Navigation – Plan du site

AccueilNuméros32Comptes rendusJaubert, Anna. 2023. La stylisati...

Comptes rendus

Jaubert, Anna. 2023. La stylisation du discours (Paris : Classiques Garnier, coll. Investigations stylistiques)

Marc Bonhomme
Référence(s) :

Jaubert, Anna. 2023. La stylisation du discours (Paris : Classiques Garnier, coll. Investigations stylistiques), ISBN : 978-2-406-14938-5, 290 pages.

Texte intégral

  • 1 Voir sur ce point Bordas et Molinié (2015).

1Parmi les notions qui posent des défis majeurs à l’analyse du discours, le couple style/stylistique occupe une place de premier plan. On connaît la nature polymorphe du terme « style » qui qualifie les réalités les plus hétérogènes, qu’elles concernent le langage (style sublime, style administratif), la sphère des arts (style gothique, style musical) ou des pratiques quotidiennes (style de vie, style bohème)1. Si l’on se focalise sur le domaine linguistique, le style semble être partout, mais également nulle part, puisqu’une absence de style constitue encore un choix stylistique. Par ailleurs, au sein des énoncés, il peut aussi bien rendre compte des sur-marquages que des sous-marquages ou des non-marquages, une phrase telle que « le chien de mon voisin m’a mordu » apparaissant comme une variation stylistique par rapport à « j’ai été mordu par un chien ». Quand on se penche sur la science du style qu’est la stylistique, elle s’avère tout aussi ondoyante que ce dernier, pouvant être générale (Larthomas 1998) ou littéraire (Gardes-Tamine 1992) et recouvrant les différents axes de la communication, qu’elle s’attache à la production des discours (Spitzer 1970), à leur structure (Cohen 1966) ou à leur réception (Riffaterre 1971). Sans parler du fait que les études stylistiques empruntent des dénominations diverses : sémiotique littéraire, poétique, analyse du discours… Bref, comme le constatent Georges Molinié et Pierre Cahné, dans la préface de leur ouvrage collectif Qu’est-ce que le style ?, cerner les contours de la stylistique et de son objet d’étude s’apparente à « une tâche impossible », vu que selon eux « le mot style n’étant pas défini, le mot stylistique ne peut l’être » (1994 : 2).

2L’objectif de l’ouvrage d’Anna Jaubert, professeure émérite à l’Université de Nice, est de répondre à ces multiples défis résultant de la nature difficilement saisissable du style, sans esquiver les problèmes qu’il soulève. Se situant dans le prolongement de ses nombreuses publications dans le champ de la stylistique pragmatique (notamment Jaubert 1990, 2007 et 2015), cet ouvrage – décrit comme un essai – en constitue l’aboutissement, tout en proposant des pistes de recherche inédites. Se recommandant par la richesse de sa documentation (voir la bibliographie de quinze pages ou l’abondance des notes éclairant le corps du texte) et par la consistance de son péritexte (index des noms et des principales notions), il plaide globalement pour une conception unifiée du style, perçu comme un objet construit par le discours et en discours. Cette conception unifiée est développée selon un agencement en trois parties clairement délimitées.

Cadrage théorique

3Longue d’une soixantaine de pages, la partie initiale de l’ouvrage établit les conditions générales de l’avènement du style dans le discours. Dans un premier chapitre, réfutant toute conception réductrice de la stylistique, du type « stylistique de l’expression » (Bally 1951) vs « stylistique littéraire », Anna Jaubert s’appuie sur la psychosystématique de Gustave Guillaume (2021) pour l’envisager comme un processus complexe lié à « l’appropriation de la langue par un sujet parlant en vue d’un projet discursif » (17). Dans cette perspective dynamique et continuiste, elle parle non pas de « style », mais de « stylisation », ce concept novateur définissant l’émergence graduelle de valeurs au cours de l’actualisation de la langue en discours. Les étapes d’une telle émergence sont synthétisées dans un schéma appelé « la diagonale du style ». Celle-ci s’organise autour de deux axes : d’un côté, l’axe horizontal de la subjectivité entre le pôle universalisant de la langue et le pôle particularisant du discours ; d’un autre côté, l’axe vertical de la valeur, avec un accroissement progressif de cette dernière au fur et à mesure des procédures d’actualisation. Dans la chronogenèse du discours, ces procédures donnent lieu à une première appropriation de la langue par le sujet parlant qui aboutit à l’avènement « d’un style », à savoir de patrons formels permettant de reconnaître un genre de discours. Occupant une position davantage avancée, une seconde appropriation active « le style » comme forme individuée et comme « manifestation sensible d’une vérité profonde ou d’une “vision” personnelle » (26) qui trouve ses réalisations les plus achevées dans le pôle universalisant de la langue littéraire. Entre ces deux phases prend place une étape intermédiaire à travers laquelle on identifie « du style », lequel désigne la perception d’« un langage requalifié, esthétisé » (27) au terme d’une nouvelle tension universalisante.

  • 2 En particulier, la note 50 de la page 235 reste encore trop générale pour expliciter cette polysémi (...)

4Ce modèle est sans doute le plus complet à ce jour pour expliquer la nébuleuse du style. L’abordant non pas comme un objet fini, mais comme un phénomène évolutif, il repense les pôles de la langue et du discours en termes de transition qui concilie harmonieusement les phases inégales de la stylisation conduisant de la première au second. Un tel modèle intègre, dans une même appréhension, aussi bien les zones grises du style non littéraire que celui, plus abouti, inhérent aux arts verbaux. Se positionnant en outre contre les conceptions qui retiennent seulement la tension singularisante du style, il montre qu’il peut être requalifié par des saisies généralisantes au cours de sa genèse. Sur un autre plan, le concept-clé d’appropriation donne lieu à des commentaires approfondis qui le rattachent au domaine de l’énonciation, à travers ses facettes subjectives (incorporation de la langue par un énonciateur) et objectives (modelage de la langue par le discours). En revanche, l’autre concept-clé, celui de valeur, gagnerait à être davantage élucidé en raison de sa polysémie2. La « valeur-style » (13) est-elle prioritairement esthétique, ou concerne-t-elle également d’autres systèmes axiologiques (symboliques, éthiques, etc.) ?

5Le second chapitre de la première partie explique comment les genres de discours conditionnent l’émergence du style. Ceux-ci sont considérés à la fois comme des choix énonciatifs spécifiques et comme des modes prédominants d’organisation des textes, lesquels garantissent leur cohérence. Par ailleurs, ils renvoient à des situations de communication plus ou moins stabilisées qui favorisent le repérage des formes lors de la réception des discours. Agissant en régulateurs de ces derniers, ils apparaissent comme des « processus qualifiants » (42) à la base des canevas stylistiques. Ainsi, qu’elle soit didactique ou déclamatoire, la variation des styles chez Voltaire s’inscrit d’abord dans des formes-sens préconstruites et fortement codifiées. Si les genres ordinaires constituent une première étape pour la valorisation du style, celui-ci se voit requalifié par une « stylisation seconde » (55) avec les genres littéraires qui lui confèrent une dimension esthétique, tout en le réorientant vers l’universel. Ce « virage qualitatif » (64) est judicieusement illustré par le réinvestissement du genre « conversation » en dialogue théâtral ou par le retraitement littéraire du genre « rumeur » chez divers auteurs (Beaumarchais, Shaffer). À l’issue d’un tel retraitement, le style endosse une représentativité typifiante qui transfigure les marques du genre. De surcroît, revisitant la notion d’« étymon spirituel » théorisée par Leo Spitzer (1970), Anna Jaubert fait voir comment les traits les plus singuliers caractérisant un « style d’auteur » (comme celui de La Fontaine) n’échappent pas, en dernier ressort, à des déterminations génériques, même s’ils paraissent les transgresser.

Stylisation et supports linguistiques

6La deuxième partie de l’ouvrage (75-155) s’intéresse plus précisément aux lieux d’émergence de la stylisation, dont les piliers sont les figures et la syntaxe. Dans un premier chapitre, s’appuyant notamment sur les acquis théoriques d’Alain Rabatel (2008) et de Marc Bonhomme (2014), Anna Jaubert envisage les figures comme des saillances discursives exploitant les variations permises par la langue et jouant sur des points de vue en confrontation, ce qui suscite « une énonciation problématisante » (83). En cela, comme elle le relève justement, les figures possèdent une forte réflexibilité qui attire l’attention sur leur structure. Sur le plan stylistique, elles fonctionnent comme des actes de langage qui renforcent l’expressivité du discours en requalifiant ses formes. Mais leur effet stylisant dépend grandement du contexte, dans la mesure où cette requalification peut s’interrompre quand elles sont perçues comme des artifices. De même, leur actualisation est souvent motivée par les genres discursifs, la description attirant par exemple la métaphore. Plus largement, les figures sont un des moteurs de la cohérence du discours, une figure locale comme l’oxymore se voyant globalement préparée et justifiée par son entourage textuel.

7Cette section comporte des analyses approfondies sur plusieurs figures énonciatives en contexte littéraire. Entre autres, établissant une énonciation clivée, l’euphémisme et la litote se distinguent en mobilisant des modalités dialogiques différentes. Pour sa part, prise en charge dans le théâtre de Marivaux ou de Rostand, l’hyperbole instaure une pragmatique de l’intensification qui vivifie l’expression et qui confère une pertinence maximale aux énoncés. Quant à l’éloge paradoxal tel qu’il se présente dans Dom Juan de Molière, il s’érige contre la doxa sociale en vigueur pour suspendre et réévaluer les messages communiqués. Cette section s’achève par l’examen de « constellations figurantes » (97) plus étendues qui confirment l’idée de Charles Bally (1951) selon laquelle du style est en germe dans les capacités expressives de la langue. C’est le cas pour les appositions cumulatives attestées dans la prose de Rousseau ou pour le présent de narration qui met en avant, chez Voltaire, la résonance émotionnelle du récit.

8Consacré à cet autre pilier du discours qu’est la phrase, un second chapitre s’interroge sur son statut stylistique. Dans un premier temps, Anna Jaubert procède à quelques coupes historiques sur son évolution dans la conscience linguistique depuis sa théorisation au 18e siècle. Même si la phrase est malaisée à définir, elle a fondamentalement une dimension stylistique qui combine deux exigences, « celle d’une construction harmonieuse, riche de possibilités, et celle d’une forme expressive » (119). La stylisation de la phrase est symptomatique à partir de la seconde moitié du 19e siècle avec la prose narrative de Flaubert qui cultive l’« effacement énonciatif » (120) et qui reporte la subjectivité sur le jeu des points de vue. Elle trouve une nouvelle vigueur avec la promotion du « discours vécu » (124) et l’émergence du discours indirect libre (identifié comme un « style » par Charles Bally), lesquelles éloignent la phrase de la communication ordinaire et en font l’un des patrons stylistiques de la prose littéraire.

9Anna Jaubert analyse ensuite quelques physionomies syntaxiques remarquables qui contribuent à la révolution subjectiviste de la langue et qui engendrent des styles d’auteur spécifiques. En particulier, elle insiste sur le rôle central de la ponctuation pour le « remodelage subjectivant » (127) de la phrase. Sous cet aspect, la montée au premier plan du point d’exclamation dans le drame bourgeois du 18e siècle témoigne d’une vocalisation du discours et du triomphe de l’affectivité. Ou encore, les parenthèses omniprésentes dans À la Recherche du temps perdu de Proust assurent un creusement de la phrase impressionniste, tout en révélant une grande maîtrise dans l’exploration de la complexité du monde. En outre, elles apparaissent comme « des formes imageantes » (134) qui requalifient leur fonction usuelle de rupture en moyens d’approfondissement des sensations. Un autre apport de cette section est de mettre en évidence comment la déconstruction de la phrase standard aboutit à des tensions singularisantes extrêmes. Ainsi en est-il dans La route des Flandres de Claude Simon où la syntaxe « acentrée » (144) et la dissolution des points de vue stables produisent une écriture au ras du ressenti, dévoilant un chaos de la pensée. Chez Jean Rouaud, la stylisation de la phrase tire parti des ressources de la tmèse qui, par leurs effets de retardement et de miroitement, introduisent le lecteur dans les coulisses de son énonciation sinueuse.

Les carrefours notionnels de la stylisation

10La dernière partie de l’ouvrage (157-252) élargit le propos en analysant les affinités du style avec des notions qui lui sont proches. D’une part, Anna Jaubert questionne ses rapports avec l’idiolecte. Comme le style, ce dernier est communément défini par sa polarisation singularisante, de sorte que tous deux tendent à se recouvrir aux yeux de François Rastier (2001). Cependant, Anna Jaubert estime que la singularité de l’idiolecte est à nuancer, dans la mesure où il renferme une part de collectif et de social, ce qu’illustrent les pastiches des imitateurs ou de la littérature qui s’appuient habituellement sur des représentations partagées et sur des préconstruits génériques. Il en est de même pour les idiolectes pratiqués par les personnages de théâtre dont la singularité se fonde sur des régularités sociolectales requalifiées en parlures. A contrario, comme le souligne Anna Jaubert, un idiolecte basé sur une singularité radicale, tel celui qu’on observe dans Un mot pour un autre de Jean Tardieu, ne peut conduire qu’à une impasse communicationnelle. Cette section s’attache surtout à mettre en lumière la dimension moins aboutie de l’idiolecte en comparaison du style. Alors que le premier est « l’expression d’un naturel », caractérisé par sa spontanéité, le second est « l’effet d’un art » (186), traduisant un dessein et une maîtrise esthétique. Toutefois, l’idiolecte est susceptible d’être requalifié en style pour peu qu’il apparaisse comme « conscientisé » et réfléchi.

11D’autre part, Anna Jaubert évalue les relations complexes entre le style et l’ethos, à savoir l’image de soi que le locuteur projette dans son discours. Ces relations sont foncièrement dialectiques, étant donné que « le style est un vecteur d’ethos, mais il en est aussi le produit, élaboré par des processus de différenciation » (197). Dans l’ensemble, la construction d’un ethos mobilise la dimension collective du style, relativisant ainsi sa singularité, vu que les procédés discursifs sollicités dépendent étroitement du contexte socioculturel et du cadre général de la communication. De ce fait, les postures énonciatives élaborées demandent des ressources langagières suffisamment conventionnelles pour qu’on les reconnaisse, ces dernières étant alors perçues comme un style. C’est le cas lorsque les professionnels de l’information se donnent une image de prudence et de modération en recourant au conditionnel dit « journalistique » ou à la litote. Pareillement en littérature, les figures construites par les personnages, comme celui du héros romantique, reposent souvent sur des moyens stylistiques stéréotypés, conformes à l’attente éthique du lectorat ou à l’air du temps. Cela explique que la stylisation liée à l’ethos soit sujette à la mode, à l’exemple du « bien dire » (219) de la politesse mondaine des siècles classiques, aujourd’hui déplacé. Cette section vaut également pour ses considérations sur les discordances fréquentes entre le style choisi et l’ethos revendiqué par les locuteurs, telles qu’elles se manifestent au théâtre (voir Le jeu de l’amour et du hasard de Marivaux) ou sur certains sites de rencontre.

12La dernière section de l’ouvrage explore les affinités entre les notions de style et de littérarité. Cette affinité paraît très forte, du moment où le style suppose un gain de valorisation et où la littérarité met en œuvre « un langage-valeur » (225). Néanmoins, tout comme le style, celle-ci s’avère graduelle, avec des réalisations intermédiaires entre le discours ordinaire et le discours littéraire. Parmi ces réalisations hybrides, Anna Jaubert mentionne les productions lettrées de l’Ancien Régime (comédies-ballets, correspondance) et la littérature testimoniale (récits sur la Shoah) qui entremêlent un régime communicationnel ou documentaire et des préoccupations esthétiques. Mais c’est avec l’autonomisation de la langue littéraire à partir du 19e siècle que se manifeste le stade le plus accompli de la stylisation. Ces réflexions débouchent sur la notion de « décalage pragmatique » (244) qui distingue la réception littéraire. À l’issue de ce dernier, le texte littéraire se voit déconnecté « des intérêts utilitaires de la vie » et repragmatisé « à un niveau englobant, celui de la demande de reconnaissance de l’œuvre […] faisant événement dans le monde » (244-245).

  • 3 Pour les relations ambiguës entre le style et le discours publicitaire, voir Marc Bonhomme (2015).

13Au total, l’ouvrage d’Anna Jaubert se remarque par la fécondité de ses propositions qui renouvellent les études stylistiques autour du concept de « stylisation ». Ce concept offre l’avantage d’appréhender les états du style dans leur dynamisme et selon une approche holistique qui intègre leurs dimensions énonciatives, pragmatiques et esthétiques au cœur d’une démarche problématisante, attentive à la textualité et à ses effets. Par ailleurs, Anna Jaubert combine heureusement les considérations théoriques et les études de cas, en même temps qu’elle apporte de nombreux éclairages historiques sur la perception des faits de style. Mais le principal apport de son ouvrage réside dans sa perspective continuiste selon laquelle l’avènement du style se déploie entre la langue et l’individuation du discours, trouvant ses formes les plus exemplaires dans la littérature qui constitue le point focal de son étude, même si celle-ci prend aussi en compte les genres discursifs ordinaires, qu’ils soient conversationnels ou politiques. En tout cas, cet ouvrage fournit les ressources nécessaires pour l’examen des formes transitoires de la stylisation, comme celles qu’on observe par exemple dans les genres médiatiques. Entre autres, en quoi le discours publicitaire comporte-t-il DU style, tout en constituant génériquement UN style3 ? De la sorte, par son approche englobante, l’ouvrage d’Anna Jaubert ne manquera pas d’intéresser un large public, par-delà les spécialistes en littérature et en analyse du discours.

Haut de page

Bibliographie

Bally, Charles. 1951 [1909]. Traité de stylistique française (Genève-Paris : Klincksieck)

Bonhomme, Marc. 2014 [2005]. Pragmatique des figures du discours (Paris : Champion)

Bonhomme, Marc. 2015. « Les emplois du terme style dans le discours publicitaire », Bordas, Éric & Georges Molinié (éds). Style, langue et société (Paris : Champion). 75-89

Bordas, Éric & Georges Molinié (éds). 2015. Style, langue et société (Paris : Champion)

Cohen, Jean. 1966. Structure du langage poétique (Paris : Flammarion)

Gardes-Tamine, Joëlle. 1992. La stylistique (Paris : Colin)

Guerrini, Jean-Claude. 2019. Les valeurs dans l’argumentation (Paris : Classiques Garnier)

Guillaume, Gustave. 2021 [1929]. Temps et verbe. Théorie des aspects, des modes et des temps (Paris : Champion)

Jaubert, Anna. 1990. La lecture pragmatique (Paris : Hachette)

Jaubert, Anna. 2007. « La diagonale du style », Pratiques 135-136, 47-62

Jaubert, Anna. 2015. « L’analyse du discours doit-elle s’arrêter au style ? », Angermuller, Johannes & Gilles Philippe (éds). Analyse du discours et dispositifs d’énonciation (Limoges : Lambert-Lucas). 87-95

Larthomas, Pierre. 1998. Notions de stylistique générale (Paris : PUF)

Molinié, Georges & Pierre Cahné (éds). 1994. Qu’est-ce que le style ? (Paris : PUF)

Rabatel, Alain. 2008. « Introduction : figures et points de vue en confrontation », Langue française 160, 3-19

Rastier, François. 2001. Arts et sciences du texte (Paris : PUF)

Riffaterre, Michael. 1971. Essais de stylistique structurale (Paris : Flammarion)

Spitzer, Leo. 1970 [1954]. Études de style (Paris : NRF Gallimard)

Haut de page

Notes

1 Voir sur ce point Bordas et Molinié (2015).

2 En particulier, la note 50 de la page 235 reste encore trop générale pour expliciter cette polysémie. À propos de celle-ci, on peut se reporter à Jean-Claude Guerrini (2019).

3 Pour les relations ambiguës entre le style et le discours publicitaire, voir Marc Bonhomme (2015).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Bonhomme, « Jaubert, Anna. 2023. La stylisation du discours (Paris : Classiques Garnier, coll. Investigations stylistiques) »Argumentation et Analyse du Discours [En ligne], 32 | 2024, mis en ligne le 15 avril 2024, consulté le 25 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/aad/8189 ; DOI : https://doi.org/10.4000/aad.8189

Haut de page

Auteur

Marc Bonhomme

Université de Berne (Suisse)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search