Navigation – Plan du site

AccueilNuméros28Comptes rendusMusolff, Andreas, Ruth Breeze, Ka...

Comptes rendus

Musolff, Andreas, Ruth Breeze, Kayo Kondo & Sarah Vilar-Lluch (éds). 2022. Pandemic and Crisis Discourse (London: Bloomsbury)

Jürgen Siess
Référence(s) :

Musolff, Andreas, Ruth Breeze, Kayo Kondo & Sarah Vilar-Lluch (éds). 2022. Pandemic and Crisis Discourse. Communicating Covid-19 and Public Health Strategy (London: Bloomsbury), 495 pages, ISBN : 9781350232693

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif impressionnant qui réunit des chercheurs de nombreux pays se propose d’examiner la gestion discursive de la Covid-19 dans différentes communautés nationales et culturelles à travers le monde, en se fondant sur les réflexions critiques soulevées dans les débats publics. Les contributions portent principalement sur l’agenda setting (la programmation), la catégorisation et la métaphorisation de la maladie et des réponses apportées par l’administration à la pandémie, et l’empathie ou le manque d’empathie dans le secteur médical et les institutions publiques concernées. La méthode dite « historico-discursive » (une branche de la Critical Discourse Analysis qui renvoie à Reisigl et Wodak 2009), soucieuse d’intégrer les analyses linguistique, sociologique et historicisante, est ici reprise pour l’étude de corpus de textes, avec une attention particulière à la matérialité langagière. Les différents articles empruntent cependant aussi à d’autres méthodes, comme la linguistique systémique fonctionnelle et la théorie cognitive de la métaphore.

2On retiendra d’emblée trois caractères distinctifs dans l’ensemble du recueil. (1) Le discours est considéré comme performatif et interactif (il ne saurait être réduit à la lettre–au sens de character–lue ou entendue). (2) On relève dans plusieurs contributions les éléments à retenir dont les lecteurs et lectrices du livre peuvent dans une certaine mesure profiter pour leur propre comportement dans cette période de crise sanitaire (3) Divers auteurs conduisent une analyse comparative en traitant de la gestion de la pandémie dans deux ou plusieurs pays.

3A la question de la définition et de la catégorisation de la pandémie s’ajoutent celle du rapport entre gouvernements et experts d’un côté, et public de l’autre (sans oublier le rapport entre gouvernants et experts), ainsi que la question des métaphores qu’on peut relever dans les discours officiels et les différents médias – métaphore de la guerre ou encore de la marchandise (référant au virus). Un sujet traité de prime abord est le discours de l’autorité (Première Partie). Sont traités ensuite le discours de la gestion de la crise (II), la « militarisation » du discours (III), les aspects négatifs de la communication de la Covid-19 en général (IV) et enfin l’aspect positif de la communication entre médecins et patients (V). Le but ultime formulé dans l’Introduction est de relever les tendances majeures de l’expérience que fait le public et d’esquisser des scénarios plausibles des développements à venir de la crise.

4Ne pouvant ici rendre compte de l’ensemble des 26 chapitres, je vais traiter principalement de ceux qui, à mon avis et toute proportion gardée, contiennent quelque chose de saillant. Je m’arrêterai plus longuement sur les analyses comparatives qui me semblent particulièrement intéressantes : D. Tay (chap. 1), Papamanoli et Kaniklidou (chap. 3), Daniel Weiss (chap. 4), Sara Vilar-Lluch (chap. 10), Mariana Neagu (chap. 14) et Baider et Constantinou (chap. 16). Notons que les chapitres 1, 3 et 4 font partie de l’ouverture du volume qui part de la question « Qui définit ce qu’est une pandémie ? », et que la comparaison est un important élément méthodologique depuis le début.

5Dans « Covid-19 press conferences across time : WHO vs. Chinese Ministry of Foreign Affairs », Dennis Tay confronte les conférences de presse de l’OMS à celles du Ministère des Affaires étrangères chinois entre janvier et mai 2020. Selon l’auteur, l’institution médicale internationale a plus d’impact et paraît plus authentique que l’office national chinois. En revanche, celui-ci se distinguerait par son caractère analytique. Tout en prétendant mériter une résonance globale grâce aux analyses fournies, le discours chinois, à la différence du discours de l’organisation mondiale, n’est pas neutre idéologiquement. Ainsi, dans le langage employé par l’OMS les variables temporelles sont partie intégrante de l’arrière-plan (background) examiné, tandis que dans les conférences de presse du Ministère chinois les choix langagiers tendent à construire des événements d’arrière-plan, l’analyse négligeant les variables temporelles. On décèle dans le discours du Ministère chinois un présupposé qui oriente l’analyse, une approche déductive qui ne tend pas à la neutralité. Un petit bémol : pourquoi, pour confronter l’OMS avec un office gouvernemental, l’auteur n’a-t-il pas choisi un corpus relevant du Ministère de la Santé ?

6Dans « Covid-19 representations in political statements », Alexandra Papamanoli et Themis Kaniklidou analysent les déclarations prononcées par des leaders politiques à travers le monde en mars 2020 (et reprises par le NYT online). Le but est de contribuer à une meilleure compréhension des rapports entre les pratiques discursives (ici le discours politique qui s’appuie sur le discours médical) et le contexte socio-politique (gestion de crise et rapport institutions officielles – public) (Van Dijk 1998). La prémisse des auteures est qu’on peut élucider la fonction des représentations culturelles projetées dans le discours politique en examinant de près les métaphores et les narratifs qui y sont insérés. Elles relèvent ainsi les métaphores de l’inimitié et de la vitesse et les narratifs de l’individu responsable par rapport à la santé publique, d’un côté, et du citoyen réclamant le respect de la démocratie et des libertés garanties par elle, de l’autre côté. Dans la plupart des pays la Covid-19 est considérée par les politiciens ou comme ennemi de l’État ou comme urgence nécessitant des restrictions majeures (à prendre très rapidement). Les auteures relèvent cependant une différence entre l’Orient et l’Occident. Ainsi à Hong Kong ou à Taiwan on met l’accent sur le combat gagné dans le passé (expérience du SARS), ce qui fait que le public répond rationnellement à un état d’urgence conçu comme provisoire. En revanche, le discours des gouvernants occidentaux est marqué par la menace et ou par un état d’urgence dont la durée est incertaine (ouvrage de référence : Powers et Xiao, The social construction of SARS, 2008).

7Daniel Weiss confronte le discours officiel en Bélarus et en Russie, dans « How autocrats cope with the corona challenge ». Le premier argument de Loukashenko contre le confinement était la protection de l’économie ; par ailleurs il s’appuyait sur la « sagesse populaire » en faisant abstraction de l’expérience faite dans d’autres pays. Sous la pression de l’évolution de la crise il a dû cependant consentir à des restrictions, tout en dissimulant la gravité de la crise. Poutine, au contraire, a pris la crise au sérieux depuis le début, en se référant à la politique d’autres pays. Son discours était formel, catégoriel, peu métaphorique : il ne cédait pas au langage populiste chéri par Loukashenko, et contrairement à Macron ou Johnson il ne recourait nullement à la métaphore de la guerre. Les deux autocrates ont en commun une perte de crédibilité dans les premiers temps ; Poutine a cependant réussi par la suite, grâce à une stratégie prudente, à rehausser son image et à restabiliser son pouvoir. En Bélarus la crise sanitaire a dû être reléguée au second plan dès lors que le soulèvement du peuple contre l’autocrate a occupé le devant de la scène. Finalement les deux leaders ont présenté leur gestion de la crise comme un succès, mais sans donner de chiffres (taux d’incidence, hospitalisation, mortalité) à l’appui. Pour obtenir une image plus réaliste, Weiss se réfère aux réseaux sociaux des deux pays, dans lesquels on trouve, pour certaines régions, l’évocation d’une situation catastrophique. En Bélarus les réseaux sociaux pointent le caractère idéologique du discours officiel qui selon l’auteur est ici plus marqué qu’en Russie.

8Sara Vilar-Lluch, dans « Social reactions to a new health threat », confronte un corpus de commentaires rédigés en Grande-Bretagne avec un corpus espagnol : quelles sont les réactions des participants aux forums à des articles sur la crise sanitaire publiés en ligne ? Bien que la menace que représente le virus soit commentée à part égale par les deux groupes, des différences importantes sont observées. Les Britanniques considèrent l’épidémie comme dangereuse dès le début, les Espagnols prennent la Covid-19 pendant un certain temps à la légère. Ceux-ci restent optimistes concernant l’attitude face à la crise et sont plutôt méfiants par rapport aux instances officielles, tandis qu’en Grande-Bretagne on se montre plutôt confiant envers la politique gouvernementale. Ici on est préoccupé davantage par les retombées sur la situation économique, aussi l’auteure trouve-t-elle un parallèle de cette préoccupation dans l’emploi des métaphores qu’elle relève dans les commentaires. Si dans les deux groupes on peut relever des métaphores militaires, les internautes britanniques se distinguent cependant par une conception du virus comme marchandise et des individus comme distributeurs. Vilar-Lluch analyse la décision de confiner la population comme un tournant également sur le plan discursif : dans les deux groupes la Covid-19 n’apparaît plus comme un ennemi venu de l’extérieur mais comme une menace venant de l’intérieur du pays. Comme les Britanniques, les Espagnols sont eux aussi préoccupés moins par la crise sanitaire que par les conséquences qui en découlent. Chez les premiers, ce sont les craintes concernant le marché du travail qui prédominent, tandis que les Espagnols appréhendent plutôt la menace sur les libertés. L’auteure relie les différences dans le discours développés par les uns et les autres au contexte socio-culturel, à l’attitude et aux comportements de chacun des deux groupes par rapport au pouvoir politique et à la conception de la vie qui caractérise chacune des deux communautés.

9Mariana Neagu, dans « Metaphoric framing of fighting Covid-19 », vise à analyser les choix langagiers faits dans des déclarations portant sur la pandémie dans deux contextes politiques et culturels différents, la Roumanie et la Grande-Bretagne. Elle s’inspire de la méthode du framing, de la « mise en perspective d’aspects particuliers » repris d’un savoir de base (background knowledge) qui produisent « certaines attentes et résultats sur le plan de la communication et de l’action ». Elle y ajoute un autre aspect, à savoir le parti pris (bias) relié à une orientation politique particulière. Parmi les choix langagiers qu’opèrent les deux chefs de gouvernement, Iohannis et Johnson, l’auteure donne la priorité à la métaphore qui selon elle permet précisément de relever le rapport entre parti pris et résultat escompté. En d’autres termes, la métaphore est la figure où est inscrite la mise en perspective « d’enjeux particuliers situés dans des contextes particuliers », l’enjeu étant ici la Covid-19, le contexte étant le système sanitaire et politique de chacun des deux pays. Chez les deux orateurs, elle relève des métaphores militaires – la guerre et l’ennemi invisible, en précisant que la métaphore de la guerre peut susciter la peur mais qu’elle peut également être choisie pour motiver l’auditoire à changer d’avis ou à agir. Des métaphores qui diffèrent sont (entre autres) celle du feu et celle de la famille (européenne) chez Iohannis, celles du tunnel (sous la Manche) et de la feuille de route chez Johnson. Pour le chef de gouvernement roumain l’idée du défi et celle de la solution à trouver d’un commun accord sont prégnantes, pour le leader britannique l’idée prioritaire est celle de la stratégie à suivre par gouvernants et gouvernés. Neagu relie l’orientation de chacun des deux politiciens au contexte géopolitique et culturel d’une part, et à l’expérience individuelle de chacun des deux locuteurs d’autre part. Elle décèle une orientation isolationniste chez Johnson (pour lequel le Brexit est une expérience marquante) et une orientation unioniste chez Iohannis.

  • 1 Il s’agit d’éléments qui mettent en perspective (accentuent, évaluent) les termes, notamment d’adve (...)

10Dans « Comparing Slovenian and Italian Media Discourse » (chap. 21), Vesna Mikolic analyse des articles de journaux consacrés à la pandémie dans une perspective linguistique proche de la Critical Discourse Analysis (Fairclough, Wodak). L’auteure examine la stratégie discursive du discours journalistique dans les deux pays, en prêtant une attention particulière aux modificateurs d’intensité et aux métaphores. Dans les éléments qui accompagnent un autre élément et en changent le sens, elle relève des pronoms comme questo (ceci), des conjonctions adversatives comme ma (mais), des particules comme anche (aussi) – pour ne mentionner que le corpus italien. Dans le corpus slovène, elle recense plus de modificateurs1 que de termes (dans le corpus italien, c’est l’inverse), et en infère que le discours des journalistes slovènes est évaluatif et émotionnel, tandis que le discours des Italiens est formel et professionnel (on trouve ici beaucoup plus de termes médicaux que dans les articles des Slovènes). Les Italiens attachent de l’importance aux sources professionnelles, tandis que chez les Slovènes les sources gouvernementales prédominent. Quant aux métaphores, Mikolic relève dans les deux corpus celles venant du domaine militaire et du domaine climatique, le discours du Premier Ministre Conte se distinguant par l’emploi de « métaphores plus picturales » telles que boussole ou zone rouge. L’analyse mène l’auteure à la conclusion que dans ces deux corpus la doxa est infirmée : ici le style italien n’est pas émotionnel, ici le style slovène n’est pas rationnel ni litotique (comme on pourrait le penser).

11Un chapitre particulièrement intéressant est « Are healthcare political responses gendered ? » écrit par Fabienne Baider et Maria Constantinou. Les auteures se proposent de confronter les discours de deux dirigeants (de la France et la Grèce) et de deux dirigeantes (du Danemark et de l’Allemagne). Elles font ressortir les similarités (mots-clés tels que solidarité, santé ou science), avant de relever les différences dans la mesure où un trait de « style » considéré comme masculin ou féminin apparaît (style dans le sens d’un choix sémiotique relié au contexte culturel). Elles notent cependant que le trait générique (masculinité/féminité) est un facteur parmi d’autres qui le recoupent – tels que l’appartenance à un parti politique, le style personnel, le choix de la manière de gérer la crise. Parmi les métaphores stéréotypées elles notent la force (trait masculin) versus la solidarité/compassion (trait féminin) ; comme les traits choisis font partie de la stratégie discursive, Macron ou Mitsotakis peuvent parler de solidarité, Merkel de combat, et Frederiksen de fierté. Sur un autre plan, Merkel peut favoriser la rationalité, en donnant une importance moindre à l’émotion (ici intervient, selon les auteures, la variable « style de la scientifique »). Chez les cheffes les métaphores militaires (prégnantes dans le discours des deux hommes) sont absentes, et si Merkel insiste sur les règles à respecter, c’est un élément devant intégrer une coopération à part égale entre gouvernants et gouvernés. Macron, au contraire, valorise l’obéissance du peuple qu’il met en regard avec les bienfaits qu’il veut lui assurer. Ainsi Baider et Constantinou montrent comment les métaphores servent dans le discours politique d’« outils rhétoriques » susceptibles d’influencer le public, en prêtant une attention particulière aux traits génériques.

12Plusieurs chapitres traitent des implications idéologiques du ‘discours de pandémie’ (si l’on accepte ce terme qui induit l’hypothèse qu’il existe des traits discursifs communs en dépit des différences culturelles). Ainsi on décèle une orientation idéologique dans le discours officiel de Hong Kong (Xie Pan et Zhuban Chen) ou de celui de la Chine (Yating Yu ainsi que Ho et Chiang), dans le discours de Trump (Wang et Catalano) ou des autorités de l’Inde (Aaquib Khan) ou encore dans le discours officiel de la Serbie (Silaski et Durovic). Distinguons ici le chapitre rédigé par Andreas Musolff (le maître d’œuvre de ce volume), « “War against Covid-19” » qui est consacré à la gestion de la pandémie en Grande-Bretagne. L’auteur analyse les différentes phases de cette gestion en s’appuyant sur un corpus de déclarations de politiciens et d’experts médicaux. Il montre qu’une métaphorique militaire est suivie, dans un deuxième temps, par celle de la maîtrise et de la compétition lorsque Johnson prête une supériorité technologique à la nation britannique par rapport à l’Union européenne. La prétention de mériter la confiance de la population et de croire à la promesse de vaincre l’« ennemi » (la Covid-19) est rejetée par les experts qui concluent à un échec. Musolff en induit que la déception face à l’espoir détrompé d’une « victoire » comporte le risque de saper le moral de la population et de se voir confronté à un refus d’accepter des « mesures anti-Covid ». On pourrait ajouter : de perdre la face par rapport aux pays européens dont la Grande-Bretagne s’est séparée. On a ici un exemple convaincant d’utilisation du framing pour une analyse des métaphores telles qu’elles apparaissent dans le discours mené à moyen ou à long terme.

13Passons à présent à des études linguistiques dont deux proposent une analyse sémiotique de textes qui intègrent des éléments visuels-picturaux : le chapitre « “Covid Warriors” : the use of metaphors in children’s books » rédigé par Maria Muelas-Gil et le chapitre « Coronavirus in the linguistic landscape » par Mundt et Polzenhagen.

14Maria Muelas part de la prémisse que les métaphores sont persuasives et explicatives à la fois. Elle entend vérifier qu’elles ont notamment une grande force de persuasion en examinant la littérature enfantine qui traite de la pandémie à ses débuts (de mars à mai 2020). Elle choisit une approche « cognitive et sociolinguistique » pour analyser dix livres illustrés (en langue anglaise, publiés dans différents pays), dans lesquels elle relève les métaphores textuelles et visuelles-picturales. L’auteure recense trois types de métaphores, 1. le combattant (dans les deux sens : agressant ou se défendant), 2. Le « contenant » (le corps devant protéger son intérieur), 3. le voyageur (dans deux sens opposés : virus se propageant vs enfant se déplaçant). Dans les illustrations on trouve quelques parallèles : de (1) avec un ring de boxe et une formation d’avions militaires (également 3.a) et de (3.b) avec un avion touristique. S’y ajoutent – dans les illustrations – de jeunes animaux jouant et une famille attablée. L’auteure relève la fréquence des mots-clés choisis par les auteurs à l’intention du jeune public et leur « modélisation » métaphorique. Le plus grand nombre d’occurrences (142) est recensé pour Covid-19 (Corona/virus), de loin suivis par family (18) et child/you (15). La Covid-19 est modelisée 95 fois (apparaissant comme guerrier, voyageur, etc.), « tu » 14 fois, la famille deux fois, l’enfant une fois. Le virus occupe donc le devant de la scène : tout est situé par rapport à lui, il a l’allure d’un héros aux traits négatifs (renforcés dans certaines illustrations) contre lequel il faut se défendre ou dont il faut se protéger. Muelas-Gil conclut cependant qu’un équilibre est créé dans la présentation des acteurs – enfants ou adultes d’un côté, la Covid-19 de l’autre côté – qui montre un fort souci pédagogique de la part des auteurs. C’est que tout « scénario » suggère une possibilité d’agir, qui s’ajoute à la persuasion et l’explication.

15Mundt et Polzenhagen analysent des « signes reliés au Corona » dans le contexte (« paysage linguistique ») allemand, se proposant de classifier ces signes dans une perspective « cognitive-linguistique ». Les objets examinés vont de l’affiche à la peinture murale en passant par le flyer administratif. Ils distinguent dans le signe trois composantes : sa localisation dans l’espace public, l’accompagnement par un agent qui se tient derrière lui, son destinataire. Ils repèrent plusieurs « schèmes » dont chacun implique un acte discursif, notamment les schèmes de la règle (1), de l’avertissement (2), de l’offre (3), de l’orientation (4). Un exemple de (1) sont les « Mesures générales de protection » publiées par l’Assurance Accidents d’Allemagne : des signes visuels-picturaux (qui rappellent les panneaux de signalisation) sont ici accompagnés d’une souscription où prédomine l’intimation – notons qu’on retrouve ici une figure rhétorique, l’emblème qui réunit une image et une légende. Citons « Respectez une distance d’un mètre et demi », « Se laver les mains ». (2) Un exemple du « schème Avertissement » est une peinture murale où l’on aperçoit l’inscription « Protégez-vous du Covid » à côté de la représentation d’un buste d’homme de profil qui porte un masque de soudeur. (3) Le « schème Offre » est par exemple présent dans l’affichette en vitrine « Nous vendons des masques lavables. » (4) Le « schème Orientation » se trouve dans l’arc-en-ciel dessiné sur une vitrine qui porte les mots « Tout ira bien » accompagné d’un cœur : les auteurs y décèlent une opinion qui exprime un espoir. Ou encore dans une peinture murale avec deux assertions marquées par une ambivalence : « Tu n’es pas obligé de faire vacciner tous tes enfants... Seulement ceux que tu veux garder ! » Mundt et Polzenhagen y voient un exemple probant du « paysage linguistique » comme miroir sensible d’enjeux socioculturels et politiques. Ils montrent comment fonctionne l’aménagement linguistique en examinant des signes qui suggèrent au public un comportement spécifique.

16Mentionnons encore que la dernière partie de l’ouvrage traite principalement du discours par lequel les professionnels de la santé s’adressent à leur public. Le thème principal est ici l’empathie, l’encouragement exprimés par le personnel médical. Citons à titre d’exemple la contribution de Galasinski et Ziolkowska qui pose la question de savoir comment, en Pologne, sont construits dans la communication entre médecin et patient, les processus de décision et les soins de fin de vie. La question du discours d’empathie dans le secteur médical est encore examinée dans d’autres pays (la Nouvelle-Zélande – par M. Degani, ainsi que le Japon – par K. Kando, co-éditeur – et les USA – par K. Schoofs et al.).

17Notons que d’autres contributions sont consacrées au discours institutionnel (A. Salama sur la Homepage de l’OMS, M. J. Luzon sur les « Corona explainers » : Everything the public needs to know) ou encore aux réseaux sociaux (M. Bas et E. Efeoglu sur le discours en ligne en Turquie), ainsi qu’à une political comedy show de la TV nord-américaine (V. Zorzi) et à un discours professionnel (U. Vogl et al. sur des coaches touchés par le virus).

18Les auteurs, on le voit, analysent des entreprises de persuasion déployées dans des support très différents en explorant leurs modalités discursives et en intégrant dans l’analyse un maximum d’informations contextuelles (background information). On ne peut que recommander aux chercheurs et chercheuses en Analyse du Discours et en Rhétorique la lecture de ce collectif riche en études innovantes, mais aussi en propositions de futures recherches.

Haut de page

Notes

1 Il s’agit d’éléments qui mettent en perspective (accentuent, évaluent) les termes, notamment d’adverbes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jürgen Siess, « Musolff, Andreas, Ruth Breeze, Kayo Kondo & Sarah Vilar-Lluch (éds). 2022. Pandemic and Crisis Discourse (London: Bloomsbury) »Argumentation et Analyse du Discours [En ligne], 28 | 2022, mis en ligne le 25 avril 2022, consulté le 21 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/aad/6344 ; DOI : https://doi.org/10.4000/aad.6344

Haut de page

Auteur

Jürgen Siess

Université de Caen, ADARR

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Argumentation & analyse du discours est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo ADARR Tel-Aviv
  • Logo Université Tel-Aviv
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search