Navigation – Plan du site

AccueilNuméros28Introduction. La construction de ...

Introduction. La construction de la légitimité et de l’autorité : les démocraties face à la Covid-19

Stéphane Wahnich
Traduction(s) :
Introduction. The construction of legitimacy and authority: democracies facing Covid-19. [en]

Texte intégral

1Cette nouvelle publication d’Argumentation et Analyse du Discours n’est pas un numéro comme les autres. En effet, tous les articles ont un point en commun : celui d’avoir été rédigés par les membres du groupe ADARR (Analyse du discours, Argumentation, Rhétorique) des Universités de Tel-Aviv et de Bar-Ilan (hormis l’article de Ruth Wodak, que nous remercions vivement pour sa contribution). Cette production est directement issue de l’actualité liée à la Covid-19. Lors du premier confinement, nous avons collectivement décidé de mener une analyse des premières allocutions à la nation des dirigeants de différents pays démocratiques afin de voir comment, en un moment particulièrement sensible, ils tentaient de construire dans leur discours la légitimité et l’autorité nécessaires pour édicter des mesures destinées à freiner la pandémie. Le groupe ADARR, à l’image d’Israël, constitue un melting pot et chacun, soit en lien avec son pays d’origine, soit avec son pays d’étude, a pris le soin d’analyser dans la langue des locuteurs les discours de la Covid-19. Ces prises de parole effectuées dans des circonstances peu communes nous ont permis d’explorer une question qui à la fois embrasse et dépasse le moment singulier de la pandémie, et qui est au cœur de notre champ d’étude, mais aussi de nos préoccupations citoyennes : celle de savoir comment nos gouvernants se dotent de la légitimité et de l’autorité qui leur permettent d’obtenir reconnaissance et obéissance dans un moment de crise.

1. Un moment exceptionnel

2L’irruption sur la scène mondiale de la pandémie de la Covid-19 a constitué un moment rare dans l’histoire de nos sociétés. En effet, le monde a été confronté au même problème, en même temps, au fil de la propagation de l’épidémie et les dirigeants de chaque pays ont dû réagir face à une crise sanitaire qui se vérifiait jour après jour. Il n’est pas courant de pouvoir étudier le discours des chefs d’Etats et de gouvernement sur un même sujet et en un laps de temps très court. Ce moment apparaît ainsi comme un exemple unique pour la recherche en sciences humaines et de manière plus particulière pour l’analyse du discours et de l’argumentation. En effet, nous assistons en quelque sorte à une expérience inédite lors de laquelle les responsables politiques ont dû annoncer des mesures qui remettent en cause les libertés publiques les plus fondamentales, ne serait-ce que celles de circuler, d’aller en classe, de se rencontrer. Le virus du Corona n’a pas seulement un enjeu biologique, il constitue un enjeu de société dans le sens où la contamination se produit par les interactions sociales et ce sont bien ces dernières qui vont être limitées au maximum pour stopper la première vague de la Covid-19. L’épidémie même entraîne des conséquences qui entrent en contradiction avec les valeurs démocratiques. C’est la raison pour laquelle nous nous sommes attachés à étudier les premières déclarations des chefs d’États et de gouvernements de pays démocratiques qui annonçaient les premières mesures de lutte contre la Covid-19 ; il nous a semblé intéressant de collecter et d’étudier un corpus cohérent de déclarations confrontées aux mêmes enjeux socio-politiques.

3L’analyse des discours de ces dirigeants est d’autant plus éclairante que la lutte contre l’épidémie se fait de manière non coordonnée. Alors que nous sommes en pleine mondialisation, que nos pays n’ont jamais été aussi interdépendants, que l’Union Européenne est devenue une institution avec de réels pouvoirs législatifs et exécutifs, qu’il existe des organismes internationaux comme l’OMS, il est intéressant de noter que la lutte contre la Covid, qui constitue une épidémie mondiale, a été gérée à l’échelle des nations. Il en ressort un véritable paradoxe que les sciences des relations internationales ne peuvent manquer d’étudier. Face à la crise, le réflexe premier a été le retour aux frontières nationales, alors que le virus circulait selon les zones d’activités humaines qui ne correspondent pas aux frontières officielles. Ce paradoxe donne d’autant plus de poids aux discours des dirigeants car c’est bien au niveau de la nation que chaque pays va réagir et se mobiliser. Aussi ces déclarations vont-elles dépendre de la situation politique de chaque pays, de la culture politique des dirigeants qui profèrent les discours et, également, de leurs choix communicationnels.

4Ces allocutions revêtent donc un aspect particulier. En effet, de manière générale, un discours politique sert à convaincre d’une vision du monde, du bien-fondé de mesures économiques et sociales ou tout simplement du bon raisonnement du locuteur. Il s’agit, in fine, de faire évoluer l’opinion publique sur un sujet grâce à une argumentation appropriée. Dans le cas qui nous intéresse ici, il ne s’agit pas de faire évoluer des représentations collectives ou des valeurs politiques, évolutions qui en général se produisent lentement. Il ne s’agit pas d’imposer, au nom de l’urgence sanitaire, une opinion sur la Covid, mais bien de faire accepter et adopter des comportements restreignant les libertés individuelles, de manière volontaire et immédiate, dans des pays où elles sont au cœur du contrat politique qui lie les citoyens à l’État. Au regard de l’enjeu, il est évident que les prises de parole successives des dirigeants vont être préparées, réfléchies et que le hasard ou la spontanéité ne peuvent y avoir que peu de place. Nous avons donc étudié des discours très construits et cette situation rend encore plus pertinentes les analyses car elles reposent sur des textes qui sont au cœur du rôle du politique : le devoir qu’a le dirigeant de protéger une nation, de sauvegarder au mieux la vie de ses concitoyens. Ces discours, quelles que soient leurs formes, ont pour objectif d’être crus et surtout d’être écoutés dans un moment névralgique ; ils revêtent donc une signification particulière.

5Dans ce cadre, l’analyse du discours et l’argumentation rhétorique offrent un cadre théorique et des outils qui permettent d’explorer les textes en profondeur pour comprendre ce qui s’est joué sur le plan social et politique, mais aussi éthique et humain, au moment de l’irruption inattendue de la pandémie.

2. Une recherche déjà substantielle, avec des approches différentes

6Bien évidemment, le groupe ADARR n’est pas le seul à aborder cette problématique, et des travaux savants sur le sujet ne cessent de voir le jour sous forme de livres, de collectifs ou d’articles. Pour rester dans notre domaine de recherche, on peut constater que de nombreux chercheurs en sciences du langage ont d’ores et déjà apporté leurs analyses et leur réflexion. Il n’est pas question d’offrir un panorama de ces approches dans un contexte où les publications continuent à pleuvoir, et à un moment où le recul nécessaire par rapport à l’événement et à son étude est loin d’être suffisant. On se contentera donc de quelques notes sur les travaux les plus proches de l’AD et de l’argumentation, en renvoyant les lecteurs aux premiers comptes rendus sur le sujet qui paraissent dans ce numéro spécial.

7Mais d’abord quelques mots sur la notion de crise, incessamment brandie, s’imposent à l’orée de cette brève présentation. Bien entendu, de nombreux travaux se réfèrent selon des modalités diverses à la communication de crise, en examinant la gestion discursive de la Covid-19. C’est ainsi par exemple qu’est étudiée la gestion de la communication de crise par la PM de Nouvelle-Zélande Jacinda Ardern, qui montre les moyens par lesquels elle a réussi à inspirer la confiance et à encourager la solidarité (D. McGuire et al. 2020.) Les travaux qui portent sur la communication de crise ne relèvent cependant pas d’une approche analytique unifiée, et utilisent des instruments divers pour explorer la façon dont les discours des uns et des autres ont tenté de se mesurer à l’événement, mais aussi l’ont défini et cadré en termes de  « crise ». Il suffira donc ici de rappeler, à titre d’éclaircissement, quelques principes de base de la communication et de la gestion de crise en les restreignant à leur dimension discursive.

8Une crise, lit-on dans Boin et al. (2017 [2005] : 20), qu’elle soit économique, écologique, sanitaire, politique, surgit quand les membres d’une société donnée ont le sentiment que les valeurs qui sont au fondement de leur système sont menacées – on peut penser à la sécurité, aux libertés civiles, à la santé, à la justice et à d’autres encore. Une perturbation profonde des mode de vie ordinaires se produit. La menace génère un sens de l’urgence (souvent socialement construite plutôt qu’inhérente à la situation), et un sentiment de grande incertitude – on ne sait jusqu’à quel point la menace est grave et vers quoi elle mène. Ces crises nécessitent des décisions rapides alors même que les conditions au niveau de l’information ne sont pas réunies ; elles nécessitent aussi une communication adressée à un public hétérogène dont les moyens et les besoins ne sont pas les mêmes. Il incombe alors aux gouvernants de limiter le désordre et la désorientation ainsi produits et de rétablir, voire de renforcer, la confiance dans leurs capacités de dirigeants et dans les institutions au sein desquelles ils agissent. En démocratie, l’action des politiques est bien entendu soumise aux normes et valeurs du régime, si bien que les critères d’efficacité ne peuvent s’imposer de façon exclusive. Parmi les tâches qui leur incombent, Boin mentionne le meaning making (construire du sens) qui fournit une définition de la situation et construit un narratif susceptible de persuader et d’inspirer les citoyens. Dans la perspective globale de la communication de crise, les chercheurs peuvent avoir recours à des cadres théoriques et des instruments analytiques très divers afin d’en problématiser certains aspects et d’en dégager les enjeux changeants.

  • 1 Cf. le compte rendu de Roselyne Koren dans ce numéro spécial.

9Voyons donc comment les études qui relèvent des sciences du langage éclairent ce qu’on a dénommé communication de crise. On mentionnera d’abord un ouvrage d’analyse linguistique intitulé Les mots de la Covid-19, de la plume de Blandine Pennec (2021)1 qui examine un corpus français et britannique d’allocutions à la nation et de presse, avec des outils empruntés à la linguistique de l’énonciation et à la pragmatique, sur lesquels se greffent des outils rhétoriques et stylistiques. L’auteure examine principalement les structures saillantes et les marqueurs pour déterminer leur rôle dans la construction de l’ethos d’Emmanuel Macron et de Boris Johnson, et dans leur recherche d’efficacité argumentative ; elle se penche ensuite sur les positionnements énonciatifs des journalistes dans leur traitement de la pandémie, ainsi que sur les titres d’articles journalistiques. Ce travail quelque peu formel se focalise sur le langage plutôt que sur le discours en situation ; mais il a l’avantage de se soucier de la matérialité langagière et de fournir une analyse contrastive des discours français et britanniques.

10Un volume en langue anglaise intitulé Pandemic and Crisis Discourse (2022), édité par A. Musolff et al., réunit un très riche ensemble d’études qui se réclament principalement d’une branche de la CDA, l’approche historico-discursive de Wodak et Reisigl (Discourse-Historical Approach), non sans avoir recours à d’autres cadres théoriques comme la théorie cognitive de la métaphore. Le livre ambitionne de voir comment la pandémie a été discursivement définie et catégorisée, comment elle a été donnée à comprendre au public, comment les conflits concernant la pandémie ont été gérés dans le débat public dans un grand nombre de pays : la Chine, la Russie, le Belarus, la France, l’Allemagne, la Grande-Bretagne, l’Espagne, la Roumanie, la Grèce, ... Certains articles offrent également une comparaison de la communication de crise dans quelques pays (par ex. la Grande-Bretagne et l’Espagne ou la Roumanie, la Slovénie et l’Italie,) C’est dans ce sens que cet ouvrage collectif se penche sur des stratégies de communication relatives à la crise sanitaire qui sont analysées sur divers supports – non seulement les déclarations politiques, le discours des experts scientifiques ou des médias, mais aussi les affiches, les livres pour enfants, l’interaction médecins – patients, …

11Un numéro spécial très intéressant de la revue Repères-Dorif (24, 2021), intitulé « Constellations discursives en temps de pandémie » et coordonné par F. Favart et A. Silletti, se fonde quant à lui sur le courant français de l’AD pour étudier les discours de la Covid-19 dans la parole des acteurs politiques et dans les médias. Il examine entre autres l’étroite interrelation qui se noue entre le discours scientifique, médiatique et politique (il s’agit, dans leurs propres termes, de « constellations discursives »), et dévoile la façon dont la science est mise en scène au profit des politiciens et des journalistes dans le but de légitimer leur propre parole. Il est intéressant de voir que la question de la confiance, qui est au cœur des pratiques discursives mises en place dans cette période de crise, y est traitée par Sophie Moirand. Par ailleurs, on trouve des études sur les discours de la pandémie dans des courants idéologiques et politiques particuliers : la droite radicale en France et en Italie, ou le RN et la France insoumise en France. Toutes ces articles présentent des analyses concrètes de discours variés (articles de presse, tweets, blogs, …) étudiés en situation, et s’ils favorisent le cas de la France, ils se penchent aussi sur d’autres pays comme l’Italie ou le Brésil.

12Signalons également le premier recueil collectif sur la Covid-19 étudié dans une perspective argumentative, qui est particulièrement important de notre point de vue. Sans doute certains articles avaient-ils déjà emprunté cette voie, comme celui de Louise Cummings dans Informal Logic (2020) qui analyse dans l’argumentation utilisée par les acteurs politiques mais aussi les agences de santé publique, le manque de rationalité des jugements et des décisions face à la Covid 19 (les arguments fallacieux). Cependant le collectif coordonné par S. Oswald, M. Lewinski, S, Greco et S. Villata (2021) braque entièrement les projecteurs sur l’argumentation et sur ce que sont devenues les pratiques argumentatives à l’occasion de la pandémie. Ils ont recours aux théories de l’argumentation seules aptes selon les auteurs à explorer le phénomène – pour le dire métaphoriquement – d’une « pandémie de l’argumentation » qui a changé les formes, les normes et les fonctions de l’argumentation sur la place publique. Dans cette perspective, ils travaillent sur trois plans corrélés : descriptif (il s’agit de rendre compte de ce qui se passe sur le terrain), normatif (pour voir les modifications des fondements rationnels utilisés par les locuteurs pour justifier leurs arguments), et prescriptives (dans le sens où on recherche sur cette base à améliorer les capacités argumentatives individuelles et collectives ou les protocoles argumentatifs tant dans les institutions que sur la place publique).

13Ils passent ainsi en revue (Partie I) les débats sur la pandémie comme ceux, par exemple, qui concernent le compte des morts de la Covid, la construction de l’ethos de l’expert en période d’incertitude ou la gestion des dissensus scientifiques ; (Partie II) la justification et la promotion des politiques sanitaires comme la question de la prise de décision rationnelle ou de sa justification face à des dilemmes sanitaires et sociaux, le rôle de l’argumentation dans la législation sur la Covid ; (Partie III) l’amélioration des compétences argumentatives des communicants et du public – la capacité de se protéger contre les théories de la conspiration, ou contre l’utilisation de données dépassées pour construire des arguments fallacieux ; la capacité à poser des questions critiques ou à peser l’acceptabilité des opinions d’experts. Dans l’ensemble, les contributions d’analystes de l’argumentation réputés de différentes origines, se penchant sur plusieurs pays tantôt dans une perspective transversale qui se focalise sur une question commune, tantôt éclairant les pratiques de pays spécifiques (les pays scandinaves, ceux du Sud de l’Europe, …), dévoilent un déficit généralisé de rationalité dans l’argumentation publique sur la pandémie. Le but des contributeurs n’est cependant pas de porter un jugement négatif généralisé mais de marquer et de montrer comment un ensemble de ressources argumentatives peuvent être utilisées pour améliorer la communication, la compréhension et l’évaluation des politiques publiques dans leur globalité.

14Dans ces quelques ouvrages mais aussi au-delà de leurs limites, certains chercheurs ont souhaité insister sur une forme précise du discours, en tentant d’en examiner les tenants et les aboutissants, Il en va ainsi du discours populiste par exemple. Françoise Favart (2021) a consacré un article éclairant sur ce thème et Kerim Can Kavakli (2020) a analysé les effets du discours populiste sur l’évolution de l’épidémie. Un tel parti-pris de départ est intéressant car il permet d’analyser le discours à travers un prisme qui dépasse l’événement en lui-même. Les discours sur la Covid-19 deviennent un exemple utile pour la recherche, comme lorsqu’un chercheur en sciences exactes fabrique un environnement spécifique pour sa recherche. Dans le même temps, certains chercheurs ont conservé leur thème de recherche de prédilection et l’ont exploré dans les discours de la Covid 19. Cette posture revêt l’avantage d’approfondir une recherche déjà engagée et apporte éventuellement une confirmation (ou une modification) de théories élaborées antérieurement. L’étude des genres dans le sens de gender par exemple a été développée sur les discours de la Covid-19 par Sara Dada et al. (2021), ou par Fabienne Beider et Maria Constantinu (Musolff 2022). D’autres chercheurs ont voulu se focaliser sur une situation précise et singulière. Nous pensons à l’article de Tiago Ribeiro Duarte (2020) qui analyse l’attitude de Bolsonaro face aux avis scientifiques ; cette situation exceptionnelle permet alors une analyse originale montrant les effets idéologiques d’un pouvoir populiste. C’est aussi le cas de l’article de Graziella K.Harb et de Youssef M.Serhan (2020) qui ont étudié la xénophobie dans les discours de D. Trump. Dans la même logique, Florian Bieber (2020) consacre un article au repli nationaliste que nous avons souligné plus haut face à l’épidémie.

15On signalera enfin que divers travaux s’attachent aux fonctions de la métaphore. Ainsi, Maria Muelas-Gil (2022) examine les métaphores du coronavirus qui remplissent une fonction pédagogique dans les livres pour enfants. S. Neshkovska et Z. Trajkova (2020) se penchent sur l’usage qu’ont fait les politiciens de différents pays des métaphores dans toutes les phases de la pandémie, et sur l’impact de ces métaphores évalué à la lumière des réactions des citoyens. Les métaphores sont aussi étudiées par Isabel Negro Alousque (2021) dans une étude comparative entre les discours des dirigeants français et espagnol qui montre que le virus est conçu comme un « être animé ou une catastrophe naturelle ». Se fondant sur la CDA et la communication de crise, Eunice Castro Seixas (2021) analyse l’usage des métaphores de la guerre dans la communication politique sur la Covid-19 et montre qu’elle peut remplir des fonctions diverses, qui sont loin d’être toujours négatives comme on a parfois tendance à le croire. Ces travaux sur la métaphore dans les discours de la Covid sont trop nombreux pour être dénombrés ici, et ont encore de beaux jours devant eux.

16Tous ces travaux proposent des cadres d’analyse et ouvrent des voies de réflexion fécondes. Mais notre questionnement est autre, même s’il est proche. Il entend expliquer comment les discours politiques peuvent construire une légitimité et une autorité afin d’être à la fois reconnus et écoutés. Cette problématique qui n’a, à notre connaissance, pas encore été abordée systématiquement dans le cadre des discours de la Covid-19, nous parait pourtant primordiale car en période de crise sanitaire et du danger mortel qui en découle, la légitimité du locuteur et son autorité constituent un enjeu central.

3. Une démarche multidisciplinaire et internationale

17Les premiers discours des dirigeants sur la Covid-19 sont très riches et notre contribution n’est qu’une facette de l’exploitation intellectuelle que l’on pourrait en faire ; mais les notions de légitimité et d’autorité nous ont semblé être le cœur même de toutes ces interventions. De surcroît, comme nous l’avons déjà souligné, la réponse politique à la Covid-19 a pris une dimension nationale alors que paradoxalement l’épidémie était mondiale. De ce fait, chaque discours contient en son sein l’expression de la culture politique du pays, la situation politique du moment et bien sûr l’idéologie du locuteur. Ainsi, on peut s’apercevoir que les locuteurs sont dans des situations peu comparables, si l’on considère par exemple A. Merkel qui a une reconnaissance institutionnelle forte et S. Wilmes, en Belgique, qui vient juste d’être nommée Premier ministre pour gérer la crise de la Covid-19. Dès lors, il est évident que les tentatives des chefs d’État de construire et renforcer leur légitimité et leur autorité ne peuvent être similaires. C’est pourquoi nous avons adopté une perspective internationale, en présentant un éventail d’analyses dont chacune se concentre sur un pays particulier. Nous n’avons retenu que les interventions de dirigeants démocratiques car dans les régimes totalitaires la question de la légitimité par rapport au respect de la liberté ou celle de l’autorité dans son rapport à l’autoritarisme n’est pas la même, comme nous l’avons déjà souligné.

18Les auteurs des articles qui suivent abordent les pays suivants : l’Allemagne, la France, Israël, l’Italie, la Belgique, l’Argentine, les États-Unis et le Brésil. Cet ordre n’est pas anodin, il a du sens. Les trois premiers pays représentent des situations au sein desquelles la légitimité des dirigeants est en situation soit forte comme l’Allemagne, soit partiellement remise en cause comme pour la France et Israël. La Belgique, l’Italie et l’Argentine ont en commun des dirigeants qui viennent juste d’accéder au pouvoir et leur légitimité est encore à construire. Enfin, les États-Unis et le Brésil constituent les pays dans lesquels les dirigeants sont allés à rebours de leurs pairs et on cherché à légitimer et faire adopter non pas des mesures sanitaires contraignantes, mais une vision personnelle des choses qui n’en voyait guère la nécessité. L’accentuation du populisme y est la plus significative. À cela s’ajoutent les pays traités de façon contrastive, dans une perspective panoramique plus générale, par R. Wodak : l’Autriche, la Suède, la Nouvelle Zélande et la Hongrie. Mais avant d’aborder la situation de chaque pays, il convient d’étudier les enjeux des deux concepts qui structurent nos analyses, avec les difficultés rencontrées.

19Sans doute, la légitimité et lautorité sont deux objets qui ont déjà été abordés par les sciences du langage. La construction de la légitimité a donné lieu à des analyses intéressantes dans Le discours politique (2005) de P. Charaudeau, ainsi que dans Political Discourse Analysis (2012) de I. et N. Fairclough. Ils avaient été précédés par Rojo et van Dijk (1997) et van Leeuwen et Wodak (1999) dans leurs travaux sur la légitimation du contrôle de l’immigration, et par la mise au point très remarquée de van Leeuwen en 2007. Les travaux en analyse du discours et rhétorique sur l’autorité sont plus nombreux. Qu’il suffise de citer ici, parmi d’autres, deux ouvrages de référence importants, celui d’Angenot (2013) Rhétorique de la confiance et de l’autorité et le livre récemment paru d’Oger (2021), Faire référence. La construction de l’autorité dans le discours. Néanmoins, la légitimité et l’autorité en discours nous semblent nécessiter des développements et des mises en perspective supplémentaires tant en ce qui concerne leurs modalités de construction discursives et argumentatives, qu’en ce qui concerne leur problématique différenciation.

20Une telle réélaboration est d’autant plus importante que ces deux notions sont au cœur de lanalyse du politique. Cest la raison pour laquelle les recherches sur le discours et l’argumentation doivent à la fois fournir des instruments d’analyse aux sciences politiques, et se nourrir des travaux dans ces domaines qui ont consacré une place importante aux questions de la légitimité et de lautorité. Weber est sans doute le premier sociologue a s’être intéressé à ce sujet, mais des travaux plus récents ont pu actualiser la recherche. Nous pensons entre autres à Beetham (2013), Rosanvallon (2008), Kojève (2004), Bourdieu (1982) et Habermas (1973), si l’on veut remonter dans le temps.

21Il est cependant important de souligner que dans ces travaux, qu’ils soient issus des sciences du langage ou des sciences politiques, la plupart des auteurs ne marquent pas la différence de sens qui s’opère entre la légitimité et lautorité. Les travaux fondateurs de Weber semblent même avoir parfois entretenu une certaine confusion à cet égard ; quant à l’exploration que fait van Leeuwen (2007) du processus discursif de légitimation, il y englobe l’autorité sans faire un sort à cette notion dans sa spécificité. Larticle liminaire d’Amossy traite de cette problématique qui informe l’ensemble du dossier et en ce sens, lui tient en quelque sorte lieu d’introduction théorique. Il explique en quoi cette non-différentiation pose problème car, si lautorité s’adosse à la légitimité, elles ne sont pas pour autant similaires, comme (comme l’avait déjà suggéré Charaudeau 2005). Il montre que les deux notions ont des ressorts différents et des rôles dans laction politique, certes complémentaires, mais avec des logiques et des finalités propres. Ainsi, en s’appuyant sur divers travaux issus des sciences sociales, larticle d’Amossy en exploite les acquis en se situant au niveau de l’analyse du discours et de l’argumentation ; il étudie, dans leurs différences et leurs intersections, les processus de légitimation et de construction d’autorité tels qu’ils se laissent saisir dans le discours politique. L’auteure entend justifier ce faisant même si la science politique offre certaines clés de compréhension la pertinence de l’approche adoptée pour éclairer les procédures et les enjeux des premières allocutions des dirigeants sur la Covid-19.

  • 2 Cf. L’article de Wodak dans ce numéro d'Argumentation et analyse du discours.

22En effet miroir, larticle de Wodak exploite la théorie qu’elle a développée avec van Leeuwen, à laquelle il ajoute une dimension argumentative par la mise à jour des topoï de contenu qui sous-tendent les justifications avancées par les locuteurs. Cette grille d’analyse ambitionne de relever les processus par lesquels la légitimation discursive se met en place2, et permet à l’analyste de pointer dans les textes les grandes catégories auxquelles le locuteur a recours. Cette approche a un premier mérite : celui davoir défriché le terrain en matière de légitimation discursive, et d’avoir ouvert la voie à une réflexion plus large (à l’instar de celles de Charaudeau en 2005 ou d’Amossy aujourdhui). La quasi indifférenciation entre légitimité et autorité chez van Leeuwen et Wodak s’explique sans doute par la prééminence accordée à la légitimation et à ses procédures en discours, si bien que l’autorité lui est en quelque sorte subordonnée et ne reçoit pas de traitement à part entière. Cette approche pionnière n’en reste pas moins prégnante et on trouve ainsi à l’orée du numéro deux grilles d’analyse alternatives dont les articles subséquents s’inspirent à divers degrés: l’une issue de l’approche historique-discursive de la CDA de Wodak, et l’autre ancrée dans la théorie de l’argumentation dans le discours en prise sur l’AD française d’Amossy (2021 [2000]). Les deux approches ne sont pas, bien sûr, sans croisements et similitudes. Elles pourront, nous l’espérons, relancer la réflexion sur le sujet.

4. La nation comme cadre d’intervention politique

23Comme nous l’avons déjà souligné, chaque nation a réagi selon sa situation historique-politique mais au-delà des particularismes de chacun (décrits par les articles qui suivent), on retrouve des logiques communes. Les enjeux sont (du moins en partie) communs mais ils ne sont pas étayés de la même manière et l’importance des thèmes retenus diverge selon les locuteurs.

24En ce qui concerne l’Allemagne et Angela Merkel, la construction de sa légitimité au regard de l’urgence sanitaire et de la nécessité de limiter les libertés publiques passe par la réaffirmation démocratique, comme le montre bien l’article de Jürgen Siess et de Ruth Amossy. Merkel, tout en s’appuyant sur une légitimité institutionnelle démonstrative, va jusqu’à manifester, dans son discours, sa volonté de sauvegarder les principes démocratiques par la notion de transparence et parle d’une « démocratie ouverte » qui, comme le soulignent les auteurs, paraît presque un discours performatif. L’analyse de l’article développe une réflexion sur l’usage du métadiscours comme mode de légitimation fondé davantage sur la nature de la communication gouvernementale que sur celle des mesures énoncées, dont la part d’infraction aux libertés n’est pas niée. Merkel va aussi utiliser l’argument scientifique comme argument d’autorité pour montrer que les mesures qu’elle propose sont justifiées et efficientes, et se donner ainsi l’autorité nécessaire auprès des Allemands. Son argumentation repose cependant en grande partie sur des valeurs humaines qui lui confèrent une dimension éthique d’autant plus prégnante qu’elle s’allie à un aspect éminemment pragmatique, et que s’y ajoute une tonalité affective rare chez la Chancelière. Le discours travaille ainsi à conserver la légitimité de la dirigeante en soulignant sa conformité au système démocratique, et à réaffirmer son autorité face à la crise par une présentation de sa personne et de ses décisions qui en soulignent le caractère raisonnable et éthique.

25Pour la France, dont traitent Keren Sadoun-Kerber et Stéphane Wahnich, la situation est proche sans être analogue. En effet, l’analyse montre que les deux premiers discours d’Emmanuel Macron ont pour but une réparation d’image qui s’impose en raison d’une fragilisation de la position du président antérieure à la pandémie, fragilisation qui risque de diminuer sa capacité à se faire entendre et obéir en temps de crise. Cette réparation d’image va cependant bien au-delà des enjeux de la Covid-19 : le dirigeant l’utilise aussi comme un outil au service d’une re-légitimation de sa propre personne. Contrairement à Merkel, Macron n’évoque pas le thème de la démocratie directement, et se contente de justifier les éventuelles infractions aux libertés par une rhétorique de l’urgence. Il fait étalage de la légitimité institutionnelle qu’apporte la stabilité de la Cinquième République, et s’appuie sur l’autorité des scientifiques supposés détenteurs d’une vérité absolue à laquelle la politique se subordonne, sans tenir compte des éventuelles divergences d’opinion. L’analyse montre comment Macron se construit une autorité de chef des armées (en particulier par la métaphore de la guerre) mais aussi de chef, de père, de maître et de juge (selon les catégories de Kojève) ; elle étudie les diverses procédures argumentatives mobilisées par le dirigeant et souligne la centralité de la construction d’ethos dans la présentation d’une figure de leader qui travaille à redorer son blason et à se doter de la légitimité et l’autorité qui lui sont nécessaires pour mettre en pratique sa politique de lutte contre la pandémie.

26Comme en France, le Premier Ministre israélien se trouve dans une situation singulière car la Covid-19 intervient au milieu d’un processus électoral à l’issue incertaine. L’article d’Ariella Lahav analyse les modalités selon lesquelles B. Netanyahou, alors Premier ministre de transition en raison des élections, va utiliser l’épidémie afin de renforcer sa légitimité élective fragilisée par les accusations de fraude, corruption et abus de confiance. Elle propose une analyse discursive et argumentative chronologique en trois phases des discours, montrant comment la surenchère effectuée sur le drame de la pandémie est utilisée pour renforcer un ethos de leader œuvrant démocratiquement pour le bien public, guidant le pays « avec une main ferme au volant », et flattant son auditoire en puisant dans un imaginaire israélien prégnant. Il entend de la sorte inciter le public à obéir à des mesures d’urgence sans précédent, mais aussi persuader son rival politique, Benny Gantz, de se joindre à lui dans un gouvernement d’union nationale, seule possibilité pour Netanyahou de se maintenir au pouvoir. L’analyse dévoile ainsi comment le Premier Ministre israélien, non seulement tente de retrouver la légitimité et l’autorité qu’une partie des citoyens lui dénient, mais aussi instrumentalise politiquement la crise pour parvenir à se hisser à la tête d’une coalition majoritaire au nom de la bataille contre la Covid-19.

27Le cas de l’Italie diffère des cas déjà analysés car le Premier ministre vient juste d’accéder au pouvoir au moment de l’irruption de la Covid-19. L’article de Caterina Scaccia analyse bien comment Conte intègre le fait qu’il ne dispose que d’une faible légitimité pour pouvoir intervenir efficacement dans l’espace public de son pays, et comment il tente de renforcer celle-ci en prodiguant des conférences de presse (en place d’allocutions télévisées), entamant ainsi un mouvement de proximité vers l’opinion publique représentée par les journalistes et laissant place aux questions. De plus, l’analyse montre la façon dont, dans la durée, le discours de Conte qui se donne en porte-parole des autorités scientifiques et en garant d’une approche rationnelle nourrie par les valeurs de coopération et de solidarité, se construit dans un rapport dialogique : il réagit à un contre-discours délégitimant porté par la presse et les opposants politiques. Le PM travaille en effet incessamment à effacer les antagonismes politiques nationaux et à neutraliser ce que Scaccia appelle « les forces disruptives internes au système italien ». L’article met ainsi en lumière l’importance de l’interdiscours dans la construction de la légitimité et de l’autorité du dirigeant, et la façon dont celle-ci se met en place au sein d’un jeu de forces où le PM doit argumenter en relation, et à l’encontre, d’une parole critique sinon adverse.

28Le cas de la Belgique est assez proche de celui de l’Italie dans la mesure où la première ministre belge, S. Wilmes, vient également d’être nommée et où sa légitimité personnelle est faible. Irit Kornblit analyse bien, de surcroît, les contraintes que fait peser la situation institutionnelle de la Belgique. En effet, dans cet État fédéral, la décision politique est partagée et la procédure de légitimation qu’adopte Wilmes passe par la mise en scène médiatique d’un ethos collectif où État et représentants fédéraux décident collégialement. Elle renforce l’ethos collectif d’unité en le construisant sur quatre plans corrélés : fédéral, relation politiques/experts, relation PM/population, à l’intérieur d’une population qu’elle veut solidaire. Fidèle à la culture politique belge, Wilmes évite les grands récits et les métaphores guerrières et maintient un registre de réalisme pragmatique, utilisant des arguments rationnels et axés sur les conséquences, restant centrée sur la vie quotidienne des citoyens, et évitant le pathos qu’elle remplace par un ton à la fois empathique et empreint de pédagogie.

29Wilmes voit dans les dissensions qui se font entendre au sujet de la Covid-19 la marque du libre débat qui caractérise la démocratie. Cette volonté de conserver le cadre démocratique est aussi la préoccupation du nouveau président argentin. En effet, l’article de Karina Masasa montre bien que le discours du Président prend en compte la fragilité historique des institutions démocratiques de l’Argentine. Les mesures remettant en cause les libertés publiques y revêtent une autre dimension qu’en Europe où les valeurs démocratiques sont plus ancrées. L’enjeu, pour faire face à la Covid-19, sera donc d’obtenir sinon de rétablir la confiance des Argentins dans leur système politique : ce manque de confiance peut saper la légitimité du nouveau président et remettre en cause l’autorité non seulement de sa parole mais aussi celle de l’État. Pour éviter ce phénomène, Alberto Fernandez va insister comme A. Merkel sur la transparence de son action et se protéger en justifiant ses mesures contre l’épidémie par l’autorité scientifique de l’OMS et le modèle des actions entreprises dans d’autres pays. En même temps, l’analyse montre bien les référents historiques faisant appel à l’État péroniste et à ses fonctions déclarées. L’histoire politique intervient alors dans la construction de la légitimité et de l’autorité d’un discours qui doit en période de crise se confronter à un déficit capital de confiance.

30Cette volonté de protéger la démocratie n’est pas le premier souci de Donald Trump dans ses premiers discours car, au moment de sa première allocution officielle, il se trouve en pleine campagne présidentielle. Comme pour B. Nétanyahou, la Covid-19 déséquilibre le jeu politique. Ce qui caractérise le discours de D. Trump est la primauté du politique et de l’idéologie sur le scientifique, qui mène à un étonnant déni de l’épidémie. Il en ressort que Trump doit fonder sa légitimité présidentielle (entachée par les tentatives d’impeachment) et son autorité de leader non pas pour proposer des mesures sanitaires, mais au contraire pour aller à contre-courant des autres pays. L’article de Maria Saltykova montre ce qui, dans les adresses présidentielles qui minimisent le danger, relève de la catégorie du national-populisme, et la façon dont les valeurs et les procédés verbaux empruntés au populisme s’intègrent dans l’argumentation globale du Président-candidat. Elle passe ainsi en revue le registre purement déclaratif (non démonstratif) de sa parole, l’insistance sur le positive thinking et sur l’exceptionnalité du peuple américain, mais aussi l’affirmation constante de la supériorité du président présenté en figure héroïque. Tout en s’entourant d’experts durant ses déclarations pour montrer que les scientifiques sont intégrés dans son processus de décision, Trump les utilise comme une sorte de faire-valoir de sa personne auprès des citoyens américains. De plus, une des particularités de son discours est son ton hyperbolique : il entend créer ainsi une rhétorique de la réassurance, faisant également appel par ce biais à une certaine irrationalité. Saltykov met en avant une autre particularité : là où les autres dirigeants tentent de mettre en avant le consensus et l’unité, le discours populiste de Trump mobilise une scénographie dichotomisante - d’un côté l’homme providentiel à la tête d’un pays invulnérable, de l’autre côté les opposants politiques qui seraient dans leur tort et travailleraient à diviser la société. Il apparaît ainsi que le discours teinté de populisme diffère du modèle des allocutions prononcées dans la plupart des pays démocratiques dans sa façon de construire légitimité et autorité en temps de crise.

31La primauté du politique - un des marqueurs, semble-t-il, du populisme dans la rhétorique de la Covid-19 - va également être la posture adoptée par Jair Bolsonaro au Brésil. Elle se traduit clairement dans sa façon de hiérarchiser les valeurs et d’arbitrer entre l’épidémie et l’emploi. Claire Sukiennik montre bien dans son article que la mort et le chômage sont mis sur le même plan dans ses discours, avec les conséquences sur l’évolution de l’épidémie que l’on a pu voir. Cependant, contrairement à D. Trump, J. Bolsorano n’intègre pas les scientifiques mais au contraire nie leur avis et refuse d’agir en fonction de leur diagnostic. Qui plus est, il a également créé une polémique virulente d’une part en remettant en cause la légitimité des gouverneurs des régions et d’autre part en refusant de rassembler les Brésiliens dans leur ensemble. Cette posture politique a provoqué un anti-discours quasi-immédiat de la part des scientifiques et des journalistes, et a donné lieu à des attaques violentes contre le président. Preuve s’il en est qu’il ne suffit pas d’intervenir dans une posture où l’ethos personnel est mis en avant, il est aussi nécessaire que le discours paraisse juste. Dans le cas contraire, la conséquence peut être une remise en cause de l’autorité du locuteur, et une érosion de sa légitimité en tant que garant du bien commun.

32Les contributions de ce volume s’attachent toutes à montrer comment s’effectue dans chaque cas de figure le procès de légitimation conférant au locuteur le droit de prononcer une parole qui se veut performative. Elles montrent comment ce procès s’accompagne d’une tentative de se donner l’autorité nécessaire à susciter une obéissance consentie. Ce faisant, elles éclairent à la fois des processus généraux qui sont au coeur de l’analyse du discours politique, et la façon dont ces processus discursifs et argumentatifs se manifestent dans des espaces nationaux et des contextes socio-politiques, voire des systèmes politiques, différents. Sans doute serait-il intéressant dans cette perspective, en reprenant les grands axes de la construction de la légitimité et de l’autorité, de dresser un tableau comparatif en examinant la façon dont leurs éléments constitutifs sont dans chaque cas modulés, transformés, reconfigurés – sans réduire pour autant la complexité des discours en situation et en contexte. Le travail d’analyse effectué dans les différentes contributions espère pouvoir servir de base à cette analyse contrastive, tout en relançant l’étude de la construction de la légitimité et de l’autorité politique en discours.

Haut de page

Bibliographie

Amossy, Ruth. 2021 [2000]. L’argumentation dans le discours (Paris : Colin)

Angenot, Marc. 2013. Rhétorique de confiance et de l’autorité (Montréal : Université McGill)

Baider, Fabienne & Maria Constantinu. 2022. « Are healthcare political responses genfdered », Musolff et al. Pandemic and Crisis, 285-306

Beetham, David. 2013. The Legitimation of Power (London: Bloomsbury)

Bieber, Florian. 2020. « Global Nationalism in Times of the COVID-19 Pandemic », Nationalities papers, ASN [En ligne]

Boin, Arjen, Paul ‘t Hart, Eric Stern & Bengst Sundelius. 2017 [2005]. The Politics of Crisis Management : Public Leadership under Pressure (Cambridge : Cambridge U. P.)

Bourdieu, Pierre, 1982. Ce que parler veut dire. L’économie des échanges linguistiques (Paris : Fayard)

Can Kavakli, Kerim, 2020. « Did Populist Leaders Respond to the COVID-19 Pandemic More Slowly? Evidence from a Global Sample » [En ligne] covidcrisislab.unibocconi.eu/newsevents/kerim-can-kavakli

Castro Seixas, Eunice. 2021. « War Metaphors in Political Communication on Covid-19 », Front. Sociol. [En ligne] https://doi.org/10.3389/fsoc.2020.583680

Charaudeau, Patrick. 2005. Le discours politique. Les masques du pouvoir (Paris : Vuibert).

Cummings Louise. 2020. « Good and Bad Reasoning about COVID-19 », Informal Logic 40-4, 521544

Dada Sara, H. C. Ashworth, M. J. Bewa et al. 2021. « Words matter: political and gender analysis of speeches made by heads of government during the COVID-19 pandemic » (BMJ Global Health) [En ligne] gh.bmj.com/content/bmjgh/6/1/e003910.full.pdf

Fairclough, Isabela & Norman Fairclough. 2012. Political Discourse Analysis (London & N.Y. : Routledge)

Favart, Françoise & Alida Maria Silletti (éds). 2021. Repères DoRiF 24 « Constellations discursives en temps de pandémie »

Favart, Françoise. 2021. « Discours populiste et interdiscours en période de Covid-19 », Repères DoRiF 24, « Constellations discursives en temps de pandémie » [En ligne] https://www.dorif.it/reperes/francoise-favart-discours-populiste-et-interdiscours-en-periode-de-covid-19/

Habermas, Jürgen. 2012 [1973]. Raison et légitimité : problèmes de légitimation dans le capitalisme avancé (Paris : Payot) 

Harb, Graziella K. & Youssef M. Serhan, 2020. « Exploring the Use of Covid-19 as a New Pre-Text in Trump’s Political Discourse », Journal of Humanities and Social Sciences Studies (JHSS) [En ligne] neliti.com/publications/351668/exploring-the-use-of-covid-19-as-a-new-pre-text-in-trumps-political-discourse

Kojève, Alexandre. 2004. La notion de l’autorité (Paris : NRF Gallimard)

Leeuwen, Theo van. 2007. « Legitimation in Discourse and Communication », Discourse & Communication 1-1, 91-112

Leeuwen, Theo van & Ruth Wodak. 1999. « Legitimizing Immigration Control : A Discourse-Historical Analysis », Discourse Studies 1-1, 83-118

McGuire, David James E. A. Cunningham, Kae Reynolds & Gerri Matthews-

Smith (2020) « Beating the virus : an examination of the crisis communication approach taken by New Zealand Prime Minister Jacinda Ardern during the Covid-19 pandemic », Human Resource Development International 2364 [En ligne] DOI: 10.1080/13678868.2020.1779543

Muelas-Gil, Maria. 2022. « “Covid Warriors” : the use of metaphors in children’s books », Musolff et al. Pandemic and Crisis, 115-134

Musolff, Andreas, Ruth Breeze, Kayo Kondo & Sarah Vilar-Lluch (éds). 2022. Pandemic and Crisis Discourse (London : Bloomsbury)

Negro Alousque, Isabel. 2021. « Les métaphores du virus Covid-19 dans les discours d’Emmanuel Macron et de Pedro Sanchez », Cédille 19, 595-614

Neshkovska, Silvana & Zorica Trajkovapp. 2020. « Coronavirus–inspired Metaphors in Political Discourse », THESIS 9-2, 98-132

Oswald, Steve, Marcin Lewinski, Sara Greco & Serena Villata. 2021. The Pandemics of Argumentation (Springer International Publication)

Pennec, Blandine. 2021. Les mots de la Covid-19, Etude linguistique d’un corpus français et britannique (Arras : Artois Presses Université)

Raupp, Juliana. 2019. « Crisis communication in the rhetorical arena », Public Relations Review 45 [En ligne] https://doi.org/10.1016/j.pubrev.2019.04.002

Ribeiro Duarte, Tiago. 2020. « Ignoring scientific advice during the Covid-19 pandemic: Bolsonaro’s actions and discourse », Tapuya: Latin American Science, Technology and Society [En ligne] livivo.de/doc/COVID19::1392a64a893bb22f87f617aed420015cf/ignoring-scientific-advice-during-the-covid-19-pandemic-bolsonaros-actions-and-discourse/

Rojo, Luisa Martín & Teun A. van Dijk. 1997. « Legitimizing the Expulsion of “Illegal” Migrants in Spanish Parliamentary Discourse », Discourse & Society 864, 523-566

Rosanvallon, Pierre. 2008. La légitimité démocratique. Impartialité, réflexivité, proximité (Paris : Seuil)

Haut de page

Notes

1 Cf. le compte rendu de Roselyne Koren dans ce numéro spécial.

2 Cf. L’article de Wodak dans ce numéro d'Argumentation et analyse du discours.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Wahnich, « Introduction. La construction de la légitimité et de l’autorité : les démocraties face à la Covid-19 »Argumentation et Analyse du Discours [En ligne], 28 | 2022, mis en ligne le 25 avril 2022, consulté le 21 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/aad/6390 ; DOI : https://doi.org/10.4000/aad.6390

Haut de page

Auteur

Stéphane Wahnich

ADARR

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Argumentation & analyse du discours est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo ADARR Tel-Aviv
  • Logo Université Tel-Aviv
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search