Navigation – Plan du site

AccueilNuméros28Comptes rendusClaire Oger. 2021. Faire référenc...

Comptes rendus

Claire Oger. 2021. Faire référence. La construction de l’autorité dans le discours des institutions (Paris : Editions EHESS)

Keren Sadoun-Kerber
Référence(s) :

Claire Oger. 2021. Faire référence. La construction de l’autorité dans le discours des institutions (Paris : Editions EHESS), 399 pages, ISBN : 978-2-7132-2903-9

Texte intégral

1L’ouvrage de Claire Oger Faire référence entend revenir sur la notion d’autorité en se focalisant sur les discours institutionnels. L’ambition principale de l’ouvrage étant de distinguer le « discours d’autorité » du « discours autoritaire », Oger esquisse d’abord les contours des discours dits « d’autorité ». Or, cette notion centrale dans les domaines tant des sciences sociales que des sciences du langage s’avère ambiguë et lacunaire. Elle l’est tout particulièrement dans le champ de l’analyse du discours, et c’est cette lacune que l’auteure tente de combler.

2L’ouvrage est intéressant en ce qu’il montre plusieurs visages de l’autorité qui se manifestent sous forme de discours : du lien que l’autorité entretient avec la personne jusqu’à son ancrage dans le discours, autant de perspectives pour appréhender le sens d’une notion floue et multiforme. Mais si souvent le traitement de la question se concentre sur la figure personnelle de l’autorité ou sur son incarnation dans une personne, dans l’ouvrage présent l’accent est mis sur les liens tissés entre l’autorité impersonnelle et la personne ; tantôt cette dernière est mise en avant et tantôt elle s’efface derrière des pratiques discursives pour accentuer un consensus (ou neutraliser un dissensus). La recherche sur la construction de l’autorité se focalise ainsi exclusivement sur le discours des institutions, qui s’avère un vaste domaine exerçant une influence considérable sur les citoyens. Une influence qui s’exerce insidieusement dans un vaste ensemble de textes allant du discours administratif et bureaucratique, en passant par la communication numérique faussement comprise comme dépourvue de formes d’autorité parce qu’égalitaire (écriture encyclopédique en ligne, Wikipédia), mais aussi par des textes en quête de vérité, du moins en apparence (discours scientifiques et discours d’experts), et jusqu’aux textes normés de communautés internationales travaillant à éviter tout conflit politique. Cet ouvrage complexifie ainsi le concept et le décline dans ces diverses manifestations. Si à première vue, l’autorité nous semblait un concept familier doté d’une définition communément partagée, et tout particulièrement dans le domaine de l’analyse du discours, Claire Oger réussit à dissiper cette illusion de fausse évidence.

3Le concept se décline et se réfracte dans plusieurs directions, abordées dans les neuf chapitres qui composent le livre. Tout d’abord, il s’agit de définir l’autorité, en faisant le tour de la question avec les grandes références qui l’ont abordée (Arendt, Weber, Kojève, Habermas) et l’étude de ses manifestations dans le discours (ethos, autorité en argumentation). L’ouvrage tente donc de dégager les éléments constitutifs qui permettent de proposer une définition claire et englobante de l’autorité : surcroit de légitimité, garant d’une crédibilité, position de surplomb symbolique, dissymétrie des positions.

4L’autorité, selon Oger, est bien un concept distinct de termes proches, comme ceux de légitimité, de crédibilité, ou encore de domination et de pouvoir, dont elle précise le sens en accord avec le conseil important d’Arendt dans « Qu’est-ce que l’autorité » (1954), à savoir la nécessité de se mettre d’accord sur les sens des termes pour mener à bien des débats en démocratie.

5Le deuxième chapitre évoque diverses formes de l’autorité allant de celle de la personne jusqu’à celles qui se font jour dans l’effacement énonciatif, et qui seront développées par la suite. Loin de se limiter à l’autorité dans son rapport à la personne, qui est la tendance dominante de la réflexion, Oger montre que des formes effaçant l’individu au profit d’une fonction doivent paradoxalement mais à juste titre être également considérées comme des formes d’autorité. Et en effet, quand on aborde des notions relatives à l’autorité personnelle, comme celles d’ethos ou d’argument d’autorité, il est clair que la personne et la fonction entretiennent des liens inextricables et qu’une distinction tranchée entre les deux est impossible. On trouve là une réponse convaincante à ceux qui cherchent à opérer entre elles une distinction nette.

6Un phénomène qui mériterait pourtant une mention serait la dégradation de l’image d’une personne à la suite de scandales (avérés ou montés de toutes pièces), qui constituent un élément caractéristique du discours politique (van Dijk, « What is Political Discourse Analysis? », 1997) et qui suscitent par conséquent la méfiance des citoyens dans les institutions politiques et autres (Myriam Revault d’Allonnes, La crise sans fin, 2012). Cette méfiance et l’atteinte à l’image personnelle de la personne politique ainsi qu’à l’image collective de toute une catégorie sociale appelle à rétablir la confiance, sans quoi son autorité se trouve ébranlée. Dans ce sens, il y a une articulation de l’autorité et de la réparation de l’image de soi qui concerne de façon inhérente la construction d’autorité et demande à être prise en compte.

7Ensuite est abordé le sujet de la fabrication de textes écrits et de la véracité des énoncés (et de la responsabilité de leur mise en circulation) à partir du Moyen Age jusqu’à l’ère numérique. Les chapitres sur le sujet (troisième et quatrième) éclairent les liens qu’entretiennent certaines notions associées avec l’autorité, telles que l’auctoritas, l’auteur, la responsabilité, l’authenticité, le garant et la vérité. L’auctorialité qui change de forme depuis le Moyen Age jusqu’à notre ère peut s’incarner dans l’écriture encyclopédique en ligne, comme dans le cas de Wikipedia, qui en apparence procède par la diffusion des connaissances à l’horizontale (tout le monde est à même, en apparence, d’éditer les entrées) mais en réalité, instaure une nouvelle forme d’autorité provenant des fonctions éditoriales.

8Ces phénomènes évoquent des questions extrêmement pertinentes aujourd’hui sur l’ébranlement du statut des connaissances, sur le statut de l’auteur par rapport à celui de l’éditeur, etc. En outre, se pose la question de l’autorité d’un énoncé ou d’une petite phrase qui circulent dans les médias. Qui est le garant de leur véracité ? Quels rapports entretiennent l’auteur d’un texte et celui qui en est le garant ? Ces questions font partie de la veine critique de l’ouvrage qui porte sur des « usages réactionnaires » de l’autorité et des « fausses évidences » (12). Cette visée qui permet aux lecteurs une meilleure compréhension de l’usage (et mésusage) de l’autorité et de sa construction dans le discours répond au besoin croissant et crucial d’une pensée critique à l’ère des fake news, de la remise en cause de l’autorité « légitime », et des théories conspirationnistes. Si Alexandre Kojève affirme que toute autorité est une autorité reconnue (La notion de l’autorité 2014 : 61 ; c’est l’auteur qui souligne), soit que l’autorité sans légitimité est un oxymore, Oger montre au contraire qu’un discours peut se présenter comme « d’autorité » (ayant recours à des éléments discursifs, étant dans une conjoncture qui favorisent cette apparence), alors même que sa légitimité n’est pas garantie ou pleinement justifiée. En d’autres termes, il est vital d’examiner les méandres (et les enjeux cachés) d’un discours qui revêt les apparences de l’autorité pour pouvoir évaluer sa légitimité. En développant ce point de vue, cet ouvrage apporte une contribution indéniable à une question de société brûlante.

9La discussion sur le discours scientifique, et en particulier sur l’écriture de recherche (cinquième chapitre), constitue un modèle. Oger montre les modalités selon lesquelles l’autorité fait partie intégrante et inhérente de la construction des savoirs et de la recherche de la vérité dans ce type de discours. Ce champ et ses enjeux soulèvent, parmi d’autres, des questions sur la prétention à l’objectivité des discours produits, sur la place que l’argumentation y occupe, sur l’attribution de la charge de la preuve et la question de la fonction de l’éditeur versus l’auteur.

10Le discours des experts est présenté comme un cas de parole performative (chapitre 7 et 6 respectivement). En reprenant la polémique qu’a suscitée Pierre Bourdieu en réaction à la thèse de John Austin, Oger rectifie les imprécisions qui sont restées ancrées dans les esprits : la performativité doit être considérée dans sa visée (les actes illocutoires) et non forcément dans ses effets (les actes perlocutoires). C’est dans cet espace que l’on peut repérer un discours d’autorité, qui appelle l’adhésion. Le discours d’experts est considéré comme un discours performatif. Pourtant le jugement technique ne s’en tient pas à ce plan et tend à être mobilisé à des fins politiques et idéologiques, car l’expert est nommé et autorisé par quelqu’un ou par quelque institution, en fonction d’enjeux divers et variés (instaurer une norme, constituer des catégories qui forment un cadre de pensée, et qui peuvent être instrumentalisées par le politique, etc.). Si l’image de l’expert implique généralement une posture de neutralité, Oger mentionne un modèle parmi les trois qu’elle présente, qui consiste en un expert engagé libéré de cette exigence – ce qui ramène de nouveau dans l’équation « la personne » et non pas seulement la « fonction ». Le recours à l’expert est en général utile pour minimiser et neutraliser les controverses, pour permettre de trancher sur un sujet ; il n’en sert pas moins, délibérément ou non, une idéologie.

11Si l’expert a coutume d’utiliser un jargon spécialisé qui constitue un gage de ses connaissances et de ses capacités professionnelles, le discours des institutions exige, quant à lui, un langage plus neutre. Or, cette neutralité apparente est le fruit d’un travail de construction discursive, orchestrée et intentionnelle, visant à favoriser la cohésion et la confiance d’une communauté. L’exemple pris par Oger est le genre épidictique qui tend à réunir une communauté autour de valeurs partagées. Il s’agit de réduire les conflits et les dissensions au sein des discours institutionnels afin d’accroitre l’adhésion. A ce stade, le rapprochement entre ce discours d’autorité et l’idéologie s’impose. La cohésion et la minimisation des mésententes sont rendues possibles par la « neutralisation discursive », notion proposée par Roland Barthes, et traitée dans le huitième chapitre qui en énumère un bon nombre de procédés : aphorisation, effacement de conflits, formules, assertions dogmatiques, apparence de naturel, etc. C’est par cette neutralisation discursive que le discours des institutions cherche à réduire les désaccords, qu’il se donne comme le gardien de l’« intérêt général » et d’un ordre social soi-disant accepté par tous, asseyant ainsi l’autorité des discours institutionnels. Oger répond de la sorte aux questions critiques soulevées au début de l’ouvrage, en montrant les mécanismes de neutralisation discursive qui font des discours institutionnels un terreau où tout à la fois se reproduit et se dissimule une idéologie. Leur repérage subtil fait prendre conscience du phénomène et permet au lecteur lambda une meilleure compréhension à la fois de la manière dont il se met en place, et de la manière dont lui-même devient la proie de ces discours.

12Enfin, le neuvième chapitre, traite directement de la différence entre les deux sortes de discours : le discours d’autorité, en tant que discours qui vise à faire autorité, et le discours autoritaire, qui vise à « réduire au silence ». Oger admet la difficulté de distinguer de façon tranchée les modalités discursives qui les séparent, dans la mesure où les discours d’autorité utilisent des mécanismes qui réduisent la capacité des citoyens à penser en ce qu’ils visent souvent à susciter l’adhésion par un évitement intentionnel des divergences et des mésententes. La capacité à réduire au silence propre au discours autoritaire s’exerce surtout dans des pratiques extra-discursives incluant des procédés de menaces sur la vie, de terreur et de violence physique.

13Soulignons, à ce stade, les aspects novateurs du travail d’Oger dans le domaine de l’analyse du discours. Tout d’abord, l’ouvrage présente un riche aperçu des formes diverses de l’autorité impersonnelle dans les discours institutionnels, appuyé sur un vaste ensemble de travaux sur le sujet. C’est la perspective discursive qui est le prisme choisi par Oger, et cela avec raison : la dimension discursive fonde en effet l’autorité dans le discours ; elle constitue « la clé de son fonctionnement » (13). C’est ce qui confère à l’ouvrage sa singularité dans le lot des livres sur le sujet, surtout par rapport aux publications qui relèvent du domaine des sciences politiques et de la sociologie. Cependant l’ouvrage ne se borne pas à puiser dans les ressources que lui fournissent les études du discours, mais élargit la perspective en dialoguant avec des théories empruntées à divers domaines – sciences politiques, sociologie, philosophie en même temps que rhétorique et analyse du discours. Cette approche interdisciplinaire dans laquelle les différents champs de savoir entretiennent des relations (Charaudeau 2010 : 18), est enrichissante pour le traitement de l’autorité, qui est en effet à la croisée des domaines du langage, de la rhétorique et de l’argumentation, de la sociologie, de la science politique et de la communication. La prise en compte d’un ensemble de perspectives rend compte de la complexité à la fois du concept et des modalités selon lesquelles il se manifeste en discours. Bien plus, les lacunes qui subsistent dans les définitions existantes au sein des disciplines du « discours » (l’analyse du discours, la rhétorique) peuvent ainsi être complétées par les propositions puisées dans d’autres domaines.

14L’ouvrage offre en outre une sorte de boite à outils en décrivant les mécanismes qui permettent la construction de l’autorité dans le discours. Semblable lucidité sur les outils potentiellement utilisés afin de susciter l’adhésion ou l’obéissance est essentielle pour encourager la pensée critique. Il ne s’agit donc pas seulement de fournir des instruments mais, au-delà, d’inviter à questionner les moyens utilisés, à problématiser la véracité des propos, de leur source, du garant du discours, de celui qui en est le responsable, de l’utilisation des experts, de l’ensemble des moyens à l’aide desquels l’idéologie est dissimulée, et les conflits escamotés – autant de questions qui semblent essentielles dans une période où se multiplient les multiples fausses informations qui se donnent pour des évidences.

15Il faut ajouter qu’un apport essentiel réside dans l’élargissement de la réflexion au-delà de l’argument d’autorité (nommé chez Oger « autorité par argumentation »). En effet, dans le domaine de la rhétorique, les travaux de référence, comme l’étude monumentale de Marc Angenot (Rhétorique de la confiance et de l’autorité 2013) se focalisent plutôt sur l’argumentation et l’« argument d’autorité », en se fondant sur la confiance octroyée aux énoncés qu’on rapporte à une personne dotée de prestige. Il en va de même pour la définition de l’autorité rédigée par Christian Plantin dans le Dictionnaire d’Analyse du Discours (Charaudeau et Maingueneau 2002) qui se concentre plutôt sur l’argument d’autorité ou l’autorité en argumentation. Oger en revanche tente de dépasser la notion d’argument. Elle dépasse en même temps le reproche courant à l’encontre de l’argument d’autorité qui fait reposer l’acceptabilité des propos sur une personne si bien que la connaissance passe par la médiation d’autrui (Angenot, 2013 : 25), : son ouvrage montre la complexité des enjeux qui s’entremêlent dans la construction de l’autorité, en l’examinant aussi bien l’argumentation que dans des conditions socio-discursives renvoyant à la fois à la personne et à sa fonction.

16Un apport supplémentaire, en lien direct avec le précédent, réside dans la prise en compte des évolutions techniques qui ont eu une l’influence déterminante sur les transformations des différentes formes de l’autorité. Un fil rouge passe à travers les chapitres où on suit une évolution à partir de l’autorité royale dans sa dualité entre personne et position (chapitre 2), en passant par l’autorité de l’auteur avec l’invention de l’imprimerie, de la célébrité et de la revendication de paternité d’inventions individuelles que cela accorde (chapitre 3), ainsi que la perte d’autorité subie par certaines institutions à la suite de ces innovations. Ainsi, bien que la perspective de l’ouvrage soit celle des domaines du discours, elle lie les évolutions de la notion d’autorité en discours au monde matériel qui les a engendrées. Dès lors, l’AD est ancrée dans la matérialité du discours mais n’y est pas confinée ; au contraire, elle est pensée dans un ensemble où elle est ancrée dans un écosystème qui influe tout particulièrement sur les formes d’autorité et le discours qui les soutient et les manifeste. Dans les discours des institutions, ces visages impersonnels, paradoxe interne, persistent à faire autorité et à agir subtilement sur les esprits dans les discours.

17Quant à l’obéissance, le trait considéré comme constitutif de l’autorité dans les définitions courantes, Oger propose de la nuancer dans une perspective qui repose moins sur la violence que sur la capacité à faire adhérer. L’espace dans lequel l’autorité s’exerce s’inscrit, selon elle, entre l’adhésion à un discours et l’obéissance qu’elle exige. Les discours d’autorité sont alors définis comme « ceux qui ont de grandes chances d’être obéis, crus, ou suivis d’effet » (49 ; c’est l’auteure qui souligne). Cette définition implique l’obéissance qu’un discours d’autorité est censé susciter chez celui qui l’écoute. Le discours d’autorité appelle à la fois l’obéissance, la croyance et l’agir, trois effets différents qui sont abordés sous différents angles, même si la signification de chacun de ces concepts pourrait être davantage développée (ce que fait Marc Angenot pour le concept de « croyance », 2013 : 32). Un discours qui provoquerait uniquement l’obéissance sans être cru relèverait du « discours autoritaire » et non « d’autorité ». Oger apporte là une mise au point importante pour la distinction entre les deux types de discours, qu’on tend souvent à confondre.

18Une question demeure cependant par rapport à la distinction entre la notion d’autorité et celle de légitimité. Cette dernière est définie par Oger comme « capacité ou droit reconnu à s’exprimer » (36). Pourtant, tout au long de l’ouvrage, la notion d’autorité comme capacité à faire adhérer, à faire croire et à faire obéir, semble parfois se confondre avec la légitimité (capacité ou droit reconnu à s’exprimer en tant qu’expert, par exemple). Ce lien de parenté entre autorité et légitimité, déjà fortement manifeste chez Max Weber (Essays in Sociology 1946), semble toujours poser problème, et les deux notions (et les procédures qui les construisent en discours) restent quelque peu entremêlées. La tentative de distinguer les deux est d’ailleurs l’enjeu majeur du numéro 28 d’Argumentation et Analyse du Discours dans lequel ce compte rendu est publié.

19Enfin, le concept d’autorité nous est imposé quotidiennement dans des discours institutionnels, sans que nous en soyons conscients. Cet ouvrage impressionnant dans son traitement d’une multitude de travaux sur le sujet dans diverses perspectives nous donne des outils pour penser les manières dont l’autorité s’impose ainsi que sur les effets qu’elle produit. La connaissance de ces « mécanismes » et la compréhension des effets produits sont précieuses à la fois pour les chercheurs en rhétorique, en analyse du discours ou en communication, et pour les enseignants et transmetteurs de savoirs et de savoir-faire ; mais ils le sont aussi pour les citoyens. Ce dernier point est important même si ce compte rendu est publié dans une revue scientifique et spécialisée : il est crucial de fournir au citoyen d’aujourd’hui les outils qui lui permettent de développer une pensée critique par rapport au monde qui l’entoure, et cela d’autant plus qu’il agit de plus en plus sous l’influence des fake news. C’est l’ambition réussie de cet ouvrage qui aborde des questions essentielles : Comment et par quels mécanismes une institution, une collectivité, construit-elle une voix qui se manifeste au travers du discours ? Comment ces discours permettent-ils d’esquiver conflits et désaccords ? Enfin comment l’évitement d’un conflit aboutit-il à l’« évidement du politique » et à l’escamotage de questions brûlantes qui se posent à la société ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Keren Sadoun-Kerber, « Claire Oger. 2021. Faire référence. La construction de l’autorité dans le discours des institutions (Paris : Editions EHESS) »Argumentation et Analyse du Discours [En ligne], 28 | 2022, mis en ligne le 25 avril 2022, consulté le 21 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/aad/6383 ; DOI : https://doi.org/10.4000/aad.6383

Haut de page

Auteur

Keren Sadoun-Kerber

Université de Tel-Aviv, ADARR

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Argumentation & analyse du discours est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo ADARR Tel-Aviv
  • Logo Université Tel-Aviv
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search