Navigation – Plan du site

Les aveux et dénombrements du Vendômois : réalités et représentations (1311-1550)

Christophe Marion
p. 55-76

Résumés

Cette étude qui s’intéresse au Vendômois, du début du XIVe siècle au début du XVIe siècle, nous permet de comprendre comment le Comte de Vendôme s’est attaché à contrôler la haute société locale par l’aveu et dénombrement. Celui-ci, au début de notre période, nous fait découvrir un « état de noblesse » qui n’était pas affaire de titre mais de participation à un certain nombre de rites d’institution (au premier rang duquel figure le rite vassalique) qui permettait l’ascension sociale. L’élite, qui ne se dénommait pas noble, ne partageait pas les mêmes titres, était soudée par un même mode de vie. Le comte était quant à lui pressé d’octroyer une identité moins floue à chaque vassal : cette volonté mit quasiment un siècle et demi à triompher, aidée en cela par les progrès de l’écrit qui permettait de formaliser plus nettement la place de chacun. Ainsi, le statut de vassal devenait moins important que la référence à la « noblesse », à la bourgeoisie ou à l’office judiciaire… L’écrit devenu véritable preuve n’affirmait plus seulement un droit sur la terre et les hommes mais également une noblesse davantage contrôlée par l’autorité comtale : ainsi triomphait sa vision d’un monde mieux défini, mieux surveillé et peutêtre plus fermé.

Haut de page

Entrées d’index

Noms de lieux :

Vendôme
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Marion, « Les aveux et dénombrements du Vendômois : réalités et représentations (1311-1550) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 110-3 | 2003, 55-76.

Référence électronique

Christophe Marion, « Les aveux et dénombrements du Vendômois : réalités et représentations (1311-1550) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 110-3 | 2003, mis en ligne le 20 octobre 2005, consulté le 15 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/abpo/1370 ; DOI : 10.4000/abpo.1370

Haut de page

Auteur

Christophe Marion

PRAG à l’université de Tours Doctorant au Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris, université Paris 1

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page