Skip to navigation – Site map
Documents/Sources

Le fonds d’archives Georgette Cottin-Euziol : archive de toute une vie

Assia Samaï-Bouadjadja

Full text

  • 1 Caterina Franchini et Emilia Garda (ed.), MoMoWo: Women’s Creativity since the Modern Movement. An (...)
  • 2 Technique et architecture, n° 329, Février-Mars 1980, numéro spécial Algérie.
  • 3 En 1982, le reportage « Algérie- Pays à bâtir » de la journaliste d’architecture Frédérique de Gra (...)
  • 4 Exposition itinérante, présentée successivement à Paris, Grenoble, Toulouse, Rennes et Marseille ( (...)
  • 5 Assia Samaï-Bouadjadja, Un engagement ! Une architecture ! Georgette Cottin-Euziol, mémoire conser (...)

1Dans l’ouvrage consacré aux femmes architectes qui ont marqué le xxe siècle, MoMoWo : Women’s Creativity since the Modern Movement (2018), Caterina Franchini consacre une courte notice à l’architecte franco-algérienne Georgette Cottin-Euziol et note que « malgré son incroyable travail, elle est restée inconnue jusqu’à l’exposition qui lui a été consacrée en 2004 »1. En 1980, le numéro spécial de la revue Technique et Architecture, entièrement consacrée à l’architecture algérienne2, ne lui avait en effet accordé aucune place3. Il fallut donc attendre l’exposition de 2004, Le Visage de l’Esprit : Georgette Cottin-Euziol. Rétrospective de l’œuvre architecturale4, conçue dans le cadre de « Djazaïr 2003, une année de l’Algérie en France », pour qu’enfin soient mis en lumière ses projets les plus importants réalisés en Algérie entre 1956 et 1978 (fig. 1). Si les faits marquants de sa carrière sont aujourd’hui connus, notamment à travers le mémoire biographique que nous lui avons consacré en 20035, aucune recherche n’a encore été conduite sur son œuvre bâtie, indissociable de son parcours de militante au sein du parti communiste français, puis algérien, auquel elle adhère dès l’âge de 17 ans.

Figure 1 : Invitation pour l’exposition Le visage de l’esprit, Année de l’Algérie en France, 2003.

Figure 1 : Invitation pour l’exposition Le visage de l’esprit, Année de l’Algérie en France, 2003.

Source : Archives Assia Samaï-Bouadjadja.

2Le fonds d’archives de l’architecte, déposé entre 1997 et 2005 aux archives départementales des Bouches-du-Rhône, à Marseille (France), constitue une source majeure pour documenter son travail et témoigner de son engagement tant sur le plan artistique que politique. Cet article vise à présenter succinctement le contenu de ce fonds et à mettre en lumière son intérêt pour l’étude de l’architecture algérienne post-indépendance et de la place des femmes dans son élaboration (fig. 2).

Figure 2 : Inauguration du lycée d’Hadjout (Tipaza, Algérie), décembre 1975.

Figure 2 : Inauguration du lycée d’Hadjout (Tipaza, Algérie), décembre 1975.

Source : Marseille (France), Archives départementales des Bouches-du-Rhône, fonds Georgette Cottin-Euziol, Fonds Georgette Cottin-Euziol, 138J-41.

Repères biographiques

3Georgette (Angeline, Jacqueline, Françoise) Cottin, née à El-Affroun (Algérie) le 7 mai 1926, et décédée à Antibes (France) le 11 avril 2004, est la fille d’un ingénieur, directeur de la succursale belge des établissements Averseng d’El-Affroun, et d’une institutrice passionnée d’histoire et de philosophie. Elle débute sa scolarité à Bruxelles avant de rejoindre Alger à l’âge de dix ans, puis Paris après l’obtention du baccalauréat.

  • 6 Ses feuilles de valeurs sont conservées à Paris (France), Archives nationales, État général des fo (...)

4Inscrite à l’École des beaux-arts de Paris en 1947, elle est diplômée dix ans plus tard et compte parmi les premières femmes architectes en France6. Bien que se revendiquant du mouvement moderne, Cottin-Euziol était très fière de sa formation académique reçue à l’École des beaux-arts de Paris. Élève de Georges Gromort, Pierre Vivien, Guy Lagneau et Marcel Lods, elle est lauréate de l’Institut de France et primée par l’Union internationale des architectes (uia) en 1954-1956.

  • 7 oas : Organisation armée secrète, créée en Algérie à la vieille de l’indépendance. Composée de « p (...)
  • 8 L’acquisition de la nationalité algérienne de Georgette Cottin-Euziol date du 14 juillet 1964, ell (...)
  • 9 Elle expliquait son départ précipité d’Algérie par son engagement politique au sein du pca (parti (...)

5En 1956, elle s’installe à Alger, puis est contrainte de quitter l’Algérie en 1961, menacée de mort par l’oas7 en raison de son soutien au combat du peuple algérien. De retour en Algérie en 1963, elle acquiert la nationalité algérienne un an plus tard8. Elle quitte définitivement l’Algérie en 19789 et s’installe dans le sud-est de la France, à Antibes.

  • 10 Gabriel Cottin (1953-2006), médecin pédopsychiatre.

6Compagne, dans les années 1950, de l’architecte Camille Juaneda (Alger, 1923-Alger, 2002), avec qui elle a eu un fils10, Georgette Cottin épouse, au début des années 1960, Claude Garnier-Euziol, artiste-peintre, dont elle porte par la suite une partie du patronyme. Garnier-Euziol sera par la suite son collaborateur dans tous les projets réalisés en Algérie, en France, en Russie et Tchétchénie.

7Sa production architecturale est abondante et marquée par des ruptures fortes. Ces ruptures s’observent autant dans l’échelle des projets que dans leur architecture : de bâtiments publics, cliniques, lycées et centaines de logements rationalistes construits en Algérie entre 1956 et 1978 à de modestes foyers pour personnes âgées et écoles régionalistes réalisés après 1978 en France, pour des mairies communistes.

Le fonds d’archives

  • 11 Contrat dressé par Maître Émile-Marc Falgon, le 11 avril 2002 à Antibes, signé entre Georgette Cot (...)

8Une première partie du fonds a été déposée aux archives départementales par l’architecte elle-même. Après son décès en 2004, le reste a été remis par Claude Garnier-Euziol, héritier du fonds, au Conseil général des Bouches-du-Rhône, qui l’a à son tour remis aux archives départementales. Une sélection, composée essentiellement des microfilms de ses projets en Algérie, de photos, d’enregistrements et de quelques documents personnels (poèmes, notes, correspondances), nous a été officiellement remise en 2002 par acte notarié11, au nom de notre amitié (fig. 3).

Figure 3 : Assia Samaï-Bouadjadja et Georgette Cottin-Euziol dans sa résidence au domaine des Pimeaux, Juan les Pins (France), 1997.

Figure 3 : Assia Samaï-Bouadjadja et Georgette Cottin-Euziol dans sa résidence au domaine des Pimeaux, Juan les Pins (France), 1997.

Source : Archives Assia Samaï-Bouadjadja.

9Le fonds Cottin-Euziol couvre les trois grandes périodes de la vie professionnelle de l’architecte : ses débuts en Algérie (1956-1961), son retour en Algérie après l’indépendance (1963-1978) et sa carrière en France (1978-2004). Deux courtes expériences, durant son exil forcé en Suisse entre 1961 et 1963, ainsi que dans les dernières années de sa vie, en Russie et Tchétchénie (1994-1999), sont aussi documentées. Le fonds est constitué de 120 tubes de plans ; 2 000 microfiches ; de maquettes d’architecture ; de fresques ; d’une vingtaine de cassettes audio ; d’un film intitulé Georgette Cottin-Euziol, un maître de l’architecture algérienne ; des panneaux de l’exposition rétrospective précédemment citée ; et de photographies, négatifs, diapositives, sous-verre, cédéroms, etc. Cette abondante production architecturale est classée par projets et par pays12.

10Ses réalisations métropolitaines, principalement dans le département des Alpes-Maritimes où elle résidait avec Claude Garnier-Euziol, tiennent une grande place dans le fonds. Elles représentent 277 dossiers sur les 509 que comptent le fonds (soit environ 55 %) tandis que ses projets hors d’Europe représentent 115 dossiers (22 %) dont 77 dossiers pour l’Algérie et 38 pour la Fédération de Russie. Les panneaux de l’exposition représentent quant à eux 73 dossiers.

  • 13 Nous avons pu y consulter en 2003 le dossier des « 172 logements au Puits du Zouave à Bouzaréah (A (...)

11Le contenu des dossiers varie selon la localisation des projets. Ceux qui ont trait à l’Algérie contiennent rarement des plans originaux. Ces derniers, « jalousement » conservés au sein des archives départementales d’Alger (Algérie)13, sont reproduits dans la plupart des cas sur microfiches. Cette partie du fonds est ainsi principalement constituée de négatifs photographiques, de tirages sur papier noir et blanc ou couleur et de diapositives. Dans quelques cas, le dossier est accompagné de correspondances entre les protagonistes de la construction : maître d’ouvrage, bureaux techniques.

  • 14 Marseille (France), Archives départementales des Bouches-du-Rhône, fonds Georgette Cottin-Euziol, (...)
  • 15 Marseille (France), Archives départementales des Bouches-du-Rhône, fonds Georgette Cottin-Euziol, (...)
  • 16 seface (Société d’Etudes Financière Architecture Construction Equipement). Claude Garnier-Euziol e (...)

12Les cassettes audio retranscrivent la série d’interviews que nous avons réalisée avec l’architecte entre avril et octobre 2002, portant sur divers sujets, allant de sa conception de la religion, son engagement politique et ses positions anticoloniales, à sa vision de l’architecture, de son enseignement et de son rapport aux autres domaines de l’art14. Ces conversations, tenues dans une ambiance conviviale, rendent compte du caractère ouvert et spontané du personnage. À propos de la formation des architectes, elle cite par exemple Léon Claro (1899-1991), enseignant à l’École des beaux-arts d’Alger avant et après l’Indépendance, « un grand homme d’une grande sensibilité »15. Elle aborde aussi l’organisation de la société, la seface16, qu’elle a créée avec son mari à son retour en France.

  • 17 Lycées de Tizi Ouzou et de Sour-el-Ghozlane (Algérie), logements sociaux de Breil-sur-Roya et grou (...)

13Il convient aussi de souligner l’importance des maquettes dans le travail de Cottin-Euziol. Si le fonds n’en compte qu’un petit nombre (quatre maquettes remises lors du premier dépôt puis deux ajoutées en 2004)17, de très nombreuses photographies représentent les maquettes réalisées pour la quasi-totalité des projets, y compris ceux restés au stade d’avant-projet.

  • 18 Marseille (France), Archives départementales des Bouches-du-Rhône, fonds Georgette Cottin-Euziol, (...)

14Le fonds est complété par une série de cartons contenant de la documentation (articles de presse, revues ou ouvrages)18 relative aux projets réalisés, qui s’avère particulièrement utile pour évaluer la réception de l’œuvre de l’architecte, en son temps et après.

L’activité extra-européenne à travers les archives

  • 19 Marseille (France), Archives départementales des Bouches-du-Rhône, fonds Georgette Cottin-Euziol, (...)

15Dans le cadre de cet article, nous nous concentrons sur les dossiers extra-européens qui, bien que minoritaires, illustrent, dans le cas de l’Algérie en particulier, la phase de plus grande activité de l’architecte. Elle avouait d’ailleurs se reconnaitre dans ses projets algériens plus que dans n’importe quels autres en raison du combat pour l’émancipation du peuple algérien qu’elle y associait. Ses projets en Russie et en Tchétchénie, dans les années 1990 après la chute du mur de Berlin, n’ont en revanche débouché sur aucune réalisation. Conduits dans le cadre des activités de la seface, ils s’inscrivaient, notamment à Grosny, dans les projets de reconstructions de la ville après le premier conflit tchéchène (1994-1996). Tous furent interrompus en 1999 par la seconde guerre de Tchétchénie. Le projet le plus emblématique de cette période est celui de reconstruction à l’identique du palais présidentiel de Grosny. Les archives conservent ainsi les plans originaux du palais datés de 1984, ainsi que la maquette du projet de reconstruction19. Les extensions figurées sur la maquette n’ont, quant à elles, fait l’objet d’aucuns plans dessinés. À la lecture des archives, le volet russe de l’activité de Georgette Cottin-Euziol n’apparait donc pas comme un jalon important de sa production architecturale. Il rend compte en revanche de son engagement dans l’action militante, notamment le soutien à l’autodétermination du peuple tchétchène.

16L’activité de l’architecte en Algérie est d’une tout autre ampleur. Cottin-Euziol en était particulièrement fière, car elle illustrait ses principes humanistes, son attrait pour la modernité et la technologie ainsi que son attachement pour ce pays. Les documents relatifs à cette production renvoient à deux périodes, datant d’avant et d’après l’indépendance.

  • 20 Construction-type d'une clinique de phtisiologie dans la banlieue d'Alger (Algérie). Le dossier de (...)
  • 21 Marseille (France), Archives départementales des Bouches-du-Rhône, fonds Georgette Cottin-Euziol, (...)
  • 22 Roland Simounet, « le romain », comme l’a désigné l’écrivain algérien Mohamed Dib dans sa préface (...)
  • 23 Marseille (France), Archives départementales des Bouches-du-Rhône, fonds Georgette Cottin-Euziol, (...)
  • 24 Voir Assia Samaï-Bouadjadja, Un engagement !, op. cit. (note 5), p. 7.
  • 25 Voir à ce propos, Samia Henni, Architecture of counterrevolution, The French Army in Northern Alge (...)

17Durant la première période, elle conçoit, dans le prolongement de son projet de diplôme « une clinique de phtisiologie »20 (fig. 4), trois cliniques à Alger : la clinique du Beau-Fraisier (1956) (fig. 5), celle des Crêtes (1960) et celle du Val d’Hydra (1961). C’est aussi à cette période qu’elle cosigne avec son compagnon Camille Juaneda21, le projet de l’ensemble immobilier « Lavigerie », ensemble de 112 logements, situé à Kouba (Alger) (fig. 6). Elle se voit également confier plusieurs études inscrites dans le cadre de la reconstruction d’Orléansville (actuelle Chlef) après le séisme de 1954, conduite sous la direction de l’architecte Jean Bossu (1913-1983), où interviennent aussi Roland Simounet (1927-1996)22 et Robert Hansberger (1927-2005). Les projets d’une église, d’une mairie-poste et de logements dans les communes de Warnier (actuelle Ouled Fares) et Massena (actuelle Ouled Ben Abdelkader), sont notamment documentés par des photographies datées de 1958. Modestes par leurs dimensions, ces projets sont toutefois remarquables pour leur qualité plastique (fig.7). Durant cette période, elle réalise aussi des logements (groupe Poincaré au Ruisseau-Alger), un groupe scolaire avec logements de fonction (école Djenane Ben Omar à Kouba-Alger, 1959). La présence dans le fonds de photographies d’un immeuble, légendées « S.A.S de Cap-Djinet » (1959)23, qu’elle a réalisé, disait-elle, dans le cadre de « la pacification »24, mérite une recherche plus approfondie. Les S.A.S [Section administrative spécialisée] étant liées au contrôle de la population pendant la guerre d’Algérie, il serait en effet intéressant d’analyser ce dossier, d’une part à la lumière des positions anticoloniales fermes de l’architecte, d’autre part au regard de l’instrumentalisation de la construction architecturale par les politiques ségrégationnistes coloniales25.

Figure 4 : Maquette d’une clinique de phtisiologie, projet de diplôme de G. Cottin-Euziol, 1956.

Figure 4 : Maquette d’une clinique de phtisiologie, projet de diplôme de G. Cottin-Euziol, 1956.

Source : Marseille (France), Archives départementales des Bouches-du-Rhône, fonds Georgette Cottin-Euziol, 138 J-3.

Figure 5 : Construction de la clinique du Beau-Fraisier en 1960 (Algérie).

Figure 5 : Construction de la clinique du Beau-Fraisier en 1960 (Algérie).

Source : Marseille (France), Archives départementales des Bouches-du-Rhône, fonds Georgette Cottin-Euziol, 138 J-23.

Figure 6 : Projet de 112 logements économiques, Georgette Cottin & Camille Juaneda architectes, v. 1960.

Figure 6 : Projet de 112 logements économiques, Georgette Cottin & Camille Juaneda architectes, v. 1960.

Source : Marseille (France), Archives départementales des Bouches-du-Rhône, fonds Georgette Cottin-Euziol, 138 J-47.

Figure 7 : Église de Warnier (actuellement Ouled Fares (Chlef), Algérie), v. 1958.

Figure 7 : Église de Warnier (actuellement Ouled Fares (Chlef), Algérie), v. 1958.

Source : Marseille (France), Archives départementales des Bouches-du-Rhône, fonds Georgette Cottin-Euziol, 138J-75.

  • 26 Mohamed Kacimi El-Hassani (dir.), Les Années Boum, Alger : Casbah Editions, 2016.

18Durant la seconde période, après l’indépendance proclamée en 1962, Cottin-Euziol s’implique fortement dans la construction de l’Algérie indépendante, avec « abnégation », disait-elle. Durant une longue décennie (1964-1977), l’architecte, alors quarantenaire, va construire un nombre impressionnant de bâtiments de grande ampleur : préfecture, groupes scolaires et lycées, grands ensembles de logements, sièges de sociétés, etc. Ces années correspondent aux années du gouvernement (1965-1978) de Houari Boumédiène, figure emblématique de l’Algérie post-indépendance qui engagea le pays dans un programme de réformes sans précédent. Peu d’études ont été entreprises sur « les années Boum », comme on les nomme en Algérie26. Le travail de Georgette Cottin-Euziol durant cette période offre ainsi un matériau de recherche tout à fait exceptionnel.

  • 27 École d’architecture de Grenoble et Les 2 rives, Algérie, Traces d’histoire. Architecture urbanism (...)
  • 28 Marseille (France), Archives départementales des Bouches-du-Rhône, fonds Georgette Cottin-Euziol, (...)

19Si une grande partie de ses projets sont représentés dans le catalogue de l’exposition Algérie, Traces d’histoire27, ils n’ont pas encore fait l’objet de notices approfondies. L’inventaire de cette partie du fonds atteste pourtant d’un éventail de projets extrêmement variés, retraçant les positions de Cottin-Euziol vis-à-vis des problématiques qui ont marqué la sphère architecturale internationale du xxe siècle. Sa production embrasse les principes de la Modernité, résumés dans l’équité, la rationalité, l’universalité, l’innovation, la liberté de l’esprit et son corollaire l’émancipation. Ainsi le rapport à la ville est appréhendé par une recherche tout à fait libre du plan de masse. En consécration du principe de liberté et à l’instar des autres architectes modernistes, Cottin-Euziol rejette les canons régissant la ville classique (alignement, prospect, etc.) et se livre à la composition libre des volumes, en rapport avec le paysage, le relief, l’orientation, etc. La production de cette période, au rationalisme assumé, se caractérise par une attention particulière portée au site que met prioritairement en valeur son travail sur maquette (figs. 4 et 8) : Cottin-Euziol exploite au mieux le relief, crée les perspectives et les vues. Elle défend une architecture dans laquelle le « parti architectural dépend particulièrement du contexte social, du programme et du site »28.

  • 29 Principe qui suscita de fervents débats au sein des ciam dans les années 1950 et dont se revendiqu (...)
  • 30 Marseille (France), Archives départementales des Bouches-du-Rhône, fonds Georgette Cottin-Euziol, (...)
  • 31 Marseille (France), Archives départementales des Bouches-du-Rhône, fonds Georgette Cottin-Euziol, (...)
  • 32 Le projet est publié dans la revue polonaise Architektura 3, Mieslecznik Stowarzyszenie Architektó (...)

20Adepte du principe de la synthèse des arts29, initié par Wassily Kandinsky et adopté entre autres par Le Corbusier et ses émules, Cottin-Euziol accorde une place de choix au design intérieur et au mobilier, conçus par son mari et collaborateur Claude Garnier-Euziol (fig. 9). À l’instar de Fernand Pouillon qui accordait une grande place à l’introduction d’éléments céramiques dans ses projets, elle dote aussi la plupart de ses constructions de fresques, dessinées par Garnier-Euziol, et réalisées par des céramistes. Deux d’entre elles sont particulièrement documentées : celle qui orne la façade du cinéma Le Mondial de Tizi Ouzou et consacre le principe de l’universalité de la culture et celle qui décore le hall d’entrée de la bibliothèque universitaire d’Alger30 (fig. 10). Ce dernier projet31 occupe d’ailleurs une place à part dans l’œuvre de Cottin-Euziol : il est le premier construit à son retour en Algérie et l’un des rares publiés dans les revues de l’époque32. La construction de cette nouvelle bibliothèque à partir de 1964, sur l’emplacement même de celle détruite en 1962 par un incendie criminel perpétré par l’oas, est le symbole de la reconstruction de l’Algérie après la guerre d’indépendance. Ce projet, bien documenté dans les archives, mérite une exploration particulière en raison de sa valeur architecturale et symbolique.

Figure 8 : Maquette d’étude, école normale d’instituteurs de Tizi-Ouzou (Algérie), v. 1969.

Figure 8 : Maquette d’étude, école normale d’instituteurs de Tizi-Ouzou (Algérie), v. 1969.

Source : Marseille (France), Archives départementales des Bouches-du-Rhône, fonds Georgette Cottin-Euziol, 138J-67.

Figure 9 : Détail de la cheminée et de l’espace autour, Hôtel El-Oued (Algérie), 1966. Conception C. Garnier-Euziol.

Figure 9 : Détail de la cheminée et de l’espace autour, Hôtel El-Oued (Algérie), 1966. Conception C. Garnier-Euziol.

Source : Marseille (France), Archives départementales des Bouches-du-Rhône, fonds Georgette Cottin-Euziol, 138J- 37.

Figure 10 : Dessin préparatoire, fresque de la bibliothèque de l’université d’Alger (Algérie). Claude Garnier-Euziol, v. 1965.

Figure 10 : Dessin préparatoire, fresque de la bibliothèque de l’université d’Alger (Algérie). Claude Garnier-Euziol, v. 1965.

Source : Marseille (France), Archives départementales des Bouches-du-Rhône, fonds Georgette Cottin-Euziol, 138J 519.

21Les autres réalisations de l’architecte entre 1964 et 1978 peuvent être classées en quatre grands chapitres :

Le programme de la Grande Kabylie

  • 33 Marseille (France), Archives départementales des Bouches-du-Rhône, fonds Georgette Cottin-Euziol, (...)

22Le fonds documente 15 projets33 réalisés entre 1968 et 1975, dans la wilaya de Tizi Ouzou, au cœur de la Grande Kabylie qui fait l’objet d’un des plus importants programmes de développement des années 1970. Cottin-Euziol construit la préfecture de Tizi-Ouzou, des groupes scolaires, lycées, bâtiments administratifs (sous-préfectures, mairies, inspection académique, etc.), ensemble de logements, complexe culturel (théâtre, cinéma, palais des congrès et centre culturel), hôtel et école normale (figs. 7 et 11).

Figure 11 : Plan de masse, sous-préfecture de Larbaa-Nath-Irathen (Grande Kabylie, Algérie), 1969.

Figure 11 : Plan de masse, sous-préfecture de Larbaa-Nath-Irathen (Grande Kabylie, Algérie), 1969.

Source : Marseille (France), Archives départementales des Bouches-du-Rhône, fonds Georgette Cottin-Euziol, 138J 30.

L’accompagnement des grandes infrastructures industrielles

  • 34 Marseille (France), Archives départementales des Bouches-du-Rhône, fonds Georgette Cottin-Euziol, (...)
  • 35 Marseille (France), Archives départementales des Bouches-du-Rhône, fonds Georgette Cottin-Euziol, (...)

23Parmi les projets qui ont accompagné le développement industriel de l’Algérie, notamment la mise en place des grandes sociétés d’État autogérées, on peut citer la base résidentielle de la société algérienne de forage pétrolier (alfor) sur le site de Hassi-Messaoud dans le Sahara algérien (1973)34, le siège de la société des travaux de la wilaya de Sétif (stws) (1976) (fig. 12), ou bien encore le siège des Entreprises algériennes des grands travaux (altra), à Reghaïa dans la banlieue est d’Alger (1974-1977) (fig. 13). Ce dernier dossier est particulièrement riche pour comprendre les relations entre l’architecte et le maître d’ouvrage35.

Figure 12 : Siège de la société des travaux de la wilaya de Sétif (stws), 1976.

Figure 12 : Siège de la société des travaux de la wilaya de Sétif (stws), 1976.

Source : Marseille (France), Archives départementales des Bouches-du-Rhône, fonds Georgette Cottin-Euziol, 138J-50.

Figure 13 : Maquette d’étude du siège social d’altra (Entreprises algériennes des grands travaux), 1974, Reghaia (Alger, Algérie).

Figure 13 : Maquette d’étude du siège social d’altra (Entreprises algériennes des grands travaux), 1974, Reghaia (Alger, Algérie).

Source : Marseille (France), Archives départementales des Bouches-du-Rhône, fonds Georgette Cottin-Euziol, 138 J-48.

Les programmes de logement

  • 36 Allocution de Georgette Cottin-Euziol, prononcée à l’occasion de la rencontre internationale Le Co (...)
  • 37 Le terme, et celui de modernité tempérée, sont utilisés pour décrire l’architecture de l’entre-deu (...)

24Le fonds compte un grand nombre de dossiers relatifs à des programmes de logements. Outre les opérations réalisées en Kabylie après 1968, Cottin-Euziol réalise avant et après l’indépendance plusieurs opérations de centaines de logements dans la banlieue d’Alger (Le Ruisseau, Kouba, Bouzaréah) (figs.6 et 14). Le principe d’équité façonne son architecture du logement, où la part du confort qui dépend, selon elle, de données non seulement techniques mais aussi anthropologiques, est accordée aux futurs habitants quel que soit leur niveau social. Grandes cuisines, grandes loggias et moucharabiehs caractérisent les différentes opérations de logements à Bouzaréah (457 logts, 360 logts, 230 logts, etc.). La dimension anthropologique, lui permet de renouer avec le passé, qui est selon ses dires « omniprésent et qu’il faut amadouer, maîtriser, pour mieux s’en servir sans plagiat »36. Ceci fait d’elle, l’une des architectes précurseurs du retour à une modernité modérée37, où les dimensions notamment anthropologique, historique retrouvent leur droit de cité.

Figure 14 : Maquette d’étude ensemble immobilier 172 logements avec centre commercial.

Figure 14 : Maquette d’étude ensemble immobilier 172 logements avec centre commercial.

Première tranche d’une opération de 457 logements, avec des groupes scolaires et équipements de première nécessité. Bouzaréah, Alger, 1970.

Source : Marseille (France), Archives départementales des Bouches-du-Rhône, fonds Georgette Cottin-Euziol, 138 J-27.

Les équipements hôteliers

  • 38 Nous renvoyons sur ce sujet aux communications de Vassilis Colonas, International style versus Ita (...)
  • 39 Marseille (France), Archives départementales des Bouches-du-Rhône, fonds Georgette Cottin-Euziol, (...)
  • 40 « Le grand hôtel du Souf à El-Oued (Sahara), Georgette Cottin Euziol architecte ; Claude Garnier E (...)
  • 41 Pour les travaux de Pouillon en Algérie, voir par exemple : Jean-Lucien Bonillo (dir.), Fernand Po (...)
  • 42 Société des architectes diplômés par le Gouvernement.

25Un autre pan du travail de Cottin-Euziol, mis en lumière par les archives, a trait aux projets hôteliers, qui constituent une typologie clé de l’architecture moderne après la Seconde Guerre mondiale, notamment autour de la Méditerranée38. En 1960, Cottin-Euziol travaille sur un projet d’agrandissement de l’hôtel Saint-Georges (actuel El-Djazaïr) à Alger. Puis en 1964, elle est chargée par le ministère du Tourisme, d’une « mission d’études » pour réaménager des hôtels anciens (Grand Hôtel des thermes d’Hammam Righa, Hôtel des Sables d’Or à Zeralda, Hôtel transatlantique de Tenès, etc.) et en construire de nouveaux. Documentées pour la plupart par de petits dossiers ne comptant en général que quelques photographies et pièces écrites, les études vont néanmoins déboucher sur la construction de trois nouveaux hôtels, l’hôtel de Yakouren et l’hôtel Belloua de Tizi-Ouzou, dans le cadre du programme de développement de la Grande Kabylie, ainsi que l’hôtel du Souf, à El-Oued dans le Sahara algérien. Ce dernier, construit en 1966, occupe une place particulière dans le fonds d’archives : à la fois par l’abondance de la documentation architecturale39 (plans, photographies, maquette, échantillon de matériaux) (figs. 8 et 15), ses nombreuses publications40, et parce qu’il est à l’origine d’une vive polémique avec l’architecte Fernand Pouillon, également bien documentée. Lorsqu’en 1966, ce dernier41 s’intéresse au programme d'architecture hôtelière de l’Algérie à travers sa Charte sur le tourisme algérien, il critique en effet l’hôtel du Souf. Cottin-Euziol répond par un texte cinglant, adressé au président d’honneur de la sadg42 et au directeur de L’Architecture d’Aujourd’hui, qui accuse « la Société d’Études Française de Messieurs Pouillon et Chevalier » de s’accaparer la paternité du programme d’équipement touristique de l’Algérie pourtant engagé depuis 1964. Au cours des entretiens qu’elle nous a accordés en 2002, Cottin-Euziol revient d’ailleurs sur ses relations avec Pouillon. Tout en reconnaissant qu’il était « un grand architecte ayant du caractère », elle n’hésite pas à le qualifier de « raciste en raison de sa production ». Au-delà des rivalités mises au jour, les archives contenues dans le fonds Cottin-Euziol relatives à l’histoire du tourisme postindépendance offrent à coup sûr de nouvelles pistes de recherche.

Figure 15 : Photo de chantier, réalisation d’une voute en fusées céramiques, Hôtel El-Oued (1966)

Figure 15 : Photo de chantier, réalisation d’une voute en fusées céramiques, Hôtel El-Oued (1966)

Source : Marseille (France), Archives départementales des Bouches-du-Rhône, fonds Georgette Cottin-Euziol, 138J-37.

Conclusion

26Si le fonds contient suffisamment de plans et de photographies pour conduire une étude formelle des projets, il offre aussi, à travers quelques (trop rares) documents écrits, la possibilité de percevoir le milieu professionnel dans lequel s’insérait l’architecte. Les difficultés d’approvisionnement et les restrictions budgétaires auxquelles elles étaient confrontées, les relations avec les maitres d’ouvrage se dessinent à travers quelques correspondances. Les articles de la presse algérienne relatifs à la réception des projets, consciencieusement découpés et rassemblés par l’architecte, sont aussi significatifs : son nom n’y est jamais mentionné. Le mot abnégation prend alors tout son sens.

Top of page

Notes

1 Caterina Franchini et Emilia Garda (ed.), MoMoWo: Women’s Creativity since the Modern Movement. An European Cultural Heritage, Turin : Politecnico di Torino, 2018, p. 22.

2 Technique et architecture, n° 329, Février-Mars 1980, numéro spécial Algérie.

3 En 1982, le reportage « Algérie- Pays à bâtir » de la journaliste d’architecture Frédérique de Gravelaire, publié dans le journal du parti socialiste français L’Unité, avait omis à son tour la production de Cottin-Euziol. L’architecte avait alors protesté en vain auprès des rédactions en adressant en 1980 une lettre au directeur de la revue TA, puis en 1982, à Claude Estier, directeur de L’Unité. Ses lettres et leurs réponses signées d’Elisabeth Allain-Dupré Fabry et de Claude Estier sont conservées dans nos archives personnelles.

4 Exposition itinérante, présentée successivement à Paris, Grenoble, Toulouse, Rennes et Marseille (Marseille (France), Archives départementales des Bouches-du-Rhône, fonds Georgette Cottin-Euziol, 138J-410 à 482). Son titre Le visage de l’esprit est tiré d’une citation de Sénèque « le discours est le visage de l’esprit », à laquelle s’était référée Cottin-Euziol au terme d’une allocution prononcée à l’occasion de la rencontre internationale Le Corbusier et le M’Zab, organisée en 1998 par le Club Nazim-Architecture en collaboration avec la wilaya de Ghardaïa (Algérie) et la Fondation Le Corbusier, Marseille (France), Archives départementales des Bouches-du-Rhône, fonds Georgette Cottin-Euziol, 138J-490.

5 Assia Samaï-Bouadjadja, Un engagement ! Une architecture ! Georgette Cottin-Euziol, mémoire conservé à Marseille (France), Archives départementales des Bouches-du-Rhône, fonds Georgette Cottin-Euziol, 138 J 491. Un résumé est publié dans : Assia Samaï-Bouadjadja, « Cottin Euziol, Georgette [El Affroun, Blida, Algérie 1926-Antibes 2004] », in Béatrice Didier, Antoinette Fouque et Mireille Calle-Gruber, Le Dictionnaire universel des créatrices, Paris : Des femmes-Antoinette Fouque, 2013, p. 1080 ; voir aussi : Assia Samaï-Bouadjadja, « Georgette Cottin-Euziol between the Beaux-Arts spirit and the philosophy of modernity », Docomomo Journal, no 38, mars 2008, p. 9-11.

6 Ses feuilles de valeurs sont conservées à Paris (France), Archives nationales, État général des fonds, vol. 2, École régionale d’Architecture, Feuilles de valeurs, AJ 52 1113. Également disponible en ligne sur le Dictionnaire des élèves architectes de l’École des beaux-arts (base Agorha). URL: https://agorha.inha.fr/inhaprod/ark:/54721/002155256. Consulté le 10 avril 2019.

7 oas : Organisation armée secrète, créée en Algérie à la vieille de l’indépendance. Composée de « pieds-noirs » extrémistes, l’oas est à l’origine de nombreux attentats contre les Algériens et tous ceux qui soutiennent leur lutte.

8 L’acquisition de la nationalité algérienne de Georgette Cottin-Euziol date du 14 juillet 1964, elle est inscrite au Journal officiel de la République algérienne démocratique et populaire du 31 juillet 1964.

9 Elle expliquait son départ précipité d’Algérie par son engagement politique au sein du pca (parti communiste algérien). Dans le contexte du régime de parti unique mis en place par le fln (front de libération national) et de la montée de l’affairisme et de la corruption dans les années 1970, sa détermination à promouvoir la liberté de l’esprit, lui avait valu d’être, comme d’autres membres du pca, sérieusement menacée. Un de ses amis, le poète Jean Sénac a été assassiné en 1973.

10 Gabriel Cottin (1953-2006), médecin pédopsychiatre.

11 Contrat dressé par Maître Émile-Marc Falgon, le 11 avril 2002 à Antibes, signé entre Georgette Cottin-Euziol et Assia Samaï-Bouadjadja.

12 URL: https://gtc.hypotheses.org/207. Consulté le 19 avril 2019.

13 Nous avons pu y consulter en 2003 le dossier des « 172 logements au Puits du Zouave à Bouzaréah (Alger) », en étant juste autorisée à prendre quelques photos.

14 Marseille (France), Archives départementales des Bouches-du-Rhône, fonds Georgette Cottin-Euziol, 138J-492. Les interviews réalisées en 2002 sont rassemblées dans 17 cassettes audios.

15 Marseille (France), Archives départementales des Bouches-du-Rhône, fonds Georgette Cottin-Euziol, 138J-492, interview du 03/04/2002.

16 seface (Société d’Etudes Financière Architecture Construction Equipement). Claude Garnier-Euziol en était le gérant. Une partie des archives de la société est conservées dans le fonds Cottin-Euziol.

17 Lycées de Tizi Ouzou et de Sour-el-Ghozlane (Algérie), logements sociaux de Breil-sur-Roya et groupe scolaire de La Colle sur Loup (France). Puis après l’exposition Le visage de l’esprit, hôtel du Souf (Algérie) et palais présidentiel de Grozny (Tchétchénie).

18 Marseille (France), Archives départementales des Bouches-du-Rhône, fonds Georgette Cottin-Euziol, 138J-504 et 505. Les articles de presse ont pour la plupart paru dans le quotidien national El Moudjahid.

19 Marseille (France), Archives départementales des Bouches-du-Rhône, fonds Georgette Cottin-Euziol, 138J-404.

20 Construction-type d'une clinique de phtisiologie dans la banlieue d'Alger (Algérie). Le dossier de plans et le descriptif sont conservés sous les cotes AD 13, 138J-2 et 138J-3 (Marseille (France), Archives départementales des Bouches-du-Rhône, fonds Georgette Cottin-Euziol).

21 Marseille (France), Archives départementales des Bouches-du-Rhône, fonds Georgette Cottin-Euziol, 138 J-47.

22 Roland Simounet, « le romain », comme l’a désigné l’écrivain algérien Mohamed Dib dans sa préface à Roland Simounet : pour une invention de l’espace, Paris : Électa Moniteur, 1986, est un architecte moderniste français qui affiche une grande sensibilité aux modèles culturels. Membre influent de la section ciam d’Alger, il est l’auteur de la célèbre grille ciam réalisée à partir des relevés et de l’analyse du bidonville Mahieddine d’Alger, présentée au congrès d’Aix-en-Provence (1953) et qui aboutit au célèbre projet de Djenen-el-Hassan (Alger, 1956-1958). Voir par exemple Richard Klein (dir.), Roland Simounet à l'œuvre : architecture 1951-1996, catalogue d'exposition (Villeneuve d'Ascq, Musée d'art moderne Lille Métropole ; Lille, Musée d'art moderne Lille Métropole), 2000 (Librairie de l'architecture et de la ville).

23 Marseille (France), Archives départementales des Bouches-du-Rhône, fonds Georgette Cottin-Euziol, 138J-28.

24 Voir Assia Samaï-Bouadjadja, Un engagement !, op. cit. (note 5), p. 7.

25 Voir à ce propos, Samia Henni, Architecture of counterrevolution, The French Army in Northern Algeria, Zürich: gta Verlag, , 2017.

26 Mohamed Kacimi El-Hassani (dir.), Les Années Boum, Alger : Casbah Editions, 2016.

27 École d’architecture de Grenoble et Les 2 rives, Algérie, Traces d’histoire. Architecture urbanisme & art, de la préhistoire à l’Algérie contemporaine, catalogue d’exposition (Paris, Conciergerie, 2 octobre-5 novembre 2003), Lyon : certu, 2003 (Écoles d’architecture).

28 Marseille (France), Archives départementales des Bouches-du-Rhône, fonds Georgette Cottin-Euziol, 138J-492, interview du 02/04/2002.

29 Principe qui suscita de fervents débats au sein des ciam dans les années 1950 et dont se revendiquait aussi Simounet.

30 Marseille (France), Archives départementales des Bouches-du-Rhône, fonds Georgette Cottin-Euziol, 138 J-519.

31 Marseille (France), Archives départementales des Bouches-du-Rhône, fonds Georgette Cottin-Euziol, 138 J-11 à 15.

32 Le projet est publié dans la revue polonaise Architektura 3, Mieslecznik Stowarzyszenie Architektów Polskich (sarp), Rocznik XXIV, 1970, et fait l’objet d’articles dans le quotidien national El Moudjahid. Seuls deux autres projets font l’objet d’une publication, le lycée de Sour-el-Ghozlane, dans la même revue polonaise, (Architektura 3, Rocznik XXVIII, 1974, p120-122) et l’hôtel du Souf (voir infra).

33 Marseille (France), Archives départementales des Bouches-du-Rhône, fonds Georgette Cottin-Euziol, 138 J-56 à 74 et 138 J-30 à 33. Ces dossiers ont servi de base à un magister soutenu à l’université Mouloud Mammeri de Tizi-Ouzou : Thamazgha Haddadi, Les Œuvres architecturales de Georgette Cottin.

Euziol de 1968 à 1978 à Tizi-Ouzou : un enseignement sur un mode de production, dirigé par Pr. M.I.Salhi, soutenu le 13 décembre 2017.

34 Marseille (France), Archives départementales des Bouches-du-Rhône, fonds Georgette Cottin-Euziol, 138 J 43-44.

35 Marseille (France), Archives départementales des Bouches-du-Rhône, fonds Georgette Cottin-Euziol, 138 J 48.

36 Allocution de Georgette Cottin-Euziol, prononcée à l’occasion de la rencontre internationale Le Corbusier et le M’Zab, op. cit. (note 2).

37 Le terme, et celui de modernité tempérée, sont utilisés pour décrire l’architecture de l’entre-deux-guerres, alliant tradition et modernité.

38 Nous renvoyons sur ce sujet aux communications de Vassilis Colonas, International style versus Italian colonial architecture. Post-war Greek architecture for Tourism in the Dodecanese, sur l’architecture du tourisme en Grèce, ou d’Ezio Godoli et Nazila Khaghani, The work of Luigi Moretti and Roman architectural firms for Algeria, sur l’Algérie, présentées à Lisbonne et Palerme dans le cadre de l’Action COST Architecture Beyond (http://architecturebeyond.eu.huma-num.fr/. Consulté le 18 novembre 2019).

39 Marseille (France), Archives départementales des Bouches-du-Rhône, fonds Georgette Cottin-Euziol, 138 J-35 à 40.

40 « Le grand hôtel du Souf à El-Oued (Sahara), Georgette Cottin Euziol architecte ; Claude Garnier Euziol collaborateur », L’Architecture française, nos 373-374, sept.-oct. 1973. L’hôtel fait aussi l’objet d’articles dans L’architecture d’aujourd’hui, n° 132, juin-juillet 1967, numéro spécial Urbanisme, La maison Française, n°217, mai 1968, la revue allemande DBZ, Architektur Entwurf Detail, n° 9, sept. 1974 ainsi que dans la revue polonaise Archiektura, n° 9, 1968.

41 Pour les travaux de Pouillon en Algérie, voir par exemple : Jean-Lucien Bonillo (dir.), Fernand Pouillon, architecte méditerranéen, Marseille : Imbernon, 2001.

42 Société des architectes diplômés par le Gouvernement.

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1 : Invitation pour l’exposition Le visage de l’esprit, Année de l’Algérie en France, 2003.
Credits Source : Archives Assia Samaï-Bouadjadja.
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/6979/img-1.jpg
File image/jpeg, 80k
Title Figure 2 : Inauguration du lycée d’Hadjout (Tipaza, Algérie), décembre 1975.
Credits Source : Marseille (France), Archives départementales des Bouches-du-Rhône, fonds Georgette Cottin-Euziol, Fonds Georgette Cottin-Euziol, 138J-41.
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/6979/img-2.jpg
File image/jpeg, 112k
Title Figure 3 : Assia Samaï-Bouadjadja et Georgette Cottin-Euziol dans sa résidence au domaine des Pimeaux, Juan les Pins (France), 1997.
Credits Source : Archives Assia Samaï-Bouadjadja.
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/6979/img-3.jpg
File image/jpeg, 174k
Title Figure 4 : Maquette d’une clinique de phtisiologie, projet de diplôme de G. Cottin-Euziol, 1956.
Credits Source : Marseille (France), Archives départementales des Bouches-du-Rhône, fonds Georgette Cottin-Euziol, 138 J-3.
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/6979/img-4.jpg
File image/jpeg, 144k
Title Figure 5 : Construction de la clinique du Beau-Fraisier en 1960 (Algérie).
Credits Source : Marseille (France), Archives départementales des Bouches-du-Rhône, fonds Georgette Cottin-Euziol, 138 J-23.
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/6979/img-5.jpg
File image/jpeg, 111k
Title Figure 6 : Projet de 112 logements économiques, Georgette Cottin & Camille Juaneda architectes, v. 1960.
Credits Source : Marseille (France), Archives départementales des Bouches-du-Rhône, fonds Georgette Cottin-Euziol, 138 J-47.
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/6979/img-6.jpg
File image/jpeg, 202k
Title Figure 7 : Église de Warnier (actuellement Ouled Fares (Chlef), Algérie), v. 1958.
Credits Source : Marseille (France), Archives départementales des Bouches-du-Rhône, fonds Georgette Cottin-Euziol, 138J-75.
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/6979/img-7.jpg
File image/jpeg, 195k
Title Figure 8 : Maquette d’étude, école normale d’instituteurs de Tizi-Ouzou (Algérie), v. 1969.
Credits Source : Marseille (France), Archives départementales des Bouches-du-Rhône, fonds Georgette Cottin-Euziol, 138J-67.
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/6979/img-8.jpg
File image/jpeg, 135k
Title Figure 9 : Détail de la cheminée et de l’espace autour, Hôtel El-Oued (Algérie), 1966. Conception C. Garnier-Euziol.
Credits Source : Marseille (France), Archives départementales des Bouches-du-Rhône, fonds Georgette Cottin-Euziol, 138J- 37.
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/6979/img-9.jpg
File image/jpeg, 188k
Title Figure 10 : Dessin préparatoire, fresque de la bibliothèque de l’université d’Alger (Algérie). Claude Garnier-Euziol, v. 1965.
Credits Source : Marseille (France), Archives départementales des Bouches-du-Rhône, fonds Georgette Cottin-Euziol, 138J 519.
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/6979/img-10.jpg
File image/jpeg, 208k
Title Figure 11 : Plan de masse, sous-préfecture de Larbaa-Nath-Irathen (Grande Kabylie, Algérie), 1969.
Credits Source : Marseille (France), Archives départementales des Bouches-du-Rhône, fonds Georgette Cottin-Euziol, 138J 30.
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/6979/img-11.jpg
File image/jpeg, 326k
Title Figure 12 : Siège de la société des travaux de la wilaya de Sétif (stws), 1976.
Credits Source : Marseille (France), Archives départementales des Bouches-du-Rhône, fonds Georgette Cottin-Euziol, 138J-50.
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/6979/img-12.jpg
File image/jpeg, 153k
Title Figure 13 : Maquette d’étude du siège social d’altra (Entreprises algériennes des grands travaux), 1974, Reghaia (Alger, Algérie).
Credits Source : Marseille (France), Archives départementales des Bouches-du-Rhône, fonds Georgette Cottin-Euziol, 138 J-48.
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/6979/img-13.jpg
File image/jpeg, 107k
Title Figure 14 : Maquette d’étude ensemble immobilier 172 logements avec centre commercial.
Caption Première tranche d’une opération de 457 logements, avec des groupes scolaires et équipements de première nécessité. Bouzaréah, Alger, 1970.
Credits Source : Marseille (France), Archives départementales des Bouches-du-Rhône, fonds Georgette Cottin-Euziol, 138 J-27.
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/6979/img-14.jpg
File image/jpeg, 108k
Title Figure 15 : Photo de chantier, réalisation d’une voute en fusées céramiques, Hôtel El-Oued (1966)
Credits Source : Marseille (France), Archives départementales des Bouches-du-Rhône, fonds Georgette Cottin-Euziol, 138J-37.
URL http://journals.openedition.org/abe/docannexe/image/6979/img-15.jpg
File image/jpeg, 86k
Top of page

References

Electronic reference

Assia Samaï-Bouadjadja, « Le fonds d’archives Georgette Cottin-Euziol : archive de toute une vie », ABE Journal [Online], 16 | 2019, Online since 25 March 2020, connection on 06 August 2020. URL : http://journals.openedition.org/abe/6979 ; DOI : https://doi.org/10.4000/abe.6979

Top of page

About the author

Assia Samaï-Bouadjadja

Maître de conférences, Université Ferhat-Abbas Sétif 1, Sétif, Algérie

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
La revue ABE Journal est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo INHA
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo In Visu
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals