Navigation – Plan du site

AccueilNuméros32Michael A. Gilbert : Ne pas argum...

Michael A. Gilbert : Ne pas argumenter logiquement n’est pas illogique : il y a d’autres façons de communiquer des arguments

Entretien mené par Linda Carozza
Michael A. Gilbert et Linda Carozza
Cet article est une traduction de :
Michael A. Gilbert: Not arguing logically is not illogical: Other ways of communicating arguments [en]

Résumé

Michael A. Gilbert a apporté une contribution significative à la théorie contemporaine de l’argumentation. Ses apports les plus remarquables résident dans sa théorie multimodale de l’argumentation et dans sa théorie de l’argumentation dite « coalescente », des modèles novateurs qu’il a développés pour étudier la façon dont les interlocuteurs discutent réellement dans la vie courante. Ses idées n’ont pas toujours été comprises, appréciées ou reconnues par l’ensemble de la communauté des spécialistes d’argumentation. Néanmoins, récemment, le Centre for Research in Reasoning, Argumentation and Rhetoric (en Ontario, au Canada) a reconnu l’importance de sa contribution en organisant un institut d’une semaine entière consacré à ses travaux. Aussi provocantes que puissent paraître ses théories, les spécialistes de la rhétorique n’en peuvent pas moins trouver un certain terrain d’entente avec ses travaux.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les travaux de Wayne Brockriede, un théoricien et critique de la rhétorique américain du début du 2 (...)
  • 2 Charles A. Willard, universitaire américain du 20e siècle, est connu comme l’un des premiers à avoi (...)

Michael A. Gilbert a immigré en Ontario, au Canada, et a obtenu son doctorat en philosophie à l’Université de Waterloo. Il a commencé sa carrière à l’université de Toronto, en Ontario, et a accepté un poste à plein temps en 1975 à l’Université York de Toronto. Ses principaux domaines de spécialisation sont la théorie de l’argumentation et la théorie du genre et du transgenre. Il a développé les théories de l’argumentation multimodale et de l’argumentation « coalescente », qui remettent en question les points de vue des traditions logiques, dialectiques et rhétoriques. Bien que ses théories soient moins imperméables à la rhétorique - il a été influencé par les théoriciens contemporains de la rhétorique Wayne Brockriede (1975)1 et Charles A. Willard (1982)2 - l’approche de l’argumentation de Gilbert présente néanmoins encore une trop grande ouverture d’esprit pour certains rhétoriciens.

 

Linda Carozza enseigne à l’Université York de Toronto, Ontario, Canada. Son parcours universitaire est interdisciplinaire. Elle est diplômée en philosophie, avec une spécialisation en théorie de l’argumentation. Ses recherches portent sur les arguments émotionnels, la résolution des conflits et le raisonnement critique. Ses domaines de recherche et sa pratique se sont élargis pour inclure les domaines de l’enseignement et de l’apprentissage. Carozza étudie de manière empirique les pratiques d’enseignement et d’apprentissage des étudiants de premier cycle en relation avec la pensée critique (critical thinking) et le raisonnement.

Contexte

1La conception de l’argumentation de Gilbert est ancrée dans l’interaction. Pour Gilbert, un argument consiste dans « tout échange d’informations centré sur un désaccord avoué » (1997 : 104). Ce désaccord peut être exprimé par les interlocuteurs de différentes manières : par un échange de textos en emoji, par un badinage amical ou même par une altercation physique. Gilbert ne limite pas le nombre des médias à travers lesquels sont communiqués les messages : il respecte la myriade de façons dont les humains s’engagent dans un échange argumentatif. Cette approche est basée sur l’empirisme ; c’est-à-dire que son modèle entend refléter la manière dont les gens argumentent dans la vie réelle. De ce fait, il s’inscrit davantage dans la tradition rhétorique que dans la tradition logique.

2L’argumentation multimodale fournit une taxonomie des arguments (Gilbert 1994). Un mode d’argumentation peut être considéré comme un moyen de transmettre un message dans l’argumentation (2022 : 490). La force de persuasion d’un argument est basée sur le mode qui est le plus proéminent dans chaque argument. Quatre modes peuvent être relevés dans le modèle d’argumentation multimodale. Le mode logique reflète la vision traditionnelle et raisonnée de l’argumentation. Le mode émotionnel comprend les arguments exprimés de manière émotionnelle ou les arguments qui utilisent l’émotion comme justification, où les émotions l’emportent sur le discours. Un argument essentiellement viscéral s’appuie sur des facteurs physiques ou environnementaux (par exemple, un roulement d’yeux ou un nuage sombre). Enfin, un argument « kiscéral » repose sur le mode intuitif ou l’énergie (ki). Pour Gilbert, la communication s’effectue rarement sur un seul mode : une interaction argumentative présente généralement un mélange de ces divers modes d’argumentation, où selon les circonstances l’un d’entre eux en vient à prédominer. Gilbert reconnaît par ailleurs que ces modes ne sont pas exhaustifs (1994, 1997, 2022).

3L’argumentation appelée « coalescente » recherche des points d’accord plutôt que de se concentrer sur les désaccords (1997 : 102). Même si les arguments peuvent être opposés les uns aux autres, lorsque l’on met au jour les valeurs, les attitudes, les croyances ou les sentiments des participants, on peut découvrir des points d’accord. Des points de vue qui peuvent sembler très différents sont ainsi rapprochés (ils deviennent « coalescents », dans le sens où des éléments en contact en viennent à fusionner). Cette approche est conforme au modèle de négociation fondé sur des principes de la Harvard Business School (Fisher et al. 2011) et aux modèles d’argumentation coopérative (par exemple, Makau et Marty 2001). Comme l’écrit Gilbert, l’argumentation coalescente est un idéal normatif (1997 : 201), et elle nécessite la volonté d’explorer ce qui importe à tous les argumentateurs.

Entretien

1. Linda Carozza : Michael Gilbert, vous êtes à présent professeur émérite ; comment ce temps passé loin de l’institution universitaire a-t-il influé sur la façon dont vous vous connectez à votre recherche et à votre écriture ?

 

M.G. Lorsque j’ai pris ma retraite, je faisais beaucoup plus de choses. Mon travail est très populaire au Mexique et j’ai participé à diverses initiatives dans ce pays. Récemment, j’ai ralenti. Je me suis beaucoup amusé. J’aime lire, résoudre des grilles de Sudoku et participer à des jeux de mots. Je suis devenu plus sélectif dans mes activités. Je travaille sur un chapitre d’un livre consacré à mes théories de l’argumentation. Je vais y inclure une discussion sur la communication humaine et le langage. Plus j’y pense, plus mon attitude à l’égard du langage et de la manière dont nous l’utilisons dans l’argumentation m’a influencé. Il s’agit d’un point de vue très influencé par Wittgenstein. Mon travail – dans son essence – dit qu’il y a plus de choses dans le monde que ce que l’on nous enseigne dans le manuel de Logique 101.

 

2. LC. Vos travaux sur la théorie de l’argumentation ont repoussé les limites de ce qui se pratiquait dans la communauté des spécialistes dans ce domaine ; ils ont certainement perturbé la tradition logique. Pouvez-vous nous dire comment vos collègues vous ont accueilli ? Comment avez-vous réagi aux résistances à votre travail qui se sont exprimées ?

 

MG. J’ai donné une conférence au département de philosophie de l’Université de York à la fin des années 1980, qui a été bien accueillie. Le département et mes collègues de l’Université de York m’ont toujours soutenu. À peu près à la même époque, j’ai invité Charles A. Willard au département pour présenter son travail. Cela s’est également bien passé. Les travaux de Willard (par exemple, 1982) ont continué à exercer une grande influence sur les miens propres. C’est grâce à ses encouragements que j’ai assisté pour la première fois à une conférence de l’International Society for the Study of Argumentation.

Au fil des ans, j’ai beaucoup publié et donné de nombreuses conférences. Même si mes collègues n’étaient pas d’accord avec moi, ils me connaissaient et connaissaient mon travail. En 2016, au Mexique, une conférence a été organisée en l’honneur de mes travaux sur l’argumentation multimodale. De nombreux étudiants de troisième cycle utilisaient mon modèle dans leurs propres recherches. Comme vous le savez, en 2020, le Centre for Research in Reasoning, Argumentation and Rhetoric de Windsor, en Ontario, a organisé un institut d’été d’une semaine consacré à l’argumentation multimodale. Plusieurs chercheurs se sont réunis pour étudier en détail chacun des modes de l’argumentation multimodale (voir le Journal of Informal Logic 42-3, le numéro est consacré à ce modèle).

 

3. LC. Parlons de vos théories. Laquelle des deux a vu le jour la première : l’argumentation multimodale ou l’argumentation coalescente ?

 

MG. L’argumentation multimodale est née en premier. Mes travaux sont enracinés dans la tradition logique. Le premier article que j’ai publié (1976) concernait la logique formelle, dans le Notre Dame Journal of Formal Logic. Lorsque j’étais étudiant diplômé, j’ai donné un cours d’introduction à la logique, et ma classe comptait autant d’étudiants en arts que d’étudiants en ingénierie. La logique formelle était un défi pour les étudiants en arts et elle était facile pour les ingénieurs. Et pourtant, les ingénieurs n’apprenaient rien de philosophique. Ce cours m’a vraiment fait réfléchir et m’a amené à concevoir un programme d’études qui enseignait la logique non standard (par exemple, la logique à trois valeurs, la logique modale). J’ai commencé à ne plus me satisfaire de la logique formelle et mon nouveau programme a été motivé par des questions philosophiques, telles que les vérités et les faussetés. Entre l’enseignement des cours de logique et l’observation des gens qui parlent, et plus particulièrement de la façon dont ils argumentent dans le quotidien, il était clair que la plupart du temps ils n’argumentaient pas très logiquement. Ce n’est pas qu’ils étaient illogiques, c’est qu’ils n’utilisaient pas « seulement » la logique lorsqu’ils argumentaient. Ils démontraient d’autres façons de penser. À peu près à la même époque, j’ai publié How to Win an Argument (1979). J’y décrivais une discussion entre amis sur la question de savoir si une femme pouvait être officier de police. L’homme a dit : « Les femmes ne peuvent pas être flics » et la femme a répondu en le retournant par-dessus son épaule. C’était une discussion, et elle se menait sur le mode viscéral. Ce sont là quelques-uns des souvenirs que j’ai gardés des influences qui m’ont incité à développer le modèle d’argumentation multimodale. J’étais insatisfait de la logique formelle parce que, en tant que philosophe, je ne rendais pas service au public avec ce type de logique. En effet, enseigner la logique modale ou travailler avec des axiomes logiques n’avait pas vraiment d’impact sur la façon dont nous raisonnons dans des situations d’argumentation concrètes. La logique formelle, et même la logique informelle, se concentrent sur les arguments en tant que produits ou preuves. Lorsque nous évaluons les prémisses d’un argument et que nous déterminons si elles soutiennent sa conclusion, l’utilité de la démarche pour résoudre les désaccords est limitée. Le modèle d’argumentation multimodale aborde mieux la manière dont nous nous engageons dans un échange argumentatif. Il va plus loin dans le respect de la tradition rhétorique dans la mesure où il se fonde sur ce que les gens font réellement.

 

4. LC. Existe-t-il une relation entre l’argumentation multimodale et l’argumentation coalescente ?

 

MG. L’argumentation coalescente est née de l’argumentation multimodale. J’ai été troublé par le fait que toute la philosophie soit axée sur le désaccord. Lorsque j’étais un très jeune chercheur, le plus grand compliment que l’on pouvait faire à quelqu’un était qu’il était « brillant ». Cela signifiait qu’il était vif, qu’il pouvait démolir les idées de quelqu’un d’autre, qu’il était un bon combattant. Cela m’a touché et je me suis demandé pourquoi nous ne mettions pas davantage l’accent sur l’entente. J’ai compris que nous ne nous concentrions pas sur l’accord parce que ce qui était important, c’était la « vérité », et j’ai donc jeté la vérité par la fenêtre. Dans un article sur les objectifs que j’ai écrit et présenté lors d’une conférence sur l’informatique au début de ma carrière, j’ai déclaré que 1 + 1 ne font pas toujours 2 - sachant qu’il s’agissait d’un sophisme pour les philosophes. Un mathématicien que j’ai rencontré lors de cette conférence a validé ce point que j’avais soulevé à l’aide de théories mathématiques. Ce que j’ai compris à cette époque, c’est que lorsque les gens se disputent, ils se trompent d’objectif. Ils pensent qu’ils veulent une chose, alors qu’il s’agit en réalité d’autre chose. Par exemple, je demande à emprunter votre voiture aujourd’hui, alors que mon véritable objectif est de faire mes courses. Et vous me dites que personne d’autre que vous ne peut conduire votre voiture. Puis, lorsque vous apprenez que j’ai besoin de faire des courses, vous me proposez de me conduire en ville pour que je puisse faire mes courses, et mon objectif est atteint ! Pour parvenir à un accord, nous devons tenir compte des objectifs. On peut dire que vous m’avez donné ce dont j’avais besoin (un moyen de locomotion) et que mon objectif a été atteint.

 

5. LC. Dans la mesure où l’argumentation coalescente se concentre sur les points d’accord, comment cette théorie s’inscrit-elle dans la recherche sur l’argumentation ?

 

MG. Je suis issu de la tradition philosophique et j’ai suivi une formation approfondie en logique. Mon travail s’est donc développé comme un défi à la façon dont la logique conçoit les arguments. L’argumentation coalescente ne s’inscrit pas dans la tradition logique bivalente. Si nous partons d’une vision plus large de la logique, où les réponses sont plus nuancées et plus complexes (par exemple, la logique talmudique), alors oui, il y aurait de la place pour mon travail. Je ne suis pas anti-logique, mais la logique ne me sert pas. J’ai soutenu par le passé que la logique informelle peut embrasser l’argumentation multimodale (2004), mais elle doit se libérer du joug de la logique formelle, ce qu’elle n’a pas fait. La rhétorique traditionnelle considère l’argumentation comme une tentative de persuasion pour parvenir à un accord. À bien des égards, cela correspond mieux à mon travail, contrairement à la logique, qui se concentre sur le produit de l’argumentation lui-même, ou aux préoccupations dialectiques, qui se concentrent sur l’interaction des interlocuteurs. L’argumentation multimodale reconnaît les modes de persuasion utilisés par les argumentateurs. Mon travail s’écarte de la tradition rhétorique en ce qu’il ne se concentre pas exclusivement sur le langage oral ou écrit comme moyen de persuasion, mais pour le reste, je considère que je suis fermement ancré dans la tradition rhétorique. La véritable différence réside dans le fait que, en accord avec Willard, j’affirme que les gens utilisent tous les outils à leur disposition pour persuader. Et ces outils ne sont pas toujours verbaux ou directs. Des universitaires de plus en plus nombreux font référence à mon travail aujourd’hui, peut-être qu’un tournant dans la théorie de l’argumentation se profile à l’horizon.

 

6. LC. Étant donné que le lectorat de cette revue recoupe les domaines de l’argumentation et de l’analyse du discours, pouvez-vous nous parler des liens potentiels entre les arguments multimodaux et l’analyse du discours ou la rhétorique ?

 

MG. L’analyse du discours est axée sur le processus, tout comme l’argumentation multimodale et même l’argumentation coalescente. Vous observez ce qui se passe, plutôt que d’examiner le discours d’un point de vue strictement logique, par exemple. Dans tout désaccord, il est important de voir ce qui est en son cœur. Il s’agit presque toujours d’une question émotionnelle (ou kiscérale ou viscérale) à un degré ou à un autre. Ce sont les aspects sociolinguistiques et sociopsychologiques qui ne sont pas oubliés dans mon travail de théorisation. Autrement, dans une discussion, ce que vous dites serait ce que vous voulez dire (on est là dans une compréhension de type littéral) ; les émotions n’auraient pas leur place dans les échanges d’arguments ; les insinuations ou les sarcasmes n’y auraient pas place non plus, et ainsi de suite. Les méthodes d’analyse du discours, le modèle d’argumentation multimodale et l’argumentation coalescente reconnaissent tous que l’on ne peut pas toujours prendre le discours pour argent comptant. Il y a d’autres éléments à prendre en compte. D’autres chercheurs dans le domaine de l’argumentation ont adopté une approche similaire (voir Barbara O’Keefe 1991).

L’argumentation multimodale et l’argumentation coalescente s’opposent moins à la tradition rhétorique de l’argumentation qu’à la tradition logique. Cela s’explique principalement par le fait que le point de vue rhétorique est contextuel. Dans la vision logique, nous exprimons tout dans des propositions, tandis que dans la vision rhétorique, nous le faisons dans des messages. Ces derniers contiennent beaucoup plus d’informations que la proposition mystérieuse et hautement métaphysique. Il y a donc moins de tension entre mon approche et la rhétorique.

 

7. LC. Chaque fois que je me trouve avec un grand groupe de collègues et qu’on en vient à discuter de l’argumentation multimodale, le débat se tourne inévitablement vers la question des normes. Vous avez écrit sur ce sujet, en démontrant comment le modèle pragma-dialectique (1997b) et la logique informelle (2004) peuvent tous deux prendre en compte les modes non logiques. Du point de vue théorique, est-il important pour l’argumentation multimodale d’avoir un cadre normatif ? Pourquoi - ou pourquoi pas ?

 

MG. Ce n’est pas tellement important car il s’agit d’un modèle fortement axé sur la situation. Les règles de l’argumentation sont celles que nous utilisons ; il existe des règles que la grande majorité des argumentateurs suivent. Par exemple, nous ne hurlons pas les uns sur les autres et nous n’agressons pas les gens verbalement dans les discussions argumentées, et ceux qui ne suivent pas les règles sont mis à l’écart. Or, lorsque les gens refusent d’engager une discussion avec vous, vous êtes isolé. La rationalité situationnelle permet aux normes que nous créons d’être acceptées dans une rencontre argumentative particulière. Les argumentateurs, à mon avis – et ceci est en accord avec Tindale (e.g. 2013) – créent des situations rhétoriques dans lesquelles les règles et les processus sont tributaires du contexte.

 

8. LC. Vous êtes également un expert de la théorie du genre. Avez-vous réfléchi aux similitudes/dissimilitudes potentielles de votre travail dans ces différents domaines de recherche ?

 

MG. Mon refus des bifurcations traverse mon travail dans ces deux domaines d’étude. Le fait que je me travestisse et que je me considère comme transgenre est une atteinte à la distinction homme-femme. Je souille les distinctions. Je n’ai jamais rencontré de distinction qui me plaise. En adoptant un mode plus féminin et en me familiarisant avec le féminisme et la rationalité féministe, j’ai compris que les différents modes sont importants et que nos valeurs sont fluides. L’argumentation multimodale rend compte de cette approche plus inclusive. Mes travaux sur la théorie du genre et la théorie de l’argumentation se ressemblent plus qu’ils ne se ressemblent lorsque pris dans leurs cadres conceptuels.

 

9. LC. En tant que médiatrice, l’une des techniques que j’utilise pour faciliter la résolution consiste à recadrer les arguments d’une des parties lorsqu’ils sont mal compris ou lorsqu’ils offensent l’autre partie. Souvent, ce sont les messages émotionnels ou viscéraux qui peuvent rebuter une partie en situation de médiation (par exemple, le fait de hausser la voix, de se tenir droit et de regarder les autres de haut, de détourner le regard, etc.). À bien des égards, je traduis et rends acceptable la persuasion émotionnelle et viscérale. Je la traduis dans le mode « logique » plus accepté. Pensez-vous que je devrais inciter les parties à adopter davantage un mode de communication multimodal ?

 

MG. Vous savez, vous voulez prendre ces autres modes et les amener à une compréhension logique, à une conclusion logique. Mais souvent, la conclusion n’est même pas logique. Nous avons des éléments logiques, mais pas un discours complètement logique. Je pense aux cas de garde d’enfants et de garde partagée. Les sentiments que l’on éprouve à l’égard des enfants sont très importants. Et si je peux comprendre, en tant que co-parent, que vous avez autant d’affection que moi pour le petit Johnny, c’est très important. Maintenant, à la base, je suppose que ce que vous entendez par logique, c’est que nous arrivions à quelque chose que nous puissions tous les deux accepter. D’accord, vous ferez ceci et je ferai cela. Et oui, c’est apparemment logique. Mais pour en arriver là, nous devons sentir que c’est juste. Cette émotion, ce sentiment de justesse, a plus de poids qu’une présentation logique d’arguments.

Les médiateurs peuvent explorer les indices émotionnels ou viscéraux et expliquer aux parties en conflit que lorsqu’elles roulent des yeux, elles affirment quelque chose. Un roulement d’yeux dit quelque chose comme « je n’aime pas ça ». Dans le cadre d’une médiation, cela nécessite une explication et un développement pour plus de clarté. Et ce n’est pas différent de l’équivalent verbal. Souvent, les messages verbaux doivent également être clarifiés.

 

10. LC. Y a-t-il une situation récente de désaccord que vous avez vécue ou dont vous avez été témoin, et pouvez-vous nous dire en quoi l’argumentation coalescente, ou votre modèle d’argumentation multimodale, offre de l’espoir ?

 

MG. J’ai toujours été très clair et prudent sur le fait que je m’intéresse à l’argumentation individuelle, que la tradition rhétorique des discours publics, etc. ne m’intéresse pas vraiment. Parfois, nous constatons que certains de nos partenaires de discussion ont l’attitude suivante : soit vous êtes entièrement d’accord avec eux, soit vous êtes une personne épouvantable. Cela limite la possibilité de mener des discussions intéressantes et créatives. Ce niveau d’intolérance rend l’argumentation très difficile, car personne ne semble se soucier de ce que pensent les autres – on se contente d’attaquer. Et, vous le savez, la seule façon de faire quelque chose de sérieux à ce sujet est de prendre beaucoup de temps. Il faut une interaction approfondie entre une personne et une autre, toutes deux s’imprégnant des convictions de l’autre. Cela fait partie intégrante du cadre des arguments multimodaux et de l’argumentation coalescente. Il faut comprendre ce que l’autre veut, qui il est, d’où il vient, et ainsi de suite, et ce n’est pas toujours facile. Ma recommandation sera toujours la suivante : prenez comme base un point d’accord. Trouvez une valeur, une croyance ou quoi que ce soit que les parties puissent partager. Et, vous savez, cela peut atténuer une partie de l’antagonisme.

 

11. LC. En parlant d’antagonisme, les « théories du complot » sont tellement plus visibles avec les médias sociaux (par exemple, certains pensent que la COVID-19 n’était pas une maladie grave ; ils exagèrent les effets secondaires des vaccins ; certains prétendent que les conflagrations provoquées par le gouvernement entraîneront à nouveau des bouclages, etc.). Comment dialoguer avec des arguments de cette nature ? Ou, que faites-vous lorsque vous découvrez que votre ami de longue date s’avère être un théoricien de la conspiration ?

 

MG. Dans mon livre (1979), j’ai posé la question suivante : « Comment argumenter avec un fanatique ? » La réponse est que c’est impossible. On ne peut pas mener un dialogue argumenté authentique avec quelqu’un qui n’est pas capable de raisonner, avec quelqu’un qui n’est pas capable de comprendre d’autres positions que la sienne, et avec quelqu’un qui est incapable de changer d’avis. De mon point de vue, vous avez trois possibilités : larguer la personne, essayer d’en parler avec elle et de comprendre les différents points de vue, ou ignorer le problème et vous concentrer sur votre amitié. Dans ce dernier cas, évitez la discussion chaque fois qu’un problème se pose et qu’il ne vaut pas la peine de mettre en péril votre lien amical. Souvent, ces divergences d’opinion en matière de politique, de santé, etc. n’ont pas d’impact direct sur vous. Si néanmoins vous n’avez pas l’intention de vous en débarrasser ou de les ignorer, selon l’argumentation coalescente, une stratégie qui peut être mise en œuvre consiste à trouver un terrain d’entente pour combler un désaccord profond.

 

12. LC. Si vous pouviez voir l’argumentation multimodale ou les arguments coalescents dans un avenir lointain, comment verriez-vous leur développement ? Qu’espérez-vous pour l’œuvre de votre vie dans le domaine de l’argumentation ? Qu’en est-il de l’argumentation au sens large – où voyez-vous son importance dans, disons, cinquante ans ?

 

MG. J’aimerais que le cadre multimodal soit considéré comme allant de soi et qu’il soit perçu comme le fondement des véritables échanges d’arguments. Pour comprendre un argument, il faut l’examiner sous l’angle de ses différents modes. Il faut également rechercher un accord pour parvenir à une conclusion. De plus en plus de chercheurs en tiennent compte.

 

Conclusion

4J’ai étudié sous la direction du professeur Gilbert, et c’est son travail scientifique qui a suscité mon intérêt pour l’argumentation et la résolution des conflits. Lorsque j’étais étudiante en licence et en master, j’ai été témoin de la résistance manifestée par les autres spécialistes à l’égard de l’argumentation multimodale. Je me souviens d’avoir assisté à des conférences dans des amphithéâtres où d’éminents chercheurs exprimaient leur inquiétude de voir une telle attention portée aux émotions ou aux aspects physiques dans le discours argumentatif, craignant qu’elle ne nous éloigne trop de la notion d’argument. Environ vingt ans plus tard, la perturbation causée par Gilbert est plus forte que jamais. L’attention portée à la manière dont les arguments s’échangent dans l’espace public permet une approche qui englobe différents modèles et théories de l’argumentation. Si les logiciens ont résisté au cadre descriptif de l’argumentation adopté par Gilbert, d’autres écoles de pensée qui analysaient les arguments ont été moins imperméables à son approche : l’étude de la communication verbale, l’analyse du discours, la rhétorique et les études féministes, pour n’en citer que quelques-unes. En tant que médiatrice, j’ai pu constater combien il était insuffisant de placer une trop grande confiance dans la logique lorsqu’il s’agissait de faciliter la résolution des conflits. Une description complète de ce qu’est l’argumentation doit comprendre plus qu’une définition et une analyse logiques de l’argumentation.

Haut de page

Bibliographie

Brockriede, Wayne. 1975. « Where is argument ? » The Journal of the American Forensic Association 11-4, 179-18

Ehninger, Douglas & Wayne Brockriede. 2008. Decision by debate (New York: IDEA)

Fisher, Roger, William L. Ury & Bruce Patton. 2011. Getting to yes: Negotiating agreement without giving in (New York : Penguin)

Gilbert, Michael A. 1976. « A heuristic procedure for natural deduction derivations using reductio ad absurdum », Notre Dame Journal of Formal Logic 17-4, 638-639

Gilbert, Michael A. 1979. How to Win an Argument (New York : McGraw-Hill)

Gilbert, Michael A. 1994. « Multi-modal argumentation », Philosophy of the Social Sciences 24-2 [En ligne] https://doi.org/10.1177/004839319402400202

Gilbert, Michael A. 1997. Coalescent argumentation (London : Routledge) [En ligne] https://doi.org/10.4324/9780203810903

Gilbert, Michael A. 1997b. « Prolegomenon to a pragmatics of emotion », présenté à la conférence de l’Ontario Society for the Study of Argumentation : « Argumentation and Rhetoric », Brock University, St.

Gilbert, Michael A. 2004. « Emotion, argumentation and informal logic », Informal Logic 24-3 [En ligne] https://doi.org/10.22329/il.v24i3.2147

Gilbert, Michael A. 2022. « Multi-Modal 2020 : Multi-Modal Argumentation 30 Years Later », Informal Logic 42-3 [En ligne] https://doi.org/10.22329/il.v42i3.7497

Makau, Josina M. & Debian L. Marty. 2001. Cooperative argumentation : A model for deliberative community (Long Grove : Waveland Press)

O’Keefe, Barbara J. 1991. « Message design logic and the management of multiple goals », Tracy, K. (ed.). Understanding face-to-face interaction : Issues linking goals and discourse (Mahwah : Erlbaum), 101-117

Tindale, Christopher W. 2013. « Rhetorical Argumentation and the Nature of Audience : Toward an Understanding of Audience », Philosophy & Rhetoric 46-4 [En ligne] https://doi.org/10.5325/philrhet.46.4.0508

Willard, Charles A. 1982. Argumentation and the social grounds of knowledge (Tuscaloosa : Univ. of Alabama Press)

Une liste sélective des publications de Michael A. Gilbert est disponible ici : https://profiles.laps.yorku.ca/profiles/gilbert/

Vous trouverez également une liste plus complète sur Google Scholar.

Haut de page

Notes

1 Les travaux de Wayne Brockriede, un théoricien et critique de la rhétorique américain du début du 20e siècle, s’enracinent dans l’étude des débats au sein de la communication orale américaine. Il est connu (avec son co-auteur Ehninger) pour avoir développé des activités de débat coopératif. Dans ses travaux ultérieurs, Brockriede a déclaré que les arguments se trouvaient à proximité des gens. L’interaction entre les argumentateurs et leurs relations font pour lui partie intégrante de la compréhension et de l’évaluation des arguments. Cette approche s'éloignait de l'importance accordée aux grands discours, à l’auditoire ou à la compétitivité dans l’argumentation.

2 Charles A. Willard, universitaire américain du 20e siècle, est connu comme l’un des premiers à avoir théorisé l’argumentation dans le domaine de la communication. Se plaçant du point de vue des sciences sociales, Willard s’intéressait à la production des arguments (et non à leur évaluation normative). Pour lui les arguments étaient nécessairement des interactions entre deux ou plusieurs individus qui convenaient mutuellement que leurs points de vue étaient incompatibles. La théorie de Willard mettait l’accent sur le contexte et sur les significations implicites produites dans les rencontres argumentatives.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michael A. Gilbert et Linda Carozza, « Michael A. Gilbert : Ne pas argumenter logiquement n’est pas illogique : il y a d’autres façons de communiquer des arguments »Argumentation et Analyse du Discours [En ligne], 32 | 2024, mis en ligne le 15 avril 2024, consulté le 25 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/aad/8017 ; DOI : https://doi.org/10.4000/aad.8017

Haut de page

Auteurs

Michael A. Gilbert

Université de York (Canada)

Articles du même auteur

Linda Carozza

Université de York (Canada)

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search