Navigation – Plan du site
Dossier : Fabriques de la tradition
Travaux de recherche en cours

L’orientalisme architectural en Tunisie : œuvre et carrière de Raphaël Guy (1869-1918)

Fabienne Crouzet

Entrées d’index

Index de mots-clés :

architecture néo-mauresque

Index by keyword :

Moorish Revival architecture

Indice de palabras clave :

arquitectura orientalista

Parole chiave :

architettura neo-moresca

Index chronologique :

XXe siècle

Personnes citées :

Guy Raphaël (1869-1918)
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Serge Santelli, « Tunis la blanche », in Maurice Culot et Jean-Marie Thievaud (dirs.), Architectur (...)
  • 2 2 Raphaël Guy, L’architecture moderne de style arabe, Paris : Librairie de la construction moderne, (...)
  • 3 Il est souvent comparé à l’architecte Victor Valensi (1883-1977), également ancien élève des Beaux (...)
  • 4 Ahmed Zaouche parle de « renaissance architecturale », in « L’aventure arabisante en Tunisie : de (...)

1Raphaël Guy est parfois considéré comme le « père de l’architecture arabisante »1 en Tunisie où il a exercé de 1900 à 1918 durant le protectorat français. Malgré le succès de son ouvrage posthume L’architecture moderne de style arabe2, l’homme, l’étendue de son œuvre et son parcours sont en revanche relativement méconnus. Son activité officielle, qui coïncide avec l’apogée de la domination coloniale, la brièveté de sa carrière (1900-1918), la relève rapide prise par d’autres architectes après sa mort3, enfin l’affirmation politique de la nouvelle nation tunisienne à l’indépendance, ont probablement contribué à éclipser sa mémoire. Il est pourtant un architecte majeur des constructions publiques dont beaucoup sont toujours en fonction, et le premier diffuseur du style arabisant en Tunisie. Il a contribué à la formation de l’esthétique singulière des paysages urbains des grandes villes tunisiennes ainsi qu’à l’introduction de techniques de construction modernes. Au service du projet colonial, il a participé au renouveau de l’architecture et des arts décoratifs traditionnels, au début du xxe siècle4. Pourtant, la disparition accélérée de ses réalisations au cours des vingt dernières années menace de le faire tomber définitivement dans l'oubli. Aussi, cette contribution se propose de restituer sa vie et sa carrière, et de dresser un premier inventaire de ses réalisations et projets en Tunisie.

Un architecte « Beaux-Arts » à Tunis

2À l’été 1900, Raphaël Guy, alors jeune architecte de 31 ans, s’installe en Tunisie. Rien ne le prédispose pourtant à y faire carrière.

  • 5 Coupure de La Dépêche tunisienne du 20 juillet 1918 conservée à Paris (France), Archives de la Soc (...)
  • 6 Paris (France), Archives de la Société des architectes diplômés par le Gouvernement (SADG), dossie (...)
  • 7 C’est le nom officiel de l’École des beaux-arts de 1870 à 1903, voir Gérard Ringon, Histoire du mé (...)
  • 8 Il est à la tête de l’un des trois ateliers officiels dits aussi ateliers intérieurs des Beaux-Art (...)
  • 9 Dictionnaire des élèves architectes de l’École des beaux-arts de Paris (1800-1968) : https://agorha (...)

3Guy est né à Rennes en 1869 dans une famille de négociants. Après des études secondaires dans sa ville natale, puis à Laval, il obtient son baccalauréat scientifique et poursuit ses études supérieures à Paris en classe préparatoire au lycée Saint-Louis5. Il semble qu’il ait d’abord opté pour une carrière d’officier militaire à Saint-Cyr6. Pourtant, en 1894, il entre à l’École nationale et spéciale des Beaux-Arts7 de Paris. Alors âgé de 25 ans, il intègre l'atelier de Gaston Redon8. Aucuns travaux de cette époque ne nous sont parvenus et seuls restent quelques exercices qui semblent annoncer ses futures réalisations tunisiennes9. Il n’a par ailleurs jamais concouru au prix de Rome.

  • 10 Coupure de La Dépêche tunisienne du 20 juillet 1918, Dossier Guy, Archives de la SADG, Paris.
  • 11 Paris (France), Archives nationales, série F/12.
  • 12 Paris (France), Archives de la Société des architectes diplômés par le Gouvernement (SADG), éloge (...)
  • 13 Jean-Émile Resplandy (Perpignan 1866- ? 1928), diplômé de l'École des beaux-arts de Paris, occupe (...)

4Les activités de Guy durant les deux années qui ont suivi l’obtention de son diplôme restent méconnues. Il est mentionné comme « attaché à la Commission du Japon pour l’Exposition universelle de Paris en 1900 »10. Cependant aucune archive ne le confirme11, et il est difficile de savoir si Guy a bénéficié d’une expérience professionnelle avant son arrivée à Tunis. À partir du 3 août 1900, il figure parmi le personnel de la direction des Travaux publics de Tunisie. Les raisons qui l’ont conduit à rejoindre le protectorat tunisien demeurent incertaines. Si Auguste Bluysen évoque « les hasards de la place »12, il est possible que Guy ait entendu parler des perspectives de travail à Tunis par un ancien élève de l’École des beaux-arts, Jean-Émile Resplandy, architecte principal au service des Bâtiments civils de Tunisie13.

  • 14 Nantes (France), Service central d’état civil, acte de naissance. Sur les registres de baptême de (...)
  • 15 Créé en 1893 sous le nom d’ « Association tunisienne des Lettres, Sciences et Arts », il a pour bu (...)
  • 16 Coupure de La Dépêche tunisienne conservée à Tunis (Tunisie), Archives nationales de Tunisie. Sur (...)
  • 17 Y apparaissent les noms de Bezencenet, Giroud, Guy, Guesnier, Renault, Resplandy, Rousseau, Parize (...)
  • 18 L’association était très active auprès des pêcheurs bretons pour la promotion de l’immigration en (...)
  • 19 Voir sa nécrologie dans La Dépêche tunisienne, 22 juillet 1918.
  • 20 Raphaël Guy est propriétaire d’une petite maison en bord de plage dans ce lieu de villégiature sit (...)

5Marié en 1908 avec une jeune Parisienne, Louise Sablé, père d'une fille (Odile Carmen) née en 191514, Guy fait partie des notables de la petite communauté française de Tunisie. Membre de l’Institut de Carthage15, il participe aux excursions archéologiques du docteur Louis Carton16, retrouve ses pairs au banquet annuel des architectes17, et ses « pays » à celui de l’Association des Bretons de Tunisie18. Il met par ailleurs ses compétences au service des autorités ou d’associations pour la mise en scène de certaines fêtes publiques19. En 1914, il est nommé vice-président de la municipalité de La Marsa20 et s’implique dans les projets d'améliorations sanitaires et paysagères de sa commune. Le 18 juillet 1918, il meurt en quelques semaines des suites d’une crise d’urémie à La Marsa, où il est inhumé.

L’architecte en chef des Bâtiments civils du protectorat (1900-1911)

  • 21 Tunis (Tunisie), Archives nationales de Tunisie, E330 ¼, Administration des Travaux Publics, Perso (...)
  • 22 Sur le prestige de ce diplôme, voir Annie Jacques, La carrière de l’architecte au xixe siècle, cat (...)
  • 23 Les conventions de La Marsa (1883) ont formulé le statut de protectorat.
  • 24 « Ceux qui, d’année en année, viennent grossir la population française sont, pour une bonne part, (...)

6Raphaël Guy a été recruté en France, « dans le cadre tunisien »21, c'est-à-dire qu’il a intégré directement l’administration française de Tunisie, sans avoir appartenu au préalable à une administration métropolitaine. Son titre d’architecte diplômé du Gouvernement, alors très prisé22, a certainement favorisé son recrutement. Le pays étant sous protectorat français depuis près d’une vingtaine d’années23, le recrutement de cadres français y était alors régulier24.

  • 25 Le premier document administratif mentionnant l’accès de Guy à cette fonction date de 1907 (Nantes (...)
  • 26 Tunis (Tunisie), Archives nationales de Tunisie, E3300 ¼. Des architectes, Ingénieurs, des géomètr (...)
  • 27 Nantes (France), Centre des Archives diplomatiques de Nantes, cote 254AN1352, dossier « Bâtiments (...)

7Guy occupe d’abord en 1901 le poste d’attaché aux travaux de la municipalité de Tunis, puis en 1904 celui d’architecte chargé des résidences. Les bordereaux des travaux qui portent sa signature témoignent que, dès ses débuts, il est architecte en chef et responsable d’une équipe. Cependant il n’aurait été promu au grade d’architecte principal des Bâtiments civils de Tunisie qu’à partir de la fin de l’année 190625. En tant que chef du service, Guy a sous ses ordres une quinzaine de personnes : des architectes qui signent des plans ou des dessins (figurent les noms de Crouzet, Delaplanche, Renault, Trubelle, Bordes, Gema et Gaudet qui succèdera d'ailleurs à Guy en 1911), des ingénieurs, et des géomètres26. Les missions du service sont nombreuses : la réalisation et le suivi de projets de construction ou de restauration de bâtiments publics, ainsi que l’étude et la validation de tous les plans de constructions publiques élaborés par des architectes privés sur le territoire tunisien. Bien que les plans soient toujours visés par un ingénieur des Travaux publics (Porché, Vincent) puis approuvés par le directeur des Travaux publics (Pavillier, De Fages, ingénieurs eux aussi), Guy assume seul la responsabilité technique et juridique des projets. Ainsi, en 1908, il est condamné à une amende avec sursis à la suite de l’effondrement, qui fait plusieurs morts, d’une école en cours d’achèvement à Sousse27.

  • 28 Les autres sont les directions des Finances, de l’Instruction publique, des Postes, de l’Agricultu (...)

8Le service des Bâtiments civils que dirige Guy appartient à la direction des Travaux publics créée en 1882 et qui est l’un des sept ministères techniques de la Régence de Tunis28. L’arrivée de Guy à Tunis en 1900 coïncide avec la phase de consolidation coloniale qui voit le déplacement des sièges de ces administrations, installées précédemment dans des immeubles anciens loués, dans de nouveaux bâtiments plus fonctionnels.

  • 29 Après 1909, les crédits des dépenses destinées aux constructions et réparations des autres directi (...)
  • 30 Tunis (Tunisie), Archives nationales de Tunisie, série E 621 11/1, extrait du registre des délibér (...)

9Jusqu’en 1909, le service des Bâtiments civils gère les crédits des constructions et réparations des bâtiments de toutes les administrations de la Tunisie, municipalités comprises29. Ces dernières ne sont pas tenues de faire appel aux Bâtiments civils, mais cela leur permet de ne pas devoir financer elles-mêmes leurs travaux. Si une administration choisit de se passer des architectes des Bâtiments civils, elle doit cependant obligatoirement faire approuver les plans à la direction de ce service, et cette dernière n’hésite pas à s’imposer face à des architectes privés. C’est le cas en 1901 pour le projet du théâtre de Sfax qui sera l’une des premières réalisations publiques de Guy en Tunisie et le prélude à de nombreuses autres dans cette ville30.

  • 31 À la Direction des postes notamment, en 1914 : en collaboration avec l’architecte ingénieur belge (...)

10Guy dirige le service des Bâtiments civils jusqu’en 1911. Il poursuit ensuite une activité d’architecte libéral qu’il n’avait d’ailleurs jamais délaissée. Comme son confrère Resplandy, directeur des Bâtiments civils de 1894 à 1900, il interviendra encore sur des bâtiments publics après son départ de l’administration31.

Un contributeur majeur à « la politique du visible »32 de la puissance coloniale

  • 32 Voir François Béguin, Arabisances. Décor architectural et tracé urbain en Afrique du Nord, 1830-19 (...)
  • 33 La question de l’accès au foncier est cruciale car de nombreuses terres sont dites habous en Tunis (...)
  • 34 François Béguin, Arabisances, op. cit. (note 32), p. 14. Béguin utilise l’expression « style du pr (...)

11En Tunisie, comme dans toutes les colonies, les réalisations publiques répondent à des besoins et des fonctions spécifiques. Pratiques d’abord, car il s’agit d’accueillir les administrations françaises (directions et bureaux déconcentrés), les administrations municipales, et d’assurer et diffuser les services publics et culturels (bureaux de poste, douanes, écoles, théâtres ou salles des fêtes) de la République, à l’intention principalement des Français et Européens de Tunisie. Elles sont aussi symboliques car leur emplacement, leur superficie, leur volume, les conditions d’accès au foncier33, leur architecture et leurs décors matérialisent la puissance française. Dans ce contexte, bien qu’aucune directive ne l’impose officiellement, le style néo-mauresque devient, au tournant du xxe siècle, un « style d’État » qui a les faveurs de l’administration des Travaux publics. Ce style vise à associer et adapter des éléments perçus comme traditionnels dans l’architecture tunisienne, à des fonctionnalités de bâtiments européens (immeubles de bureaux, villas), mettant en scène la propagande de la puissance du « protecteur »34.

12Bien que sa carrière soit de courte durée, ces deux activités d'architecte, libéral et officiel, permettent à Guy de marquer durablement le paysage architectural de son empreinte stylistique, participant de fait à « l'œuvre coloniale » dans la régence tunisienne. En effet, la quarantaine de bâtiments publics qu'il a construits sont quasiment tous dans le style néo-mauresque.

Un architecte majeur des grandes villes de Tunisie

13Quand Raphaël Guy arrive en Tunisie en 1900, quelques bâtiments publics importants ont déjà été construits ou réaménagés dans les grandes villes, notamment à Tunis : le lycée Carnot (Arnoux arch., 1882), le marché central (Saladin arch., 1891), la poste centrale (Saladin arch., 1892), un premier aménagement des bâtiments des directions des Finances et des Bâtiments civils (Giroud arch., 1892) et l’hôpital civil (Resplandy arch., 1897). Durant les années qu’il passe aux Bâtiments civils, Guy poursuit ce travail. Dans la capitale, il transforme et réorganise à plusieurs reprises de nombreux bâtiments du pouvoir.

Principales réalisations de R. Guy à Tunis au service des Bâtiments civils

Bâtiment Type de travaux Date
Résidence générale (Pierre Collin & Philippe Caillat arch., 1860) - Extension des trois bâtiments d’origine et liaison par une galerie ; - Réaménagement du 1er étage, réfection des décors intérieurs et façade ; - Construction des écuries et remises en style néo-mauresque. C’est ce bâtiment qui a formé le noyau du nouveau quartier européen de Tunis. 1904 1904-1908 1912
Résidence d’été, Dar-El-Kamila, La Marsa Travaux d’entretien.
Direction des Finances (aujourd’hui ministère des Finances tunisien) aménagé dans un ancien souk par Giroud en 1892 (fig. 1) Extension du bâtiment sur l’arrière à l’emplacement d’un ancien cimetière. Construction d’un étage de bureaux disposés autour de deux patios symétriques. 1904
Institut Pasteur (pour la direction de l’Assistance et de la Santé) Construction ex-nihilo du bâtiment en style néo-mauresque à proximité du Jardin d’essai, près du parc du Belvédère. Agrandissement en 1908 par l’ajout d’un pavillon pour le concierge. 1904
Direction des Travaux publics (aujourd’hui Premier Ministère) (fig. 2) Extension dans la petite rue de la Kasbah. Installation de deux horloges adossées dans un cadre en bois tourné de style tunisien, visibles dans les deux directions de la rue. Réhabilitation des boutiques situées en face du bâtiment de la direction des Travaux publics dans un style traditionnel avec des devantures en bois peint (fig. 3). 1906
Poste de Bab-Souika (pour la direction des Postes) (fig. 5) Construction ex nihilo du bâtiment pourvu d’une « tour-clocher en forme de minaret d’une conception unique au Maghreb ». 1906 [détruit en 1986]
Collège Alaoui, pour la direction de l’Enseignement et des Beaux-arts (actuellement lycée Alaoui) (fig. 6) Construction ex nihilo du bâtiment (école primaire supérieure en partie professionnelle et école normale destinée essentiellement à former des maîtres tunisiens). 1906 [classé monument historique en 1992]
Pavillon de la maternité de l’hôpital civil (pour la direction de l’Assistance et de la Santé) Construction ex nihilo du bâtiment formé de deux grandes ailes à un niveau ouvrant leurs galeries sur un patio ouvert. 1908 [détruit en 2010]
Direction des Antiquités et Beaux-Arts Réaffectation de l’ancienne caserne du souk al-Attarine. Affectation d’une partie du bâtiment à la Bibliothèque française, embryon de la future Bibliothèque nationale de Tunisie. 1909
Direction de l’Agriculture et du Commerce (aujourd’hui ministère des Affaires religieuses) (fig. 4) Construction ex nihilo du bâtiment en style néo-mauresque à proximité de celui de la direction des Finances. 1910
Société française de secours aux blessés militaires Construction d’un dispensaire-école. inachevé en 1918

Figure 1 : Tunis, ministère des Finances, 1904, façade sur le boulevard Bab Bnet.

Figure 1 : Tunis, ministère des Finances, 1904, façade sur le boulevard Bab Bnet.

Les coupoles ont inspiré l’architecte Petrus Maillet au Collège Sadiki situé en face, de l’autre côté du boulevard Bab Benat. Le bâtiment a été surélevé d’un étage en 1915.

Source : en haut Paris (France), SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture du xxe siècle, 076Ifa108/29 ; en bas Fabienne Crouzet, 2012.

Figure 2 : Tunis, direction des Travaux publics, 1906, vue de la façade principale.

Figure 2 : Tunis, direction des Travaux publics, 1906, vue de la façade principale.

La partie construite par l’architecte commence avec la tour de de l’horloge (en bois tourné), et s’étend du côté de la mosquée Sidi Ben Arous dont on voit le minaret.

Source : Raphaël Guy, L’architecture moderne de style arabe, Paris : Librairie de la Construction moderne, [1920].

Figure 3 : Tunis, boutiques situées en face de la direction des Travaux publics à l’angle de la rue de la Kasbah et de la rue Ben Arous (1906).

Figure 3 : Tunis, boutiques situées en face de la direction des Travaux publics à l’angle de la rue de la Kasbah et de la rue Ben Arous (1906).

La colonne en pierre, le chapiteau, le parement de céramiques, les corniches en tuile vernissée, les fenêtres en arc outrepassé et les auvents en bois sont caractéristiques du style décoratif de R. Guy.

Source : Fabienne Crouzet.

Figure 4 : Tunis, direction de l’Agriculture et du Commerce, 1910, façade boulevard Bab Bnet.

Figure 4 : Tunis, direction de l’Agriculture et du Commerce, 1910, façade boulevard Bab Bnet.

C’est le premier bâtiment public qu’il a construit entièrement. Il a été immédiatement considéré par le journaliste Ch. Géniaux comme son chef d’œuvre. Les bureaux intérieurs du bâtiment sont éclairés par deux patios.

Source : Raphaël Guy, L’architecture moderne de style arabe, Paris : Librairie de la Construction moderne, [1920].

Figure 5 : Tunis, Bureau de Poste de Bab-Souika, 1906.

Figure 5 : Tunis, Bureau de Poste de Bab-Souika, 1906.
  • 35 Serge Santelli, Tunis, le creuset méditerranéen, Paris : Les Éditions du Demi-Cercle ; CNRS Édition (...)

Le bâtiment, détruit en 1986 porte une tour élégante que l’on retrouve aujourd’hui à l’entrée du port touristique de la Goulette où accostent les bateaux de croisière35.

Source : Raphaël Guy, L’architecture moderne de style arabe, Paris : Librairie de la Construction moderne, [1920].

Figure 6 : Tunis, Lycée Alaoui.

Figure 6 : Tunis, Lycée Alaoui.

Source : Fabienne Crouzet, 2013.

  • 36 « Il était par excellence l’architecte de Sfax » in Ridha Kallel, Bab-Bhar à Sfax. Histoire, mémoi (...)
  • 37 Le théâtre est inauguré le 22 janvier 1903. Tunis (Tunisie), Archives nationales de Tunisie, E621 (...)
  • 38 Tunis (Tunisie), Archives nationales de Tunisie, série M50012/0016 ; Paris (France), Institut fran (...)
  • 39 Sfax (Tunisie), Archives municipales Sfax, sans cote. Selon Jellal Abdelkafi, La médina de Tunis : (...)

14La forte empreinte de Guy ne se cantonne pas à Tunis. Elle est aussi très prégnante dans les deux plus grandes villes tunisiennes de l'époque, Sousse et Sfax, au point que Guy fut parfois surnommé l'architecte de Sfax36. Dans cette dernière ville, toutes ses réalisations sont localisées dans le second quartier européen, sur des terrains gagnés sur la mer. La plus ancienne d'entre elles est le premier théâtre municipal, achevé en 190337. Il ne reste rien aujourd'hui de l'édifice détruit en 1942 par des bombardements et reconstruit en 1954 à proximité de l’ancien par De Montaut, architecte de la reconstruction. De nombreux documents d’archives (plans, photographies, etc.)38 permettent de restituer son architecture. Il s’agit d’un théâtre à l’italienne enchâssé dans un écrin néo-mauresque. Mais l’édifice le plus célèbre de Guy à Sfax est sans aucun doute l’hôtel de ville, construit en 1905 et aujourd’hui devenu l'un des symboles de la ville. Ces deux bâtiments prestigieux, sans mitoyenneté, s’affichaient fièrement dans une artère large et rectiligne, l’avenue de Paris, partant de la gare et desservant la ville nouvelle39. Ils s'inscrivaient dans un ensemble visuellement cohérent avec l’immeuble Ben Rohmdane (Louis Queyrel arch., 1913) et l’immeuble de la Banque de Tunisie, autre réalisation de Guy légèrement postérieure (1916), et tranchant radicalement avec l'urbanisme de la médina à l'arrière.

  • 40 Paris (France), Institut français d’architecture, 076Ifa108/2 et 076Ifa1208/9 : palais de Justice, (...)

15À Sousse, alors deuxième ville du Pays après Tunis, Guy construit un palais de justice40 ainsi que la salle des fêtes ou casino municipal, puis l’hôtel de ville.

  • 41 Jellal Abdelkafi, op. cit. (note 39), p. 43.

16Guy a construit dans ces trois villes majeures, Tunis, Sfax et Sousse, des bâtiments dont la fonction était inédite dans la société traditionnelle tunisienne41. C’est aussi le cas dans des localités de moindre importance (Le Kef, La Marsa, Kebili, Kaalet-es-Senam, Mahdia, etc.) où, pour administrer au mieux le territoire, le pouvoir central fait édifier des écoles, des bureaux de poste, des prisons.

Liste des réalisations de R. Guy en dehors de Tunis

Ville Bâtiments Description sommaire Date
Sfax Théâtre municipal (fig. 7) Bâtiment massif à tour d’angle, aux murs ornés de plâtres à motifs géométriques, aux ouvertures rares. Porche bas de type gothique et ganaria sur façade principale. Décors intérieurs peints de style mauresque. Mobilier commandé à l’entreprise Thonet à Vienne. 1903 [détruit en 1942]
Sfax Hôtel de ville (fig. 8) Bâtiment à coupole au tracé inspiré de celui de la mosquée de Kairouan. Beffroi en forme de minaret dans l’angle nord. 1905
Sfax Direction régionale des Postes Bâtiment d’angle à pan coupé, fenêtres et porte en arc outrepassé au rez-de-chaussée, deux balcons à l’étage et des acrotères crénelés. 1907 [détruit en 2011]
Sfax Succursale de la Banque de Tunisie (fig. 9) Immeuble de rapport avec banque au rdc. Façade à quatre travées de loggias dont une en encorbellement, décor en plâtre sculpté ajouré. 1916 [classé monument historique en 1992]
Sousse Palais de Justice Bâtiment à coupole latérale avec sculptures en stucs et porche coloré en façades. En 1911, ajout à l’arrière du bâtiment d’une justice de paix. 1907 1911
Sousse Salle des fêtes ou casino municipal Bâtiment rectangulaire à un étage, avec terrasse à portique au rez-de-chaussée et loggia à l’étage. Décors polychromes. 1908 (extension 1944)
Sousse École de filles Bâtiment imposant à deux étages surmonté d’acrotères crénelés et de tuiles vernissées. Nombreux décors de céramiques encadrant le porche et la partie supérieure de la façade. 1908
Sousse Hôtel de ville Bâtiment en U ouvert sur la mer ; façade principale polychrome. Murs ornés de moulages de plâtre colorés formant des entrelacs, des frises, des rosaces et des rinceaux dans des nuances de couleurs pastel. Salles d’apparat au 1er étage : salle des conseils aux plafonds à caissons peints et salle des mariages aux parois couvertes de céramiques, parmi lesquelles des panneaux Qallaline anciens. 1911 (détruit durant la Seconde Guerre mondiale), reconstruit in situ
Le Kef Prison Établissement pavillonnaire pour hommes de 9 bâtiments de forme carrée, à cour centrale d’une capacité de 200 places, décors sur la façade principale et postérieure. 1906
Le Kef Direction des Travaux publics De style néo-mauresque, agrandi en 1925. 1911
Kébili École primaire Petit bâtiment de plain-pied avec préau, comprenant deux classes et le logement de l’instituteur. 1909
La Marsa École de filles [Absence de données]. 1908
La Marsa Bureaux de poste  Bâtiment à un étage avec balcon à solives et éventails, acrotères crénelés et fenêtres décorées d’engrenages. 1908
Kaalet-es-Senam Bureaux de poste (seule construction non néo-mauresque) Bâtiment situé dans une région montagneuse, enneigée en hiver. Aile du bâtiment surmontée d’un œil de bœuf ; corbeaux de débord du toit taillés en pointe de diamant. 1908
Djemal Bureaux de poste  Bâtiment à intérieur et extérieur néo-mauresques, construit sur les ruines d’une ancienne huilerie ; bureaux au rez-de-chaussée, appartement du receveur à l’étage. 1911
Mahdia Bureau des douanes Extension du bureau situé face au port ; ajout d’un bâtiment rectangulaire de plain-pied avec décors néo-mauresques. 1910

Figure 7 : Sfax, Théâtre municipal de Sfax, façade principale, détail.

Figure 7 : Sfax, Théâtre municipal de Sfax, façade principale, détail.

Une tour est placée à l‘angle. Le caractère imposant est adouci par la porte en plein-cintre. La présence d’une ganaria à moucharabiehs à droite apporte une fantaisie toute théâtrale à l’édifice. L’intérieur est un théâtre à l‘italienne.

Source : Raphaël Guy, L’architecture moderne de style arabe, Paris : Librairie de la Construction moderne, [1920].

Figure 8 : Sfax, Hôtel de Ville, détail de la façade principale, avec son dôme et son minaret.

Figure 8 : Sfax, Hôtel de Ville, détail de la façade principale, avec son dôme et son minaret.
  • 42 Tunis (Tunisie), Archives nationales de Tunisie, série M M3 7 /77. Note du 9 juin 1911 du directeur (...)

À l’intérieur, les murs ornés de moulages de plâtre colorés forment des entrelacs, des frises, des rosaces et des rinceaux dans des nuances de couleurs pastel. Salles d’apparat au 1er étage : salle des conseils aux plafonds à caissons peints et salle des mariages aux parois couvertes de céramiques, parmi lesquels des panneaux Qallaline anciens42.

Source : Raphaël Guy, L’architecture moderne de style arabe, Paris : Librairie de la Construction moderne, [1920].

Figure 9 : Sfax, Banque de Tunisie.

Figure 9 : Sfax, Banque de Tunisie.

Source : Fabienne Crouzet.

17L'activité de Guy ne se limite pas à l’architecture. Il s'implique également dans la réalisation des décors et du mobilier pour un certain nombre de bâtiments comme le tribunal de Sousse. Il effectue ponctuellement des missions liées à sa qualité d'architecte en chef : il est membre du jury de la sélection de l’architecte de l’hôtel de ville de Bizerte en 1905, puis membre de la commission de 1909 modifiant les attributions des services des Bâtiments civils en matière de construction. En tant qu’architecte officiel, il réalise les pavillons tunisiens de deux expositions universelles, à Liège en 1905, et à Bruxelles en 1910, avant de réaliser celui de Gand en 1913, après son départ de la direction des Travaux publics.

Raphaël Guy et l’introduction en Tunisie de techniques de construction modernes

  • 43 Le système mis au point par la firme Hennebique pour la fabrication du béton armé fut l’un des plu (...)
  • 44 Intervention d’Ahmed Zaouche dans l’émission Culture d’Islam enregistrée le 3 février 2012.
  • 45 Comme en témoigne l’architecte Benoît à propos de son projet de théâtre à Sfax, le 27 octobre 1900 (...)

18L’œuvre de Raphaël Guy contribue à la diffusion de nouvelles techniques de construction en Tunisie. En effet l’architecte utilise le béton de ciment armé tant dans ses constructions publiques que privées, adoptant le plus souvent le procédé Hennebique43, et ce, avant même sa diffusion en France. « C’est l’une des premières fois dans le monde que l’usage à échelle industrielle du béton armé fut systématique par le recours au procédé Hennebique consistant à fabriquer en série des piles porteuses, des poutres en T, des dalles, etc. Ce fut là un vaste champ d’expérimentation technologique » écrit Ahmed Zaouche44. Ainsi, le choix d’une esthétique traditionnelle s’accompagne-t-il d’une modernité technique. Le béton de ciment armé est constitué d’un agrégat de sable, gravier, coulé dans des coffrages avec des armatures en acier. Ce procédé novateur permet de s'affranchir de certaines contraintes formelles, par exemple pour la construction des coupoles. Il est aussi utilisé pour la réalisation des planchers. Rapide à mettre en œuvre il permet donc une grande liberté de forme tout en réduisant le prix de revient des bâtiments45. Cependant, il implique l'importation depuis la France du fer rond qui en constitue l'armature, ce qui n'est pas sans causer de difficultés.

  • 46 L’Institut français d’architecture (Paris, France) conserve d’ailleurs, dans le Fonds Hennebique, (...)
  • 47 Béton armé, revue mensuelle, technique et documentaire des constructions en béton armé, système He (...)

19Dans son activité publique et privée, Guy collabore très fréquemment avec Barthélémy Reymond, ingénieur-architecte belge représentant la société Hennebique en Tunisie et en Algérie46. Suivant la procédure établie par la maison mère à Paris, les projets conçus par Guy et son associé sont transmis à Paris, où sont élaborés les plans techniques et calculée la classe de résistance du béton armé. Il y a ensuite une communication régulière par lettres ou télégrammes, durant la tenue du chantier entre l’ingénieur, l’architecte, l’entreprise de maçonnerie concessionnaire Hennebique à Tunis (Jean-Pierre Peloni puis Pascal Fornacciari), et François Hennebique et ses associés en métropole. Certaines réalisations sont ensuite publiées dans la revue Béton armé de l'entreprise, nous fournissant une intéressante description des chantiers de Guy. Un article détaille ainsi les conditions climatiques difficiles dans lesquelles a été construite la coupole du palais de justice de Sousse pendant l’été 190647.

  • 48 Tunis (Tunisie), Archives nationales de Tunisie, série M5 00/12/0016/0028, 30 octobre 1915.
  • 49 Paris (France), Institut français d’architecture, Fonds Hennebique, 076Ifa2625/16 BAH-25-1917-3559 (...)
  • 50 Sur les plans de leurs projets communs de 1913 et 1914 figure leur tampon d’« architectes-ingénieu (...)

20Plusieurs incidents remettent cependant en question la qualité de ce matériau ou de sa mise en œuvre. En décembre 1906, le plancher du pavillon G de la prison du Kef, alors tout juste achevé, s’écroule. L’entrepreneur met en cause la mauvaise qualité des sables et des graviers utilisés et les malfaçons du concessionnaire. En 1915, la coupole de l’hôtel de ville de Sfax présente des fissures inquiétantes48. Des défauts constatés sur des cuves à vin construites pour la compagnie anglaise Wood à Tunis valent, en 1917-1918, un procès à l'architecte et à son collaborateur49. Les deux hommes sont alors associés dans la même agence rue d’Italie50.

Un architecte en exercice libéral

  • 51 Hafsia Nazli, Les premiers modernistes tunisiens. Abdeljelil Zaouche, 1873-1947, [Tunis] : MIM, 20 (...)
  • 52 Cette villa ne doit pas être confondue avec la Villa Baizeau-Le Corbusier à Carthage, plus tardive
  • 53 Jugement d’adjudication sur licitation rendu en l’audience des criées du Tribunal civil de Tunis d (...)
  • 54 Victor Valensi, L’habitation tunisienne, op. cit. (note 3).

21Parallèlement à son activité au sein de la direction des Bâtiments civils, Raphaël Guy poursuit une activité d’architecte privé, réalisant notamment des villas pour l’élite tunisienne et européenne. On connaît peu les commanditaires de ces maisons, à l'exception d'Abdeljelil Zaouche51, propriétaire de la villa Zaouche (fig. 10) et de la villa Ben Mahmoud construites en 1905 près du parc du Belvédère. Zaouche est un homme politique, homme d'affaires, journaliste et intellectuel issu de la haute bourgeoisie tunisoise. Imprégné de culture française, il se bat pour la reconnaissance des droits politiques et de l’identité des Tunisiens. La villa qui porte son nom est le symbole de cette hybridité culturelle. Parmi les autres villas attribuées à Guy on compte la Villa Guesnon (fig. 11), la Villa Baizeau52 de l’entrepreneur Lucien Baizeau, la Villa Maggi de Raymond Maggi. Guy construit aussi sa propre résidence secondaire, la Villa Guy (figs. 12 et 13), vendue par son épouse Louise Sablé-Guy en 191953 et acquise par le docteur Patricot, chirurgien-dentiste. Agrandie par Victor Valensi entre 1920 et 1923, la maison figure dans l’ouvrage de Valensi, L’Habitation tunisienne54, sous le nom de Villa Patricot.

Figure 10 : Tunis, Villa Zaouche, façade principale.

Figure 10 : Tunis, Villa Zaouche, façade principale.

Abdeljallil Zaouche est un notable tunisien, à la fois homme d’affaires, intellectuel et promoteur d’une évolution plus égalitaire du statut des Tunisiens.

Source : Raphaël Guy, L’architecture moderne de style arabe, Paris : Librairie de la Construction moderne, [1920].

Figure 11 : Sidi-Bou-Saïd, Villa Guesnon, façade principale et plan du rez-de-chaussée.

Figure 11 : Sidi-Bou-Saïd, Villa Guesnon, façade principale et plan du rez-de-chaussée.

La villa se situe sur un promontoire et donne à voir sur toute la baie de Tunis et celle de La Marsa. Elle combine la modernité et la fonctionnalité de la villa à l’européenne, avec notamment les stores en bois et les éléments de décor tunisiens traditionnels. On remarque l’utilisation de l’angle à pan coupé à l’arrière de la villa.

Source : Raphaël Guy, L’architecture moderne de style arabe, Paris : Librairie de la Construction moderne, [1920].

Figure 12 : La Marsa, Villa Guy, 1908, vue de la façade côté mer.

Figure 12 : La Marsa, Villa Guy, 1908, vue de la façade côté mer.

La terrasse en est l’espace majeur tant elle rassemble de nombreux éléments mauresques : la colonne des lieux saints, la toiture à couverture de tuiles vernissées, les plafonds à caissons, les carreaux de céramique sur les murs complétés par les décors de plâtre. La maison a été détruite en 2004.

Source : Raphaël Guy, L’architecture moderne de style arabe, Paris : Librairie de la Construction moderne, [1920].

Figure 13 : La Marsa, Villa Guy, 1908, vue du salon et de la salle à manger.

Figure 13 : La Marsa, Villa Guy, 1908, vue du salon et de la salle à manger.

Les meubles sont en bois tournés blancs.

Source : Raphaël Guy, L’architecture moderne de style arabe, Paris : Librairie de la Construction moderne, [1920].

Liste des villas construites par R. Guy

Nom de la villa Ville Description sommaire Date
Villa Guesnon (fig. 11) Sidi Bou Saïd Vaste villa à la spatialité européenne. Nombreux éléments néo-mauresques : angle à pan coupé, décors de plâtres, baies en arc outrepassé, loggia, tour-escalier… Vue panoramique sur Carthage et la baie de Tunis. 1903
Villa Zaouche (fig. 10) Tunis (rue Alain-Savary) Villa à patio fermé et décoré de façon traditionnelle ; escalier dans tour ; baies en arc outrepassé ; ganaria ; frises de carreaux de céramique sur la façade et le mur de clôture. 1905
Villa Guy ou « Dar-ed-Dehech » (Maison enchanteresse) (figs. 12 et 13) La Marsa Petite maison de villégiature de la famille Guy en bordure de plage. Synthèse de « l’esprit Guy » : richesse des décors néo-mauresques à l’extérieur (carreaux, plâtres, porte, poutres et tuiles vernissées de la terrasse) et simplicité des décors et du mobilier en bois tourné à l’intérieur. 1908 (détruite en 2004)
Villa Baizeau Tunis Vaste villa familiale de plan européen. Véranda à décors de panneaux de céramique surmontée d’une terrasse ; acrotères crénelés ; frises de céramiques et tuiles vernissées au-dessus des fenêtres. 1912 (détruite en 2010)
Villa Maggi Non localisée Villa à fonctions résidentielle et professionnelle. Décor raffiné sur toutes les façades, condensé des décors de Guy, hormis l’absence de céramiques. Escalier dans tour. 1912

Une figure majeure de l’orientalisme architectural en Tunisie

  • 55 « Dans le domaine architectural, Raphaël Guy ne peut pas être considéré comme le précurseur, son œ (...)
  • 56 Ibid.
  • 57 Charles Geniaux, « L’œuvre artistique du gouvernement tunisien », Béton armé, revue mensuelle, tec (...)
  • 58 On notera ici que dans l'Algérie voisine, c’est à partir de 1904 seulement que les directives du g (...)

22Raphaël Guy n’est pas l’introducteur du style néo-mauresque en Tunisie. Comme le souligne Faïza Matri55, d’autres bâtiments comme le lycée Carnot56 (1882), le casernement des zouaves (édifié en 1884 dans la citadelle de la Kasbah), ou encore le collège Sadiki construit en 1897, ont été réalisés dans ce style avant son arrivée. Cependant, cet orientalisme va nourrir tout son œuvre, faisant de son nom le synonyme de l'art néo-mauresque tunisien : « Mais il fallait trouver l'artiste qui donnerait toute son expression à ce mouvement en faveur du vieil art arabe. Pour la bonne fortune de la Tunisie, un architecte éminent et jeune, M. Guy, fut choisi par le gouvernement du Protectorat et se mit à la besogne avec la vaillance d'un maître de l'œuvre gothique. (…) »57. C’est ainsi que le journaliste et romancier Charles Géniaux, breton comme lui, orientaliste à la fois promoteur de la colonisation agricole en Algérie et Tunisie, et proche des mouvements nationalistes tunisiens, lui rend hommage, en 1911, au moment où Guy quitte la direction des Travaux publics. Sa charge d'architecte en chef et le nombre conséquent de bâtiments officiels édifiés par lui, dans ce style, achèveront d'en faire l'expression officielle de l'œuvre coloniale en Tunisie, bien qu'il n'y ait aucune directive officielle à ce sujet58.

Un manuel d'architecture néo-mauresque : L’architecture moderne de style arabe59

  • 59 Voir supra.
  • 60 Il porte en sous-titre « Première série ». « Cet ouvrage, consacré plus spécialement à reproduire (...)
  • 61 « Le présent ouvrage a pour but d’exposer l’adaptation du style arabe traditionnel aux édifices mo (...)
  • 62 Guy est qualifié d’« architecte-expert », Ibid.
  • 63 Victor Valensi, L’habitation tunisienne, op. cit. (note 3).
  • 64 Quatre planches sur le palais de justice de Tunis et une sur la restauration de la porte de Bab-el (...)

23En 1920 paraît de manière posthume L’architecture moderne de style arabe aux éditions de la Librairie de la Construction moderne (fig. 14). Cet album de « 48 planches en phototypie avec texte et 12 planches au trait au format 38 x 50 », est présenté comme le premier d’une collection60. Son but est de dresser un panorama pour les professionnels, mais aussi pour les amateurs avertis et les curieux, de la création architecturale contemporaine de style néo-mauresque, publique et privée, en Tunisie61. La documentation, des plans, coupes et photographies, a été rassemblée par Guy62, en partie pendant la guerre, certaines photographies montrant par exemple la salle des mariages de l’hôtel de ville de Sousse transformée en hôpital provisoire pour soldats en convalescence. L’ouvrage présente 27 édifices, bâtiments officiels et villas, non datés, dont plus de la moitié sont de l’auteur et de son collaborateur Barthélémy Reymond. L’autre moitié des édifices choisis par l'auteur est constituée d’exemples variés de constructions néo-mauresques de plusieurs de ses confrères de Tunisie, qui, contrairement à lui, ont par ailleurs, construit dans d’autres styles. Il s'agit des architectes Patriarche, Valensi63, Giroud, Guesnier, Maillet et Resplandy dont l’œuvre est très représentée64. À ce titre, l’ouvrage de Guy se distingue de celui de Victor Valensi, plus tardif, qui présente uniquement ses réalisations personnelles d’architectures domestiques, ainsi que quelques références aux décors de certaines salles du palais du Bardo. Dans son manuel, Guy inclut plusieurs édifices antérieurs à son activité, comme la restauration de la porte de Bab-el-Khadra (1892) ou le collège Sadiki (1897). L’introduction générale, que l'on ne peut attribuer avec certitude à Guy, fait l’éloge de cette architecture mais sans en préciser réellement les sources d’inspiration ni expliciter la démarche de l’architecte. L’objectif de l’album est de donner à voir, sur plus d’une vingtaine d’années, une architecture contemporaine (aux fonctionnalités et plans européens) renouvelée par une esthétique locale (arabe), dans le contexte du mouvement régionaliste. Guy a réuni ce qu’il devait considérer comme le plus représentatif et le plus varié du style néo-mauresque tunisien. En ce sens, l’ouvrage est un véritable manifeste de l’arabisance en Tunisie, montrant la réussite, outre-mer, d’une alternative à l’éclectisme de la métropole.

Figure 14 : première page intérieure de L’architecture moderne de style arabe.

Figure 14 : première page intérieure de L’architecture moderne de style arabe.

Source : Raphaël Guy, L’architecture moderne de style arabe, Paris : Librairie de la Construction moderne, [1920].

Un architecte engagé dans le renouveau des arts traditionnels

  • 65 En 1909, le rapport au président de la République encourage encore l’utilisation, certes onéreuse, (...)
  • 66 Mais aussi de l’artisanat des tapis (essentiellement de Kairouan), de la poterie d’art (de Tunis e (...)
  • 67 Salah Belfitah, Jeanne Mouliérac, Alain Loviconi et Dalila Loviconi, La céramique de Qallaline, La (...)
  • 68 Rapport au président de la République sur la situation en Tunisie, 1909, p. 123-124.

24Participant de cette même démarche, Raphaël Guy montre également un fort engagement pour le renouveau des arts traditionnels tunisiens, sur lesquels repose en parti le pittoresque du style néo-mauresque promu dans son ouvrage. À son arrivée en 1900, la situation est encore assez critique bien que plusieurs initiatives aient été prises pour relancer l'artisanat traditionnel. En effet, dès la fin du xixe siècle, le service des Bâtiments civils est confronté à la rareté des matériaux anciens, notamment des carreaux de céramique, destinés à orner les nouvelles constructions, en remploi65. Il est difficile aussi de trouver des céramistes et des artisans d’art en sculpture sur plâtre (nakch hdida), en ébénisterie et en menuiserie66. Depuis le milieu du xixe siècle, ces derniers sont en effet victimes de la concurrence des productions industrielles françaises ou italiennes ainsi que des transformations des modes de consommation des populations aisées. Les savoir-faire se perdent. Pour remédier à ce problème, et avec le soutien de la direction de l’Agriculture et du commerce, des Tunisiens et des Français se lancent à la fin du xixe siècle, à Tunis et à Nabeul, dans la production de poterie d’art et la reproduction d’anciens carreaux en conduisant une recherche sur la technique des émaux plombo-stannifères et du bleu cobalt des céramiques hafsides et ottomanes67. La direction de l'Enseignement met en place des sections professionnelles pour former à ces savoir-faire de jeunes artisans tunisiens. Elle crée une « Commission de relèvement des arts indigènes », dont font partie Raphaël Guy et Abdeljelil Zaouche. Cette dernière est chargée « d'étudier le relèvement des industries d'art indigènes, principalement le tissage des tapis de Kairouan, les poteries de Nabeul, la sculpture d'arabesques sur plâtre (nakch hdida), l'ébénisterie arabe, les cuivres ouvrés »68. La commission organise, dans un palais attenant au Musée archéologique du Bardo, un nouveau musée spécialement réservé à l’art arabe. Elle y installe des ateliers formant de jeunes apprentis aux arts des plâtres découpés, des carreaux de faïence et de la poterie.

  • 69 « La Commission des arts indigènes a opéré ici comme pour les tapis. Elle a fait relever et groupe (...)
  • 70 « M. Guy fut l'animateur, pendant une quinzaine d’années, de la poterie décorée ; il sut encore, n (...)
  • 71 Sur les Chemla, voir Jacques Chemla, Monique Goffard et Lucette Valensi, Un siècle de céramique d' (...)
  • 72 Aujourd’hui, les carreaux Chemla sont présents à l’hôtel de ville de Santa Fe, au théâtre de Santa (...)

25Outre sa participation à la commission de relèvement des arts indigènes, Guy assure, durant quinze ans, la « direction artistique » d’un groupe de jeunes potiers69. L’équipe dispose d’albums contenant les relevés des vases conservés au musée du Bardo, ainsi que des collections de toutes les productions artistiques du pays, classées en séries « méthodiquement conservées et exposées »70. Guy noue une relation professionnelle et amicale très forte avec la famille Chemla dont le père, Jacob (1857-1938), est un maître potier actif dans le quartier des potiers de Bab-el Khadra à Tunis. C'est à lui que Guy fait appel pour le décor de plusieurs édifices, le théâtre de Sfax, l’Institut Pasteur, la villa Zaouche, les bâtiments de la direction de l’Agriculture, et le collège Alaoui71. De plus, Guy soutient financièrement la famille qui s’installe à Nabeul puis à La Goulette, et contribue ainsi à un renouveau de la céramique artistique tunisienne qui rayonnera au-delà de la Tunisie, en France et aux États-Unis dans les années vingt et trente72.

  • 73 « […] des étudiants de la Khaldounia, cette annexe moderne de l'Université musulmane, sont devenus (...)

26L’enseignement moderne de la Khalduniyya, l'école d'enseignement supérieur créée à Tunis en 1896, dont le but est de compléter et élargir les domaines de connaissance des étudiants de la Grande mosquée, la Zitouna, a permis aussi à des étudiants tunisiens de s’orienter vers une formation moderne en architecture, donnée par Guy73.

L’art néo-mauresque de Raphaël Guy

  • 74 Maison du caïd de Sfax située dans la Médina.
  • 75 Soumission de Geslin, menuisier-ébéniste 13 septembre 1902, Tunis (Tunisie), Archives nationales d (...)
  • 76 C’est la démarche aussi de l’architecte et archéologue spécialiste d’art islamique de Tunisie Henr (...)
  • 77 Charles Geniaux, « L’œuvre artistique du gouvernement tunisien », op. cit. (note 57).
  • 78 Ibid.
  • 79 Voir à ce sujet le palais du Bardo et le salon de la villa Zaouche in Raphaël Guy, op. cit. (note  (...)

27La préface de L’architecture moderne de style arabe n’explicite pas la démarche de Raphaël Guy, et aucune archive privée de l’architecte ou de son agence n’est actuellement connue, nous privant ainsi de clefs de lecture de son œuvre. On l'entrevoit toutefois en 1902, à l’occasion de la réalisation des boiseries de la ganaria située sur la façade principale, à droite du porche d’entrée, du théâtre de Sfax (fig. 15). Guy commande au menuisier Geslin de Tunis, des « panneaux semblables aux panneaux du lit décoratif de la Driba74 de Sfax : un arc soutenu par des colonnettes ornées de motifs décoratifs arabes dont les détails seront fournis par l’architecte »75. Ainsi Guy s’inspire-t-il de décors locaux, ici, comme souvent, un bâtiment de prestige dont il copie in situ des motifs qu’il agence et adapte ensuite librement76. Charles Géniaux le confirme : « M. Raphaël Guy s’inspire exclusivement des anciens monuments arabes-berbères de la Régence. L’exquis minaret de Sidi-ben-Arous, la puissante tour carrée de la Mosquée de l’Olivier brodée de pierre dorée, les façades de certains logis de la rue des Andalous, aux gracieuses portes décorées d’arabesques en clous, les sobres sculptures sur pierre à Gabès, les patios émouvants et sveltes de Sfax, (…), beaucoup de palais, de mosquées aux stucs ajourés et aux céramiques fraîches comme des prairies en fleurs, ont été passionnément étudiés par M. Guy »77. Le terme de néo-mauresque, on parle à l’époque d’art franco-tunisien, renvoie cependant aussi chez Guy à des hybridités culturelles diverses, nées de brassages de civilisations sur le sol tunisien, et d’emprunts faits à d’autres cultures méditerranéennes. C’est le cas des décors du minaret de l’hôtel de ville de Sfax évoqués par Géniaux 78 ou de la loggia à l’italienne de la villa Ben Mahmoud. C’est le cas aussi des décors des salles d’apparat tunisiennes, déjà hybrides, qui empruntent à l’Europe les sièges Grand siècle français et les lustres en cristal79.

Figure 15 : Sfax, théâtre municipal, détail des décors de la ganaria sur la façade.

Figure 15 : Sfax, théâtre municipal, détail des décors de la ganaria sur la façade.

Raphaël Guy s’est inspiré des décors des bois tournés des lits de la Driba de Sfax (aujourd’hui Dar Djellouli).

Source : Sfax (Tunisie), Archives municipales.

  • 80 Voir Denis Lesage in François Béguin, Arabisances, op. cit. (note 32), p. 145. Sur le terme arabis (...)
  • 81 Voir l’actuelle salle Virgile du musée du Bardo.
  • 82 Photographie d’un plafond du Dar-el-Bey in Victor Valensi, L’habitation tunisienne, op. cit. (note (...)

28L’arabisance étant un style à la fois architectonique et décoratif, il n’est pas toujours simple d’en séparer les deux aspects80. Suivant la définition de Denis Lesage, on peut en repérer des « points de fixation » majeurs dans l'œuvre de Guy  : l’espace peut s’organiser autour d’un ou plusieurs patios, comprendre une tour, en forme ou non de minaret, qui contient souvent l’escalier, un dôme qui apporte un volume particulier à l’intérieur de l’édifice. Ce sont aussi des détails architecturaux qui confèrent à une construction son caractère mauresque : un angle à pan coupé (direction de l’Agriculture et du commerce, direction des Postes de Sfax, villa Guesnon), le toit-terrasse, les acrotères, les corniches souvent à tuiles vernissées, les fenêtres, les porches et portes d’entrée aux motifs cloutés en arc outrepassé, un encadrement des ouvertures en marbre de Keddel ou en pierres roses de Gabès (hôtel de ville de Sfax), les grilles, souvent renflées, à l’andalouse, les moucharabiehs posés sur les ganarias ou sur des baies vitrées, ou une adaptation européenne des ganarias, les balcons, les auvents en bois tourné et à tuiles plates au-dessus des ouvertures, les décors de céramique, des décors de cabochons en céramique (villa Zaouche), ou encore les modénatures en plâtre sculpté. Tous ces éléments sont combinés en fonction du type de bâtiment et de l’effet attendu. Certains décors traditionnellement réservés à l’intérieur des bâtiments sont placés en façade : c’est le cas des plâtres sculptés, parfois colorés, qui parent les constructions de prestige ou de loisirs (hôtels de ville, théâtre, palais de justice). Dans d’autres cas, ces décors sont maintenus à l’intérieur comme dans les vestibules à coupoles des hôtels de ville de Sfax et de Sousse dont les pendentifs sont travaillés à la manière de ceux du palais du Bardo81. Les carreaux de céramiques des parois des patios des riches maisons sont déclinés dans des salles intérieures (les salles de mariages de ces mêmes hôtels de ville, salon de la villa Zaouche), certaines terrasses (villa Guy) ou vestibules (pavillon du concierge de l’Institut Pasteur), ou bien ils apparaissent en frise autour de portes d’entrée ou de fenêtres. Dans les salles d’apparat des hôtels de ville, on retrouve l’agencement précis des salles d’apparat beylicales ou caïdales : de haut en bas, un plafond en bois à solives peint, une corniche, une frise de nakch hdida en plâtre percée de fenêtres ajourées surmontant des panneaux de carreaux Qallaline (parfois peints), le sol en marbre. La terrasse couverte de Dar-ed-Dehech présente une synthèse de ces décors : hormis la toiture en génoise de tuiles vernissées arrondies et la colonne d’angle aux couleurs torsadées vert, rouge et blanc, décors extérieurs caractéristiques des lieux saints et des hammams, on retrouve l’ornementation des salles d’apparat beylicales. Autre variante, à l’intérieur de la villa Zaouche, le plafond de la salle à manger est peint de motifs géométriques dorés et colorés sur fond noir, sur le modèle d’une salle du palais du Bardo82.

29Dans le mobilier et les objets décoratifs, Guy reprend la même hybridité : toujours dans la villa Zaouche par exemple, les murs du salon-patio sont couverts de carreaux de faïence du potier Chemla dans les tons de bleu rappelant les patios des maisons de la médina ; les sièges sont tapissés de motifs géométriques et floraux de style arabe, une niche est décorée de plâtres sculptés encadrés d’un décor calligraphié (texte : « Wa lā gāliba illā-llāh » « Il n’y a de victorieux que Dieu », devise des princes nasrides présente sur les murs de l’Alhambra de Grenade. Cette devise est écrite sur le pourtour, soit plusieurs fois : deux fois à droite et deux fois à gauche, trois fois en haut, trois fois en bas), accompagnée de motifs végétaux, dorés sur fond blanc. Ces décors sont associés à un lustre en cristal de style européen. Si le mobilier du palais de justice de Sousse reprend le modèle de celui des tribunaux de la métropole, c’est cependant une banquette traditionnelle en marbre dite dukkana qui accueille le visiteur dans le hall. Enfin l’architecte présente dans son ouvrage l’intérieur à la fois simple et raffiné de sa maison de villégiature de La Marsa : des tapisseries et tentures fleuries européennes mêlées à des meubles blancs en bois tourné, table, chaises, sellette, divan et à une lampe de mosquée (fig. 16). C:\Users\cvogel\Desktop\ABE 13\icono\br\wip_figure.16.jpg Figure 16 : Tunis, le patio de la Villa Zaouche.

Figure 16 : Tunis, le patio de la Villa Zaouche.

Figure 16 : Tunis, le patio de la Villa Zaouche.

Source : Raphaël Guy, L’architecture moderne de style arabe, Paris : Librairie de la Construction moderne, [1920].

La réception de l’œuvre de Raphaël Guy hier et aujourd’hui

  • 83 Dans Paul Lambert, Dictionnaire illustré de la Tunisie, op. cit. (note 5), p. 218, il apparaît com (...)
  • 84 « Cet hôtel de ville serait un chef-d'œuvre, si son minaret, utilisé comme tour de l'horloge, avai (...)
  • 85 Léandre Vaillat, Le Collier de jasmin, Paris : Flammarion, 1924.
  • 86 Serge Santelli, « Tunis la blanche », op. cit. (note 1), p. 87-88.
  • 87 Ibid.
  • 88 André Duran-Angliviel, « La Tunisie à Gand », La Dépêche tunisienne, 19 septembre 1913. Avocat au (...)
  • 89 Ibid.

30Notre connaissance de la réception de l'œuvre de Raphaël Guy de son vivant est faussée, tronquée dans la mesure où elle n'émane que des milieux favorables à la colonisation, tant en Tunisie qu'en France. Seules les commandes privées de la famille Zaouche témoignent d’un accueil favorable d’une partie de la bourgeoisie tunisoise. Dans ce milieu circonscrit auquel appartient l’architecte83, son œuvre rencontre un certain succès. Parmi les plus enthousiastes se trouve Charles Géniaux qui voit dans les monuments de l’architecte « les symboles de la politique d’association ». L'œuvre de Guy est reconnue par le pouvoir colonial : il reçoit le titre de commandeur du Nichan-Iftikhar et est décoré de la médaille du Mérite agricole. Sa notoriété est telle qu’à ses obsèques, de nombreuses personnalités françaises et tunisiennes sont présentes ou représentées. Mais cet enthousiasme n'est pas partagé par tous au sein de la bourgeoisie française et certaines réalisations suscitent des critiques y compris chez ses défenseurs. Ainsi, pour la tour-minaret de l’hôtel de ville de Sfax, Géniaux reproche à Guy, de l’avoir malencontreusement placée à l’angle du bâtiment, et de ne pas avoir compris ainsi « le génie des constructeurs arabes »84. En 1924, l’écrivain Léandre Vaillat dans son ouvrage Le Collier de jasmin fustige le détournement architectural et culturel opéré par ce minaret : « Pourquoi un minaret ? Mais le minaret, dans la pensée du musulman, est réservé à la mosquée, comme le clocher dans nos villages, à l’église… Si nous construisons, nous autres européens, un édifice public dans une ville musulmane, que ce soit véritablement dans l’esprit des choses musulmanes ! » 85. Serge Santelli interprète cette critique comme « une réaction rationaliste à l’arabisance défendant un minimum de décence sémantique entre la fonction de l’édifice et son style » selon lequel « à chaque type d’édifice devait correspondre en effet un style particulier dont le langage semblait le mieux exprimer la fonction et le contenu de l’édifice », dans une vision éclectique de l’architecture86. En 1913, le pavillon construit par Guy à l’Exposition universelle de Gand, pavillon commun à l’Algérie, la Tunisie et au Maroc, est également très critiqué87 par André Duran-Angliviel de La Dépêche tunisienne88. Cependant, plus qu’une critique de l’architecture du pavillon, l’auteur dénonce surtout le mauvais choix de Guy pour son implantation, « dans un écrin de verdure » mais à l’écart du passage, qui serait la cause de son échec commercial. L’architecte est accusé d’avoir voulu « faire valoir ses talents89 » au lieu de se préoccuper « de collaborer le plus efficacement possible à l’œuvre de vulgarisation commerciale, agricole et industrielle à laquelle le Gouvernement du Protectorat convie les initiatives privées ».

  • 90 Charles Bilas écrit à propos de la nouvelle façade : « Mais sa veine […] ne possède pas l’authenti (...)
  • 91 Voir Gabriel Dolot in « L’architecture moderne à Tunis », Revue tunisienne, vol. 27, n° 138, 1920, (...)
  • 92 En témoignent des articles publiés dans le Bulletin mensuel de l’Office du Protectorat français en (...)
  • 93 François Béguin, Arabisances, op. cit. (note 32).
  • 94 Ibid., p. 55 et 61.
  • 95 Comme l’aurait fait l’architecte Jacques Guiauchain en Algérie.
  • 96 Ibid.

31La postérité de son œuvre est cependant négligeable. Elle est aujourd'hui peu étudiée et nombre de ses réalisations ont été détruites ou si transformées qu’elles sont difficiles à appréhender. Le bâtiment de la direction des Finances a été surélevé d’un étage en 1910, puis d’un étage supplémentaire en 1915 sur le boulevard Bab-Benat. Les architectes des Bâtiments civils ajoutent alors des acrotères crénelés au sommet des murs et multiplient les petites baies en forme de fer à cheval dans un style néo-mauresque outré par rapport à celui ébauché par Guy90. D’autres transformations rendent au contraire son architecture plus austère, comme la surélévation de l’édifice de la direction de l’Agriculture qui supprime la coupole. Pourtant, dans les années 1920 encore, Guy reste une référence en matière de style néo-mauresque, notamment dans les écrits du général Dolot91 et certaines revues s’attachent à rappeler son rôle dans le développement de la céramique artistique92. C’est dans les années 1980 que François Béguin93 s’intéresse au style de Guy alors tombé en désuétude. Il y voit une arabisance d’un genre nouveau, qui cherche à « dégager des caractères spécifiques au sein d’un genre »94, et non plus à reproduire en totalité un monument remarquable95. Son analyse inaugure une comparaison fréquente ensuite entre les ouvrages sur l’architecture néo-mauresque de Guy et Valensi. Béguin distingue les deux démarches, en évoquant chez Guy « des caractères généraux qui sont repérés – un plan simple, une ossature très légère, une utilisation des céramiques dans la décoration » et des « caractères régionaux » chez Valensi, notamment dans les « différences entre les encadrements de portes à Tunis et à Sfax »96. Il évoque le caractère plus « mécaniste » des emprunts à l’architecture arabe traditionnelle chez Guy que chez Valensi.

  • 97 Leila Ammar, Histoire de l’architecture en Tunisie de l’Antiquité à nos jours, Sidi Bou Saïd : ENA (...)
  • 98 Ahmed Zaouche, « L’aventure arabisante en Tunisie », op. cit. (note 4), p. 43.
  • 99 Ibid., p. 44.
  • 100 Charles Bilas, Tunis, l’Orient de la modernité, op. cit. (note 79), p. 43.
  • 101 Voir les thèses de Nabila Oulebsir, Les usages du patrimoine, op. cit. (note 58) et Faïza Matri, L (...)
  • 102 Christian Attard et Gérard Bacquet, Sfax : 1881-1956, Tunis : Sud Éditions, 2005 ; ainsi que Sémia (...)
  • 103 Christophe Giudice, La construction de Tunis « ville européenne » et ses acteurs de 1860 à 1945, t (...)
  • 104 Voir le colloque international « Arabisance et néo-mauresque », op. cit. (note 80), le colloque «  (...)

32L'historiographie récente reconnaît aujourd'hui en Raphaël Guy un architecte important. Son œuvre et l’orientalisme architectural de manière plus générale, trouvent leur place dans une Histoire de l’architecture en Tunisie de l’Antiquité à nos jours de Leila Ammar 97. Selon Ahmed Zaouche, Guy a été « soucieux de renouveler le répertoire décoratif local » et n’est pas tombé « dans l’exotisme des mille et une nuits », il a « fait preuve, au contraire, d’une grande sobriété »98. Il insiste sur l’importance de ses constructions et sur les réflexions suscitées par son ouvrage considéré comme « majeur », et qui constitue, avec celui de Valensi, « le florilège de la production arabisante de l’époque »99. Pour Charles Bilas, il est le « talentueux élève de Redon »100. En tant que restaurateur du bâtiment de la direction des Antiquités et des arts et qu’acteur important du renouveau des arts traditionnels, en particulier de la céramique, il s’inscrit aussi dans les études de la patrimonialisation des cultures du Maghreb à la période coloniale101. Raphaël Guy et son œuvre sont très souvent cités dans des ouvrages d’histoire locale sur Tunis ou Sfax102. Ils sont le sujet de travaux universitaires d’architecture, d’histoire ou d’archéologie effectués au Maghreb ou en France, souvent en cotutelle103 et sont au cœur de la réflexion sur la notion d’arabisance développée ces dernières années104.

  • 105 En 2012, l’immeuble était pourtant dans un état de dégradation avancé.

33L’homme incarne bien le paradoxe et la complexité d’un acteur officiel de la puissance dominante au service du projet colonial du début du xxe siècle, qui a passionnément aimé les arts traditionnels de la Tunisie et s’est personnellement engagé pour les protéger. Au-delà de l’esthétique officielle de l’État colonial, dont elle peut constituer encore un témoignage douloureux, son œuvre témoigne aussi d’une recherche de solution architecturale locale au-delà du pastiche, vers une modernité architecturale présentant une alternative à l’éclectisme alors prédominant en Europe. À ce titre, ses réalisations constituent un patrimoine architectural et décoratif dont l’intérêt est progressivement reconnu à travers la mise en place de quelques protections au titre des monuments historiques tunisiens comme celles, en 1992, de la banque de Tunisie à Sfax105 et du collège Alaoui à Tunis.

Haut de page

Notes

1 Serge Santelli, « Tunis la blanche », in Maurice Culot et Jean-Marie Thievaud (dirs.), Architectures françaises outre-mer, Liège : Mardaga, 1992 (Villes), p. 77-103.

2 2 Raphaël Guy, L’architecture moderne de style arabe, Paris : Librairie de la construction moderne, [1920].

3 Il est souvent comparé à l’architecte Victor Valensi (1883-1977), également ancien élève des Beaux-Arts de Paris, diffuseur du style arabisant et auteur de L’habitation tunisienne, Paris : C. Massin, 1923 (L’art régional). Il est aussi considéré comme « le chef de file, avec Valensi, de cette tendance architecturale qui consiste à concevoir des édifices modernes dans le style arabe », ibid., p. 85.

4 Ahmed Zaouche parle de « renaissance architecturale », in « L’aventure arabisante en Tunisie : de la fin du xixe siècle à la Reconstruction », Juliette Hueber et Claudine Piaton, (dirs), Tunis, architectures 1860-1960, Arles : Honoré Clair ; Tunis : Elyzad, 2011, p. 43.

5 Coupure de La Dépêche tunisienne du 20 juillet 1918 conservée à Paris (France), Archives de la Société des architectes diplômés par le Gouvernement (SADG). Voir aussi la notice consacrée à R. Guy par Paul Lambert in Dictionnaire illustré de la Tunisie, choses et gens de Tunisie, [Tunis] : C. Saliba aîné, 1912, p. 218.

6 Paris (France), Archives de la Société des architectes diplômés par le Gouvernement (SADG), dossier Guy, brouillon de la notice nécrologique de Raphaël Guy rédigée en 1918 par Auguste Bluysen (1868-1952), architecte, président de la SADG en 1918, diplômé un an avant R. Guy.

7 C’est le nom officiel de l’École des beaux-arts de 1870 à 1903, voir Gérard Ringon, Histoire du métier d’architecte en France, Paris : Presses universitaires de France, 1997 (Que sais-je ?, 3251), p. 75.

8 Il est à la tête de l’un des trois ateliers officiels dits aussi ateliers intérieurs des Beaux-Arts ; Voir Christophe Samoyault-Muller, « Genèse et évolution de l'enseignement et des lieux d'enseignement », juin 2015. URL: https://www.grandemasse.org/?c=actu&p=ENSBA-ENSA_genese_evolution_enseignement_et_lieux_enseignement. Consulté le 10 octobre 2018. D’autres élèves de l’atelier de G. Redon ont exercé en Afrique du Nord : Victor Valensi (1883-1977) en Tunisie, Albert Laprade (1883-1978) au Maroc, Léon Azéma (1888-1978) au Caire. Guy a été aussi l’élève de Jules Guadet, professeur de théorie de l’architecture à partir de 1894, qui ouvre les esprits aux arts des différentes civilisations : « de tous les chefs d’œuvre, en dépit de toutes les différences de temps, de climats, de matériaux, de méthodes, de civilisations même, ce sont les mêmes conseils et les mêmes leçons qui se dégagent », in Éléments et théorie de l’architecture, cours professé à l’École nationale et spéciale des Beaux-arts, Paris : Librairie de la construction moderne, Paris : 1901, conclusion du vol. 1 p. 652.

9 Dictionnaire des élèves architectes de l’École des beaux-arts de Paris (1800-1968) : https://agorha.inha.fr/inhaprod/ark:/54721/00277937. Consulté le 10 octobre 2018. Coupure de la Dépêche tunisienne du 20 juillet 1918, Dossier Guy, Archives de la SADG, Paris. Voir aussi la notice de Paul Lambert, Dictionnaire illustré de la Tunisie, op. cit. (note 5).

10 Coupure de La Dépêche tunisienne du 20 juillet 1918, Dossier Guy, Archives de la SADG, Paris.

11 Paris (France), Archives nationales, série F/12.

12 Paris (France), Archives de la Société des architectes diplômés par le Gouvernement (SADG), éloge funèbre de Guy par son président, Auguste Bluysen évoquant la Tunisie : « il s’y fixa et s’y fit rapidement une situation […] .»

13 Jean-Émile Resplandy (Perpignan 1866- ? 1928), diplômé de l'École des beaux-arts de Paris, occupe le poste d’architecte principal de la direction des Travaux publics de 1894 à 1900. Un courrier de recommandation de la fin du xixe siècle de l’élève des Beaux-Arts de 1ère classe, Marcel Le Tourneau, évoque le lien de l’école avec Tunis : « Il existe à Tunis sous les ordres d’un ingénieur en chef et d’un architecte s’en occupant effectivement, M. Resplandi [sic], une agence composée des élèves de l’école des Beaux-arts de Paris pour dessiner les plans et élévations des édifices d’utilité générale construits dans la Régence de Tunis », Nantes (France), Centre des Archives diplomatiques de Nantes, 254AN1157. Les deux architectes sont de la même génération et leurs agences tunisoises étaient voisines 23 et 28 rue d’Italie.

14 Nantes (France), Service central d’état civil, acte de naissance. Sur les registres de baptême de l’église Sainte-Clara dans la médina, elle est appelée Adèle Carmela. URL: http://www.geneanum.com/tunisie/bases/baptemes.html#rowNum=10. Consulté le 10 octobre 2018. Elle épouse en 1945 un architecte, Louis Charles René Sousselier, dont elle divorce en 1958.

15 Créé en 1893 sous le nom d’ « Association tunisienne des Lettres, Sciences et Arts », il a pour but, par la publication de la Revue tunisienne et l’édition d’ouvrages, de faire connaître l’Afrique du Nord et la Tunisie. Il est sous le patronage du résident général.

16 Coupure de La Dépêche tunisienne conservée à Tunis (Tunisie), Archives nationales de Tunisie. Sur ce médecin militaire féru d’archéologie, voir Clémentine Gutron, « Voyager dans le temps avec un archéologue à travers la Tunisie coloniale : Louis Carton (1861-1924) et sa Tunisie en l’an 2000 », in Christiane Demeulenaere-Douyère (dir.), Explorations et voyages scientifiques de l'Antiquité à nos jours, Paris : Éditions du CTHS (CTHS-Histoire, 34), 2008, p. 553-571.

17 Y apparaissent les noms de Bezencenet, Giroud, Guy, Guesnier, Renault, Resplandy, Rousseau, Parize et Geyrel, (La Dépêche tunisienne, 13 mars 1904).

18 L’association était très active auprès des pêcheurs bretons pour la promotion de l’immigration en Tunisie et dans l’entraide des Bretons de Tunisie avec notamment la création d’une caisse de solidarité. Voir Fayçal El Ghoul « Les Bretons de Tunisie entre les deux guerres (1921-1937) » in Jacques Alexandropoulos et Patrick Cabanel (dirs.), La Tunisie mosaïque, Toulouse : Presses universitaires du Mirail, 2000, p. 61. Voir aussi la thèse de Ghazi Hamdi, Les lieux de sociabilité dans la ville de Tunis à l’époque coloniale : ville européenne et cosmopolitisme 1851-1938, sous la direction de Odile Moreau et Leila Blili Temime, Montpellier, Université Paul Valéry ; Tunis, Université des lettres, arts et sciences sociales, 2013.

19 Voir sa nécrologie dans La Dépêche tunisienne, 22 juillet 1918.

20 Raphaël Guy est propriétaire d’une petite maison en bord de plage dans ce lieu de villégiature situé à quelques kilomètres au nord de Tunis, et où se retrouvent les élites tunisienne (Palais d’été du Bey) et française (résidence d’été Dar-El-Kamila du Résident général, représentant de la France en Tunisie). D’abord conseiller municipal en 1912, il a été nommé vice-président (délégué) de la municipalité de La Marsa par le Secrétariat général du Gouvernement tunisien, en juin 1914.

21 Tunis (Tunisie), Archives nationales de Tunisie, E330 ¼, Administration des Travaux Publics, Personnel.

22 Sur le prestige de ce diplôme, voir Annie Jacques, La carrière de l’architecte au xixe siècle, catalogue d’exposition (Paris, musée d’Orsay, 9 décembre 1986-1er mars 1987), Paris : Édition de la Réunion des musées nationaux, 1986 (Les dossiers du musée d'Orsay, 3), p. 58 et Gérard Ringon, Histoire du métier d’architecte en France, op. cit. (note 7). Malgré la création du diplôme d’architecte en 1867, celui-ci n’était pas obligatoire pour ouvrir un cabinet d’architecture (Annie Jacques, p. 37). Grâce à ce titre, Guy est devenu membre de la SADG (Société des Architectes diplômés par le Gouvernement), association créée en 1877.

23 Les conventions de La Marsa (1883) ont formulé le statut de protectorat.

24 « Ceux qui, d’année en année, viennent grossir la population française sont, pour une bonne part, des fonctionnaires appelés à constituer l’armature de la nouvelle administration […] » Paul Sebag, Tunis : histoire d’une ville, Paris : L’Harmattan, 1998 (Histoire et perspectives méditerranéennes), p. 327.

25 Le premier document administratif mentionnant l’accès de Guy à cette fonction date de 1907 (Nantes (France), Centre des Archives diplomatiques de Nantes, série E 344). Voir aussi L’Annuaire de Lecore-Carpentier, Tunis (Tunisie), Archives nationales de Tunisie, série E 3300 ¼.

26 Tunis (Tunisie), Archives nationales de Tunisie, E3300 ¼. Des architectes, Ingénieurs, des géomètres.

27 Nantes (France), Centre des Archives diplomatiques de Nantes, cote 254AN1352, dossier « Bâtiments scolaires en Tunisie, 1908-1909 ; Effondrement d’une école en construction à Sousse, 1908 ». Guy est ensuite réhabilité de droit (art.10 de la loi du 11 juillet 1900), mention sur son registre matricule.

28 Les autres sont les directions des Finances, de l’Instruction publique, des Postes, de l’Agriculture, de l’Armée et de la Sécurité, de l’Assistance et de la Santé. Jean-François Martin, Histoire de la Tunisie contemporaine. De Ferry à Bourguiba (1881-1956), Paris : L’Harmattan, 1993 (Histoire et perspectives méditerranéennes).

29 Après 1909, les crédits des dépenses destinées aux constructions et réparations des autres directions leur sont transférés. Il leur est ensuite seulement conseillé de s’adresser « au Bureau des architectes de la direction des Travaux publics pour les constructions neuves importantes et les travaux concernant la solidité des édifices », Commission des bâtiments publics, 1909, Nantes (France), Centre des Archives diplomatiques de Nantes, 254AN1276.

30 Tunis (Tunisie), Archives nationales de Tunisie, série E 621 11/1, extrait du registre des délibérations du Conseil municipal de la ville du 27 juillet 1901 concernant le projet de théâtre.

31 À la Direction des postes notamment, en 1914 : en collaboration avec l’architecte ingénieur belge Barthélémy Reymond, il surélève l’usine électrique, construit le bâtiment des imprimés à la Poste principale de Tunis ainsi que le bureau de poste du Belvédère.

32 Voir François Béguin, Arabisances. Décor architectural et tracé urbain en Afrique du Nord, 1830-1950, Paris : Dunod, 1983 (Espace et architecture), p. 14.

33 La question de l’accès au foncier est cruciale car de nombreuses terres sont dites habous en Tunisie, c'est-à-dire qu’elles sont inaliénables. Un système de location à perpétuité puis de rachat des terres habous est imaginé. L’immatriculation foncière et le cadastrage sont mis en place. L’accès au foncier est souvent l’objet d’expropriations sous des prétextes d’alignement et donne lieu à des procès.

34 François Béguin, Arabisances, op. cit. (note 32), p. 14. Béguin utilise l’expression « style du protecteur », qu'il oppose au « style du vainqueur », pour qualifier les évolutions de la politique coloniale après la période de conquête de l'Algérie.

35 Serge Santelli, Tunis, le creuset méditerranéen, Paris : Les Éditions du Demi-Cercle ; CNRS Éditions, 1995, p. 77. On peut voir la copie de cette tour dans le port touristique de La Goulette.

36 « Il était par excellence l’architecte de Sfax » in Ridha Kallel, Bab-Bhar à Sfax. Histoire, mémoire, identité, [Tunis] : MIM éditions, 2010, p. 162.

37 Le théâtre est inauguré le 22 janvier 1903. Tunis (Tunisie), Archives nationales de Tunisie, E621 11/1. Voir aussi Moncef Charfeddine, Deux siècles de théâtre en Tunisie, Tunis : Les Éditions Ibn Charaf, [1970], p. 95.

38 Tunis (Tunisie), Archives nationales de Tunisie, série M50012/0016 ; Paris (France), Institut français d'architecture, 076Ifa1036/26, 076Ifa 1132/26, 076Ifa108/6, BAH25-1906-08410 ; Sfax (Tunisie), Archives municipales de Sfax, non cotées ; Ahmed Belguith et Imen Hamza, Reconstruction virtuelle d’un monument historique : l’ancien théâtre municipal de Sfax 1903-1942, mémoire de fin d’études, Sfax, Institut supérieur d’informatique et de multimédia, 2005, p. 31-38. URL : https://www.youtube.com/watch?v=fYVhcuEsoqo. Consulté le 10 octobre 2018.

39 Sfax (Tunisie), Archives municipales Sfax, sans cote. Selon Jellal Abdelkafi, La médina de Tunis : espace historique, Paris : Presses du CNRS, 1989, il contribue ainsi au renversement esthétique qui consiste à isoler certains bâtiments pour en faire de véritables monuments.

40 Paris (France), Institut français d’architecture, 076Ifa108/2 et 076Ifa1208/9 : palais de Justice, René Millet, Sousse (Tunisie).

41 Jellal Abdelkafi, op. cit. (note 39), p. 43.

42 Tunis (Tunisie), Archives nationales de Tunisie, série M M3 7 /77. Note du 9 juin 1911 du directeur général des Travaux publics à l’ingénieur de Sousse : « Le dessin en paraît bien compris et il peut être accepté ; mais il n’aurait pas été superflu d’en échantillonner une partie en couleurs car c’est le point essentiel de la décoration. Il semble aussi que de légères saillies en plâtre […] en eussent mieux accentué l’effet » ; voir aussi les devis de l’artisan Pietro Barraco. Tunis (Tunisie), Archives nationales de Tunisie, MM3 7/76, 1911.

43 Le système mis au point par la firme Hennebique pour la fabrication du béton armé fut l’un des plus diffusés dans le monde. À une seule occasion est mentionnée la société Simplex, pour les fondations de l’hôtel de ville de Sousse. Tunis (Tunisie), Archives nationales de Tunisie, série M3.

44 Intervention d’Ahmed Zaouche dans l’émission Culture d’Islam enregistrée le 3 février 2012.

45 Comme en témoigne l’architecte Benoît à propos de son projet de théâtre à Sfax, le 27 octobre 1900. Il précise, le 27 octobre 1900 lorsqu’il défend son projet devant le conseil municipal : « Une certaine économie pourrait être réalisée par l’adoption des bétons armés système Hennebique que l’on utiliserait pour les terrasses, les planchers et les piliers. Le système qui a donné jusqu’ici d’excellents résultats est aujourd’hui très employé non seulement en France mais en Allemagne, en Autriche, en Italie et même hors d’Europe ». Tunis (Tunisie), Archives nationales de Tunisie, E621 11/1.

46 L’Institut français d’architecture (Paris, France) conserve d’ailleurs, dans le Fonds Hennebique, de nombreux documents sur les projets de Raphaël Guy.

47 Béton armé, revue mensuelle, technique et documentaire des constructions en béton armé, système Hennebique, Palais de justice de Sousse : n° 101, octobre 1906 affaire n° 32005 ; n° 106, mars 1907 par G. P. n° 111, août 1907, p. 118 à 120, détails techniques sur la construction de la coupole avec des photographies et des dessins ; relevé des travaux en 1907.

48 Tunis (Tunisie), Archives nationales de Tunisie, série M5 00/12/0016/0028, 30 octobre 1915.

49 Paris (France), Institut français d’architecture, Fonds Hennebique, 076Ifa2625/16 BAH-25-1917-35593. Cette affaire oppose violemment Barthélémy Reymond à la maison mère Hennebique.

50 Sur les plans de leurs projets communs de 1913 et 1914 figure leur tampon d’« architectes-ingénieurs » avec une adresse commune, 24 rue d’Italie à Tunis. Paris (France). Institut français d’architecture, Fonds Hennebique, 076Ifa2625/16 BAH-25-1917-35593.

51 Hafsia Nazli, Les premiers modernistes tunisiens. Abdeljelil Zaouche, 1873-1947, [Tunis] : MIM, 2007.

52 Cette villa ne doit pas être confondue avec la Villa Baizeau-Le Corbusier à Carthage, plus tardive.

53 Jugement d’adjudication sur licitation rendu en l’audience des criées du Tribunal civil de Tunis du 8 octobre 1919. Tunis (Tunisie), Conservation de la propriété foncière.

54 Victor Valensi, L’habitation tunisienne, op. cit. (note 3).

55 « Dans le domaine architectural, Raphaël Guy ne peut pas être considéré comme le précurseur, son œuvre exprime plutôt une certaine maturité du langage architectural » in Faïza Matri, La conservation du patrimoine architectural et urbain de la Médina de Tunis pendant la période du protectorat (1881-1956), thèse de doctorat en histoire de l’art sous la direction de Thierry Dufrêne, Grenoble, Université Pierre Mendès France Grenoble 2, 2005.

56 Ibid.

57 Charles Geniaux, « L’œuvre artistique du gouvernement tunisien », Béton armé, revue mensuelle, technique et documentaire des constructions en béton armé, système Hennebique, n° 157, juin 1911, p. 87-90, reprise d’un article du même auteur dans La Revue bleue du 29 avril 1911. Charles Géniaux (1870-1931) puise son inspiration en Bretagne et au Maghreb. En 1906, il a été mandaté par le ministère des Affaires étrangères pour une enquête en Tunisie sur les « centres de colonisation ». Il dénonce alors la spoliation des biens indigènes et « l’esprit colon ». Il fréquente les intellectuels tunisiens nationalistes, Khairallah, Si Ali Ben Ahmed Guellaty, Abdeljelil Zaouche avec qui il entretient une correspondance. Il donne des conférences au collège Sadiki. À la fois proche du pouvoir colonial et des indépendantistes, il témoigne de la complexité du phénomène colonial.

58 On notera ici que dans l'Algérie voisine, c’est à partir de 1904 seulement que les directives du gouverneur Charles-Célestin Jonnart (1857-1927) imposent aux architectes de concevoir « dans un sentiment inspiré par l’architecture mauresque » leurs projets de bâtiments scolaires d’abord, puis en 1905-1906 de constructions administratives et d’édifices publics, enfin en 1907, d’édifices communaux, d’où l’expression de « style Jonnart ». Peu d’édifices avaient été construits dans le style néo-mauresque avant 1900. Voir Nabila Oulebsir, Les usages du patrimoine : monuments, musées et politique coloniale, Paris : Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004, p. 251-252 ; Mercedes Volait, introduction à son ouvrage Fous du Caire. Excentriques et amateurs d’art en Égypte (1863-1914), [Montpellier] : L’Archange Minotaure, 2009 (L'âme du Monde).

59 Voir supra.

60 Il porte en sous-titre « Première série ». « Cet ouvrage, consacré plus spécialement à reproduire des types de constructions modernes de style arabe élevées dans une partie limitée de l'Afrique du Nord, est le premier d'une série que nous comptons consacrer à l'architecture de ces pays pittoresques et féconds sur lesquels la France étend sa domination, depuis le golfe de Gabès jusqu'à l'Océan Atlantique ».

61 « Le présent ouvrage a pour but d’exposer l’adaptation du style arabe traditionnel aux édifices modernes, qu’il s’agisse de monuments importants ou de simples villas », préambule de l’ouvrage. « L'ouvrage sera certainement consulté avec fruit par tous les architectes du bassin méditerranéen », La Construction moderne, 16 mai 1920, annonce de la publication de L’architecture moderne de style arabe, p. 257.

62 Guy est qualifié d’« architecte-expert », Ibid.

63 Victor Valensi, L’habitation tunisienne, op. cit. (note 3).

64 Quatre planches sur le palais de justice de Tunis et une sur la restauration de la porte de Bab-el-Khadra.

65 En 1909, le rapport au président de la République encourage encore l’utilisation, certes onéreuse, des carreaux tunisiens anciens pour les décors des monuments publics, mais il paraît ne s’intéresser qu’aux spécimens anciens : « Il a semblé cependant que sur le terrain spécial de la céramique d'art un effort pouvait être tenté. Le vieux carreau tunisien, qui coûte de 15 à 25 francs le cent, sera toujours plus cher que le carreau de Naples qui en vaut de 8 à 12, mais son prix ne dépasse pas celui du carreau d'Espagne, et sa valeur d'art est supérieure. Si on ne peut espérer l'utiliser pour des revêtements complets d'intérieurs, comme il en existe encore quelques beaux spécimens à Tunis, du moins serait-il possible de l'employer, ainsi que le fait déjà le Gouvernement tunisien sur ses édifices publics, à la décoration des façades». Voir aussi Jules Pillet, Les Industries d'art de la Tunisie, Paris : Imprimerie de Gauthier-Villars et fils, 1896. Lire aussi Myriam Bacha, Patrimoine et monuments en Tunisie, 1881-1920, Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2013 (Art et Société).

66 Mais aussi de l’artisanat des tapis (essentiellement de Kairouan), de la poterie d’art (de Tunis et Nabeul), du cuivre ouvré, martelé ou ciselé.

67 Salah Belfitah, Jeanne Mouliérac, Alain Loviconi et Dalila Loviconi, La céramique de Qallaline, La Calade : Edisud ; Paris : Institut du Monde arabe ; Tunis : Cérès, 1994. Nabeul devient le nouveau centre de production de céramique d’art avec les frères Abderrazak, Gacem Kharraz, les frères Ben Sedrine, El-Mejdoub, la famille Chemla, Ferdinand Louis Tissier, Pierre de Verclos…Voir aussi Christian Hongrois, Les maîtres potiers de Nabeul. Historique de la poterie artistique de Nabeul au XXe siècle, Le Mans : Éditions de la Reinette, 2011.

68 Rapport au président de la République sur la situation en Tunisie, 1909, p. 123-124.

69 « La Commission des arts indigènes a opéré ici comme pour les tapis. Elle a fait relever et grouper en album les plus beaux modèles de vases tunisiens du musée du Bardo. Les feuilles de cette collection seront mises gratuitement à la disposition des potiers. Quatre jeunes gens ont été placés en apprentissage à Tunis. M. Guy, architecte principal des Travaux publics, a bien voulu se charger de la direction artistique de ce petit groupe, dont les productions sont déjà satisfaisantes » (rapport au président de la République sur la situation en Tunisie 1909, p. 123-124). Je remercie ici Monique Goffard et la famille Chemla pour l’aide apportée.

70 « M. Guy fut l'animateur, pendant une quinzaine d’années, de la poterie décorée ; il sut encore, non seulement en tirer un merveilleux parti dans l'architecture des Établissements publics et de l'Habitation, mais encore le maintenir dans sa tradition artistique » (« L'effort industriel en Tunisie », Les Annales coloniales, 7 décembre 1926).

71 Sur les Chemla, voir Jacques Chemla, Monique Goffard et Lucette Valensi, Un siècle de céramique d'art en Tunisie : les fils de J. Chemla, Tunis, Paris : Éditions de l'Éclat ; Tunis : Déméter, 2015.

72 Aujourd’hui, les carreaux Chemla sont présents à l’hôtel de ville de Santa Fe, au théâtre de Santa Barbara et dans quelques villas privées. Ibid.

73 « […] des étudiants de la Khaldounia, cette annexe moderne de l'Université musulmane, sont devenus élèves de M. Guy », in Charles Geniaux, « L’œuvre artistique du gouvernement tunisien », op. cit. (note  57), p. 87-90.

74 Maison du caïd de Sfax située dans la Médina.

75 Soumission de Geslin, menuisier-ébéniste 13 septembre 1902, Tunis (Tunisie), Archives nationales de Tunisie, E621 11 1.

76 C’est la démarche aussi de l’architecte et archéologue spécialiste d’art islamique de Tunisie Henri Saladin. Voir Myriam Bacha, « Henri Saladin (1851-1923). Un architecte “Beaux-Arts” promoteur de l’art islamique tunisien », in Nabila Oulebsir et Mercedes Volait (dirs.), L’Orientalisme architectural entre imaginaires et savoirs, Paris, Picard, 2009 (Collection D'une rive l'autre), p. 215-230.

77 Charles Geniaux, « L’œuvre artistique du gouvernement tunisien », op. cit. (note 57).

78 Ibid.

79 Voir à ce sujet le palais du Bardo et le salon de la villa Zaouche in Raphaël Guy, op. cit. (note 2). Pour les influences réciproques dans le monde méditerranéen, voir par exemple : Mercedes Volait, « “Patrimoines partagés” : un regard décentré et élargi sur l’architecture et la ville des XIXe et XXe siècles, en Méditerranée », in Architecture coloniale et patrimoine, l'expérience française, Paris : Institut national du Patrimoine, 2005, p. 115-124 ; François Pouillon et Jean-Claude Vatin (dirs.), Après l'orientalisme. L'Orient créé par l'Orient, actes du colloque (Paris, EHESS, Institut du monde arabe, 15-17 juin 2011), Paris : Khartala, 2011 ; Charles Bilas, Tunis, l’Orient de la modernité, Paris : Éditions de l’éclat, 2010 (Librairie de l’architecture et de la ville).

80 Voir Denis Lesage in François Béguin, Arabisances, op. cit. (note 32), p. 145. Sur le terme arabisance ou néo-mauresque voir le colloque international « Arabisance et néo-mauresque : rapport de l’architecture moderne au Maghreb à la tradition et au patrimoine » organisé par la revue Archi-Mag et l’Unité de Recherche Villes historiques de Tunisie et de Méditerranée de la Faculté des Lettres, des Arts et des Humanités de la Manouba la faculté des lettres de la Manouba les 8-9 décembre 2011.

81 Voir l’actuelle salle Virgile du musée du Bardo.

82 Photographie d’un plafond du Dar-el-Bey in Victor Valensi, L’habitation tunisienne, op. cit. (note 3), planche 40, illustration 70.

83 Dans Paul Lambert, Dictionnaire illustré de la Tunisie, op. cit. (note 5), p. 218, il apparaît comme un notable de la société coloniale de Tunisie.

84 « Cet hôtel de ville serait un chef-d'œuvre, si son minaret, utilisé comme tour de l'horloge, avait été construit en pierre appareillée de la base à sa galerie, et s'il n'avait été flanqué sur un angle de ce vaste bâtiment, disposition contraire au génie des anciens constructeurs arabes. », ibid.

85 Léandre Vaillat, Le Collier de jasmin, Paris : Flammarion, 1924.

86 Serge Santelli, « Tunis la blanche », op. cit. (note 1), p. 87-88.

87 Ibid.

88 André Duran-Angliviel, « La Tunisie à Gand », La Dépêche tunisienne, 19 septembre 1913. Avocat au barreau de Tunis, ancien bâtonnier, délégué à la conférence consultative, puis au Grand conseil de la Tunisie sans interruption de 1919 à 1945, l’auteur a été éditorialiste de Tunis Socialiste.

89 Ibid.

90 Charles Bilas écrit à propos de la nouvelle façade : « Mais sa veine […] ne possède pas l’authentique simplicité de celle de Raphaël Guy. Cédant le pas à une élégance maniériste héritée d’un historicisme à la Viollet-le-Duc, elle évoquerait plutôt l’architecture de ces castelets néo-gothiques multipliés à la même époque sur la Riviera » in Charles Bilas, Tunis, l’Orient de la modernité, op. cit. (note 79), p. 171.

91 Voir Gabriel Dolot in « L’architecture moderne à Tunis », Revue tunisienne, vol. 27, n° 138, 1920, « la Direction de l’Agriculture a créé un type qui sera imité », cité par Faïza Matri, La conservation du patrimoine architectural et urbain de la Médina de Tunis, op. cit. (note 55), p. 381.

92 En témoignent des articles publiés dans le Bulletin mensuel de l’Office du Protectorat français en Tunisie (« La céramique décorée », octobre 1926), dans L’Afrique du Nord illustrée, (« Comment fut rénovée la céramique tunisienne », n° 873, juin 1939) et dans Les Annales coloniales (« L’effort industriel en Tunisie », n° 186, 12 juillet 1926).

93 François Béguin, Arabisances, op. cit. (note 32).

94 Ibid., p. 55 et 61.

95 Comme l’aurait fait l’architecte Jacques Guiauchain en Algérie.

96 Ibid.

97 Leila Ammar, Histoire de l’architecture en Tunisie de l’Antiquité à nos jours, Sidi Bou Saïd : ENAU, 2004.

98 Ahmed Zaouche, « L’aventure arabisante en Tunisie », op. cit. (note 4), p. 43.

99 Ibid., p. 44.

100 Charles Bilas, Tunis, l’Orient de la modernité, op. cit. (note 79), p. 43.

101 Voir les thèses de Nabila Oulebsir, Les usages du patrimoine, op. cit. (note 58) et Faïza Matri, La conservation du patrimoine architectural et urbain de la Médina de Tunis, op. cit. (note 55).

102 Christian Attard et Gérard Bacquet, Sfax : 1881-1956, Tunis : Sud Éditions, 2005 ; ainsi que Sémia Akrout-Yaïche, Zoubeïr Mouhli et Justin McGuinness (dirs.), Tunis, 1800-1950, portrait architectural et urbain = An architectural and urban portrait, Tunis : Elyzad ; Clairefontaine, 2004, ouvrage publié par l’Association de sauvegarde de la Médina de Tunis qui œuvre pour la préservation du patrimoine, lauréate à plusieurs reprises du prix Aga Khan d’architecture (1983, 1989, 1995).

103 Christophe Giudice, La construction de Tunis « ville européenne » et ses acteurs de 1860 à 1945, thèse de doctorat en histoire sous la direction de Daniel Rivet, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Paris, 2006 ; Chiraz Mosbah, L’héritage colonial de la ville de Tunis entre 1900 et 1930. Étude architecturale et décorative des édifices de style néo-mauresque, thèse de doctorat en archéologie islamique sous la direction de Marianne Barrucand, Paris, Université Paris-Sorbonne, 2006. Dans le cadre du Laboratoire de recherches des régions et des ressources patrimoniales à la faculté des Lettres, des Arts et des Humanités de La Manouba à Tunis, Kallel Ridha a publié en 2010 un ouvrage sur le quartier européen de Sfax, Bab-Bhar à Sfax, Histoire, mémoire, identité sous la direction d’Ahmed Saadaoui op. cit. (note 36). Olfa Jamaa, dans le cadre d’un diplôme en architecture d’intérieur, a travaillé sur l’hôtel de ville de Sfax. Une vision en 3D de la construction de l’hôtel de ville de Sfax a été proposée pour un diplôme en informatique, Ahmed Belguith et Imen Hamza, Reconstruction virtuelle d’un monument historique, op. cit. (note 38). Jlassi Dhouda étudie le style arabisant de Raphaël Guy dans L’Arabisance à travers les œuvres de Raphaël Guy : une réinterprétation de l’architecture tunisienne, mémoire de master en archéologie islamique sous la direction d’Ahmed Saadaoui, Tunis, Université de Tunis, 2012-2013.

104 Voir le colloque international « Arabisance et néo-mauresque », op. cit. (note 80), le colloque « Orientalisme, et après ? » organisé par le Centre d’histoire sociale de l’Islam méditerranéen (Paris, EHESS, Institut du monde arabe, 15-17 juin 2011), voir op. cit. (note 79) et le colloque Les villes maghrébines en situation coloniale, XIXe-XXe siècles. Urbanisme, architectures, patrimoine. Contribution au renouveau de l’historiographie par l’archive, organisé par Charlotte Jelidi (Tunis, IRMC, 2010).

105 En 2012, l’immeuble était pourtant dans un état de dégradation avancé.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Tunis, ministère des Finances, 1904, façade sur le boulevard Bab Bnet.
Légende Les coupoles ont inspiré l’architecte Petrus Maillet au Collège Sadiki situé en face, de l’autre côté du boulevard Bab Benat. Le bâtiment a été surélevé d’un étage en 1915.
Crédits Source : en haut Paris (France), SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture du xxe siècle, 076Ifa108/29 ; en bas Fabienne Crouzet, 2012.
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/4593/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Titre Figure 2 : Tunis, direction des Travaux publics, 1906, vue de la façade principale.
Légende La partie construite par l’architecte commence avec la tour de de l’horloge (en bois tourné), et s’étend du côté de la mosquée Sidi Ben Arous dont on voit le minaret.
Crédits Source : Raphaël Guy, L’architecture moderne de style arabe, Paris : Librairie de la Construction moderne, [1920].
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/4593/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 269k
Titre Figure 3 : Tunis, boutiques situées en face de la direction des Travaux publics à l’angle de la rue de la Kasbah et de la rue Ben Arous (1906).
Légende La colonne en pierre, le chapiteau, le parement de céramiques, les corniches en tuile vernissée, les fenêtres en arc outrepassé et les auvents en bois sont caractéristiques du style décoratif de R. Guy.
Crédits Source : Fabienne Crouzet.
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/4593/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 217k
Titre Figure 4 : Tunis, direction de l’Agriculture et du Commerce, 1910, façade boulevard Bab Bnet.
Légende C’est le premier bâtiment public qu’il a construit entièrement. Il a été immédiatement considéré par le journaliste Ch. Géniaux comme son chef d’œuvre. Les bureaux intérieurs du bâtiment sont éclairés par deux patios.
Crédits Source : Raphaël Guy, L’architecture moderne de style arabe, Paris : Librairie de la Construction moderne, [1920].
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/4593/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Figure 5 : Tunis, Bureau de Poste de Bab-Souika, 1906.
Légende Le bâtiment, détruit en 1986 porte une tour élégante que l’on retrouve aujourd’hui à l’entrée du port touristique de la Goulette où accostent les bateaux de croisière35.
Crédits Source : Raphaël Guy, L’architecture moderne de style arabe, Paris : Librairie de la Construction moderne, [1920].
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/4593/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Titre Figure 6 : Tunis, Lycée Alaoui.
Crédits Source : Fabienne Crouzet, 2013.
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/4593/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Figure 7 : Sfax, Théâtre municipal de Sfax, façade principale, détail.
Légende Une tour est placée à l‘angle. Le caractère imposant est adouci par la porte en plein-cintre. La présence d’une ganaria à moucharabiehs à droite apporte une fantaisie toute théâtrale à l’édifice. L’intérieur est un théâtre à l‘italienne.
Crédits Source : Raphaël Guy, L’architecture moderne de style arabe, Paris : Librairie de la Construction moderne, [1920].
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/4593/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Titre Figure 8 : Sfax, Hôtel de Ville, détail de la façade principale, avec son dôme et son minaret.
Légende À l’intérieur, les murs ornés de moulages de plâtre colorés forment des entrelacs, des frises, des rosaces et des rinceaux dans des nuances de couleurs pastel. Salles d’apparat au 1er étage : salle des conseils aux plafonds à caissons peints et salle des mariages aux parois couvertes de céramiques, parmi lesquels des panneaux Qallaline anciens42.
Crédits Source : Raphaël Guy, L’architecture moderne de style arabe, Paris : Librairie de la Construction moderne, [1920].
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/4593/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 190k
Titre Figure 9 : Sfax, Banque de Tunisie.
Crédits Source : Fabienne Crouzet.
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/4593/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 261k
Titre Figure 10 : Tunis, Villa Zaouche, façade principale.
Légende Abdeljallil Zaouche est un notable tunisien, à la fois homme d’affaires, intellectuel et promoteur d’une évolution plus égalitaire du statut des Tunisiens.
Crédits Source : Raphaël Guy, L’architecture moderne de style arabe, Paris : Librairie de la Construction moderne, [1920].
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/4593/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Figure 11 : Sidi-Bou-Saïd, Villa Guesnon, façade principale et plan du rez-de-chaussée.
Légende La villa se situe sur un promontoire et donne à voir sur toute la baie de Tunis et celle de La Marsa. Elle combine la modernité et la fonctionnalité de la villa à l’européenne, avec notamment les stores en bois et les éléments de décor tunisiens traditionnels. On remarque l’utilisation de l’angle à pan coupé à l’arrière de la villa.
Crédits Source : Raphaël Guy, L’architecture moderne de style arabe, Paris : Librairie de la Construction moderne, [1920].
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/4593/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Figure 12 : La Marsa, Villa Guy, 1908, vue de la façade côté mer.
Légende La terrasse en est l’espace majeur tant elle rassemble de nombreux éléments mauresques : la colonne des lieux saints, la toiture à couverture de tuiles vernissées, les plafonds à caissons, les carreaux de céramique sur les murs complétés par les décors de plâtre. La maison a été détruite en 2004.
Crédits Source : Raphaël Guy, L’architecture moderne de style arabe, Paris : Librairie de la Construction moderne, [1920].
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/4593/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Titre Figure 13 : La Marsa, Villa Guy, 1908, vue du salon et de la salle à manger.
Légende Les meubles sont en bois tournés blancs.
Crédits Source : Raphaël Guy, L’architecture moderne de style arabe, Paris : Librairie de la Construction moderne, [1920].
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/4593/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Titre Figure 14 : première page intérieure de L’architecture moderne de style arabe.
Crédits Source : Raphaël Guy, L’architecture moderne de style arabe, Paris : Librairie de la Construction moderne, [1920].
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/4593/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Titre Figure 15 : Sfax, théâtre municipal, détail des décors de la ganaria sur la façade.
Légende Raphaël Guy s’est inspiré des décors des bois tournés des lits de la Driba de Sfax (aujourd’hui Dar Djellouli).
Crédits Source : Sfax (Tunisie), Archives municipales.
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/4593/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 322k
Titre Figure 16 : Tunis, le patio de la Villa Zaouche.
Crédits Source : Raphaël Guy, L’architecture moderne de style arabe, Paris : Librairie de la Construction moderne, [1920].
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/4593/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabienne Crouzet, « L’orientalisme architectural en Tunisie : œuvre et carrière de Raphaël Guy (1869-1918) », ABE Journal [En ligne], 13 | 2018, mis en ligne le 15 octobre 2018, consulté le 06 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/abe/4593 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abe.4593

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue ABE Journal est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo In Visu
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals