Navigation – Plan du site

L’Évangile aux bains de mer

Protestantisme et « désir de rivage » en Charente-Inférieure au XIXe siècle
The Gospel at the seaside. Protestantism and “hunger for the seaside” in Charente-Inférieure in the 19th century
Nicolas Champ
p. 117-134

Résumés

Au cours du xixe siècle, la Charente-Inférieure voit se développer de nouveaux usages de ses littoraux, liés au tourisme balnéaire. Celui-ci va accentuer les divisions internes à l’une des principales communautés protestantes littorales, Royan. Des cultes protestants spécifiquement adressés aux baigneurs et villégiateurs sont également créés à la fin du siècle dans d’autres stations balnéaires. Ils ne réussissent à se maintenir que grâce à l’appui de sociétés d’évangélisation nationales. Le littoral est enfin investi à l’aube du xxe siècle par les mouvements de jeunesse protestante, ce qui revivifie l’Église de l’île d’Oléron, alors déclinante.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XIXe siècle

Noms de lieux :

Charente
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour une évaluation plus précise, Champ, Nicolas, La Religion dans l’espace public. Catholiques, pr (...)

1La Charente-Inférieure est l’un des rares départements de l’Ouest atlantique à se caractériser par une présence réformée significative : au cours du xixe siècle, la population protestante oscille autour de 18 000 âmes, soit environ 4 % de la population départementale, ce qui est plus du double de la moyenne nationale. Or celle-ci se retrouve majoritairement dans les communes littorales. En 1851, les protestants de la Charente-Inférieure se regroupent dans la presqu’île d’Arvert et le pays marennais : ces deux espaces que séparent la Seudre et ses marais abritent les deux tiers du protestantisme saintongeais et aunisien. Si on y ajoute les communautés de l’estuaire de la Gironde et les protestants résidant dans toutes les communes du littoral atlantique et des îles, ce territoire extrêmement étroit compte près de 82 % des huguenots du département1.

  • 2 Sauzeau, Thierry, « Du sel à l’ostréiculture. La mutation économique de l’estuaire de la Seudre (xv (...)
  • 3 Réault-Mille, Sarah, « Les espaces du sel au xixe siècle en Charente-Maritime », Mémoires de la Soc (...)
  • 4 Pour une vue générale, Lahondère Vincent, « Naissance et croissance des espaces touristiques littor (...)
  • 5 Binot, Guy, Histoire de Royan et de la presqu’île d’Arvert, Paris, Le Croît vif, 1994.
  • 6 Butaye, Denis, La Création d’une station touristique. L’exemple de Royan de la fin du xviiie siècle (...)

2Cet espace où se concentrent les huguenots est celui qui subit le plus bouleversements pendant le xixe siècle puisqu’en concurrence et en complément des usages ostréicoles2 et salicoles3 vont s’y développer d’importantes stations balnéaires4. Royan est fréquentée par des baigneurs bordelais au moins depuis la Restauration5 et dans la seconde moitié du xixe siècle, d’autres stations émergent : toujours dans la presqu’île d’Arvert, Ronce-les-Bains, près de La Tremblade, et, sur le littoral atlantique, les stations de Fouras et de Châtelaillon-Plage entre Rochefort et La Rochelle. Le reste du littoral et l’île d’Oléron sont touchés dans une moindre mesure par ce phénomène. Si le rôle de notables protestants a pu être souligné dans l’avènement de la station de Royan6, peu de choses ont été écrites sur la vie religieuse et sur les transformations de l’organisation matérielle du culte à la suite de l’arrivée d’une nouvelle population protestante venue seulement en villégiature.

3À côté du pôle royannais qu’il conviendra de distinguer, nous pourrons examiner l’intérêt que suscitent les nouvelles stations balnéaires au tournant des xixe et xxe siècle avant de conclure sur l’utilisation du littoral comme lieu de formation d’une jeunesse chrétienne.

Une ville renouvelée par la villégiature balnéaire ? Royan

  • 7 Ferrand, Emma, Royan moderne et ancien, Bordeaux, Impr. Balarac jeune, 1846 (2e édition), p. 24.
  • 8 Arch. dép. de la Charente-Maritime, 16 J 77*. Séance du 17 janvier 1849 ; Rapport à MM. les membres (...)

4L’Église réformée de Royan paraît précocement sensible à l’afflux de touristes protestants. Très prosaïquement, la baronne Elliot de Santheuvelle donne un nouveau souffle au culte dominical en réorganisant le chœur des chanteuses7. Les collectes faites pendant la période des bains sont également très utiles pour l’exercice des fonctions charitables de l’Église8. Malgré le caractère ténu de ces indices, il est assez remarquable qu’avant même le milieu du xixe siècle, le caractère balnéaire et « pré-touristique » de Royan soit clairement affirmé. Lorsque le temple concordataire du bourg est réédifié à la fin de la monarchie de Juillet, l’un des éléments mis en avant n’est-il pas que

  • 9 Arch. dép. de la Charente-Maritime, 16 J 78. Note consistoriale exposant les « motifs à faire valoi (...)

la ville de Royan est dans une position tout exceptionnelle. Les bains de mer y attirent, pendant la saison d’été, une affluence considérable d’étrangers, parmi lesquels un grand nombre de protestants. N’est-il pas convenable que l’édifice dans lequel se célèbre le culte soit au moins décent, et qu’il ressemble à autre chose qu’à une étable ou à une grange9 ?

  • 10 La Bonne Nouvelle. Journal religieux du Poitou, mars 1844, p. 80-86.
  • 11 Pelletan, Eugène, La Naissance d’une ville, Paris, Pagnerre libraire-éditeur, 1861, p. 58.

5Dessiné par un conducteur des Ponts et Chaussées de Royan, Daniel Marion, le temple de la ville revient à plus de 38 000 francs : c’est le plus cher qui ait été construit en Charente-Inférieure jusqu’au début du xxe siècle. Ce chantier atteint un tel montant parce qu’il y a plusieurs phases dans les travaux. En 1844, le temple est ouvert au culte, après quelques modifications dans le descriptif des travaux initialement acceptés : on a utilisé des matériaux de meilleure qualité et le bâtiment a été agrandi de deux mètres. Deux ans plus tard, le consistoire particulier décide d’ajouter deux sacristies. Les travaux s’achèvent sous le Second Empire par la démolition de maisons avoisinantes : la monumentalité du temple s’en trouve renforcée. L’inauguration de l’édifice en mars 1844 se fait en grande pompe : dans l’assistance, figurent le sous-préfet de Marennes et le maire de Royan ; dix-huit pasteurs venant du département, de la Gironde et des départements poitevins sont présents10. Conformément aux modèles de l’époque, le temple royannais est néo-classique, ce qui attire ces remarques d’Eugène Pelletan à propos de cet édifice, « une façon de temple grec en moellons11 ».

  • 12 Arch. dép. de la Charente-Maritime, 16 J 77*. Séances du 3 mai 1842, 2 mai 1843, 11 juillet 1843, 3 (...)
  • 13 Arch. dép. de la Charente-Maritime, 104 V 1. Brouillon de l’avis préfectoral, 20 juillet 1847.
  • 14 Arch. dép. de la Charente-Maritime, 16 J 77*. Séance du 18 juillet 1849.
  • 15 Arch. dép. de la Charente-Maritime, 104 V 1. Décret impérial, 7 avril 1869.
  • 16 Arch. dép. de la Charente-Maritime, Brouillon du rapport du préfet au Ministre de la Justice et des (...)

6La densité pastorale de cette petite ville du littoral charentais est forte dès la Monarchie de Juillet. À partir de 1842, le pasteur royannais Jacques-Antoine Cruvellié obtient du gouvernement un secours pour rétribuer un pasteur auxiliaire, un suffragant, pendant la saison des bains12. L’importance de celle-ci dans la vie de Royan est l’un des arguments sur lesquels s’appuient les autorités locales pour que le nombre de pasteurs soit augmenté dans la région royannaise et qu’en particulier une place pastorale soit créée à Saint-Georges-de-Didonne13. Le service religieux du pasteur de Royan serait ainsi soulagé. Une fois cette création obtenue en 1849, des arrangements sont faits entre les deux pasteurs pour que, pendant la saison touristique, la chaire du temple de Royan soit occupée par un pasteur tous les dimanches14. À la fin du Second Empire, un second poste concordataire est créé à Royan15. L’argument balnéaire est décisif. D’après l’administration préfectorale, les fidèles du bourg de Royan s’accroissent de près de 50 % pendant la saison des bains, passant de 1 000 à près de 1 50016. Après La Rochelle, Royan est la seconde Église de la Charente-Inférieure à bénéficier de la présence permanente de deux pasteurs rémunérés par l’État.

  • 17 Champ, Nicolas, « La paroisse entre exigences pastorales et aspirations communales en Charente-Infé (...)
  • 18 Chassebœuf, Frédéric, « La première église Notre-Dame de Royan », dans Gillet, Rose (dir), Notre-Da (...)

7De ce point de vue, la réaction de l’Église réformée est beaucoup plus rapide que celle des catholiques. Il est décidé assez tôt de faire de la commune de Royan une paroisse à part entière, sans annexe : en 1838, Royan est séparé de Saint-Georges-de-Didonne et à la fin des années 1870, la commune de Royan est même divisée en deux paroisses17. Sur le plan des équipements religieux, en revanche, le déficit est patent : l’église paroissiale de Saint-Pierre, de taille réduite, se trouve à l’intérieur des terres. Son insuffisance est partiellement corrigée par la chapelle d’une congrégation religieuse, plus proche de la façade balnéaire, mais ce n’est qu’en 1878 qu’une nouvelle église, Notre-Dame, est consacrée et ouverte au culte18.

  • 19 Quelques éléments dans Causse, Maurice, « Lucien des Mesnards, évangéliste du Réveil. Étude sur la (...)
  • 20 Champ, Nicolas, « Protestantiser la France ? L’évangélisation protestante entre espoirs et désillus (...)
  • 21 Voir la caractérisation donnée par Encrevé, André, Les Protestants en France de 1800 à nos jours. H (...)

8Parallèlement, s’observe une fragmentation du champ protestant royannais19. En effet, au tournant des années 1840-1850, le protestantisme saintongeais est revivifié par l’arrivée de sociétés d’évangélisation extérieures au département, les Sociétés évangéliques de Genève (SEG) et de France et par le zèle d’un homme, Lucien des Mesnards, qui supervise localement l’action de ces sociétés20. Royan devient un théâtre privilégié de la lutte entre les revivalistes, également désignés par le nom d’orthodoxes ou d’évangéliques, et les libéraux. L’opposition entre les deux courants est dogmatique et méthodologique. Les libéraux souhaitent poursuivre le renouvellement doctrinal du xviiie siècle tandis que les évangéliques cherchent à remettre en vigueur la dogmatique du xvie siècle. L’autre différence se marque dans le rapport que noue l’individu à la Bible. Pour les évangéliques, le texte de la Bible constitue le principal support à leur réflexion théologique et spirituelle. Les libéraux placent, quant à eux, l’homme et non l’Évangile au centre de leur réflexion21.

  • 22 Casimir Ardouin agresse le pasteur en pleine rue. Le consistoire général de Saintes invite Maffre à (...)
  • 23 Arch. dép. de la Charente-Maritime, 130 V 1. Rapport du sous-préfet de Marennes, 19 février 1858.
  • 24 Arch. dép. de la Charente-Maritime, 116 V 1. Rapport du sous-préfet de Marennes au préfet, 2 septem (...)
  • 25 Dupon, Valéry (ps. Dyvorne Paul), Au fil des années : Royan, Royan, V. Billaud, 1912, p. 194-195.
  • 26 Propos de Ruffet rapporté dans : Arch. privées Henriette Ribagnac. Journal de Némi Quérouil. 16 fév (...)
  • 27 Arch. dép. de la Charente-Maritime, 130 V 1. Rapport du sous-préfet de Marennes, 12 janvier 1860.
  • 28 E.g. : Assemblée générale de la Société évangélique de Genève tenue les 21 et 22 juin 1865, à l’Ora (...)
  • 29 Lettre du 11 novembre 1863 reproduite dans : Steeg Jules, Un Pasteur républicain au xixe siècle. Le (...)

9Cependant, à Royan, la sécession des évangéliques est d’abord une affaire de personnes et naît à la fin des années 1840. En 1850, peu après son arrivée, le nouveau pasteur, Jacques-Numa Maffre, se brouille avec une famille de notables impliquée dans la vie de l’Église, les Ardouin. Un certain nombre d’autres familles qui leur sont apparentées, en particulier les Drouin et les Mauren22, font de même. Dès que des agents de la SEG s’installent dans la presqu’île d’Arvert, ils ne manquent pas de visiter ces familles dissidentes. C’est grâce à l’appui du pasteur itinérant de la SEG, Elie Moroy, et de Lucien des Mesnards que le groupe se dote d’un lieu de culte spécifique à la fin de l’année 1857. Mauren, un épicier fortuné, riche de plus de 120 000 francs de propriétés, acquiert un local qui est transformé en temple. Le maire autorise la tenue des réunions au commencement de l’hiver 1857, et le temple ouvre officiellement ses portes en février 185823. Participent également à la dépense des Britanniques et des évangéliques bordelais en villégiature sur les bords de la Gironde24. Le groupe demeure numériquement fragile, l’essentiel de ses appuis se trouvant du côté féminin. L’une des premières manifestations de la division royannaise en est l’éclatement de la société de charité des dames protestantes : quelques-unes d’entre elles se séparent de la société patronnée par le consistoire et tentent d’obtenir des subventions communales25. Cette « congrégation » exclusivement féminine agace les agents de la SEG en charge du troupeau : l’un d’eux se plaint en 1860 qu’« à Royan il n’y ait point à proprement parler une Église mais une coterie de dames26 ». Dans les premières années d’existence de la chapelle évangélique, quelques difficultés se font jour : comptant une centaine de membres en 1858, les effectifs fondent et ils se réduiraient à une vingtaine de fidèles deux ans plus tard27. Cependant, tous signalent que ce temple est plein pendant la saison des bains28 : pour le très libéral Jules Steeg, cette « chapelle regorge29 ».

  • 30 Sur Ruffet, voir Lichtenberger, Frédéric (dir.), Encyclopédie des sciences religieuses, Paris, Libr (...)
  • 31 Archives du Christianisme au xixe siècle, 20 décembre 1860, n° 35, p. 285-286 ; Paris E., Un apôtre (...)
  • 32 Assemblée générale de la Société évangélique de Genève tenue les 24 et 25 juin 1863, à l’Oratoire, (...)
  • 33 Assemblée générale de la Société évangélique de Genève tenue les 21 et 22 juin 1865, à l’Oratoire, (...)
  • 34 Arch. Égl. réformée de Royan. Registre des actes pastoraux tenu par Dadre.
  • 35 Assemblée générale de la Société évangélique de Genève tenue le 19 juin 1873, à l’Oratoire, Genève, (...)

10La Société évangélique envoie un premier pasteur en janvier 1859 à Royan, Louis Ruffet30. Au vu de la rotation rapide des hommes venant à Royan, il semble que le poste soit difficile : en dix ans, trois pasteurs y sont nommés et après chaque départ, comme dans la plupart des stations d’évangélisation, une vacance assez longue se produit. Ruffet s’affirme rapidement comme un homme de combat. La rupture entre Ruffet et l’Église réformée concordataire de Royan est définitivement consommée lorsque Ruffet rend compte de manière très défavorable du discours d’un chef de file du protestantisme libéral, Charles Pellissier, prononcé lors d’une consécration de pasteurs qui a lieu au temple de Royan31. La présence permanente de pasteurs évangéliques à Royan tend à progressivement différencier le petit groupe évangélique de Royan du reste des protestants évangélisés par les agents de la SEG. Après L. Ruffet, Eugène Le Savoureux, ancien élève de l’École de théologie de la SEG et résidant auparavant à Limoges au service de la SEF32, renforce l’autonomisation royannaise. Le Savoureux dote les protestants évangéliques de structures symptomatiques d’une transition progressive vers la constitution d’une Église : écoles du dimanche et bibliothèque religieuse33. Marcellin Dadre, le nouveau pasteur délégué en 1868 par la SEG parachève la construction identitaire du groupe évangélique royannais en les dotant de registres d’actes pastoraux34. En 1871, lors de la disparition prématurée de Dadre qui coïncide avec celle de Lucien des Mesnards qui supervisait l’œuvre de la SEG dans les Charentes, ce n’est que sur l’insistance du pasteur Jean Vincens, de Mornac, que la société suisse décide de ne pas se retirer de la Saintonge maritime. Au départ, le poste de Royan est financé par la SEG – à hauteur des deux tiers – et par les fidèles – pour le tiers restant35. La question financière oppose assez rapidement Royan au comité de la SEG. Les reproches que ce dernier adresse aux fidèles royannais sont amers :

  • 36 Assemblée générale de la Société évangélique de Genève tenue le 18 juin 1874, à l’Oratoire, Genève, (...)

L’Église de Royan […] ne répond point à ce que nous attendions d’elle. Il est urgent que les membres de cette Église, dont plusieurs sont dans une position aisée, sentent davantage leur responsabilité en remplissant plus régulièrement les engagements qu’ils ont pris pour conserver un pasteur, dont nous leur avions laissé le choix36.

  • 37 Assemblée générale de la Société évangélique de Genève tenue le 17 juin 1875, à l’Oratoire, Genève, (...)
  • 38 Bulletin évangélique de l’Ouest, 20 juin 1891, n° 12, p. 66.
  • 39 Ibidem, 7 mars 1891, n° 5, p. 31.
  • 40 Arch. Égl. réformée de Saintes. Commission exécutive du synode de la vie circonscription, statistiq (...)

11En 1875, les relations de la SEG avec Royan sont interrompues37. L’Église évangélique de Royan ne reste pas isolée. Le Synode général de 1872-1873, réunissant officiellement les représentants des Églises réformées de France pour la première fois depuis les Articles organiques, entérine la rupture entre les libéraux et les évangéliques. À la suite de cette réunion, les Églises réformées de tendance évangélique mettent sur pied à la fin des années 1870 une organisation synodale à l’échelon régional. Royan ne tarde guère à y participer. Dès 1882, la chapelle évangélique accueille le synode régional et, par la suite, l’« Église indépendante » de Royan est régulièrement représentée dans les synodes se déroulant dans les deux Charentes. Preuve de l’enracinement de cette communauté, la chapelle est agrandie de moitié en 189138 et l’argent nécessaire à ce chantier est collecté très rapidement – en moins de trois mois39. Pour autant, la communauté demeure très modeste : aux lendemains de la séparation des Églises et de l’État, en 1907, elle ne compterait que 165 âmes et à la veille de la Grande Guerre, elle ne se composerait encore que de 185 personnes40.

  • 41 Cette œuvre figure dans l’Agenda protestant publié par Fischbacher. Les sondages opérés en 1895, 19 (...)

12Enfin, dernier élément qui complexifie la carte protestante à Royan, il convient de signaler la présence d’une dernière œuvre. Après avoir été pasteur en charge de la minorité évangélique de Saujon de 1877 à 1891 et avoir lutté contre le pasteur concordataire libéral de la paroisse de ce gros bourg, Alfred Audouin s’installe à Royan après cette date. Jusqu’à sa disparition en 1915, il y anime une œuvre aux noms variables : « Œuvre d’évangélisation des environs de Royan », « Œuvre d’évangélisation à Saint-Georges et à Saujon », « Œuvre d’évangélisation des environs de Royan, de Saint-Georges et de Médis41 » dont l’action reste mal connue, faute de documentation.

  • 42 Gaussent, Jean-Claude, « L’Église protestante de Sète. 1851-1905. Du coup d’État du 2 décembre à la (...)

13Le protestantisme royannais se détache désormais tant de celui du monde rural saintongeais que de celui de petites villes littorales comme La Tremblade ou Marennes. La communauté réformée de Royan est la seule communauté du département à voir persister une division religieuse entre libéraux et évangéliques qui se dotent durablement de lieux de culte spécifiques. À n’en pas douter, cette situation est partiellement liée au renouvellement de la communauté locale par l’arrivée de protestants « horsains » qui s’y installent. Mutatis mutandis, ce phénomène se retrouve dans d’autres communautés dont la vie fut marquée par l’irruption du tourisme : c’est le cas, par exemple, de Pau, dans les Basses-Pyrénées, ou de Sète, dans l’Hérault42.

La conquête du reste du littoral

  • 43 Carluer, Jean-Yves et Poton, Didier, Les Protestants de l’Ouest en 30 Questions, La Crèche, Geste é (...)

14Royan est la principale ville concernée par le tourisme balnéaire ; d’autres points du littoral voient s’élever des édifices religieux susceptibles d’accueillir les touristes. Jean-Yves Carluer et Didier Poton signalent l’importance de ce phénomène dans la presqu’île d’Arvert et le littoral girondin de la Charente-Inférieure43. Les zones concernées par le déploiement du tourisme balnéaire dénotent la capacité des protestants à s’adapter à une nouvelle demande religieuse, celle de populations, souvent aisées, en vacances et qui désirent bénéficier d’un culte. C’est le cas de l’espace compris entre Rochefort et La Rochelle et le littoral situé autour de Royan.

Un littoral aunisien resté marginal

15Le « désir de rivage » des communautés protestantes de l’Aunis n’est qu’une réplique et qu’un écho de celui que venaient de déployer dans ce littoral les catholiques qui édifient de nouvelles églises à Châtelaillon-Plage en 1883 et à Fouras en 1884. Les Églises réformées de Rochefort et de La Rochelle ne peuvent pas rester indifférentes au sort des protestants venus en villégiature dans ces stations très proches d’elles.

  • 44 Bulletin évangélique de l’Ouest, 1er-15 août 1911, n° 15-16, p. 56.

16Ainsi, les protestants rochefortais prennent intérêt au développement de leur plus proche station balnéaire, Fouras, qui se situe à une dizaine de kilomètres à l’ouest du port charentais. L’initiative date de 1885 et vient du pasteur suffragant, Adrien Laroche. Elle est consécutive à l’inauguration du chemin de fer l’année précédente44. L’un des objectifs de Laroche est de rivaliser avec les catholiques. C’est ce qu’il fait comprendre à demi-mot lorsqu’il annonce la mise en place d’un culte estival dans le bulletin paroissial rochefortais :

  • 45 Le Protestant rochefortais, août 1885, n° 5.

Nous avions espéré que la municipalité serait en mesure de nous accorder la salle de la mairie ou une des salles d’école. Elle n’a pas cru devoir se rendre à notre désir. La ville de Fouras est pourtant intéressée à favoriser chez elle l’établissement d’un culte régulier. Les protestants ne doivent pas être, en notre pays, moins bien traités que les autres, qui possèdent ici toutes les facilités et toutes les subventions nécessaires45.

  • 46 Ibidem, septembre 1885, n° 6.

17Alors que le conseil presbytéral n’est pas officiellement saisi de la question de l’ouverture d’une annexe estivale, Laroche multiplie dans les colonnes du Protestant rochefortais les articles montrant l’intérêt religieux de Fouras. En septembre 1885, faisant le bilan de la saison des bains de mer, il souligne que les protestants sont cette année-ci une soixantaine, alors qu’en 1884 ils n’étaient que trente. Rappelant que c’est au conseil presbytéral de veiller à la célébration du culte au chef-lieu paroissial et aux annexes, le Protestant rochefortais indique que « nous attendrons qu’il [le conseil presbytéral] ait accepté l’idée de la création d’une nouvelle annexe pour l’été, et qu’il en ait autorisé l’exécution46 ».

  • 47 Ibid.
  • 48 Arch. dép. de la Charente-Maritime, 70 J 1. Registre n° 4, séance du 15 juin 1886.
  • 49 Arch. dép. de la Charente-Maritime, 70 J 1. Registre n° 4, séance du 17 mai 1887.
  • 50 Bulletin évangélique de l’Ouest, 5 septembre 1885, n° 7, p. 2.
  • 51 Première mention de sommes collectées dans Le Protestant rochefortais, novembre 1885, n° 8.
  • 52 Le Protestant rochefortais, novembre 1886, n° 20, p. 4.
  • 53 Ibidem, septembre 1887, n° 24, p. 4.
  • 54 Ibid., août-septembre 1890, n° 63, p. 3 ; Le Petit Protestant. Bulletin mensuel de l’Église réformé (...)

18En attendant la décision de ce corps, Laroche obtient le prêt d’un local par un habitant de Rochefort « qui n’appartient pas au protestantisme, mais qui s’honore par sa tolérance et son obligeance47 ». Le conseil presbytéral n’est saisi de la question qu’au commencement de la saison des bains suivante afin d’obtenir qu’une salle de la mairie soit mise à la disposition de l’Église. Quelques-uns de ses membres font preuve de réticences, jugeant vraisemblablement la présence d’un culte estival temporaire inutile48. Le conseil presbytéral essuie un refus, le maire « donnant comme raison que son conseil se réunit le dimanche49 ». Après 1887, le conseil presbytéral ne paraît plus se préoccuper de la question fourasine. Le pasteur poursuit à l’extérieur de l’Église un projet qu’il avait lancé dès le commencement de la célébration du culte à Fouras : l’érection d’un temple50. Sa construction est prévue très rapidement. Une souscription est lancée et l’argent commence à entrer dès l’hiver 188551. Le chiffre ne s’avère pas suffisant pour que le projet évite le déficit si la construction est entreprise : à la fin de l’année 1886, le comité de Fouras n’a en vue que 400 francs. Sur cette somme, n’ont été versés qu’un peu moins de 175 francs dont près des deux tiers fournis par le Protestant rochefortais52. Ce peu de réussite n’empêche pas qu’à la fin de l’été 1887, un terrain soit acheté53. L’essentiel des fonds est apporté par des notables protestants locaux comme les familles Porcheret et Bouffard. Cependant, faute d’avoir atteint un montant suffisant, en 1890, Laroche annonce que les souscriptions vont être remboursées, ce qui n’est fait que quatre ans plus tard54. Ce long laps de temps permet de penser qu’il gardait quelque espoir de voir mener son projet à bonne fin. L’initiative rochefortaise échoue. Le fait que le projet soit porté pratiquement par un seul homme, le pasteur local, et qu’il ne réussisse pas à s’adosser à une œuvre chargée de collecter les fonds et à mobiliser les villégiateurs protestants en faveur d’un culte à Fouras peut expliquer cet échec.

  • 55 Arch. Égl. réformée de La Rochelle, Société centrale, divers n° 2. Lettre d’Adolphe de Richemond à (...)
  • 56 Arch. Égl. réformée de La Rochelle, Société centrale, correspondance n° 9. Brouillon du bail passé (...)
  • 57 Bulletin évangélique de l’Ouest, 1er octobre 1911, n° 19, p. 65.
  • 58 Ibidem, 15 juin 1911, n° 12, p. 47 ; 15 mars 1913, n° 6, p. 23 ; 15 juin 1913, n° 13, p. 46.
  • 59 Arch. Égl. réformée de La Rochelle, Société centrale, correspondance n° 9. Lettre de P. Lombard à A (...)
  • 60 Section de l’Ouest ou Société d’évangélisation de l’Ouest. Cinquante-et-unième exercice. Année 1913(...)

19Fouras protestant ne connaît une relance que grâce à l’intervention d’un nouvel acteur, une œuvre d’évangélisation d’ampleur nationale, la Société centrale, à partir de 1910. L’idée naît d’une initiative du successeur du pasteur Laroche à Rochefort, Adolphe de Richemond, installé dans la paroisse depuis deux ans. Ayant été auparavant au service de la Centrale, A. de Richemond obtient aussitôt le secours financier de la société parisienne55. Dès l’hiver 1910, le principe de la location annuelle d’une salle de culte est adopté. Le local, situé dans une rue étroite du cœur du bourg, à proximité de la gare, est ouvert le 30 avril 1911 : une cinquantaine d’auditeurs sont présents56. Cette fois-ci le succès est au rendez-vous. Le pasteur Lombard qui assure une partie du service religieux de l’été 1911 note que la salle de culte ne suffit pas face à l’affluence : il y a « invariablement dans un local où une cinquantaine de personnes pouvaient à peine tenir, soixante-dix auditeurs et même davantage ». Il finit par ajouter que « le sentiment unanime [qu’il a] recueilli au cours de [ses] visites est qu’un projet de construction ou d’acquisition définitive s’impose57 ». Le culte s’organise en fonction de la fréquentation des bains de mer : service mensuel ou de quinzaine au printemps et hebdomadaire à l’été58. L’œuvre s’appuie à la fois sur la présence de personnes venues aux bains de mer et sur celle d’un noyau de protestants installés définitivement à Fouras : ceux-ci, perçus dès le début comme plus importants que les baigneurs59, comptent une trentaine de familles en 191360.

  • 61 Bulletin évangélique de l’Ouest, 1er-15 août 1910, n° 15-16, p. 55.

20L’ouverture d’un culte équivalent à Châtelaillon fait face à plus de difficultés. L’idée en est lancée dès le retour d’une présence pastorale régulière à Fouras en 191061 mais elle ne devient effective que deux ans plus tard, avec le soutien financier de la Centrale et du conseil presbytéral de La Rochelle. Le Lien rochelais annonce ainsi la mise en place d’un service religieux à Châtelaillon :

  • 62 Le Lien rochelais, août-septembre 1912, n° 8, p. 4.

M. le pasteur Duproix, de Barbezieux, qui passera le mois d’Août à Châtelaillon profitera de ce séjour pour organiser un culte régulier du dimanche. Un culte analogue établi depuis deux ans à Fouras pendant la saison des bains ayant donné les résultats les plus encourageants, il en sera probablement de même à Châtelaillon, où se rendent certainement bon nombre de nos coreligionnaires. Prière à tous ceux de nos lecteurs qui en connaîtront de donner leur adresse à M. le pasteur Duproix. Ce culte sera probablement continué pendant tout le mois de septembre62.

  • 63 Arch. Égl. réformée de La Rochelle, Société centrale. Registre n° 2, séance du 18 octobre 1912.
  • 64 Arch. Égl. réformée de La Rochelle, Société centrale. registre du conseil presbytéral (1894-1921). (...)
  • 65 Ibid. Séance du 4 juin 1912.

21La prudence avec laquelle cette innovation est signalée, le flou entourant la présence – ou non – de protestants villégiateurs, montrent une plus grande impréparation que dans le cas fourasin. La tentative de 1912 n’est pas renouvelée ultérieurement. L’impossibilité de trouver un local spécifiquement consacré au culte63 et le peu de résultats des cultes célébrés par Duproix pendant le seul mois d’août en sont les raisons avancées64. Une autre explication de cet échec est peut-être à rechercher dans le fait que ce soit l’Église réformée de La Rochelle qui supervise Châtelaillon65. Au contraire de Rochefort, l’Église de La Rochelle n’a qu’une faible tradition d’évangélisation à l’extérieur du chef-lieu paroissial : son souhait de faire venir un pasteur pendant le seul mois d’août et non pendant la totalité de la saison des bains semble le montrer.

Saint-Palais-sur-Mer, nouveau théâtre des luttes royannaises

22La dernière commune touchée par ce phénomène est celle de Saint-Palais-sur-Mer. Les équilibres démographiques y sont inverses de ceux de Fouras et de Châtelaillon : ici les protestants sont majoritaires. À l’instar de Fouras et de Châtelaillon, cette petite commune commence à être gagnée par le tropisme balnéaire dans le dernier tiers du xixe siècle. La présence proche de Royan contribue et nuit tout à la fois à son développement. Du fait de la proximité des Casinos royannais, à la différence de Châtelaillon, Saint-Palais ne cherche pas à se doter de cet équipement luxueux. Saint-Palais attire plutôt des touristes venus d’abord à Royan et qui recherchent ensuite une station plus calme et moins chère. C’est la plage du Bureau qui draine les villégiateurs.

  • 66 Arch. Égl. réformée de La Rochelle, Société centrale. Registre n° 1, séance du 16 janvier 1878.
  • 67 Bulletin évangélique de l’Ouest, 1er-15 août 1901, n° 15-16, p. 63.
  • 68 Arch. Égl. réformée de La Rochelle, Société centrale. Correspondance n° 6. Lettre de Lengereau à un (...)
  • 69 Arch. Égl. réformée de La Rochelle, Société centrale. Registre n° 2, séance du 24 mars 1903.
  • 70 Arch. Égl. réformée de La Rochelle, Société centrale. Minutier du secrétaire, lettre à Pfender, 31  (...)
  • 71 Une fois à la retraite, celui-ci s’est retiré auprès de son fils, Charles, ingénieur des chemins de (...)
  • 72 Bulletin évangélique de l’Ouest, 15 novembre 1903, n° 22, p. 87.
  • 73 Arch. Égl. réformée de La Rochelle, Société centrale. Registre n° 2, séance du 10 juillet 1903.
  • 74 Arch. Égl. réformée de La Rochelle, Société centrale. Correspondance n° 6. Lettre de Pfender à Carp (...)

23Quelques membres du comité ouest de la Société centrale prennent des initiatives en faveur de cultes estivaux à Saint-Palais-sur-Mer dès la fin des années 1870 mais, isolées, elles apparaissent sans lendemain66. Le projet de Saint-Palais-sur-Mer vient de pasteurs évangéliques de la presqu’île d’Arvert qui cherchent vraisemblablement à contrecarrer le culte libéral célébré dans la paroisse. Les deux premiers à assurer le service religieux sont Marc Lafon, de Breuillet, et Ernest Lengereau, en charge de l’Église évangélique de Royan en 190167. Les protestants visés sont ceux venant en villégiature à la plage du Bureau, un hameau littoral de la commune de Saint-Palais, le temple se situant quant à lui à l’intérieur des terres, dans le bourg de Courlay. Ce culte paraît suffisamment fréquenté pour qu’au début de 1903, le pasteur évangélique de Royan projette d’ajouter au culte saisonnier de Saint-Palais un « sanatorium », un établissement qui doit « faire du bien à la santé des familles pastorales68 ». Pour mener à bien ce programme, Lengereau décide de solliciter la Centrale. Se pose alors la question du statut ecclésiastique de la salle de culte. Quelques membres du comité ouest de la Centrale au premier rang desquels se trouve le pasteur de Saintes, Abel Roufineau, expriment des réticences au soutien de Saint-Palais car ils craignent « qu’il n’y ait contradiction avec un des principes de la Société centrale : ne pas entreprendre d’œuvre dans les paroisses officielles69 ». D’autres objectent que les fidèles qui assisteraient au culte sont étrangers à la paroisse, que « le pasteur de Saint-Palais se désintéresse absolument à [sic] ce qui se fait à la plage : et [que] les baigneurs sont en réalité des disséminés, des abandonnés70 ». Au cours de l’été 1903, avec le soutien moral d’un prestigieux professeur honoraire à la faculté de théologie de Montauban, Jean Pédezert, le projet est définitivement accepté et lancé71. Il faut substituer à la salle provisoire jusqu’ici utilisée « un lieu de culte mieux aménagé au-dessus duquel on voudrait installer un logement qui servirait aux pasteurs chargés à tour de rôle d’assurer le service pendant la saison des bains72 ». La Société centrale promet de prendre la direction de l’œuvre quand elle disposerait des constructions nécessaires73. Jusqu’à ce moment, Lengereau doit assumer la collecte des fonds et la construction ou l’acquisition des immeubles74.

  • 75 Arch. Égl. réformée de La Rochelle, Société centrale. Lettre de Lengereau à un correspondant non dé (...)

24Le caractère vigoureusement évangélique de l’œuvre apparaît nettement lorsqu’en août 1903, le président du consistoire de Royan, le pasteur Georges Blot, publie une lettre dans la Vie nouvelle. Il s’associe à Lafon et à Lengereau dans la paternité du chalet pastoral du Bureau. Ce courrier soulève une vive protestation de Lengereau qui récuse l’idée que « les protestants qui viennent l’été à Saint-Palais tout en appartenant aux deux tendances de notre Église ont déjà donné et donneront encore à la condition que les pasteurs de la région ou les pasteurs de passage prêchent dans ce local sans distinctions d’opinion75 ».

  • 76 Arch. Égl. réformée de La Rochelle, Société centrale. Correspondance n° 7. Lettre de Lengereau à un (...)
  • 77 Bulletin évangélique de l’Ouest, 15 mai 1909, n° 10, p. 40 ; 1er-15 août 1910, n° 15-16, p. 55 ; 15 (...)
  • 78 Ibidem, 15 mai 1908, n° 10, p. 38.
  • 79 Ibid., 1er-15 septembre 1912, n° 17-18, p. 59.
  • 80 e.g. : Le Trait d’Union, 1er juillet 1909, n° 7, p. 4 ; 1er août 1912, n° 8, p. 4.

25Au cours de l’hiver 1904, le chalet qui pourrait servir de résidence pour les pasteurs en vacances est trouvé par le pasteur de l’Église évangélique indépendante de Royan76 et est acquis, au prix d’un très lourd emprunt. Certes, alors que les estimations initiales portent le coût de l’œuvre à dix mille francs, la dépense totale de l’achat et de l’aménagement ne s’élève qu’à environ six mille francs. Malgré cette diminution des coûts, la dette pesant sur « le Comité de patronage de l’Œuvre de Saint-Palais », ne s’éteint que très progressivement : montant encore à près de quatre mille francs en 1910, elle se réduit plus rapidement après cette date grâce à l’organisation de ventes de charité77. Sous la direction morale de la Centrale et celle, pratique, de Lengereau, le « chalet pastoral de Saint-Palais-sur-Mer », Villa Louise, est mis à disposition des pasteurs et de leurs familles pour l’été 1905. Il est probable que dès ce moment, une nouvelle salle de culte soit aménagée dans le bâtiment jouxtant la maison. Elle s’avère insuffisante en 1908 et est agrandie grâce à de généreux donateurs78. Lors de l’été 1912, elle réunit une moyenne de soixante-dix à quatre-vingts auditeurs79. La proximité du tramway est signalée, ce qui paraît être une invitation aux vacanciers de tendance évangélique fréquentant les plages limitrophes situées entre Pontaillac et la Grande Côte à venir assister à un culte orthodoxe. De surcroît, à la même époque, le pasteur libéral ne peut guère assurer un service religieux équivalent. En charge des temples de Vaux et de Courlay et à certains moments également de celui de Saint-Sulpice-de-Royan, il ne fait un service religieux à Courlay que toutes les trois semaines80. À partir de 1912, la place est vacante et le service fait depuis Royan, ce qui accroît la rareté des services religieux à Courlay.

Former des jeunes chrétiens en bord de mer

  • 81 La Foi, 15 avril 1866, n° 114, p. 920.
  • 82 Bulletin évangélique de l’Ouest, 1er août 1885, n° 5, p. 4.
  • 83 Ibidem, 1er-15 septembre 1912, n° 17-18, p. 58.

26Le dernier usage « religieux » de l’espace littoral par les protestants est en réalité un emploi à mi-chemin entre pratiques purement ludiques et pratiques religieuses : c’est la conquête du littoral par les jeunesses protestantes urbaines. À La Tremblade, sous le Second Empire, plages et baignades sont utilisées comme un argument publicitaire en faveur du pensionnat primaire protestant de la localité, mais elles paraissent signalées principalement pour leur aspect thérapeutique81. Au milieu des années 1880, la pension pour jeunes filles tenue par Mlles Granger et Loupot à La Rochelle indique qu’elle serait susceptible d’accueillir des pensionnaires pendant la saison des bains de mer82. Ce type d’annonce reste l’exception. C’est seulement dans la seconde moitié des années 1900 qu’une pratique ludique et pédagogique du littoral et de la nature se diffuse : elle se situe en rupture avec l’usage traditionnel des bains de mer et la fréquentation de pensions. Désormais la vie dans la nature apparaît comme un élément essentiel dans la formation intellectuelle et physique des jeunes garçons. On trouve mention dans la presse de quelques groupes isolés temporairement présents, comme les Éclaireurs de Montrouge à proximité de Royan en 191283.

  • 84 Ibid., 1er-15 août 1908, n° 16-17, p. 55, 1er-15 septembre 1908, n° 18-19, p. 58-59.
  • 85 Ibid., 1er-15 août 1909, n° 15-16, p. 59-60.
  • 86 Le camp de Domino. 1913, Paris, Fédération française des étudiants chrétiens, sans date, p. 3-4.

27La Fédération française des étudiants chrétiens joue un rôle très important. Avec l’appui du groupe des « Lycéens chrétiens de La Rochelle », elle organise, sous la direction de Charles Grauss, un camp de vacances dans la forêt de la Coubre, aux Mathes, en 190884. Avec six lycéens, le nombre des participants est encore modeste. Secrétaire général de la Fédération française des étudiants chrétiens à partir de 1906, Grauss y est l’un des principaux artisans de la diffusion et de l’acculturation des camps de plein air. L’année suivante, le secrétaire général revient et des relais locaux restent présents : pour s’inscrire au séjour, il faut contacter un jeune représentant de la famille Mörch à La Rochelle85. L’établissement et le matériel alors employés sont fort modestes : « un misérable petit hangar, aux planches disjointes », « un ballon de football et quelques cantiques86 ».

  • 87 Baubérot, Arnaud, « La nature éducatrice. La pédagogie du camp dans les mouvements de jeunesse prot (...)
  • 88 Le camp de Domino. 1913, Paris, Fédération française des étudiants chrétiens, sans date, p. 4-5.
  • 89 Bulletin évangélique de l’Ouest, 1er mai 1911, n° 9, p. 34.

28L’ampleur et l’impact changent lorsque le camp est transféré sur l’île d’Oléron. C’est l’exemple le plus éclatant du rôle des œuvres de jeunesse extérieures et de villégiateurs protestants donnant un souffle nouveau, estival et provisoire à une Église déclinante, crépusculaire, celle d’Oléron. Arnaud Baubérot a montré le caractère décisif qu’eut le camp oléronnais pour la diffusion d’une pédagogie de la « nature éducatrice87 ». Pour ses organisateurs, le « phalanstère de Domino » participe à la création d’une microsociété devant former et édifier les jeunes gens. Il conviendrait de souligner aussi l’impact local de ce camp. Du fait de la croissance du chiffre des participants au camp d’été, il n’est plus possible en 1910 de se contenter des installations des Mathes. Le passage du continent à l’île d’Oléron est l’occasion d’une innovation majeure, l’emploi des tentes de camping. Leur financement est assuré par Edmond Maury88. Après le joyeux amateurisme des débuts, les dispositions prises sont perfectionnées dès 191189 ; deux ans plus tard, le camp est ainsi décrit :

  • 90 Le camp de Domino. 1913…, op. cit., p. 8.

C’est entre les dunes et le village que la Fédération des Étudiants chrétiens a établi son camp pour étudiants et lycéens.
L’installation comportera vingt tentes imperméables à 8 places. Chaque tente est munie d’un épais tapis en toile goudronnée, isolant parfaitement les fournitures du couchage du sol. La cuisine, la salle à manger, la salle de réunions, les lavabos sont également aménagés sous la tente. Le vestiaire, la remise à bicyclettes, le local aux provisions sont organisés dans des locaux loués à cet effet90.

  • 91 Chiffres empruntés à : Bulletin évangélique de l’Ouest, 15 janvier 1914, n° 2, p. 7 et Baubérot Arn (...)
  • 92 AERS, Commission exécutive de la vie circonscription synodale. Rapport sur l’état religieux de l’Ég (...)

29Le nombre de jeunes gens présents dans les camps saintongeais de la Fédération croît avec régularité. En 1910, durant ses trois semaines, il représente le quart des participants des camps français de la Fédération. À la veille de la Guerre, le camp de Domino accueille plus de 80 étudiants et l’été où éclate le conflit 219 personnes doivent y venir91. La forte croissance entre 1912 et 1913 s’explique par le fait que désormais la Fédération française des étudiants chrétiens ne dispose que d’un seul camp estival92.

Fréquentation du camp des étudiants chrétiens de la Charente-Inférieure

1908 1909 1910 1911 1912 1913 1914
6
campeurs
12
campeurs
25
campeurs
37
campeurs
45
campeurs
87
campeurs
219
inscrits
  • 93 Arch. Égl. réformée des Iles de Saintonge, Ile d’Oléron. Registre des assemblées générales, séance (...)
  • 94 L’Unioniste de l’Ouest, novembre 1911, n° 1, p. 4-6 ; décembre 1911, n° 2, p. 4.
  • 95 Arch. Égl. réformée des îles de Saintonge, île d’Oléron. Registre des assemblées générales, séance (...)

30À l’échelle départementale, il constitue un modèle pour les mouvements de jeunesse protestante comme les unions chrétiennes de jeunes gens qui en font l’un de leurs lieux d’excursion. Dès 1910, les protestants rochelais viennent spécialement sur l’île pour cette raison93. En 1911, les UCJG de La Rochelle, de Rochefort et Breuillet choisissent Domino comme destination de leur sortie estivale94. Le rayonnement dans l’île est non négligeable. L’organisation d’une fête au cours du camp attire un nombreux public. Le 18 août 1910, les fidèles auxquels se mêlent des curieux se comptent au nombre de quatre cents. En 1912, il y a trois cents personnes présentes ; l’année suivante, c’est le double95. Le pasteur de l’Église réformée de l’île d’Oléron se félicite de la présence de cette jeunesse qui donne un surcroît de vie durant l’été. Le compte rendu que le pasteur de l’île d’Oléron, Henri Ginolhac, signe lors de l’assemblée générale de l’association cultuelle de février 1914 met en évidence la forte influence du camp de Domino tant sur la vie religieuse de l’île que sur ses participants :

  • 96 Arch. Égl. réformée des îles de Saintonge, île d’Oléron. Registre des assemblées générales, séance (...)

La fête du 3 août a été fort belle et impressionnante. Le chant des Psaumes par les campeurs, avec accompagnement de violoncelle, a fait un merveilleux effet au milieu des pins. L’appel simple et émouvant de M. Grauss a remué tous ceux qui, en grand nombre, se pressaient autour de lui. Les jeunes gens qui lui avaient été confiés avaient éprouvé un bien immense pendant les trois semaines de séjour à Domino et quelques-uns qui cherchaient encore leur voie, avaient pris la résolution de devenir pasteurs ou missionnaires, ou encore de travailler au relèvement de la jeunesse, dans les fonctions diverses qu’ils auraient plus tard à remplir. Exemple bien réconfortant pour la jeunesse protestante de l’île96.

  • 97 Arch. Égl. réformée des îles de Saintonge, île d’Oléron. Registre des assemblées générales, séances (...)
  • 98 Arch. Égl. réformée des îles de Saintonge, île d’Oléron. Registre des assemblées générales, séance (...)
  • 99 Arch. Égl. réformée de Saintes, Commission exécutive de la vie circonscription synodale. Statistiqu (...)

31Ce renouveau estival de vie religieuse est préparé par la présence d’une petite colonie de villégiateurs protestants venant de Grenoble et de Lyon. Depuis au moins 1907, ceux-ci se chargent régulièrement de l’organisation d’une fête de la jeunesse protestante à la Remigeasse, le principal site balnéaire de Dolus, sur la façade ouest de l’île d’Oléron97. Des pasteurs séjournent également en famille une partie de l’été dans l’île d’Oléron, ce qui amène une plus grande variété dans la prédication en chaire. Les temples se remplissent pendant cette saison : Ginolhac note avec plaisir que celui de Saint-Pierre s’est parfois retrouvé « entièrement plein98 ». Pouvant contenir une centaine de fidèles, ceux-ci étant habituellement autour de 45, cette fréquentation dépasse celle des fêtes religieuses99.

  • 100 Bulletin évangélique de l’Ouest, 1er-15 août 1909, n° 15-16, p. 59 ; 15 octobre 1909, n° 20, p. 70.
  • 101 Aucune mention ni dans le Trait d’Union ni dans les registres des séances des conseils presbytéraux (...)
  • 102 Bulletin évangélique de l’Ouest, 15 juin 1912, n° 12, p. 47.
  • 103 Ibidem, 1er juin 1913, n° 11, p. 43.
  • 104 Le Lien rochelais, mai 1912, n° 5, p. 1-2.

32Les jeunes filles disposent d’un nombre plus restreint d’équipements. La visée thérapeutique prime encore. En 1909, grâce à la générosité d’une Rochelaise, le Comité régional de l’Ouest des Unions chrétiennes de jeunes filles a à sa disposition la villa « Marie-Marthe », une « maison de repos pour jeunes filles » à Angoulins. Elle est dirigée par une ancienne enseignante, Mathilde Good. De juillet à septembre, l’établissement accueille une vingtaine de jeunes filles provenant en majorité des deux Charentes mais également de Nantes, de Paris et du Poitou100. Il ne semble pas que cette initiative ait été renouvelée les années suivantes. L’établissement le plus durable des Unions chrétiennes de jeunes filles se situe à Meschers. Cette initiative paraît extérieure aux Églises locales de Saint-Georges-de-Didonne et de Meschers qui se partagent alors le même pasteur101. Absente du Trait d’Union, le journal des Églises libérales du littoral saintongeais, elle est relayée exclusivement au niveau régional par le Bulletin évangélique de l’Ouest. La personne chargée de la direction de l’œuvre réside à La Force, en Dordogne. Les capacités d’accueil sont réduites : douze pensionnaires. Destinée à l’accueil de convalescentes et d’anémiées, la maison est réservée aux unionistes et secondairement, selon les possibilités, aux jeunes filles protestantes de la région102. Au nom du groupe Sud-Ouest des Unions chrétiennes de jeunes filles, la maison réouvre ses portes l’année suivante103. En germe à ce moment il faut mentionner dans l’un des écarts de Saint-Xandre, Aubreçay, à quelques kilomètres de la côte, le legs fait par Julia Morel en 1912, l’idée étant de fonder un asile et une colonie pour les jeunes filles104. Le projet ne voit le jour qu’au lendemain de la Grande Guerre.

33En germe dès le milieu du xixe siècle, s’accroissant au cours des premières décennies de la Troisième République, les moyens utilisés pour rendre présents l’Évangile sur les plages ont été extrêmement divers mais paraissent encore faibles. Les espaces littoraux de la Charente-Inférieure voient se mettre en place de nouvelles structures religieuses qui se destinent à un public jusque-là assez négligé, si l’on excepte Royan, les touristes. La naissance de cultes uniquement estivaux pose de multiples problèmes logistiques et se fait parfois avec un arrière-plan théologique nettement marqué. Ce sont rarement les Églises locales en tant que telles qui prennent en charge et contrôlent les cultes destinés aux villégiateurs. Les seules démarches qui débouchent assez rapidement sur des structures durables sont celles encadrées par la Société centrale, organisation plus souple et spécialisée dans l’évangélisation.

34Toutes les Églises réformées littorales ne bénéficient pas du sang neuf des visiteurs protestants. La fréquentation estivale prolonge l’autonomie de certaines Églises isolées comme celle de l’île d’Oléron, mais, inversement, au sud de Royan, les communautés réformées de Saint-Georges-de-Didonne et de Meschers-sur-Gironde ne se signalent pas par leurs initiatives à l’égard des touristes et, au contraire de Royan, connaissent une stagnation voire une décadence numérique. Présents de manière éphémère, les villégiateurs protestants intéressent moins les Églises locales préoccupées de l’encadrement de leurs propres fidèles que des sociétés spécialisées d’ampleur nationale. Celles-ci cherchent à proposer une offre religieuse plus conforme aux transformations des loisirs et des mobilités d’une partie de la population.

  • 105 Dans le département, outre Meschers, le groupe de l’Ouest des Unions chrétiennes de jeunes gens dis (...)

35Enfin, les littoraux envisagés comme territoires ludiques permettent de viser de nouvelles catégories générationnelles et de pratiquer une évangélisation se destinant avant tout à la jeunesse. Les initiatives des années 1900 préparent celles de l’entre-deux-guerres avec la mise en place de structures plus durables, en particulier pour l’accueil de la jeunesse protestante105 et dont l’histoire reste largement à écrire.

Haut de page

Notes

1 Pour une évaluation plus précise, Champ, Nicolas, La Religion dans l’espace public. Catholiques, protestants et anticléricaux en Charente-Inférieure au xixe siècle, Bordeaux, Fédération historique du Sud-Ouest, p. 34-43.

2 Sauzeau, Thierry, « Du sel à l’ostréiculture. La mutation économique de l’estuaire de la Seudre (xviie-xixe siècle) », Revue historique du Centre-Ouest, t. 2, 2003, n° 2, p. 321-368.

3 Réault-Mille, Sarah, « Les espaces du sel au xixe siècle en Charente-Maritime », Mémoires de la Société des Antiquaires de l’Ouest, 5e série, t. 4, 1996, p. 663-681.

4 Pour une vue générale, Lahondère Vincent, « Naissance et croissance des espaces touristiques littoraux en presqu’île d’Arvert aux xixe et xxe siècles », L’Estuaire de la Gironde. Les cahiers, 1996, n° 2, p. 123-137.

5 Binot, Guy, Histoire de Royan et de la presqu’île d’Arvert, Paris, Le Croît vif, 1994.

6 Butaye, Denis, La Création d’une station touristique. L’exemple de Royan de la fin du xviiie siècle au début du xxe siècle, Thèse de doctorat en histoire contemporaine, Université de La Rochelle, 2009.

7 Ferrand, Emma, Royan moderne et ancien, Bordeaux, Impr. Balarac jeune, 1846 (2e édition), p. 24.

8 Arch. dép. de la Charente-Maritime, 16 J 77*. Séance du 17 janvier 1849 ; Rapport à MM. les membres du conseil presbytéral et à MM. les diacres sur l’état matériel et religieux de la paroisse de Royan pendant l’année 1856, Saintes, Typ. Alex Hus, 1857, p. 6.

9 Arch. dép. de la Charente-Maritime, 16 J 78. Note consistoriale exposant les « motifs à faire valoir en faveur de la reconstruction du temple de Royan », sans date (début des années 1840).

10 La Bonne Nouvelle. Journal religieux du Poitou, mars 1844, p. 80-86.

11 Pelletan, Eugène, La Naissance d’une ville, Paris, Pagnerre libraire-éditeur, 1861, p. 58.

12 Arch. dép. de la Charente-Maritime, 16 J 77*. Séances du 3 mai 1842, 2 mai 1843, 11 juillet 1843, 3 novembre 1843, 2 mai 1845, 14 janvier 1847, 18 janvier 1848, 3 mai 1848, 17 janvier 1849.

13 Arch. dép. de la Charente-Maritime, 104 V 1. Brouillon de l’avis préfectoral, 20 juillet 1847.

14 Arch. dép. de la Charente-Maritime, 16 J 77*. Séance du 18 juillet 1849.

15 Arch. dép. de la Charente-Maritime, 104 V 1. Décret impérial, 7 avril 1869.

16 Arch. dép. de la Charente-Maritime, Brouillon du rapport du préfet au Ministre de la Justice et des Cultes, 24 février 1869. À ce chiffre, il faudrait également ajouter la partie rurale de la paroisse de Royan qui fréquente le temple de Maine-Geoffroy et qui représente environ six cents personnes.

17 Champ, Nicolas, « La paroisse entre exigences pastorales et aspirations communales en Charente-Inférieure (1808-1881) », Revue de la Saintonge et de l’Aunis, t. xxx, 2004, p. 201-242.

18 Chassebœuf, Frédéric, « La première église Notre-Dame de Royan », dans Gillet, Rose (dir), Notre-Dame de Royan. Guillaume Gillet, architecte, Vaux-sur-Mer, Bonne Anse, 2005, p. 13-16.

19 Quelques éléments dans Causse, Maurice, « Lucien des Mesnards, évangéliste du Réveil. Étude sur la division du protestantisme charentais », Revue d’histoire et de philosophie religieuses, t. 52, 1972, p. 433 et 441-442 et Spiro, Louis, « Saujon. Une Église protestante saintongeaise à travers quatre siècles d’histoire. 1559-1959 », Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme français, t. 121, 1975, n° 2, p. 226-227.

20 Champ, Nicolas, « Protestantiser la France ? L’évangélisation protestante entre espoirs et désillusions en Charente-Inférieure au xixe siècle (fin des années 1830-1914) », Les Cahiers du Littoral, 2009, n° 8, p. 177-192.

21 Voir la caractérisation donnée par Encrevé, André, Les Protestants en France de 1800 à nos jours. Histoire d’une réintégration, Paris, Stock, 1985, p. 61-62.

22 Casimir Ardouin agresse le pasteur en pleine rue. Le consistoire général de Saintes invite Maffre à ne pas poursuivre Ardouin devant les tribunaux (Arch. dép. de la Charente-Maritime, 16 J 77*. Séance du 15 janvier 1851) et note sur l’affaire portée sur un feuillet volant contenu dans le registre. Voir également Encrevé, André, Protestants français au milieu du xixe siècle. Les réformés de 1848 à 1870, Genève, Labor et Fides, 1986, p. 358.

23 Arch. dép. de la Charente-Maritime, 130 V 1. Rapport du sous-préfet de Marennes, 19 février 1858.

24 Arch. dép. de la Charente-Maritime, 116 V 1. Rapport du sous-préfet de Marennes au préfet, 2 septembre 1858 ; 130 V 1. Rapport du sous-préfet de Marennes au préfet, 19 février 1858.

25 Dupon, Valéry (ps. Dyvorne Paul), Au fil des années : Royan, Royan, V. Billaud, 1912, p. 194-195.

26 Propos de Ruffet rapporté dans : Arch. privées Henriette Ribagnac. Journal de Némi Quérouil. 16 février 1860.

27 Arch. dép. de la Charente-Maritime, 130 V 1. Rapport du sous-préfet de Marennes, 12 janvier 1860.

28 E.g. : Assemblée générale de la Société évangélique de Genève tenue les 21 et 22 juin 1865, à l’Oratoire, Genève, 1865, p. 73 ; Assemblée générale de la Société évangélique de Genève tenue le 19 juin 1873, à l’Oratoire, Genève, 1873, p. 58-59.

29 Lettre du 11 novembre 1863 reproduite dans : Steeg Jules, Un Pasteur républicain au xixe siècle. Lettres de Jules Steeg à Maurice Schwalb (1851-1898), éd. Lucien Carrive, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 1993, p. 149.

30 Sur Ruffet, voir Lichtenberger, Frédéric (dir.), Encyclopédie des sciences religieuses, Paris, Librairie Fischbacher, 1882, t. xiii, p. 183.

31 Archives du Christianisme au xixe siècle, 20 décembre 1860, n° 35, p. 285-286 ; Paris E., Un apôtre de la révolution religieuse. Charles-Marie-Athanase Pellissier, pasteur à Bordeaux. Sa vie, son caractère, ses travaux, Paris, Sandoz et Fischbacher, 1876, p. 220-225.

32 Assemblée générale de la Société évangélique de Genève tenue les 24 et 25 juin 1863, à l’Oratoire, 1863, p. 77-78 et Stelling-Michaud, Suzanne, Le Livre du recteur de l’académie de Genève (1559-1878), Genève, Librairie Droz, 1976, tome 5, p. 486.

33 Assemblée générale de la Société évangélique de Genève tenue les 21 et 22 juin 1865, à l’Oratoire, Genève, 1865, p. 73.

34 Arch. Égl. réformée de Royan. Registre des actes pastoraux tenu par Dadre.

35 Assemblée générale de la Société évangélique de Genève tenue le 19 juin 1873, à l’Oratoire, Genève, 1873, p. 58.

36 Assemblée générale de la Société évangélique de Genève tenue le 18 juin 1874, à l’Oratoire, Genève, 1874, p. 43.

37 Assemblée générale de la Société évangélique de Genève tenue le 17 juin 1875, à l’Oratoire, Genève, 1875, p. 60.

38 Bulletin évangélique de l’Ouest, 20 juin 1891, n° 12, p. 66.

39 Ibidem, 7 mars 1891, n° 5, p. 31.

40 Arch. Égl. réformée de Saintes. Commission exécutive du synode de la vie circonscription, statistiques paroissiales de 1907 et 1914.

41 Cette œuvre figure dans l’Agenda protestant publié par Fischbacher. Les sondages opérés en 1895, 1900, 1906 et 1913 la montrent toujours présente.

42 Gaussent, Jean-Claude, « L’Église protestante de Sète. 1851-1905. Du coup d’État du 2 décembre à la séparation des Églises et de l’État », Bulletin de la Société de l’Histoire du protestantisme français, t. cxxxiii, 1987, n° 1, p. 23-40 ; « L’établissement de bains de mer de l’Église réformée de Sète : le Lazaret », Ibidem, t. cxxxviii, 1992, n° 4, p. 563-586 ; « Les Hanovriens de Sète à la fin du xixe siècle : négoce et religion », Ibid., t. cxli, 1995, n° 4, p. 575-605.

43 Carluer, Jean-Yves et Poton, Didier, Les Protestants de l’Ouest en 30 Questions, La Crèche, Geste éditions, 2007, p. 56.

44 Bulletin évangélique de l’Ouest, 1er-15 août 1911, n° 15-16, p. 56.

45 Le Protestant rochefortais, août 1885, n° 5.

46 Ibidem, septembre 1885, n° 6.

47 Ibid.

48 Arch. dép. de la Charente-Maritime, 70 J 1. Registre n° 4, séance du 15 juin 1886.

49 Arch. dép. de la Charente-Maritime, 70 J 1. Registre n° 4, séance du 17 mai 1887.

50 Bulletin évangélique de l’Ouest, 5 septembre 1885, n° 7, p. 2.

51 Première mention de sommes collectées dans Le Protestant rochefortais, novembre 1885, n° 8.

52 Le Protestant rochefortais, novembre 1886, n° 20, p. 4.

53 Ibidem, septembre 1887, n° 24, p. 4.

54 Ibid., août-septembre 1890, n° 63, p. 3 ; Le Petit Protestant. Bulletin mensuel de l’Église réformée de Rochefort, janvier-février 1894, n° 97, p. 3.

55 Arch. Égl. réformée de La Rochelle, Société centrale, divers n° 2. Lettre d’Adolphe de Richemond à E. Hine, 7 juin 1910.

56 Arch. Égl. réformée de La Rochelle, Société centrale, correspondance n° 9. Brouillon du bail passé entre la Société d’évangélisation de l’Ouest et Henri Choucq pour une maison située rue Dugay-Trouin à Fouras, 5 avril 1911. Registre n° 2, séances du 21 février 1911 et du 4 avril 1911 ; Bulletin évangélique de l’Ouest, 15 mai 1911, n° 10, p. 39.

57 Bulletin évangélique de l’Ouest, 1er octobre 1911, n° 19, p. 65.

58 Ibidem, 15 juin 1911, n° 12, p. 47 ; 15 mars 1913, n° 6, p. 23 ; 15 juin 1913, n° 13, p. 46.

59 Arch. Égl. réformée de La Rochelle, Société centrale, correspondance n° 9. Lettre de P. Lombard à Adolphe de Richemond, 1er septembre 1911.

60 Section de l’Ouest ou Société d’évangélisation de l’Ouest. Cinquante-et-unième exercice. Année 1913, Chasseneuil, 1913, p. 7.

61 Bulletin évangélique de l’Ouest, 1er-15 août 1910, n° 15-16, p. 55.

62 Le Lien rochelais, août-septembre 1912, n° 8, p. 4.

63 Arch. Égl. réformée de La Rochelle, Société centrale. Registre n° 2, séance du 18 octobre 1912.

64 Arch. Égl. réformée de La Rochelle, Société centrale. registre du conseil presbytéral (1894-1921). Séance du 22 novembre 1912.

65 Ibid. Séance du 4 juin 1912.

66 Arch. Égl. réformée de La Rochelle, Société centrale. Registre n° 1, séance du 16 janvier 1878.

67 Bulletin évangélique de l’Ouest, 1er-15 août 1901, n° 15-16, p. 63.

68 Arch. Égl. réformée de La Rochelle, Société centrale. Correspondance n° 6. Lettre de Lengereau à un correspondant non déterminé, 7 mars 1903.

69 Arch. Égl. réformée de La Rochelle, Société centrale. Registre n° 2, séance du 24 mars 1903.

70 Arch. Égl. réformée de La Rochelle, Société centrale. Minutier du secrétaire, lettre à Pfender, 31 mars 1903.

71 Une fois à la retraite, celui-ci s’est retiré auprès de son fils, Charles, ingénieur des chemins de fer à Saintes. Voir Bulletin de la Société des Archives historiques de la Saintonge et de l’Aunis, t. xxv, 1905, p. 293.

72 Bulletin évangélique de l’Ouest, 15 novembre 1903, n° 22, p. 87.

73 Arch. Égl. réformée de La Rochelle, Société centrale. Registre n° 2, séance du 10 juillet 1903.

74 Arch. Égl. réformée de La Rochelle, Société centrale. Correspondance n° 6. Lettre de Pfender à Carpentier, 3 avril 1903.

75 Arch. Égl. réformée de La Rochelle, Société centrale. Lettre de Lengereau à un correspondant non déterminé, 27 août 1903.

76 Arch. Égl. réformée de La Rochelle, Société centrale. Correspondance n° 7. Lettre de Lengereau à un correspondant non déterminé, 31 janvier 1905.

77 Bulletin évangélique de l’Ouest, 15 mai 1909, n° 10, p. 40 ; 1er-15 août 1910, n° 15-16, p. 55 ; 15 juin 1911, n° 12, p. 47 ; 1er-15 septembre 1912, n° 17-18, p. 59 ; 1er-15 juillet 1913, n° 13-14, p. 50-51.

78 Ibidem, 15 mai 1908, n° 10, p. 38.

79 Ibid., 1er-15 septembre 1912, n° 17-18, p. 59.

80 e.g. : Le Trait d’Union, 1er juillet 1909, n° 7, p. 4 ; 1er août 1912, n° 8, p. 4.

81 La Foi, 15 avril 1866, n° 114, p. 920.

82 Bulletin évangélique de l’Ouest, 1er août 1885, n° 5, p. 4.

83 Ibidem, 1er-15 septembre 1912, n° 17-18, p. 58.

84 Ibid., 1er-15 août 1908, n° 16-17, p. 55, 1er-15 septembre 1908, n° 18-19, p. 58-59.

85 Ibid., 1er-15 août 1909, n° 15-16, p. 59-60.

86 Le camp de Domino. 1913, Paris, Fédération française des étudiants chrétiens, sans date, p. 3-4.

87 Baubérot, Arnaud, « La nature éducatrice. La pédagogie du camp dans les mouvements de jeunesse protestants », Ethnologie française, t. 37, 2001, n° 2, p. 621-629.

88 Le camp de Domino. 1913, Paris, Fédération française des étudiants chrétiens, sans date, p. 4-5.

89 Bulletin évangélique de l’Ouest, 1er mai 1911, n° 9, p. 34.

90 Le camp de Domino. 1913…, op. cit., p. 8.

91 Chiffres empruntés à : Bulletin évangélique de l’Ouest, 15 janvier 1914, n° 2, p. 7 et Baubérot Arnaud, art. cit., p. 623.

92 AERS, Commission exécutive de la vie circonscription synodale. Rapport sur l’état religieux de l’Église de l’île d’Oléron, 2 mars 1914.

93 Arch. Égl. réformée des Iles de Saintonge, Ile d’Oléron. Registre des assemblées générales, séance du 19 février 1911.

94 L’Unioniste de l’Ouest, novembre 1911, n° 1, p. 4-6 ; décembre 1911, n° 2, p. 4.

95 Arch. Égl. réformée des îles de Saintonge, île d’Oléron. Registre des assemblées générales, séance du 19 février 1911. L’Unioniste de l’Ouest, octobre 1912, n° 11, p. 7 ; octobre 1913, n° 8, p. 7. Le Journal de Marennes, 10 août 1913, n° 32, p. 2.

96 Arch. Égl. réformée des îles de Saintonge, île d’Oléron. Registre des assemblées générales, séance du 8 février 1914.

97 Arch. Égl. réformée des îles de Saintonge, île d’Oléron. Registre des assemblées générales, séances des 9 février 1908, 14 février 1909 et 8 février 1914. Arch. Égl. réformée de Saintes, Commission exécutive de la vie circonscription synodale. Rapport sur l’état religieux de l’Église de l’île d’Oléron, 2 mars 1914.

98 Arch. Égl. réformée des îles de Saintonge, île d’Oléron. Registre des assemblées générales, séance du 9 février 1913.

99 Arch. Égl. réformée de Saintes, Commission exécutive de la vie circonscription synodale. Statistique de l’Église de l’île d’Oléron, année 1912.

100 Bulletin évangélique de l’Ouest, 1er-15 août 1909, n° 15-16, p. 59 ; 15 octobre 1909, n° 20, p. 70.

101 Aucune mention ni dans le Trait d’Union ni dans les registres des séances des conseils presbytéraux et des assemblées générales des Églises de Saint-Georges-de-Didonne et de Meschers. Il est vrai que les procès-verbaux y sont très elliptiques.

102 Bulletin évangélique de l’Ouest, 15 juin 1912, n° 12, p. 47.

103 Ibidem, 1er juin 1913, n° 11, p. 43.

104 Le Lien rochelais, mai 1912, n° 5, p. 1-2.

105 Dans le département, outre Meschers, le groupe de l’Ouest des Unions chrétiennes de jeunes gens dispose d’établissements à Saint-Georges-de-Didonne et à Saint-Palais-sur-Mer, à Nauzan.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Champ, « L’Évangile aux bains de mer », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 118-2 | 2011, 117-134.

Référence électronique

Nicolas Champ, « L’Évangile aux bains de mer », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 118-2 | 2011, mis en ligne le 30 juin 2013, consulté le 19 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/abpo/2010 ; DOI : 10.4000/abpo.2010

Haut de page

Auteur

Nicolas Champ

Agrégé d’histoire, docteur en histoire contemporaine-Centre d’études des mondes moderne et contemporain – Université de Bordeaux 3

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page