Navigation – Plan du site
L'abbaye se Saint-Martin et le gouvernement

Alcuin et Cormery

Annick Chupin
p. 103-112

Résumés

Si l’on ne peut pas dire qu’Alcuin ait « résidé » à Cormery, comme on n’a que trop tendance à le faire, il est important cependant de montrer qu’il accorda une attention soutenue à cette fondation d’Ithier, son prédécesseur à Saint-Martin de Tours. Après avoir obtenu de la papauté, puis de Charlemagne en 800, la permission d’établir un établissement de stricte observance bénédictine, toujours dépendant de Saint-Martin, il y installa vingt des moines réformés par son ami Benoît d’Aniane. Dès 800 la cella Sancti Pauli Cormaricensis relevait des juridictions religieuses de Touraine, de Poitou, d’Anjou et du Maine, ayant reçu aussi des héritages en Blésois et en Dunois. Alcuin augmenta encore ce domaine de Tauxigny et de ses dépendances. Cinquante ans plus tard un gros ensemble de prieurés, d’églises et de terres en Champagne, dans la montagne de Reims et en Bourgogne, dans le diocèse de Sens, organisé tout d’abord par Alcuin pour Saint-Martin de Tours, fut transféré en 865 par l’abbaye-mère à sa filiale de Cormery qui le garda et le fit prospérer.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

IXe siècle

Noms de lieux :

Cormery
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annick Chupin, « Alcuin et Cormery », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 111-3 | 2004, 103-112.

Référence électronique

Annick Chupin, « Alcuin et Cormery », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 111-3 | 2004, mis en ligne le 20 septembre 2006, consulté le 22 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/abpo/1225 ; DOI : 10.4000/abpo.1225

Haut de page

Auteur

Annick Chupin

Présidente des « Amis d’Alcuin et de l’abbaye de Cormery »

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page