Navigation – Plan du site
Dossier : Fabriques de la tradition

Éditorial

Bulle Tuil Leonetti et Clara Ilham Álvarez Dopico

Texte intégral

1Dans le sillage de la révolution industrielle qui bouleverse l’Europe à partir de la fin du xviiie siècle, les grandes villes européennes et plus largement occidentales connaissent un profond renouvellement urbain. La puissance de ce mouvement se répercute partout dans les empires coloniaux qui se développent au même moment, du Maghreb au sud-est asiatique, ou encore dans l’Empire levantin ottoman. Là-bas comme ailleurs, les anciens quartiers des villes font l’objet de démolitions et reconstructions conduites par les édiles locaux réformateurs ou par les puissances coloniales occupées à asseoir formellement leur autorité.

  • 1 Voir par exemple sur l’historiographie du vandalisme révolutionnaire et la patrimonialisation qui (...)
  • 2 Voir ce processus à l’œuvre à Paris, étudié récemment par Ruth Fiori, L'invention du Vieux Paris. (...)
  • 3 Voir les bilans historiographiques dressés par Rémi Labrusse dans l’article programmatique « Paris (...)
  • 4 Ce concept a été défini pour la première fois par l’historien Eric Hobsbawm (1917‒2012) dans son i (...)
  • 5 Voir pour cette même dynamique l’orientalisme balkanique, et plus précisément roumain, analysé par (...)

2Selon la dialectique bien connue des destructions et de la protection, c’est aussi à cette période que, dans les milieux savants et artistiques des métropoles comme des colonies, se dessine un goût pour des styles historicisants et donc pour l'orientalisme architectural1. Des sociétés savantes, des comités d'initiative privée ou encore des commissions locales au statut varié sont créés pour étudier, documenter et tenter de protéger les constructions et savoir-faire menacés2. S’appuyant sur une connaissance toujours plus fine de l’histoire de l'architecture islamique3, le patrimoine à préserver est progressivement défini. Le choix des édifices et savoir-faire concernés participent alors à « l'invention d'une tradition »4 formelle dont l'adoption pourra servir ensuite comme substrat aux revendications nationalistes locales tant avant les indépendances que par la suite5. Ces traditions, et les styles néo-islamiques qui en découlent, sont aujourd'hui d’ailleurs le plus souvent vécus comme endémiques, constituant les symboles d'un art ayant transcendé les époques et perduré malgré le joug colonial.

3Les articles présentés dans ce dossier thématique questionnent ce concept de « l'invention de la tradition » dans le contexte colonial et post-colonial des xixe et xxe siècles, où la disparition d’un patrimoine architectural le dispute à la fascination et la connaissance croissante pour l’Orient et ses formes. Les rythmes et les acteurs divergent d’un terrain à l’autre. Cependant, les cas d’étude présentés ici révèlent tous cette même tension à l’œuvre dans la naissance de styles « néo-islamiques », ainsi que dans la mise en place de politiques de préservation du patrimoine architectural. Au gré des circonstances politiques, destructions et patrimonialisations vont de pair dans les limites du monde musulman.

  • 6 Voir Alain Babadzan, « L’invention des traditions et le nationalisme », Journal de la Société des (...)

4En Arabie, au cœur même du berceau de l’Islam, la domination ottomane se traduit à Médine par une modernisation à marche forcée de la ville, culminant avec l’arrivée du chemin de fer au xixe siècle. Toutefois, le noyau urbain initial n’est que peu touché par ces évolutions, au contraire d’Alger, dont l’aspect est fortement modifié par les destructions et les constructions. Là, et plus généralement à l’échelle du Maghreb, ces bouleversements s’accompagnent paradoxalement d’une patrimonialisation des villes où, à l’instar du vieux Paris, des amateurs éclairés se rassemblent en association pour protéger ce qui peut l’être encore de l’ancien bâti. L’artisanat local est revivifié, voire inventé en combinant techniques et motifs du répertoire local. Dans le même temps, la connaissance croissante de l’art islamique s’accompagne de la constitution de collections. Les maisons qui leur servent d’écrin sont « orientalisées » pour satisfaire aux aspirations des contemporains. Conséquence inattendue, ces recréations orientalistes répondent dans le même temps aux aspirations nationalistes qui se font jour dans ces régions. L’architecture et le décor des maisons de la périphérie d’Alger, réaménagées entre la fin du xixe siècle et le début du xxe siècle, tout comme les constructions fonctionnalistes orientalistes érigées dans l’Asie centrale tardo-soviétique, témoignent d’une aspiration « traditionnelle » pouvant porter un discours identitaire6.

5Dans ce numéro consacré à l’invention de la tradition architecturale, Atef Alshehri analyse la transformation du tissu urbain pré-moderne de Médine sous le joug de la puissance ottomane. Innovation, imprégnation et pérennité se combinent pour donner naissance à l’image traditionnelle que conserve aujourd’hui encore la ville sainte.

6En étudiant la transformation des maisons d’époque ottomane de la périphérie d’Alger, dans le fahs, Claudine Piaton questionne les modalités d’appropriation de ces constructions où conservation et invention sont mêlées, permettant l’épanouissement d’un style spécifiquement algérien à la fin du xixe siècle.

7Cette tradition architecturale inventée, soutenue par les autorités qui ont fait de ce style néo-mauresque le langage formel officiel, s’appuie également sur le milieu des collectionneurs qui s’épanouit alors. Ces derniers rassemblent des collections de carreaux de céramique provenant des palais détruits tant en Algérie que dans la Tunisie voisine et même bien au-delà, dans le Levant ottoman ; carreaux remployés dans les maisons afin d’égayer les surfaces murales blanches par des rehauts de couleurs. Ils sont associés aux productions historicistes des ateliers montés par des céramistes européens installés à Alger, étudiées ici par Clara Ilham Álvarez Dopico.

8Ces maisons « traditionnelles », ces collections et ces ateliers font l’objet de toutes les attentions de la part des sociétés savantes qui fleurissent alors, comme le Comité du Vieil Alger dont Juliette Hueber présente le bulletin, Les Feuillets d'El-Djezaïr, dans la section « Documents » de ce volume.

9L’importance du style néo-mauresque est également évoquée à travers le prisme de la biographie de l’architecte Raphaël Guy (1869‒1918) et de son œuvre en Tunisie, présentée par Fabienne Crouzet dans la section « Work in Progress » de ce même volume.

10Près d’un siècle plus tard, dans l’Asie centrale soviétique, l’architecture fonctionnaliste se voit progressivement recombinée avec des formes jugées traditionnelles et caractéristiques de la région, issues du répertoire formel de l’architecture islamique. Igor Demchenko questionne l’émergence de cette tradition réinventée, et la façon dont elle est perçue et interprétée par la critique, mettant en exergue les tensions existant entre nationalisme et internationalisme dans l’architecture socialiste durant le dernier quart du xxe siècle.

11En remettant en question ces traditions recomposées, les textes ici réunis permettent de nuancer le paradigme hiérarchique d’une métropole où surgissent de nouvelles tendances et une colonie passive qui s’en fait l’écho. Ces cas d’étude dessinent au contraire une réalité bien plus diverse. Sans négliger les transferts culturels qui opèrent en situation coloniale, ces phénomènes de revitalisation et réinvention de la tradition architecturale, ainsi que leur lecture postérieure en termes identitaires et nationalistes, sont le résultat du rôle joué par les nouvelles élites et doivent beaucoup aussi à la modernisation de ces milieux, au rapport moderne à la culture.

Haut de page

Notes

1 Voir par exemple sur l’historiographie du vandalisme révolutionnaire et la patrimonialisation qui s’en suit Daniel Hermant, « Destructions et vandalisme pendant la Révolution française », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 33ᵉ année, n° 4, 1978, p. 703-719. URL: https://doi.org/10.3406/ahess.1978.293964. Sur la naissance de l’orientalisme architectural, voir le volume collectif récent dirigé par Nabila Oulebsir et Mercedes Volait, L'orientalisme architectural entre imaginaires et savoirs, Paris: Picard ; InVisu, 2009 (D’une rive l’autre).

2 Voir ce processus à l’œuvre à Paris, étudié récemment par Ruth Fiori, L'invention du Vieux Paris. Naissance d'une conscience patrimoniale dans la capitale, Wavre : Mardaga, 2012 (Architecture).

3 Voir les bilans historiographiques dressés par Rémi Labrusse dans l’article programmatique « Paris, capitale des arts de l’Islam ? Quelques aperçus sur la formation des collections françaises d’art islamique au tournant du siècle », Bulletin de la Société de l’histoire de l’art français, 1997, p. 275-311 ; et plus tard, de manière approfondie, dans Purs décors ? Arts de l'Islam, regards du xixe siècle : collections des Arts décoratifs : [exposition, Musée des arts décoratifs, Paris, 11 octobre 2007‒13 janvier 2008], Paris : Les Arts décoratifs ; Musée du Louvre, 2007 ; ainsi que dans Islamophilies. L’Europe moderne et les arts de l'Islam, Lyon : Musée des beaux-arts ; Paris : Somogy, 2011.

4 Ce concept a été défini pour la première fois par l’historien Eric Hobsbawm (1917‒2012) dans son introduction à l’ouvrage collectif The Invention of Tradition, Cambridge: Cambridge University Press, 1983 (Eric Hobsbawm et Terence Ranger (dirs.)), p. 1-14, issu d’un colloque organisé par la revue d’histoire sociale Past & Present. Si cette introduction a été présentée et traduite par André Mary, Karim Fghoul et Jean Boutier dans « Inventer des traditions », Enquête, n° 2, 1995, p. 171-189, il a fallu attendre 2006 pour disposer de la traduction en français du volume par Christine Vivier, L'invention de la tradition, Paris : Éditions Amsterdam.

5 Voir pour cette même dynamique l’orientalisme balkanique, et plus précisément roumain, analysé par Carmen Popescu dans « Le paradoxe de l’orientalisme balkanique entre géopolitique et quête identitaire. Lecture à travers le cas roumain », in Nabila Oulebsir et Mercedes Volait (dirs.), op. cit. (note 1), p. 253-272.

6 Voir Alain Babadzan, « L’invention des traditions et le nationalisme », Journal de la Société des Océanistes, numéro spécial, Alain Babadzan (dir.), Les politiques de la tradition. Identités culturelles et identités nationales dans le Pacifique, n° 109, 1999, p. 13-35. URL: www.persee.fr/issue/jso_0300-953x_1999_num_109_2. Consulté le 28 septembre 2018. Dans cet article, l’auteur développe l'idée selon laquelle le rapport moderne aux traditions et aux identités nationales comme identités culturelles qui apparaît dans les colonies comme étant le résultat direct du processus de modernisation sociale et politique de ces régions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bulle Tuil Leonetti et Clara Ilham Álvarez Dopico, « Éditorial », ABE Journal [En ligne], 13 | 2018, mis en ligne le 15 octobre 2018, consulté le 15 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/abe/4493 ; DOI : 10.4000/abe.4493

Haut de page

Auteurs

Bulle Tuil Leonetti

Ingénieur de recherche en production, traitement et analyse de données, InVisu (cnrs-inha), Paris, France

Clara Ilham Álvarez Dopico

Chercheur "Marie Curie - Clarin Cofund", Université d'Oviedo, Oviedo, Espagne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue ABE Journal est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo In Visu
  • OpenEdition Journals