Navigation – Plan du site

Un exemple de mémoire « disputée » : les deux monuments aux morts de Ploujean

Patrick Gourlay
p. 129-145

Résumés

Alors que généralement, les monuments aux morts de la Première Guerre mondiale prolongent l’union sacrée, c’est justement autour de ce symbole du consensus qu’une guerre de la mémoire éclate à Ploujean (Finistère). Châtelains et républicains rejouent la fracture des grandes lois du début du XXe siècle. Les deux camps sont à nouveau face à face ; chacun entend s’approprier la mémoire combattante afin de lui donner sa signification : martyrs chrétiens d’un côté contre morts pour la République laïque de l’autre. Cette opposition s’affirme par l’érection de deux monuments aux morts : l’un civique et laïque, l’autre religieux. Et par la tenue de deux cérémonies commémoratives distinctes et concurrentes. Les monuments aux morts de Ploujean apparaissent donc aussi comme des témoins de l’histoire politique et de l’histoire des mentalités.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XXe siècle

Noms de lieux :

Ploujean
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Gourlay, « Un exemple de mémoire « disputée » : les deux monuments aux morts de Ploujean », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 109-1 | 2002, 129-145.

Référence électronique

Patrick Gourlay, « Un exemple de mémoire « disputée » : les deux monuments aux morts de Ploujean », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 109-1 | 2002, mis en ligne le 20 mars 2004, consulté le 26 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/abpo/1631 ; DOI : 10.4000/abpo.1631

Haut de page

Auteur

Patrick Gourlay

Professeur d’histoire-géographie au collège de Lanmeur

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page