Navigation – Plan du site

Le présidial de Nantes dans la tourmente ligueuse (1589-1598)

Vincent Le Gall
p. 7-31

Résumés

L’attitude des magistrats du Présidial de Nantes pendant les troubles qui ont agité la Bretagne entre 1589 et 1598 est assez représentative de celle de leurs collègues du reste de la France. Placés dans l’obligation de choisir leur camp, les officiers supérieurs de la cour prennent, dans leur quasi-totalité, le parti du roi alors que les simples conseillers restent auprès du duc de Mercoeur, à Nantes où le Présidial poursuit ses activités. En 1598, le traité de paix prône la clémence et l’amnistie générale. Les loyalistes exilés sont réintégrés, et les ligueurs qui les ont remplacés doivent leur céder la place. Par contre, tous les autres magistrats qui ont soutenus le gouverneur rebelle ne sont pas inquiétés. Le Présidial de Nantes ainsi réunifié reprend alors son travail. On observe dès lors que la carrière des anciens ligueurs et de leur famille n’est pas compromise par leur engagement politique. Les membres des deux camps semblent même se réconcilier en multipliant les mariages et les parrainages entre eux afin de reformer une société officière unie.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XVIe siècle

Noms de lieux :

Nantes
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Le Gall, « Le présidial de Nantes dans la tourmente ligueuse (1589-1598) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 112-1 | 2005, 7-31.

Référence électronique

Vincent Le Gall, « Le présidial de Nantes dans la tourmente ligueuse (1589-1598) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 112-1 | 2005, mis en ligne le 20 mars 2007, consulté le 22 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/abpo/1130 ; DOI : 10.4000/abpo.1130

Haut de page

Auteur

Vincent Le Gall

Étudiant, université de Nantes

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page