Navigation – Plan du site

AccueilNuméros32Steve Oswald : Pragmatique et rhé...

Steve Oswald : Pragmatique et rhétorique

Entretien mené par Thierry Herman
Steve Oswald et Thierry Herman
Traduction(s) :
Steve Oswald: Pragmatics and rhetoric [en]

Résumé

Chercher l’efficacité perlocutoire (faire adhérer à une thèse, faire acheter un produit, …) sans que la vérité ou la morale ne jouent un rôle décisif constitue-t-elle ce que d’aucuns nomment une manipulation ? C’est précisément parce qu’il s’intéresse aux mécanismes de l’adhésion à des thèses que Steve Oswald a tissé des liens entre sciences cognitives et rhétorique autour de cette notion. En se fondant sur les théories de pragmatique cognitive et les travaux en psychologie, ce chercheur sort des sentiers battus de la rhétorique en ouvrant ce qui est pour beaucoup une boîte noire : la question des effets des stratégies discursives. Il a tout d’abord abordé la question en cherchant à expliquer le mécanisme sur un plan théorique mais aussi, depuis peu, de manière expérimentale. Examiner ainsi la question des effets rhétoriques permet non seulement de revivifier la discipline en documentant les intuitions ou les constats empiriques des anciens rhéteurs, mais aussi de créer des ponts entre des approches qui s’ignorent parfois : la logique informelle, la psychologie cognitive, la pragmatique cognitive, l’analyse du discours.

Haut de page

Texte intégral

Steve Oswald est maître d’enseignement et de recherche en linguistique anglaise à l’Université de Fribourg (Suisse). Il est membre fondateur et vice-président de la European Conference on Argumentation (ECA), ainsi que membre fondateur du Collectif Romand de Recherches sur l’Argumentation (CoRReA) et de la série de conférences Argumentation et Langage (ARGAGE). Il développe sa recherche à l’interface des sciences du langage, des sciences cognitives, de l’étude de l’argumentation et de l’analyse du discours. Sa trajectoire de recherche l’a amené à défendre un modèle pragmatique cognitif de la communication non-coopérative et manipulatoire (Oswald, 2010), travail au cours duquel il s’est tourné vers l’étude de l’argumentation et de la rhétorique, avec une prédilection pour les questions relatives à l’influence du sens sur les effets du discours. Depuis quelques années il étudie de près les liens entre pragmatique et argumentation, en termes de leurs ponts méthodologiques, leurs notions communes et leurs influences réciproques, pour mieux cartographier leur étroite relation (Oswald, 2022, 2023a, 2023b). Sa démarche est interdisciplinaire, dans le sens où il recrute des méthodologies expérimentales typiques en sciences cognitives pour traiter de questions classiques en rhétorique comme les effets de persuasion – une approche qui permet de revivifier les études de rhétorique en documentant les intuitions ou les constats empiriques des anciens rhéteurs.

 

Thierry Herman est maître d’enseignement et de recherche en section de français à l’Université de Lausanne et en Sciences de la communication et de la cognition à l’Université de Neuchâtel. Il a publié plusieurs articles sur l’interfaçage entre rhétorique, argumentation et analyse du discours qu’il applique dans l’analyse du discours politique, journalistique ou universitaire contemporain. Certains d’entre eux sont écrits avec Steve Oswald, dans la conviction que la pragmatique cognitive éclaire et explique des stratégies rhétoriques de persuasion.

 

1. Thierry Herman. Steve Oswald, vous définiriez-vous comme un rhétoricien ?

 

Steve Oswald : Les gens se définissent souvent selon leur formation et je ne suis pas un rhétoricien de formation, mais j’ai un intérêt très fort pour des questions d’ordre rhétorique. Même si je n’étudie pas la dispositio par exemple, je peux imaginer que des études de pragmatique expérimentale puissent nous renseigner sur ces aspects. Je m’intéresse au fonctionnement de l’arsenal argumentatif, pour reprendre une formule de Marc Angenot (2012), mais en cherchant à décrire les stratégies rhétoriques en circulation avec un niveau de granularité fin, reposant sur une approche pragmatique et une validation expérimentale, pour éviter de simplement postuler l’existence d’effets persuasifs attachés à différentes stratégies rhétoriques, comme l’effet sur l’ethos d’un argument ad hominem. En ce sens, je me définirais comme un pragmaticien dont le domaine de recherche recoupe celui de la rhétorique.

 

2. T.H. Vous plaidez pour une forme d’interdisciplinarité féconde, en somme.

 

S.O. Certains ponts peuvent se faire, même si des postures parfois non conciliables se font jour. En ce qui concerne la rhétorique et la pragmatique, un des points communs est la question centrale des effets du discours. Or – et j’ai conscience que c’est une affirmation radicale qui peut susciter quelques réactions –, je pense que l’étude de tels effets est plus psychologique que linguistique. Certes, un ou une analyste du discours peut formuler plusieurs hypothèses interprétatives quant aux effets que l’emploi de « fœtus » ou celui de « bébé » pour référer à un être humain en gestation peut avoir dans un débat sur la question de l’avortement. Mais pour étudier ces effets, il faut une approche cognitive et expérimentale : cognitive, pour émettre des hypothèses au sujet des inférences susceptibles d’être contextuellement tirées, et expérimentale, pour confirmer (ou infirmer) ces hypothèses.

C’est ce que propose la théorie de la pertinence depuis vingt ans. Je viens de lire un papier sur le traitement de la métaphore (Carston et Yan 2023) qui remet en question de manière fine et nuancée une idée largement dominante dans la littérature scientifique selon laquelle l’interprétation d’une métaphore ne demanderait pas de coût de traitement particulier par rapport à l’effort consenti pour le traitement d’une expression littérale. Les expériences de Carston et Yan montrent une variation de coût de traitement significativement plus longue entre une métaphore référentielle (celle qui désigne une entité spécifique comme les enfants nageurs désignés ci-après comme des têtards : « Les têtards peuvent sortir de la piscine maintenant »), et une métaphore prédicative attribuant une qualité au référent (« Vous, les enfants, êtes des petits têtards »), et ce, même si la métaphore référentielle n’est pas en position de sujet grammatical de la phrase. Un tel résultat est intéressant du point de vue rhétorique : il permet d’envisager l’efficacité ou l’intelligibilité de certaines métaphores, autrement dit l’intérêt à l’utiliser ou non dans certains contextes.

En mettant en évidence la perspective psychologique et expérimentale des effets du discours, j’aborde la question, centrale chez Perelman et Olbrechts-Tyteca (2008), de l’adhésion, avec un éclairage psychologique. Récemment, mon équipe a travaillé sur la question de l’insinuation en lien avec l’ethos. La théorie classique de l’insinuation, ou innuendo en anglais (cf. Bell, 1997), dit que l’insinuation est persuasive et qu’elle entache la réputation de sa cible, avec des effets plus importants lorsque le contenu péjoratif est insinué que lorsqu’il est asserté. Bell (1997) et Fraser (2001) affirment que le fait de nier après coup avoir commis une insinuation maintient l’effet de dommage réputationnel. Dans une étude expérimentale de ce staining effect, nous avons infirmé (avec Tamlyn Adatto, Université de Neuchâtel et Daniel de Oliveira Fernandes, Université de Fribourg) cette conclusion : nier une insinuation peut au contraire améliorer la réputation de la cible de l’insinuation.

Ce cas me permet d’illustrer le sens de ma démarche, qui vise à nous donner les moyens d’apporter des éclairages sur des affirmations dans la littérature rhétorique ou dans des analyses de discours faisant l’hypothèse de l’effet de certaines formes verbales ou de certains schèmes argumentatifs. Les expériences révèlent que ce qu’on croyait savoir n’est souvent pas aussi simple qu’on ne le pensait, que certaines affirmations de bon sens sont mal, voire pas documentées. Ce que j’essaie d’apporter, c’est justement une source de justification supplémentaire pour ces effets déjà discutés depuis 2000 ans d’histoire de la rhétorique, car nous avons les outils pour les tester maintenant. Pour prendre un dernier exemple, récemment, votre propre modèle de l’analyse de l’ethos explicite, qui postule l’idée que l’image d’autrui donnée par un orateur modifie l’ethos de l’orateur lui-même a pu être validé expérimentalement, dans un travail que vous menez avec un membre de mon équipe, Jennifer Schumann, en testant également la tripartition aristotélicienne de bienveillance, compétence et vertu. Voilà ce que je trouve excitant intellectuellement : reprendre des questions anciennes et améliorer l’adéquation descriptive et explicative de nos modèles.

 

3. T.H. Revenons au début de votre trajet. Vous avez écrit une thèse (Oswald 2010) portant sur la communication non-coopérative et la notion, complexe et délicate à traiter scientifiquement, de manipulation. Avant de revenir à cette dernière notion, pouvez-vous exposer la source de votre intérêt pour ce domaine de recherche ?

 

S.O. Je suis arrivé à l’étude de la manipulation dans le discours de manière indirecte. Vers la fin de ma licence en Lettres, à l’Université de Genève, je voulais d’abord travailler sur l’humour. Mais mon directeur de mémoire, puis de thèse, Louis de Saussure, venait d’organiser un symposium sur la notion de manipulation lors duquel plusieurs questions avaient été soulevées à ce sujet depuis une perspective pragmatique cognitive, perspective dans laquelle j’ai été formé. En effet, sur la base des travaux fondateurs de Grice, qui ont mis en avant le caractère coopératif de la communication, la discipline s’est également intéressée à des cas de communication non-coopérative. Comme j’ai vécu une partie de mon enfance et de mon adolescence en Argentine, qui baigne toujours dans l’héritage des discours publics de Juan Domingo Perón et de sa femme, Evita, j’ai voulu observer de plus près les discours mobilisateurs et ai défendu un mémoire sur le discours péroniste avant de me lancer dans une thèse sur la communication non-coopérative et manipulatoire. Au-delà de ces aspects factuels liés à mon parcours, j’ai également toujours été sensible à tout type de phénomène communicationnel dans lequel « quelque chose ne tourne pas rond », notamment du point de vue de l’interprétation. Les jeux de mots, les contrepèteries et les calembours m’ont toujours particulièrement attiré, de même que les devinettes, énigmes et autres défis discursifs dans lesquels il y a toujours un « truc » dont la nature cachée, qui est ensuite révélée, rend ces événements discursifs amusants, et donc intéressants du point de vue de leur fonctionnement. La manipulation, même si elle pose de sérieux problèmes du point de vue moral, est similaire sur le plan opératoire : il est essentiel à son succès que le mécanisme que le manipulateur met en place pour remporter l’adhésion demeure caché – s’il était apparent dès le départ, la manipulation échouerait ; c’est la différence avec l’humour, qui certes fonctionne initialement de manière similaire, mais requiert en revanche la révélation du « truc » en question.

 

4. T.H. La rhétorique a, dès sa naissance, fait l’objet d’attaques en raison de sa capacité à manipuler les croyances d’autrui – le mot même de manipulation, attaché à une activité de discours, reste connoté négativement. Utilisez-vous toujours cette notion et surtout comment l’avez-vous définie pour sortir de l’ornière que représente l’examen scientifique d’une notion aux connotations négatives chargées ?

 

S.O. Effectivement, la dominante est celle d’une connotation négative. Mais pas toujours. Chalvin (2001) propose par exemple la notion de manifluence, pour rendre compte d’une utilisation à bon escient de la manipulation : c’est en somme l’idée de manipuler les autres pour leur propre bien. Face à ces difficultés liées à la connotation du terme, j’ai décidé de ne pas me concentrer sur l’aspect éthique, mais plutôt sur l’aspect opérationnel du phénomène. Autrement dit, plutôt que de chercher à déterminer si manipuler est bien ou mal, j’ai décidé d’étudier comment le mécanisme manipulatoire fonctionne. Les questions éthiques demeurent fondamentales, bien sûr, mais ce n’était pas le cœur du propos pour une perspective ancrée dans une approche pragmatique, linguistique et cognitive. Cela étant, j’utilise désormais plus rarement le terme, que chacun envisage de manière différente. Je me suis donc plutôt focalisé sur la question de la deception (en anglais) ou de la tromperie, qui, elle, est définie de manière plus précise par les philosophes du langage ; la deception concerne le fait de faire en sorte qu’une personne entretienne ou continue d’entretenir une croyance fausse ou de faire en sorte d’empêcher une personne d’entretenir une croyance avérée. Une telle approche permet en particulier d’évacuer des problèmes d’intentionnalité : peut-on tromper par hasard, y a-t-il a une intention de nuire, etc. On trouve de nombreuses discussions sur les critères de définition dans la somme qu’est l’Oxford Handbook of Lying (Meibauer 2018).

  • 1 L’exemple est discuté dans Maillat et Oswald (2011).

Il en ressort essentiellement que l’on ne peut pas parler de deception sans évoquer la notion de vérité. Or, dans les cas de manipulation qui m’intéressaient, il me semblait possible de tromper tout en disant la vérité. C’est par exemple le cas assez connu de Jo Moore, une conseillère politique qui travaillait pour le ministère des transports anglais et qui a suggéré dans un email adressé au service de presse du département, quelques minutes après l’écroulement de la première tour du Word Trade Center, le 11 septembre 2001, que c’était « une bonne journée pour enterrer les mauvaises nouvelles » : le propos, qui a fuité dans les médias et a fait scandale, illustre, outre l’exploitation cynique du drame, une manipulation qui ne réside pas dans la déformation des nouvelles, mais dans le processus visant à empêcher des personnes d’accorder de l’importance ou de la pertinence à des faits véridiques rendus publics – en l’occurrence parce que l’attention était focalisée sur l’écroulement des tours new-yorkaises.1

Il reste que le mot manipulation pose une série de problèmes : étymologiquement, il renvoie aux mains, notion qu’il conserve en prestidigitation sans connotation négative ; il implique des interrogations nombreuses sur ses frontières avec la persuasion ou avec l’argumentation… J’ai tendance à ne plus employer la notion pour cette raison, tout en conservant le même angle focalisé non sur le « Quoi » mais plutôt sur le « Comment ». S’il y a tromperie, comment a-t-elle pu fonctionner ?

Je pense impossible de décréter que tel discours ou tel énoncé constitue une manipulation. Quand G. W. Bush dit « You are with us or against us », le public crie à la manipulation en évoquant le faux dilemme – mais qu’est-ce qui me prouve que Bush n’a pas une vision manichéenne du monde et qu’il n’est pas ici en train d’exprimer une croyance qu’il pense vraie en toute sincérité ? Nous ne sommes pas dans la tête des gens et il n’est donc pas possible de trancher. En revanche, on peut décrire l’effet de l’alternative proposée et s’interroger sur la manière dont elle rend peu saillante et peu pertinente une position tierce. C’est pourquoi je pense qu’une liste de critères de définition de la manipulation est, sinon impossible, peu intéressante, en ceci qu’elle ne permettra pas à mon sens de capturer toutes les occurrences du phénomène en discours. On peut avoir des soupçons, formuler des hypothèses, faire des conjectures qu’il est possible d’étayer avec plus ou moins de réussite. Quoi qu’il en soit, je ne pense pas que le fait de définir une telle pratique discursive soit le but central d’une approche pragmatique de ce qu’on pourrait appeler la manipulation. En revanche, comprendre le processus favorisant telle croyance ou empêchant telle autre me semble à notre portée et digne d’intérêt scientifique, raison pour laquelle c’est la démarche que j’adopte dans mes analyses.

 

5. TH. Certains concepts de pragmatique cognitive se heurtent à une forme de critique, portant sur une vision positiviste de la communication. On parle dans votre domaine de « communication réussie » mais aussi de « vériconditionnalité », qui sont des notions peu présentes dans les approches descriptives de l’analyse du discours. Qu’est-ce qu’une communication réussie et qui juge de la chose ?

 

S.O. Je pense qu’il faut d’abord se mettre d’accord sur le sens des termes qu’on emploie. En pragmatique, on parle en effet de communication réussie pour un échange d’informations au terme duquel la représentation du destinataire a un degré de ressemblance très élevé avec celle du locuteur ou de la locutrice – ou suffisamment élevé pour les besoins de l’échange. Il ne s’agit évidemment ni d’obtenir une identité parfaite entre représentations, ni exactement la même pensée, mais de s’assurer d’obtenir un très haut degré de ressemblance entre la pensée du locuteur ou de la locutrice et celle que le ou la destinataire lui attribue. Une théorie de la compréhension doit expliquer comment cette « réussite » s’opère, et on parlera ainsi de communication réussie même pour des échanges polémiques ou non-coopératifs d’un point de vue comportemental : si je vous traite d’anacoluthe ou de cercopithèque, vous comprendrez que je vous insulte et que mon intention est de vous attribuer des propriétés négatives. En ce sens, nous coopérons tout de même sur le plan de la compréhension – de ce point de vue, notre communication est réussie, parce que nous nous comprenons, même si elle peut être ratée sur le plan de l’harmonie sociale. Il n’y a par conséquent pas besoin de juge pour déterminer si la compréhension a eu lieu – en revanche, un verdict serait nécessaire pour déterminer si ce que je vous ai dit est normativement acceptable ou offensant.

Pour ce qui est des cas de tromperie ou de manipulation, il faut postuler différents niveaux de communication et leur description est donc plus complexe. Les intentions manifestées en surface n’incluent pas l’intention de manipuler, qui, elle, doit rester cachée. Si l’intention de manipuler demeure cachée, la communication est quand même considérée comme réussie dans le sens où un contenu intentionné a été non seulement rendu manifeste, mais également reconnu et identifié.

En revanche, si l’on aborde la réussite de la communication d’un point de vue rhétorique, le succès d’un échange devrait alors se traduire par l’adhésion des esprits aux idées exprimées ou par une forme de réajustement de la croyance antérieure à l’échange. Cela inclut alors une dimension perlocutoire qui n’est pas nécessairement impliquée par l’acte de comprendre, dans le sens où l’on peut parfaitement comprendre un discours persuasif sans adhérer à la thèse qui y est présentée – dimension que les pragmaticiens et pragmaticiennes ont typiquement négligée.

 

6. T.H. Et la vériconditionnalité ? La rhétorique ne place pas la notion de vérité au centre de sa réflexion.

 

S.O. Les théories cognitives sont les héritières de la philosophie du langage qui s’intéressait au sens linguistique (Frege, Carnap, le premier Wittgenstein, Russell, le cercle de Vienne, etc.), un mouvement qui a débouché sur la sémantique moderne et un type de pragmatique moderne. Austin, Searle et Grice, quant à eux, faisaient partie de ceux qu’on a appelé les philosophes du langage ordinaire, bien qu’ils aient gardé un pied dans la tradition formelle. Par conséquent, l’héritage des questions de vériconditionnalité est important, avec l’idée que le sens de l’énoncé est défini par ses conditions de vérité, autrement dit que certaines conditions dans le monde doivent être satisfaites pour que cet énoncé reflète un état de choses vrai et qu’il puisse avoir, de ce fait, un sens.

Or le sens n’est pas toujours vériconditionnel. Certes, la vériconditionnalité est applicable pour le sens littéral déclaratif d’un énoncé comme « ceci est une table », mais une question, par exemple, n’est pas évaluable en termes de vérité ou de fausseté. D’autres phénomènes, du côté du sens implicite, ne contribuent pas non plus aux conditions de vérité ; par exemple, l’énoncé « J’ai un rendez-vous après » en guise de réponse à « Est-ce que tu veux prendre un café ? » implicite la réponse « Non, je ne veux pas prendre un café », mais les conditions de vérité de cette proposition inférée n’ont rien à voir avec les conditions de vérité de la phrase au sujet du rendez-vous que le locuteur affirme avoir dans l’énoncé effectivement formulé. Autrement dit, l’implicature conversationnelle ne contribue pas aux conditions de vérité de l’énoncé qui la communique.

En outre, plusieurs sous-domaines du sens ne sont pas propositionnels et donc échappent à l’évaluation en termes de vérité ou de fausseté d’une proposition sous la forme sujet-prédicat : les choses ineffables, comme la saveur du poulet que l’on a grillé ou les réactions émotionnelles – pour faire allusion au pathos – qui sont certainement dotées de sens et en mesure de générer des pensées, ne sont pas des propositions. Être blessé par un commentaire a un sens, mais qui est difficilement approchable avec les outils de la philosophie du langage vériconditionnelle. De même, on peut certainement observer une différence, qu’on ne peut pas qualifier, entre l’énoncé « Mon épouse est très gentille » et « Mon épouse est un ange ». Il est certain que, même s’il y a un recouvrement sémantique, je perds quelque chose en disant « très gentille » et non « ange ». Cette perte n’est pas vériconditionnelle et ne s’exprime pas sous une forme propositionnelle, mais elle reste liée au sens linguistique, car l’expression métaphorique active sans doute un espace conceptuel plus étendu ou plus riche que la seule expression attributive. En d’autres termes, la notion de sens recouvre bien davantage que la vériconditionnalité.

 

7. T.H. C’est très intéressant et j’y vois un écho à des façons d’influencer autrui par le langage ; je pense notamment aux « éclairages » de Jean-Blaise Grize (1996) ou à la « dimension argumentative » de Ruth Amossy (2000). Finalement, est-ce que la pragmatique cherche à dépasser maintenant la seule question de la compréhension ?

 

S.O. Oui. La poésie est un exemple typique : tout le monde ne voit pas la même chose dans un poème et on a probablement tous demandé à la personne nous enseignant la littérature : « Comment savoir ce que l’auteur avait en tête au moment d’écrire cela ? ». Des divergences d’interprétation sont inévitables. Or, une théorie de la communication devrait pouvoir expliquer ces choses-là ; c’est pourquoi tout un mouvement maintenant mené par des gens comme Elly Ifantidou, Tim Wharton, Louis de Saussure (2015), parmi d’autres, s’intéresse à ce qui se situe au-delà de la frontière de ce qui est plausiblement imputable à un locuteur ou à une locutrice, mais néanmoins communiqué – des implicatures faibles par exemple. Dan Sperber et Deirdre Wilson eux-mêmes ont publié un article qui s’intitule « Beyond Speaker’s Meaning » (2015) et qui considère des éléments de sens qui se trouvent au-delà du sens intentionné. Il s’agit en effet de dépasser les aspects de la compréhension et de la reconnaissance d’intention pour intégrer des faits dont il est peu clair qu’ils relèvent de l’intention, mais qui sont bel et bien présents, comme en poésie. Le défi consiste à recruter un modèle qui explique les intentions rendues manifestes pour rendre compte de la possible présence d’intentions moins flagrantes ou d’effets de sens non intentionnés. C’est donc une forme d’ouverture sur l’interprétation qui intéresse l’analyse du discours (certains, en pragmatique, comme Manuel Padilla Cruz [2016], parlent d’ailleurs d’herméneutique). La différence est qu’on s’autorise à discuter des interprétations, mais de manière outillée par les sciences cognitives ; on s’autorise à dire par exemple que « compte tenu de ce contexte, telle interprétation est plus plausible que telle autre ». Ces interprétations restent des conjectures, mais elles peuvent être discutées, et, surtout, justifiées. Une telle approche rejoint sur certains points mon travail sur l’identification de prémisses implicites dans le discours argumentatif dans lequel je proposais un modèle, inspiré par la théorie de la pertinence, permettant de dire par exemple que dans un contexte donné, c’est telle prémisse qui a le plus de chances de correspondre aux intentions du locuteur que telle autre (Oswald 2016).

 

8. T.H. Dans vos propos, vous parlez souvent d’effet rhétorique ; comment envisagez-vous cette notion ?

 

S.O. Effet rhétorique est un syntagme nominal passepartout extrêmement vague – que je définis comme un effet qui est déclenché par un énoncé dans une situation de communication et qui affecte ce qui se passe dans l’échange en aval, notamment dans des contextes argumentatifs – les effets du logos, du pathos et de l’ethos sont des effets rhétoriques ; ils influencent la perception d’autrui, comme le fait de penser que le locuteur est doué, ou nos réactions, par exemple lorsqu’on se sent contraint à se taire ou à contre-attaquer. Ce sont des effets sur l’échange, sur notre perception du monde (y compris sur notre perception du locuteur ou de la locutrice), sur les états mentaux et émotionnels ; bref un ensemble d’éléments, dont il n’existe pas, contrairement aux figures de style, un inventaire, ensemble qui mérite d’être investigué et documenté. Par exemple, à Fribourg nous venons de finir une étude pour déterminer si l’insinuation pouvait être avantageuse dans des attaques personnelles, en particulier si elle pouvait avoir des effets sur l’ethos de l’insinuateur, comme le fait de paraître plus digne de confiance. Il semblerait que oui.

 

9. T.H. A la différence de nombreux travaux en rhétorique et en analyse du discours, vous donnez dans de récents projets une dimension expérimentale à la recherche. En sachant que l’analyse du discours et la rhétorique sont des interdisciplines et que les notions, débattues, de persuasion ou simplement d’influence sont aussi multifactorielles, n’avez-vous pas l’impression que les expériences sont difficiles à mener dans un tel domaine pour isoler un facteur ?

 

  • 2 Imaginez le dialogue suivant, entre A et B, deux amis qui fréquentent un salon de l’automobile en d (...)

S.O. Oui, on a des problèmes pour plusieurs raisons ; en tout premier lieu, parce que la démarche expérimentale doit nécessairement adopter une perspective réductionniste. Dans un questionnaire, on ne peut tester qu’une condition à la fois ; on change un seul élément au sein d’items qui demeurent identiques pour le reste. Par exemple, pour tester si l’emploi de l’insinuation dans un ad hominem est rhétoriquement avantageux, il faut pouvoir le comparer à une version équivalente, en termes de sens, qui n’est pas une insinuation (par exemple une assertion du même contenu), de manière à obtenir deux conditions différentes. De plus, il est nécessaire de construire un scénario dans lequel l’unique variable réside dans cette paire insinuation/assertion – le reste du scénario devant demeurer inchangé. C’est la seule manière de s’assurer, au cas où on obtient des réponses différentes (et statistiquement significatives) de la part des participants à l’expérience dans chaque condition, que cette différence est bel et bien due à l’emploi d’une insinuation, étant donné que c’est le seul élément qui a changé entre les deux conditions.2 Une telle perspective demande un travail minutieux et fin sur le plan des ressources sémantiques et pragmatiques pour des effets qui ne sont pas toujours d’une grande amplitude. Espérer aboutir à un résultat comme « si on insinue, on a 90% de chances de persuader » est illusoire. On s’aperçoit dans ces expériences que plusieurs paramètres, comme les croyances et préférences politiques d’arrière-plan, ne peuvent pas être maitrisés, même s’il existe des moyens de plus ou moins neutraliser leur influence (par exemple, en élaborant des items sans lien avec des questions politiques ou d’idéologie, en s’appuyant sur des scénarios d’activités de la vie quotidienne). L’une des difficultés consiste donc à maîtriser l’effet potentiel de facteurs qui nous échapperaient – c’est ce qui justifie ce réductionnisme dont j’ai parlé – tout en ne rendant pas nos scénarios complètement artificiels. Pour l’instant, nous avons pu observer que des différences émergent tout de même, et c’est encourageant, car ces différences permettent d’alimenter nos tentatives d’explication. Un travail crucial a lieu dans la création des items que l’on soumet au panel de répondants et répondantes – ces items doivent sembler naturels, mais pas trop non plus pour éviter du « bruit » qui serait lié à des attitudes que notre matériel déclencherait de manière involontaire, comme l’activation de stéréotypes ou d’attitudes négatives sur la base de l’emploi de certains termes (par exemple, on peut imaginer que l’emploi d’un langage trop formel, ou au contraire trop informel, dans nos scénarios, puisse être en mesure de biaiser les réponses) ; il est très difficile d’être sûr que les items produits sont adéquats à 100% en ce sens. Ce processus de création se fondant sur une intuition linguistique de ce qui est « naturel » reste néanmoins l’une des seules voies pour documenter des effets et il est toujours important de tester le caractère acceptable, ou naturel, de nos scénarios avant de pouvoir lancer une expérience portant sur ses propriétés rhétoriques.

Une autre difficulté tient au fait que les domaines de la rhétorique et de l’argumentation commencent seulement maintenant à s’intéresser à ces méthodologies expérimentales, qui sont parfois difficilement reçues dans les colloques en argumentation, que ce soit par héritage des clivages disciplinaires – l’argumentation, l’analyse du discours et la philosophie ne s’inscrivent pas dans une tradition expérimentale – ou en raison d’une méfiance disciplinaire envers des approches réductionnistes de ce type. Cette circonspection, de manière paradoxale, est encouragée par l’exigence de clarté absolue qui doit accompagner toute étude expérimentale sérieuse, et qui provoque la critique : la rigueur sur la forme et la transparence dans la manière de rapporter ce qu’on a fait nous expose dans des conférences à des questions classiques, qui n’interrogent pas nécessairement l’étude en soi ni ses résultats, mais plutôt les choix opérés et les notions utilisées : « Pourquoi tel critère et pas tel autre critère ? », « Pourquoi n’avez-vous pas exploré telle autre option ? », « Que faites-vous de ce cas de figure, qui semble pourtant correspondre à votre définition du phénomène en question ? ». Nous sommes ainsi plus exposés à la critique de ce que nous n’avons pas fait qu’à l’examen de ce que nous avons présenté.

 

10. T.H. Dans la dimension expérimentale, il est difficile sinon impossible de prendre des exemples authentiques – dans les travaux des théoriciens de la pertinence, on trouve aussi beaucoup d’exemples fabriqués. Vos travaux et ceux que nous avons co-écrits donnent pourtant aussi l’occasion d’analyser des cas existants – entre données expérimentales, exemples inventés et cas authentiques, comment jongler ? Comment vous positionnez-vous par rapport aux données ?

 

S.O. Dans une expérience, il est impossible de prendre comme exemple un débat politique qui est trop contextualisé alors que le réductionnisme que j’ai évoqué précédemment est de mise. La « contextomie » est difficile ! Les exemples fabriqués peuvent être utilisés pour une recherche expérimentale, mais ils doivent être soumis à l’épreuve. Ils sont le fruit de notre introspection, mais on les pré-teste auprès d’un panel de répondants et répondantes pour s’assurer de leur caractère interprétable et non-problématique. On peut aussi prendre des exemples attestés et adapter les formulations des items testés. Par exemple, une routine syntaxique comme « Tu aurais du mal à distinguer A de B », qui permet d’insinuer « tu es incompétent », peut être testée par différents noms que l’on substitue aux places A et B : « tu aurais du mal à distinguer une fourchette d’un couteau » et ainsi de suite. Les exemples complètement fabriqués sont une ressource précieuse en fonction du phénomène que l’on étudie. Et je pense que c’est moins problématique que ce que l’on peut penser. Par exemple, comprendre et observer l’implicature conversationnelle de « même » avec une phrase comme « Même Ted a aimé ce film » ne posera de problème à personne, même si je viens de fabriquer cet énoncé.

Néanmoins, certains effets pragmatiques ou rhétoriques que l’on veut analyser se prêtent mieux que d’autres à des expérimentations sur des données inventées. Dans le projet AMoRe, qui traite de la question des effets persuasifs de la reformulation, on essaie de faire les deux : nous partons d’extraits de corpus pour les adapter à des items expérimentaux, mais nous menons aussi des expériences sur des données fabriquées pour identifier un phénomène qui semble important, et ce, afin d’avoir des résultats pour que l’équipe qui travaille sur les corpus puisse en faire quelque chose. Si je pense à nos travaux communs (Oswald et Herman 2016, Herman et Oswald 2022), que ce soit dans le cas d’un documentaire sur l’alunissage ou des réponses de Didier Raoult aux questions de David Pujadas, nous avons en revanche travaillé sur des données authentiques pour illustrer des aspects rhétoriques. Je ne privilégie donc pas un type de données, mais j’essaie de considérer le type de données pertinent selon les questions de recherche qui se posent.

 

11. T.H. Vous vous intéressez à des notions extrêmement difficiles à approcher scientifiquement – je pense aux « dogwhistles » ou à l’insinuation. Pouvez-vous définir déjà en quelques mots ces différents types de communication implicite, nous dire comment les traiter scientifiquement et en quoi elles touchent une dimension rhétorique ?

 

S.O. En tant que pragmaticien, je cherche à comprendre comment le sens d’un énoncé peut être différent du sens des mots qui le composent. Or, le sens implicite n’est pas monolithique. Grice montre déjà qu’il existe plusieurs types d’implicatures, mais on peut également aussi débattre de la part exacte du sens explicite : « Je suis fatigué. » veut-il dire « fatigué au point de ne pas faire de sport mais pas au point de renoncer à une promenade », ou « fatigué au point de ne pas vouloir sortir du tout » ? Dans un cas comme dans l’autre, il me semble que le degré exact de fatigue que le locuteur nous demande d’inférer fait partie du sens explicite de l’énoncé. Si, lors d’un rangement après une fête, je vous dis, « Pouvez-mettre les bouteilles vides au recyclage ? », il est clair pour moi que s’il reste l’équivalent d’un doigt de bière au fond d’une bouteille, je considère celle-ci comme vide. Si vous rangez uniquement les bouteilles littéralement asséchées, je l’interprèterai comme une volonté de vous moquer de moi et, dans un tel cas, vous serez sans doute d’accord avec moi pour dire que « presque vide » ou « vide au point que l’on ne peut plus garder le contenu de la bouteille » correspond dans ce cas au sens explicite de mon expression « bouteilles vides », même si ce sens est, de fait, absent du matériau langagier que j’ai employé. On voit donc que la question du sens implicite n’est pas forcément simple à circonscrire.

Mais ce qui m’intéresse en particulier, ce sont les sens implicites utilisés à des fins rhétoriques. Je considère le sens implicite au sens large comme tout contenu communiqué par un énoncé, mais qui n’est pas encodé dans le matériau verbal. L’insinuation est définie classiquement comme l’imputation implicite d’une propriété négative d’un point de vue normatif ou d’une propriété que l’on veut taire ; on n’insinue jamais un contenu positif, sauf si sa formulation est problématique pour quelque raison. De plus, l’insinuation peut typiquement être niée, et ce de manière plus ou moins plausible. Prenons un exemple : Laszlo et Nina amènent chacun une salade à un repas canadien et l’hôte, après coup, s’exclame, devant les deux : « Ta salade était exquise, Nina ». Cela pourrait insinuer que la salade de Laszlo n’était pas bonne. On le voit bien, l’insinuation peut être suivie d’un déni plausible (« Je ne voulais pas dire que ta salade était mauvaise, Laszlo, je voulais simplement relever que Nina a fait une super salade, parce que je sais qu’elle prend des cours de cuisine en ce moment et je voulais l’encourager »). D’un point de vue rhétorique, c’est donc une ressource intéressante, puisqu’elle permet de communiquer des contenus problématiques tout en se défaussant de la responsabilité de les avoir communiqués.

La notion de « dogwhistle » a été popularisée dans le cadre d’un débat de politique américaine opposant Bush à Dukakis dans les années 1980 ; elle fait allusion aux sifflets pour chiens que seuls ces derniers entendent. Transposée au domaine politique, la notion désigne des messages qui ont un sens spécifique pour une partie de l’auditoire mais qui demeure inaccessible à une autre. On pense par exemple aux blagues douteuses ou salaces glissés dans des dessins animés, qui sont destinées aux adultes mais invisibles aux yeux des enfants. En politique américaine, évoquer le « inner city crime », par exemple, c’est en fait cibler les crimes perpétrés par les membres de la communauté noire. Lorsque l’on teste une description avec une variante « violent crime » contre une variante « violent inner city crime » (cf. les travaux de Hurwitz et Peffley 2005), les personnes testées ont tendance à privilégier dans le dernier cas les mesures répressives aux mesures préventives. Une telle étude suggère que le « sifflement pour chien » opère de manière inconsciente et qu’il a un réel impact sur la prise de décision concrète, ce qui avait déjà été montré à propos de la métaphore par Thibodeau et Boroditsky (2013).

Autre phénomène connexe, les « figleaves » ou feuilles de vigne en français consistent à légèrement couvrir ce qu’il est inacceptable d’afficher en public : « Je ne suis pas raciste, mais… » suivi d’un commentaire raciste, « Je ne dis pas qu’il faut le faire, mais je me demande si… », « C’est juste une question, mais… ». Ce sont des expressions qui, en surface, permettent au locuteur ou à la locutrice de se dédouaner de l’intention d’avoir voulu dire quelque chose qui pourrait leur être reproché, sans pour autant se retenir de dire ce qui pourrait être mal reçu. La stratégie rhétorique de la mention de statistiques, par exemple, accompagne souvent des « figleaves » : « 60% des criminels sont des noirs. Je ne suis pas raciste, ce sont les chiffres qui le disent » sont des énoncés qui propagent tout de même une croyance discriminante (voir Bräuer 2023). On a également les présuppositions exploitables à des fins rhétoriques, en particulier à travers ce que l’on nomme l’accommodation présuppositionnelle : si je dis, par exemple que ma sœur a deux enfants et que mon interlocuteur ignorait l’existence même de ma sœur, il apprend cette information en accommodant la présupposition. On peut imaginer que des locuteurs peu scrupuleux puissent communiquer des informations problématiques de cette manière, car ce qui est présupposé a moins de chances d’être examiné de manière critique (voir Lombardi Vallauri 2021, entre autres). Cette typologie des contenus implicites est au centre de mon projet IMAFUN, financé par le Fonds national de la Recherche suisse, qui vise à documenter des effets rhétoriques déclenchables par certains d’entre eux : l’insinuation pour favoriser l’ethos du locuteur, la présupposition pour insérer une information problématique (logos), etc. L’idée est d’examiner différents types de sens implicite comme des ressources rhétoriques utilisées pour déclencher certains types d’effets.

 

12. T.H. Votre parcours montre un intérêt et des travaux portant sur les sophismes (fallacies), une notion qui semble convoquer une idée normative de jugement sur les bonnes et mauvaises argumentations. Pour certains, cette approche excède la tâche du linguiste, lequel s’ancre plutôt dans une dimension descriptive, à l’exception sans doute des représentants de la Critical Discourse Analysis, qui assument une dimension idéologiquement engagée. Comment vous positionnez-vous dans ce débat sur le normatif et le descriptif ?

 

S.O. A partir du moment où l’on s’intéresse au raisonnement et où l’on considère que des raisonnements sont plus fragiles que d’autres, il me semble possible de ne pas être d’accord avec un argument, ce qui nécessite de justifier pourquoi. Mais je fais une différence entre un caractère normatif et un caractère prescriptif donnant des devoirs faire ou ne pas devoir faire. La normativité ne me dérange pas, mais elle n’implique nullement une vision prescriptive, ni une position normative a priori. On sait bien qu’il existe des versions tout à fait raisonnables de ce que la tradition classe dans des fallacies : un appel à l’autorité peut être tout à fait justifié dans des circonstances où seule l’autorité est en mesure de rendre un verdict, de même qu’une attaque personnelle peut être justifiée dans le cas où la dimension personnelle visée est pertinente pour la prise de décision. Je crois que la réflexion dépend aussi du type de proposition défendue – un fait, une valeur ou une proposition d’action, pour reprendre une tripartition bien connue (fact, value, policy). Ainsi, « Tout le monde dit que la terre est ronde et donc la terre est ronde » n’est pas une argumentation solide, mais « Tous mes amis m’ont dit que cette personne est digne de confiance » constitue une bonne raison de penser que c’est effectivement le cas. Si on parle de la qualité de l’argumentation, il est difficile de s’affranchir de la dimension normative. Mais le but d’une telle étude n’est pas de conclure qu’une personne qui se rend coupable d’utilisation de sophismes ne sait pas argumenter : c’est juste un fait de dire que cette personne commet des fallacies. C’est là que je vois une dimension descriptive : il est possible et raisonnable d’exposer et de justifier que, selon tel modèle, ce discours développe tel sophisme sans tomber dans le jugement facile ni s’exclamer « Bouh ! C’est un mauvais discours ! ».

 

13. T.H. Un autre projet actuel (AMoRe), mené avec une équipe en Pologne, vous fait considérer la notion de reformulation sous un angle rhétorique. Jusqu’ici, elle était vue plutôt comme un processus langagier seulement, mais vous avez montré (Koszowy et al. 2022, Younis et al. 2023) que la reformulation n’est pas sans effet rhétorique, n’est-ce pas ?

 

  • 3 Dans cette étude, nous avons contrasté des énoncés reformulés (p. ex. « Tu devrais acheter cette ch (...)

S.O. : En effet. On a montré que les reformulations étaient perçues comme plus persuasives que des énoncés sans reformulation (par exemple, un énoncé dans lequel le sujet de pensée emploie une reformulation par spécification comme « C’est honteux de se comporter de cette manière. Notre pays pense aussi que c’est honteux » est perçu comme plus persuasif que le même énoncé qui n’est pas reformulé, comme « C’est honteux de se comporter de cette manière. Voilà ce que je peux vous dire au sujet de ce comportement ») et que même si les gens sont sensibles à un effet rhétorique de reformulation, ils considèrent que c’est davantage une forme de paraphrase, une redondance de contenu, qu’une stratégie argumentative (Koszowy et al., 2022). On essaie également de voir si la reformulation a un effet décisif : on propose par exemple dans une expérience un choix entre deux produits, et on teste quel produit serait choisi, en variant la présentation de ces produits entre une information simple et unique, une information strictement répétée, une information reformulée, ou une information accompagnée d’une autre information neutre (sans reformulation).3 Il apparaît que la reformulation a un effet persuasif comparé aux autres conditions. On cherche également à savoir si la reformulation a des effets sur l’ethos de la personne qui reformule, ce qui est apparemment particulièrement significatif dans des types de reformulation par spécification qui font intervenir des savoirs experts ou des chiffres. Il est fréquent de considérer la reformulation comme dénuée d’effets inférentiels, comme une forme de redite, mais nos expériences montrent que ce n’est pas aussi simple que cela.

 

14. T.H. Comment envisagez-vous la suite de votre recherche ? Quels sont les chantiers qui pourraient continuer à rendre opératoire et intéressant le croisement entre pragmatique cognitive et rhétorique ?

 

S.O. Ma recherche continuera à faire usage du paradigme expérimental, car de nombreuses voies restent à explorer dans cette approche en ce qui concerne l’étude de l’impact rhétorique de différentes ressources pragmatiques et linguistiques. J’entends aussi intensifier une collaboration du côté computationnel, parce que le monde doit aujourd’hui tenir compte de l’intelligence artificielle. Or, les modèles linguistiques automatisés ont des limites patentes dans la question des effets pragmatiques : l’identification de l’ironie, de la métaphore, du sens implicite non stable, par exemple, sont des écueils notables de la pensée artificielle. Je pense qu’il y a néanmoins moyen de développer des réflexions et des modèles pour éclairer ces zones d’ombre. Je garde cependant toujours un intérêt majeur pour l’argumentation ; je considère d’ailleurs que je fais davantage partie de la communauté des « argumentativistes » que de celle des linguistes, mais j’aimerais faire dialoguer les disciplines et les approches pour améliorer l’explication de phénomènes de sens qui me fascinent, et qui, surtout, ne vont pas de soi.

Haut de page

Bibliographie

Amossy, R. 2000. L’argumentation dans le discours. Discours politique, littérature d’idées, fiction (Paris : Nathan)

Angenot, M. 2012. « La notion d’arsenal argumentatif. L’inventivité rhétorique dans l’histoire », Chaïm Perelman (1912-2012) (Paris : PUF), 39-68

Bell, D. M. 1997. « Innuendo ». Journal of Pragmatics 27-1, 35‑59 [En ligne] http://doi.org/10.1016/S0378-2166(97)88001-0

Bräuer, F. 2023. « Statistics as Figleaves », Topoi 42-2, 433-443

Carston, R., & X. Yan. 2023. « Metaphor processing: Referring and predicating »Cognition 238. 105534 [En ligne] https://doi.org/10.1016/j.cognition

Chalvin, D. 2001. Du bon usage de la manipulation, les ressorts cachés de la communication d’influence (Paris : EDF éditeur)

Cruz, M. P. 2016. « Vigilance mechanisms in interpretation. Hermeneutical vigilance ». Studia Linguistica Universitatis Iagellonicae Cracoviensis (133-1), 21-29

Fraser, B. 2001. « An account of innuendo », Kenesei, I. & R. M. Harnish (éds.), Pragmatics & Beyond New Series 90, 321‑336

Grize, J.-B. 1996. Logique naturelle et communications (Paris : PUF)

Herman, T., & Oswald, S. 2022. « "You want me to be wrong": Expert ethos, (de-)le-gitimation, and ethotic straw men as discursive resources for conspiracy theories », Demata, M., V. Zorzi & A. Zottola (éds.), Conspiracy Theory Discourses 98, 99‑120 [En ligne] https://doi.org/10.1075/dapsac.98.05her

Hurwitz, J. and M. Peffley 2005. « Playing the Race Card in the Post–Willie Horton Era: The Impact of Racialized Code Words on Support for Punitive Crime Policy », Public Opinion Quarterly 69-1, 99–112

Ifantidou, E., T. Wharton & L. Saussure 2021. Beyond meaning. Baltimore : John Benjamins

Koszowy, M., Oswald, S., Budzynska, K., Konat, B., & Gygax, P. 2022. « A Pragmatic Account of Rephrase in Argumentation. Linguistic and Cognitive Evidence ». Informal Logic 42-1, 49‑82 [En ligne] https://doi.org/10.22329/il.v42i1.7212

Maillat, D., & Oswald, S. 2011. « Constraining context. A pragmatic account of cognitive manipulation », Hart, C. (éd.). Critical discourse studies in context and cognition 43, 65‑80)

Meibauer, J. (éd.). 2019. The Oxford handbook of lying (Oxford : Oxford Handbooks

Oswald, S. 2010. Pragmatics of Uncooperative and Manipulative Communication (Neuchâtel : Univ. de Neuchâtel) https://libra.unine.ch/export/DL/45839.pdf

Oswald, S. 2016. « Commitment Attribution and the Reconstruction of Arguments », Paglieri, F., L. Bonelli, & S. Felletti (éds.), The Psychology of Argument. Cognitive Approaches to Argumentation and Persuasion (London : College Publications), 17‑32

Oswald, S. 2020. « Pragmatique cognitive, argumentation et perlocution ». Argumentation et Analyse du Discours 25 [En ligne] https://doi.org/doi.org/10.4000/aad.4793

Oswald, S. (éd.). 2022. Languages 7. « Pragmatics and Argumentation »

Oswald, S. 2023a. « Pragmatics for argumentation ». Journal of Pragmatics 203, 144‑156 [En ligne] https://doi.org/10.1016/j.pragma.2022.12.001

Oswald, S. 2023b. « The Pragmatics and Argumentation Interface ». Languages (8-3) [En ligne] https://doi.org/10.3390/languages8030210

Oswald, S., & T. Herman. 2016. « Argumentation, conspiracy and the moon : A rhetorical-pragmatic analysis », Danesi, M. & S. Greco (éds.), Case studies in discourse analysis (p. 295‑330) (München : Lincom Europa)

Perelman, C., & L.Olbrechts-Tyteca. 2008 [1958]. Traité de l’argumentation. La nouvelle rhétorique (Bruxelles : Éditions de l’Univ. de Bruxelles)

Sperber, D., & D. Wilson 2015. « Beyond Speaker’s Meaning ». Croatian Journal of Philosophy 15-2, 117‑149

Thibodeau, P. H. & L. Boroditsky. 2013. « Natural Language Metaphors Covertly Influence Reasoning ». PLOS ONE 8-1 [En ligne] https://doi.org/10.1371/journal.pone.0052961

Vallauri, E. L. 2021. « Presupposition, attention and cognitive load »Journal of Pragmatics, 183, 15-28

Younis, R., D. de Oliveira Fernandes, P. Gygax, M. Koszowy & S. Oswald. 2023. « Rephrasing is not arguing, but it is still persuasive: An experimental approach to perlocutionary effects of rephrase ». Journal of Pragmatics, 210, 12-23. [En ligne] https://doi.org/10.1016/j.pragma.2023.03.010

Bibliographie de Steve Oswald : https://sites.google.com/view/steveoswald/publications

Haut de page

Notes

1 L’exemple est discuté dans Maillat et Oswald (2011).

2 Imaginez le dialogue suivant, entre A et B, deux amis qui fréquentent un salon de l’automobile en discutant de certains modèles. B1 représente une réfutation (« je pense que tu as tort ») accompagnée d’une attaque personnelle explicite, alors que B2 représente la même réfutation, mais accompagnée cette fois-ci d’une attaque personnelle insinuée :

A. « A mon avis c’est cette marque de voiture qui est la plus fiable. »

B1. « Je pense que tu as tort. Tu n’y connais rien en voitures ».

B2. « Je pense que tu as tort. Quelqu’un pourrait t’expliquer comment fonctionne une voiture »

Les réponses B1 et B2 doivent faire l’objet d’un pré-test (et cela a été le cas dans nos expériences) pour s’assurer non seulement que le sens des deux attaques est équivalent mais aussi que le sens implicite de B2 est accessible.

3 Dans cette étude, nous avons contrasté des énoncés reformulés (p. ex. « Tu devrais acheter cette chaise parce qu’elle est durable. Elle est faite de matériaux solides qui ne s’usent pas ») à des versions qui répètent l’information (p.ex. « Tu devrais acheter cette chaise parce qu’elle est durable. Elle est durable »), des versions sans reformulation (p. ex. « Tu devrais acheter cette chaise parce qu’elle est durable. Voilà ce que je peux te dire »), et des versions qui comportent seulement l’information donnée dans l’énoncé original (p. ex. « Tu devrais acheter cette chaise parce qu’elle est durable »). Notre étude comportait dix items différents, avec ces 4 conditions par item.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Steve Oswald et Thierry Herman, « Steve Oswald : Pragmatique et rhétorique »Argumentation et Analyse du Discours [En ligne], 32 | 2024, mis en ligne le 15 avril 2024, consulté le 28 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/aad/8299 ; DOI : https://doi.org/10.4000/aad.8299

Haut de page

Auteurs

Steve Oswald

Université de Fribourg (Suisse)

Articles du même auteur

Thierry Herman

Université de Lausanne et Université de Neuchâtel (Suisse)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search