Navigation – Plan du site
Recensions

Catherine Courtiau, Ambassades et représentations suisses à l’étranger = Schweizer Botschaften und Vertretungen im Ausland

Berne : Société d’histoire de l’art en Suisse (SHAS), 2013 (Pages blanches). Ouvrage bilingue français-allemand, version anglaise en ligne Swiss embassies and missions abroad
Leïla el-Wakil
Référence(s) :

Catherine Courtiau, Ambassades et représentations suisses à l’étranger = Schweizer Botschaften und Vertretungen im Ausland, Berne : Société d’histoire de l’art en Suisse (SHAS), 2013 (Pages blanches). Ouvrage bilingue français-allemand, version anglaise en ligne Swiss embassies and missions abroad

Texte intégral

1Les lieux de la diplomatie attisent la curiosité du public, tant pour ce qu’ils abritent que pour ce qu’ils représentent. Dans leurs salons feutrés se côtoient les élites et se joue le sort du monde. Au bénéfice du principe d’exterritorialité, ils constituent des îles qui peuvent servir d’asile aux ressortissants du pays respectif en cas de conflit et logent dans bien des cas la hiérarchie diplomatique. Leur accès demeure en règle générale restreint, voire interdit. Comme le veut leur destination, ces bâtiments ont pour mission d’être tout à la fois des lieux où se déploient les activités diplomatiques et des cartes de visite du pays représenté. Par leur exceptionnel état d’entretien et de conservation et le raffinement luxueux de leur ameublement, les trente-quatre exemples helvétiques choisis reflètent parfaitement l’opulence de la Confédération helvétique.

2La Société d’histoire de l’art en Suisse a pris l’initiative d'éditer avec le soutien de l’Office fédéral de la culture un ouvrage, Ambassades et représentations suisses à l’étranger- Schweizer Botschaften und Vertretungen im Ausland, consacré à 34 exemples emblématiques d’ambassades, chancelleries, résidences, consulats suisses dans le monde « qui représentent un intérêt patrimonial, historique, stylistique ou architectural ». Cet ouvrage bilingue français-allemand appartient à la série des « Pages blanches » de la shas, ouvrages destinés au grand public, auquel appartient aussi l’ouvrage sur les loges maçonniques (Loges maçonniques de Suisse, architecture et décors = Freimaurerlogen in der Schweiz, Architektur und Ausstattungen, Berne : Société d’histoire de l’art en Suisse, 2014) également rédigé par l’historienne de l’art et de l’architecture Catherine Courtiau.

3Sélectionné par Nicole Bauermeister, directrice de la Société d’histoire de l’art en Suisse (shas), ce choix d’une trentaine d’édifices, ne constitue qu’un cinquième des quelque cent cinquante représentations diplomatiques suisses établies dans le monde entier. Sans pouvoir se rendre sur place et visiter aux quatre coins du monde les fleurons architecturaux de la diplomatie helvétique, l’auteure de l’ouvrage a cependant travaillé à partir d'une documentation photographique et archivistique la plus exhaustive possible. Pour ce faire elle a principalement eu accès aux archives de l’Office fédéral de la culture, ainsi qu’aux documents fournis par des collègues et des agences d’architectes. L’approche envisagée par Courtiau est systématique. Chaque représentation suisse à l’étranger figurant dans cet ouvrage a fait l’objet d’une notice historique et descriptive accompagnée d’un grand nombre de photographies récentes. Les notices sont classées dans l’ordre alphabétique des noms de capitales ou métropoles qui les hébergent. Un gros tiers d’entre elles sont situées en Europe. Le reste se répartit entre l’Asie, l’Amérique du Sud et du Nord, l’Océanie.

4Les bâtiments d’ambassades sont parfois de prestigieuses anciennes résidences comme le somptueux hôtel particulier Chanac de Pompadour (1705) construit par Pierre-Alexis Delamair dans le quartier de Saint-Germain-des-Prés à Paris. Racheté par la Confédération en 1938 pour servir d’ambassade, il abrite dans son salon une tapisserie de la manufacture des Gobelins d’après Charles Le Brun illustrant la nouvelle alliance de 1663 entre Louis xiv et la Confédération. À Rome, c’est un ancien domaine qui remonte au xvie siècle, situé au nord du Pincio, et son palazzo achetés en 1937 ; à Vienne, une partie d’une annexe du palais Schwarzenberg achetée en 1949 ; et à Moscou une maison de maître construite en 1892 par Nikolaï Ivanovitch Yakounine, acquise en 2005 et dont les architectes suisses Ueli Brauen et Doris Wälchli viennent de réaliser une adjonction.

5Dans d’autres cas ce sont de remarquables bâtiments modernes construits par des architectes suisses emblématiques parmi lesquels on compte peu de femmes. Lorsqu’elles apparaissent c’est en tandem avec leur partenaire. On peut relever les cas de l’ambassade d’Ankara par Ernst Egli (1936‒1940), celle de New Dehli sur les plans de Hans Hofmann (1957 ; réalisation Walter Rüegg), celle de Washington par William Lescaze (1958‒1959), celle de Brasilia par Hans et Annemarie Hubacher (1977‒1984), celle d’Islamabad par Beat Jordi et Stefan Reinhard (1991‒1993) ou encore celle de La Paz par Ueli Brauen et Doris Wälchli qui s’inspirent de l’architecture coloniale espagnole. Dans certains cas, le phénomène apparaît dans les années 1980, les architectes suisses collaborent avec des confrères locaux ou s’inspirent des traditions constructives locales : à Riyad par exemple W.R. Hunziker et Gherzi Engineering réinterprètent le motif du moucharabieh dans une architecture contemporaine (1982‒1984) tandis qu'à Alger, Marco Bakker et Alexandre Blanc travaillent en collaboration avec un architecte local Mohamed Larbi Mehroum (2007‒2010).

  • 1 Catherine Courtiau, « Représentation à l’étranger, Historique de la diplomatie », in Constructions (...)

6Il faut signaler en appendice que dans l’important ouvrage quadrilingue récemment publié par l’Office fédéral des constructions et de la logistique (ofcl), Constructions fédérales. L’architecture de la Suisse officielle1, Catherine Courtiau a signé un article qui synthétise la substance de l’ouvrage de 2013. Elle y résume l’architecture de la représentation helvétique par une phrase qui peut tenir lieu de conclusion : « L’image que veut refléter la Suisse à l’étranger se distingue par une retenue correspondant à la neutralité helvétique, par le désir de faire valoir une perfection technique, tout en s’adaptant aux données et exigences vernaculaires. Pour réaliser ce défi, l’ofcl recourt au savoir-faire high-tech suisse et à la collaboration et intervention de spécialistes locaux. »

Haut de page

Notes

1 Catherine Courtiau, « Représentation à l’étranger, Historique de la diplomatie », in Constructions fédérales. L’architecture de la Suisse officielle, Berne : Office fédéral des constructions et de la logistique, 2016, p. 226-241 (ouvrage disponible en allemand, français, italien et romanche).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Leïla el-Wakil, « Catherine Courtiau, Ambassades et représentations suisses à l’étranger = Schweizer Botschaften und Vertretungen im Ausland », ABE Journal [En ligne], 12 | 2017, mis en ligne le 26 janvier 2018, consulté le 12 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/abe/3789

Haut de page

Auteur

Leïla el-Wakil

Professeur associée, Université de Genève, Genève, Suisse

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue ABE Journal est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo In Visu
  • OpenEdition Journals