en situation de pandémie est présentée par les médias et les chercheurs comme l’expression d’un populisme de droite/d’extrême droite (Duarte 2020)2 teinté d’autoritarisme néolibéral, d’une dénégation des acquis de la science (Ortega 2020)3 et d’un fort enracinement religieux-évangéliste. On pense à la spécificité du néo-populisme d’Amérique Latine, Brésil compris, telle que la détaille Taguieff (2002 : 169-170), notamment la capacité d’une personnalité charismatique à gagner la confiance du peuple par la mise en scène de son authenticité, et à exploiter des rêves de solutions immédiates à travers diverses formes de messianisme tout en restant dans le flou.

3Dans cette perspective, on examinera ici comment s’effectue la jonction entre discours populiste et polémique à travers la rhétorique et les stratégies argumentatives du dirigeant brésilien. En faisant appel à divers travaux sur le populisme (Taguieff 2002, Laclau 2008, Rosanvallon 2008 et Charaudeau 2011) et sur la polémique (Amossy 2014, 2003, Maingueneau 2008, Koren 2019, Kerbrat-Orrechioni 1980 et Plantin 1990, 1996), cet article se propose essentiellement de montrer comment le président brésilien tente de se construire une légitimité et une autorité en maniant un discours populiste de type polémique gratifiant pour sa propre personne, au détriment de ses adversaires. Contrairement à la plupart des autres dirigeants démocratiques qui tentent de faire accepter les mesures sanitaires requises dans leur pays au nom du bien commun, le président brésilien entend donner une autorité non pas aux restrictions nécessaires en temps de pandémie, mais à sa propre vision des choses. Celle-ci met sur le même plan la vie et les emplois, et débouche en fait sur un refus des mesures préconisées. Comment le dirigeant brésilien a-t-il justifié et légitimé sa posture, qui s’avère être à contre-courant des institutions brésiliennes et de ce que font les autres dirigeants démocratiques ? Comment a-t-il tenté d’être approuvé et suivi par ses concitoyens ?

1. Cadre notionnel

4Avant de répondre à ces questions, je souhaite définir ce que j’entends par autorité et légitimité dans le contexte politique, et par les notions de populisme et de polémique.

  • 4 Pour Beetham, la typologie wébérienne est source de confusion en ce sens que le statut propre de ch (...)

5Bien que distincts l’un de l’autre, les concepts de légitimité et d’autorité sont interdépendants. La légitimité est le « résultat d’une reconnaissance par d’autres de ce qui donne pouvoir de faire ou de dire à quelqu’un au nom d’un statut » (Charaudeau 2005 : 52). C’est un « droit acquis » qui requiert la prépondérance du statut institutionnel pour être reconnu par le public (Bourdieu 1982) au nom de lois et de règles, et en vertu de la conformité aux valeurs morales de la communauté (Beetham 2013). Néanmoins, cette légitimation n’est pas donnée une fois pour toutes et a « constamment besoin d’être réactivée par des justifications diverses du fait qu’elle peut être remise en cause par ceux-là même qui l’ont octroyée » (Charaudeau 2005 : 57). C’est donc dans un discours de légitimation, à travers une dynamique discursive, que le dirigeant vise à faire reconnaitre ou à défendre sa politique, laquelle est subordonnée à la reconnaissance de sa conformité aux valeurs fondatrices du régime et du pays (Amossy 2022). Le gouvernant peut tenter de renforcer sa légitimité institutionnelle en cas « d’actions controversées, d’accusations, de critiques » (Rojo et van Dijk 1997 : 528 ), voire d’une « crise de légitimité » (Habermas 1975) dont il ferait l’objet. Beetham (2013 : 18-20) parle d’un « déficit de légitimité » dans le cas où cette dernière n’est pas justifiée » en termes de croyances, et d’une délégitimation en l’absence de consentement des gouvernés. Il relie (ibid. : 24) cette dimension « unique » du consentement ou de l’obéissance – « qui s’exprime dans l’acte de reconnaitre et de suivre le leader » – à la légitimité charismatique4 wébérienne.

  • 5 Tribune « De l’incarnation en politique », par Pierre Rosanvallon.

6Ce sont bien les points d’attache de l’autorité qui « est un pouvoir légitimé » (Angenot 2013 : 8), dans le sens où elle ne peut être exercée si elle n’est pas reconnue par l’Autre dans le cadre d’« une croyance collective dans [s]a légitimité […] ». Elle autorise ainsi une soumission « consentie » (Amossy 2022 : 9-10) des dirigés. L’autorité ainsi comprise est indissociable de la construction d’une image de soi crédible et digne de confiance, qui a la capacité de « faire faire, faire penser et faire dire » (Charaudeau 2005 : 57). Néanmoins, il faut souligner que cette capacité a un pendant populiste négatif, la « représentation-incarnation » (Rosanvallon 2008 : 38), soit « la capacité d’apparaître comme une force d’interprétation de la réalité » (Libération 2.3.1995)5, correspondant à « la dimension charismatique de gouvernement d’une “communauté émotionnelle” ».

7L’interdépendance entre la légitimité et l’autorité se traduit ici d’une part par la crise de légitimité sur laquelle vont déboucher les pratiques populistes et polémiques de Bolsonaro destinées à faire reconnaitre sa parole et à se faire obéir ; et d’autre part, par les efforts qu’il doit déployer pour rétablir l’autorité de ses dires.

8Je comprends la polémique comme un des pôles de l’activité argumentative « sur un continuum allant de la co-construction des réponses à la confrontation violente des thèses antagonistes » sur une même question (Amossy, 2010a), impliquant « une coexistence dans le dissensus » (Amossy 2014 : 228). Dans une perspective socio-politique, Taguieff (1997 : 19) conçoit la structure polémique « être contre » comme une catégorie populiste : « Être populiste c’est d’abord être contre ». Je suis Taguieff (2002 : 110, 124) dans sa conceptualisation du populisme comme un « type de mobilisation sociale et politique et une dimension [de l’action ou] du discours politique » contre des instances du pouvoir, qui met en avant l’appel au peuple contre certains « autres » par l’exploitation symbolique de représentations sociales. Le rapport du populisme aux représentations sociales est bien expliqué chez Charaudeau (2011 : 39) :

Le vrai populiste doit apparaître sous une figure de chef charismatique […] qui construit son leadership sur des images différentes selon les cultures, en fonction des imaginaires sociaux inhérents. […] Il peut se présenter comme « un guide du peuple », […] un Sauveur biblique, capable aussi bien de répandre ses foudres sur les méchants que de conduire vers le bonheur suprême.

9Ma démarche consiste ici à analyser le discours de Bolsonaro en en exposant le caractère populiste et polémique, et à présenter les attaques lancées contre lui et auxquelles il doit se confronter – soit à tenir compte de la réception du discours. C’est en effet dans la confrontation des voix qu’on peut dégager la façon dont Bolsonaro tente de renforcer sa légitimité et construire son autorité en même temps que son ethos de Sauveur.

2. Justification du corpus et méthodologie

10A cette fin, j’ai composé mon corpus de trois parties : (1) l’allocution6 présidentielle à la nation du 24 mars 2020 et (2) l’anti-discours, le 25 mars, émanant d’organismes de santé brésiliens qui va impacter (3) la deuxième allocution7 le 31 mars. L’importance du choix de ces allocutions réside dans l’interaction argumentative qui se dégage d’un échange polémique où se joue une confrontation discursive entre le proposant et l’opposant : ils peuvent être définis comme discours et contre-discours (Plantin, 1996) qui s’impactent mutuellement dans l’espace public, ou être attribués à des instances discursives comme la presse, les gouverneurs et les associations de santé. Je vais donc procéder méthodologiquement à une étude en trois temps pour explorer les modalités de la construction en discours de la légitimité et de l’autorité d’un dirigeant relatives à un enjeu sanitaire crucial, en examinant :

  1. Comment, dans son allocution du 24 mars, le président brésilien construit sa légitimité et son autorité à l’aide d’une parole populiste de type polémique qui rejette les mesures sanitaires fédérales et justifie la nécessité d’un retour à la normalité dans le pays,

  2. comment sa légitimité et son autorité sont remises en cause par une polémique organisée contre lui sous la forme d’un anti-discours axiologique à visée déontologique publié dans la presse brésilienne, le 25 mars, par des associations de santé publique,

  3. comment le président brésilien répond à cet anti-discours qui suscite une crise de légitimité qu’il devra gérer dans son allocution du 31 mars pour rétablir son autorité.

11Mon angle d’attaque sera la triple fonction du populisme dans le discours de Bolsonaro : l’illégitimation de ses adversaires, la relégitimation du peuple et sa propre légitimation (Charaudeau 2011 : 41). Ces fonctions concordent avec le schème populiste : exacerbation de la crise, dénonciation de coupables, exaltation de valeurs, apparition d’un Sauveur (ibid.: 18). La dimension langagière est au centre d’une analyse qui explore la construction d’un ethos populiste comme vecteur de l’autorité dans la culture politique du Brésil.

3. Construire son autorité et sa légitimité dans la polémique et le discours populiste

12La construction de sa légitimité s’effectue tout d’abord par la scénographie (Maingueneau 2000 : 58), soit une mise en scène de la parole présidentielle conforme au cadre institutionnel d’un chef d’État : flanqué du drapeau brésilien, assis à sa table de travail en homme d’expérience, Jair Bolsonaro s’adresse au peuple, dans une allocution à la nation retransmise à la télévision et à la radio, le 24 mars au soir. Mais le président brésilien construit surtout sa légitimité et son autorité par la façon dont il polémique dès le début contre les autres, pour justifier et faire accepter des mesures contraires aux directives de la santé publique, tout en renforçant son image propre au détriment de ses adversaires.

  • 8 Sources : (je traduis) « Coronavirus : rappelez-vous ce que Bolsonaro a déjà dit de la pandémie » ((...)
  • 9 Le 9.3.2020 Bolsonaro déclarait : « le pouvoir destructeur du virus a été surdimensionné, peut-être (...)

13Dans son allocution, Bolsonaro accuse la presse d’aggraver la crise sanitaire, appelle à un retour à « la normalité » en soulignant la nécessité de maintenir les emplois et attaque les gouverneurs en dénonçant leurs mesures de confinement. Il répond ainsi au contre-discours8 sur l’aspect clivant de sa gestion sanitaire, dont le ton polémique est perceptible dès le chapeau : « “Surdimensionné”9, “fantaisie”, témoignage sans masque chirurgical et manifestation de présence : le Président n’a pas respecté les directives du ministère de la Santé et n’a pas transmis à ce jour de message clair ». L’article retrace la chronologie de « son déni de la crise sanitaire en cours » (10.3.2020). Il commente la façon dont il a blâmé la presse dès le début en l’accusant de « fantaisie pure », d’« alarmisme » (22.3.2020) ; il parle de son refus d’appliquer les mesures de distanciation sociale comme le port du masque dans certaines institutions ou le refus de le porter lui-même, revendiquant son besoin de contact avec le peuple (18.3.2020). Par ailleurs, les changements de ton et les contradictions de ses déclarations sont mises en évidence dans l’interdiscours : il accuse les gouverneurs de prendre des mesures de confinement « nuisibles à la reprise économique du pays » (17.3.2020) qualifiant la situation d’« hystérie », et appelle le même jour à « l’union pour lutter contre le coronavirus ».

3.1. L’attaque ad hominem de Bolsonaro contre la presse et les municipalités locales  un échange polémique

14Je recours ici à la notion d’argument ad hominem comme composant de l’échange argumentatif en général et du discours polémique en particulier pour exemplifier « un dispositif d’interaction qui se traduit par des stratégies d’intégration/ disqualification de l’adversaire » (Maingueneau 2008 : 119), d’illégitimation de l’autre et de légitimation de soi. L’ad hominem établit une relation à « l’image de l’adversaire qu’il permet d’attaquer mais aussi à celle de l’orateur qui se livre à cette attaque » (Amossy 2003 : 409). J’entends explorer, selon l’orientation proposée par Amossy (2010a), la façon dont les argumentaires sont construits et s’opposent dans les discours de Bolsonaro et dans ceux de ses interlocuteurs, soit la relation du discours et du contre-discours dans la toile interdiscursive.

3.1.1. Contre la presse

15La force de l’argument ad hominem analysé ici dérive essentiellement de la position institutionnelle de celui qui le formule, soit le chef de l’exécutif brésilien : Bolsonaro va d’abord procéder à une exacerbation de la crise dans le préambule de son allocution par un argumentaire populiste contradictoire qu’il va étayer d’un ethos de sincérité. Il complimente le travail du ministre de la Santé pour « la mise en place d’un plan stratégique de lutte contre le virus » et passe à un argument présenté comme plus fort que le précédent et même en contradiction avec celui-ci – à l’aide du connecteur argumentatif « mais » :

Mais ce que nous devions contenir à ce moment-là, c’était la panique, l’hystérie. Et en même temps, élaborer une stratégie pour sauver des vies et prévenir le chômage de masse. Nous l’avons donc fait, pratiquement envers et contre tout.

16Le président brésilien légitime sa vision des choses en montrant qu’il agit pour le bien public et veille aux biens les plus précieux des citoyens – sauver des vies et des emplois. Mais cela nécessite de sa part des efforts continus qu’il dit déployer « en même temps » et « pratiquement envers et contre tout », à savoir en dépit des oppositions auxquelles il fait face.

17C’est là une rhétorique populiste du type « Rien ne peut s’opposer à ma volonté » (Charaudeau 2011 : 36), qui présente « une force et une puissance capables de renverser le monde et d’entrainer les foules ». C’est une manière de construire sa légitimité par un appel au peuple – pour le bien des plus démunis – qu’il continuera de promouvoir dans son allocution ultérieure, par l’exaltation de valeurs communes. Mais le versant polémique « être contre » s’adresse aussi, implicitement, à la presse et aux gouverneurs locaux qui s’opposent à sa volonté de puissance et d’action, et avec lesquels il ne partage pas les nécessités du moment, à savoir le devoir d’information de la presse et la nécessité d’appliquer des normes sanitaires dans les États du Brésil en conformité avec une urgence vitale. C’est là le cœur du dissensus entre le président brésilien et ses antagonistes. Le « nous » collectif lui sert à rallier le gouvernement fédéral à ses démarches, pour montrer un front commun, en dépit des antagonismes. Cependant, au niveau de l’interdiscours, deux jours avant, le 22.3.2020 (Veja 23.3.2020), dans une déclaration à TV Record, il accusait ses adversaires de duplicité : « J’espère que l’on ne va pas me rendre coupable de millions de chômeurs, et je dirais même plus : bientôt le peuple saura qu’il a été trompé /leurré par ces gouverneurs et par une grande partie des médias sur la question du coronavirus. » (Je traduis)

18Ce « mode de gestion du conflit constitutif de la polémique » (Amossy 2014) lui permet d’enchainer par une procédure de disqualification propre à la polémique : l’ad hominem réfutatif (Plantin 1990 : 208 ), qui cible l’acte de l’opposant, en l’occurrence sa manipulation des masses brésiliennes dans le but de construire une réalité parallèle :

De nombreux médias sont allés à contre-courant. Ils ont propagé un sentiment de terreur, avec comme fleuron l’annonce d’un grand nombre de victimes en Italie, un pays avec un grand nombre de personnes âgées et avec un climat totalement différent du nôtre. Un scénario parfait, fomenté par les médias, pour qu’une véritable hystérie se propage à travers notre pays.

19La visée de la dramatisation, par le pathos – un « sentiment de terreur », une « véritable hystérie » et le groupe verbal axiologique à résonnance complotiste « fomenter […] un scénario parfait » – est de refuser à l’opposant son rôle de quatrième pouvoir et de le frapper d’interdit en l’assimilant à la source du mal. Ses explications recourent à une doxa populiste conspiratrice entretenant l’idée que des forces adverses s’opposent à ses aspirations. Bolsonaro tend à inverser son rôle de proposant en celui d’opposant « qui attaque une cible, laquelle est censée tenir ou avoir tenu un discours adverse, que l’énoncé polémique intègre et rejette “agressivement” […] » (Kerbrat-Orecchioni 1980 : 24). Il riposte au contre-discours polémique de la presse, lors d’une réunion avec les préfets des capitales le 22.3.2020 : « Il y a un très fort alarmisme d’une grande partie des médias. Certains disent que je vais à contre-courant. Moi je fais ce que je crois devoir être fait. Je peux me tromper, mais je pense que cela doit être réglé de cette façon ». Il tente de projeter un ethos de sincérité et d’authenticité pour renforcer sa légitimation institutionnelle afin d’établir un rapport de confiance en se présentant comme une personne crédible, qui se veut fiable.

3.1.2. Contre les gouverneurs

20Bolsonaro va tenter de faire obtempérer ses opposants, les gouverneurs et les autorités locales, par l’appel populiste au retour à « la normalité ». Celui-ci va lui servir de justificatif pour délégitimer leurs actions par l’attaque ad hominem, puis pour légitimer ses propres dires par son recours à la construction d’une réalité relative au coronavirus et par l’image du Sauveur. Comment va-t-il persuader son auditoire de reconnaitre une autorité capable de réaliser ce qu’il propose au nom de la communauté ?

3.1.3. Le retour à « la normalité » : un justificatif pour délégitimer les gouverneurs

  • 10 Dans une interview à CNN Brésil : « Pour vous dire la vérité, parce que je ne vais pas revenir sur (...)

21Bolsonaro va procéder à la stratégie polémique de type populiste « être contre » pour invoquer la source du mal contre laquelle il dit lutter vaillamment. Cette stratégie est mobilisée dans le prolongement d’une série de dissensions au sein de son administration, dont l’apogée sera le moment où il traitera de « fou »10 (25.3.2020) le gouverneur de São Paulo, João Doria du parti PSDB, pour avoir précédemment « décrété la quarantaine afin de contenir l’avancée du virus », conformément aux mesures sanitaires en vigueur (Estadão 2.4.2020). Cette dévalorisation de l’adversaire constitue une « tentative de l’éliminer en tant que partenaire valable dans la discussion en niant son droit à avancer son point de vue » (van Eemeren et Grootendorst 1992 : 110). Par ailleurs, le contre-discours critique dans le chapeau de l’article (Folha de S.Paulo 30.3.2020), met principalement en lumière ses nombreux efforts de délégitimation de l’autorité médicale et scientifique qui vont guider sa gestion sanitaire : « Le président mène une série d’offensives contre les recommandations quasi unanimes des médecins et des scientifiques ». Le choix de pointer l’unanimité des recommandations des experts vise à prouver que l’attitude présidentielle à leur encontre n’a pas de fondement raisonnable, ce qui remet en cause sa crédibilité et la confiance placée en lui.

  • 11 Avec grade de capitaine sous la dictature militaire de 1964-1985.
  • 12 Estadão publie le 23.4.2020 une étude de Ricard, J. et J. Medeiros (2020), Using Misinformation as (...)

22Pour dénoncer la politique des gouverneurs conforme aux recommandations des experts, Bolsonaro recourt en militaire de profession11 au registre guerrier à travers la métaphore de la « terre brûlée », soit la tactique qui consiste à se retirer devant l’avance ennemie en détruisant récoltes et villages (TLF). Il les associe à des entités belliqueuses qui empêchent le retour à la normalité par leur persistance à appliquer des mesures sanitaires qu’il considère dommageables12 pour l’économie :

Le virus est arrivé au Brésil, nous le combattons et ce sera bientôt fini. Notre vie doit continuer. Les emplois doivent être maintenus. Les moyens de subsistance des familles doivent être préservés. Oui, nous devons revenir à la normalité. Quelques autorités étatiques et locales doivent abandonner la tactique de la terre brûlée, comme l’interdiction des transports, la fermeture de commerces et le confinement de masse.

23Cet extrait mérite d’être relié à l’argument par les conséquences présent dans l’interdiscours, le lendemain de son allocution, dans une nouvelle déclaration le 25.3.2020 relative aux effets du confinement sur « la normalité démocratique » alors qu’il se référait à de récents troubles sociaux dus au mécontentement populaire en Amérique latine (Reuters.com 25.3.2020) : « Ce que quelques maires et gouverneurs sont en train de faire, c’est un crime. Ils détruisent le Brésil. Si nous ne nous remettons pas au travail, le Brésil pourrait s’éloigner de la normalité démocratique ». L’usage du pathos amplificateur dans le style bolsonariste vise à délégitimer leur autorité pour le risque qu’ils font encourir à la démocratie, selon ses dires.

24Le président brésilien se compose ainsi une image de dirigeant crédible par « la puissance de sa vision et sa capacité d’incarnation dans sa force d’interprétation de la réalité » (Libération 2.3.1995).

3.2. Une autorité qui s’appuie sur un dirigeant populiste charismatique

3.2.1. Un ethos de Sauveur

25Pour Bolsonaro, le retour à la normalité consiste à proposer un projet « d’idéalité sociale » instantané, propre au discours populiste par le « rétablissement de la souveraineté populaire ». Il en justifiera la légitimité par une hiérarchisation des valeurs, privilégiant celles qui lui sont chères et qui sont censées représenter ce qui unit fondamentalement les membres d’une communauté sociale (Charaudeau 2011 : 28) – l’espoir, la détermination, la vie et le travail. C’est une stratégie populiste discursive qui joue de « la proximité » et de la représentation, et lui permet de justifier des façons d’agir qu’il va présenter comme légitimes voire nécessaires pour le bien du peuple – introduites par le verbe normatif « devoir », soit la nécessité d’une reprise du quotidien par le maintien des emplois pour la subsistance des familles, car la vie doit continuer. Nier la dimension temporelle de la crise sanitaire par l’instantanéité de sa promesse « et ce sera bientôt fini », et en fin d’allocution par l’exaltation d’un élan collectif et de sentiments nationalistes – « nous allons vaincre le virus et être fiers de vivre dans ce nouveau Brésil qui, oui, a tout pour être une grande nation » – est bien une manière de construire l’ethos de Sauveur qui répond au désir de salut du peuple ; c’est « faire croire » que le retour à la normalité est possible tout de suite, que le miracle du changement est réalisable, et cela répond à son désir d’obtenir une « légitimité plébiscitaire » en tant que représentant du peuple.

  • 13 Marques Silva 2020, « (Não) é só uma gripezinha ». Eidea 2020, V.2. « Ce n’est (pas) qu’une grippet (...)

26Néanmoins la question qui se pose est de savoir s’il parvient à légitimer son autorité lorsqu’il met les valeurs communes de la vie et du travail sur le même plan, car elles obéissent à une nécessité de survie chez les plus défavorisés. « Le premier devoir de tout gouvernement démocratique, en temps de pandémie », comme l’indiquait le 24.4.2020 Rik Daems, Président de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, n’était-il pas de « protéger la population et sauver des vies », dans le respect de l’ordre sanitaire et social, tout en préservant « l’équilibre entre sécurité et liberté » ? Le président brésilien va procéder à la légitimation de son pouvoir par le recours à une stratégie rhétorique de « construction de l’objet du discours » – la Covid-19 (Marques Silva 2020)13 , afin d’affirmer son autorité personnelle, celle d’un homme d’État fort et déterminé, et dans les circonstances dramatiques de la pandémie, d’un Sauveur.

3.2.2. La légitimation de soi par « la construction de l’objet du discours »

27Par son euphémisation du coronavirus, Bolsonaro avait dès le départ minimisé la gravité de la situation. Pour contrer la fermeture des commerces et des écoles, il va se donner une autorité au détriment du savoir scientifique reconnu en faisant « croire à l’existence d’une seule interprétation valable » qui va révéler « un système particulier de croyances ou même d’une conception du monde » (Perelman et Olbrechts-Tyteca 2000 : 163). Il oppose ainsi aux recommandations de l’OMS son interprétation en recourant à une « suite déductive » (ibid. : 18) pour démontrer des postulats qui lui sont propres, en accord avec ses croyances personnelles et avec la doxa de son auditoire, qu’il étaye de chiffres et de pourcentages pour se rendre crédible :

Ce qui se passe dans le monde a montré que le groupe à risques est celui des personnes de plus de 60 ans. Alors pourquoi fermer les écoles ? Les cas mortels de personnes en bonne santé de moins de 40 ans sont rares. 90% d’entre nous n’aurons aucune manifestation de la maladie en cas de contamination. Oui, nous devons faire extrêmement attention de ne pas transmettre le virus à autrui, en particulier à nos chers parents et grands-parents. En suivant les directives du Ministère de la Santé.

28Il favorise l’ouverture des écoles par déduction du groupe à risque représenté par les plus de 60 ans ; il renforce ce postulat par la rareté des « cas mortels de personnes en bonne santé de moins de 40 ans » ; puis il s’inclut dans le « nous » collectif au sein d’un nouveau postulat sur le risque de contamination. Il en déduira une image de soi sincère par l’appel affectif au respect des parents et grands-parents au nom de valeurs morales et de croyances partagées, et se posera en modèle d’immunité personnelle.

3.2.3. Un ethos de puissance : un modèle d’identification

29Il va faire appel à la doxa de son auditoire pour accréditer son postulat selon lequel « 90% d’entre nous n’aurons aucune manifestation de la maladie en cas de contamination » en s’appuyant sur son cas particulier : « grâce à mes antécédents d’athlète si j’étais infecté par le virus, je n’aurais pas à m’inquiéter, je ne ressentirais rien ou je souffrirais, tout au plus, d’une grippette ou d’un rhume […]. » L’avantage du recours à l’exemple personnel qui a « le statut de fait » est de se poser en modèle qui « incitera à l’imitation » (Perelman et Olbrechts-Tyteca 2000 : 471-475). Repris en boucle par les médias, il illustre un comportement oratoire, un « coup de gueule » (Charaudeau 2011 : 36) qui construit un ethos de puissance, sur la base de « croyances partagées » (Beetham 2013 : 17), pour montrer qu’il est la « source légitime d’autorité » et qu’il a les « qualités appropriées » pour l’exercice du pouvoir. Par ailleurs, cet ethos vient étayer ce « quelque chose d’attirant » dans la figure du dirigeant populiste (Laclau 2008 : 147) : un type de fascination exercée sur le peuple et « une façon de lancer un défi au système institutionnel » qui contribuent à maintenir l’autorité du dirigeant brésilien.

4. La réception de l’allocution dans la presse

30L’allocution présidentielle a été la cible immédiate de politiciens à l’intérieur et à l’extérieur de son gouvernement qui remettent en cause la crédibilité de la parole de Bolsonaro au point de défier ou d’outrepasser son autorité. La Folha de S. Paulo (24.3.2020) titrait « Bolsonaro est ignoré par des gouverneurs et il s’isole davantage [au palais Planalto sa résidence officielle]. » A la une du quotidien de Rio de Janeiro Globo (26.03.2020) : « Les gouverneurs et les scientifiques rejettent Bolsonaro, la population reste à la maison ». Le blog politique du journaliste brésilien Matheus Leitão, (26.3.2020) fait part du refus des gouverneurs de mettre fin aux mesures restrictives déjà appliquées, et des critiques à l’encontre du président de la part de l’OMS, de politiciens de l’opposition mais aussi d’alliés, et de « la société civile [qui] en signe de protestation a déserté les rues des grande villes, São Paulo et Rio de Janeiro, dans la journée du 25 mars. »

4.1. L’anti-discours des associations médicales

31Les organismes de la santé, pour leur part, répondent à l’allocution par une confrontation discursive de positions antagoniques afin de « prouver le point controversé » (Amossy 2003 : 410). Leur démarche à visée argumentative réaffirme leur autorité scientifique contestée et met en cause la légitimité et l’autorité présidentielles précédemment construites.

32Je vais tenter de montrer comment la dimension polémique de cet anti-discours répond à des énoncés perçus comme « intolérables » du point de vue de la déontologie médicale et scientifique, « au point de juger nécessaire d’entrer en conflit avec la source supposée de ces énoncés. » (Maingueneau, 2008). Mon point d’ancrage est celui d’une perspective rhétorique adoptée par Alan Brinton (1985) dans laquelle « des attaques fondées en raison sur l’ethos de l’adversaire paraissent […] des arguments ad hominem valables et appropriés » (Amossy 2003 : 412-413). Ces thèses vont me permettre d’étayer la fonction constructive de l’ad hominem dans la polémique comme un « instrument de persuasion valable » en relation non seulement avec le logos et le pathos (Woods et Walton 1977) mais aussi et essentiellement ici avec l’image discursive de l’orateur. Soit un argument qui « interroge la crédibilité et la légitimité de l’orateur » (« l’argument éthotique » selon Brinton, 1986).

33Mon corpus est constitué de réactions d’une trentaine d’associations de santé14 et de bio-éthique brésiliennes, de première importance, sous la forme de communiqués signés tous rendus public sur le média Globo15 (25.03.2020) qui y consacre un très long article intitulé « Des professionnels de la santé et des scientifiques condamnent l’allocution de Bolsonaro sur la Covid-19 ». Cet anti-discours est une prise de parole publique qui argumente « en faveur d’une résistance […] éthique à toute forme de violence ou d’injustice […] perçue comme un mode d’action » (Koren 2019 : 209).

  • 16 La Société brésilienne d’Infectiologie dénonce le « faire penser » de l‘autorité présidentielle, en (...)

34L’article revient sur les faits qui suscitent la polémique : la comparaison du Coronavirus à une « grippette16», l’appel à mettre fin au « confinement de masse », la revendication du « retour à la normalité » et l’accusation lancée contre la presse de « répandre la peur ». Les opposants réitèrent le bien-fondé des mesures restrictives de distanciation et louent à l’unanimité la tâche du Ministère de la Santé brésilien. Le Conseil d’Administration et les membres de l’Association brésilienne des Avocats de la Santé dénoncent l’insubordination du président par une délégitimation de ses dires :

Nous rejetons le désaveu présidentiel de la prévention et des mesures de confinement adoptées par notre Ministère de la Santé et des gouvernements étatiques et municipaux, par sa suggestion d’un retour à l’école et sa malheureuse comparaison personnelle face à la réalité de la majorité des Brésiliens âgés.

35Ces anti-discours vont procéder à une délégitimation de sa personne, de son pouvoir et de son autorité.

4.2. La déconstruction de la légitimité et de l’autorité de Bolsonaro

4.2.1. La mise en cause de l’ethos comme « vecteur d’autorité »

36L’ethos de dirigeant déterminé, prometteur de « lendemains qui chantent » que Bolsonaro s’est construit est mis à mal dans l’attaque ad hominem utilisée comme « argument éthotique » (Brinton, 1986) qui cible trois aspects de l’ethos aristotélicien : la phronesis, l’aretè et l’eunoia.

37L’image que le président brésilien a construit de sa personne sera ici mise à l’épreuve d’exemples choisis qui interrogent « la crédibilité et la légitimité du dirigeant » en tant que « locuteur autorisé » (Bourdieu 1982 : 64), dont le droit et la capacité « à présenter un discours argumentatif donné » (Amossy 2003 : 415), soit une allocution appropriée en temps de crise sanitaire, sont mis en doute.

38La mise en cause de la dimension morale ou aretè de l’allocution et de la personne est notoire chez l’opposant qui a recours à l’argument pragmatique lié aux conséquences vitales du choix de Bolsonaro, et use du pathos pour dire son indignation. On notera de nombreux axiologiques évaluatifs pour juger une allocution « totalement irresponsable, risquant d’accroitre la contamination et le nombre de morts » et qui constitue « un risque pour le combat contre la maladie qui a déjà fait plus de deux mille cas au Brésil » (Globo). L’allocution est qualifiée de « discours génocidaire » (Association d’Infectiologie), « discours de mort » (Association de Santé collective), qui « met en péril la vie de milliards de personnes » et « constitue un affront grave à la Santé et à la vie de la population » (Conseil national de la Santé). Ces dénonciations du risque que le président fait courir aux Brésiliens attentent à sa crédibilité sous l’aspect de la phronesis ou sagesse et prudence de ses dires, et à la confiance en son eunoia, à savoir ses « bonnes intentions » qui visiblement ne sont pas bienveillantes envers le collectif.

4.2.2. Un ethos « déficient » : le « discours de mort »

  • 17 Ce communiqué a fait l’objet d’un article de la journaliste Claudia Colluci (Folha de S.Paulo 29.3. (...)

39L’Association de Santé collective publie, pour sa part, un plaidoyer17 en faveur de la cause scientifique contre « Monsieur Jair Bolsonaro, occupant actuel de la charge principale de l’Exécutif fédéral » dont la visée est de « vérifier ses lettres de créance » (ibid. : 412) pour prouver que son ethos « est déficient » et qu’il ne mérite pas d’occuper la position qui lui a été institutionnellement octroyée. L’argument éthotique peut y être interprété comme une forme de résistance à l’opposant par l’argumentation de valeurs et de prises de positions qui font sens au nom d’un engagement éthique déontologique : sauver des vies, épargner des morts.

40Ce plaidoyer justifie son choix de la dénomination « discours de mort » par des axiologiques évaluatifs affectifs comme « incohérente et criminelle », « intolérable et irresponsable » qui qualifient l’allocution présidentielle. Ils donnent lieu à une série de jugements de valeurs qui dénient à Bolsonaro toute autorité relative à la gestion sanitaire en temps de pandémie : ils condamnent sa négation « des preuves scientifiques », son dénigrement « de l’excellent travail de la presse » et sa dévalorisation du travail des scientifiques aux niveaux national et mondial. L’ad hominem est donc soutenu par des faits prouvant que le président « n’a pas l’autorité morale exigée [l’aretè] sur la question dont on traite, n’est pas enclin à bien délibérer ou à peser les choses prudemment [phronesis] en raison de motifs ultérieurs, ne partage pas vraiment les valeurs ou les croyances ou encore les principes présupposés [l’eunoia] dans le contexte, ou est déficient en ethos de toute manière » (Brinton 1985 : 56). Il n’est donc plus considéré comme une « source digne d’être crue » mais comme un dirigeant « dont les propos ne sont pas dignes d’être tenus pour véridiques » (Angenot 2013). Son autorité institutionnelle est aussi questionnée, soit son droit à influencer la population à ne pas respecter des mesures de distanciation sociale recommandées par les experts scientifiques. C’est sur ce point que l’anti-discours de l’Association vise à la résolution d’un conflit nécessitée par le bien collectif, par une demande de mise à l’écart du proposant comme « partenaire crédible », non dans la simple intention de le discréditer (van Eemeren et Grootendorst 1992b : 154) mais pour trancher une polémique par le recours à des mesures institutionnelles.

41Cet anti-discours qui se clôt sous la forme d’une demande de réévaluation du droit institutionnel à représenter les citoyens (Rosanvallon 2008 : 297) constitue une remise en cause :

  1. du statut institutionnel du président, par une injonction adressée « aux institutions de la République » à « réagir et arrêter l’irresponsabilité de celui qui siège à la présidence avant que le chaos ne devienne irréversible »,

  2. de sa légalité : « Bolsonaro a commis un délit d’infraction à une mesure préventive de santé, encadrée par l’article 268 du Code pénal brésilien, pour irrespect à l’égard de la “détermination des pouvoirs publics à empêcher la propagation de maladies contagieuses”. »

42Les opposants apportent des justifications institutionnelle et légale de l’irrespect par l’appel au logos – le texte de la loi – et l’évocation de l’irresponsabilité qui suscite un sentiment d’indignation (pathos). Ce dernier joue un rôle important dans le discours argumentatif en tant que moteur d’un recours légal jugé nécessaire « avant que le chaos ne devienne irréversible ».

43Le droit acquis de Bolsonaro à occuper ses fonctions et à orienter des politiques n’est plus reconnu, ni son droit de dire et d’agir – qui n’est pas conforme aux normes et valeurs (Fairclough et Fairclough 2012 : 45) et ne respecte pas l’ordre sanitaire nécessaire à la protection des vies. L’anti-discours délégitime ainsi la posture présidentielle sur la base de questionnements existentiels sur le bien, le juste et leurs contraires (Koren 2019 : 95).

5. La réplique de Bolsonaro à ses opposants pour rétablir sa légitimité et son autorité

44La Folha de S. Paulo (31.03.2020) fait part de l’impact de l’anti-discours sur le style et la posture politique de Bolsonaro, qui « semble changer de ton, […] salue le Congrès et les gouverneurs18 » en appelant à un « pacte de lutte contre la pandémie tout en continuant d’associer vies et emplois ». Selon le quotidien, « le président a parlé pendant sept minutes et 32 secondes, tandis que des concerts de casseroles se faisaient entendre dans diverses villes du pays contre son discours. »

45On va examiner ici comment il rebondit, dans sa nouvelle allocution du 31 mars, pour répondre à une crise de légitimité et reconstruire son autorité mise à mal afin qu’elle soit reconnue par l’Autre pour pouvoir être exercée, dans le cadre d’« une croyance collective dans [s]a légitimité » (Angenot 2013 : 8).

5.1. La reconstruction de sa légitimité le droit de dire et de faire

5.1.1. La réponse aux associations de santé

46Bolsonaro va tenter de restituer son droit acquis à représenter les citoyens en se montrant capable de comprendre les problèmes de ceux qu’il gouverne, soit « une représentation-empathie » Rosanvallon (2008 : 297). Comment réintègre-t-il les réactions à son encontre quand il se défend ? Il tente de le faire par une re-légitimation de sa personne et une re-légitimation du peuple, en recourant à l’exaltation de valeurs nationales et au rétablissement du « souverainisme populaire ». Dans cet esprit, il va répondre premièrement aux accusations d’illégitimité institutionnelle et aux conséquences graves de son irrespect de l’ordre sanitaire pour le combat contre la pandémie, par un type de credo qui a recours au pathos :

Depuis le début du gouvernement, nous avons travaillé sur tous les fronts pour résoudre des problèmes historiques et améliorer la vie des gens […] Mais, à présent nous sommes confrontés au plus grand défi de notre génération. Mon principal souci/préoccupation a toujours été de sauver des vies. Tant celles que nous avons perdues à cause de la pandémie que celles touchées par le chômage, la violence et la faim. Je me mets à la place des gens et à l’écoute de leur angoisse.

47« Sauver des vies » semble dans un premier temps desservir un ethos de Sauveur. Mais Bolsonaro s’en sert comme prémisse pour avancer de nouveau sa thèse « sauver des vies et prévenir le chômage de masse » qui se rapporte à la légitimité des mesures qu’il édicte et des actions qu’il entreprend. A cette fin, il met sur le même plan la perte de la vie par la pandémie – qui est au cœur de la polémique – et d’autres facteurs comme le chômage, la violence et la faim – conséquence de la situation économique du Brésil. Il réintègre dans ce discours le problème du confinement pour l’économie brésilienne qu’il expliquait un jour auparavant, le 30.3.2020 : « Logiquement, la vie est plus importante que l’économie, mais si le chômage continue d’augmenter violemment, si nous n’assouplissons pas certaines règles maintenant, nous aurons un problème très grave demain et après cela il y aura la faim, la misère, la colère, la dépression. Nous ne savons pas où cela peut mener ».

48Deuxièmement il va revendiquer son droit de « faire », mais également la légitimité des mesures qu’il entend décréter face à ceux qui doivent les reconnaitre par l’appel à un « grand pacte » qui sollicite la société politique et civile : « Je remercie et réaffirme l’importance de la collaboration et la nécessaire union de tous dans un grand pacte pour la préservation de la vie et des emplois. Le parlement, le pouvoir judiciaire, les gouverneurs, les préfets et la société. »

49De cette manière, il rebondit sur des anti-discours, notamment celui de la Société d’Infectiologie qui appelait « les Pouvoirs législatif et judiciaire […] à prendre les mesures appropriées face à un discours génocidaire [pour surmonter la crise], et à rétablir l’unité de toutes les autorités, indépendamment des différends […]. La vie ne peut pas attendre, […] » (25.03.2020), donc en réintégrant l’appel à l’unité/l’union dans sa demande de pacte.

5.1.2. La reconstruction de son autorité : la crédibilité de ses dires et de sa personne

50Pour rétablir la crédibilité de son image, il va reconstruire l’ethos populiste du Sauveur qui doit lui permettre de promouvoir sa thèse polémique de l’égalité de la protection de la vie et des emplois. Il mobilisera à cette fin des arguments d’autorité. Quelles sont les spécificités de son discours dans la façon de construire une image culturellement dépendante, de défendre certaines valeurs et d’interpeler le peuple ?

  • 19 Image liée au processus de l’autorité « faire faire » : « j’ai enjoint à notre Ministre de la Santé (...)
  • 20 Cf. l’« éthos messianique » selon Marques Silva.

51Il projette l’image d’un homme d’action19, qui combat la pandémie sur tous les fronts, investi d’une « mission » tel un homme providentiel20 : « Nous avons une mission : sauver des vies sans oublier les emplois […] Nous allons accomplir cette mission, en même temps que prendre soin de la santé des gens ». Il la conforte en l’adossant à un engagement institutionnel qui permet de rappeler la légitimité de son statut et de ses devoirs : « lors de la dernière réunion du G-20, nous autres chefs d’État et de gouvernement, nous sommes engagés à protéger les vies et à préserver les emplois. Je le ferai donc ». Mais aussi en soulignant les obligations futures que lui impose ce statut : « mon obligation en tant que président s’étend au-delà des prochains mois », par la perspective d’un avenir prometteur tout en restant dans le flou : « Préparer le Brésil à la reprise, […], mobiliser toutes nos ressources et notre énergie pour rendre le Brésil plus fort encore après la pandémie ».

5.1.3. Le rôle de l’argument d’autorité dans la construction de l’ethos discursif du Sauveur

52Bolsonaro s’appuie sur deux instances de pouvoir « comme moyen de preuve en faveur d’une thèse » (Perelman et Olbrechts-Tyteca 2000 : 411-414) : un modèle extérieur puissant qu’il respecte, l’ancien Président américain Donald Trump (c’est le role model authority selon Van Leeuwen 2007), qui craignait pour l’économie américaine ; et une autorité sanitaire, le Directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, à qui l’on doit, notamment « each and every individual matters » dont il va instrumentaliser les déclarations par un biais de ses propos.

5.1.3.1. L’autorité du modèle

53L’argument de Trump « nous ne pouvons pas laisser le remède être pire que le problème lui-même » devient le slogan de Bolsonaro pour donner de la crédibilité à ses dires sur la lutte contre le coronavirus et son souci de l’économie : « je le répète, l’effet collatéral des mesures prises pour combattre le coronavirus ne peut pas être pire que la maladie elle-même ».

5.1.3.2. Un biais

54La Folha de S.Paulo 31.3.2020 contestera son recours « une fois de plus » aux déclarations du Directeur général de l’OMS, « pour soutenir la thèse selon laquelle il faut sauver des vies et des emplois. » En effet, il choisit de biaiser des fragments d’interviews sur « la nécessité des gouvernements de se préoccuper des plus pauvres » par son interprétation, à savoir la nécessité d’un arrêt des mesures de confinement pour permettre aux « plus vulnérables » de travailler. Il va légitimer sa position par l’exaltation des valeurs morales et des croyances qui guident son choix : le souci du travail chez les populations défavorisées pour lesquelles l’emploi protègerait la vie, conformément à la spécificité socio-économique brésilienne qui exacerbe les inégalités sociales en temps de pandémie. Ces valeurs font partie d’une doxa commune qu’il partage avec son auditoire, et il y a recours « pour tenter de faire partager ses vues avec d’autres » (Amossy 1999 : 132) :

Voilà ma préoccupation depuis le début. Qu’adviendra-t-il du marchand ambulant, du vendeur de kebab, du travailleur journalier, de l’aide-maçon, du camionneur et d’autres indépendants/travailleurs informels avec lesquels je suis en contact durant toute ma vie publique ?

55Bolsonaro s’adresse à cette plebs qu’il prétend être le populus légitime, c’est-à-dire une partie qui jouerait le rôle de la totalité de la communauté (Laclau 2008 : 101). Il unifie donc le peuple par l’exclusion d’une de ses parties (par exemple, les nantis ou la classe moyenne dont il ne parle pas), par une stratégie de type populiste qui lui confère une autorité de dirigeant paternaliste à l’ethos de sincérité et d’authenticité, à l’œuvre pour le bien du peuple et sensible à ses angoisses. Il l’exprime à la première personne en évoquant un peuple constitué de travailleurs informels qui souffrent de précarité et représentent le Brésil d’« en bas » (Hermet 2001 : 49). La figure du Sauveur permet la re-légitimation du peuple et la légitimation de soi dans un rapport étroit avec son ethos comme vecteur d’autorité dans ses dimensions d’eunoia et d’aretè.

Conclusion

56L’image du Sauveur que s’efforce de construire le président brésilien pour se faire écouter et être obéi est une stratégie qui modèle un discours populiste à caractère polémique. J’entendais montrer par une analyse argumentative qu’en réponse aux vives critiques de ses opposants, cette image non dénuée de teneur émotionnelle nécessitait un retravail et des réajustements en conformité avec les valeurs partagées d’un certain auditoire. En effet, les adversaires du président brésilien ont explicitement argumenté par de bonnes raisons leur refus de reconnaitre sa légitimité politique et d’octroyer leur consentement à des valeurs qu’ils ne partagent pas, dans le souci de préserver leur liberté (pour paraphraser Hannah Arendt 1972 : 140). Ainsi, si cette crise sanitaire permet de mettre au jour les ressorts d’un discours populiste, elle constitue en même temps une mise à l’épreuve de ce discours et de sa capacité à assurer la légitimité et l’autorité du dirigeant.

57Dans cet ordre d’idée, j’ai tenté d’analyser la construction discursive et argumentative d’une image de chef charismatique doté d’une force de conviction, d’énergie et de puissance qui se dit être au service de l’intérêt général. En même temps, l’examen de la polémique qui se développe dans l’interdiscours montre bien que lorsque l’autorité du dirigeant ne se traduit pas dans un ethos de crédibilité qui inspire la confiance, ses interlocuteurs mués en opposants n’obéissent pas de leur propre gré à ses instructions : il n’y a plus obéissance sans coercition. La confiance que suppose « l’intime conviction » de la compétence du dirigeant, de la fiabilité de son jugement est bien ce qui lui confère son autorité. Encore faut-il que cette exigence soit partagée par des citoyens éclairés ; sinon, le risque de l’autoritarisme n’est pas loin.

Haut de page

Bibliographie

Amossy, Ruth (éd.). 1999. Images de soi dans le discours. La construction de l’ethos (Genève : Delachaux et Niestlé)

Amossy, Ruth. 2010 [2000]. L’argumentation dans le discours (Paris : Colin)

Amossy, Ruth. 2014. Apologie de la polémique (Paris : PUF)

Amossy, Ruth, 2003. « L’Argument ad hominem dans l’échange polémique », Declercq Gilles, Michel Murat& Jacqueline Dangel (éds). La parole polémique (Paris : Champion), 409-423

Amossy, Ruth, 2022. « Construire la légitimité et l’autorité dans le discours », Argumentation et Analyse du Discours 28

Angenot, Marc. 2013. Rhétorique de la confiance et de l’autorité, Discours social 44 (Montréal : Université McGill)

Arendt, Hannah. 1972. « Qu’est-ce que l’autorité ? » La Crise de la culture (Paris : Gallimard)

Beetham, David. 2013. The Legitimation of Power (London : Bloomsbury)

Bourdieu, Pierre. 1982. Ce que parler veut dire. L’économie des échanges linguistiques (Paris : Fayard)

Brinton, Alan. 1985. "A Rhetorical View of the ad hominem", Australian Journal of Philosophy, 51-63

Charaudeau, Patrick. 2011. « Réflexions pour l’analyse du discours populiste », Mots. Les langages du politique. [En ligne] http://journals.openedition.org/mots/20534

Charaudeau, Patrick. 2005. Le discours politique. Les masques du pouvoir (Paris : Vuibert)

Danblon, Emmanuelle. 2006. « La construction de l’autorité en rhétorique », Semen 21, 141-153

Eemeren, F.H. van & R.Grootendorst. 1992. Argumentation, Communication and Fallacies. A pragma-dialectical Perspective. (New jersey, Lawrence Erlbaum)

Eemeren, F.H. van & R.Grootendorst. 1992b. "Relevance Reviewed: The Case of Argumentum ad hominem", Argumentation 6, 141-159

Fairclough, Isabella & Norman Fairclough.2012. Political Discourse Analysis (London & N.Y: Routledge)

Habermas, Jürgen. 2012 [1973]. Raison et légitimité : problèmes de légitimation dans le capitalisme avancé (Paris : Payot)

Hermet, Guy. 2001.Les populismes dans le monde. Une histoire sociologique (XIXe-XXe siècle) (Paris : Fayard)

Kerbrat-Orecchioni, Catherine. 1980. L’énonciation. De la subjectivité dans le langage (Paris : Colin)

Koren, Roselyne. 2019. Rhétorique et Ethique. Du jugement de valeur (Paris : Classiques Garnier)

Laclau, Ernesto. 2008. La raison populiste (Paris : Seuil)

Leeuwen, Theo van. 2007. « Legitimation in discourse and communication », Discourse and communication 1, 91-112

Maingueneau, Dominique (2008), « Les trois dimensions du polémique », Gaudin-Bordes, Lucile & Geneviève Salvan (éds). 2008. Les registres. Enjeux stylistiques et visées pragmatiques. Hommage à Anna Jaubert (Louvain-la-Neuve : Academia Bruylant), 109-120

Maingueneau, Dominique. 2000. Analyser les textes de communication (Paris : Nathan)

Marques Silva, Alexandre, 2002. « (Não) é só uma gripezinha: argumentação e realidade forjada nos pronunciamentos de Jair Bolsonaro sobre a covid-19 », Eidea [En ligne] DOI:10.47369/eidea-20-2

Perelman, Chaïm & Lucie Olbrechts-Tyteca. 1970 [1958]. Traité de l’argumentation. La nouvelle rhétorique (Bruxelles : Editions de l’Univ. de Bruxelles)

Plantin, Christian. 1990. Essais sur l’argumentation (Paris : Kimé)

Plantin, Christian. 1996. « L’interaction argumentative », Dialogue in the Heart of Europe, IADA 6th International Congress, Prague

Ricard, J. & J. Medeiros. 2020. Using Misinformation as a political weapon: covid-19 and Bolsonaro government in Brasil

https://misiinforeview.hks.harvard.edu/wp-content/uploads/2020/04/final_brazil.pdf

Rosanvallon, Pierre. 2008. La légitimité démocratique, Impartialité, réflexivité, proximité (Paris : Seuil)

Taguieff, Pierre-André. 2002. L’illusion populiste : De l’archaïque au médiatique (Paris : Berg)

Taguieff, Pierre-André. 1997 « Le populisme et la science politique du mirage conceptuel », Vingtième Siècle 56, 4-33

Woods, John & Douglas Walton (1977). « Ad hominem », The Philosophical Forum 8-1, 1-20

Haut de page

Notes

1 « Pourquoi la réponse du Brésil au Covid échoue » est le titre d’un rapport paru dans The Regulatory Review (22.6.2020) qui esquisse les raisons qui placent le Brésil en deuxième position, après les États-Unis, pour le plus grand nombre de cas confirmés de Covid-19.

https://www.theregreview.org/2020/06/22/urban-saad-diniz-brazil-covid-19-response-failing.

2 Tiago Ribeiro Duarte, « Ignoring scientific advice during the Covid-19 pandemic: Bolsonaro’s actions and discourse », Tapuya: Latin America Science Technology and Society

https://www.tandfonline.com/doi/full/10.1080/25729861.2020.1767492

3 Francisco Ortega. « Governing covid-19 without government in Brazil. Ignorance: neoliberal authoritarianism and the collapse of public health leadership »

https://www.tandfonline.com/doi/full/10.1080/17441692.2020.1795223?src=recsys

4 Pour Beetham, la typologie wébérienne est source de confusion en ce sens que le statut propre de chacune des trois composantes est resté obscur. Je me limiterai donc aux définitions de Taguieff, de Charaudeau et de Rosanvallon sur le charisme dans sa dimension populiste. Je suis la définition rhétorique de Danblon (2006 : 13-25) sur le charisme, autorité naturelle qui toucherait au degré de confiance que l‘auditoire va accorder à l‘orateur pour que sa prédiction soit persuasive dans son entreprise de construction d‘un ethos efficace.

5 Tribune « De l’incarnation en politique », par Pierre Rosanvallon.

6 https://noticias.uol.com.br/politica/ultimas-noticias/2020/03/24/leia-o-pronunciamento-do-presidente-jair-bolsonaro-na-integra.htm

7 https://www.gov.br/planalto/pt-br/acompanhe-o-planalto/noticias/2020/03/pronunciamento-do-presidente-da-republica-jair-bolsonaro-31-03-2020

8 Sources : (je traduis) « Coronavirus : rappelez-vous ce que Bolsonaro a déjà dit de la pandémie » (Estadão 2.4.2020 Renato Vasconcelos) et « Ce que Bolsonaro a déjà fait pour affronter/confronter les mesures de combat contre le coronavirus » (Folha de São Paulo 30.3.2020 Daniela Arcanjo). Deux articles de quotidiens brésiliens consacrés aux invectives et aux actions présidentielles controversées quasi quotidiennes, depuis le début de la crise sanitaire au Brésil dès le 9 mars 2020.

9 Le 9.3.2020 Bolsonaro déclarait : « le pouvoir destructeur du virus a été surdimensionné, peut-être même pour des raisons économiques.»

10 Dans une interview à CNN Brésil : « Pour vous dire la vérité, parce que je ne vais pas revenir sur ce que j’ai dit, c’est un fou. Il est en train de faire de la politique. Maintenant qu’il est gouverneur, il nie avoir utilisé mon nom pour se faire élire, […]. »

11 Avec grade de capitaine sous la dictature militaire de 1964-1985.

12 Estadão publie le 23.4.2020 une étude de Ricard, J. et J. Medeiros (2020), Using Misinformation as a political weapon. Ils y observent: « The use of ad hominem attacking (or promoting) decision-makers or public figures in order to delegitimize those supporting social isolation measures […], and praising those who publicly support a “return to normality” […]. »

13 Marques Silva 2020, « (Não) é só uma gripezinha ». Eidea 2020, V.2. « Ce n’est (pas) qu’une grippette : argumentation et construction de la réalité dans les déclarations de Jair Bolsonaro sur la Covid-19. » (Je traduis).

14 Pour ne citer que quelques-uns : le Centre brésilien d’Etudes sur la Santé, la Société brésilienne de Gériatrie et de Gérontologie, l’Association des Médecins de São Paulo.

15 https://g1.globo.com/politica/noticia/2020/03/25/sociedade-brasileira-de-infectologia-diz-que-distanciamento-social-e-fundamental-para-conte

16 La Société brésilienne d’Infectiologie dénonce le « faire penser » de l‘autorité présidentielle, en prévenant que « de tels messages peuvent donner la fausse impression que les mesures de prévention sociale sont inadéquates [la fermeture des écoles] et que la covid-19 est semblable à un simple refroidissement, soit une maladie à faible mortalité. »

17 Ce communiqué a fait l’objet d’un article de la journaliste Claudia Colluci (Folha de S.Paulo 29.3.2020) qui est un métadiscours fidèle à l’original qu’elle qualifie de « manifeste » : « Les organisations de santé considèrent le discours de Bolsonaro “intolérable et irresponsable” ». 

18 https://www1.folha.uol.com.br/poder/2020/03/em-novo-pronunciamento-bolsonaro-distorce-oms-e-volta-a-igualar-empregos-e-vidas-diante-do-coronavirus.shtml

19 Image liée au processus de l’autorité « faire faire » : « j’ai enjoint à notre Ministre de la Santé de ne ménager aucun effort pour soutenir […] tous les Etats du Brésil. […] au Ministre de l’Économie à prendre toutes les mesures nécessaires pour protéger avant tout l’emploi et le revenu des Brésiliens. Et […] aux forces armées à participer à la lutte contre le coronavirus. »

20 Cf. l’« éthos messianique » selon Marques Silva.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Sukiennik Abécassis, « Polémique et populisme en temps de pandémie : légitimation et construction d’autorité chez Bolsonaro »Argumentation et Analyse du Discours [En ligne], 28 | 2022, mis en ligne le 25 avril 2022, consulté le 21 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/aad/6280 ; DOI : https://doi.org/10.4000/aad.6280

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Argumentation & analyse du discours est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo ADARR Tel-Aviv
  • Logo Université Tel-Aviv
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search