Navigation – Plan du site
Approches régionales contemporaines

De Beni Ayatt à Angers, mémoire et itinéraire d’une communauté berbère du Moyen Atlas marocain (1960-2000)

Chadia Arab
p. 231-240

Résumés

Cette étude tente de comprendre les migrations qui existent entre le Maroc et la France depuis les années 1960. Elle s’intéresse particulièrement à une région précise du Maroc : Beni Ayatt dans le Moyen Atlas. L’émigration maghrébine vers l’Europe est une conséquence du phénomène colonial qui a favorisé la mobilité interne et externe des Maghrébins. Après la Seconde Guerre mondiale, tout a été mis en place pour constituer l’espace migratoire de cette population. Ainsi, après les indépendances de ces pays, des mutations sociales et spatiales ont accentué la migration vers l’Europe. Dans les années soixante des filières migratoires se mettent en place grâce à des réseaux familiaux, villageois et à un appel de main-d’oeuvre par les pays d’accueil comme la France. C’est ainsi que s’est constitué le champ migratoire Beni Ayatt/Angers. Cette filière migratoire se composait essentiellement d’hommes venus travailler en France de façon régulière. Puis le regroupement familial a permis la venue des femmes et des enfants ainsi, que l’installation définitive de ces familles.

Haut de page

Entrées d’index

Noms de lieux :

France, Maroc
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chadia Arab, « De Beni Ayatt à Angers, mémoire et itinéraire d’une communauté berbère du Moyen Atlas marocain (1960-2000) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 109-4 | 2002, 231-240.

Référence électronique

Chadia Arab, « De Beni Ayatt à Angers, mémoire et itinéraire d’une communauté berbère du Moyen Atlas marocain (1960-2000) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 109-4 | 2002, mis en ligne le 20 décembre 2004, consulté le 20 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/abpo/1536 ; DOI : 10.4000/abpo.1536

Haut de page

Auteur

Chadia Arab

Doctorante en géographie, Université de Poitiers

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page