Navigation – Plan du site
Recensions

Roberto Fabbri, Sara Saragoça et Ricardo Camacho, Modern Architecture Kuwait 1949-1989

Zurich : Niggli, 2016
Simon Texier
Référence(s) :

Roberto Fabbri, Sara Saragoça et Ricardo Camacho, Modern Architecture Kuwait 1949-1989, Zurich : Niggli, 2016

Entrées d’index

Index géographique :

Asie, Moyen-Orient, Koweït, Koweït (ville)

Index chronologique :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage Modern Architecture Kuwait 1949-1989, paru en 2016, ne comble pas seulement une lacune, il participe également d’un mouvement de fond caractéristique de ces dernières années : l’exploration des « modernités plurielles », disséminées tout au long du xxe siècle sur la planète.

2Aujourd’hui incarné par les villes des Émirats arabes unis (Abou Dhabi, Dubaï) et du Qatar (Doha), le spectaculaire développement économique du golfe Arabo-persique, permis par l’exploitation du pétrole et du gaz, eut longtemps comme premières scènes deux états voisins : l’Arabie saoudite et le Koweït, dont l’émergence autour de 1950 a profondément modifié l’équilibre géopolitique hérité de l’immédiat après-guerre. Partiellement révélé au grand public à l’occasion de sa participation à la coupe du monde de football en 1982, le Koweït a surtout produit la première icône architecturale de la région : les Kuwait Towers (1965‒1977), confiées à l’agence suédoise de Malene Björn et Sune Lindström (1906‒1989). La plus haute (187 mètres) est scandée par deux sphères accueillant un château d’eau, des restaurants, des salles de réunion et un observatoire panoramique, tandis que la sphère unique de la seconde (147 mètres) ne sert que de réservoir – elle est recouverte de 55 000 plateaux de métal chinois, de huit couleurs différentes –, la plus petite (113 mètres) étant une tour de contrôle et sert à l’éclairage des deux autres. Les connaisseurs savaient certes que l’architecte et urbaniste français Michel Écochard (1905‒1985) avait, de son côté, remporté en 1960 le concours pour le musée national du Koweït et que le Danois Jørn Utzon y réalisait une fascinante assemblée nationale ; mais pour le reste, cet émirat indépendant depuis 1961, coincé entre l’Irak et l’Arabie Saoudite, demeurait terra incognita.

  • 1 William J. R. Curtis, Modern Architecture since 1900, [3e édition], Londres : Phaidon, 1996, p. 58 (...)
  • 2 Voir à ce propos Manuel Herz, avec Ingrid Schröder, Hans Fochetyn et Julia Jamrozik, African Moder (...)

3Les pays du Golfe bâtissent pourtant massivement depuis bientôt trois-quarts de siècle et l’historiographie relative à ce phénomène commence tout juste à se dessiner. C’est d’ailleurs plus globalement la faible place du Moyen-Orient dans l’histoire de l’architecture du xxe siècle qu’il faut rappeler : hormis Hasan-Uddin Khan et Brian Brace Taylor avec la revue Mimar : architecture in development, William J. Curtis avait été l’un des premiers à y prêter attention en l’intégrant dans une lecture mondiale. L’historien britannique n’en constatait pas moins une certaine faiblesse générale et considérait non sans moralisme que, pour pallier l’absence de tradition architecturale locale de certains pays, il eût fallu procéder, en premier lieu, à l’évaluation minutieuse des caractères formels inhérents au climat, aux matériaux et aux modèles sociaux. Or la plupart des bâtiments construits l’étaient par des architectes occidentaux, qu’ils dessinaient bien souvent comme ils l’auraient fait partout ailleurs1. Cette vision ne résiste pas à l’épreuve du terrain, qui révèle une production dont le caractère hybride est bien le trait distinctif – c’est également le cas pour l’Afrique subsaharienne à la même époque2.

  • 3 L’ouvrage s’achève en 1989, soit à la veille de la guerre du Golfe (nommée ici The Invasion), qui (...)

4Il semble évident, en revanche, que l’architecture et l’urbanisme des villes du Golfe ne prennent véritablement sens que replacés dans un contexte économique et stratégique encore largement défini par l’Occident ; un contexte théorique également, la problématique du modernisme y étant posée à chaque instant. La relation à l’Occident est d’autant plus actuelle que les villes du Golfe ont récemment entamé une nouvelle phase de leur évolution avec la multiplication des projets iconiques et des édifices de grande hauteur. L’une des conséquences est une inquiétude grandissante à propos du sort réservé au bâti des années 1950‒1980 ; et c’est encore à des Occidentaux qu’il est le plus souvent demandé de dresser le bilan patrimonial de cette période, en témoigne l’ouvrage Modern Architecture Kuwait 194919893, conçu par trois architectes-historiens, l’un italien et les deux autres portugais, avec l’aide d’une quinzaine d’autres chercheurs. Quant à la photographie de groupe par laquelle ils ouvrent leur publication, elle est sans équivoque : parmi les membres des deux comités chargés de se pencher sur l’avenir de Kuwait City, figurent quelques figures bien connues comme Georges Candilis, Peter Smithson, Franco Albini, Reima et Raili Pietilä, Lodovico Belgiojoso ou Leslie Martin. Interviendront également dans la ville l’urbaniste grec Constantinos Doxiadis, le tout récent Pritzker Prize Balkrishna Doshi, mais encore Denys Lasdun, Colin Buchanan, Kenzo Tange, Ignazio Gardella, Luigi Moretti, Arne Jacobsen, Afonso Reidy, Jørn Utzon, Philip Johnson, Marcel Breuer ou Frei Otto ; des maîtres du modernisme international auxquels il faut ajouter des architectes issus des pays arabes, tels Hassan Fathy, Sayyed Karim, Mahmoud Riad, Dar al-Handasah, ainsi qu’une génération de Koweitiens formés à leurs côtés.

  • 4 Un second volume est annoncé, qui comprendra les analyses critiques d’autres chercheurs.

5Le principe du livre est assez simple et fait peu de place à l’interprétation4 : ce sont d’abord un corpus, des acteurs et des sources qui dominent. Partant du principe qu’une analyse de la morphologie urbaine n’aurait pas de sens – une position qui méritait d’être davantage argumentée –, les auteurs ont fait le choix de sélectionner 150 réalisations ou études d’aménagement pour lesquelles une documentation avait été identifiée. Les fiches sont réparties en quatre périodes équivalentes : 1949‒1960 (« Building as infrastructure »), 1961‒1970 (« Building as national identity »), 1971‒1979 (« Building as cityscape ») et 1980‒1989 (« Building as programme »). Le reportage photographie de Nelson Garrido, moins omniprésent que ceux d’Iwan Baan et Alexia Webster dans African Modernism, complète efficacement l’important travail de relevé et l’iconographie ancienne (archives d’architectes et des compagnies, revues d’époque). Il restitue surtout la force expressive de beaucoup d’édifices ; c’est le cas par exemple de l’école de filles (1962‒1966) conçue par l’Autrichien Rambald von Steinbüchel-Rheinwall, ou de l’Al-Sawaber Housing Complex (1977‒1989) d’Arthur Erickson Associates, ensemble d’immeubles à gradins brutalistes réalisés pour la classe moyenne koweitienne. Le logement occupe proportionnellement, dans le corpus retenu, une place bien inférieure aux architectures publiques ou de prestige (écoles, hôpitaux, équipements sportifs, ministères, ambassades, aéroport) et commerciales (souks, hôtels, banques) : plus difficile à documenter, il mérite des enquêtes spécifiques qui, sans doute, confirmeraient l’importance des hybridations typologiques, particulièrement spectaculaires dans les programmes de l’habitat, individuel et collectif. Les mosquées, elles aussi, sont peu nombreuses comparativement à leur rôle structurant dans la ville et la société.

  • 5 Oliver Elser, Philip Kurz et Peter Cachola Schmal (dirs.), SOS Brutalism. A global survey, Zurich  (...)

6De la très riche iconographie se dégage la forte présence – également observable à Abou Dhabi – d’une tendance arabisante du brutalisme, mouvement aux contours incertains mais qui exerce, depuis quelques années, une fascination croissante5. Celle-ci contraste avec la condamnation dont le modernisme, et sa version brutaliste au premier chef, avait fait l’objet pendant des décennies. Mis en balance avec un certain cynisme de l’accumulation des signes ou des sophistications postmodernes, l’innocence teintée d’héroïsme et de premier degré qui sourd du brutalisme semble véhiculer encore l’image d’un optimisme, parfois un peu naïf, certes, mais peut-être plus sincère que le verre fumé des tours dont se couvre aujourd’hui le monde. Le Golfe est l’une des scènes sur lesquelles se joue aujourd’hui cette confrontation, dont la spécificité est le décalage temporel qu’il opère avec l’Occident : alors que le modernisme triomphe à Kuwait City, son effritement est en effet déjà consommé en Europe, aux États-Unis comme au Japon. Mais n’est-ce pas en Amérique latine que l’art abstrait et l’art concret avaient trouvé l’espace de leur régénération à la fin du xxe siècle ? Longtemps regardé comme l’expression de son dernier souffle, voire de son indigne mélange à des références plus ou moins locales, l’architecture du Golfe apparaît au contraire aujourd’hui comme le savoureux répertoire d’une extension des principes et des formes du modernisme.

Haut de page

Notes

1 William J. R. Curtis, Modern Architecture since 1900, [3e édition], Londres : Phaidon, 1996, p. 584.

2 Voir à ce propos Manuel Herz, avec Ingrid Schröder, Hans Fochetyn et Julia Jamrozik, African Modernism, Zurich : Park Books, 2015.

3 L’ouvrage s’achève en 1989, soit à la veille de la guerre du Golfe (nommée ici The Invasion), qui met un coup d’arrêt à la croissance de Kuwait City.

4 Un second volume est annoncé, qui comprendra les analyses critiques d’autres chercheurs.

5 Oliver Elser, Philip Kurz et Peter Cachola Schmal (dirs.), SOS Brutalism. A global survey, Zurich : Park Books, 2018.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Simon Texier, « Roberto Fabbri, Sara Saragoça et Ricardo Camacho, Modern Architecture Kuwait 1949-1989  », ABE Journal [En ligne], 13 | 2018, mis en ligne le 15 octobre 2018, consulté le 17 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/abe/4211

Haut de page

Auteur

Simon Texier

Professeur d’histoire de l’art contemporain, Centre de recherche en arts et esthétique (CRAE), Université de Picardie Jules-Verne, Amiens, France

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue ABE Journal est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo In Visu
  • OpenEdition Journals