Navigation – Plan du site

AccueilNuméros32Réflexions critiquesÉtude de la conflictualité : les ...

Réflexions critiques

Étude de la conflictualité : les apports des Prolégomènes à une sémantique des conflits sociaux d’Alfredo Lescano

Studying conflictuality: The contribution of Alfredo Lescano's Prolegomena to a semantics of social conflict
Noémie Genty
Référence(s) :

Alfredo Lescano. 2023. Prolégomènes à une sémantique des conflits sociaux. (Paris : Hermann), ISBN 979-1-0370-2297-4, 316 pages.

Résumé

Cette « réflexion critique » examine les apports du livre d’Alfredo Lescano Prolégomènes à une sémantique des conflits sociaux à l’étude de la conflictualité sociale. Pour cerner les particularités de cette théorie, nous présentons l’ensemble du système élaboré ainsi que les soubassements épistémologiques sur lesquels ce dernier repose et comparons cette proposition avec des études de la polémique qui font autorité en Argumentation, Rhétorique et Analyse de Discours : entre autres, Sémantique de la polémique de Maingueneau, Apologie de la polémique d’Amossy ou Dialogue de Sourds d’Angenot. Ce faisant, il apparaît qu'est proposée une théorie inédite dans laquelle l’espace sémantique d’un conflit est considéré comme le lieu où sont rendues (in)disponibles des actions discursives ou non discursives.

Haut de page

Texte intégral

1Les Prolégomènes à une sémantique des conflits sociaux ont pour but l’élaboration de principes théoriques qui devront servir à l’étude de la dimension sémantique des conflits sociaux. Pour ce faire, Alfredo Lescano prend pour exemple le conflit sur le retour du loup en France et se concentre sur des publications Internet de l’année 2014 : textes d’associations, dépêches de presse, commentaires, et contributions à la Consultation publique qu’a ouverte le ministère de l’Écologie en 2014.

2Afin de mieux comprendre l’apport des Prolégomènes, il nous semble indispensable d’en situer l’enjeu et le caractère innovateur en comparant cette analyse des conflits sociaux à celles qui font autorité dans les domaines de l’analyse du discours et de l’argumentation rhétorique – entre autres, Apologie de la polémique de Ruth Amossy, Dialogues de sourds de Marc Angenot et Sémantique de la Polémique de Dominique Maingueneau – que ce soit pour en définir les jalons épistémologiques ou pour en décrire plus précisément la théorie.

1. Les fondements épistémologiques de la théorie : explication comparative

3Quel est le but de cette théorie ? Dans quelles disciplines s’inscrit-elle ? Quels sont ses fondements philosophiques ? Voici quelques questions auxquelles nous allons répondre pour comprendre l’hybridité de cette théorie qui s’inscrit à la fois en sémantique, en analyse du discours, et en philosophie.

1.1. Une considération des conflits sociaux éloignée de l’argumentation rhétorique

4Avant d’effectuer toute comparaison, présentons d’abord brièvement la façon dont Lescano considère les conflits sociaux, sans nous attarder sur le pourquoi ou le comment de ses choix. Selon le chercheur, les conflits sociaux portent sur la possibilité de réaliser ou non une action – l’avortement, la construction d’un aéroport à Notre-Dame-des-Landes, ou, ici, l’extermination du loup. L’originalité de sa démarche est de considérer l’espace « où sont définies des actions possibles » (10) comme étant sémantique. Pour Lescano, le sémantique est le lieu des régularités du discours, le lieu où se définit ce qui peut être dit dans une situation donnée. En considérant que ce qui est dit est appréhendé par le chercheur en termes d’actions verbales, nous comprenons aisément que le sémantique soit le lieu où se définissent les actions verbales. En ce qui concerne les actions non-verbales, Lescano considère que celles d’entre elles « qui comptent dans une société, les actions sociales, sont celles qui “ont du sens” » (ibid.). Elles sont liées à la dimension sémantique des conflits sociaux, mais, précise Lescano, ce lien n’a rien d’évident : un berger peut mener son troupeau de la plaine à la montagne sans qu’il soit dit transhumer. Ce sont les discours qui actualisent le lien entre le sémantique et les actions non verbales. La dimension sémantique est donc centrale pour Lescano en ce qu’elle définit, au sein d’un conflit social, les actions possibles, verbales certes, mais également non verbales.

5Ayant en tête qu’il considère les conflits sociaux comme portant sur les actions qu’il est possible d’effectuer, nous pouvons sur ce point éloigner sa démarche de celle présentée par Amossy (2014) qui écarte de son étude les actions non verbales : « la polémique reste par définition dans le cadre de la communication verbale » (2014 : 225). Plus que de ne pas la concerner, la violence physique – ou l’incitation verbale à la violence – risquent même de menacer la fonction de la polémique de « coexistence dans le dissensus » propre aux démocraties pluralistes « où chacun a le droit non seulement de maintenir, mais aussi d’essayer de faire prévaloir sa position dans ses composantes idéologiques et identitaires » (2014 : 215). Selon Lescano, la violence des actions n’entrave en rien le fonctionnement d’un conflit social : si un éleveur en vient à tuer un loup, c’est que cette action a été rendue disponible par des discours. Quelle différence alors avec une démarche argumentative qui définirait le conflit comme mettant en scène des individus qui tenteraient de persuader d’autres individus qu’il faut ou ne faut pas effectuer l’action d’exterminer le loup en France ? Certes, les tenants de la nouvelle rhétorique envisagent l’argumentation en tant qu’« elle se propose de provoquer une action ou d’y préparer, en agissant par des moyens discursifs sur l’esprit des auditeurs » (Perelman et Olbrechts-Tyteca 2008 : 62), mais ce n’est pas parce que Lescano propose également un lien entre les discours et les actions non verbales que nous devons nous méprendre : il ne considère pas les discours comme agissant « sur l’esprit des auditeurs ». Les discours agissent sur et seulement sur la dimension sémantique des conflits sociaux dans laquelle sont définies les actions verbales et non verbales qu’il est possible de faire. Ils participent à rendre des actions disponibles en travaillant, modifiant, cette dimension sémantique.

6En somme, Lescano ne se soucie guère de l’auditoire, et c’est là, nous pensons, une originalité par rapport aux études effectuées sur la polémique dans le champ de l’argumentation rhétorique. Certes, Amossy (2014) et Angenot (2008) admettent que les polémiques, les « dialogues de sourds », ne peuvent être considérées comme ayant pour but de mener à un commun accord. Cela dit, Angenot (2008 : 441), en affirmant que l’individu argumente pour se positionner en s’adressant à un « auditoire universel », « cet être de raison devant lequel, même si nul ne m’écoute ou nul ne m’approuve, je semble chercher encore à me justifier », et Amossy (2014), en concédant l’existence d’un « auditoire universel » relatif à des cultures – admettant ainsi la multiplicité des rationalités – n’évacuent pas l’auditoire mais le lient à la question de la raison, ce que ne fait pas Lescano. Les deux chercheurs ne portent bien sûr pas la même attention à la raison : si la polémique montre, pour Amossy, qu’il existe des « rationalités alternatives » (2014 : 219), celles auxquelles Angenot s’intéresse quant à lui permettent de montrer l’existence de « coupures de logiques argumentatives » (2008 : 15). En cela, ils s’écartent certes tous deux différemment « de la notion classique de logos comme force de l’argumentation à amener un accord qui dépasse la subjectivité individuelle et donne un fondement à l’action collective » (Amossy 2014 : 218) ; mais ils étudient tout de même tous deux la polémique sous le prisme de la rationalité. S’inscrivant dans la lignée de la théorie de l’Argumentation dans la Langue (désormais ADL) élaborée par Anscombre et Ducrot, Lescano efface la question de la raison au profit de celle du sémantique. En effet, l’argumentation n’est pas considérée par l’ADL comme discursive, mais comme linguistique. Le terme « argumentation » est alors à appréhender dans un sens tout autre que celui que lui associe la tradition rhétorique : il n’est pas question de raisonnement. Ducrot (2004) va jusqu’à déconsidérer que le caractère persuasif de l’argumentation rhétorique soit lié au logos. Dans un segment « A donc C », le passage à la conclusion C n’est pas de l’ordre de la justification mais est déjà présent dans l’argument A et « le contenu même de l’argument ne peut se comprendre que par le fait qu’il conduit à la conclusion » (Ducrot 2004 : 7). Dire « elle a travaillé » c’est déjà dire la conclusion « elle a réussi ».

1.2. Sémantique et discours

7« L’idée d’un espace sémantique externe aux textes et aux individus », souvent appelé « formation discursive », issue des fondements de l’AD dite « à la française » est primordiale pour Lescano, qui s’inspire des outils de cette dernière tout en les critiquant.

1.2.1. Des « formations discursives » de Foucault, Pêcheux, Maingueneau et Laclau et Mouffe à « l’espace sémantique » de Lescano

8Pour bien comprendre l’importance accordée au sémantique par le chercheur, il nous semble nécessaire de résumer le premier chapitre de son livre, « Formations ». Il permet de poser les jalons théoriques des Prolégomènes en comparant quatre théories qui ont pensé la notion de « formation discursive », passées au crible de quatre questions : comment le lien entre le discours – c'est-à-dire les énoncés – et le sémantique – entendu comme le lieu des régularités de ce qui peut être dit – est-il pensé ? Comment ce concept permet-il de penser la notion d’identité sociale et la temporalité des événements discursifs ? Quelle place font ces théories à la conflictualité ? Présentons, très brièvement, ces quatre théories.

9Lescano débute par le Foucault de l’Archéologie du savoir. Ce dernier conçoit l’énoncé comme un événement et s’attarde à en décrire les conditions de surgissement. C’est ce que lui permet de faire des formations discursives des « régimes de surgissements d’énoncés » (Lescano 2023 : 15) ; « une formation discursive est ce qui rend les énoncés énonçables » (Foucault 1969 : 157). C’est un « “système de dispersion” identifiable à une “régularité” » (Lescano 2023 : 15), formule peu claire qui revient à placer les énoncés, c’est-à-dire la « dispersion », et le sémantique, c’est-à-dire la « régularité », sur un même plan, ce qui est, pour Lescano, regrettable.

10Vient ensuite la description des formations discursives telles que pensées par Pêcheux dans Les vérités de La Palice. Pêcheux s’inscrit dans la lignée d’Althusser qui décrit le fonctionnement social en prenant pour appui la structuration établie par Marx et Engels posant l’infrastructure – ce qui est relatif à la production – comme déterminant la superstructure – l’Idéologie. Althusser défend que l’individu est sujet parce qu’il est toujours interpellé par l’Idéologie. Pour Pêcheux, cette interpellation est d’ordre sémantique : « c’est au moment où l’individu prend pour évident le sens des mots et des phrases entendues ou proférées qu’il devient sujet » (Lescano 2023 : 26). Elle a lieu dans les formations discursives qui déterminent « ce qui peut et doit être dit » (Haroche, Henry, Pêcheux 1971 : 102). Ces dernières sont elles-mêmes prises dans des « formations idéologiques » – « un ensemble complexe d’attitudes et de représentations qui ne sont ni “individuelles” ni “universelles” mais se rapportent plus ou moins directement à des positions de classes en conflit les unes par rapport aux autres » (Pêcheux et al, 1971 : 102) –, elles-mêmes dépendantes des rapports de production. Lescano retient de Pêcheux l’idée que les formations discursives sont d’ordre sémantique, mais regrette que, dans cette théorie, les discours n’aient pas de prise sur ces dernières et que leurs modifications soient un effet des transformations survenues dans l’infrastructure. Non seulement, selon Lescano, les discours agissent sur les formations discursives, mais de plus, alors qu’il entend situer la conflictualité dans le sémantique, Pêcheux la situe dans les rapports de production.

11C’est l’importance qu’il accorde à la conflictualité qui mène Lescano à se tourner vers La Sémantique de la Polémique de Maingueneau, une « tentative intégrale de théorisation portant sur des configurations sémantiques constitutivement conflictuelles » (Lescano 2023 : 35). Maingueneau a pour objet les « espaces discursifs », c’est-à-dire les polémiques. L’espace discursif que Maingueneau étudie oppose le jansénisme et l’humanisme dévot au 17e siècle. Il est composé de deux « formations discursives », assimilables à des positionnements : le jansénisme et l’humanisme dévot. A chaque espace discursif correspond un « modèle » et à chaque formation discursive un « sous-modèle » qui organisent les discours, ce sont les lieux du sémantique. Les sous-modèles sont dans un rapport de traduction réciproque, ils existent dans un rapport antagonique d’inter-incompréhension. C’est là ce que retient Lescano de cette proposition : les configurations sémantiques que propose Maingueneau sont intrinsèquement conflictuelles. En revanche, il regrette que ces formations discursives ne soient que « des machines à engendrer des discours » (40) sur lesquelles ces derniers n’ont aucune prise. Alors que Maingueneau pense une formation immuable pour chaque positionnement, Lescano s'accorde avec Laclau et Mouffe (1985) pour penser une configuration générale, mêlant les diverses identités sociales construites par le discours.

12Dans Hégémonie et stratégie socialiste. Vers une radicalisation de la démocratie, Laclau et Mouffe, politologues, « fournissent une conceptualisation des antagonismes sociaux qui est une “théorie du discours” » (Lescano, 2023 : 45). Le discursif inclut pour eux toutes pratiques sociales, ils excluent la possibilité d’un plan non-discursif, « les rapports sociaux, les institutions, se constituent dans et par le discours, sans aucune référence à un ailleurs non-discursif » (46). Lescano regrette que les chercheurs utilisent le terme de discours « pour caractériser aussi bien les formations discursives que les pratiques discursives qui les constituent et les transforment ». Pourtant, poursuit-il, si on accepte que ce sont bien deux plans différents, il est possible de caractériser le type de lien entre les énoncés – les pratiques discursives – et le sémantique – les formations discursives :

contrairement aux approches de Foucault, de Pêcheux et de Maingueneau, celle de Laclau et Mouffe conçoit les productions linguistiques comme des matérialités agissantes, comme porteuses d’une force transformatrice et non seulement expressive. Les entités et les relations qui constituent une formation discursive sont le fragile résultat de l’activité linguistique (48).

13Lescano retient de la proposition de Laclau et Mouffe la précaire stabilité des formations discursives conçues comme des zones d’interventions des discours sans cesse modifiées par ces derniers. Ces zones, le chercheur les appelle « espaces sémantiques ».

1.2.2. Une considération qui se tient à distance de l’AD autant que de la Pragmatique

14C’est précisément dans cette façon de considérer le rapport entre discours et espace sémantique que Lescano peut faire dialoguer la sémantique et l’analyse du discours. Elle implique de ne pas uniquement porter son attention, pour une étude sémantique, sur la langue comme un système clos, ou pour une étude d’AD, sur les pratiques sociales – c'est-à-dire les « sphères d’activités » ou les « lieux d’activités » (Maingueneau 2014 : 66-67) – comme définissant ce qu’il est possible de dire. Lescano renverse ce dernier postulat et affirme qu’« une approche qui voit dans les discours des modes d’intervention (plutôt que d’ “expression” ) conçoit les textes comme participant à donner forme aux pratiques sociales – dont les pratiques discursives – disponibles » (2023 : 128).

15Attirons ici l’attention du lecteur sur l’expression « modes d’intervention ». Intervenir dans un conflit social c’est, pour Lescano, renforcer ou affaiblir des possibilités d’actions discursives et non discursives. S’il lie le dire à l’agir, Lescano se différencie pourtant de la pragmatique : parler, ce n’est pas faire ce que l’on dit faire, c’est produire une intervention qui va travailler l’espace sémantique afin de renforcer ou diminuer des entités sémantiques rendant disponibles des actions discursives ou non discursives.

1.3. L’ancrage spinoziste

16Les diverses entités qui peuplent l’espace sémantique sont des « puissances d’agir », terme que le chercheur emprunte à Spinoza. Nous pouvons regretter que Lescano ne décrive pas davantage cette tradition philosophique qui structure pourtant sa théorie, ni les raisons qui le poussent à voir cette tradition comme une troisième voie permettant « une synthèse qui dépasse ces deux traditions » (Lescano 2023 : 12) que sont la sémantique et l’AD. Écrire qu’« embrasser le fait sémantique à l’aide de l’ontologie des puissances d’agir fait apparaître les unités de sens du conflit comme des forces d’action dont la disponibilité varie, en fonction notamment des effets des interventions sur le conflit » (ibid.) nous semble certes évoquer les choix épistémologiques offerts par cette tradition philosophique, mais ne nous semble pas justifier d’y voir la synthèse dont il est question. Par ailleurs, les références conceptuelles à cette philosophie ne sont pas toujours verbalisées.

17Tentons une interprétation de cet ancrage spinoziste. Selon Spinoza, toute chose, tout « corps », est une modalité d’expression d’une substance unique et infinie qu’il appelle Dieu. Nous sommes des modes d’agir singuliers de la substance, au même titre qu'une abeille, qu'une fleur, est une expression de la substance. Face au postulat aristotélicien d’une multiplicité des substances qui auraient chacune une finalité, le philosophe critique cette idée de finalité d’un corps : les girafes n’ont pas un grand cou pour manger de l’herbe en hauteur, mais leur modalité d’être est de désirer manger de l’herbe en hauteur. C’est là leur puissance d’agir, l’expression de leur désir. Cette puissance d’agir est au départ sans limite, elle n’est restreinte que par une cause extérieure qui va l’augmenter ou la diminuer. Par exemple, la puissance d’agir d’un arbre serait de grandir, se verrait diminuée par un autre corps que serait un plafond ou augmentée par une météo et un sol propices. Revenons sur l’utilisation du terme de « puissance d’agir » par Lescano. Nous l’avons vu, l’espace sémantique est conçu comme une zone d’intervention des discours : par exemple, l’espace sémantique autour de la question du loup constitue la zone d’intervention des discours qui s’inscrivent dans ce conflit. Certes les discours mettent en production les puissances d’agir que sont les entités sémantiques, mais surtout, ils augmentent ou diminuent la possibilité qu’elles soient à nouveau sollicitées. Ces dernières sont sujettes à une diminution ou augmentation de leur puissance par les discours.

2. Explication critique et étude comparative de la théorie

18Lescano ne justifie pas le plan de son livre dans son avant-propos, mais celui-ci suit pourtant une logique bien précise. Après avoir situé sa démarche dans un premier chapitre sur lequel nous ne reviendrons pas, il s’attarde dans les chapitres II et III à décrire le plan sémantique des conflits sociaux, avant d’en décrire le plan discursif dans son chapitre IV. De là, il peut, dans son chapitre V, détailler la façon dont les discours interviennent sur les espaces sémantiques des conflits. Étant donné qu’il appréhende les identités sociales comme étant le résultat d’opérations discursives prenant forme à l’intérieur de l’espace sémantique, c’est une fois décrit ces deux niveaux et les liens qu’ils entretiennent que Lescano s’attarde sur celles-ci, les « corps », dans son chapitre VI. Cela ouvre alors la voie à deux autres considérations : d’abord, à ces « corps » que vont incarner les individus sont associées des actions rendues disponibles par le conflit – c’est là le sujet du chapitre VII –, ensuite, ces « corps » sont liés entre eux, par des « agencements » de différents types que détaille le chapitre final.

2.1. Sémantique

19Commençons donc, comme le fait Lescano, par décrire la dimension sémantique des conflits sociaux. L’espace sémantique d’un conflit social émerge avec ce conflit en constituant une zone d’intervention des discours où se rendent disponibles des modes d’actions propres à une situation sociale. Lescano retrace par exemple l’apparition de l’espace sémantique du conflit sur le loup. En 1992, la publication d’un article sur la présence attestée du loup en France installe une entité sémantique, que nous notons pour l’instant [retour du loup en France]. Lorsque plusieurs entités sémantiques sont installées par les discours sur « une même zone de l’espace socio-politique » (182), cette zone est rendue identifiable : c’est là la création de l’espace sémantique. Une fois constitué, cet espace sémantique évolue. En 1993, un loup est abattu par un éleveur à la suite de quoi le Ministère de l’Agriculture et de l’Environnement « interdit de tuer ou capturer des loups » (94). Une nouvelle entité sémantique est alors installée dans l’espace sémantique, notons-la [protection du loup fragile]. Cette dernière rend possible des actions discursives – telle que la mise en place d’un dispositif législatif de sanctions pour lutter contre l’élimination des loups – et non discursives – telle que celle des éleveurs qui « rangent leurs fusils et s’organisent pour défendre leurs intérêts » (ibid.). Cela dit, si elles peuvent être liées à des actions, les puissances d’agir qui composent les espaces sémantiques ne sont pas des actions. Elles sont des entités sémantiques qui fournissent les « points d’impacts potentiels pour [la] parole » (101) et qui font partie des zones d’intervention que sont les espaces sémantiques. Attardons-nous sur la plus élémentaire, celle de « programme ». Pour décrire cette entité sémantique, il est nécessaire de poser les jalons de la Théorie des Blocs Sémantiques (TBS).

2.1.1. La TBS

20Afin de trouver une théorie sémantique utile à la description des conflits sociaux, Lescano se tourne vers la théorie de l’Argumentation Dans la Langue (ADL) élaborée par Anscombre et Ducrot. Nous l’avons vu, l’argumentation n’y est pas considérée comme discursive, mais linguistique. Rappelons que, pour Anscombre et Ducrot, dans un segment « A donc C », le passage à la conclusion C est déjà présent dans l’argument A – nous avions donné l’exemple suivant : dire « elle a travaillé » c’est déjà dire la conclusion « elle a réussi ». Cette théorie a mené les deux chercheurs à élaborer la Théorie des Topoï qui pousse ce principe en posant que A et C mobilisent des propriétés interreliées dans un rapport graduel de type [plus on travaille, plus on réussit]. Si Lescano prête une attention particulière à ces théories, c’est en ce que le chercheur S. Žižek caractérise le programme de l’ADL comme « “la version la plus élaborée” des approches qui cherchent à dévoiler la manière dont les mots véhiculent des prises de position naturalisées » (Lescano 2023 : 68). En posant des relations conclusives entre des propriétés interreliées indépendantes « de toute donnée informative, descriptive ou objective » (70), l’argumentation ne relève plus de prises de position justifiées dans lesquelles il s’agirait de donner la meilleure description du monde, mais naturalisées en ce qu’elles seraient inscrites dans la langue.

21Cette approche, Marion Carel la critique pourtant pour être informative. Le concept de topos, qui pose des binômes de propriétés, suppose l’existence de propriétés qui peuvent être décrites indépendamment l’une de l’autre par une donnée informative. La linguiste entend résoudre cette contradiction en remplaçant la notion de topos par celle de « prédicat argumentatif », une unité indécomposable, « une structure sémantique “atomique” » (Lescano 2023 : 71). Ces prédicats, appelés « aspects argumentatifs », peuvent être manifestés par différents énoncés paraphrasables sous la forme d’« enchaînements ». L’énoncé « Anna est prudente » peut être paraphrasé par « S’il y a du danger, Anna prendra des précautions » qui formule l’aspect DANGER DC PRÉCAUTION – le connecteur DC correspond à « donc » – présent dans la signification lexicale de « prudent ». L’interdépendance entre Danger et Précautions est conçue comme un bloc sémantique qui peut être appréhendé de quatre manières selon que l’aspect est « normatif » (DC) ou « transgressif » (le connecteur PT correspond à « pourtant ») :

DANGER PT NEG PRÉCAUTIONS

NEG DANGER PT PRÉCAUTIONS

DANGER DC PRÉCAUTIONS

NEG DANGER DONC NEG PRÉCAUTIONS

  • 1 Lescano 2016 : 183. Notre traduction. Texte d’origine : « ya que creemos que ésta es la que permite (...)

22Notons que, outre la critique de la notion de topos, le choix d’avoir recours à la TBS n’est pas explicité par Lescano alors même qu’il écrit dans son article « El signo de la polémica » : « Nous pensons que [la structure interne de l’aspect] permet de mener à bout le potentiel “idéologique-critique” que Žižek (2003) observe dans le paradigme ducrotien et que nous entendons mettre au service de l’étude de la polémique »1. Cet énoncé permet bien mieux de comprendre ce que Lescano retient de la TBS que la description qu’il en donne dans son livre : l’inhérente conflictualité de l’entité « aspect ».

2.1.2. Les programmes

23Le linguiste utilise l’interdépendance argumentative telle que pensée par Carel pour décrire les éléments sémantiques sur lesquels les énoncés-de-conflits agissent, les « programmes », tout en l’éloignant de son but premier : la description du lexique. Il s’agit ici pour lui de décrire un conflit, et donc « les interrelations sémantiques existant dans un espace public » (105). Les appréhensions des blocs sémantiques n’existent plus seulement comme significations lexicales ou composantes d’un énoncé, mais également « en tant qu’élément d’un espace sémantique collectif ». Cet élément est appelé « programme », une « puissance d’agir située et précaire, dont la structure interne est déterminée par un schéma sémantique normatif ou transgressif » (ibid.). Ces « puissances d’agir » définissent des actions disponibles au sein d’un conflit donné, « comme les actions “autorisation à tuer le loup dans le cadre de la protection des troupeaux” ou “déclaration d’illégalité de l’arrêté préfectoral autorisant le prélèvement du loup” » (109).

24De ces considérations théoriques découlent des conséquences formelles. Ces schémas, étant donné que les unités sémantiques peuvent être liées à des pratiques non discursives – telle que celle de tuer le loup – et comme le chercheur a pour ambition l’étude des langues et non d’une langue, ne doivent pas être définis selon une série fermée de conjonctions. Lescano adopte « l’hypothèse forte du caractère intersémiotique de ce lien sémantique » (108). Ce changement de perspective est marqué par le passage de DC et PT à → et ⇸ dans le nom des schémas.

25La TBS observe des « aspects », entités fournies par la langue, alors que la théorie présentée ici – appelée « Programme des programmes » – observe des « programmes », entités qui existent seulement dans l’espace sémantique dans lequel elles sont mises en production. De fait, alors que l’aspect n’entretient de liens sémantiques qu’avec les autres aspects du même bloc sémantique, les programmes peuvent être en relation avec des programmes qui n’appartiennent pas au même bloc sémantique mais qui sont mis en production dans le même espace sémantique. Si, dans un espace sémantique, « la mise en production d’un programme est rendue inséparable de celle d’un autre » (111), nous sommes face à un « programme complexe ». Le chercheur soutient par exemple que les programmes [le loup avait été éradiqué ⇸ le loup est revenu], [le loup était en Italie → le loup est en France] et [NEG le loup était présent à tel endroit à tel moment ⇸ le loup est présent à tel endroit ensuite] forment le programme complexe du « retour naturel ». Il prend pour exemple 1), dans lequel les trois programmes construisent respectivement « le “retour du loup” », l’idée que « quelque chose à proximité de x, favorise le passage de cette chose à x » et « un loup progressant dans le territoire » (ibid.) :

1) « Naturellement revenus (retour) en France au début des années 1990 par l’Italie (proximité) et durablement installés dans les Alpes, les loups ne cessent de coloniser de nouveaux territoires : partie orientale des Pyrénées, Massif central, Vosges, Haute-Marne et plus récemment l’Aube (progression) » (112).

26La mise en production d’un programme peut rencontrer des obstacles qui affaibliront la probabilité qu’il soit à nouveau mis en production : sa « stabilité » en est affectée – nous renvoyons sur ce point aux travaux de Zoé Camus (2020 et 2023). La « valeur » d’un programme est composée des trois éléments que nous venons d’évoquer : ses relations avec d’autres programmes, sa mise en production et sa stabilité. Elle lui est inhérente : sans sa valeur, un programme est réduit à être un schéma abstrait. Un même schéma peut de ce fait apparaître dans différents programmes.

2.2. Les liens entre discours et espace sémantique

27Selon Lescano, la couche discursive d’un conflit est composée d’énoncés et de textes « indexés » à ce conflit, c’est-à-dire de textes qui « opèrent » sur l’espace sémantique de ce conflit, le travaillent, le modifient. De ce fait, les « espaces sémantiques » sont ouverts – ils peuvent intégrer de nouveaux éléments – et instables. S’ils conditionnent la parole, c’est seulement en ce qu’ils en fournissent les « points d’impacts potentiels » (101), les « programmes ». Ainsi, affirme-t-il, plutôt que de considérer l’espace sémantique comme participant au sens des textes à la manière de la sémantique interprétative de Rastier (1994), de la linguistique textuelle d’Adam (2005), ou même de la TBS, il entend « établir le travail que les textes effectuent sur l’espace sémantique du conflit » (Lescano 2023 : 133). Comment un texte peut-il travailler, modifier un espace sémantique ?

2.2.1. « Investir » ou « combattre »

28Souvenons-nous, la productivité d’un programme est déterminée par sa « mise en production ». Lescano distingue deux types de mise en production. La « productivité générale » d’un programme concerne sa visibilité : un discours augmente la productivité générale d’un programme à partir du moment où il met en production ce programme. La « productivité spécifique » concerne son accomplissement. Il faut qu’un discours affecte positivement le programme pour parler de productivité spécifique. Qu’est-ce qu’affecter positivement ? Par exemple, les discours qui décrivent les idéaux à défendre dans un conflit affectent positivement des programmes grâce à une opération que Lescano nomme « investissement ». C’est le cas de 2) :

2) « “On ne sait plus comment se débarrasser de ce fléau. On veut que l’État réponde”, déclare Rémi Leconte de la Fédération régionale ovine » (151).

29Cet extrait investit le programme suivant : [on ne sait pas comment se débarrasser du fléau qu’est le loup → on veut que l’État réponde]. La particularité de l’opération d’investissement est de renforcer « la capacité de ce programme à produire de nouveaux discours » (150). Une seconde famille regroupe des opérations qui affectent négativement les programmes, et n’augmentent donc pas leurs productivités spécifiques. C’est le cas par exemple de l’opération de « combat ». L’énoncé « NON – Le loup n’est pas une espèce rare et menacée » (155) combat le programme [le loup est menacé → le loup doit être protégé] qui pourrait être investi par des énoncés affirmant la nécessité de préserver l’espèce.

30Agir grâce à une opération sur un programme, c’est mobiliser un « mode d’intervention » de type < opération [programme] >, ou, pour reprendre le dernier exemple, < combattre [le loup est menacé → le loup doit être protégé] >. Un programme est toujours mis en production dépendamment d’un mode d’intervention et, nous l’avons vu, les modes d’intervention affectent la productivité des programmes. Les modes d’intervention sont, comme les programmes, des unités sémantiques, mais leur particularité réside en ce que les actions qu’ils effectuent visent des programmes et sont donc également méta-sémantiques.

31Retrouvons-nous là, en fin de compte, l’affirmation d’Amossy selon laquelle « la polémique ne peut être perçue comme telle sans que soit repéré et reconnu le discours attaqué dans le texte de l’attaquant » (2014 : 62) ? Si l’on entend par « discours » dans l’énoncé d’Amossy, non pas la matérialité même des énoncés attaqués, mais les possibilités d’actions discursives, nous pouvons dire que l’on s’en rapproche. Cela dit, combattre un programme, ce n’est pas « attaquer » une position dans un conflit : combattre un programme, c’est faire en sorte que les actions discursives et non-discursives auxquelles il est lié ne puissent plus être produites. Nous sommes là aussi loin du postulat posé par Angenot (2008) selon lequel « les diverses visions du monde diffèrent non par leurs thèmes mais par la façon dont elles sont argumentées et justifiées » (2008 : 277) : il n’est en aucun cas ici question de la forme que prennent les discours à partir des programmes, que ce soit pour les investir ou les combattre. La conflictualité s’exerce au niveau sémantique. S’agit-il alors de systèmes de traductions des possibilités du discours adverse comme le pose Maingueneau (1983) ? « Combattre » un programme, ce n’est pas le traduire, c’est lui donner une nouvelle place dans l’espace sémantique là où les entités sémantiques posées par Maingueneau sont préexistantes au discours qui ne peut les modifier. Par exemple, si un programme est massivement investi, une nouvelle action est rendue possible sur ce programme : il peut être « naturalisé ».

2.2.2. « Naturaliser » : des prémisses indiscutables ou des présupposés ?

32La « naturalisation » fait partie, avec l’investissement, des opérations qui affectent positivement un programme. Ce dernier est alors présenté comme évident, soustrait à la discussion. Lescano donne l’exemple d’un communiqué de presse qui débute par « Face à l’expansion continue du territoire du loup... » (156), naturalisant ainsi le programme [temps qui passe → expansion du territoire du loup].

33Ce phénomène de soustraction des éléments à la discussion est bien connu des études d’argumentation rhétorique. La « naturalisation » pourrait par exemple nous faire penser à des « scripts ou stocks d’arguments mobilisables » (Plantin, 2005 : 68, dans Amossy 2014 : 167). Ce sont des arguments qui, parce qu’ils circulent fortement dans l’espace public, n’ont plus à faire l’objet d’une démonstration. Nous voyons-là la différence avec la « naturalisation » : cette dernière est une opération sur des éléments sémantiques, les entités naturalisées ne sont pas des « raisonnements logiques » (Amossy 2014 : 167).

2.2.3. Mémoire discursive et interdiscours

  • 2 Berrendonner définit les discours comme « l’ensemble des matériaux sémiotiques mis en œuvre par les (...)

34L’espace sémantique garde en mémoire ces différentes interventions qui stabilisent ou déstabilisent des programmes. Précisons que cette mémoire n’a pas grand-chose à voir avec la « mémoire discursive » telle qu’élaborée par Berrendonner. Alors que cette dernière se définit comme « l’ensemble évolutif de représentations publiquement partagées qui s’élabore ainsi coopérativement au long d’un discours »2 (Groupe de Fribourg 2009 : 22), l’espace sémantique garde en mémoire des entités sémantiques – ce ne sont pas les matérialités discursives, les énoncés, que l’espace sémantique garde en mémoire – autres que celles sollicitées de l’interaction. Il n’y a pas, pour Lescano, de coopération.

35Si l’« interdiscours » de Pêcheux, compris comme lieu où se forment des évidences discursives, pourrait sembler se rapprocher de ce que Lescano entend décrire ici, il est selon lui dangereux de faire ce rapprochement qui trahit théoriquement Pêcheux : l’interdiscours tel que pensé par Pêcheux est relatif au conflit « social-matrice qui est la lutte des classes », et non pas à un conflit spécifique tel que celui du loup. Autre argument avancé par le chercheur : « l’interdiscours n’est pas de nature sémantique » (Lescano 2023 : 54), il « ne fait que transmettre aux formations discursives [rappelons qu’elles sont, chez Pêcheux, le lieu du sémantique] ce qui se détermine, « en dernière instance », ailleurs » (33).

2.3. Les identités sociales : des « corps »

36Reprenons notre description de la théorie. Les modes d’intervention intègrent des programmes – le mode d’intervention < combattre [le loup est menacé → le loup doit être protégé] > intègre le programme qu’il combat – qui intègrent eux-mêmes des blocs sémantiques, ici le bloc qui lie « le loup est menacé » à « le loup doit être protégé ». Qu’est-ce qui intègre les modes d’intervention ? Y a-t-il une entité sémantique composée de ces différentes opérations sur des programmes ? Lescano soutient que c’est là le rôle de ce que l’on nomme habituellement « identités sociales ».

2.3.1. Les « corps »

37S’appuyant sur les travaux de Laclau et Mouffe, le chercheur décrit les identités de la manière qui suit :

ce que l’on traite en général au titre de l’« identité sociale » apparaît comme le résultat précaire d’opérations discursives, existant sous la forme d’une organisation sémantique instable et ouverte, intrinsèquement conflictuelle, développée à l’intérieur d’un espace sémantique propre à une conjoncture, et dont les éléments sont des supports pour des relations (186).

38Les « identités sociales » sont, pour Lescano, sémantiques. Elles ne sont pas des substances humaines ou sociales mais des « corps », concept spinoziste qui « définit une catégorie ontologique : il s’agit d’une pure puissance d’agir en changement permanent » (Lescano 2023 : 187). Un corps est un répertoire de modes d’intervention qui n’a pas de bords et dont chaque unité peut être intégrée à un autre corps.

39Ce qui permet au corps de faire corps, c’est l’association de ces modes d’intervention à un même nom, grâce à une signature par exemple, comme « Cap Loup » à la fin d’un communiqué, ou à une dénomination, comme un article non signé auquel on associerait le nom du journal dans lequel il paraît, « Libération ». La signature ou la dénomination ne réfèrent à aucune entité et sont des matérialisations incorporées, produites par un corps, de ce que Lescano appelle un « attracteur », « c’est-à-dire [un] centre organisateur d’une multiplicité de modes d’intervention » (192). Afin d’expliciter cette idée, prenons cet extrait d’un communiqué de presse des Jeunes Agriculteurs :

3) « Nous refusons que nos animaux soient sacrifiés et demandons purement et simplement l’extermination du loup sur notre territoire » (Lescano 2023 : 191).

40Ce communiqué mobilise le mode d’intervention < investir [le loup sacrifie nos animaux → exterminer le loup] > et participe à faire entrer ce mode d’intervention dans le corps qui s’organise autour de l’attracteur « Jeunes Agriculteurs ». Des actions discursives du même type pourront être accomplies par d’autres discours signé « Jeunes Agriculteurs ». Précisons que les identités collectives qui n’apparaissent pas sous la forme de signature ou de dénomination, ces noms communs tels que « écologistes », « éleveurs » ou « citoyens », sont tout autant des attracteurs que les noms propres : « un attracteur est manifesté en discours dès lors qu’une parole surgit au nom de quelque entité » (215).

41Il s’agit maintenant de préciser la façon dont la parole est associée à cette entité : elle peut être revendiquée par cette entité ou attribuée à cette entité. Pour différencier ces deux manières d’incorporer les modes d’intervention à un corps donné, Lescano distingue les « orientations » des « affections ». Les modes d’intervention associés à un corps par un texte ayant pour signature l’attracteur de ce corps sont des orientations. Le mode d’intervention < investir [le loup sacrifie nos animaux → exterminer le loup] > mobilisé dans le communiqué de presse des Jeunes Agriculteurs cité plus haut est une orientation du corps Jeunes Agriculteurs. En revanche, les modes d’intervention associés à un corps par la matérialisation de l’attracteur de ce corps dans un texte ayant pour signature un autre attracteur sont appelés « affections ». Une affection est une orientation d’un autre corps. Par exemple le titre suivant d’un billet du blog « Le loup dans le Haut-Diois » :

4) « Loup, la vision intégriste soutenue par Ferus » (Lescano 2023 : 207)

42mobilise le mode d’intervention < naturaliser [il y a une nécessité d’évolution ⇸ Ferus refuse d’évoluer] > qui est une affection du corps Ferus et une orientation du corps Le loup dans le Haut-Diois.

43La conception des identités sociales que propose Lescano est donc radicalement différente de la vision qu’en a Maingueneau (1983) : face à des positions qui correspondent à des systèmes sémantiques stables sourds l’un à l’autre, Lescano propose des « corps » dont la composition sémantique est sans cesse renouvelée, notamment par les discours de l’opposant. Sa proposition est également bien éloignée de la distinction entre actants et acteurs proposée par Amossy pour l’étude de la polémique. Les acteurs sont « des “individus concrets qui soutiennent ces discours” (Plantin, 2003 : 283) », et se situent sur le plan de l’énonciation. Elle poursuit :

Ces voix concrètes sont prises dans une orchestration qui finit par dessiner deux ensembles diamétralement opposés : on n’est plus alors sur le plan de l’énonciation, mais sur celui de la structure actantielle qui met aux prises un Proposant et un Opposant face à un Tiers. Il ne s’agit pas ici de personnes, mais bien de rôles (Amossy 2014 : 58-59).

44Plusieurs points ici. Les corps de Lescano pourraient également être considérés comme se situant sur le plan de l’énonciation, mais une énonciation telle que la pense Ducrot (1984), c’est-à-dire qui prend soin de distinguer le sujet parlant, l’être du monde qui matérialise l’énoncé, du locuteur, l’être de discours qui se donne pour responsable de l’énoncé. En ce sens, Lescano s’inspire de Ducrot : les corps sont des êtres construits par les discours. S’il n’est plus question d’un être de discours responsable de l’énoncé mais d’entités sémantiques réunies sous un même attracteur, les deux concepts s’écartent d’un engagement du sujet parlant dans l’énoncé. C’est là tout le contraire que propose Amossy en supposant « des sujets profondément impliqués dans le débat » (2014 : 64). Les individus, pour Lescano, ne font qu'incarner des corps, qui ne sont pas des actants : la structure conflictuelle du conflit ne lui précède pas, mais chaque énoncé participe de sa construction.

2.3.2. Du programme à l’action, de l’action au programme

45Les modes d’interventions sont des actions rendues disponibles pour le corps auquel elles sont associées, elles portent sur les éléments de l’espace sémantique que sont les programmes. Mais ces actions ne sont pas les seules disponibles pour un individu qui incarne un corps : des actions dans le monde sont également rendues disponibles grâce aux programmes. Qu’est-ce qui permet de faire le lien entre ces entités sémantiques et une activité dans le monde ?

46Selon Lescano, cette relation connecte arbitrairement des éléments hétérogènes. Les programmes liés à une action se connectent à elle dans un « agencement », « au sens que donnent à ce terme Deleuze et Guattari : connexion signifiante, précaire, entre des éléments hétérogènes » (Lescano 2023 : 226). Cette connexion « est le résultat d’interventions discursives » (ibid.) : l’action n’est pas préétablie dans le programme mais l’accomplissement est là car l’action est dite « accomplir » le programme et vice-versa. Ainsi, les programmes ne préfigurent pas des actions au sens strict mais « la possibilité d’être agencé arbitrairement et conflictuellement à des actions » (226). Lescano prend pour exemple le cas de l’éleveur du village d’Entrages qui, en 2014, détenant un permis délivré par la préfecture, tue un loup qui rodait autour de son troupeau. L’action de l’éleveur est liée au conflit qui nous intéresse parce qu’elle est agencée au programme [des loups ont attaqué le troupeau → un loup a été tué], programme qui « existe dans un espace sémantique spécifique, celui du conflit du loup, a un certain degré de productivité spécifique, est intégré à certains modes d’intervention, est orientation de certains corps, a une certaine stabilité et se trouve pris dans de nombreuses relations » (225). Si nous avons parfois l’impression que certains programmes préfigurent l’action avant même qu’elle soit effectuée – c’est le cas des textes de loi –, c’est que ces agencements sont solidement établis. Lescano appelle « mode de vie de x les actions disponibles pour tout individu incarnant un corps x » (231).

En guise de conclusion : structuration du conflit et sémantique

47Au terme de ce parcours, nous pouvons maintenant observer en quoi le sémantique joue un rôle-clé dans la structuration d’un conflit social pour le chercheur. En effet, non seulement les programmes comme les modes d’intervention sont de nature conflictuelle, mais de plus, dans un dernier chapitre, Lescano détaille la façon dont les corps peuvent être liés entre eux « par des relations significatives précaires produites par des interventions discursives » (239) qui seraient, selon lui, la source des effets de camp dans un conflit.

48La plus évidente est celle de la « convergence ». Elle se produit lorsqu’un même mode d’intervention est orientation de deux corps différents qui convergent alors sur ce mode d’intervention. Par exemple, les deux extraits suivants, respectivement signés ASPAS et Ferus, mobilisent le mode d’intervention < combattre [le loup est une nuisance → autoriser la chasse de loups] > :

5) « L’ASPAS demande plus que jamais à la ministre l’abrogation de son arrêté, et examine les possibilités d’attaquer l’arrêté préfectoral du Var pour obtenir sa suspension » (Lescano 2023 : 243).

6) « Ferus exhorte Ségolène Royal à abroger l’arrêté autorisant la chasse au loup » (Lescano 2023 : 244).

49Les corps Ferus et ASPAS convergent donc sur ce mode d’intervention. Les corps sont « solidaires » lorsqu’ils convergent sur de nombreux modes d’intervention. Dans le cas du conflit étudié, la solidarité entre corps donne l’impression d’un conflit binaire opposant les pro-loups aux anti-loups. D’un côté, les corps « éleveurs, bergers, FNSEA, Confédération paysanne, syndicats d’éleveurs, syndicats agricoles... » (Lescano 2023 : 263) sont solidaires en ce qu’ils convergent entre autres sur les modes d’intervention < investir [loup → NEG élevage] >, < naturaliser [loup → dégâts dans les troupeaux] >, < naturaliser [pastoralisme → biodiversité] >. De l’autre, les corps Cap Loup, ASPAS, Ferus, France Nature Environnement, Politis, LPO, etc. sont solidaires en ce qu’ils convergent entre autres sur les modes d’intervention < investir [loup → biodiversité] >, < investir [loup ⇸ élevage] > et < combattre [le loup est une nuisance → autoriser la chasse de loups] >. Les convergences peuvent également être construites par un « groupement », c’est le cas de Cap Loup qui regroupe une quarantaine d’associations. Ces associations et Cap Loup entretiennent une relation asymétrique : la puissance d’agir globale du corps Cap Loup, c’est-à-dire sa capacité à avoir un impact au sein de l’espace sémantique, est plus élevée que celles des corps qui composent ce groupement, qui sont quant à elles réduites. Un corps partie de ce groupement « ne peut bloquer l’entrée, parmi ses orientations, des orientations prises par le groupement, et d’autre part, les orientations qu’il produit de son propre fait doivent garder un certain niveau de cohérence avec celles du groupement auquel il participe » (254). Le corps Cap Loup « capture » les puissances d’agir des corps qui lui sont subordonnés. Cette relation asymétrique est également celle que peuvent entretenir un corps institutionnel – un syndicat d’éleveurs par exemple – et un corps collectif – « les éleveurs ».

50Pour terminer, mentionnons la relation de « divergence ». Elle a lieu lorsqu’un programme investi par un corps est combattu par un autre – Cap Loup investit [le loup est menacé → le loup doit être protégé] alors que les syndicats d’éleveurs combattent ce programme. Alors que la relation de convergence concerne des mêmes modes d’intervention, celle de divergence concerne des mêmes programmes.

51Ainsi, là où Maingueneau (1983) pose une inter-incompréhension totale entre les opposants, le conflit chez Lescano se joue sur des mêmes puissances d’agir. Lescano ne propose pas une abstraction qui mènerait à une « dichotomisation » qui, « exacerbe les oppositions jusqu’à les rendre inconciliables » (Amossy 2014 : 59). Il étudie les mécanismes qui donnent l’impression d’un conflit binaire, et les relations asymétriques que peuvent entretenir les différents corps pro-loup par exemple.

52S'agit-il d'une « polarisation » telle que pensée par Amossy (2014) ? Grâce à la distinction entre « acteurs » et « actants », cette dernière permet de prendre en compte le fait que la polémique est avant tout constituée d’acteurs divers qui endossent un rôle – celui de Proposant, d’Opposant ou de Tiers. La polarisation tient compte du fait qu’« autour d’un même étendard » (Amossy 2014 : 223) se retrouvent des acteurs de groupes sociaux qui peuvent « se fonder sur des arguments différents […] et peuvent même se prononcer au nom d’idéologies différentes » (Amossy 2014 : 59). Si cette vision de la polémique rejoint sans doute celle de Lescano dans un anti-manichéisme, elle en diffère radicalement en ce que, nous l’avons vu, ce dernier ne tient pas compte des individus en tant qu’acteurs. Il ne propose pas non plus une division entre un Opposant, un Tiers et un Proposant pour décrire la conflictualité : elle se situe, pour lui, au niveau des entités sémantiques que sont les puissances d’agir et des rapports qu’elles entretiennent entre elles.

Haut de page

Bibliographie

Adam, Jean-Michel. 2005. La linguistique textuelle. Introduction à l’analyse textuelle des discours (Paris : Colin)

Amossy, Ruth. 2014. Apologie de la polémique (Paris : PUF)

Angenot, Marc. 2008. Dialogues de Sourds (Paris : Mille et Une Nuits)

Camus, Zoé. 2020. Pour une description sémantique des assemblées citoyennes politiques : Marinaleda, NPA, Nuit Debout (Paris : ÉHÉSS)

Camus, Zoé. 2023. « De lo indiscutible a la (des)estabilizatión : un estudio semántico de asambleas ciudadanas políticas », Camus, Zoé (ed.) Lenguaje y sociedad : Acercamientos, teorías, problemas y perspectivas. (Séville : Editorial Universidad de Sevilla), 19-38

Carel, Marion. 2011. L’entrelacement argumentatif. Lexique, discours et blocs sémantiques (Paris : Champion)

Charaudeau, Patrick. 2015. « La situation de communication comme fondatrice d’un genre : la controverse », Monte, Michèle & Gilles Philippe (éds). Genres & Textes. Déterminations, évolutions, confrontations. Mélanges offerts à Michel Adam (Lyon : P.U. de Lyon), 49-57

Ducrot, Oswald. 1969. « Présupposés et sous-entendus », Langue française 4, 30 - 44

Ducrot, Oswald. 1984. Le dire et le dit (Paris : Minuit)

Ducrot, Oswald. 2004. « Argumentation rhétorique et argumentation linguistique », Doury, Marianne & Sophie Moirand (éds). L’argumentation aujourd’hui. Positions théoriques en confrontation (Paris : Presses de la Sorbonne Nouvelle), 115-120

Fairclough, Norman. 1992. Discourse and Social Change (Cambridge-Malden : Polity Press)

Foucault, Michel. 1969. L’archéologie du savoir (Paris : Gallimard)

Groupe de Fribourg. 2009. Grammaire de la période (Bern : P. Lang)

Haroche, Claudine, Paul Henry & Michel Pêcheux. 1971. « La sémantique et la coupure saussurienne : langue, langage, discours » Langages 24, « Épistémologie de la linguistique [Hommage à E. Benveniste] », 93-106

Laclau, Ernesto & Chantal Mouffe. 1985. Hegemony & Socialist Strategy. Towards a Radical Democratic Politics (New York : Verso)

Lescano, Alfredo M. 2015. « El signo de polémica. Elementos de la polémica argentina en torno a Alberto Nisman », Topicos del seminario 35, 173-215

Lescano, Alfredo M. 2023. Prolégomènes à une sémantique des conflits sociaux (Paris : Hermann)

Lescano, Alfredo. 2023. « Lo no verbal no es discurso. Acerca de ciertas especificidades de las acciones verbales y no verbales en los conflictos sociales », Camus, Zoé (ed.) Lenguaje y sociedad : Acercamientos, teorías, problemas y perspectivas (Séville : Editorial Universidad de Sevilla), 61-81

Maingueneau, Dominique. 2004. « La situation d’énonciation entre langue et discours », Dix ans de S.D.U. (Craiova : Editura Universitaria Craiova), 197-210

Maingueneau, Dominique. 2014. Discours et analyse du discours (Paris : Colin)

Maingueneau, Dominique. 2017. « Parcours en analyse du discours », Langage et société 160-161 : 2-3, « Langues, langages, discours et sociétés », 129-143

Pêcheux, Michel. 1975. Les vérités de la Palice (Paris : Maspero)

Perelman, Chaïm & Lucie Olbrechts-Tyteca. 2008 [1958]. Traité de l’argumentation : La nouvelle rhétorique (Bruxelles : Éditions de l’Univ. de Bruxelles)

Rastier, François. 1989. Sens et textualité (Paris : Hachette)

Rastier, François. 1994. « Sur l’immanentisme en sémantique », Cahiers de linguistique française 50, 325-335.

Spinoza, Baruch. 1993 [1677]. L’Éthique (Saguenay : Édition numérique « Les classiques des sciences sociales »)

Haut de page

Notes

1 Lescano 2016 : 183. Notre traduction. Texte d’origine : « ya que creemos que ésta es la que permite llevar a cabo el potencial “ideológico-crítico” que Žižek (2003) observa en el paradigma ducrotiano y que pretendemos poner al servicio del estudio de la polémica. »

2 Berrendonner définit les discours comme « l’ensemble des matériaux sémiotiques mis en œuvre par les partenaires d’une telle interaction. » (Groupe de Fribourg 2009 : 21)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Noémie Genty, « Étude de la conflictualité : les apports des Prolégomènes à une sémantique des conflits sociaux d’Alfredo Lescano »Argumentation et Analyse du Discours [En ligne], 32 | 2024, mis en ligne le 15 avril 2024, consulté le 25 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/aad/7989 ; DOI : https://doi.org/10.4000/aad.7989

Haut de page

Auteur

Noémie Genty

École des hautes études en sciences sociales, Paris (France)

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search