Navigation – Plan du site
Documents/Sources

Documenter le patrimoine et l’architecture d’Alger : les Feuillets d’El-Djezaïr

Juliette Hueber

Entrées d’index

Index de mots-clés :

patrimoine, Comité du Vieil Alger

Index by keyword :

heritage, Comité du Vieil Alger

Indice de palabras clave :

patrimonio, Comité du Vieil Alger

Schlagwortindex :

Erbe, Comité du Vieil Alger

Index géographique :

Afrique, Afrique du Nord, Algérie, Alger

Index chronologique :

XIXe, XXe
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Par exemple : Lucien Golvin, Palais et demeures d’Alger à la période ottomane, Aix-en-Provence : É (...)
  • 2 invisu.inha.fr, persee.fr. Consultés le 25 septembre 2018.

1Publiés entre 1910 et 1962 par le Comité du Vieil Alger, association de protection du patrimoine, les Feuillets d’El-Djezaïr constituent une source très utilisée1 pour documenter le patrimoine algérois, mais cependant peu étudiée en tant que telle. Afin de rendre largement et librement accessible l’intégralité de cette publication, le laboratoire de recherche InVisu, en partenariat avec la plateforme Persée et la Bibliothèque municipale de la ville de Toulon2, en a coordonné la numérisation et la mise en ligne enrichie.

  • 3 Voir par exemple pour Paris : Ruth Fiori, L'invention du Vieux Paris. Naissance d'une conscience p (...)

2À cette occasion, il nous a semblé nécessaire de replacer la revue dans le contexte particulier de sa production, celui de l’Algérie coloniale, tout en mettant en perspective l’activité et la production du Comité du Vieil Alger avec celles des groupements de sauvegarde du patrimoine en France à la même époque3.

3Après avoir brièvement retracé l’historique du Comité et apporté des éléments biographiques sur ses membres principaux, nous présenterons ses actions en nous attardant particulièrement sur les Feuillets d’El-Djezaïr.

Le Comité du Vieil Alger

  • 4 Voir Nabila Oulebsir, Les usages du patrimoine. Monuments, musées et politique coloniale en Algéri (...)

4Le Comité du Vieil Alger est fondé en 1905 à la suite d’appels d’Henri Klein (1864‒1939), instituteur à la retraite, pour la préservation du « Vieil Alger ». Tout au long de son existence, jusque dans les années 1970, le Comité a rassemblé des amateurs, des journalistes, des notables et des artistes algérois4.

5En 1905, la création et les objectifs de l’association sont annoncés dans la Revue africaine : journal des travaux de la Société historique algérienne : « Un groupe d'Algériens amoureux de leur ville s'est ému de l'enlaidissement progressif de la cité, auquel nous assistons depuis tantôt vingt ans et, sous le nom de Comité du Vieil Alger, s'est donné mission de veiller à la conservation des édifices intéressants et des quartiers pittoresques ; […] La tâche du Comité sera difficile, parce que son entreprise est tardive ; pour sauver le Vieil-Alger, il faudrait qu'il existât encore : au moins conserverons-nous jalousement les débris d’un ensemble qui était unique dans l'Afrique du Nord ; car la Casba [sic] d'Alger ne ressemblait à aucun autre quartier des villes du Magrib [sic], en y comprenant celles du Maroc5 ».

6Trois sections sont définies au sein du Comité : « La première s’occupe de sauvegarder tout ce qui donne à [la] ville un attrait pittoresque ; la deuxième s’occupe de lutter contre le caractère de banalité donné à la cité dans ses constructions neuves tant publiques que particulières ; la troisième s’occupe de mettre en évidence, à portée du public, l’histoire des lieux que nous habitons, des faits qui s’y sont passés et des personnages qui s’y sont illustrés. 6 ».

  • 7 Ruth Fori, L'invention du Vieux Paris, op. cit. (note 3), p. 34, 41.

7Les thématiques annoncées en 1905 n’étaient pas nouvelles ; elles faisaient écho aux préoccupations des associations de sauvegarde parisiennes qui, à la fin du xixe siècle, déplorent la disparition du vieux Paris et dénoncent l’immeuble de rapport7.

  • 8 Revue Africaine : bulletin de la Société historique algérienne, n°79, 1870, p. 7-8. URL: ark:/1214 (...)
  • 9 Saddek Benkada, Un Patrimoine culturel : les publications de la Société de Géographie et d’Archéol (...)

8Le Comité du Vieil Alger n’est pas non plus la première structure qui s’intéresse en Algérie au patrimoine et à l’histoire. En 1856, Adrien Berbrugger (1801‒1869), conservateur de la bibliothèque-musée d’Alger, fonde la Société historique algérienne qui publie la Revue africaine (1866‒1903) dont la double vocation est d’étudier l’histoire de l’Afrique et particulièrement celle de l’Algérie, mais également d’assurer la conservation des monuments historiques8. On peut citer également des sociétés telles que la Société archéologique de Constantine (1852), la Société historique algérienne (1856) ou encore la Société de géographie et d’archéologie d’Oran (1878) et celle d’Alger (1880)9. La spécificité du Comité par rapport à ces sociétés savantes est de mettre au cœur de son activité la promotion et la valorisation du patrimoine et les articles de sa revue ne sont pour la plupart que des compilations s'appuyant sur des travaux plus anciens, ou des comptes rendus de visite rédigés dans un style journalistique.

  • 10 Nabila Oulebsir, Les usages du patrimoine, op. cit. (note 4), p. 246.
  • 11 L'Illustration algérienne, tunisienne et marocaine, 23 mars 1907, p. 4. URL: ark:/12148/bpt6k57931 (...)
  • 12 Nabila Oulebsir, « Les ambiguïtés du régionalisme : le style néomauresque », in Jean-Louis Cohen, (...)

9La création du Comité, cinq ans après la promulgation de l’autonomie financière de l’Algérie, s’inscrit en effet dans la politique menée par le gouverneur général Charles Célestin Jonnart (1900‒1901 puis 1903‒1911). Ce dernier, nommé président d’honneur du Comité lors de sa création, est à l’origine de directives en faveur de l’emploi du style néo-mauresque pour les bâtiments officiels et de la création en 1905 d’un service d’architecture chargé d’assurer le suivi des projets et la réparation des édifices publics10. Si Jonnart se montre très en faveur du Comité, qui lui offre le titre de président d’honneur, le soutien est réciproque11. Et comme l’écrit Nabila Oulebsir, « une fois l’association créée en 1905, et du fait de sa composition constituée en majorité de membres de la haute administration −, il ne s’agit plus de mener des actions en défaveur de cette même municipalité, mais bien contre le mauvais goût des architectes qui banalisent l’espace de la ville par l’adoption d’une architecture décontextualisée […]»12.

  • 13 Jean-Pierre Chaline, Sociabilité et érudition : les sociétés savantes en France, Paris : Éditions (...)

10Tout d’abord animé par plusieurs personnalités, le Comité est à partir des années 1920 porté par Klein. Son décès, au début de la Seconde Guerre mondiale, fragilise l’association qu’il a incarnée pendant presque 20 ans. Ce phénomène n'est pas exceptionnel comme le souligne Jean-Pierre Chaline13. L'activité du Comité se poursuit cependant par intermittence à travers tant les publications que les visites et les conférences. Après la proclamation de l’indépendance de l’Algérie en 1962, le Comité perdure mais les activités qu’il propose ne sont plus uniquement culturelles et relèvent plus du cercle de sociabilité que d’une association de promotion du patrimoine.

Henri Klein et les membres du Comité

11Figure centrale du Comité du Vieil Alger, Henri Klein en est le fondateur. Tout d’abord secrétaire de l’association, il est son président de 1922 à sa mort en 1939 (fig. 1).

Figure 1 : Henri Klein (1864‒1939).

Figure 1 : Henri Klein (1864‒1939).

Source : Le Comité des amis du Vieil Alger, « In memoriam Henri Klein (1864‒1939) », Les Feuillets d'El-Djezaïr, nouvelle série, n° 1, 1959, p. 3.

  • 14 Le Comité des amis du Vieil Alger, « In memoriam Henri Klein (1864-1939) », Le Feuillets d'El-Djez (...)
  • 15 Jean-Pierre Chaline, Sociabilité et érudition, op. cit. (note 13), p. 264.
  • 16 Benoît de L'Estoile, « Le goût du passé. Érudition locale et appropriation du territoire », Terrai (...)

12Présenté comme un homme érudit, discret et totalement dévoué à la promotion et la protection du patrimoine algérois, « de ces hommes dont l'existence, toute de modestie et d'effacement, est consacrée à la seule ambition du travail honnêtement fait et de la recherche désintéressée »14, Klein incarne la figure de l’enseignant, érudit local, « figure de plus en plus fréquente dans le milieu savant de la Troisième République »15. Il répond ainsi parfaitement à la définition de l’« instituteur retraité, entré dans le monde de l’érudition locale avant 1939, à un moment où les univers de l’histoire et du folklore n’étaient pas séparés, qui pratique en passionné la préhistoire, la toponymie, la mythologie, autant que l’histoire locale. 16 »

  • 17 Nabila Oulebsir, Les usages du patrimoine, op. cit (note 4), et Said Almi, Urbanisme et colonisati (...)
  • 18 Son grand-père était gendarme et son père, François Adolphe Jules Klein, originaire de Seine-et-Ma (...)
  • 19 En 1884, son dossier militaire le mentionne comme « adjoint d'instituteur » et en 1895 il est déga (...)
  • 20 Dans la nécrologie sous forme d’hagiographie, signée par « Le Comité du Vieil Alger », qui lui est (...)
  • 21 « Notre excellent camarade Henri Klein, nous dirait par le menu, ses [mosquée el-Djedid] origines, (...)

13Sa biographie reste très ténue et à l’exception de mentions dans les travaux de Nabila Oulebsir et Said Almi17 aucune recherche n’a été publiée sur le personnage. L’état-civil nous apprend que Klein, né à Oran en 1864, est issu d’une famille de militaires18. Sa famille déménage régulièrement, vraisemblablement au gré des affectations de son père, puis s’installe à Alger, rue de Constantine, dans la première moitié des années 1870. Élève au Grand Lycée d’Alger (aujourd’hui lycée Émir-Abdelkader), il est nommé instituteur tout d’abord à Oran, puis à Alger19, où il passe le reste de sa vie, « Henri Klein a donné l’exemple d'une fidélité constante à la cité qui l'avait adopté » 20. En 1901, il publie un roman historique intitulé La Fiancée de Tipaza. Entre 1910 et 1939, il signe l’ensemble des articles publiés dans les Feuillets d’El-Djezaïr et rédige parallèlement des chroniques dans La Dépêche algérienne, L’Afrique du Nord illustrée et L’Illustration algérienne, tunisienne et marocaine, puis des articles dans la revue Algeria. Klein est également membre de la Société de géographie, dont il est le vice-président de la section d’histoire et d’archéologie en 1932. Sa notoriété en fait un interlocuteur privilégié tant pour les Algérois amateurs d’architecture21 que pour les visiteurs étrangers à qui il fait découvrir la vieille ville. À l’occasion des cérémonies organisées pour le centenaire de la colonisation en 1930, il est nommé président du Congrès des Sociétés savantes qui se tient à Alger et, à ce titre, il organise des promenades pour les congressistes. Il donne par ailleurs très régulièrement des conférences, notamment lors des visites organisées pour les membres du Comité du Vieil Alger.

  • 22 « Henri Klein mérite depuis longtemps ce bout de ruban rouge […] », « En parcourant les ‘Feuillets (...)

14Bien que ses connaissances et son dévouement à la sauvegarde du patrimoine soient régulièrement salués, il n’a jamais obtenu de reconnaissance officielle pour son activité au sein du Comité du Vieil Alger ou ses publications, ni même de décoration22, sinon la rosette d'officier de l'Instruction publique. Après sa mort, la municipalité lui rendit néanmoins hommage en baptisant à son nom une petite place de la basse Casbah (actuellement place Omar Abdellaoui).

D’autres figures marquantes du Comité

  • 23 Alger-étudiant : organe officiel de l'Association générale des étudiants d'Alger, p. 2-3
  • 24 L'Afrique du Nord Illustrée, 11 juillet 1908, p. 9. URL: ark:/12148/bpt6k5586252p. Consulté le 14 (...)
  • 25 Gilbert Meynier, L'Algérie révélée : la guerre de 1914-1918 et le premier quart du XXe siècle, Gen (...)
  • 26 Journal officiel de la République française, 15 octobre 1911, p. 8320. URL: ark:/12148/bpt6k641706 (...)
  • 27 Annales africaines : revue hebdomadaire de l'Afrique du Nord, 3 mars 1914, p. 111. URL: ark:/12148 (...)
  • 28 Altairac est le témoin de mariage de Sambœuf. Aix-en-Provence (France), Archives nationales d’outr (...)

15Parmi les autres figures importantes du Comité se distingue celle de Charles de Galland (1851‒1923), conseiller municipal puis maire d’Alger de 1910 à 1919. Il est le président du Comité à partir de 1906 (date à laquelle il succède au colonel à la retraite Eugène Delmas de Grammont, frère de l'historien Henri de Grammont) et jusqu’en 1910, puis de nouveau au début des années 192023. Professeur de lettres puis proviseur du lycée Ben Aknoun et conservateur du musée d’Alger, il offre à ses contemporains l’image d’une personnalité éprise « d’orientalisme [qui] s’efforce d’arracher au pic du démolisseur, inconscient vandale, les vestiges de l’occupation turque ayant un cachet pittoresque » 24. Galland est pourtant contraint de démissionner de la présidence du Comité lorsqu’il est impliqué, en tant que maire, dans la signature d’une convention avec l’ingénieur Eugène de Redon25. Cette dernière, relative à un important projet de transformation d’Alger, prévoit en effet les démolitions de la mosquée el-Djedid et de la Grande Mosquée pourtant classées monuments historiques depuis 1887 ! En 1911, l’avocat Louis René Robert de Samboeuf (1855‒?)26 lui succède et sera réélu en 1914 malgré une polémique27. Samboeuf est membre de la Société de géographie dont il assure la vice-présidence au moins à partir de 1925 et, président honoraire de la section d’Alger de la ligue maritime française en 1919. Il est également conseiller municipal de Saint-Eugène et proche de l’ancien maire et industriel Frédéric Altairac28.

  • 29 Comité du Vieil Alger, Feuillets d’El-Djezaïr, nouvelle série, septembre 1942, p. 1.
  • 30 Ces renseignements ont été transmis par Mme Véronique Gillain, responsable des fonds patrimoniaux (...)

16La présidence du Comité reste incertaine entre 1939, date de la mort de Klein et 1942, date à laquelle le président est M. Chamski-Mandajors (1880‒1959), trésorier général de l’Algérie29. Roger Meunier (1900‒1965), fils d’un fonctionnaire de l’État, médecin-chef puis directeur de la santé maritime, succède à ce dernier. Après l'indépendance, à partir de 1962, le Comité est présidé par Marcel Philibert (1904‒1991). Issu d’une famille établie en Algérie depuis 1840, Philibert, était sociétaire du Comité du Vieil Alger depuis 1936. Ingénieur-géomètre DPLG de l’après-guerre jusqu’en 1962, il devient par la suite professeur de mathématiques30.

  • 31 Feuillets d'El-Djezaïr, n° 1, 1910, p. 7.
  • 32 Nabila Oulebsir, Les usages du patrimoine, op. cit. (note 4), p. 323.

17Le premier numéro des Feuillets d’El-Djezaïr donne la liste de ses membres les plus illustres et indique que « les chefs de service de la Colonie, nombre de peintres, d’architectes, de journalistes, de magistrats, de commerçants, de fonctionnaires militaires et civils s’empressèrent d’être des nôtres. » 31 Parmi ses membres figurent Émile Lacanaud (1858‒1928) et Lys du Pac (1859‒1923), respectivement directeur et rédacteur du quotidien à grand tirage La Dépêche algérienne. Le Comité est également soutenu par la communauté scientifique et compte à ses débuts Stéphane Gsell (1864‒1932), archéologue, professeur de lettres et directeur du musée des Arts et des antiquités, et Mohamed Ben Cheneb (1869‒1929)32, instituteur, nommé à la chaire de langue et littérature arabe de la médersa de Constantine puis celle d’Alger, premier Algérien titulaire d’une chaire à l’université d’Alger et auteur d’articles pour la Revue africaine. Son décès à la veille de la célébration du centenaire de l’Algérie est instrumentalisé par les autorités coloniales qui trouvent ainsi l’occasion de vanter les bienfaits de la République qui permettrait aux hommes de mérite de s’élever. Après la Seconde Guerre mondiale, le Comité compte parmi ses membres l’historien de l’art et orientaliste Georges Marçais (1876‒1962), Jean Alazard (1887‒1960) professeur à la Faculté des lettres, conservateur et directeur du musée des Beaux-Arts d’Alger ainsi que l’historien Mahfoud Kaddache (1926‒2006). On trouve également des artistes comme le peintre, décorateur et illustrateur Georges-Antoine Rochegrosse (1859‒1938), le compositeur Camille Saint-Saëns (1835‒1921), le peintre orientaliste Étienne Dinet (1861‒1929), puis le peintre, calligraphe et miniaturiste Mohamed Racim (1896‒1975), professeur à l’École nationale des beaux-arts.

18Nous n'avons pas trouvé trace de la listes des adhérents ni du montant des cotisations qui nous auraient permis de connaître l’évolution des membres de l’association. Cependant, il semble que la participation des personnalités politiques et des hauts fonctionnaires de la colonie diminue au fil du temps, contrairement à celle des universitaires qui perdure. Ainsi, Marçais, Alazard ou Kaddache sont investis dans l’association et rédigent des articles pour les Feuillets, des appels dans la presse pour la protection de la ville ou donnent des conférences.

19Bien que présents au sein du Comité dès l’origine, les membres algériens sont restés très minoritaires à l’image de la société coloniale ségréguée.

Les actions du Comité du Vieil Alger

Protéger et défendre le patrimoine

20Telle qu’elle est annoncée dans le premier numéro des Feuillets, l’activité de l’association vise à « sauvegarder tout ce qui donne à [la] ville un attrait pittoresque ». Cela se traduit par des actions de protection ainsi que des opérations de restauration. Mais ces actions restent cependant toujours modestes et peinent à se concrétiser.

  • 33 Feuillets d'El-Djezaïr, op. cit. (note 31), p. 9.

21Dès sa création, le Comité appelle à l’« établissement dans la vieille ville d’un périmètre de protection, à l’intérieur duquel s’exercerait [son] action […]», et cite une série de villes dans lesquelles une telle action a été menée (Bruges, Bruxelles, Nuremberg, Stuttgart, Bonn et Arras)33.

  • 34 Henri Klein, « Pour nos mosquées », La Dépêche algérienne, 5 août 1904, cité par Nabila Oulebsir, (...)
  • 35 Bulletin municipal officiel de la ville d'Alger, 25 novembre 1910, p. 314-317. URL: ark:/12148/bpt (...)

22La protection des monuments passe par quelques tentatives d’intervention pour l’interdiction de grands projets d’aménagements, mais se concrétise surtout par une série de petites actions de protection et de sauvegarde. Ainsi, le Comité du Vieil Alger prolonge les actions de sauvegarde engagées parfois dès le xixe siècle. C’est le cas pour un ensemble de maisons mauresques inclus dans le 23e bastion de l’enceinte française qui est finalement classé le 30 octobre 1909 par le gouverneur général. En 1861 la Société historique algérienne s’était associée au conseil municipal d’Alger pour défendre, face aux autorités militaires, le principal bâtimentde l’ensemble de maisons mauresques englobées dans le 23e bastion, qui abritait la Bibliothèque-Musée. Cet ensemble situé sur une avancée sur la mer, composé de plusieurs maisons dont un palais du xvie siècle, était alors menacé par les travaux d’agrandissement du front de mer. L’intervention avait permis de préserver une partie de l’ensemble, une autre partie étant détruite pour réaligner la rue côté ville. En 1899, les maisons du bastion sont de nouveau menacées par un ambitieux projet d’aménagement présenté au conseil municipal par l’ingénieur Eugène de Redon. Le projet prévoit aussi la destruction de la Grande mosquée et de la mosquée el-Djedid, afin d’agrandir le boulevard de la République. En 1905, Klein s’en émeut dans un article publié dans La Dépêche algérienne34. Le projet est arrêté puis relancé en 1910 quand le conseil municipal autorise le maire à signer avec l’ingénieur Eugène de Redon une convention relative à la transformation d’Alger, ce qui, comme nous l'avons vu, contraint Galland à démissionner de la présidence du Comité. Un article de L’Afrique du Nord illustrée du 15 novembre 1910 rapporte que « certains membres du ‘Comité du Vieil Alger’ affirmant que ‘ceux qui ont le souci du passé historique et artistique de la capitale de l’Algérie ne sont pas satisfaits de cette solution qui consiste à déplacer les mosquées’ combattirent violemment le projet ». Le projet ne sera finalement pas réalisé. Mais la réelle contestation vient en fait d’un « certain nombre de musulmans » qui protestent auprès du ministre de l'Instruction publique et des beaux-arts « contre le projet de démolition des mosquées Hanéfi et Maléki »35, et obtiennent gain de cause.

23Le quartier de l'Amirauté et la porte des Lions, situés autour de la vieille darse du port, font également l’objet d’appels à protection. Ainsi, Klein interpelle-t-il Jonnart dans un article publié dans L’Afrique du Nord illustrée36, à propos du projet de démolition de la dite Porte des Lions. Cette tribune est l’occasion pour Klein de démontrer l’intérêt de l’ensemble du quartier : « D’ailleurs, tout n’est-il pas intéressant en ce quartier de l’Amirauté ? N’y rencontre-t-on pas de tous côtés du passé d’El-Djezaïr? […] Il faut espérer que, malgré la menace dont est l’objet en ce moment cette partie d’El-Djezaïr, nulle atteinte ne sera portée à ses précieux vestiges, et que nos descendants pourront encore y montrer aux touristes, entre autres choses anciennes, l’originale Porte des Lions, dont l’opinion publique se préoccupe tant aujourd’hui. »

  • 37 Henri Klein, Feuillets d’El-Djezaïr, Alger : L. Chaix, 1937, p. 184.

24L’efficacité relative du Comité se révèle néanmoins lorsqu’il est question de protéger le quartier de la Basse Casbah, ou quartier de la préfecture, dont la destruction est prévue dans les années 1930 et qui est entièrement rasé après la Seconde Guerre mondiale. Tout au plus contribue-t-il au déplacement de quelques éléments remarquables du quartier, telle la fontaine « dressée près des voûtes du boulevard de France, [qui] n’y demeura que jusqu’en 1935. C’était un véritable bijou, qu’il eût été dommage de laisser en un coin aussi retiré, et où il se détériorait sous l’action de la mer. Ses marbres furent ciselés d’exquises arabesques, de floraisons d’œillets et de tulipes, du plus gracieux effet. Elle décore à présent le jardin des Antiquités, sur le désir exprimé par les Amis du Vieil Alger. » 37

  • 38 « Une fontaine algéroise », L'Illustration algérienne, tunisienne et marocaine, 11 mai 1907, p. 10 (...)
  • 39 Voir l’article de Clara Ilham Álvarez Dopico dans ce numéro, « Une nouvelle tradition : la céramiq (...)

25Le Comité est également à l’origine de quelques travaux de « restauration ». Une de ses actions, très connue grâce à une riche iconographie, est la mise en place d’un décor de « faïences hispano-mauresques du plus joli effet » 38 sur la fontaine Sidi Mohammed el-Chérif, située au cœur de la vieille ville à la hauteur de la mosquée du même nom, anciennement Carrefour Fromentin. Bien que cette intervention soit présentée comme une restauration, le décor, réalisé par le céramiste Charles Langlois aux alentours de 1907, est en fait une pure création (fig. 2)39. Une large inscription sur céramique, intégrée au décor, précise que le Comité du Vieil Alger est le commanditaire des travaux (fig. 3).

Figure 2 : La fontaine Sidi Mohammed el-Chérif au début de xxe siècle et en 2016.

Figure 2 : La fontaine Sidi Mohammed el-Chérif au début de xxe siècle et en 2016.

Source : carte postale, collection particulière et InVisu/Claudine Piaton.

Figure 3 : Inscription intégrée au décor de la fontaine Sidi Mohammed el-Chérif.

Figure 3 : Inscription intégrée au décor de la fontaine Sidi Mohammed el-Chérif.

Source : InVisu/Claudine Piaton.

  • 40 « Le Vieil Alger », Annales africaines : revue hebdomadaire de l'Afrique du Nord, 6 mars 1909, p.  (...)

26Toujours autour du Carrefour Fromentin, le Comité est semble-t-il à l’origine d’une politique d’incitation des habitants à redécorer les façades, action d’ailleurs aussitôt critiquée par un anonyme dans une brève publiée dans les Annales africaines : « Si ce n’est pas lui [Le Comité] qui a commis les fâcheuses peintures décoratives, c’est bien lui qui a incité à les faire […] On a, au cours de la séance, tenté de légitimer l’emploi de la polychromie dans l’Ornementation Algéroise invoquant l’exemple des Souks de Tunis et de certaines cités Marocaines. Le rôle du Comité n’est pas de singer ce qui peut exister dans les Pays voisins, mais bien de veiller à la conservation de l’originalité de notre cité barbaresque, et de s’efforcer de lui garder ce mérite incomparable, d’être unique au Monde » 40.

  • 41 Édouard Dalles, Alger, Bou-Farik', Blidah et leurs environs : guide géographique, historique et pi (...)
  • 42 Feuillets d'El-Djezaïr, op. cit. (note 31), p. 9.

27Le Comité se soucie également de la protection et de l’exposition d’une inscription romaine rue Bab Azoun, considérée comme précieuse car elle mentionne le nom ancien d’Alger41. Elle est l’objet de la création d’un encadrement en céramique, aujourd’hui disparu, par le faïencier Ernest Soupireau42.

28Le Comité propose également la restauration de monuments édifiés par les Français, comme la colonne Voirol, érigée en 1834 en l’honneur du général Théophile Voirol (1781‒1853), commandant en chef de l’armée d’Afrique.

Lutter « contre le caractère de banalité donné à la cité dans ses constructions neuves tant publiques que particulières »

  • 43 Henri Klein, « Pour la survivance d'El-Djezaïr », La Dépêche algérienne, 7 novembre 1903 cité par (...)
  • 44 Ruth Fiori, L'invention du Vieux Paris, op. cit. (note 3), p. 47.
  • 45 Nabila Oulebsir, « L'invention de la tradition », op. cit. (note 34), p. 247.
  • 46 « La nature de l’Institut de Carthage ‒ une société savante de province − et le contexte dans lequ (...)

29« Il est incontestable que c'est à son caractère, plus qu'à ses nouveautés européennes, qu'Alger doit [d’] être visité […]. En multipliant les échantillons mauresques, nous restituerons à ce pays une partie de l'originalité qu'il avait perdue par notre faute, et le rendrons ainsi plus intéressant aux yeux du touriste, fatigué du modernisme. » 43. Le Comité ne se positionne toutefois pas contre l’évolution de la ville, mais contre la création d’une ville moderne semblable aux villes européennes ce qui lui ferait perdre de son originalité et son visage oriental. La ville moderne doit s’intégrer harmonieusement dans la ville déjà existante et comme l’explique Ruth Fiori dans le cas de Paris, il s’agit de mettre en place les conditions d’« une continuité harmonieuse entre passé et présent. » 44 Klein et le Comité du Vieil Alger sont les promoteurs et les porte-voix du style néo-mauresque qui s’illustre dans l’architecture publique, avec la Grande Poste (Marius Toudoire et Jules Voinot arch., 1907‒1910) ou l’hôtel de Préfecture (actuellement siège de la wilaya d’Alger, Jules Voinot arch., 1908‒1913) (figs. 4-5), mais également dans l’architecture privée algéroise notamment par le siège de La Dépêche algérienne (actuellement siège du Rassemblement national démocratique, Henri Petit arch, 1904‒1905) ainsi que par les Galeries de France (actuellement musée public d'art moderne et contemporain d'Alger, Henri Petit arch., 1909‒1914) (figs. 6-7). Ces nouvelles constructions font également l’objet de visites et de comptes rendus. En mêlant ainsi les différentes époques de la ville, le Comité souhaite afficher sa volonté « de construire une image favorable d’une France protectrice et dépositaire d’une tradition, même ‘indigène’, ainsi que l’image d’une France tournée vers le progrès » 45, qui fait bien sûr écho aux instructions du gouverneur Jonnart, et traduit son double positionnement « localiste » et « impérialiste » 46.

Figure 4 : La Grande Poste (Marius Toudoire et Jules Voinot arch., 1907‒1910).

Figure 4 : La Grande Poste (Marius Toudoire et Jules Voinot arch., 1907‒1910).

Source : carte postale, collection particulière.

Figure 5 : L’hôtel de Préfecture (actuellement siège de la wilaya d’Alger, Jules Voinot arch., 1908‒1913).

Figure 5 : L’hôtel de Préfecture (actuellement siège de la wilaya d’Alger, Jules Voinot arch., 1908‒1913).

Source : Arnaud du Boistesselin, 2013.

Figure 6 : Le siège de La Dépêche algérienne (actuellement siège du Rassemblement national démocratique, Henri Petit arch., 1904‒1905).

Figure 6 : Le siège de La Dépêche algérienne (actuellement siège du Rassemblement national démocratique, Henri Petit arch., 1904‒1905).

Source : Arnaud du Boistesselin, 2016.

Figure 7 : Les Galeries de France (actuellement musée public d'art moderne et contemporain d'Alger, Henri Petit arch., 1909‒1914).

Figure 7 : Les Galeries de France (actuellement musée public d'art moderne et contemporain d'Alger, Henri Petit arch., 1909‒1914).

Source : carte postale, collection particulière.

Mettre en évidence, à portée du public, l’histoire des lieux que nous habitons

  • 47 LÉcho d'Alger, 21 août 1912, p. 1. URL: ark:/12148/bpt6k7574444b. Consulté le 12 septembre 2018; (...)
  • 48 Nabila Oulebsir, « L'invention de la tradition », op. cit. (note 34), p. 221.

30Afin de commémorer des personnes ou des événements, le Comité fait apposer une série de plaques. En 1912, une plaque est apposée à Dar el Hamra (une maison qui date de l’époque ottomane), une autre à l’Amirauté à côté de celle consacrée au souvenir du père Le Vacher, missionnaire et consul de France à Tunis et à Alger au xviie s.47, et une troisième, rue de Chartres, sur la maison de Sidi Abderrahmane48, penseur et théologien du xive s. et saint patron d’Alger.

  • 49 Feuillets d'El-Djezaïr, op. cit. (note 31), p. 9.
  • 50 L’Écho d'Alger, 7 décembre 1925, p. 2. URL: ark:/12148/bpt6k7581863d. Consulté le 14 septembre 201 (...)

31D’autres plaques sont proposées (et parfois apposées) en vue de promouvoir la présence française en Algérie, tel le projet non abouti de plaque à la mémoire de Pons de Balanguer qui, « lors du siège d’Alger par Charles-Quint, vint planter sa dague dans la porte d’Azoun, en disant: ‘Nous reviendrons ! » 49. En 1925, le Comité offre ainsi une plaque pour commémorer le souvenir de Frédéric Chassériau (1802‒1896), architecte en chef de la ville d’Alger et auteur du projet d’aménagement du front de mer et des rampes du port. Cette plaque, aujourd’hui disparue, était apposée sur le bastion central, au pied de l’actuelle place Port-Saïd50.

32Les membres du Comité réalisent des visites mensuelles de villas et de monuments historiques à Alger ou dans ses environs51. Ils se rendent ainsi dans les villas du fahs, la campagne située autour d’Alger, aujourd’hui intégrée dans la ville, mais aussi dans des cimetières ou des mosquées. Ces visites se poursuivent tout au long de l’existence du Comité et représentent une de ses principales activités.

  • 52 « Une excursion du Comité du Vieil Alger », L'Illustration algérienne, tunisienne et marocaine, 1 (...)
  • 53 Sur la question de la transformation de ces demeures, voir dans ce numéro, Claudine Piaton, « Des (...)

33Elles font ensuite l’objet de courts comptes rendus dans les Feuillets d’El-Djezaïr et d’articles plus détaillées dans des parutions telles que L’Afrique du nord illustrée laissant un témoignage descriptif des bâtiments visités. En ce qui concerne les villas, l’accent est particulièrement mis sur ce qui a été mis en œuvre par les propriétaires pour conserver les bâtiments ou leur faire retrouver leur état « précolonial »52, enlevant toutes les traces de « francisation ». En réalité, ces demeures sont largement transformées et décorées dans un style très éclectique53.

  • 54 « La merveilleuse histoire de Sidi Abd-er-Rahman », L'Écho d'Alger, 22 mai 1941. URL: ark:/12148/b (...)

34Ces visites étaient en général accompagnées de conférences données sur place par des figures importantes du Comité, tels Charles de Galland, Henri Klein ou Georges Marçais54 (fig. 8).

Figure 8 : Visite de la villa Abdeltif par le Comité du Vieil Alger.

Figure 8 : Visite de la villa Abdeltif par le Comité du Vieil Alger.

Source : Toulon (France), Bibliothèque municipale, Fonds Philibert.

  • 55 Feuillets d'El-Djezaïr, op. cit. (note 31), p. 9.

35Un autre vœu du Comité, non abouti, est la mise en place d’un musée du Vieil Alger, à l’instar du musée Carnavalet à Paris. Le Comité du Vieil Alger figure également parmi les donateurs du musée des Beaux-Arts et soutient des projets tels que la création d’un souk en 1908 ou la protection des peintres travaillant dans la Casbah55.

36Les activités du Comité font cependant, dès les années 1920, l’objet de sarcasmes qui soulignent la médiocrité de ses interventions et leur caractères dérisoire et passéiste : « Loin de songer à conserver les quelques vestiges de la vieille cité barbaresque, et, surtout de les protéger contre la décrépitude et la pourriture environnantes, ce Comité se contente d'apposer des plaques de marbre sur quelques murs et de promener à travers les rues son bureau et leurs membres […] Ils s'hypnotisent sur le passé et l'histoire. Ils font de la rétrospection. Et c'est tout. » 56

37En réalité, c’est la publication des Feuillets d’El-Djezaïr destinés à diffuser les idées et les actions du Comité du Vieil Alger qui assure aujourd’hui sa postérité.

La publication des Feuillets d’El-Djezaïr

  • 57 « Avant de disposer d'un budget lui permettant de publier ses travaux, le Comité a trouvé un suppo (...)

38Le premier numéro des Feuillets d’El-Djezaïr ne paraît que cinq ans après la création du Comité du Vieil Alger. Pendant cette période, Klein publie régulièrement dans la presse des articles relatifs au patrimoine algérois et aux activités de l’association57. Il poursuit ces collaborations après les débuts de la publication des Feuillets.

39Le nom choisi fait référence au nom arabe de la ville, El-Djezaïr, et non plus simplement au Vieil Alger. Les choix éditoriaux que semblent annoncer le titre s’orientent ainsi vers une mise en avant de l’histoire et du patrimoine algérois qui précèdent l’occupation française, ce qui, nous allons le voir, est en fait à nuancer. Par ailleurs, contrairement aux publications des sociétés savantes qui retiennent le nom de bulletin ou d’annales pour leur publication, c’est ici celui de feuillet qui a été choisi, peut-être pour donner un aspect moins solennel à une publication dont l’objectif est de promouvoir les activités de l’association tout en proposant des synthèses sur l’histoire et le patrimoine algérois.

40Les numéros publiés entre 1910 et 1937 sont tous signés par Klein. Les sept premiers paraissent très régulièrement de 1910 à 1914. Puis, après la Première Guerre mondiale, quatre numéros sont publiés irrégulièrement entre 1917 et 1933. Il semble que la publication remporte un très grand succès et qu’elle soit rapidement épuisée : « Tout le monde, en Algérie, a connu les Feuillets d'El-Djezaïr, que M. Klein, le distingué président du Comité du Vieil Alger, a publié avant la guerre. Ces petits fascicules sont introuvables. Nombreux sont les bibliophiles et amis du Vieil Alger qui les recherchent. ». C’est pourquoi, en 1937 Klein publie aux éditions Chaix, un volume rassemblant, avec quelques modifications, les dix premiers numéros58.

  • 59 Notamment Les édifices religieux de l’ancien Alger, Alger : Bastide, 1870. URL: ark:/12148/bpt6k66 (...)
  • 60 Nabila Oulebsir, « L'invention de la tradition », op. cit. (note 34), p. 220-221.

41Les Feuillets rassemblent des contributions très variées sans ligne éditoriale définie. Les premiers numéros proposent principalement les comptes rendus des visites ainsi que de courtes notices historiques sur des édifices d’Alger et des alentours antérieurs à l’occupation française ou plus récents. Les notices publiées reprennent en grande partie les travaux de l’archiviste Albert Devoulx (1826‒1876)59 et si elles présentent un certain nombre de données historiques, elles doivent cependant être considérées avec recul et vérifiées. Les numéros publiés entre 1917 et 1933 thématiques couvrent aussi des sujets variés avec une prédilection pour ceux qui retracent l’histoire des Français en Algérie depuis 183060 (l’enseignement à Alger depuis la conquête, les hôtes d’Alger depuis 1830). Un des numéros intitulé Quelques gravures évocatrices du passé. Sites, scènes, portraits et autres sujets (1929), rassemble uniquement des planches d’illustrations parfois commentées.

  • 61 Peintre, dessinateur et illustrateur de presse. Édouard Herzig (1860‒1926) a notamment collaboré a (...)

42Parmi ces numéros, quelques-uns sont décorés, sur la page de garde, par un dessin d’Édouard Herzig61 intitulé « Encadrement de style persan de la fontaine Hussein-Pacha érigé en 1820, quai de l’amirauté » (fig. 9). La quatrième de couverture, quant à elle, est décorée pour l’ensemble des numéros d’un médaillon circulaire également signé par Herzig composé d’un amalgame de lettres arabes, parfois fautives, assemblées pour leur effet et non pour leur sens (fig. 10). Inspirée par la calligraphie ottomane, cette composition est uniquement décorative, et permet de donner à la publication un cachet oriental.

Figure 9 : Première de couverture du numéro inaugural des Feuillets d’El-Djezaïr, 1910 avec une illustration signée par Édouard Herzig.

Figure 9 : Première de couverture du numéro inaugural des Feuillets d’El-Djezaïr, 1910 avec une illustration signée par Édouard Herzig.

Figure 10 : Illustration de la quatrième de couverture des Feuillets d’El-Djezaïr signée par Édouard Herzig.

Figure 10 : Illustration de la quatrième de couverture des Feuillets d’El-Djezaïr signée par Édouard Herzig.
  • 62 Comité du Vieil Alger, Feuillets d'El-Djezaïr, nouvelle série, juillet 1941, p. 2.

43Après le décès de Klein en 1939, les Feuillets continuent de paraître de façon sporadique. Une nouvelle série de deux numéros est publiée en 1941 et en 1942 (fig. 11) par le Comité du Vieil Alger. Ce dernier signe une note introductive mentionnant qu’il « s’est fait un devoir de continuer la publication des ‘Feuillets d'El-Djezaïr’, interrompue par le décès de son ancien président Henri Klein », soulignant la continuité avec la série précédente. La ligne éditoriale est également indiquée : « Les ‘Feuillets d'El-Djezaïr’ présenteront désormais à leurs lecteurs, à côté des comptes rendus de l’activité de notre groupement, le texte complet des conférences prononcées au cours de nos réunions. » Les auteurs poursuivent en affirmant que le rôle du Comité est d’« intéresser les Algérois au passé historique ou légendaire de leur ville aux multiples visages et maintenir autour de ce passé tout l’intérêt auquel il a droit », en établissant une continuité avec les activités antérieures de l’association. De même, ils rappellent que bien qu’attachés à l’Alger actuel, il est fondamental, pour aimer une ville, d’en connaître le passé62. Les articles sont signés par Louis Leschi, directeur des Antiquités de l’Algérie, le Docteur Fernand Gauthier, Georges Marçais et Mohammed Racim pour le premier numéro. La couverture de cette série est illustrée par une vue de l’Amirauté et de la basse Casbah prises depuis le faubourg Bab Azoun. La végétation présente au premier plan donne à l’image un caractère bucolique et paisible, réaffirmant ainsi l’intérêt de l’association pour le patrimoine algérois précolonial et donnant une image idyllique de la ville d’alors.

Figure 11 : Première de couverture de la nouvelle série des Feuillets d’El-Djezaïr, juillet 1941.

Figure 11 : Première de couverture de la nouvelle série des Feuillets d’El-Djezaïr, juillet 1941.

44Une troisième série, numérotées de un à sept, paraît de 1959 à 1962. Les couvertures des numéros sont illustrées par des vues d’Alger au xixe siècle et les articles sont signés par des membres du Comité dont Georges Marçais et Roger Meunier. Les articles continuent d’aborder des thèmes concernant la période ottomane et les débuts de l’occupation française.

45Enfin, à partir de l’indépendance de l’Algérie sont rédigés une série de fascicules dactylographiés qui ne sont plus regroupés sous le titre des Feuillets mais sont signalés comme émanant du « Comité du Vieil Alger » avec des sujets très variés tantôt en rapport avec l’histoire, l’architecture (La villa des Oliviers) et l’artisanat (les tapis du Djebel Amour) mais aussi anecdotiques (le méchoui, la paëlla) (fig. 12). Plus que des publications, il s’agit ici de brochures agrafées dont les textes semblent avoir été composés en vue de conférences. Cette dernière série s’arrête au milieu des années 1970.

Figure 12 : Couverture de fascicules publiés dans le cadre des activités du Comité du Vieil Alger.

Figure 12 : Couverture de fascicules publiés dans le cadre des activités du Comité du Vieil Alger.

Source : Jeanne Maguelonne, Les tapis du Djebel Amour, Alger : Comité du Vieil Alger, juin 1970 et Comité du Vieil Alger, La paëlla.

Mise à disposition enrichie sur Persée

46C’est à partir de la collection presque complète des Feuillets d’El-Djezaïr conservée à la bibliothèque municipale de Toulon, que la mise en ligne a été rendue possible. La bibliothèque conserve le fonds qui rassemble la documentation de Marcel Philibert, dernier président du Comité. Ce fonds, acquis par la ville de Toulon en 1977, est composé de documents iconographiques : peintures orientalistes, gravures anciennes, cartes géographiques anciennes, photographies, cartes postales ainsi que de monographies et de collections en série dont les Feuillets d’El-Djezaïr.

47Le corpus est accessible en texte intégral sur la Perséide Athar63 (fig. 13), site en libre accès basé sur les technologies du linked open data développées par Persée sur son portail. Le site présente des pages composites construites à partir des données produites par la chaîne Persée et par celles récupérées grâce à l’alignement avec des référentiels extérieurs dont le gazetier d'Alger, référentiel de toponymes algérois produit par InVisu64. Ce référentiel présente les différents noms des bâtiments, qu’il s’agisse de variantes dans la graphie ou la translitération ou encore d’un changement de nom. Il doit permettre ainsi une interrogation enrichie du corpus. Librement et gratuitement mis à disposition, le gazetier d’Algier peut être exploité à travers les mécanismes du web sémantique65, fournissant, selon la définition du W3C, « un modèle qui permet aux données d’être partagées et réutilisées entre plusieurs applications, entreprises et groupes d’utilisateurs ». Il répond aux besoins d’une large communauté scientifique transdisciplinaire, et offre un outil pour l’identification, l’indexation et la valorisation de fonds iconographiques et textuels relatifs aux toponymes algérois. Ce travail a également permis de renseigner la base de données collaborative Geonames et de créer ainsi les coordonnées géographiques de ces bâtiments66 en liaison avec le référentiel toponymique.

48La numérisation et la mise en ligne des Feuillets d’El-Djezaïr est représentative des enjeux de la mise à disposition de documents patrimoniaux aujourd’hui. L’acquisition de fichiers numériques n’est pas suffisant en soi et ne constitue que le début d’un processus de valorisation qui passe par la reconnaissance optique de caractères, l’enrichissement des contenus grâce à des référentiels, le choix ou la mise en œuvre de plateformes de diffusion ainsi qu’un accompagnement à la contextualisation des documents.

Figure 13 : Perséide Athar.

Figure 13 : Perséide Athar.

Source : https://athar.persee.fr/​.

Haut de page

Notes

1 Par exemple : Lucien Golvin, Palais et demeures d’Alger à la période ottomane, Aix-en-Provence : Édisud, 1988 ; Nabila Chérif-Seffadj, Les bains d’Alger durant la période ottomane, xvie-xixe siècles, Paris : Presses universitaires de la Sorbonne, 2008 (Islam) ; Marion Vidal-Bué, Villas et palais d'Alger du xviiie siècle à nos jours, Paris : Place des Victoires, 2012.

2 invisu.inha.fr, persee.fr. Consultés le 25 septembre 2018.

3 Voir par exemple pour Paris : Ruth Fiori, L'invention du Vieux Paris. Naissance d'une conscience patrimoniale dans la capitale, Wavre : Mardaga, 2012 (Architecture).

4 Voir Nabila Oulebsir, Les usages du patrimoine. Monuments, musées et politique coloniale en Algérie (1830-1930), Paris : Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004, p. 240-247.

5 N°256, 1905, p. 6-7. URL: ark:/12148/bpt6k5794310t. Consulté le 25 septembre 2018.

6 N°257, 1905, p. 9. URL: ark:/12148/bpt6k5794310t. Consulté le 25 septembre 2018.

7 Ruth Fori, L'invention du Vieux Paris, op. cit. (note 3), p. 34, 41.

8 Revue Africaine : bulletin de la Société historique algérienne, n°79, 1870, p. 7-8. URL: ark:/12148/bpt6k5686641h. Consulté le 14 septembre 2018.

9 Saddek Benkada, Un Patrimoine culturel : les publications de la Société de Géographie et d’Archéologie d’Oran (1878-1988). URL: https://insaniyat.revues.org/7910. Consulté le 10 septembre 2018; et Jean-Pierre Laporte, « Les sociétés savantes historiques et géographiques d'Afrique du Nord avant les indépendances », Bulletin de liaison des sociétés savantes, août 2012, no 15, p. 40-51, numéro thématique Les sociétés savantes et l'outre-mer : leur rôle scientifique, culturel et social, hier, aujourd'hui et demain, URL: http://cths.fr/_files/an/pdf/bulletin_15.pdf. Consulté le 12 septembre 2018.

10 Nabila Oulebsir, Les usages du patrimoine, op. cit. (note 4), p. 246.

11 L'Illustration algérienne, tunisienne et marocaine, 23 mars 1907, p. 4. URL: ark:/12148/bpt6k5793195x. Consulté le 10 septembre 2018.

12 Nabila Oulebsir, « Les ambiguïtés du régionalisme : le style néomauresque », in Jean-Louis Cohen, Nabila Oulebsir et Youcef Kanoun (dirs.), Alger, Paysage urbain et architectures, 1800-2000, catalogue d'exposition (Paris, Palais de la Porte Dorée, 25 juin-14 septembre 2003), Besançon : Les éditions de l'Imprimeur, 2003 (Tranches de ville), p. 113.

13 Jean-Pierre Chaline, Sociabilité et érudition : les sociétés savantes en France, Paris : Éditions du CTHS, 1998 (Formats, 31), p. 164‒165.

14 Le Comité des amis du Vieil Alger, « In memoriam Henri Klein (1864-1939) », Le Feuillets d'El-Djezaïr, nouvelle série, n° 1, 1959, p. 3.

15 Jean-Pierre Chaline, Sociabilité et érudition, op. cit. (note 13), p. 264.

16 Benoît de L'Estoile, « Le goût du passé. Érudition locale et appropriation du territoire », Terrain : anthropologie & sciences humaines, n° 37, septembre 2011, p. 123-128. URL: http://journals.openedition.org/terrain/1344. Consulté le 6 juin 2018.

17 Nabila Oulebsir, Les usages du patrimoine, op. cit (note 4), et Said Almi, Urbanisme et colonisation. Présence française en Algérie, Sprimont: Mardaga, 2002, p. 74. Il est également évoqué par Salah Guemriche dans Alger la Blanche : biographie d’une ville, Alger : Barzakh, p. 67.

18 Son grand-père était gendarme et son père, François Adolphe Jules Klein, originaire de Seine-et-Marne, a été brigadier puis maréchal des Logis de gendarmerie. La tradition sera poursuivie par un de ses trois frères, adjudant d'artillerie. Aix-en-Provence (France), Archives nationales d’outre-mer, état-civil.

19 En 1884, son dossier militaire le mentionne comme « adjoint d'instituteur » et en 1895 il est dégagé de ses obligations militaires ayant accompli sans interruption pendant 10 ans des fonctions d'enseignement. Aix-en-Provence (France), Archives nationales d’outre-mer, Registres matricules militaires.

20 Dans la nécrologie sous forme d’hagiographie, signée par « Le Comité du Vieil Alger », qui lui est consacrée en 1959 dans les Feuillets d'El-Djezaïr (n° 1-2, 1959-1960, p. 3), l’auteur insiste sur le fait que, bien que né à Oran, Klein a choisi de vivre à Alger. Il y a fait ses études et, après avoir exercé deux ans à Oran il s’y est installé définitivement.

21 « Notre excellent camarade Henri Klein, nous dirait par le menu, ses [mosquée el-Djedid] origines, ses avatars, ses transformations […] », Le Sémaphore algérien : organe de la marine, du commerce, de l'industrie, de l'agriculture et des travaux publics, 9 novembre 1913, p. 1. URL: ark:/12148/bpt6k5587876g. Consulté le 14 septembre 2018.

22 « Henri Klein mérite depuis longtemps ce bout de ruban rouge […] », « En parcourant les ‘Feuillets d'El-Djezaïr’ », Les Spectacles d'Alger, vol 12, n° 9, 1938, p. 1. URL: ark:/12148/bpt6k56563170. Consulté le 14 septembre 2018.

23 Alger-étudiant : organe officiel de l'Association générale des étudiants d'Alger, p. 2-3

24 L'Afrique du Nord Illustrée, 11 juillet 1908, p. 9. URL: ark:/12148/bpt6k5586252p. Consulté le 14 septembre 2018.

25 Gilbert Meynier, L'Algérie révélée : la guerre de 1914-1918 et le premier quart du XXe siècle, Genève : Droz, 1981 (Travaux de droit, d'économie et de sociologie, 130), p. 171.

26 Journal officiel de la République française, 15 octobre 1911, p. 8320. URL: ark:/12148/bpt6k6417060w. Consulté le 6 juin 2018.

27 Annales africaines : revue hebdomadaire de l'Afrique du Nord, 3 mars 1914, p. 111. URL: ark:/12148/bpt6k57023982. Consulté le 14 septembre 2018.

28 Altairac est le témoin de mariage de Sambœuf. Aix-en-Provence (France), Archives nationales d’outre-mer, état-civil.

29 Comité du Vieil Alger, Feuillets d’El-Djezaïr, nouvelle série, septembre 1942, p. 1.

30 Ces renseignements ont été transmis par Mme Véronique Gillain, responsable des fonds patrimoniaux à la Bibliothèque municipale de Toulon (France), que je remercie.

31 Feuillets d'El-Djezaïr, n° 1, 1910, p. 7.

32 Nabila Oulebsir, Les usages du patrimoine, op. cit. (note 4), p. 323.

33 Feuillets d'El-Djezaïr, op. cit. (note 31), p. 9.

34 Henri Klein, « Pour nos mosquées », La Dépêche algérienne, 5 août 1904, cité par Nabila Oulebsir, « L'invention de la tradition : les travaux du Comité du Vieil Alger », in Dominique Poulot (dir.), Patrimoine et modernité, Paris : L’Harmattan (Chemins de la mémoire), 1998, p. 218.

35 Bulletin municipal officiel de la ville d'Alger, 25 novembre 1910, p. 314-317. URL: ark:/12148/bpt6k55689362. Consulté le 12 septembre 2018.

36 13 juin 1908, p. 4. URL: ark:/12148/bpt6k5586248s. Consulté le 12 juin 2018.

37 Henri Klein, Feuillets d’El-Djezaïr, Alger : L. Chaix, 1937, p. 184.

38 « Une fontaine algéroise », L'Illustration algérienne, tunisienne et marocaine, 11 mai 1907, p. 10. URL: ark:/12148/bpt6k5793202m. Consulté le 4 septembre 2018; Feuillets d'El-Djezaïr, op. cit. (note 31), p. 10. « Décoration des faïences hispano-mauresques et d'un auvent à tuiles vertes, de la fontaine Sidi Mohamed… ».

39 Voir l’article de Clara Ilham Álvarez Dopico dans ce numéro, « Une nouvelle tradition : la céramique algéroise à l’aube du xxe siècle. À propos de la politique de rénovation artisanale de Georges Marye ». URL: https://journals.openedition.org/abe/4333.

40 « Le Vieil Alger », Annales africaines : revue hebdomadaire de l'Afrique du Nord, 6 mars 1909, p. 151. URL: ark:/12148/bpt6k57024065. Consulté le 6 juin 2018.

41 Édouard Dalles, Alger, Bou-Farik', Blidah et leurs environs : guide géographique, historique et pittoresque, [2nde édition], Alger : A. Jourdan, 1888 (Nouvelle bibliothèque algérienne), p. 16 URL: ark:/12148/bpt6k5596650h. Consulté le 6 juin 2018.

42 Feuillets d'El-Djezaïr, op. cit. (note 31), p. 9.

43 Henri Klein, « Pour la survivance d'El-Djezaïr », La Dépêche algérienne, 7 novembre 1903 cité par Nabila Oulebsir, « Les ambiguïtés du régionalisme », op. cit. (note 12), p. 113.

44 Ruth Fiori, L'invention du Vieux Paris, op. cit. (note 3), p. 47.

45 Nabila Oulebsir, « L'invention de la tradition », op. cit. (note 34), p. 247.

46 « La nature de l’Institut de Carthage ‒ une société savante de province − et le contexte dans lequel il évolue ‒ une situation coloniale ‒ confèrent, de facto, à la production savante émanant de la Revue tunisienne des accents localistes et impérialistes. », Clémentine Gutron in François Pouillon (dir.), Dictionnaire des orientalistes de langue française, Paris : Khartala, p. 824.

47 LÉcho d'Alger, 21 août 1912, p. 1. URL: ark:/12148/bpt6k7574444b. Consulté le 12 septembre 2018; et LÉcho d'Alger, 20 janvier 1913, p. 3. URL: ark:/12148/bpt6k7577814h. Consulté le 12 septembre 2018.

48 Nabila Oulebsir, « L'invention de la tradition », op. cit. (note 34), p. 221.

49 Feuillets d'El-Djezaïr, op. cit. (note 31), p. 9.

50 L’Écho d'Alger, 7 décembre 1925, p. 2. URL: ark:/12148/bpt6k7581863d. Consulté le 14 septembre 2018.

51 Les Spectacles d'Alger, 2 mars 1938. URL: ark:/12148/bpt6k56563170. Consulté le 12 septembre 2018.

52 « Une excursion du Comité du Vieil Alger », L'Illustration algérienne, tunisienne et marocaine, 1 juin 1907, p. 6. URL: ark:/12148/bpt6k5793205v. Consulté le 12 juin 2018.

53 Sur la question de la transformation de ces demeures, voir dans ce numéro, Claudine Piaton, « Des ensembles composites : appropriation et transformation des demeures ottomanes suburbaines d’Alger aux xixe et xxe siècles ». URL: https://journals.openedition.org/abe/4291 et Clara Ilham Álvarez Dopico « Une nouvelle tradition : la céramique algéroise à l’aube du xxe siècle », op. cit. (note 39).

54 « La merveilleuse histoire de Sidi Abd-er-Rahman », L'Écho d'Alger, 22 mai 1941. URL: ark:/12148/bpt6k7587415t. Consulté le 5 septembre 2018.

55 Feuillets d'El-Djezaïr, op. cit. (note 31), p. 9.

56 L'Afrique du Nord illustrée, 19 juin 1920, p. 2. URL: ark:/12148/bpt6k55832461/f12. Consulté le 17 septembre 2018.

57 « Avant de disposer d'un budget lui permettant de publier ses travaux, le Comité a trouvé un support dans la presse », Nabila Oulebsir, « L'invention de la tradition », op. cit. (note 34), p. 220.

58 Annales africaines, 15 octobre 1934, p. 361. URL: ark:/12148/bpt6k5701228r. Consulté le 6 juin 2018.

59 Notamment Les édifices religieux de l’ancien Alger, Alger : Bastide, 1870. URL: ark:/12148/bpt6k667326. Consulté le 12 septembre 2018.

60 Nabila Oulebsir, « L'invention de la tradition », op. cit. (note 34), p. 220-221.

61 Peintre, dessinateur et illustrateur de presse. Édouard Herzig (1860‒1926) a notamment collaboré au journal satirique Le Turco ainsi qu'au bi-hebdomadaire antisémite L'Antijuif algérien.

62 Comité du Vieil Alger, Feuillets d'El-Djezaïr, nouvelle série, juillet 1941, p. 2.

63 https://athar.persee.fr/. Consulté le 17 septembre 2018.

64 https://opentheso.huma-num.fr/opentheso/. Consulté le 12 octobre 2018.

65 SKOS, SPARQL Endpoint.

66 http://www.geonames.org/2507480/algiers.html. Consulté le 17 septembre 2018.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Henri Klein (1864‒1939).
Crédits Source : Le Comité des amis du Vieil Alger, « In memoriam Henri Klein (1864‒1939) », Les Feuillets d'El-Djezaïr, nouvelle série, n° 1, 1959, p. 3.
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/4585/img-1.JPG
Fichier image/jpeg, 129k
Titre Figure 2 : La fontaine Sidi Mohammed el-Chérif au début de xxe siècle et en 2016.
Crédits Source : carte postale, collection particulière et InVisu/Claudine Piaton.
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/4585/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Figure 3 : Inscription intégrée au décor de la fontaine Sidi Mohammed el-Chérif.
Crédits Source : InVisu/Claudine Piaton.
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/4585/img-3.JPG
Fichier image/jpeg, 694k
Titre Figure 4 : La Grande Poste (Marius Toudoire et Jules Voinot arch., 1907‒1910).
Crédits Source : carte postale, collection particulière.
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/4585/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 3,9M
Titre Figure 5 : L’hôtel de Préfecture (actuellement siège de la wilaya d’Alger, Jules Voinot arch., 1908‒1913).
Crédits Source : Arnaud du Boistesselin, 2013.
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/4585/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 3,3M
Titre Figure 6 : Le siège de La Dépêche algérienne (actuellement siège du Rassemblement national démocratique, Henri Petit arch., 1904‒1905).
Crédits Source : Arnaud du Boistesselin, 2016.
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/4585/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Figure 7 : Les Galeries de France (actuellement musée public d'art moderne et contemporain d'Alger, Henri Petit arch., 1909‒1914).
Crédits Source : carte postale, collection particulière.
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/4585/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 14M
Titre Figure 8 : Visite de la villa Abdeltif par le Comité du Vieil Alger.
Crédits Source : Toulon (France), Bibliothèque municipale, Fonds Philibert.
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/4585/img-8.JPG
Fichier image/jpeg, 191k
Titre Figure 9 : Première de couverture du numéro inaugural des Feuillets d’El-Djezaïr, 1910 avec une illustration signée par Édouard Herzig.
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/4585/img-9.JPG
Fichier image/jpeg, 378k
Titre Figure 10 : Illustration de la quatrième de couverture des Feuillets d’El-Djezaïr signée par Édouard Herzig.
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/4585/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Figure 11 : Première de couverture de la nouvelle série des Feuillets d’El-Djezaïr, juillet 1941.
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/4585/img-11.JPG
Fichier image/jpeg, 405k
Titre Figure 12 : Couverture de fascicules publiés dans le cadre des activités du Comité du Vieil Alger.
Crédits Source : Jeanne Maguelonne, Les tapis du Djebel Amour, Alger : Comité du Vieil Alger, juin 1970 et Comité du Vieil Alger, La paëlla.
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/4585/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 764k
Titre Figure 13 : Perséide Athar.
Crédits Source : https://athar.persee.fr/​.
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/4585/img-13.png
Fichier image/png, 434k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Juliette Hueber, « Documenter le patrimoine et l’architecture d’Alger : les Feuillets d’El-Djezaïr », ABE Journal [En ligne], 13 | 2018, mis en ligne le 15 octobre 2018, consulté le 17 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/abe/4585 ; DOI : 10.4000/abe.4585

Haut de page

Auteur

Juliette Hueber

Ingénieur d'études-chargée du traitement des données scientifiques, InVisu (CNRS-INHA), Paris, France

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue ABE Journal est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo In Visu
  • OpenEdition Journals