Navigation – Plan du site
Dossier : Fabriques de la tradition

Des ensembles composites : appropriation et transformation des demeures ottomanes suburbaines d’Alger aux xixe et xxe siècles

Composite ensembles: The appropriation and transformation of Ottoman suburban dwellings in Algiers in the nineteenth and twentieth centuries
Claudine Piaton

Résumés

L’article propose, à travers plusieurs cas d’étude, d’analyser les processus de transformations des maisons d’époque ottomane des environs (ou fahs) d’Alger. Il s’intéresse à la fois au contexte des transformations (mutation foncière des débuts de la colonisation), aux acteurs et à la nature des transformations. Il vise notamment à mettre en évidence à côté des phénomènes lourds de démolition et d’abandon, d’autres phénomènes d’appropriation mêlant conservation et invention de décors qui contribuent aujourd‘hui à affirmer la singularité de l’architecture algérienne.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir par exemple : Nabila Cherif-Seffadj, Les bains d’Alger durant la période ottomane, xvie-xixe (...)
  • 2 C’est sous cette appellation que la ville ancienne d’Alger a été inscrite sur la liste du patrimoi (...)
  • 3 Les deux fonds les plus importants et qui restent encore sous exploités sont ceux du Service histo (...)
  • 4 Le terme fahs qui désigne les environs de la ville intra-muros, revêt plusieurs significations don (...)
  • 5 La notion d’authenticité matérielle est explicitée dans la charte de Venise de 1964 qui constitue (...)
  • 6 « Les maisons fahs d'Alger, un patrimoine en déperdition », conférence de Omar Hachi rapportée dan (...)
  • 7 Quelques études préalables à des travaux de restauration ont permis de reconnaître les diverses st (...)

1L’étude de l’architecture de l’époque ottomane en Algérie, et plus particulièrement à Alger, connaît depuis une dizaine d’années un regain d’intérêt. Les recherches récentes renouvellent les connaissances sur les monuments dont l’étude s’était précédemment arrêtée à quelques palais et demeures1. Elles s'appuient sur une documentation inédite en arabe et sur les analyses archéologiques du bâti permises par les restaurations engagées dans le secteur sauvegardé de la « Casbah d’Alger »2 ainsi que sur les fonds archivistiques disponibles en France3. Pour l’architecture comme pour les arts décoratifs, l’étude des constructions intra-muros est privilégiée par rapport à celle des maisons des environs, ou fahs d’Alger4, moins accessibles en raison de leur caractère résidentiel, qu’elles soient aux mains de propriétaires privés ou de l’État algérien. Mais le moindre intérêt porté par les spécialistes de l’architecture ottomane à ces maisons s’explique aussi par leur caractère hybride, leur manque d’authenticité matérielle5. On ne peut en effet attacher une époque unique (en l’occurrence l’époque ottomane) à leur construction tant « les nouveaux occupants ont procédé à des accommodements de manière à transformer – ou à recréer – l'espace » 6. Premières victimes des exactions de l’armée française lors de la prise d’Alger en 1830, puis aux mains de multiples propriétaires, les maisons du fahs ont en effet subi d’incessantes transformations à l’époque coloniale pouvant aller jusqu’à une reconstruction presque totale7.

  • 8 Pour une compréhension globale du contexte patrimonial à l’époque coloniale, voir Nabila Oulebsir, (...)
  • 9 Eugène Viollet-le-Duc, Dictionnaire raisonné de l’architecture française du xie au xvie siècle, Pa (...)

2C’est précisément à ces transformations que nous proposons de nous intéresser car elles permettent de mettre en évidence, selon les périodes et les protagonistes, soit une indifférence, voire un profond désintérêt pour l’architecture ottomane, soit au contraire, une surenchère dans sa restauration8. Cette dernière peut alors conduire, selon la formule de l’architecte Eugène Viollet-le-Duc, à propos de la restauration de l’architecture gothique, à « rétablir dans un état complet qui peut n’avoir jamais existé à un moment donné »9 une architecture ottomane qui est perçue, à partir de la fin du xixe siècle, comme insuffisamment évocatrice. Au cours du premier siècle de l’occupation française, plusieurs facteurs ont concouru à faire évoluer les modes d’appropriations de l’architecture : d’une part, l’époque d’intervention, d’autre part la nature de l’occupation, résidentielle ou institutionnelle, et celle du commanditaire des travaux (privé/public, local/étranger). Les ventes successives, dont témoigne l’appellation changeante des propriétés, les modifications des formes originelles par adjonction ou démolition, ou bien encore la recréation des décors intérieurs mettent en évidence des phénomènes complexes. Les processus de transformation constituent dès lors un champ d’investigation particulièrement riche pour qui s’intéresse à l’histoire des transferts culturels.

  • 10 Voir par exemple la préface d’Anouar Benmalek à l’ouvrage Algérie, Palais et somptueuses demeures, (...)

3Après avoir dressé un inventaire des sources sur lesquelles nous nous sommes appuyée pour établir un corpus des maisons du fahs, nous présenterons quelques cas d’étude, documentés par des découvertes récentes, permettant de mettre en évidence la variété des modes d’appropriation. Trois grands types de transformations opérées entre les années 1830 et 1930, seront successivement considérés. Elles vont de l’altération légère de l’architecture à son effacement total, mais elles nous intéressent particulièrement lorsqu’elles conduisent à produire un nouveau style arabe, à « fabriquer une tradition » qui, aujourd’hui, est paradoxalement devenu le symbole du raffinement de l’architecture algérienne « pré-coloniale »10.

Les sources du recensement

  • 11 Par exemple : Nadia Ouargli, « Recensement des demeures du Fahs d’Alger », Ikosim, n°4, 2015, p. 1 (...)
  • 12 Henri Klein, Feuillets d’El-Djezaïr, Alger : L. Chaix éditeur, 1937, p. 21‒25, 204‒211. Le Comité (...)
  • 13 « Liste des monuments et sites classés ou dont le classement est susceptible d’être proposé » ; la (...)
  • 14 Vincennes (France), Service historique de la défense et Aix-en-Provence (France), Archives nationa (...)
  • 15 Pour la description de ce fonds, voir Isabelle Grangaud, « Prouver par l’écriture. Propriétaires a (...)
  • 16 Nacereddine Saidouni, L’algérois rural à la fin de l'époque ottomane (1791-1830), Beyrouth : Dar-e (...)
  • 17 Aix-en-Provence (France), Archives nationales d'outre-mer, GGA 8M8, 8M9.
  • 18 Le fonds est conservé à la Bibliothèque municipale de Toulon. Je remercie Mme Véronique Gillain, r (...)
  • 19 Voir note 13.
  • 20 Je remercie les familles Ridé et Villeneuve pour la mise à disposition de ce fonds iconographique (...)
  • 21 Florence Pénet, Ottomane, tricentenaire et born again. Histoire de la maison Ben-Smen, [s.l.] : [s (...)
  • 22 Voir le site internet de Jean Couranjou : http://arts.medit.occ.pagesperso-orange.fr/dj_empl.html. (...)

4La portion du fahs couverte par notre étude s’étend, du nord au sud-est, sur les communes de Bouzaréah, Bologhine (anciennement Saint-Eugène), El Biar, Bir Mourad Raïs (anciennement Birmandreis), Sidi M'Hamed (anciennement Mustapha), Hydra, Belouizdad (anciennement Belcourt) et Hussein-Dey, sur un rayon d’environ six kilomètres autour de la ville intra-muros (fig. 1). Le corpus des édifices a été défini à partir des deux listes qui sont à la base de toutes les recherches sur les maisons du fahs11 : celle publiée au début du xxe siècle par Henri Klein, fondateur du Comité du Vieil Alger, dans la revue Feuillets d’El-Djezaïr12, et celle élaborée entre 1937 et 1940 par la commission supérieure de classement des monuments13. Nous l’avons enrichi par des enquêtes sur le terrain et par une reprise des sources de l’époque coloniale émanant des services de l’armée et du gouvernement général de l’Algérie14. Ces dernières, à l’instar du fonds dit « ottoman » 15 (documentation en langue arabe réunie par l’Administration du domaine au lendemain de l’occupation d’Alger), apportent des données sur les titres de propriété, mais elles ne permettent pas toujours de localiser précisément les constructions sur le terrain16. Il en va de même des dossiers de séquestre des biens des dignitaires turcs de la régence établis à partir de 1831 par l’administration, insuffisamment précis sur la localisation des biens17. Parmi les archives privées mises au jour, la collection de Marcel Philibert, dernier président du Comité du Vieil Alger, acquise à la fin des années 1970 par la ville de Toulon18, est particulièrement riche. Elle contient un album photographique offert au Comité par le célèbre orientaliste Georges Marçais ; avec une centaine de photographies et une dizaine de plans schématiques, il documente 23 des 46 maisons du fahs répertoriées sur la liste de la commission supérieure. Le fonds est complété par celui de Roger Meunier, prédécesseur de Philibert à la tête du Comité du Vieil Alger19. Dans les autres fonds privés, une collection familiale montre, à travers 90 plaques de verre, la transformation de la « Campagne Saint Georges », une maison ottomane située sur les hauteurs de Sidi M'Hamed20. Les archives des congrégations religieuses des Dames du Sacré-Cœur et des Petites sœurs des pauvres, quant à elles, documentent les transformations de grandes demeures aujourd’hui en partie disparues. Enfin, la consultation de récits mémoriels a apporté des données sur l’origine de quelques propriétés, comme la maison Ben Smen, propriété des jésuites située à Bir Mourad Raïs, également objet d’une étude architecturale récente21, ou la Djenan Baldji à Ben Aknoun22.

Figure 1 : Carte de repérage des maisons identifiées.

Figure 1 : Carte de repérage des maisons identifiées.

Source : Claudine Piaton sur une carte de 1853 conservée à Vincennes (France), Service historique de la défense, 1VH 2040.

  • 23 Notre appréciation se base sur l’observation des photographies des maisons figurant sur la liste c (...)
  • 24 La variabilité des désignations et des transcriptions des toponymes arabes sur les cartes, ne perm (...)

5Le croisement de ces nouvelles sources permet d’élargir le corpus établi à partir des deux listes déjà mentionnées. En effet, Klein laissait de côté les constructions les plus modestes comme la Campagne Saint Georges ou la maison Ben Smen, tandis que la commission, sélectionnant les maisons en raison de leur authenticité matérielle et de la bonne conservation de leur intégrité, c’est-à-dire présentant un état quasi complet et intact23, ne mentionnait pas les grandes résidences comme le Palais du peuple (anciennement Palais d’été) ou les maisons largement transformées par leurs propriétaires successifs : villa Lung, villa Montfeld, villa Bell, villa Yusuf. Au total, nous avons relevé dans nos sources les mentions de 90 maisons qui possédaient, encore dans les années 1930, un noyau d’époque ottomane ; une cinquantaine d’entre elles ont pu être précisément localisées24 (fig. 1). Parmi ces dernières, 14 figurent aujourd’hui sur la liste des monuments classés (ou inventoriés) par le ministère de la Culture algérien.

6Si l’on en croit les estimations de 200 maisons faites dans les années 1930, le nombre de demeures a diminué de moitié en un siècle mais cette disparition n’est en rien comparable à celle opérée durant le premier siècle de l’occupation française. Jean-André Peyssonnel, qui effectua un voyage dans les régences d’Alger et de Tunis de 1783 à 1786, évaluait leur nombre à 2 000, sans que ce chiffre soit appuyé sur un quelconque inventaire :

  • 25 Jean-André Peyssonnel et René-Louiche Desfontaines, Voyages dans les Régences de Tunis et d'Alger, (...)

« Les collines [d’Alger] sont garnies de belles maisons de campagne, qu’on appelle ici masseries, ce qui revient aux bastides de Marseille, et donnent un fort joli point de vue. (…) On compte, dit-on, vingt mille de ces masseries ; mais je crois que ceux qui ont fait le calcul des masseries d’Alger y ont ajouté un zéro, et ainsi il faut réduire le nombre de 20 000 à celui de 2 000. » 25

  • 26 Aix-en-Provence (France), Archives nationales d'outre-mer, GGA 3F9: « états nominatifs des individ (...)

7Même s’il est impossible de comparer ce chiffre aux données actuelles, faute de connaître l’étendue de la zone prise en compte par Peyssonnel, il est probable que les saccages des premières années de l’occupation puis l’extension spectaculaire de la ville ont pu faire disparaître une grande partie des maisons de campagne. Si celles des dignitaires turcs de la régence mises sous séquestre puis remises au Domaine26 échappèrent en partie à la démolition, nombre de maisons privées plus modestes furent détruites. Ces dernières, propriétés de riches négociants turcs ou autochtones et des consuls des États qui commerçaient avec la Régence, avaient été abandonnées dès 1830 par crainte des exactions des soldats français. Pellissier de Reynaud décrit dans ses mémoires le sort qui leur fût réservé :

  • 27 Edmond Pellissier de Reynaud, Annales Algériennes, Paris : librairie militaire ; Alger : librairie (...)

« Les maisons de campagne que nous trouvâmes abandonnées furent en général pillées et dévastées. Celles de quelques consuls européens, dont les soldats ne connurent pas les pavillons, souffrirent comme les autres. […]
La coupable négligence des chefs de corps laissa dévaster les belles et fraîches maisons de campagne qui entourent cette ville. Au lieu d'employer des moyens réguliers pour avoir du bois, on coupait les haies et les arbres fruitiers, on brûlait les portes les fenêtres et même les poutres des maisons. Le soldat détruisait aussi pour le plaisir de détruire. Les marbres, les bassins, les ornements de sculpture, tout était brisé, sans but et sans profit pour qui que ce fût. […] Dès le mois d'août, les environs d'Alger offrirent l'aspect de la plus complète désolation. » 27

  • 28 Vincennes (France), Service historique de la défense, Gb 33. Voir aussi Isabelle Bruller (dir.), L (...)

8Les croquis effectués en 1830 et 1831 lors de la reconnaissance des environs d’Alger par deux officiers dessinateurs, Alexandre Genêt et Ferdinand de Trelo, confirment l’état de ruine de nombreuses constructions28. Ces dessins très précis, chargés de renseigner les autorités militaires en appui des relevés cartographiques, montrent des maisons situées sur des points stratégiques, notamment sur les collines qui entourent la Casbah ainsi que des maisons occupées par les officiers. Les vues rapprochées des constructions alternent avec les vues lointaines permettant d’apprécier leur environnement paysager. L’ensemble constitue un témoignage précieux des formes architecturales préexistantes à l’occupation française (fig. 2).

Figure 2 : Alexandre Genêt, Maisons du fahs d’Alger en 1830.

Figure 2 : Alexandre Genêt, Maisons du fahs d’Alger en 1830.

Source : Vincennes (France), Service historique de la défense, Gb 33.

Une conservation précaire : les maisons recensées par la Commission

9Parmi les maisons toujours debout dans les années 1930, les mieux documentées figurent sur la liste de la commission supérieure de classement. L’inventaire, qui privilégie des secteurs éloignés du centre ancien (30 des 46 maisons recensées), représente toutefois peu la diversité des constructions conservées. À l’époque ottomane, la plus forte densité de maisons se tenait en effet dans un périmètre resserré sur l’actuelle commune d’El Biar et sur le quartier de Sidi M’hamed où l’on compte le plus grand nombre de maisons séquestrées aux Turcs ou biens du Beylick.

  • 29 L’Écho d’Alger, 30 avril 1920. La maison apparaît dans l’inventaire du Comité sous le nom « Villa (...)

10Vingt des maisons recensées sont situées au nord-ouest de la ville dans les communes de Bouzareah et Saint-Eugène (Bologhine), et dix à l’extrémité est de la baie d’Alger dans la commune d’Hussein-Dey. Les photographies associées à l’inventaire montrent un même type de construction : des édifices isolés au cœur d’un paysage agricole de vergers et prairies au relief accidenté, encore proche de celui représenté un siècle plus tôt sur les dessins des militaires, et qui possèdent tous les attributs de fermes : présence de poulaillers, rusticité des aménagements et du mobilier (figs. 3-4). La propriété Zermati, située dans l’ancienne Vallée des Consuls à Saint-Eugène, dont une description sommaire est publiée en 1920 lors de sa vente aux enchères, donne une bonne idée du type de propriétés retenues par la commission : d’une « contenance de 7 hectares et demi environ […], elle comprend : une grande maison de style mauresque, actuellement inoccupée, élevée d'un rez-de-chaussée et deux étages, avec cour intérieure et galerie et couverte en terrasse ; bâtiments d'exploitation à usage de fermier, écuries, remises, étables et dépendances diverses ; jardins accidentés, soutenus par des murs en maçonnerie ; cours pavées, grands bassins pour l'arrosage, alimentés par une source existant sur la propriété. »29

  • 30 Voir les listes des indivisaires lors des ventes par licitation, par exemple propriété Zerrouk-Bou (...)
  • 31 Voir Lucien Golvin, Palais et demeures d'Alger, op. cit. (note 1), p. 110‒112. Le plan de la maiso (...)
  • 32 Adolphe Otth, Esquisses africaines dessinées pendant un voyage à Alger et lithographiées, Berne : (...)

11Situées, jusque dans les années 1920-1930, hors des zones soumises à la pression de l’extension urbaine, parfois possédées en indivision par des familles locales résidant dans la Casbah 30 et qui préservaient leur statut de résidence d’été, ces maisons n’avaient jusque-là pas fait l’objet de transformations majeures. Contrastant avec les maisons sophistiquées d’El Biar et Sidi M’hamed présentées par Klein dans L’Afrique du Nord illustrée, elles étaient sommairement entretenues comme le montrent les enduits dégradés et les baies bouchées, mais conservaient leur intégrité et leur authenticité dans le sens où aucune restauration n’avait altéré les bâtiments d’origine. La dizaine de relevés de la Commission présente des édifices comprenant un corps de bâtiment principal ouvert sur une grande cour ceinte de murs sur lesquels s’appuient parfois des bâtiments annexes. Le bâtiment principal massif offre le plus souvent un plan quasi carré organisé autour d’un patio central à deux arcades et un ou deux niveaux. La structure d’ensemble est relativement proche de celle de la résidence d’été du dey Hussein à Hussein-Dey, l’une des rares constructions peu transformées dont le plan a été publié31. Dans les plus grandes maisons, comme Ben Redouane, le patio est remplacé par une vaste cour. Les maisons se caractérisent aussi par la ou les petites coupoles qui émergent de leurs toits terrasse. Comme l’avait souligné dès les années 1830 l’artiste Adolphe Otth : « les façades variées, les colonnades et les galeries, et surtout les nombreuses petites coupoles donnent à ces manoirs un air riche et gracieux »32.

Figure 3 : Maisons de Bouzareah.

Figure 3 : Maisons de Bouzareah.

De haut en bas et de gauche à droite : campagnes Costantini, Durand-Zermati, Valensin et Ben Redouane.

Source : Bibliothèque municipale de Toulon, fonds Philibert, album Marçais.

12L’ensemble des photographies révèlent aussi une grande sobriété des décors. Si, à l’instar des palais de la ville intra-muros, les colonnes des patios, inspirées du baroque italien, sont toutes torsadées, les revêtements muraux en céramique sont rares et souvent limités à quelques carreaux à motif de triangles bicolores. Seuls les anciens consulats d’Angleterre (propriété Laquière et actuel pavillon du lycée Djillali-Ghanen) (fig. 4) et des États-Unis (ancienne propriété Hamoud Oulid ben Thâlem, puis maison des Consuls réunis, aujourd’hui détruit) portent un décor de lignes de carreaux sur les arcs du patio et, la maison Louvet à Hussein-Dey, une banquette décorée de carreaux de Delft. Les fenêtres ouvertes sur l’extérieur sont carrées ou rectangulaires et toutes pourvues de grilles de défense en fer forgé, les plus hautes sont surmontées de fenestrons oblongs destinés à la ventilation. Les façades sur cour contiennent parfois des baies géminées à colonnettes ou une loggia.

Figure 4 : Maisons de Bouzareah et d’Hussein-Dey. De gauche à droite, campagnes Perceman, Vinca, Louvet, Laquière.

Figure 4 : Maisons de Bouzareah et d’Hussein-Dey. De gauche à droite, campagnes Perceman, Vinca, Louvet, Laquière.

Source : Toulon (France), Bibliothèque municipale de Toulon, fonds Philibert, album Marçais.

13Une comparaison avec les dessins des maisons en 1830 (fig. 2) ou les gravures de Otth en 1838, montrant les même volumes et percements (taille, forme), confirme la bonne conservation des maisons. Les transformations se cantonnent aux remplacements de quelques grilles par des persiennes, à l’ouverture, la fermeture ou l’agrandissement ponctuels de baies, à l’exception de la maison Durand-Zermati où une partie de l’étage du bâtiment principal a été remplacée par une terrasse ouverte sur le grand paysage (fig. 3).

  • 33 L’Écho d’Alger, 24 mai 1914.
  • 34 L’Écho d’Alger, 11 octobre 1933.

14L’inscription de ces constructions sur la liste de la commission s’inscrit donc dans une perspective de sauvegarde préventive, dans la mesure où certaines maisons, notamment celles d’Hussein-Dey, sont situées dans des secteurs en mutation depuis les années 1910. En 1914, la propriété Kassab est vendue en six lots, dont un contient deux maisons mauresques33. En 1922, une partie détachée de la Campagne Zerrouk (aujourd’hui détruite) est vendue aux enchères puis à nouveau en 1933 tandis que la propriété voisine est morcelée. La propriété Ben Siam est également morcelée à partir de 193334.

  • 35 Aix-en-Provence (France), Archives nationales d’outre-mer, GGA 8M9/dossier 212.
  • 36 Pierre Jean de Négroni (Rogliano 1793‒Paris 1880), avocat et propriétaire qui avait précédemment é (...)
  • 37 L’acquisition qui relevait du séquestre et non de l’expropriation, ne donnait pas droit à des « in (...)

15L’ancien consulat d’Espagne à El Biar, le Djenan Chekiken-Bensmaïa au début du xxe siècle, fait partie des édifices recensés par la commission et aujourd’hui démolis. Son histoire illustre de manière exemplaire les méthodes de spoliation masquée par un imbroglio de ventes fictives35 en cours dans les années 1830, ainsi que la manière dont les domaines familiaux sont, au début du xxe siècle, absorbés par l’urbanisation. La propriété qui appartenait avant 1830 à Sidi Ibrahim ben Abd-el-Rhaman, ancien ministre de la Marine du Dey (wakil al-kharadj), était occupée par le consulat d’Espagne. En 1831, la maison séquestrée est affectée à une gendarmerie. « Le turc Sidi Ibrahim » quitte Alger et désigne comme mandataire « le maure Sidi Mohamed ben Mustapha », barbier. Dès 1831, alors qu’il est sous séquestre et donc officiellement géré par l’administration domaniale, le bien est vendu à rente perpétuelle « à MM. Devoulx et Lesseps, par ceux-ci à M. Collet, par ce dernier au Prince de Mir, réfugié polonais qui réclame la levée du séquestre ». Le mandataire avait entre-temps cédé ses droits « au Sieur Roches qui à son tour les transmit [en 1837] au Sieur Caussidou ». « Mais le prix de cette vente si souvent renouvelée, n’étant acquittée ni par les uns ni par les autres », lorsque Sidi Ibrahim, qui résidait à Smyrne, revint en 1838 à Alger, il déclina la première procuration, chargea Pierre Négroni36, un avocat corse, de poursuivre la main levée de séquestre et chercha à vendre l’immeuble. À l’issue de multiples procès entre tous les protagonistes se revendiquant propriétaires, Négroni réussit, au début des années 1840, à acquérir le bien qui ne sera jamais payé à son propriétaire turc37. On ne sait à quelle date il entra dans le grand domaine de la famille Chekiken qui comprenait, au début du xxe siècle, plusieurs maisons. Abderrahman ben Chekiken est déjà mentionné comme agriculteur et propriétaire à El-Biar en 1880. La propriété, de plus d’une dizaine d’hectares, est démantelée en 1914 pour être vendue en plusieurs lots destinés à être lotis. La maison est encore conservée dans les années 1930 comme l’atteste une photographie de sa façade dans l’album Marçais légendée « Campagne Chekiken ». La même façade photographiée en 1958 par le Comité du Vieil Alger et légendée « l’ancienne villa du consul d’Espagne en démolition » montre des ouvertures aux menuiseries et fers forgés arrachés, ainsi que les immeubles en construction à l’avant de la maison (fig. 5).

Figure 5 : « Campagne Chekiken » et « Ancienne villa du consul d’Espagne en démolition ».

Figure 5 : « Campagne Chekiken » et « Ancienne villa du consul d’Espagne en démolition ».

Source : Toulon (France), Bibliothèque municipale de Toulon, fonds Philibert, album Marçais.

L’effacement : l’ancien pensionnat du Sacré-Cœur et les maisons sièges d’institutions

16Dans les années 1830, la transformation de certaines maisons du fahs est liée aux opportunités qu’offrait le vaste terrain qui les entourait, parfois plusieurs dizaines d’hectares disposant d’un système d’irrigation qui permettaient notamment d’expérimenter de nouvelles cultures : le premier propriétaire connu de la maison Ben Smen est un agronome rouennais, Frédéric Aimable Guérard de La Quesnerie ; Élie Petit, un colon qui possédait plusieurs domaines, avait, avant de s’installer à Alger, séjourné aux Indes et s’intéressait aux cultures locales du mûrier et de l’indigo. Dans ce contexte, les maisons proprement dites ne présentaient pas grand intérêt et d’ailleurs nombreux sont les propriétaires qui avaient acquis les domaines par l’intermédiaire de mandataires et ne résidaient pas en Algérie.

  • 38 Ordre de création des titres ecclésiastiques et des divers établissements religieux en Algérie : d (...)
  • 39 Joseph Nil Robin, « Note sur Yahia Agha », Revue africaine : journal des travaux de la Société his (...)
  • 40 Vincennes (France), Service historique de la défense, 1H556, État général des immeubles du domaine (...)
  • 41 La recherche conduite dans les archives de la conservation foncière par M. Bentchakar, que nous re (...)

17Pour les institutions religieuses comme pour les autorités civiles et militaires, elles offraient en revanche de grandes surfaces habitables et des possibilités d’extension qui n’existaient pas dans les maisons intra-muros. Cette appropriation pratique a souvent conduit à la disparition des constructions originelles. L’ancien pensionnat des Dames du Sacré-Cœur, aujourd’hui détruit, constitue l’un des nombreux exemples d’effacement progressif d’un grand domaine du fahs. L’institution religieuse s’installe en 1842 dans la propriété située le long de la route de la colonne Voirol (rue Michelet et actuellement Didouche-Mourad)38. Le domaine aurait appartenu jusqu’en 1828 au chef du corps des Janissaires, Yahia Agha39, mais on ne possède aucun document faisant explicitement référence à cette propriété. Peut-être faisait-elle partie du domaine du « Quartier de l’Aga » qui comprenait une ferme et « un quartier proprement dit occupé par le service du Génie », propriétés des « Héritiers de Ali Aga et du général Clauzel, locataire à rente perpétuelle »40. La maison aurait aussi pu appartenir au beylick (domaine du bey) et, de fait, avoir été annexée au domaine par les militaires dès 1830. Aucune demande de levée de séquestre n’a été identifiée dans les archives41.

  • 42 Adolphe Otth, Esquisses africaines…, op. cit. (note 32), pl. xviii. Voir aussi Lucien Golvin, Pala (...)
  • 43 Amable Ravoisié, Exploration scientifique de l’Algérie, Paris : Firmin Didot, 1851, vol. 3, pl. 12 (...)
  • 44 Loggia qui rappelle le maq’ad des palais mamelouks du Caire (salon de réception ouvert par des arc (...)
  • 45 Rome (Italie), Archivio Generale della Società del Sacro Cuore, Archives de la Province de France (...)

18L’imposante demeure entourée de jardins est représentée sous le titre « Maison de campagne maure à Mustapha, près d'Alger »42 dans l’album de Otth (fig. 6c). Un plan partiel et une vue perspective, dessinés par Ravoisié43, figurent également sur une planche de l’Exploration scientifique de l’Algérie (figs. 6a-b). Tous ces dessins montrent un édifice composé de plusieurs bâtiments étagés sur la pente. Le plus bas présente une longue façade pourvue d’une loggia à quatre arcs outrepassés 44 ouverte sur une terrasse occupée par un jardin au tracé géométrique. Au cours du xixe siècle, la demeure subit d’importantes transformations qui sont documentées par des photographies et des plans des années 187045 (fig. 6d) : la longue loggia a été murée et remplacée par une série de petites fenêtres ; les corps de bâtiments arrières sont noyés dans de nouvelles constructions de style néoclassique, et de hauts murs condamnent la vue sur la baie d’Alger depuis le jardin. La maison ottomane est entièrement détruite dans les années 1930 et les extensions du xixe siècle le sont dans les années 1950 pour laisser place à l’actuelle cathédrale du Sacré-Cœur.

Figure 6 : Trois vues de la même construction dite maison de Yahia Agha.

Figure 6 : Trois vues de la même construction dite maison de Yahia Agha.

De gauche à droite : (a-b) vue perspective et plan partiel d’une « Maison de plaisance mauresque », 1851 ; (c) gravure d’une « Maison de campagne maure à Mustapha, près d'Alger », 1839 ; (d) photographie du « Sacré-Cœur de Mustapha », 1870.

Source : (a-b) Amable Ravoisié, Exploration scientifique de l’Algérie, Paris : Firmin Didot, 1851 (a-b) ; (c) Adolphe Otth, Esquisses africaines dessinées pendant un voyage à Alger et lithographiées, Berne : J. F. Wagner, 1839 (c) ; (d) Rome (Italie), Archives de la congrégation du Sacré-Cœur.

  • 46 Vincennes (France), Service historique de la défense, T20.6B.700.11. Le nom figure sur le plan dat (...)

19Ce type d’appropriation par des institutions religieuses ou d’enseignement est commun à plusieurs maisons dont l’architecture, inadaptée au nouveau programme, est vouée à disparaître ; leur noyau ancien est progressivement dissout dans des extensions de style européen. Situé à Saint-Eugène (actuellement Bologhine), le consulat de France de l’époque de la régence est ainsi, au début des années 1850, absorbé par les bâtiments du Petit séminaire (actuel lycée El Arkam El Makhzoumi). De même, la maison ottomane « Djenan Osul Mohammad »46 qui abrite, à partir de 1868, l’hospice des vieillards des Petites sœurs des pauvres (actuel Centre d’Initiatives et d’Activités de Recherches Appliquées), fait l’objet d’un vaste programme d’extension. Ce dernier, conduit en 1878, transforme radicalement « la maison mauresque des Petites Sœurs, s'élevant au sein d'un domaine de 21 hectares », dont ne subsistent aujourd’hui que des fragments de la galerie du patio.

  • 47 Voir la description d’Henri Klein, « La villa du dey Hussein », L’Afrique du Nord illustrée, 9 fév (...)
  • 48 Voir note 31.

20L’hôpital Lamine Debaghine de Bab-el Oued (anciennement hôpital militaire ou hôpital Maillot) et le lycée Ethaalibiya d’Hussein-Dey (anciennement Manufacture des tabacs de l’État construite dans les années 1860 puis transformée, après 1945, en école de police) constituent toutefois deux contre-exemples. Ces deux institutions conservent en effet en leur sein deux résidences d’été des deys Hassan et Hussein datées respectivement de la fin du xviiie siècle et de 1820. Dans le premier cas, la décision de conserver la maison est prise en 1857, alors que le projet initial du nouvel hôpital, élaboré en 1847, prévoyait la démolition de toutes les constructions ottomanes. La maison est alors intégrée à la composition d’ensemble, en remplacement de l’un des quatre modules carrés de l’hôpital pavillonnaire, et devient le « pavillon des officiers » (fig. 7). Dans le cas de la Manufacture des tabacs, la maison, placée au centre, dans l’axe de l’entrée, abrite l’administration. Comptant parmi les constructions les moins modifiées à l’époque coloniale47, elle intéressa très tôt les amateurs d’architecture ottomane et son plan archétypal figure dès 1905 dans l’ouvrage de Georges Guiauchain48 (fig. 8). Bien que protégée au titre des monuments historiques depuis 1982, elle est aujourd’hui dans un état de quasi-ruine.

Figure 7 : Plan de l’hôpital du Dey, 1857.

Figure 7 : Plan de l’hôpital du Dey, 1857.

Source : Vincennes (France), Service historique de la défense, 1H517.

Figure 8 : Plan du palais d’été du dey Hussein.

Figure 8 : Plan du palais d’été du dey Hussein.

Source : Georges Guiauchain, Alger, 1905.

De la conservation à la recréation 

Les maisons du domaine de Mustapha pacha

21Six ensembles de maisons occupées par l’armée dès 1830, composaient le vaste domaine de Mustapha pacha, dey d’Alger de 1798 à 1805. Leur évolution contrastée, souvent documentée, y compris en ce qui concerne la transmission des propriétés, offre une bonne synthèse de la variété des modes d’appropriation de l’architecture ottomane. Situé dans le fahs Bab Azoun, d’un accès facile depuis la ville intra-muros, le domaine s’étalait sur la pente jusqu’au champ de manœuvre installé le long du rivage.

Figure 9 : Repérage sur un plan de 1853 des maisons du domaine de Mustapha pacha.

Figure 9 : Repérage sur un plan de 1853 des maisons du domaine de Mustapha pacha.

Source : Vincennes (France), Service historique de la défense, 1VH2040.

  • 49 Vincennes (France), Service historique de la défense, 1H556, rapport du 6 août 1832, « Procès-verb (...)
  • 50 Vincennes (France), Service historique de la défense, 1H538, « État des propriétés séquestrées occ (...)
  • 51 Aix-en-Provence (France), Archives nationales d’outre-mer, 8M9/327. Sabatery, Mémoire pour les hér (...)
  • 52 Aix-en-Provence (France), Archives nationales d’outre-mer, GGA 8M9/327. « Mustapha-Pacha avait pri (...)

22Sur les plans du Génie des années 1830, chaque ensemble de maisons est repéré par une lettre : « Pâté ou maisons inférieures de Mustapha (M), maisons intermédiaires de Mustapha pacha (J), palais de Mustapha pacha et ses dépendances (D, G, A), maison H (au-dessus de Mustapha pacha), maison F (Mustapha Kiat), maison G (vis-à-vis du palais de Mustapha pacha) »49 (fig. 9). Le domaine, mis sous séquestre à partir de1830, fait l’objet d’un abondant contentieux qui nous permet de connaître les propriétaires des maisons, amenés à produire leurs titres. En 1838, leur liste (voir infra tableau) est établie par les militaires50, tandis qu’un mémoire présenté en 1854 par les héritiers de Mustapha pacha au Préfet d’Alger51 en vue de retrouver la jouissance de leurs biens confisqués permet de faire la part entre les biens habus (inaliénables) et les biens milk (c'est-à-dire privés, le plus souvent en indivision) composant le domaine. Seuls les biens milk de Mustapha pacha avaient été accaparés en 1805 par son successeur et étaient alors devenus propriété du Beylick, puis, après 1830, du service des domaines (l’État français se présentant comme seul héritier de ces biens annexés à son domaine privé) ; les terrains et résidences constitués en habus demeuraient inaliénables52. Malgré l’interdit qui frappait la vente des biens mis sous séquestre par l’administration domaniale, des ventes de morceaux furent opérées entre particuliers. Cette pratique fréquente est décrite dans un rapport rédigé en 1845 par le colonel Charon, directeur des fortifications :

  • 53 Vincennes (France), Service historique de la défense, 1H556 : Mémoire présenté à M. le procureur g (...)

« Des arrêtés avaient prohibé tout acte relatif à l’acquisition de biens séquestrés. Mais le gouvernement eut la faiblesse de ne pas sévir contre les acquéreurs illicites et surtout contre les officiers publics qui au mépris des arrêtés passaient ces actes défendus et quelques fois même, se rendaient eux-mêmes acquéreurs. […] Beaucoup des Indigènes immigrés […] n’osaient revenir.
[…] Alors commencèrent les manœuvres de toute nature pour faire croire aux Indigènes habitant le territoire ou émigrés que leurs immeubles occupés par les Français étaient perdus, qu’eux Indigènes ne pourraient jamais être remis en possession. Les retards apportés par l’administration dans la liquidation des indemnités servaient ces spéculateurs dans leurs projets.
[…]Aussi, d’un pareil point de départ, il était facile d’engager ces Indigènes à se défaire à vil prix d’un objet sans valeur. C’est ainsi qu’un payait 22 f 00 de rente chaque hectare du champ de manœuvre de Mustapha, qu’on louait pour 1200 f 00 et pour 60 ans le magnifique palais de Mustapha pacha […], etc.
Le but des agitateurs était facile à saisir : en faisant croire aux Indigènes que la perte de leurs immeubles était consommée, ils rejetaient sur le gouvernement l’odieux d’une confiscation, et faisaient d’excellents marchés, sans courir de châtiments, car malheureusement, ils devinaient déjà la faiblesse de l’administration et en dérangeant celle-ci dans l’acquisition des immeubles qui devaient lui être indispensable pour assurer son service, ils comptaient bien soit d’une manière, soit d’une autre, obtenir des prix très avantageux d’immeubles acquis ainsi pour peu de choses. »53

  • 54 Seule la jouissance du bien est cédée sous la forme d’un bail à rente perpétuelle (ʿanā) moins oné (...)
  • 55 Pour une description du palais, voir Marion Vidal-Bué, Villas et palais d’Alger du xviiie siècle à (...)
  • 56 Aix-en-Provence (France), Archives nationales d’outre-mer, GGA 8M9/dossier 327. La somme versée la (...)
  • 57 Aix-en-Provence (France), Archives nationales d’outre-mer, GGA 8M9/dossier 327. Lettre du Commanda (...)
  • 58 Aix-en-Provence (France), Archives nationales d’outre-mer, GGA 2N61.
  • 59 Vincennes (France), Service historique de la défense, 1H556, État général des immeubles du domaine (...)
  • 60 Henri Klein, Feuillets d’El-Djezaïr, 1937, op. cit. (note 12), p. 239‒241.

23Les maisons inférieures (M) et intermédiaires (J), propriétés du beylick, restèrent aux mains de l’armée affectées aux « parcs des réparations et des constructions des équipages militaires » ; elles sont aujourd’hui détruites. Les quatre autres, par l’intermédiaire de rachats de rente54, entrèrent également progressivement dans les propriétés du domaine de l’État. Le palais de Mustapha pacha (maisons D, G, A)55, reconnu comme bien habus, est loué en 1830 par son fils Ibrahim au Sieur Joly pour une durée de 60 ans. Ce dernier revend très vite ses droits au service du Génie qui paye alors à l’héritier une rente s’élevant en 1846 à 1 800 fr56. À cette date, l’État propose de traiter de gré à gré avec l’héritier la cession totale du palais57 qui, en 1848, est remis aux Sœurs de Saint Vincent de Paul pour être transformé en orphelinat58. La maison F dite aussi « Mustafa Kiat (ou Kéat) », propriété en 1830 de Bent Khazenadj el Amin59, mise sous séquestre puis cédée à Baccuet et Allal Ben hadj Hamdan, sans que ces derniers puissent en apporter les preuves, est finalement vendue en 1844 au général Yusuf et dès lors connue sous le nom de « villa Yusuf » (actuellement villa Boumaaraf, siège de l’organisation nationale des moudjahidines algériens)60.

  • 61 Marion Vidal-Bué, Villas et palais d’Alger du xviiie siècle à nos jours, op. cit. (note 11), p. 16 (...)

24Toutes les maisons font l’objet de transformations dont on ne mesure pas toujours l’ampleur faute de documentation. La villa Yusuf par exemple dont on possède un plan daté de 1845 comprend une maison principale de plan quasi carré pourvu de deux porches en avant-corps dont un ouvert sur une terrasse, et l’autre, sur une cour entourée de constructions annexes. Des photographies montrent que la maison fut dotée dans la deuxième moitié du xixe siècle d’ouvrages de menuiserie en encorbellement sur ses façades61, aujourd’hui disparus. Un salon mauresque avec plafond peint, plâtre ciselé et cheminée en marbre fut aussi adossé à la façade arrière (ouest).

  • 62 Aix-en-Provence (France), Archives nationales d’outre-mer, GGA 3F12, Procès-verbal de la séance du (...)
  • 63 Vincennes (France), Service historique de la défense, 1H538, Plan de la « parcelle à annexer à la (...)

25Les transformations de la maison G, voisine du palais de Mustapha pacha, sont les mieux documentées. En 1843, la maison qui abrite déjà la résidence du Gouverneur est achetée 6 300 fr aux héritiers de Mustapha Kodja el Kheil62. Les travaux réalisés dès 1847 ne modifient pas le plan d’origine. Comme le montrent les relevés des parcelles (fig. 10), l’édifice comprend en 1848 une maison d’habitation à patio central avec un avant-corps ouvrant, au sud, sur une grande cour ceinte de bâtiments annexes, dont un avec loggia à cinq arcs semblable à celle de la maison de Yahia Agha. Une autre cour de moindre dimension est située côté est sur le bas du terrain63.

Figure 10 : Plans de la « campagne du gouverneur général » datés de 1848 et 1854.

Figure 10 : Plans de la « campagne du gouverneur général » datés de 1848 et 1854.

Source : Vincennes (France), Service historique de la défense, 1H538 (1848) et Aix-en-Provence, Archives nationales d'outre-mer, C218 (1854).

  • 64 Claudine Piaton, Juliette Hueber, Boussad Aïche et Thierry Lochard, Alger, ville et architecture. (...)
  • 65 Aix-en-Provence (France), Archives nationales d’outre-mer, GGA 3F40, Procès-verbal de la séance du (...)

26En 1856, le conseil du gouvernement est amené à se prononcer sur le coût d’un projet de restauration et d’agrandissement de la maison établi par le service des bâtiments civils. Les budgets considérables des travaux, sans commune mesure avec le coût d’acquisition, font débat et relancent les discussions engagées au début des années 1840 lors de l’extension du palais d’hiver (Dar Hassan pacha) sur la meilleure architecture à adopter en Algérie64. Le conseil juge que la « dépense élevée », estimée à 216 000 fr, « s’explique par la nécessité de conserver le style mauresque, de construire des galeries, des cours et d’y faire emploi du marbre et des ornementations qu’exige ce style »65, et conclut néanmoins que « La dépense pourrait être notablement réduite sur l’ornementation et la marbrerie qui figurent au devis pour un chiffre considérable. Tout en faisant la part du style architectural qui exige une ornementation dispendieuse, il ne serait pas impossible de composer à moindre frais un décor convenable. »

  • 66 Le débat entre restauration/reconstruction et conservation parcourt toute l’histoire du patrimoine (...)
  • 67 Jules Anselin (1821‒1864) est un ancien élève de l’École des beaux-arts de Paris. Il travaille sou (...)

27Nous disposons de deux versions du plan du projet d’agrandissement. Le premier, réalisé, conserve en partie la maison ancienne, y ajoute des galeries en avant-corps renforçant la symétrie de l’ensemble. Le dessin montre qu’à cette date, le corps de bâtiment qui fermait la grande cour à l’est a déjà été détruit et que l’aile sud a été étendue pour créer des cuisines. L’autre version du projet prévoit la destruction des trois quarts des constructions anciennes et leur reconstruction sur un plan similaire doublant leur surface. Les deux versions mettent en lumière des conceptions divergentes de la restauration66 mais affichent une volonté commune de « conserver le style mauresque » selon le souhait du gouverneur. Les façades dessinées en 1857 par l’architecte inspecteur principal des bâtiments civils, Jules Anselin67, rendent compte des mêmes impératifs ; elles associent des galeries à arc outrepassé et colonnes torsadées, des pavillons à coupoles mais aussi des éléments d’architecture moderne telle que la grande véranda en fer de l’aile sud (fig. 11).

Fig. 11. Projet de restauration de la maison du gouverneur, Jules Anselin, plan et façade, 1857.

Fig. 11. Projet de restauration de la maison du gouverneur, Jules Anselin, plan et façade, 1857.

Source : Toulon (France), Bibliothèque municipale de Toulon, fonds Philibert.

  • 68 Aix-en-Provence (France), Archives nationales d’outre-mer, GGA 2N5. François (1811‒1878) et Jean-É (...)
  • 69 Jean Alazard, « Le palais d'été du gouverneur général de l’Algérie », Art & Décoration, juillet 19 (...)
  • 70 Jean Alazard, « Le palais d'été du gouverneur général de l’Algérie », op. cit. (note 69), p. 88.

28Ce premier projet, réalisé en plusieurs tranches par l’entrepreneur Ferrand et le sculpteur Latour68, a été effacé par les travaux d’agrandissement beaucoup plus ambitieux conduits à partir de 1913 par l’architecte Gabriel Darbéda et abondamment étudiés depuis lors69. Une grande partie des ajouts du xixe siècle et des éléments d’époque ottomane ont été détruits : « le pavillon central fut démoli ; il fut remplacé par une salle des banquets au rez-de-chaussée et une salle des fêtes au premier étage ; (…) l'ancienne salle à manger devint le vestibule d'honneur, que l'on fit communiquer avec le rez-de-chaussée par un grand escalier de marbre blanc »70. Des photographies du début du xxe siècle permettent néanmoins d’identifier les principaux aménagements réalisés à partir de 1858 : premier escalier d’honneur, grand salon et salle à manger (fig. 12). Ils peuvent être relus comme le prototype des transformations des maisons ottomanes durant la deuxième moitié du xixe siècle : dans les intérieurs, la création de plafonds en plâtre ciselé à l’exemple des palais intra-muros occupés par les services coloniaux, Dar Hassan Pacha, Dar Ahmed ou Dar Khadaoudj ; l’extension des panneaux de carreaux de faïence, comme dans l’escalier d’honneur et, sur les façades, l’ajout de décors jusque-là réservés aux cours intérieures (panneaux de carreaux de céramique, moulures) ainsi que l’inversion du rapport plein-vide par l’ajout de galeries et loggia (fig. 13).

Lieu Nom de la maison Nom du propriétaire Lieu de résidence du propriétaire Qualité du propriétaire
Arrondissement de Bab Azoun Maison F dite aussi « Mustafa Kiat (ou Kéat) »[La villa est connue à partir de 1844 comme la villa Yusuf] Bent Khazenadj el Amin Alexandrie Fille du premier ministre du dey Mustapha
idem Maison G [À l’époque coloniale, résidence d’été du Gouverneur général et aujourd’hui, palais du peuple] Mustafa Khodja Khoustel Kheil mort à Smyrne Ministre des haras du dey Mustapha
idem Maison H [également connue sous le nom de Djenan Hussein. À l’époque coloniale, gendarmerie puis église Sainte-Marie. Aujourd’hui, siège du Conseil national des droits de l’homme.] Aïcha bent baba Hassan pacha [transmis ensuite à ses enfants Hadj Omar ben Hadj Hussein et sa sœur Nefissa] Alexandrie Fille du dey Hassan pacha
idem Palais de Mustapha (D, G, A) [À l’époque coloniale, orphelinat de Saint-Vincent-de-Paul. Aujourd’hui, Office national de lutte contre la drogue et la toxicomanie] Brahmam Oulid Mustapha pacha Héritier du dey Mustapha
idem Maisons inférieures et intermédiaires (M et J) propriété du Beylick[= terres domaniales du Dey]

Figure 12 : Escalier d’honneur, grand salon et salle à manger de la maison du gouverneur, avant la restauration de 1913.

Figure 12 : Escalier d’honneur, grand salon et salle à manger de la maison du gouverneur, avant la restauration de 1913.

Source : cartes postales, collection InVisu.

Figure 13 : Transformation de la façade principale de la maison du gouverneur entre 1860 et 1900.

Figure 13 : Transformation de la façade principale de la maison du gouverneur entre 1860 et 1900.

Source : photographies et cartes postales, collection InVisu.

Les maisons des « amateurs »

29Les travaux effectués dans des demeures restées en mains privées sont plus difficiles à documenter. Néanmoins, certains propriétaires désireux de partager leur goût pour l’architecture locale n’ont pas hésité à exposer leur résidence. Au début du xxe siècle, les visites des maisons par les sociétaires du Comité du Vieil Alger tracent ainsi une géographie des plus belles propriétés d’El-Biar et de Mustapha.

  • 71 Lady Herbert, Algérie contemporaine illustrée, Paris : Victor Palmé éditeur, 1881, p. 123. URL: ht (...)
  • 72 Voir les photographies : Toulon (France), Bibliothèque municipale de Toulon, fonds Philibert ; l’é (...)
  • 73 L’Illustration, 21 novembre 1891, article cité par Pierre Gombert, La villa des Oliviers, résidenc (...)
  • 74 Collection citée dans Général André Broussaud, Les carreaux de faïence peints dans l’Afrique du No (...)

30Les premiers témoignages de transformation sont livrés par les Britanniques qui s’installent à partir des années 1870 dans les maisons du fahs. Celles-ci ne sont plus alors seulement recherchées pour leur situation avantageuse mais aussi pour leur architecture spécifique qui suscite un véritable engouement. Dans son ouvrage, Algérie contemporaine illustrée, Lady Herbert donne une courte description de la villa restaurée de John Elmore (vice-consul britannique et membre fondateur de la Société historique algérienne) : « Ce dernier a transformé la cour supérieure en salon, en y ajoutant un plafond ; il a aussi fait construire une salle à manger ornée d'arcades mauresques d'un goût parfait, et, sans que cela jure le moins du monde avec le style de la pièce, il y a introduit d'excellentes cheminées à l'anglaise. »71 Le couvrement du patio est l’une des transformations premières ; on l’observe sur la quasi-totalité des maisons occupées par des Européens, y compris celles situées intra-muros. Le dispositif est parfois mobile pour s’adapter au changement de saison. L’ajout « d’arcades mauresques », à l’instar du projet pour le palais d’été, est aussi fréquent. La récente étude stratigraphique des élévations de la Djenan Lakhdar, propriété à partir de 1910 du collectionneur Frédéric Lung, a par exemple mis en évidence, parmi les adjonctions des xixe-xxe siècle, des files d’arcades72. Dans la « villa des Oliviers », à El Biar, les transformations sont telles qu’un article publié en 1891 dans L’Illustration ne reconnaît pas la construction primitive : « cette belle demeure, de construction récente, est de style mauresque, et on y retrouve le patio intérieur, les arcades, les colonnes torses, les ajourements, il faut dire de plus que, destinée à loger des Européens, on y rencontre le confortable moderne auquel nous sommes habitués » 73. L’article est notamment illustré par une gravure montrant le « salon marocain » du premier étage pourvu d’une arcature en plâtre ciselé. On pourrait aussi citer la propriété Stephann, acquise dans les années 1830 par le premier architecte des Domaines, Charles Stephann, puis transmise à son fils, médecin (actuel siège des services de la jeunesse et des sports de la wilaya d’Alger dans le complexe sportif Ahmed Ghermoul). La maison, agrandie au début du siècle, est ornée de la collection de carreaux de Delft et italiens du propriétaire74 et fait l’objet d’une publication sur carte postale.

  • 75 Voir dans ce numéro l’article de Clara Ilham Àlvarez Dopico, « Une nouvelle tradition : la céramiq (...)
  • 76 Aix-en-Provence (France), Archives nationales d’outre-mer, 55S/1, lettre du 27 mars 1925 du direct (...)

31Dans tous ces exemples, l’appropriation passe par une reconstruction partielle, voire quasi-complète, dont on peut trouver l’origine dans les travaux de l’architecte anglais Benjamin Bucknall qui, à partir de la fin des années 1870, a restauré plusieurs maisons du fahs. Ce dernier, grand admirateur de Viollet-le-Duc dont il a traduit en anglais les Entretiens sur l’architecture, acteur du « gothic revival », a été l’un des premiers artisans du renouveau du style arabe à Alger. Ce style se nourrit d’une part du marché des décors anciens provenant de la vieille ville et d’autre part d’importation de céramiques tunisiennes75. Dans le premier quart du XXe siècle, dans la lignée de Bucknall, les architectes algérois Georges Guiauchain, Gabriel Darbéda puis Léon Claro contribuent à promouvoir ce même style composite associant remplois et reproductions de décors anciens. C’est cette fois dans le quartier de la Marine (Basse-Casbah) dont la démolition est imminente, que le marché des remplois se développe. L’architecte Guiauchain achète ainsi en 1925 la porte de l’immeuble du 29, rue d’Orléans décrite comme « un excellent travail italien » pour l’installer dans une villa ; porte dont la direction des antiquités algériennes demande le classement76.

  • 77 Voir note 20. La maison fait aujourd’hui partie du domaine de l’ambassade de Chine.

32La série de photographies de la « campagne Saint Georges », datée des années 1920-1930, et récemment mise au jour77, offre une bonne illustration des répertoires décoratifs convoqués lors des restaurations. La maison située sur les hauteurs de Mustapha, le long du chemin Kablé, est acquise en 1924 par Auguste Gaultier, un entrepreneur de travaux publics connu pour avoir réalisé de nombreux ouvrages d’art, notamment sur les nouvelles lignes de chemin de fer d’Algérie et de Tunisie. On ne connaît pas les propriétaires antérieurs ; les cartes du Génie des années 1870 situent dans ce secteur les campagnes Mesguich et Desmarquoy. La maison, bien que de taille modeste, adopte la distribution des grandes demeures du domaine de Mustapha. Implantée sur un terrain en pente, elle s’ouvre sur un jardin en terrasse qui domine le grand paysage de la baie ; l’entrée et le « marabout », nom attribué à la pièce couverte d’une petite coupole (ou qubba), sont reportés sur le côté, et la cour de service à l’arrière. Lorsque A. Gaultier prend possession de la maison, celle-ci présente une façade sobre d’influence néoclassique tout juste rehaussée par une corniche en brique et quelques éléments décoratifs (panneaux de carreaux de faïence et encadrement sculpté de la porte, vestiges de la maison ottomane). L’intérieur est tout aussi dépouillé avec un escalier droit couvert de voûtes en berceaux.

33À partir de 1925, la maison fait l’objet d’une série de petites extensions et est enrichie de décors néo-mauresques. La façade principale recomposée est dotée de soubassements et bandeaux en carreaux de faïence, de baies géminées avec colonnettes torsadées et arcs outrepassés (fig. 14). À l’intérieur, le propriétaire fait appel en 1932 à des artisans marocains pour réaliser les décors en plâtre ciselé, mosaïques et plafonds peints qui ornent, une fois encore, un grand « salon marocain » (fig. 15) ouvert sur la terrasse et la cage d’escalier. Dans les années 1930, la maison connaît des changements d’affectation des pièces (salon en salle à manger, etc.), l’ajout de tapis de faïence et d’une fontaine sur la terrasse. Ainsi, alors que la façade ottomane du corps de bâtiment principal avait sans doute été « francisée » par le propriétaire du xixe siècle, la façade rénovée au début du xxe siècle redouble de décors néo-mauresques réinventés. Une carte postale du portail d’entrée richement orné est éditée au début des années 1930. En 1933, la restauration des intérieurs, considérée comme exemplaire, fait l’objet d’un article dans la revue Chantiers nord-africains où l’on peut lire que M. Gaultier « a redonné [à sa villa] ce caractère de profonde originalité que les années avaient quelque peu amoindri », ou bien que « le salon vient d’être reconstruit dans le style qui fit la gloire des Almoravides ».

34Le goût pour le décor néo-mauresque, qui avait connu son apogée au début du xxe siècle dans l’architecture publique, s’insinue donc avec décalage dans l’architecture privée des villas où il s’accompagne de l’essor de l’artisanat dit « indigène » du mobilier de bois et du tapis, particulièrement promu lors des célébrations du centenaire de la colonisation en 1930.

Figure 14 : Campagne Saint-Georges, façade sur terrasse, v. 1925 et v. 1935.

Figure 14 : Campagne Saint-Georges, façade sur terrasse, v. 1925 et v. 1935.

Source : collection A. Gaultier et héritiers.

Figure 15 : Campagne Saint-Georges, salon marocain, v. 1935.

Figure 15 : Campagne Saint-Georges, salon marocain, v. 1935.

Source : collection A. Gaultier et héritiers.

Conclusion

  • 78 Le terme « Algériens » fait référence aux notables musulmans et juifs installés antérieurement à l (...)
  • 79 Le phénomène n’est pas propre à la colonie. Dans toute l’Europe du xixe siècle, la préservation de (...)
  • 80 Deux maisons seulement, les villas Abdelatif et Segond Weber avaient été respectivement classées a (...)

35Durant l’occupation française, les maisons ottomanes du fahs ont fait l’objet de transformations profondes, plus que les palais intra-muros dans lesquels les restaurations n’ont pas remis en question la structure même des édifices. Ces transformations, qui ne perpétuent pas un modèle univoque, sont à la fois le fait d’Européens (principalement Britanniques et Français), d’Algériens78, d’institutions publiques ou privées. Elles révèlent, tout d’abord, l’intérêt précoce porté par les architectes du service des bâtiments civils à l’architecture locale, en dépit de toutes les destructions opérées simultanément. En effet, dès les années 1850, quelques projets d’extension cherchent à reproduire un « style mauresque » dont la définition est d’autant plus floue qu’il n’est jamais question de préserver l’authenticité des constructions79. Jusque dans les années 1940, les maisons du fahs sont quasi ignorées par les politiques de protection du patrimoine algérien80. Ainsi lorsqu’au début du xxe siècle, l’extension urbaine atteint les grands domaines, les abords des maisons se couvrent de lotissements, dépréciant leur valeur et conduisant irrémédiablement à leur démolition.

  • 81 Georges Marçais, L’architecture musulmane d'Occident, Tunisie, Algérie, Maroc, Espagne et Sicile, (...)
  • 82 Ibid., p. 425.

36À partir des années 1870 et durant toute la période française, quelques rares propriétés acquises par des amateurs et des collectionneurs ont toutefois servi de faire valoir aux politiques de promotion d’un style propre à la colonie et ont échappé aux démolisseurs. Devenues un marqueur social fort, elles ont constitué un laboratoire pour l’élaboration d’un style nouveau où le décor occupe une place centrale. Ce dernier puise ses références dans l’art vénitien autant que dans l’architecture almoravide puis almohade, considérée, dans la première moitié du xxe siècle, comme le canon de « l’architecture musulmane d’Occident »81. Ces nouvelles influences bousculent le style algérois si particulier, jusqu’alors caractérisé par une architecture empreinte d’un style ottoman dépouillé, rehaussé d’éléments décoratifs venus d’Italie comme les colonnes de marbre torsadées ou bien encore de carreaux de Delft et d’Espagne, et qui, selon Marçais, « échappent à l’art musulman »82. Le nouveau décor des maisons ottomanes du fahs peut alors prendre une dimension extravagante, à l’instar de celui du palais du peuple qui constitue l’archétype de ce curieux mélange échappant à tout modèle. Ce style si particulier, qu’on ne trouve aujourd’hui, une fois de plus, que dans les « somptueuses demeures » d’Alger, constitue une composante à part entière du patrimoine national algérien, qui n’a de cesse d’absorber et de recomposer des fragments d’architecture importés ou imposés.

Haut de page

Notes

1 Voir par exemple : Nabila Cherif-Seffadj, Les bains d’Alger durant la période ottomane, xvie-xixe siècles, Paris : Presses universitaires de la Sorbonne (Islam), 2008 ; Samia Chergui, Les mosquées d’Alger : construire, gérer et conserver, xvie-xixe siècles, Paris : Presses universitaires de la Sorbonne, 2011 (Islam) ; Rachida Hadji Zekagh, Les rapports dimensionnels entre le système décoratif en faïence et la composition architecturale des palais de l’époque ottomane d’Alger, mémoire de magistère soutenu à l’École polytechnique d’architecture et d’urbanisme d’Alger (epau), 2012. Pour les études plus anciennes, voir Lucien Golvin, Palais et demeures d'Alger à la période ottomane, Aix-en-Provence : Édisud, 1988. Il n’existe pas pour Alger d’études comparables à celles conduites sous la direction de Jacques Revault au Caire, à Tunis et à Fès.

2 C’est sous cette appellation que la ville ancienne d’Alger a été inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l’unesco en 1992.

3 Les deux fonds les plus importants et qui restent encore sous exploités sont ceux du Service historique de la Défense (shd) conservés à Vincennes (France) et ceux des Archives nationales d’outre-mer (anom) à Aix-en-Provence (France).

4 Le terme fahs qui désigne les environs de la ville intra-muros, revêt plusieurs significations dont celle de « plaine montueuse », région de relief varié où alternent vallons et hauteurs de faible importance.

5 La notion d’authenticité matérielle est explicitée dans la charte de Venise de 1964 qui constitue une référence en matière de conservation et de restauration. Le concept a aujourd’hui évolué pour prendre en compte d’autres dimensions (conférence de Nara sur l'authenticité, 1994). Lors de l’étude d’un bâtiment historique, la critique d’authenticité a pour objectif de déterminer quelles sont les parties originales de l’édifice et les parties restaurées à différentes époques.

6 « Les maisons fahs d'Alger, un patrimoine en déperdition », conférence de Omar Hachi rapportée dans Infosoir, 15 avril 2009.

7 Quelques études préalables à des travaux de restauration ont permis de reconnaître les diverses strates d’occupation de maisons en analysant les élévations décapées de leurs enduits. Voir par exemple : Dalila Kameche-Ouzidane « Réhabilitation du musée du Bardo dans son environnement », in Abd El Hakim Hameg, Soad Hameg-Bentellis, Monument du Bardo, chronique d’une restauration, Alger : Éditions du ministère de la Culture, 2012 ; Samia Chergui, « Essai stratigraphique de deux demeures du fahs algérois, Djnân Lakhdar et Djnân Mahieddine », Al-Sabîl : Revue d’Histoire, d’Archéologie et d’Architecture Maghrébines, n°2, 2016. URL: http://www.al-sabil.tn/?p=2330. Consulté le 25 juin 2018.

8 Pour une compréhension globale du contexte patrimonial à l’époque coloniale, voir Nabila Oulebsir, Les usages du patrimoine : monuments, musées et politique coloniale en Algérie (1830‒1930), Paris : Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004.

9 Eugène Viollet-le-Duc, Dictionnaire raisonné de l’architecture française du xie au xvie siècle, Paris : A. Morel, 1869, vol. 8, p. 14 pour la citation et p. 14‒34 pour une définition complète de la « restauration ».

10 Voir par exemple la préface d’Anouar Benmalek à l’ouvrage Algérie, Palais et somptueuses demeures, Alger : Zaki Bouzid éditions, 2014.

11 Par exemple : Nadia Ouargli, « Recensement des demeures du Fahs d’Alger », Ikosim, n°4, 2015, p. 145‒157. L’article est tiré d’un travail de recherche non publié du même auteur : Inventaire et restauration des villas d’Alger de l’époque ottomane, mémoire de magistère soutenu à l’École polytechnique d’architecture et d’urbanisme d’Alger (epau), 1997. Voir aussi Farid Hireche, Petits paradis d’Alger, Alger : Alternatives urbaines, 2015 ; Algérie, Palais et somptueuses demeures, op. cit. (note 10) ; Marion Vidal-Bué, Villas et palais d’Alger du xviiie siècle à nos jours, Paris : Éditions Place des Victoires, 2012.

12 Henri Klein, Feuillets d’El-Djezaïr, Alger : L. Chaix éditeur, 1937, p. 21‒25, 204‒211. Le Comité du Vieil Alger est une association patrimoniale créée en 1905. Voir Nabila Oulebsir, Les usages du patrimoine, op. cit. (note 8), p. 240‒246 et l’article de Juliette Hueber dans le présent numéro. URL : https://journals.openedition.org/abe/4585. Consulté le 1er octobre 2018.

13 « Liste des monuments et sites classés ou dont le classement est susceptible d’être proposé » ; la liste compte au total 133 monuments et sites. Un exemplaire est conservé à Toulon (France), Bibliothèque de la « Société des Amis du Vieux Toulon et de sa Région », fonds Meunier, auquel j’ai pu avoir accès grâce à Mme Jocelyne Renoux que je remercie.

14 Vincennes (France), Service historique de la défense et Aix-en-Provence (France), Archives nationales d'outre-mer. Les transcriptions des noms arabes sont celles qui figurent sur la source ; elles peuvent varier d’une source à l’autre, voire d’une page à l’autre.

15 Pour la description de ce fonds, voir Isabelle Grangaud, « Prouver par l’écriture. Propriétaires algérois, conquérants français et historiens ottomanistes », Genèses, n° 74, 2009, numéro thématique Isabelle Backouche et Michel Naepels (dirs.), Faire la preuve, p. 25‒45. DOI: 10.3917/gen.074.0025. URL: https://www.cairn.info/revue-geneses-2009-1-page-25.htm. Consulté le 4 juillet 2018.

16 Nacereddine Saidouni, L’algérois rural à la fin de l'époque ottomane (1791-1830), Beyrouth : Dar-el-Gharb Al-Islami, 2001.

17 Aix-en-Provence (France), Archives nationales d'outre-mer, GGA 8M8, 8M9.

18 Le fonds est conservé à la Bibliothèque municipale de Toulon. Je remercie Mme Véronique Gillain, responsable des fonds patrimoniaux, de me l’avoir fait découvrir. Seul un inventaire manuscrit des pièces (plus de 20 000) est à ce jour disponible.

19 Voir note 13.

20 Je remercie les familles Ridé et Villeneuve pour la mise à disposition de ce fonds iconographique inédit.

21 Florence Pénet, Ottomane, tricentenaire et born again. Histoire de la maison Ben-Smen, [s.l.] : [sans éditeur], 2014 ; École polytechnique d’architecture et d’urbanisme d’Alger (epau), École nationale supérieure d’architecture de Paris-La Villette (ensaplv), Architecture et construction : restitution et analyse constructive par lasergrammétrie d’un édifice faḥṣ du xviie siècle, rapport non publié, 2011.

22 Voir le site internet de Jean Couranjou : http://arts.medit.occ.pagesperso-orange.fr/dj_empl.html. Consulté le 28 juillet 2017.

23 Notre appréciation se base sur l’observation des photographies des maisons figurant sur la liste car aucun critère de sélection n’est donné sur le document.

24 La variabilité des désignations et des transcriptions des toponymes arabes sur les cartes, ne permet pas toujours de localiser avec certitude les constructions.

25 Jean-André Peyssonnel et René-Louiche Desfontaines, Voyages dans les Régences de Tunis et d'Alger, Paris : Librairie de Gide, 1838, vol. 1, p. 461. URL: https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k103538m. Consulté le 25 juin 2018. Le terme masserie qui décrit une ferme ou une propriété agricole, vient de l’italien masseria. Il semble être utilisé en lingua franca dès le xviie siècle pour décrire les maisons des environs de Tunis et d’Alger.

26 Aix-en-Provence (France), Archives nationales d'outre-mer, GGA 3F9: « états nominatifs des individus atteints par le séquestre », 4 mars 1841. En 1841, dans la ville d’Alger, les biens de 142 personnes sont toujours sous séquestre.

27 Edmond Pellissier de Reynaud, Annales Algériennes, Paris : librairie militaire ; Alger : librairie Bastide, 1854, vol. 1, p. 59 et 96.

28 Vincennes (France), Service historique de la défense, Gb 33. Voir aussi Isabelle Bruller (dir.), L’Algérie romantique des officiers de l'armée française 1830-1837, Paris : Service historique de l'armée de terre, 1994 ; Nicolas Schaub, Représenter l'Algérie : images et conquête au xixe siècle, Paris : CTHS ; INHA, 2015 (L’art et l’essai).

29 L’Écho d’Alger, 30 avril 1920. La maison apparaît dans l’inventaire du Comité sous le nom « Villa Durand-Zermati (Bocanfuso) ».

30 Voir les listes des indivisaires lors des ventes par licitation, par exemple propriété Zerrouk-Bouderba à Hussein Dey en 1933 (Journal général des travaux publics et du bâtiment, 4 avril 1933) ; Propriété Ben Merabet au Hamma (L’Écho d’Alger, 1er octobre 1919) ; Propriété Zermati à Saint-Eugène (L’Écho d’Alger, 30 avril 1920) ; Maison Narboni à Saint-Eugène (Petites affiches algériennes, 13 avril 1850).

31 Voir Lucien Golvin, Palais et demeures d'Alger, op. cit. (note 1), p. 110‒112. Le plan de la maison est également publié dans Georges Guiauchain, Alger, Alger-Mustapha : Édition de l’Imprimerie Algérienne, 1905, « Maison de campagne, plan du rez-de-chaussée », sans que le nom de la maison soit cité.

32 Adolphe Otth, Esquisses africaines dessinées pendant un voyage à Alger et lithographiées, Berne : J. F. Wagner, 1839, pl. XVIII, texte.

33 L’Écho d’Alger, 24 mai 1914.

34 L’Écho d’Alger, 11 octobre 1933.

35 Aix-en-Provence (France), Archives nationales d’outre-mer, GGA 8M9/dossier 212.

36 Pierre Jean de Négroni (Rogliano 1793‒Paris 1880), avocat et propriétaire qui avait précédemment été consul général de Toscane en Corse (Aix-en-Provence (France), Archives nationales d'outre-mer, État-civil et Paris (France), Archives de Paris, État-civil).

37 L’acquisition qui relevait du séquestre et non de l’expropriation, ne donnait pas droit à des « indemnités » à son ancien propriétaire ; le nouveau propriétaire s’est sans doute acquitté d’une somme au Domaine pour « régulariser » sa situation.

38 Ordre de création des titres ecclésiastiques et des divers établissements religieux en Algérie : depuis 1830 jusqu'à 1854, Imp. Bastide, Alger, 1854, p. x ; Aix-en-Provence (France), Archives nationales d’outre-mer, GGA 3F18, séance du conseil du gouvernement du 17 mars 1847.

39 Joseph Nil Robin, « Note sur Yahia Agha », Revue africaine : journal des travaux de la Société historique algérienne, n°104, 1874, p. 117.

40 Vincennes (France), Service historique de la défense, 1H556, État général des immeubles du domaine militaire, 1837.

41 La recherche conduite dans les archives de la conservation foncière par M. Bentchakar, que nous remercions, n’a pas permis de livrer d’informations supplémentaires sur l’origine de la propriété.

42 Adolphe Otth, Esquisses africaines…, op. cit. (note 32), pl. xviii. Voir aussi Lucien Golvin, Palais et demeures d'Alger, op. cit. (note 1), p. 109.

43 Amable Ravoisié, Exploration scientifique de l’Algérie, Paris : Firmin Didot, 1851, vol. 3, pl. 12. À notre connaissance, le dessin de Ravoisié n’avait jamais été identifié. À l’instar du palais de la rue Philippe représenté sur les planches 4 et 5, la maison était peut-être, à la fin des années 1830, occupée par le Génie.

44 Loggia qui rappelle le maq’ad des palais mamelouks du Caire (salon de réception ouvert par des arcades situé au premier étage et face au nord pour attraper la brise) qui fut diffusé dans les provinces de l’Empire ottoman.

45 Rome (Italie), Archivio Generale della Società del Sacro Cuore, Archives de la Province de France de la Société du Sacré-Cœur, b50 Maison d’Alger, communiquées par Mme Federica Palumbo que je remercie.

46 Vincennes (France), Service historique de la défense, T20.6B.700.11. Le nom figure sur le plan daté de 1832.

47 Voir la description d’Henri Klein, « La villa du dey Hussein », L’Afrique du Nord illustrée, 9 février 1929, p. 8.

48 Voir note 31.

49 Vincennes (France), Service historique de la défense, 1H556, rapport du 6 août 1832, « Procès-verbal établissant la répartition des bâtiments susceptibles de composer le domaine militaire dans la Place d’Alger ». Toutes les transcriptions des noms arabes sont celles qui figurent sur la source citée ; elles peuvent varier d’une source à l’autre, voire d’une page à l’autre.

50 Vincennes (France), Service historique de la défense, 1H538, « État des propriétés séquestrées occupées par le service du casernement ».

51 Aix-en-Provence (France), Archives nationales d’outre-mer, 8M9/327. Sabatery, Mémoire pour les héritiers de Mustapha-pacha ancien Dey d’Alger à M. le Préfet et à MM. les Conseillers de Préfecture du département d’Alger, Alger : Bastide, [1854].

52 Aix-en-Provence (France), Archives nationales d’outre-mer, GGA 8M9/327. « Mustapha-Pacha avait pris soin de constituer en habus ces terrains et ces hôtels au profit de ses enfants et de certaines corporations, en sorte qu’ils pussent échapper, le cas échéant, à la confiscation », Sabatery, op. cit. (note 51), p. 3.

53 Vincennes (France), Service historique de la défense, 1H556 : Mémoire présenté à M. le procureur général sur l’établissement du Domaine militaire à Alger et sur différentes affaires contentieuses parties devant les tribunaux au sujet de ce domaine par V. Charon, colonel directeur des fortifications, commandant le Génie en Algérie, 7 février 1845.

54 Seule la jouissance du bien est cédée sous la forme d’un bail à rente perpétuelle (ʿanā) moins onéreux à l’achat mais souvent transformé en propriété pleine après la « régularisation » des années 1840‒1850.

55 Pour une description du palais, voir Marion Vidal-Bué, Villas et palais d’Alger du xviiie siècle à nos jours, op. cit. (note 11), p. 156‒157, reprise des articles de Klein.

56 Aix-en-Provence (France), Archives nationales d’outre-mer, GGA 8M9/dossier 327. La somme versée laisserait penser que la rente annuelle avait été revalorisée depuis 1830.

57 Aix-en-Provence (France), Archives nationales d’outre-mer, GGA 8M9/dossier 327. Lettre du Commandant du génie, Charon, au Gouverneur général, 1 juillet 1846.

58 Aix-en-Provence (France), Archives nationales d’outre-mer, GGA 2N61.

59 Vincennes (France), Service historique de la défense, 1H556, État général des immeubles du domaine militaire 1837 ; 1H538.

60 Henri Klein, Feuillets d’El-Djezaïr, 1937, op. cit. (note 12), p. 239‒241.

61 Marion Vidal-Bué, Villas et palais d’Alger du xviiie siècle à nos jours, op. cit. (note 11), p. 161.

62 Aix-en-Provence (France), Archives nationales d’outre-mer, GGA 3F12, Procès-verbal de la séance du conseil du gouvernement du 22/12/1843 : « Proposition de main levée de séquestre sur divers immeubles à Alger en faveur de la famille de Mustapha Khrodjet el Khril [sic]. »

63 Vincennes (France), Service historique de la défense, 1H538, Plan de la « parcelle à annexer à la campagne du gouverneur général », 2 novembre 1848 ; Aix-en-Provence (France), Archives nationales d’outre-mer, C218 « Plan de la campagne de M. le gouverneur général de l’Algérie. État actuel des lieux. 1854 ».

64 Claudine Piaton, Juliette Hueber, Boussad Aïche et Thierry Lochard, Alger, ville et architecture. 1830-1940, Arles : Honoré Clair ; Alger : Barzakh, 2016, p. 58-59.

65 Aix-en-Provence (France), Archives nationales d’outre-mer, GGA 3F40, Procès-verbal de la séance du conseil du gouvernement du 11/12/1856 : « Projet de travaux à faire pour la restauration et l’agrandissement de la maison de campagne de M. le Gouverneur Général » ; et GGA 2N5.

66 Le débat entre restauration/reconstruction et conservation parcourt toute l’histoire du patrimoine, voir par exemple Camillo Boito [présenté par Françoise Choay], Conserver ou restaurer : les dilemmes du patrimoine, Besançon : Les éditions de l’Imprimeur, 2000 (Tranches de ville).

67 Jules Anselin (1821‒1864) est un ancien élève de l’École des beaux-arts de Paris. Il travaille sous les ordres d’Auguste Guiauchain, chef du service des bâtiments civils.

68 Aix-en-Provence (France), Archives nationales d’outre-mer, GGA 2N5. François (1811‒1878) et Jean-Émile (1838-1876) Latour sont parmi les premiers sculpteurs installés à Alger. Ils travaillent notamment aux décors de la grande synagogue.

69 Jean Alazard, « Le palais d'été du gouverneur général de l’Algérie », Art & Décoration, juillet 1923, p. 87‒96. Idem, Le palais d’été, résidence du Gouverneur général de l’Algérie, Alger, 1951 ; Dalila Mohammed-Orfali, « Palais du peuple », in Algérie, Palais et somptueuses demeures, op. cit. (note 11), p. 58‒100.

70 Jean Alazard, « Le palais d'été du gouverneur général de l’Algérie », op. cit. (note 69), p. 88.

71 Lady Herbert, Algérie contemporaine illustrée, Paris : Victor Palmé éditeur, 1881, p. 123. URL: https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5823771w. Consulté le 26 juin 2018. La maison située à proximité du palais d’été pourrait être Dar el Ouard, l’actuelle résidence de l’ambassadeur d’Espagne.

72 Voir les photographies : Toulon (France), Bibliothèque municipale de Toulon, fonds Philibert ; l’étude historique : Marion Vidal-Bué, Villas et palais d’Alger du xviiie siècle à nos jours, op. cit. (note 11), p. 94‒97 ; l’étude stratigraphique : Samia Chergui, « Essai stratigraphique de deux demeures du fahs algérois, Djnân Lakhdar et Djnân Mahieddine », op. cit. (note 7).

73 L’Illustration, 21 novembre 1891, article cité par Pierre Gombert, La villa des Oliviers, résidence de France, Alger, Paris : Éditions internationales du patrimoine, 2016, p. 34.

74 Collection citée dans Général André Broussaud, Les carreaux de faïence peints dans l’Afrique du Nord, Paris : Plon, 1930.

75 Voir dans ce numéro l’article de Clara Ilham Àlvarez Dopico, « Une nouvelle tradition : la céramique algéroise à l’aube du xxe siècle. À propos de la politique de rénovation artisanale de Georges Marye », URL: https://journals.openedition.org/abe/4333.

76 Aix-en-Provence (France), Archives nationales d’outre-mer, 55S/1, lettre du 27 mars 1925 du directeur des antiquités au gouverneur.

77 Voir note 20. La maison fait aujourd’hui partie du domaine de l’ambassade de Chine.

78 Le terme « Algériens » fait référence aux notables musulmans et juifs installés antérieurement à l’occupation française.

79 Le phénomène n’est pas propre à la colonie. Dans toute l’Europe du xixe siècle, la préservation de l’authenticité n’est pas un critère pris en compte par les architectes restaurateurs.

80 Deux maisons seulement, les villas Abdelatif et Segond Weber avaient été respectivement classées au titre de monument historique en 1922 et 1927. Toulon (France), Bibliothèque de la « Société des Amis du Vieux Toulon et de sa Région », fonds Meunier, « Liste des monuments et sites classés ou dont le classement est susceptible d’être proposé ».

81 Georges Marçais, L’architecture musulmane d'Occident, Tunisie, Algérie, Maroc, Espagne et Sicile, Paris : Arts et métiers graphiques, 1954.

82 Ibid., p. 425.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Carte de repérage des maisons identifiées.
Crédits Source : Claudine Piaton sur une carte de 1853 conservée à Vincennes (France), Service historique de la défense, 1VH 2040.
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/4291/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Titre Figure 2 : Alexandre Genêt, Maisons du fahs d’Alger en 1830.
Crédits Source : Vincennes (France), Service historique de la défense, Gb 33.
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/4291/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 539k
Titre Figure 3 : Maisons de Bouzareah.
Légende De haut en bas et de gauche à droite : campagnes Costantini, Durand-Zermati, Valensin et Ben Redouane.
Crédits Source : Bibliothèque municipale de Toulon, fonds Philibert, album Marçais.
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/4291/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 345k
Titre Figure 4 : Maisons de Bouzareah et d’Hussein-Dey. De gauche à droite, campagnes Perceman, Vinca, Louvet, Laquière.
Crédits Source : Toulon (France), Bibliothèque municipale de Toulon, fonds Philibert, album Marçais.
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/4291/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,9M
Titre Figure 5 : « Campagne Chekiken » et « Ancienne villa du consul d’Espagne en démolition ».
Crédits Source : Toulon (France), Bibliothèque municipale de Toulon, fonds Philibert, album Marçais.
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/4291/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 258k
Titre Figure 6 : Trois vues de la même construction dite maison de Yahia Agha.
Légende De gauche à droite : (a-b) vue perspective et plan partiel d’une « Maison de plaisance mauresque », 1851 ; (c) gravure d’une « Maison de campagne maure à Mustapha, près d'Alger », 1839 ; (d) photographie du « Sacré-Cœur de Mustapha », 1870.
Crédits Source : (a-b) Amable Ravoisié, Exploration scientifique de l’Algérie, Paris : Firmin Didot, 1851 (a-b) ; (c) Adolphe Otth, Esquisses africaines dessinées pendant un voyage à Alger et lithographiées, Berne : J. F. Wagner, 1839 (c) ; (d) Rome (Italie), Archives de la congrégation du Sacré-Cœur.
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/4291/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 789k
Titre Figure 7 : Plan de l’hôpital du Dey, 1857.
Crédits Source : Vincennes (France), Service historique de la défense, 1H517.
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/4291/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Titre Figure 8 : Plan du palais d’été du dey Hussein.
Crédits Source : Georges Guiauchain, Alger, 1905.
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/4291/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 318k
Titre Figure 9 : Repérage sur un plan de 1853 des maisons du domaine de Mustapha pacha.
Crédits Source : Vincennes (France), Service historique de la défense, 1VH2040.
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/4291/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 999k
Titre Figure 10 : Plans de la « campagne du gouverneur général » datés de 1848 et 1854.
Crédits Source : Vincennes (France), Service historique de la défense, 1H538 (1848) et Aix-en-Provence, Archives nationales d'outre-mer, C218 (1854).
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/4291/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Titre Fig. 11. Projet de restauration de la maison du gouverneur, Jules Anselin, plan et façade, 1857.
Crédits Source : Toulon (France), Bibliothèque municipale de Toulon, fonds Philibert.
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/4291/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Figure 12 : Escalier d’honneur, grand salon et salle à manger de la maison du gouverneur, avant la restauration de 1913.
Crédits Source : cartes postales, collection InVisu.
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/4291/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Figure 13 : Transformation de la façade principale de la maison du gouverneur entre 1860 et 1900.
Crédits Source : photographies et cartes postales, collection InVisu.
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/4291/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Figure 14 : Campagne Saint-Georges, façade sur terrasse, v. 1925 et v. 1935.
Crédits Source : collection A. Gaultier et héritiers.
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/4291/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 210k
Titre Figure 15 : Campagne Saint-Georges, salon marocain, v. 1935.
Crédits Source : collection A. Gaultier et héritiers.
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/4291/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 507k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claudine Piaton, « Des ensembles composites : appropriation et transformation des demeures ottomanes suburbaines d’Alger aux xixe et xxe siècles », ABE Journal [En ligne], 13 | 2018, mis en ligne le 12 novembre 2018, consulté le 16 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/abe/4291 ; DOI : 10.4000/abe.4291

Haut de page

Auteur

Claudine Piaton

Architecte, InVisu (CNRS/INHA), Paris, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue ABE Journal est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo In Visu
  • OpenEdition Journals