Navigation – Plan du site
Recensions

Samia Henni, Architecture of Counterrevolution. The French Army in Northern Algeria

Zürich, gta Verlag, 2017
Danièle Voldmann
Référence(s) :

Samia Henni, Architecture of Counterrevolution. The French Army in Northern Algeria, Zürich, gta Verlag, 2017

Texte intégral

1Issu d’une thèse de doctorat soutenue en 2016 au département d’architecture de l’École polytechnique fédérale (eth) de Zurich, cet ouvrage, abondamment illustré de photographies de bâtiments, de chantiers et de plans, entend montrer « les effets négatifs et cachés de la colonisation française en Algérie ». L’angle choisi est celui de la réorganisation urbaine et rurale du territoire par l’armée française durant la guerre d’indépendance algérienne entre 1954 et 1962. Car pour Samia Henni, l’architecture est un des éléments du répertoire des mesures coercitives de l’état d’urgence et des pouvoirs spéciaux instaurés par les gouvernements français durant cette période pour tenter de vaincre la révolution algérienne et maintenir la présence de la France dans sa colonie.

2L’auteure appuie sa démonstration en étudiant d’abord les « camps de regroupement ». Issus de l’expulsion par l’armée française des populations des villages algériens censés servir de base logistique aux combattants du Front de libération national algérien (fln), ces constructions de toiles ou de tôle accueillirent les villageois, privés de leurs habitations détruites et de leurs terres. Bien que la présence de ces camps soit attestée sur tout le territoire, on ne connait toujours pas leur nombre exact ni le chiffre global des expulsés et déplacés.

3En 1959, un rapport alarmant de Michel Rocard dénonçant leurs conditions indignes fut relayé par la presse métropolitaine, notamment par France Observateur et Le Monde qui en dénoncèrent le scandale. En réaction, Paul Delouvrier, nouveau délégué général de l’Algérie, lança l’opération des Mille villages, « foyers de promotion sociale », parallèlement au Plan Challe des camps de regroupement. Néanmoins, souligne l’auteure, cette nouvelle appellation ne changea pas fondamentalement leur but militaire premier de soumission des populations. En fait de volonté de pacification, ce fut bien, à travers les sections administratives spécialisées (sas) dans les campagnes ou en ville les sections administratives urbaines (sau), une politique « contre révolutionnaire » qui fut menée.

4Elle en veut pour preuve la création du Commissariat à la reconstruction et à l’habitat rural et l’action de Maurice Papon, préfet de Constantine. Même si ce dernier considérait que la construction des camps de regroupement faisait partie des chantiers de chômage et de pacification, ils furent surtout construits par l’armée, alors que sous son impulsion ont été utilisées les méthodes qu’il avait employées à la préfecture de Bordeaux sous Vichy contre les Juifs et les opposants au régime, ainsi qu’à celle de Paris à la fin des années 1950 contre les Algériens résidant en métropole. Ce qui lui permet de titrer le chapitre consacré à cette question « le fantôme de Vichy à Constantine » et de souligner la continuité de la politique coloniale de la France et de son personnel.

5Les chapitres suivants étudient le plan de Constantine, ce plan quinquennal de développement préparé en 1958 après l’arrivée au pouvoir du général de Gaulle et lancé l’année suivante. Y sont abordés principalement les questions de construction de logements, prévus pour un million de personnes dans les villes comme dans les campagnes. Les architectes embauchés pour ces projets, notamment Marcel Lathuillière, président du conseil régional des architectes en Algérie ou Pierre-André Émery, tentèrent d’élaborer des normes pour « l’habitat musulman ». Cette dénomination avait remplacé celle d’habitat indigène après la fin du Code de l’indigénat officiellement aboli dans les colonies françaises en 1946 mais pratiquement maintenu en Algérie jusqu’à l’indépendance. Leurs réflexions se nourrissaient du débat sur l’assimilation : les Algériens pouvaient-ils habiter dans les mêmes conditions que les Français ? En raison de la réponse négative à cette question, pour des raisons tant idéologiques que financières, l’habitat musulman constitua la quatrième catégorie dans la classification des logements projetés, allant des plus confortables réservés aux Français, aux plus sommaires, attribués aux Algériens. Pour ces derniers, les surfaces étaient réduites et le confort minimum. C’est peu ou prou ce qu’avait déjà mis en œuvre Jacques Chevalier, le maire d’Alger, en 1954, quand il donna une impulsion à la construction de logement hlm pour sa ville.

6Le 2 octobre 1958, la veille du discours de Charles de Gaulle à Constantine, la préfecture d’Alger promulgua une directive signée par le général Jacques Massu, sur l’aménagement des bidonvilles. S’il s’agissait de les résorber, comme c’était le début de cette politique en métropole, l’aspect de recensement et de contrôle des habitants y primait dans un « mélange d’attitude coloniale et d’intérêt militaire ». La construction de cités de recasement ou cités de transit pour reloger les populations des bidonvilles après leur destruction concernait non seulement Alger mais aussi d’autres villes comme Mostaganem et Bône (actuellement Annaba).

7Cet effort de construction a fait travailler un nombre important de technocrates et de fonctionnaires, tous occupés à étudier et réaliser les 200 000 logements prévus par le plan de Constantine. Seules 70 000 unités furent construites en 3 ans, jusqu’en 1962, essentiellement en raison des faibles financements, même si la perspective de l’indépendance de l’Algérie à partir de 1960 a ralenti mais pas arrêté les projets et les réalisations. De même, les réflexions sur l’aménagement du territoire, l’industrialisation et la décentralisation menées en métropole furent appliquées à l’Algérie, car, insiste l’auteure, ils coïncidaient avec les intérêts de la puissance coloniale.

8L’auteure illustre ce propos dans le chapitre consacré à la construction de ce qu’elle appelle la forteresse du Rocher noir. L’idée de construire une nouvelle capitale administrative sur le littoral à 50 km d’Alger venait du souci de mettre à l’abri les fonctionnaires français, menacés à la fois par les indépendantistes (fln) et leurs adversaires (oas). Le site avait été choisi pour sa proximité avec l’aéroport d’Alger et la base aérienne de Rheghaia. Trois phases de construction étalées sur trois ans étaient prévues sur ce chantier où travaillèrent 2 500 ouvriers algériens. Les premiers bâtiments furent inaugurés en septembre 1961. Son architecte, le toulousain Louis Gabriel de Hoÿm de Marien, dplg, premier grand prix de Rome, architecte des Bâtiments civils et des palais nationaux, en fit une cité administrative fortifiée, gardée par les militaires. Elle comprenait des appartements et des villas pour les Français ainsi que des Logécos pour le personnel. Lors de la seconde phase, que l’indépendance interrompit, devaient s’y ajouter un hôtel, des équipements sportifs et un centre médical. Malgré la surveillance, en 1961, l’oas y posa des bombes qui détruisirent quelques-uns des bâtiments tout justes achevés.

9Après l’indépendance, le gouvernement algérien n’investit pas le Rocher noir, contrairement à d’autres installations administratives laissées par les Français. Resté propriété française selon les accords d’Evian, il devint en 1963 le quartier général du personnel féminin français de l’armée de terre. Évacué en avril 1964 et abandonné, le Rocher noir devint une ville fantôme.

10Dans son épilogue, Samia Henni revient sur les buts de son étude : non seulement souligner la violence du colonialisme français en Algérie, mais aussi en révéler les principes, les mécanismes et les séquelles en relation avec les pratiques du pouvoir en France. Ainsi, pour elle, pendant la révolution algérienne, le territoire n’a pas seulement servi de support à la guerre contre révolutionnaire. Il a aussi été le théâtre de construction de bâtiments et d’infrastructures pour administrer, contrôler, assimiler la population algérienne aux règles de la domination française ainsi que protéger le personnel et la population des colons à la fois des militants algériens et des opposants français à la politique gaullienne (oas). La pratique des architectes, des ingénieurs, des urbanistes, des ethnologues, des technocrates et autres administrateurs qui ont séjourné et travaillé en Algérie durant la guerre, montre qu’ils n’ont pas seulement été des témoins de la violence de la guerre mais qu’ils y ont participé.

11In fine, elle justifie le titre de son ouvrage, en montrant combien l’échec des politiques d’assimilation et de francisation est flagrant à travers celles de construction. Tout en citant, dans une de ses dernières notes, les travaux de Raphaëlle Branche et de Sylvie Thénault, elle déplore le peu de travaux scientifiques soulignant la force du joug colonial. Une domination que l’indépendance n’a pas totalement levée, puisque la France a sauvegardé ses intérêts économiques, notamment par sa main mise sur la production pétrolière et le maintien de ses bases militaires et spatiales. Elle conclut que le rôle de la France en Algérie n’a pas été « positif » comme a voulu vainement l’inscrire dans la loi le gouvernement français en 2005. Elle met enfin en garde contre la persistance des partisans de l’Algérie française. Toujours actifs de nos jours, ils ont contribué à exporter des méthodes militaires françaises en Amérique latine et aux États-Unis qui servent en Afghanistan et en Iraq. La destruction de villages comme forme de pacification est loin de n’être qu’une pratique du passé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Danièle Voldmann, « Samia Henni, Architecture of Counterrevolution. The French Army in Northern Algeria », ABE Journal [En ligne], 14-15 | 2019, mis en ligne le 28 juillet 2019, consulté le 16 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/abe/5616

Haut de page

Auteur

Danièle Voldmann

Directrice de recherche émérite, CNRS, France

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue ABE Journal est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo In Visu
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals