Navigation – Plan du site
Dossier : l'Ouest et le monde

Dans les villes de l’Ouest : des musiciens venus d’ailleurs…(XVIIe-XVIIIsiècle)

Sylvie Granger
p. 107-126

Résumés

L’instabilité chronique des musiciens anciens, qu’ils soient d’église ou profanes, entraîne d’actifs mouvements migratoires – moins difficiles à reconstituer pour les premiers, éclairés par les archives des chapitres qui les emploient. Instabilité et mobilité suscitent l’arrivée dans les villes de l’Ouest de nombreux musiciens extérieurs : au Mans, 6 musiciens sur 10 sont nés à plus de 50 km de distance. À la fin de l’Ancien Régime, les grandes églises emploient un personnel musical dont les deux-tiers au moins viennent d’un autre diocèse – la proportion atteignant 100 % à Saint-Martin de Tours en 1790. Les cartes établies montrent que ces musiciens viennent essentiellement de la moitié nord du royaume, à l’exception de la Bretagne, qui apparaît mal reliée aux itinéraires dominants. Mais certains ont accompli des migrations plus longues : les musiciens italiens ou germaniques ne sont pas rares dans les villes de l’Ouest, et la jeunesse de Caen a appris à danser pendant plusieurs décennies sous la férule d’un maître à danser natif de Saint-Domingue !

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Granger, « Dans les villes de l’Ouest : des musiciens venus d’ailleurs…(XVIIe-XVIIIsiècle) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 112-3 | 2005, 107-126.

Référence électronique

Sylvie Granger, « Dans les villes de l’Ouest : des musiciens venus d’ailleurs…(XVIIe-XVIIIsiècle) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 112-3 | 2005, mis en ligne le 20 septembre 2007, consulté le 22 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/abpo/1123 ; DOI : 10.4000/abpo.1123

Haut de page

Auteur

Sylvie Granger

Maître de conférences en histoire moderne LHAMANS – Université du Maine

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page