Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lectures

G. A. Bremner (ed.), Architecture and Urbanism in the British Empire

Oxford: Oxford University Press, 2016
Aurélie Petiot
Référence(s) :

G. A. Bremner (ed.), Architecture and Urbanism in the British Empire, Oxford: Oxford University Press, 2016

Texte intégral

1Contribution majeure à l’histoire impériale britannique, Architecture and Urbanism in the British Empire, édité par G. A. Bremner, constitue la première synthèse des problématiques liées à l’architecture sous l’Empire, par le prisme des études postcoloniales, de la New British History et d’une histoire globale. L’ouvrage a l’ambition inégalée de couvrir cinq continents et quatre siècles, afin de proposer une introduction à la question du bâti dans les territoires sous domination britannique, du xviie au xxe siècle. Mêlant des problématiques spécifiques à l’architecture et à l’urbanisme, à travers la contribution de spécialistes de chaque zone, le volume est illustré de nombreuses photographies de bâtiments et de plans.

2Inscrit dans la collection « Oxford History of the British Empire » (1998-2001) en tant que « companion volume », cet ouvrage apporte un certain renouveau à cette série encore teintée de colonialisme, qui elle-même représentait déjà un grand progrès par rapport au « Cambridge History of Empire » (1928-1941). Architecture and Urbanism in the British Empire comble donc un manque important de la littérature. Le dernier essai sur la question, déjà insuffisant, date d’il y a 40 ans et les travaux les plus récents sont pour la plupart focalisés sur la décolonisation. L’histoire de l’architecture impériale trouva en Grande-Bretagne un renouveau dans les années 1970, avec les travaux de J. G. A. Pocock sur la New British History et ceux d’Anthony D. King, qui contribue d’ailleurs à cet ouvrage (partie I, deuxième chapitre). Spaces of Global Cultures. Architecture, Urbanism, Identity (2004) par King est un exemple remarquable d’une histoire globale et postcoloniale de l’architecture et de l’urbanisme. Il y montre, comme le fait aussi le présent ouvrage, comment l’architecture coloniale dès ses débuts, et plus encore au xixe et au xxe siècle, est un outil de domination visuelle et spatiale, qui sert à asseoir un pouvoir économique, politique et culturel.

3Les auteurs sélectionnés, spécialistes de questions thématiques ou régionales, proposent des méthodologies et une historiographie qui peuvent servir au-delà de l’histoire architecturale. Ils posent les bases d’une nouvelle histoire transnationale qui s’appuie sur une approche des réseaux, ce qui permet de saisir le développement de l’architecture impériale, à la fois dans un contexte régional et global. Bremner et al. montrent que le « centre » est une formation coloniale plus discursive que spatiale, et qu’une relecture par le prisme des réseaux s’impose. L’histoire de l’architecture et de l’urbanisme dans l’Empire britannique doit donc être renouvelée, et se situe désormais au croisement de trois champs importants, ceux des spatial, material et cultural studies.

4Les problématiques liées à l’architecture impériale sont présentées ici de façon à la fois chronologique et thématique, le volume allant des débuts de la conquête britannique au xviie siècle au milieu des années 1960, le modernisme s’inscrivant aussi pour les auteurs dans la rhétorique impériale. Bremner réalise en introduction une courte mais excellente synthèse historiographique, posant clairement le cadre méthodologique d’un champ qui reste encore à explorer, et qui invite à l’écriture et à la réécriture. La première partie est chronologico-thématique, et surtout transnationale, la deuxième s'appuie sur des cas d’étude organisés par aire géographique. Ces parties peuvent presque être lues indépendamment. On peut déplorer quelques répétitions entre les deux, par le biais de renvois parfois multiples d’un chapitre à un autre, mais cela témoigne aussi de la cohérence globale du volume.

5Cet ouvrage examine les forces à l’œuvre dès les premières implantations britanniques sur de nombreux territoires. Les auteurs s’emploient, surtout dans la première partie, à montrer que le bâti dans ces régions est influencé par des échanges transnationaux qui ne se limitent ni à une aire géographique ni à des  activités unilatérales. En cela, la contribution de Marc Crinson sur le modernisme et celle de Preeti Chopra sur l’Asie du Sud et du Sud-Est sont exemplaires (sixième et huitième chapitre). Les auteurs s’éloignent de la pratique traditionnelle qui consiste à étudier l’histoire de l’architecture impériale sous la forme de monographies consacrées à la figure d’un ou plusieurs architectes. Au contraire, ils préfèrent s’intéresser aux théories (adaptabilité au climat, fonction, politique, morale) plutôt qu’à l’architecte lui / elle-même. On aurait parfois pu souhaiter que certaines analyses des bâtiments soient plus approfondies, mais Bremner présente cette approche comme résultant d’une volonté d’accessibilité qui ne requiert pas une connaissance avancée du vocabulaire architectural.

6Les limites de cet ouvrage, dues au format et à l’esprit de la collection, sont évoquées dès la deuxième page. Bremner aurait voulu accorder davantage de place à un chapitre séparé sur l’Irlande, à l’architecture domestique et aux infrastructures, ou encore aux relations entre l’idée de « commonwealth » et la décolonisation, et enfin aux questions de préservation et restauration.

7Ce dernier point est en effet peu abordé et aurait mérité une attention plus grande, tant il permet de saisir sur un temps long les différences d’imposition sur le territoire sous domination britannique, et l’importance accordée au bâti vernaculaire en fonction des régions et des époques (voir l’exemple de Jérusalem.) Mais l’ouvrage déjà très dense se veut comme point d’entrée à la question et réussit en cela fort bien.

8Les thèmes abordés dans la première partie permettent de mettre en œuvre la méthodologie de la New British History ou encore de l’histoire globale, qui mettent à jour une histoire plurielle et des jeux d’interpénétration, à travers une vaste zone géographique qui couvre ici presque quatre continents. Architecture and Urbanism in the British Empire met en évidence des motifs dépassant les frontières et les spécificités régionales, au profit des rencontres et interactions qui transcendent voire renversent parfois le modèle colon apprenant / colonisé dominé (voir les essais de Crinson, Chopra). Le besoin de sortir d’une vision unilatérale des apports de la colonisation et de la dichotomie centre / périphérie est reconnu dans chaque partie, ce qui au-delà de l’histoire architecturale du seul bâti, permet de repenser la notion d’Empire et d’ « agency » des populations sous contrôle britannique.

9Les dynamiques de collaboration et d’influence étudiées dans certains chapitres tissent une histoire moins lisse de la subjectivité coloniale. L’introduction et la première partie réussissent à donner un cadre théorique dans lequel s’inscrivent ensuite des études de cas individuels, qui mettent en évidence des « motifs récurrents de production culturelle » (p. 5).

10Le premier chapitre porte sur les premières implantations britanniques (1607-1783), souvent sous la forme d’une architecture néoclassique, de l’architecture défensive aux constructions religieuses et domestiques. Daniel Maudlin aborde cette phase par le prisme de la transmission des idées, non pas de façon unilatérale mais dans le cadre de transmissions par réseaux qui dépassent les spécificités régionales. Il révèle ainsi les interactions entre populations et savoir-faire natifs, et les plans d’urbanisme des colons britanniques. La question du vernaculaire est étudiée, tant dans la technique que dans les emprunts stylistiques, avec entre autres le célèbre Pavillon royal de Brighton. À travers d’autres exemples, il montre comment, très tôt, des échanges réciproques ont lieu. Il conclut qu’un style architectural que l’on pourrait appeler style « impérial britannique » s’est déjà imposé à la fin du xviiie siècle.

11Confié à Robert Home et Anthony D. King, le deuxième chapitre introduit les questions d’urbanisme sous l’Empire britannique et contribue à mieux comprendre ces problématiques, lorsqu’elles sont mentionnées dans les chapitres de la seconde partie. Les auteurs définissent trois phases qui président à l’organisation de la ville coloniale et à la construction. La première est caractérisée par l’importance du bâti politique, militaire et défensif ; la seconde commence au début du xxe siècle avec la théorisation de l’urbanisation (voir aussi Jérusalem, douzième chapitre) et une troisième qui inscrit à la fin des années 1940 les territoires de l’empire dans un contexte de réseaux globaux, entre émancipation et dépendance. Le modèle de la cité-jardin permet partout d’organiser et de pratiquer une forme de ségrégation (étudiée aussi au onzième chapitre sur l’Afrique subsaharienne). En outre, les auteurs appellent à réfléchir sur la positionnalité des chercheurs souvent occidentaux, et la multiplicité des points de vue des recherches futures qui contribueraient, par la micro-histoire, à rendre compte de la diversité des formes du bâti colonial, qui a encore des conséquences visuelles, culturelles et politiques sur la ville du xxie siècle.

12Le troisième chapitre « Stones of Empire, Monuments, Memorials and Manifest Authority » constitue un essai de définition de l’architecture impériale britannique et surtout de l’articulation entre idéologie et architecture. La distinction entre « colonial » et « impérial », déjà formulée en introduction, est développée et permet de justifier certains manques dans l’ouvrage, comme par exemple l’étude approfondie de constructions domestiques. Si l’architecture impériale est le plus souvent coloniale, la réciproque n’est pas forcément valable : elle englobe toute construction définie comme telle, et qui cherche à incarner le pouvoir, en imposant un sens spécifique au bâtiment dès sa conception (voir p. 86). L’architecture impériale est donc, au cœur d’un processus à la fois politique et créatif, caractérisée par sa monumentalité et un caractère « civilisateur », qui se veut permanent. Apparentée à un discours, l’architecture est parfois conçue comme un langage dont il faut analyser le vocabulaire et la grammaire, producteurs de sens au service de la rhétorique impériale.

13En introduction, Bremner déplore que la plupart des ouvrages traitant de l’architecture et d’urbanisation coloniales étudient les « périphéries » et n’évoquent pas l’idée de la métropole comme faisant partie du tissu urbain de l’empire. Le quatrième chapitre « The Metropolis, Imperial buildings and Landscapes in Britain » cherche à réparer cet oubli. Reprenant certaines théories énoncées en introduction, dont l’apport de J. G. A. Pocock à l’histoire impériale, il s’attèle à montrer en quoi l’architecture domestique britannique doit être repensée dans un contexte global, en étudiant les villes portuaires, bâtiments commerciaux et toute autre construction portant le sceau de l’empire.

14Ensuite, dans le cinquième chapitre « Propagating Ideas and Institutions », Bremner et Louis P. Nelson regroupent les institutions religieuses et éducatives, outils de la propagande impériale. Étroitement liées, elles sont souvent installées dans des bâtiments érigés dans le même style, et dans une certaine proximité géographique, qu’il s’agisse d’églises, de cathédrales ou d’universités. Les auteurs regrettent que la plupart des études sur l’architecture impériale portent essentiellement sur l’architecture séculaire, alors que l’architecture religieuse et surtout chrétienne, constitue une force importante de domination dans la sphère publique et privée, particulièrement à l’époque victorienne. Le symbolisme moral du néoclassicisme, puis surtout du renouveau gothique de Pugin est examiné, ainsi que leurs variations régionales. L’étude de l’influence du climat sur ces variations, encouragée par la société des Écclésiologistes est particulièrement intéressante, de même que la question de l’hybridation qui offre la possibilité d’ « adapter les formes et d’assimiler les cultures » (p. 179). L’architecture des institutions éducatives permet à Bremner et Nelson de poser la question de la modernité, et celle connexe de l’implication des populations locales au cœur de relations parfois mutuellement bénéfiques, jusqu’à présider souvent à la chute de la politique impériale. Chopra illustre elle aussi très bien ce point dans le huitième chapitre.

15Mark Crinson réhabilite dans le sixième et dernier chapitre de cette première partie la place de l’architecture moderniste impériale dans l’histoire du modernisme international et des avant-gardes, jusqu’à effacer toute distinction entre les deux catégories. Il s’intéresse aux architectes d’origine non occidentale, qui suivirent une formation en Europe et qui permirent ainsi le transfert de connaissances d’une aire géographique à une autre. Mais c’est par le biais de ces réseaux de dissémination que Crinson aborde la question, en s’intéressant aux ingénieurs, architectes et au rôle des ministères des travaux publics. Il rejette l’idée d’une différence entre la modernité occidentale et « un modernisme du tiers-monde », et prône au contraire une attention accrue aux architectes qui, comme Minette Da Silva, pratiquent un modernisme mêlé de traditions artisanales locales pour s’éloigner de la tutelle impériale et tendre à l’universalité, sans pour autant perdre une certaine spécificité vernaculaire. Ce chapitre est important car on y retrouve les problématiques liées à l’urbanisme, l’architecture et la modernité étudiées sous l’angle de l’intersectionnalité, avec d’autres questions moins abordées dans l’ouvrage : les questions de genre, à travers le cas d’étude sur Da Silva, ou encore la question économique et sociale, celle du « capitalisme colonisé » (p. 214), que Crinson perçoit à travers une lecture marxiste comme la continuité d’un impérialisme local et global après les différentes indépendances.

16On peut regretter que les institutions artistiques telles que les musées ou les écoles d’art et d’architecture ne fassent pas partie de cette première partie typologique, alors qu’elles sont partie prenante de la diffusion de ces modèles architecturaux et qu’elles président justement à l’idée d’hybridité.

17La seconde partie met l’accent sur le régionalisme et le caractère spatial de l’empire. Les chapitres proposés permettent de saisir une histoire architecturale globale de l’Empire britannique. L’empire est divisé en six zones comprenant l’Amérique du Nord et les Caraïbes, l’Asie du Sud et du Sud-Est, les colonies australiennes, la Nouvelle Zélande et le Pacifique, l’Afrique subsaharienne et enfin l’Égypte, la Palestine et l'Irak. Lus d’un trait, ces chapitres permettent de saisir les variations parfois complexes entre ces différentes zones et différents modes d’imposition impériale, par le biais d’une histoire connectée. Ils tissent des liens avec la première partie et mettent en lumière le travail d’architectes qui officient dans plusieurs aires, comme Herbert Baker en Afrique subsaharienne et en Inde (troisième et onzième chapitre). Cela peut induire une forme de répétition. Cependant le but de ces chapitres n’est pas forcément de fonctionner en lecture cursive, mais plutôt comme une introduction à une aire géographique spécifique ou comme un point de comparaison utile lors de l’étude d’un thème spécifique.

18D’excellents chapitres forment cette deuxième partie. Certains, en particulier le huitième chapitre confié à Preeti Chopra, s’efforcent de redonner sa place à l’autonomie (« agency ») des populations colonisées, et de mettre en lumière le partage des responsabilités dans la construction de la modernité et du modernisme. Chopra analyse aussi différents types de constructions, des palais et résidences de gouverneurs aux mémoriaux, par le prisme de l’hybridité et de l’interaction entre la sphère publique et la sphère privée. Elle souligne le rôle des locaux dans la construction d’une Madras hybride et la naissance du style anglo-indien (« Indo-saracenic »), aboutissement visuel d’interactions politiques et culturelles. Elle porte attention au rôle des artisans et maîtres d’œuvre indiens comme faisant partie intégrale d’un réseau d’experts qui contribuent à ce style spécifique. Enfin, les parties consacrées à la Malaisie et Singapour mettent en évidence l’influence d’experts indiens, qui diffusèrent le modèle architectural indien.

19Il résulte parfois de la volonté de produire des chapitres introductifs et courts, des analyses un peu rapides. Le douzième chapitre conclut cette série et porte sur l’Égypte, la Palestine et l'Irak. Les styles qui caractérisent ces trois zones, regroupées sous le terme de Moyen-Orient présentent de grandes différences, lisibles dans l’architecture et qui sont aussi certainement le produit des différents régimes qui caractérisent ces pays (mandataire pour la Palestine et l’Irak, protectorat pour l’Égypte). À Jérusalem, Samuel D. Albert distingue trois groupes de bâtiments qui appartiennent à l’architecture de la mémoire, du gouvernement, ou du sens (« meaning »). Ces catégories sont utiles mais la chronologie n’est parfois pas très claire (comme c’est le cas pour l’établissement du plan d’urbanisme par Charles Robert Ashbee et Patrick Geddes). On aurait pu montrer davantage comment l’urbanisme à Jérusalem participe aussi de la ségrégation des populations par religion, ce qui fait partie de la stratégie impériale.

20Il faut saluer à nouveau l’ambition et la réussite de cet ouvrage, qui couvrant près de quatre siècles et cinq continents, offre de nombreuses pistes de réflexion tant à l’étudiant néophyte qu’au spécialiste, en proposant des cas d’étude variés et des problématiques croisées. Les auteurs réussissent à poser les bases méthodologiques d’une histoire de l’architecture globale. Loin de remplacer un travail d’archive précis sur des cas d’étude régionaux spécifiques et de micro-histoire, l’histoire globale telle qu’elle est pratiquée dans Architecture and Urbanism in the British Empire met brillamment en réseaux les différentes questions soulevées en introduction. Bremner prône l’établissement d’une histoire architecturale plurielle de l’impérialisme britannique, ce qui est tout à fait réussi dans cet ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurélie Petiot, « G. A. Bremner (ed.), Architecture and Urbanism in the British Empire », ABE Journal [En ligne], 12 | 2017, mis en ligne le 26 janvier 2018, consulté le 20 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/abe/3805

Haut de page

Auteur

Aurélie Petiot

Maître de conférences, Université Paris Nanterre, Nanterre, France

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue ABE Journal est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo In Visu
  • OpenEdition Journals