Navigation – Plan du site

AccueilNuméros28Comptes rendusBlandine Pennec. 2021. Les Mots d...

Comptes rendus

Blandine Pennec. 2021. Les Mots de la Covid-19 : Étude linguistique d’un corpus français et britannique (Arras : Artois Presses Université)

Roselyne Koren
Référence(s) :

Blandine Pennec. 2021. Les mots de la Covid -19 Étude linguistique d’un corpus français et britannique (Arras : Artois Presses Université), 271 pages, ISBN : 978-2-84832-529-3

Texte intégral

1La pandémie à laquelle tous les pays sont confrontés depuis mars 2020 a d’ores et déjà donné lieu à des publications qui n’ont pas été sans susciter quelques critiques : il serait indécent d’instrumentaliser des questions de vie et de mort afin d’ajouter une ligne dans la liste de publications des chercheurs. L’auteure de ce volume en est apparemment pleinement consciente puisqu’elle soulève le problème dès les premiers mots de l’introduction. À ses yeux, cependant, en temps de confinement où on risque de sombrer dans une passivité destructive, résister c’est précisément activer ses compétences professionnelles et les mettre au service de l’intelligibilité de ce qui s’est joué dans le champ de la communication politique et journalistique. Les auteurs du dossier 28 d’Argumentation et analyse du discours, consacré à la mise en œuvre des notions d’autorité et de légitimité politiques à l’échelle internationale en mars 2020, partagent manifestement ce point de vue.

2Le présent volume a pour objet les discours des dirigeants britannique et français de février à juin 2020, mais aussi ceux de quatre quotidiens nationaux : The Guardian et The Telegraph du côté britannique, Le Monde et Le Figaro du côté français. L’auteure en propose une approche linguistique formaliste, justifiée par ce qu’elle appelle un phénomène de « jaillissement discursif notable » (p. 221). Celui-ci comprend des effets de « saillance », communs à toutes les strates des discours. Cette notion clé récurrente est définie en ces termes (p. 12-13) : mise en évidence du propos, soit « en le faisant ressortir dans la chaîne linéaire par le biais de structures ou constructions mettant en valeur certains items », soit en rendant le propos « plus marquant (par l’emploi de marqueurs favorisant l’intersubjectivité) ». Il s’agit donc pour l’auteure de recenser dans ce corpus tout ce qui permet de « relier la forme au contenu propositionnel et argumentatif » et d’en évaluer l’efficacité communicationnelle. Rendre compte des effets de saillance, c’est donc recenser les formes linguistiques ayant pour fonction, dans un premier temps, de capter et de retenir l’attention de l’auditoire, puis de le persuader et/ou de neutraliser les velléités de réfutation du bien-fondé des prescriptions sanitaires. Tout se joue donc, en l’occurrence, affirme B. Pennec, dans un langage dont la puissance est d’autant plus déterminante que les prises de parole ne comprennent pas de mise en scène audiovisuelle.

3L’ouvrage comprend trois chapitres : (1) Un cadre théorique où sont examinés « le type de communication concerné » et « les propriétés linguistiques générales des productions examinées » (p. 21 – 48) ; (2) Un chapitre consacré aux discours politiques de Macron et Johnson en mars 2020 (p. 49 – 134) et (3) L’analyse des articles de quatre quotidiens nationaux français et britanniques (p. 135 – 220). Le lecteur pourra aussi consulter un glossaire proposant les définitions de termes clés (p. 227 – 235) et, en annexe, le texte complet des discours de Macron, du 12 et du 16 mars 2020 et de Johnson, les 16, 19 et 23 mars (p.237 – 254), ainsi que les références des titres des articles de presse intégrés dans le corpus (p. 254 – 259) et une bibliographie des ouvrages cités (p. 261 – 268).

4La décision d’analyser simultanément ces deux types de discours est justifiée par le fait qu’ils auraient tous deux l’obligation de transmettre des informations garanties par un savoir ancré dans des données objectives dûment vérifiées. Les qualités de ce savoir seraient d’autant plus cruciales que les enjeux sont la protection et la sauvegarde de la vie et de la santé des auditoires visés. Mais, ajoute l’auteure, ces discours altruistes permettent aussi, ce qui n’est pas négligeable ni incompatible, de construire simultanément l’ethos de ceux qui les tiennent et souhaitent gagner la confiance de leurs auditeurs respectifs ainsi qu’exercer une influence concrète sur leurs actes.

5Ces informations et injonctions doivent être d’autant plus argumentées qu’elles demandent aux auditoires d’accepter des restrictions de leurs libertés. Si le logos, le pathos et l’ethos jouent alors un rôle central dans la force illocutoire des arguments, c’est précisément, affirme l’auteure, parce que des prescriptions coercitives seraient jugées inacceptables en contexte démocratique (p. 12). Les mesures prises par les chefs d’État et relayées par la presse se doivent d’être « adoptées dans leur principe », soit en connaissance de cause.

6Si le cadre théorique englobant est l’analyse du discours, l’auteure y intègre simultanément les théories linguistiques de l’énonciation et une approche pragmatique du langage, comme d’ailleurs la stylistique et la rhétorique argumentative. Les strates différentes et interactives du langage requièrent ce cadre, à ses yeux, mais aussi la compréhension du but poursuivi par les deux chefs d’État et les journalistes : neutraliser les velléités de réactions critiques et de réfutation de leurs auditoires respectifs. Ce qu’un cadre linguistique de ce type permet donc de penser, ce sont des tentatives « de décréter, d’inciter, d’ordonner, de rassurer, d’exagérer et de rectifier etc. » (p. 16).

7La délimitation du corpus politique donne la primauté aux discours prononcés en mars 2020. Il s’agit en France des allocutions du Président Macron du 16 et du 20 mars et, du côté du Royaume-Uni, de celles du Premier ministre Johnson, le 16, le 19 et le 23 mars. Concernant le volet journalistique du corpus, il est composé d’articles dans leur version en ligne sur internet, s’étirant sur la période allant de février 2020 – date de l’installation de la pandémie en Europe – à début juin 2020, date de la fin du confinement obligatoire de la population au Royaume-Uni, la France ayant commencé à lever les restrictions à la mi-mai. Il s’agit donc de la période de pré-confinement puis du premier confinement de part et d’autre de la Manche. Étant donné le foisonnement des articles publiés dans la presse, l’auteure limite le corpus journalistique aux titres, sous-titres et « chapôs » (p. 18), qui présentent selon elle de nombreux avantages : ils jouent un rôle déterminant dans la décision du lecteur de lire l’article, mais aussi dans le choix de la perspective spécifique de l’article. Mais cet angle d’attaque implique une raison supplémentaire : la condensation des stratégies discursives et rhétoriques qui y sont à l’œuvre. Ces titres et sous-titres doivent en effet pouvoir évoquer simultanément le thème de l’article et ses enjeux.

8Le premier chapitre propose une approche théorique transversale et générale des pratiques linguistiques mises en œuvre dans l’ensemble du corpus. Les différents constituants définis sont régulièrement illustrés par des citations en français et en anglais. L’accent y est mis, comme l’indique le titre du chapitre : « Une communication unidirectionnelle, mais empreinte de dialogisme » - sur le caractère « monologal » d’une communication verbale orale, dans le cas des discours politiques, et écrite dans celui des quotidiens nationaux. L’ensemble du chapitre poursuit cependant un but essentiel : désigner où s’inscrivent, envers et contre tout, le « dialogisme (au sens de Bakhtine, 1978 [1975]) » et les traces d’intersubjectivité. Si le but fondamental des prises de parole politiques et journalistiques est d’instaurer des relations de confiance avec les Français et les lecteurs des quotidiens conduisant respectivement à l’application des prescriptions sanitaires et à la « fidélisation » des lecteurs, ces deux types de parole « unidirectionnels » se doivent d’activer l’arsenal des formes dialogales inhérentes au système du langage. La mise en œuvre de cet arsenal permet de surmonter l’obstacle de l’absence de récepteurs présents en chair et en os.

9Si les formes impliquant des adresses à autrui méritent en outre de retenir particulièrement l’attention de l’auteure, c’est aussi en raison de la distance créée par l’ethos en surplomb du chef de l’État et la fonction journalistique de « référence sociétale ». Or cette distance serait un obstacle dès lors que les chefs d’État et les journalistes aspirent non seulement à établir leur autorité, mais à créer des liens d’empathie et à prouver leur solidarité. La construction discursive de l’ethos des locuteurs est donc plus cruciale que jamais : elle joue un rôle déterminant dans la fiabilité, l’efficacité et l’acceptabilité de leurs dires. Ainsi, comme l’auteure va le montrer, des phénomènes de négociation du sens proposé ou prescrit sont à l’œuvre bien que le dispositif de communication ne soit pas interactionnel.

10La communication à l’œuvre dans la crise sanitaire de la Covid-19 comprend les traits distinctifs majeurs suivants : contrôle verbal logique, aussi bien à l’oral qu’à l’écrit, et dimension unidirectionnelle des prises de parole. Par communication « logique », « contrôlée », « préparée » (p. 21-22) l’auteure entend l’énonciation de discours « cohérents, structurés et homogènes à l’instar du texte écrit ». Ces qualités, souligne l’auteure (p. 225), surprennent d’autant plus que la pandémie est un événement particulièrement « éprouvant et déstabilisant ». Ceci implique que l’auditeur soit pris comme « un co-énonciateur » certes abstrait, mais représentant cet « autre » qu’il faut non seulement informer, mais convaincre à mettre les conseils, injonctions et prescriptions en œuvre. Tout se joue donc dans les mots et rend d’autant plus essentielles les ressources d’un arsenal linguistique, stylistique et argumentatif donnant aux citoyens ou aux lecteurs le sentiment d’être des interlocuteurs intégrés dans la trame des discours des deux hommes d’État ou des journalistes remplissant la fonction de locuteur collectif. Les caractéristiques linguistiques « transversales » des deux volets du corpus sont donc à l’origine du choix des angles d’attaque théoriques sélectionnés : la dimension dialogique, la construction discursive de l’ethos, les prises de position énonciatives, les aspects pragmatiques des discours, la mise en œuvre occasionnelle d’une rhétorique figurale et/ou argumentative.

11Aussi surprenant que cela puisse paraître, le trait distinctif de la communication unidirectionnelle est constamment compensé, selon l’auteure, par la présence verbale, dans la trame même des dires des chefs d’État et des journalistes, du récepteur sous la forme des points de vue circulant dans la société civile ou de l’évocation de ses discours critiques (p.31). « Si l’on considère cette incorporation de propos ou points de vue allogènes, il est possible », souligne l’auteure, à la suite de Bakhtine (1978 [1975]), de parler de « dialogisme actif » (p. 32-34). Ce type d’intégration présente en outre l’avantage de permettre aux locuteurs d’intégrer leurs auditoires « pour mieux les moduler ». C’est dans des paramètres comme les aspects, les modalités et les structures complexes, soit « les marques énonciatives constituant les indices de cette intégration de l’altérité », qu’est examinée la mise en œuvre de ce dialogisme. Le concept d’ethos est, pour sa part, exploré « en termes de positionnements énonciatifs et en regard des différences qui permettent de le distinguer des notions de logos et de pathos. De l’ethos dépendra « la construction de valeurs d’ordre moral » : « la bienveillance, la sincérité, la probité, l’intégrité, la loyauté », mais aussi des valeurs « d’ordre contextuel » : « la situation sociale du locuteur, ses positionnements, son rapport à autrui » (p. 36).

12La notion de saillance dont l’auteure recherche systématiquement les traces linguistiques est, par ailleurs, à l’origine du constat suivant : les deux volets du corpus possèdent une « forte dimension pragmatique » (p. 39-43) qui se manifeste sous la forme d’actes de langage et d’une mise en œuvre de la composante implicite du discours régulée par les présupposés et les sous-entendus. Si ces derniers ne figurent pas dans la part visible du discours, ils n’en sont pas moins le fruit des constituants du cotexte et de l’interprétation de l’allocutaire. Le « jaillissement discursif » à visée interactive inclut même ce type de déduction improuvable.

13La dernière strate linguistique évoquée dans cette présentation transversale est celle de la rhétorique figurale. L’auteure y donne la primauté à deux figures emblématiques : l’anaphore et la métaphore. La première joue assurément un « rôle mémoriel, régulateur et signalétique », ainsi que le souligne Bonhomme (2005 : 41 et 62). Elle caractérise essentiellement les discours politiques, mais la métaphore joue un rôle capital dans les deux catégories de discours. Le trope et ses comparants types : la guerre et la vague marine - met en œuvre « une pensée plus riche et plus complexe » activant une « logique intensionnelle », indépendante de la « valeur de vérité » (p. 45). Il possède, enfin, une dernière qualité extrêmement précieuse pour le locuteur cherchant à faire adhérer ses auditoires à ses préconisations : il est beaucoup plus difficile à réfuter qu’une description ancrée dans l’observation du réel référentiel.

14Si l’auteure avait pour but, jusqu’à présent, de présenter une approche théorique générale du dispositif communicationnel de la crise sanitaire correspondant à la complexité des strates du discours, elle passe au chapitre deux à ce qui est en fait le véritable enjeu de l’ouvrage : le détail des procédés linguistiques et rhétoriques en jeu dans les discours politiques britanniques et français ayant mené au premier confinement.

15La rhétorique dont ce chapitre rend compte « repose sur une synergie d’outils intervenant à différents niveaux » (p. 133) : « celui des structures syntaxiques et expressives, et celui des mots grammaticaux favorisant l’argumentation ». Celle-ci bénéficie, comme le démontrera l’auteure, du renfort – saillance oblige – de « marqueurs de totalité », d’impératifs, de formes modales, de performatifs et de figures de répétition comme l’anaphore, les rythmes binaires et ternaires et même la parataxe. Ces outils ont essentiellement pour but de décupler la force des raisonnements logiques et de contribuer à la construction discursive des éthè des deux chefs d’État en « chef de guerre », pour Macron, ou de « combat » contre « l’ennemi » pour Johnson. Le parallélisme et les similitudes entre ces deux personnalités et entre leurs rhétoriques sont le fil conducteur de l’ensemble du chapitre.

16Tout commence par la répétition de « lexèmes significatifs » qui seront recensés et analysés, tour à tour, côté français et côté britannique. Il s’agit de : « la gravité de la situation », « grave », « la solidarité », l’exhortation à lutter « ensemble », l’opposition entre « le nécessaire » et le « non-nécessaire » (p. 51-52). Côté britannique, l’auteure recense (p. 53-56) l’adjectif « right » qui qualifie la « justesse des décisions », « le nécessaire et l’essentiel », le virus assimilé à « l’ennemi invisible ». La question des « paramètres nécessaires à la vie », martelée par Macron comme par Johnson, « constitue un dénominateur commun très fort de leurs allocutions » (p. 56).

17Le développement suivant a pour titre : « Les anaphores ou épiphores structurantes et leurs possibles combinaisons avec des métaphores ». Il ne s’agit plus de la répétition d’un lexème unique, mais d’un syntagme ou d’un énoncé en tête de plusieurs énoncés ou au contraire en guise de clôture. Côté français l’auteure commente l’épiphore de la fameuse formule « Quoiqu’il en coûte ». La question des aspects financiers de la crise sanitaire est ainsi présentée comme « non pertinente par rapport aux visées évoquées sous forme ternaire (“porter assistanceˮ, “prendre en charge des maladesˮ et “sauver des viesˮ » (p. 57). L’anaphore de « je veux » contribue, par contre, à la construction d’un ethos rappelant que le chef de l’État est d’autant plus digne de confiance qu’il est en permanence aux commandes. Mais « je veux » introduit aussi, simultanément, un autre acte de langage : « faire la leçon » aux citoyens, « mettre en garde » ceux qui « ne respectent pas les règles édictées ».

18« Je compte sur vous » (p. 59) est une autre anaphore clé confirmant pleinement, aux yeux de l’auteure, qu’« un énoncé performatif ne se contente pas de décrire un état de fait, mais constitue lui-même une action », « l’énonciation et l’action qu’il dénote sont indissociables ». La conception pragmatique de l’implicite permet aussi, en l’occurrence, de décréter que l’autre – ici la population française – est digne et capable de « recevoir cette confiance » (p. 60). L’anaphore se double enfin d’une métaphore lorsque Macron scande, dans le discours du 16 mars annonçant le confinement, l’énoncé « nous sommes en guerre ». Côté britannique, l’auteure propose alors les analyses détaillées de « it is vital » (p. 62-63) et « we’re asking » (p. 63-64).

19L’anaphore n’est cependant pas la seule figure de répétition mise en œuvre dans les discours de Macron et Johnson. L’auteure poursuit ses analyses par l’étude de l’énumération (p. 64-66, côté français, 66- 69, côté britannique), du rythme binaire (p. 70-73, côté français, p. 76-78, côté britannique), ternaire (p. 73-74, côté français, p. 78, côté britannique) et d’un rythme « concis » créé par la notion syntaxique de parataxe (p. 74-75, côté français uniquement). Ce que ces analyses approfondies démontrent clairement, ce sont les liens étroits entre les notions de « saillance », de martèlement et leur enjeu socio-politique fondamental : obtenir l’adhésion de la totalité des citoyens - de gré ou de force, par la séduction ou par une force illocutoire décuplée - aux mesures préconisées par les deux chefs d’État. La saillance des figures de répétition est d’autant plus cruciale qu’elle est mise en œuvre dans un contexte strictement verbal où seule peut agir, affirme l’auteure, une « théâtralisation » multidirectionnelle du verbe.

20Ce travail de configuration de la parole publique est encore approfondi par une structuration argumentative « logique » des discours, garante de leur « cohérence » (p. 79). Cela implique, côtés français et britannique, l’analyse de structures explicatives en « pourquoi », soit de procédures que les chefs d’États voudraient en fait « incontestables » et « irréfutables » (p. 80), leur permettant d’évoquer les causes et les effets des événements. « En soignant le logos, souligne l’auteure, c’est bien entendu également l’ethos qui est du même coup favorisé » : Johnson et Macron contribuent ainsi à justifier la confiance à laquelle ils aspirent (p. 85).

21La dimension argumentative des discours bénéficie aussi, par ailleurs, de l’adjonction de « mots grammaticaux » contribuant à augmenter la force des stratégies de surdétermination et d’amplification à l’œuvre dans les discours politiques (p. 98). Il s’agit de « marqueurs de totalité et de parcours », de « superlatifs, comparatifs et adverbes de haut degré », de « modaux », de « pronoms et références afférentes », de « formes impératives », du « performatif » et de « formes aspectuelles » (p. 98 – 134).

22L’auteure commente ainsi, dans cette dernière partie du chapitre 2, des énoncés répétitifs où les deux hommes politiques s’engagent respectivement à prendre « toutes les mesures nécessaires », à « tout mettre en œuvre pour… », soit à conjuguer les emplois collectifs et individuels de « all » et « every » (p. 98-105). Sont ainsi évoqués, dans le cas de Macron, la décision rassurante de prendre en ligne de compte : l’« ensemble » des « zones géographiques » nationales, l’ « ensemble des soignants », de « la population française », des « élus », des « moyens financiers déployés » pour surmonter la crise économique : aucune source d’inquiétude n’est négligée. Les « superlatifs, comparatifs et adverbes de haut degré » évoquent, quant à eux, la nécessité d’une « logique de dépassement » posant les bases d’une « logique de résilience ». Les modaux communiquent aux arguments la radicalité et la « pression » de semi-auxiliaires comme « devoir », « falloir », « need (to) », « should » et « l’auxiliaire modal will ». Le Premier ministre exhorte ainsi la nation à « effectuer », sous sa direction, « un gigantesque effort national » soit à accepter et à appliquer un confinement présenté comme obligatoire (p. 111-118). Ce développement est suivi par l’analyse des « pronoms et références afférentes » (p. 118 – 124) « je », « nous », « vous » et « we » alternant avec « I ». Si « nous » présente l’avantage de pouvoir à la fois avoir Macron, les ministres du gouvernement et l’ensemble des Français pour référents, soit de diffuser une « puissance de communion » et de « communication », « je » surgit lorsque « le Président Macron assume la pleine responsabilité de la mesure, de l’action ou d’un « état d’esprit » évoquant son « empathie pour les Français qui souffrent » (p. 119). Ce même « je » peut aussi construire un ethos paternaliste en surplomb et s’adresser aux citoyens afin de leur prodiguer des félicitations et des encouragements augmentant les chances d’adhésion aux mesures décrétées. Le « we » de Johnson est, affirme et démontre l’auteure, du même ordre. « I » crée simultanément un effet de proximité et d’« entre nous », il accompagne les « verbes de point de vue » ainsi que « de positionnements plus subjectifs » (124). Suit un développement sur les formes impératives (p. 124 – 129) et le performatif qui ont pour fonction d’amplifier les procédures d’exhortation à accepter des mesures draconiennes.

23Le développement concernant « les formes aspectuelles » clôt le chapitre et constitue un des rares cas où il n’y a pas de similitude entre les grammaires des deux langues. Si le performatif est plus spécifique des prises de parole de Macron, l’exploitation de la valeur aspectuelle accomplie est caractéristique du Premier ministre britannique qui l’utilise afin d’effectuer des « bilans » destinés à évoquer le succès de mesures prises dans le passé, et d’« exhorter » de ce fait la population « à une forme de courage » (p. 130 – 133).

24L’auteure insiste, dans le « bilan » du chapitre sur la très riche « palette » de techniques discursives, argumentatives et de « mots grammaticaux » mis « au service de l’argumentation ». Il y aurait donc un rapport paradoxal de cause à effet entre la sidération et la déstabilisation des Français et des Britanniques et la force illocutoire, la richesse rhétorique et linguistique et la volonté des deux chefs politiques de recourir au logos afin de créer un sentiment de maîtrise. Si cette richesse se manifeste dès le 12 mars dans les discours de Macron, la « complexification » des discours de Johnson commence un peu plus tard : à partir du 16 mars -, mais ne cesse ensuite d’augmenter dans les discours du 19 et du 23 mars 2020.

25Une approche linguistique de la communication journalistique durant les premiers mois de la pandémie est l’objet du troisième et dernier chapitre du volume. Le corpus y est essentiellement constitué par des titres et des sous-titres d’articles emblématiques. La quantité d’articles est telle, affirme l’auteure, qu’il aurait été impossible d’en rendre compte linguistiquement, or, c’est définitivement l’approche à laquelle elle souhaite donner la primauté. Le chapitre s’achève cependant par l’étude de « l’articulation des procédés examinés » dans le corps de deux articles types analysés en entier. La communication journalistique activée dans ce corpus a tout d’abord pour but d’« attirer l’attention du lecteur, de lui donner envie ou de créer la nécessité de lire l’article ». Il y a, insiste l’auteure, oscillation entre une rhétorique instaurant un climat d’inquiétude et donc de dépendance, et une rhétorique riche en conseils permettant, au contraire, aux lecteurs de « s’organiser », de « garder espoir » et donc de mieux affronter la crise. Les journalistes arborent alors simultanément un ethos d’« enquêteurs » et de « protecteurs » cherchant à fidéliser leurs auditoires dans des espaces discursifs où ils se doivent d’être en mesure de rivaliser avec d’autres sources d’information également disponibles en ligne. Il s’agit donc globalement, comme dans le cas de l’analyse des discours politiques, « d’examiner les éléments grammaticaux », les structures pragmatiques argumentatives ainsi que « leur synergie » et de tenter de passer d’un niveau « microlinguistique » à une montée en généralité « plus macrolinguistique » (p. 140).

26Le lecteur trouvera donc dans cette troisième et dernière partie l’analyse détaillées de questions linguistiques similaires à celles analysées au chapitre deux dans le cas des discours politiques : « les questions à valeur dialogique », d’autant plus importantes qu’il s’agit de discours journalistiques écrits et donc « unidirectionnels », « les actes illocutoires à valeur de conseils » ou « d’injonctions », « les jeux relatifs aux pronoms », « les phrases averbales et l’effet de focalisation », « les relations causales », « les stratégies implicites », « les comparatifs et superlatifs » et un dernier développement qui mérite une attention particulière parce qu’il rend compte d’un type de perception du temps pandémique différent de celui des discours politiques : la question de la projection dans l’avenir, soit « les prévisions, prédictions et déductions » (p. 195-218). Si les discours politiques se situent essentiellement dans le présent actuel de prises de parole aspirant à persuader l’auditoire d’exécuter aussitôt les mesures préconisées, les discours des quatre quotidiens se livrent, même durant  ce premier confinement, affirme l’auteure, à un « exercice d’anticipation » (p. 195) comprenant des « procédés hypothétiques » (soit la valeur modale classique du conditionnel présent), des emplois du futur à valeur temporelle ou modale (expression de l’ordre) ou du présent, mais mis en corrélation avec des formes lexicales orientant l’interprétation vers l’avenir (« Coronavirus : plus de 90 000 morts dans le monde et une crise économique qui s’annonce terrible » Le Monde, 09.04.20, p. 199). Ce sont donc les discours journalistiques écrits qui assument l’acte de dire ce qu’un « temps de guerre » sanitaire modifie dans la perception individuelle et collective de la notion de temporalité.

27Blandine Pennec déclare à plusieurs reprises, dans cet ouvrage, que l’approche linguistique est sa priorité ; et de fait Les Mots du Covid-19 comprend des analyses sémantiques, syntaxiques et pragmatiques riches et stimulantes, désignant même, au moment de conclure, quelques différences opposant le français à l’anglais en dépit des nombreuses similarités désignées dans le volume (p. 224). Mais elle pratique aussi, simultanément, une conception élargie de la linguistique dans laquelle elle intègre les rhétoriques figurale et argumentative et un constant souci des enjeux pragmatiques de la communication politique et médiatique en temps de crise. C’est cette part de l’ouvrage que je voudrais problématiser au moment de conclure ce compte rendu.

28L’ouvrage ne répond pas ou fort peu aux questions suivantes : la « saillance » ou « surdétermination » des pratiques discursives, pragmatiques et rhétoriques, à l’œuvre dans les discours de Macron et Johnson et des quatre quotidiens nationaux sélectionnés, sont-elles uniquement spécifiques de cette crise sanitaire ? Ne constituent-elles pas des traits également spécifiques d’autres genres discursifs comme les discours littéraires, polémiques ou pamphlétaires ? Tout argumentaire n’a-t-il pas pour enjeu de mettre en œuvre les raisonnements ayant le plus de chances de le rendre irréfutable ? On peut donc se demander quels seraient en fait les traits distinctifs intrinsèques, inédits, du corpus politique et médiatique de l’ouvrage. L’auteure insiste, quant à la presse écrite, sur l’oscillation entre se faire l’écho des peurs et des incertitudes, soit entre le fait de les nourrir d’une part, et, au contraire, celui d’informer, de rassurer, d’attirer l’attention et de créer ainsi un état de dépendance ou de « fidélisation » (p. 218) ; elle insiste également sur le ton péremptoire des journalistes et sur une rhétorique dont la subjectivité est masquée par des « effets d’objectivité » (177). Mais ces traits distinctifs à la fois antithétiques et complémentaires sont considérés depuis de nombreuses années comme spécifiques de l’écriture de presse en général.

29En quoi donc le contexte socio-politique et historique de mars 2020 est-il différent des contextes antérieurs ? Quant aux mots grammaticaux venant renforcer l’argumentation, phénomène linguistique dont l’ampleur serait, aux yeux de l’auteur, l’élément le plus original du corpus, n’est-ce pas vrai de tout discours où pratiques discursives et arguments sont étroitement intriqués dans la trame du langage ?

30Le lecteur attend, en outre, me semble-t-il, une proposition de réponse quant au fait que deux hommes politiques aussi différents que Macron et Johnson recourent, comme l’auteure ne cesse de le souligner, à des rhétoriques similaires. Serait-ce pour les motifs moraux qu’elle invoque subrepticement à plusieurs reprises et qui jouent, comme elle l’évoque alors, un rôle lié au sentiment de responsabilité collective des dirigeants envers la survie et la santé de leurs concitoyens ? Divers éléments dans l’analyse vont dans ce sens, sans pour autant proposer de développement supplémentaire. La formule « quoi qu’il en coûte », dont elle souligne la répétition anaphorique, indique ainsi qu’un chef d’État, partisan convaincu d’un capitalisme libéral, se dit prêt à passer sans hésiter d’un régime de rationalité instrumental, essentiellement guidé par des intérêts financiers, au régime de rationalité d’une éthique des vertus. Ce changement de positionnement ne serait donc plus uniquement une question de captation de l’attention de la société civile. Il est également question d’injonctions particulièrement impératives, mais aussi « d’ordre moral », dans le passage suivant qui souligne ponctuellement l’existence d’une strate discursive éthique supplémentaire :  

Ces injonctions mêlent à la fois mesures politiques et sanitaires, traduisant une fois de plus la spécificité de cette crise. Mais au-delà de ces injonctions concrètes, ce sont aussi des préconisations d’ordre moral qui sont transmises et viennent constituer un étage supplémentaire dans le « feuilleté » des recommandations. (p.125) 

31Et enfin, si l’un des traits spécifiques des discours politiques oraux du corpus est le paradoxe de ses qualités logiques, dûment calculées et préparées, comme le souligne l’auteure à plusieurs reprises, pourquoi est-ce aussi surprenant à ses yeux ? N’est-ce pas le prix de la crédibilité du dirigeant en temps de pandémie ?

32Les mots du Covid-19 attribue donc la richesse linguistique formelle des discours politiques et journalistiques de mars 2020 à la nécessité d’informer, mais aussi de protéger et de rassurer l’ensemble d’une population sous le coup de la sidération due à la pandémie et à l’annonce du confinement dans les deux pays. Les premiers mots de l’ouvrage évoquaient la prise de conscience éthique d’une linguiste désireuse de « répondre à un besoin d’agir » soit de contribuer à la « compréhension » des événements en recourant à un savoir épistémique. Blandine Pennec propose là une piste de réflexion dont les quelques passages où elle évoque la dimension morale des discours de mars 2020 posent d’ores et déjà quelques jalons, comme l’indiquent les trois exemples ci-dessus et les premières lignes de l’introduction.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Roselyne Koren, « Blandine Pennec. 2021. Les Mots de la Covid-19 : Étude linguistique d’un corpus français et britannique (Arras : Artois Presses Université) »Argumentation et Analyse du Discours [En ligne], 28 | 2022, mis en ligne le 25 avril 2022, consulté le 21 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/aad/6325 ; DOI : https://doi.org/10.4000/aad.6325

Haut de page

Auteur

Roselyne Koren

Université Bar-Ilan, ADARR

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Argumentation & analyse du discours est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo ADARR Tel-Aviv
  • Logo Université Tel-Aviv
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search