Navigation – Plan du site
Micro-immigrations économiques au XIXe et au début du XXe siècle

Les étrangers à Cholet, de la seconde moitié du XIXsiècle à 1914

Étude monographique d’une pratique de micro-immigration
Geoffrey Ratouis
p. 113-124

Résumés

Dans la seconde moitié du XIXe siècle, Cholet vit au rythme de son développement industriel. Le tissage fait la prospérité de la ville. La forte densité de population rurale lui assure un apport constant de main d’oeuvre, sans qu’il soit nécessaire de faire appel à des travailleurs étrangers. En dépit de son indéniable réussite économique, la cité reste à l’écart des principales voix de communications et des flux de populations. Les étrangers qui décident de s’établir dans la capitale des Mauges sont rares. Si cette micro-immigration est des plus modeste, elle reste constante jusqu’en 1914. Avant l’afflux de réfugiés des deux guerres mondiales et l’immigration économique de masse des Trente Glorieuses, les Choletais vivent alors leur première rencontre avec des populations ne partageant ni la même histoire, ni la même culture.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XIXe siècle

Noms de lieux :

Cholet
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Geoffrey Ratouis, « Les étrangers à Cholet, de la seconde moitié du XIXsiècle à 1914 », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 109-4 | 2002, 113-124.

Référence électronique

Geoffrey Ratouis, « Les étrangers à Cholet, de la seconde moitié du XIXsiècle à 1914 », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 109-4 | 2002, mis en ligne le 20 décembre 2004, consulté le 20 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/abpo/1517 ; DOI : 10.4000/abpo.1517

Haut de page

Auteur

Geoffrey Ratouis

Doctorant en histoire contemporaine, HIRES – Université d’Angers

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page