Navigation – Plan du site
Recensions

Caroline Herbelin, Architectures du Vietnam colonial. Repenser le métissage

Paris : CTHS ; INHA, 2016 (L’art et l’essai)
Ronan Bouttier

Texte intégral

1Issu de sa thèse de doctorat, l’ouvrage de Caroline Herbelin entreprend de mesurer l’impact de la colonisation française sur le paysage architectural du Vietnam de 1858 à 1954. Terrain d’étude parcouru de longue date par les chercheurs en sciences humaines et sociales, l’architecture de ce territoire de l’Indochine française est ici envisagée sous l’angle du métissage tel que le suggère le sous-titre du livre. Moins que d’architecture coloniale, il est question de la production architecturale en situation coloniale. L’auteure développe dans l’introduction le cheminement intellectuel qui l’a conduit à inscrire son étude dans le cadre de cette notion forgée au mitan du xxe siècle par le sociologue Georges Balandier. Partant, Caroline Herbelin ambitionne d’étudier les modalités de rencontres et d’interactions entre cultures occidentale et vietnamienne au prisme de l’architecture. Si elle annonce s’intéresser à l’ensemble de la production architecturale, l’auteure admet d’emblée focaliser son travail sur l’habitat, bien moins étudié que les édifices publics bâtis durant la colonisation française et dont la fonction permettrait, mieux que toute autre catégorie d’édifices, de saisir les logiques du métissage. Fondée sur des sources françaises et vietnamiennes, complétée par une enquête sur le terrain, l’étude se divise en six chapitres.

2Les trois premiers chapitres tracent à grands traits un panorama des étapes successives de la création architecturale dans la colonie. Dans un premier temps, Caroline Herbelin entend discuter l’idée reçue d’une transposition sans adaptation de monuments de métropole vers le Vietnam colonisé. Soulignant à juste titre la précarité des moyens matériels à la disposition des colons, en particulier dans les premiers temps du protectorat, l’auteure place en regard des « palais de la République » les cagnas des colons, mot issu du vietnamien cai nhà désignant la maison mais devenu synonyme d’habitat précaire dans le glossaire colonial. Au fil du chapitre, le lecteur perçoit la place prépondérante de la diaspora chinoise dans le paysage architectural de la péninsule indochinoise, notamment par le succès de leurs compartiments autrement appelés « maisons tubes » en raison de leur forme adaptée au parcellaire laniéré des villes vietnamiennes. Les entrepreneurs chinois font figure d’interlocuteurs privilégiés pour les colons français qui semblent apprécier la qualité de leurs productions sorties en majorité des ateliers de Singapour, spécialisés depuis les années 1830 dans la construction de bâtiments préfabriqués. La nécessité de recourir à des intermédiaires chinois permet le passage dans l’architecture de la colonie de nombreux motifs tirés du répertoire décoratif asiatique. Cependant, l’architecture publique se montre particulièrement rétive aux hybridations esthétiques en tous sens qui se manifestent dans la construction privée, moins sujette aux nécessités de représentation que les bâtiments officiels. Leur caractère strictement français doit « mieux marquer la supériorité et la magnificence des Occidentaux » pour reprendre les propos de l’amiral Dupré, gouverneur de Cochinchine de 1871 à 1874. En ce sens, les bâtiments publics sont le lieu d’élection du style Beaux-Arts qui triomphe dans la colonie au cours des dernières décennies du xixe siècle. Caroline Herbelin avance l’hypothèse que « l’usage du style Beaux-Arts permet surtout des économies de temps et d’argent. Les décors néo-classiques coûtent cher [en raison notamment de leur importation d’Europe selon l’auteure], mais il est encore plus coûteux d’innover en concevant un style inédit. Les moyens étaient trop limités et les architectes des Bâtiments civils trop peu nombreux pour créer des plans spécifiques à ce nouveau terrain » (p. 37). Cette affirmation intéressante aurait mérité un développement plus convaincant. Des indications sur les prix des matériaux, le coût de la main-d’œuvre ou des chiffres indiquant la charge financière que représentait l’importation d’ornements produits en métropole auraient éclairé le lecteur sur un aspect essentiel de la production architecturale aux colonies, souvent contrainte dans sa forme et sa matérialité par la modicité des moyens à disposition. Du reste, ainsi que le souligne l’auteure, en 1913, l’administration de la colonie compte tout de même deux architectes en chef, douze architectes auxiliaires, trente ingénieurs et cent soixante-et-onze auxiliaires du Génie ainsi qu’une dizaine d’architectes privés. Il est vrai que la profession se développe lentement. L’école dédiée aux métiers de la construction, envisagée en 1879 par l’architecte Alfred Foulhoux ne voit pas le jour. Établie sur le modèle de l’école d’apprentissage de Dellys en Algérie, elle aurait offert une formation aux métiers de la construction à des élèves annamites destinés à des postes de contremaîtres ou de surveillants sur les chantiers publics. Une telle ambition ne se retrouve pas dans l’École des Travaux publics fondée en 1913. Les agents vietnamiens sont uniquement destinés au service du cadastre. Le premier chapitre se conclut sur le tournant des années 1920 préparé par le gouvernorat général d’Albert Sarraut (1911-1914 ; 1916-1919), figure prépondérante de l’administration coloniale au début du xxe siècle et sur laquelle un développement aurait été souhaitable pour mieux comprendre les ressors politiques de son action dans le domaine de l’architecture. De fait, Sarraut entend que l’architecture de l’Indochine française présente désormais une identité propre. A la suite de Gwendolyn Wright (The Politics of Design in French Colonial Urbanism, 1991) qui a souligné l’effet du libéralisme politique de Sarraut sur la réforme du système scolaire indochinois, désormais un peu plus ouvert aux enfants des populations locales, Caroline Herbelin apporte un éclairage nouveau sur un programme d’échanges initié par le gouverneur général. A partir de 1918, plus de 1000 élèves vietnamiens partent se former dans les écoles d’arts et métiers de métropole. Mais leur retour en Indochine est très souvent marqué par la désillusion face à une économie coloniale qui favorise les entrepreneurs français et ne reconnaît pas le statut d’architectes aux Vietnamiens.

  • 1 Haris Yiakoumis, Alexandra Yerolympos et Christian Pedelahore de LoddisErnest Hébrard. 1875-1933 (...)

3Dans le second chapitre, Caroline Herbelin entreprend d’éclairer les conditions de l’émergence dans les années 1920 d’une architecture caractéristique de l’Indochine française. L’auteure souligne l’importance jouée par les élites vietnamiennes dans la constitution d’un vocabulaire architectural en rupture avec le folklore des constructions des décennies antérieures. L’Association pour la Formation intellectuelle et morale des Annamites (afima), fondée en 1919 par un groupe de réformistes favorables à une modernisation modérée de la société vietnamienne, occupe une place particulière. Soutenue par le gouvernement général, l’afima organise des concours d’architecture en 1920, 1924 et 1928. L’auteure évoque l’aspect de quelques édifices issus des programmes de ces trois concours, en particulier des maisons imaginées en 1924. Le pavillon, typique de l’architecture domestique de métropole, figure ici revêtu d’éléments tirés de l’architecture vietnamienne, en particulier des toits à forte pente, aux lignes brisées, couverts de tuiles, largement débordants et aux angles retroussés. Néanmoins, le véritable fer de lance du renouvellement architectural en Indochine est probablement Ernest Hébrard auquel l’auteure consacre plusieurs pages décrivant son action dans la colonie, de 1921 à 1926. Premier architecte et urbaniste de renom dépêché en Indochine, Hébrard intervient dans le cadre de la loi Cornudet qui, depuis 1919, impose aux villes de plus de 10 000 habitants de se doter d’un plan d’aménagement. La mission confiée à Hébrard est marquée par la diversité des dossiers à traiter : concevoir un plan d’urbanisme pour Dalat, Saigon et Phnom Penh, aménager des terrains à Hanoi, dessiner des bâtiments pour l’administration, construire plusieurs hôtels et un bungalow à Angkor. Agissant d’abord seul, manifestement à titre d’expert, Hébrard prend la tête, à une date qui n’est pas précisée, du nouveau service central des Bâtiments civils créé au sein de l’Inspection générale des Travaux publics. Cette création sans précédent demeure modeste. Hébrard n’est assisté dans son travail que d’un architecte et d’un ingénieur et bien qu’appuyé par son supérieur, Albert Pouyanne, il ne parvient pas à créer en 1926 un service d’urbanisme agissant dans l’ensemble de la colonie. L’administration française d’Indochine craint de voir son budget grevé par des dépenses considérables dans des travaux d’urbanisme pourtant nécessaires. Cependant, l’œuvre d’Ernest Hébrard en Indochine semble avoir été plus féconde dans le domaine de la théorie. Caroline Herbelin rappelle que l’architecte prôna une architecture adaptée au climat et aux matériaux du pays. En outre, sa proximité avec l’École française d’Extrême-Orient, fondée en 1898, le conduisit à promouvoir une architecture moderne intégrant des citations tirées de l’architecture traditionnelle du Vietnam, évitant ainsi les errements du pittoresque et du pastiche. Encore peu étudié malgré son rôle de premier plan dans la construction des villes de l’empire français1, Ernest Hébrard voit ici son action éclairée par un contexte intellectuel et politique qui, depuis la fin des années 1910, favorise peu à peu la naissance d’un métissage artistique. Pour Caroline Herbelin, c’est peut-être dans l’enseignement de l’École des Beaux-arts de l’Indochine que la pensée d’Hébrard rencontra la plus grande fortune. Fondée en 1924 par le peintre Victor Tardieu, l’École est ouverte aux élèves indochinois avec l’objectif affirmé de former une élite indigène. La section d’architecture, créée en 1926, accueille chaque année sur concours cinq à huit élèves pour une durée de cinq ans. Destinés au métier d’architecte, ceux-ci rencontrent cependant, à leur sortie, l’hostilité d’un corps professionnel peu enclin à faire une place à des confrères vietnamiens. De plus, l’ambition de Tardieu de renouveler l’architecture vietnamienne par l’enracinement dans la tradition locale rencontre le désintérêt du gouvernement général, fidèle aux formes architecturales exotiques et tarabiscotées des décennies passées.

4Ce n’est qu’au milieu des années 30 que plusieurs élèves de l’École des Beaux-Arts de l’Indochine voient leur carrière s’épanouir. Le troisième chapitre du livre accorde une place importante à Hoàng Nhu Tiêp et Nguyên Cao Luyên. Formés à l’ebai, ils sont les premiers architectes vietnamiens à remporter un concours international en 1935, pour la construction d’une église à Haiphong. Caroline Herbelin s’attarde sur la production de leur agence fondée en 1933 à Hanoi. Elle souligne en particulier la diversité des logements créés par les deux associés, du compartiment à la villa cossue. À l’instar de leurs camarades de l’ebai, Tiêp et Luyên inscrivent leur architecture dans le courant du modernisme international. Cette partie de l’ouvrage a le grand mérite de faire ressortir deux figures méconnues de la scène architecturale vietnamienne des années 1930. On regrette cependant que l’analyse architecturale ne mobilise qu’un petit nombre de photos et de cartes postales d’édifices datés avec imprécision, sans qu’il ne soit dit par ailleurs si l’agence a laissé des archives. Caroline Herbelin a néanmoins trouvé dans le fonds Victor Tardieu de l’INHA, qu’elle fut la première à étudier en profondeur, des clichés inédits des productions de l’agence Tiêp et Luyên qu’elle analyse à la lumière des écrits des deux architectes. À côté de leur production architecturale, Luyên et Tiêp ont en effet publié quatre articles, en 1936, dans la revue Ngày nay [Aujourd’hui], fondée en 1932 par la jeunesse vietnamienne cultivée et contestataire. Il s’agit pour l’essentiel de conseils sur l’art de bien bâtir destinés à un large public curieux d’architecture moderne et dont les goûts et les besoins sont les véritables arbitres de la commande. Par sa démarche, Caroline Herbelin rappelle l’apport essentiel des revues d’architecture extra-européennes, depuis deux décennies, à l’étude des acteurs locaux de la construction autant qu’elles permettent d’analyser avec finesse leurs ambitions qui souvent dépassent la simple assimilation du modernisme architectural occidental.

5Incontestablement, la société vietnamienne des années 1930 est parcourue par des courants réformateurs et libéraux qui facilitent l’émergence d’une jeune garde d’architectes. Des associations telle que Anh Sang [Ligue de l’habitat salubre] revendiquent des logements décents pour la population vietnamienne urbaine et rurale. Parallèlement, l’ouverture du milieu des architectes indochinois à des agences étrangères contribue au renouvellement des formes et des techniques de construction. L’installation en Indochine, en 1937, d’une succursale du cabinet shangaïen Léonard-Veysseyre-Kruze, étudiée à partir des archives de Paul Veysseyre, constitue un vecteur important du modernisme international dans la colonie tandis que les premières entreprises spécialisées dans la mise en œuvre du béton armé voient le jour. Si le marché central de Phnom Penh (1937), conçu par Jean Desbois et Louis Chauchon et construit par la Société d’études et de construction de Saigon, fait figure de témoignage monumental de ces nouvelles orientations, l’habitat bon marché est certainement le terrain le plus fécond pour l’architecture moderne. L’auteure consacre plusieurs pages à la place des nouvelles formes et techniques de construction dans la résorption de la crise du logement qui touche la colonie à partir de l’Entre-deux-guerres. Elle met en avant la politique volontariste du régime de Vichy qui nomme en 1940 l’amiral Decoux à la tête de l’Indochine française. L’administration entreprend alors de grands travaux de prestige qui servent également à relancer l’économie. Les architectes vietnamiens sont invités à participer à cette politique et assurent de la sorte la promotion de l’identité locale. C’est également en 1940 qu’est entrepris le premier programme de logements pour des fonctionnaires européens, bâtis suivant les principes de l’architecture vernaculaire.

6Le quatrième chapitre replace la question de l’habitat dans le cadre plus large de l’aménagement urbain. Caroline Herbelin estime que « l’Indochine présente du point de vue de la catégorisation des formes architecturales, entre européennes et indigènes, un cas unique car dans aucune possession de l’empire français, la morphologie de l’habitat n’a tenu une place aussi importante dans le processus de division de la ville » (p. 176). L’habitat traditionnel vietnamien, la paillote et le compartiment, tombe très tôt sous le coup des règlements d’hygiène et de sécurité. L’instauration, à partir des années 1890, d’un impôt réglé sur la catégorie de l’habitat est peut-être destinée à entraver les constructions modestes bâties suivant les usages locaux. Il est néanmoins évident que le cadre législatif et fiscal qui régit progressivement le développement urbain de la colonie se développe en miroir des villes de métropole où les conceptions hygiénistes et le souci de l’esthétique de la rue imprègnent l’action édilitaire. Il est incontestable que la ségrégation sociale que produisent ces mesures se superpose à une exclusion ethnique dans les grandes villes d’Indochine. Cependant, ainsi que le rappelle l’auteure, les vietnamiens aisés ne sont pas exclus des quartiers résidentiels aménagés à l’européenne et les mesures combattant l’habitat précaire touchent également les Européens modestes qui habitent fréquemment paillotes et compartiments. Le zoning urbain se renforce dans les années 20 avec l’application progressive de la loi Cornudet (1919) et les plans d’aménagement conçus par Ernest Hébrard pour plusieurs grandes villes de la colonie.

7Cependant, les préconisations du bureau d’Hygiène connaissent des exemptions notamment pour préserver certains quartiers où vivent les marchands vietnamiens et ainsi garantir l’activité économique des grands centres urbains. De même, des propriétaires européens de compartiments s’opposent à Saigon à la mise en ordre de l’urbanisme du quartier du Plateau. Cette gentrification avant l’heure les conduisait alors à perdre leur logement au bénéfice d’un remembrement parcellaire propice à la construction de villas avec jardin. Mais les faibles effectifs du bureau d’Hygiène et les recours nombreux qu’intentent propriétaires européens et vietnamiens entravent l’application de ces règlements. Rares sont les villes où la ségrégation est clairement inscrite dans la division de l’espace qui le plus souvent apparaît fragmenté plutôt que cloisonné.

8Dans le cinquième chapitre, Caroline Herbelin esquisse les grandes lignes des choix techniques qui ont dominé la construction architecturale pendant la colonisation française. L’auteure considère qu’au regard de la pauvreté des moyens dont disposèrent pendant longtemps les colons, une adaptation des savoir-faire occidentaux aux pratiques locales était nécessaire pour bâtir la colonie. Soulignant l’indisponibilité des permis de construire dans les archives, source première pour éclairer cette question, l’auteure rappelle en outre, que nombre de ces constructions ont aujourd’hui disparu ou sont altérées. A ce titre, il est dommage que l’auteure ne développe pas une analyse du Cours de construction pratique de l’architecte Albert Foulhoux (1877), manuel de 440 pages qui semble être resté inédit et à partir duquel elle aurait certainement pu nourrir son propos sur la question de la substitution des matériaux.

9Pour remédier aux limites posées par des solutions de fortune, les Européens importèrent d’abord des structures métalliques de Singapour et d’Europe. Coûteuses, ces charpentes en fer s’avérèrent le plus souvent inadaptées au climat et, comme en Europe, furent jugées inconvenantes pour des bâtiments de prestige. Le fer est supplanté par le béton dès le début du xxe siècle. Son coût économique, la maîtrise plutôt aisée de sa production par une main-d’œuvre vietnamienne souvent très peu formée, en font un matériau d’élection notamment pour la construction de logements en grand nombre. L’essor d’entreprises de construction, européennes et vietnamiennes, soutint le secteur indochinois du bâtiment, notamment dans la production mécanisée de la brique. Néanmoins, la forte dépendance aux importations de métropole fut particulièrement sensible durant la Seconde Guerre mondiale qui, comme en France, imposa des rétentions drastiques sur les matières premières et les matériaux de construction. Contraints, architectes et ingénieurs réhabilitèrent les matériaux et les techniques autochtones en dépit de règlements qui interdisaient notamment les matières périssables tels le bois et le bambou. Ces hybridations de circonstances ne connurent guère de lendemains la guerre passée.

10Le sixième et dernier chapitre constitue un excursus sur le métissage en architecture. Caroline Herbelin s’interroge en particulier sur l’usage de l’architecture occidentale par la haute société vietnamienne en concentrant son analyse sur les maisons bâties par les mandarins, hauts fonctionnaires indigènes intégrés à l’administration coloniale. Si l’étude de l’architecture en situation coloniale passe nécessairement par l’analyse de sa grammaire et de ses techniques, l’auteure souligne qu’il est nécessaire de porter l’analyse à hauteur d’homme pour une compréhension plus fine du phénomène. De manière plus générale, certaines précautions méthodologiques énoncées dans ce chapitre auraient pu figurer dans l’introduction de l’ouvrage. Le chapitre se conclut par une réflexion sur la conception du métissage comme imitation, fondée sur l’étude des maisons de campagne bâties par des Vietnamiens aisés au cours des années 1930, exubérantes dans leur interprétation colorée du répertoire ornemental occidental. Caroline Herbelin les voit comme des précurseurs des maisons dites de « nouveau style français » construites au Vietnam dans les années 1990 et 2000. Cet objet constitué à partir de l’assemblage de matériaux et de techniques variés illustre pour l’auteure le caractère intrinsèque de l’architecture du Vietnam colonial : « une production conjointe résultant de négociations entre différentes entités sociales dont les lignes de partage ne peuvent être réduites à une simple dichotomie entre colonisateurs et colonisés. »

11Couronné en 2017 du prix Alf Andrew Heggoy, remis par la French Colonial Historical Society, le livre de Caroline Herbelin vient nourrir le renouvellement des études sur l’architecture et l’urbanisme dans les colonies. Dépassant la lecture en plan des villes coloniales et l’analyse monographique d’édifices remarquables qui longtemps marquèrent ce champ d’étude, Caroline Herbelin entreprend de restituer l’arrière-plan culturel qui sous-tend le métissage architectural du Vietnam en situation coloniale. Conduite sur le terrain, aux archives du Vietnam et dans plusieurs fonds français, l’enquête s’évertue à reconstituer la polyphonie des acteurs de la construction vietnamienne durant près d’un siècle. En ce sens, le livre de Caroline Herbelin s’inscrit pleinement dans les nouveaux enjeux portés par l’histoire-monde, ceux d’un récit historique écrit à parts égales.

Haut de page

Notes

1 Haris Yiakoumis, Alexandra Yerolympos et Christian Pedelahore de LoddisErnest Hébrard. 1875-1933. La vie illustrée d'un architecte de la Grèce à l'Indochine, Athènes : Editions Pothamos, 2001 (Collection art et photographie).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ronan Bouttier, « Caroline Herbelin, Architectures du Vietnam colonial. Repenser le métissage », ABE Journal [En ligne], 16 | 2019, mis en ligne le 01 mars 2020, consulté le 15 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/abe/6976

Haut de page

Auteur

Ronan Bouttier

Postdoctorant - Labex CAP

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue ABE Journal est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo In Visu
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals