Navigation – Plan du site
Culture juridique et pratiques en Anjou à la fin du Moyen Âge.

La procédure d’enquête testimoniale à la fin du Moyen Âge : l’exemple angevin

Aurore Lafosse
p. 101-119

Résumés

À la fin du Moyen Âge, l’enquête testimoniale constitue le système probatoire le plus utilisé par les cours de justice. Essentiellement employée afin de résoudre des litiges civils, cette procédure consiste à collecter dans deux enquêtes contradictoires les dépositions des témoins cités par chacune des deux parties en opposition. Les cent dix registres d’enquêtes retrouvés pour l’Anjou de 1380 à 1530 en constituent une bonne illustration par leur nombre et leur diversité. Si la nature des enquêtes peut varier en fonction de leur place dans l’instruction, des problèmes dont elles traitent et des témoins qu’elles font intervenir, leur déroulement concret ainsi que leur mise par écrit sont stéréotypés et dictés par la Coutume. Les registres qui en découlent contiennent alors des informations d’ordre judiciaire, bien entendu, mais aussi social, principalement quant à la personne du témoin.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XVIe siècle

Noms de lieux :

Anjou
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aurore Lafosse, « La procédure d’enquête testimoniale à la fin du Moyen Âge : l’exemple angevin », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 112-1 | 2005, 101-119.

Référence électronique

Aurore Lafosse, « La procédure d’enquête testimoniale à la fin du Moyen Âge : l’exemple angevin », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 112-1 | 2005, mis en ligne le 20 mars 2007, consulté le 27 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/abpo/1141 ; DOI : 10.4000/abpo.1141

Haut de page

Auteur

Aurore Lafosse

Étudiante, université d’Angers

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page