Navigation – Plan du site
Les réseaux d'Alcuin et la formation d'une culture européenne

La place d’Alcuin dans la rédaction épigraphique carolingienne

Cécile Treffort
p. 353-369

Résumés

Souvent ignorées des chercheurs, les inscriptions font pourtant partie de la culture écrite carolingienne, comme le prouve parfaitement l’œuvre d’Alcuin. Celui-ci a en effet rédigé de nombreux textes épigraphiques, en particulier l’épitaphe du pape Hadrien Ier et la sienne, célèbres dans le monde carolingien. Il a également utilisé des formules provenant d’inscriptions anciennes, notamment d’épitaphes pontificales transmises par les sylloges manuscrites. Enfin, ses oeuvres poétiques ont été sources d’inspiration pour les rédacteurs d’inscriptions, comme en témoignent certains de ses vers gravés dans la pierre longtemps après sa mort. L’étude de la place des inscriptions dans l’oeuvre d’Alcuin et, parallèlement, celle de la place d’Alcuin dans la production épigraphique permettent de reconsidérer la culture écrite carolingienne sous un nouvel angle, désormais indispensable pour en comprendre la richesse.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Treffort, « La place d’Alcuin dans la rédaction épigraphique carolingienne », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 111-3 | 2004, 353-369.

Référence électronique

Cécile Treffort, « La place d’Alcuin dans la rédaction épigraphique carolingienne », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 111-3 | 2004, mis en ligne le 20 septembre 2006, consulté le 21 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/abpo/1258 ; DOI : 10.4000/abpo.1258

Haut de page

Auteur

Cécile Treffort

Maître de conférences en histoire médiévale à l’Université de Poitiers, CESCM

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page