Navigation – Plan du site

Une phalange républicaine dans l’arrondissement de Saint-Malo : les Bleus de Bretagne (1902-1914)

Loïc Thomas
p. 91-108

Résumé

L’association des Bleus de Bretagne est une ligue républicaine formée à Paris en 1899 et dont le but est de diffuser dans la petite patrie les valeurs de la République. L’activité de cette association a été importante avant le premier conflit mondial ; par la suite, elle tenta de revenir sur la scène politique mais sans succès.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XIXe siècle

Noms de lieux :

Bretagne, Saint-Malo
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le Beguec, Gilles, L’Entrée au Palis-Bourbon. Les filières privilégiées d’accès à la fonction parle (...)
  • 2 La Bretagne nouvelle. Juillet 1906. Discours du Président Armand Dayot. p. 25.

1L’Association des Bleus de Bretagne, fondée à Paris en 1899, rassemble des républicains laïcs et anticléricaux, d’abord dans la capitale, puis en Bretagne où les groupements locaux connaissent des succès très relatifs. La section de Saint-Malo se distinguera par son importance, son organisation1 et son dynamisme, au point qu’elle sera donnée en exemple aux autres sections2.

2Ces militants de l’idée laïque vont animer l’arrondissement de Saint-Malo avec méthode et vigueur, s’installer à la tête de nombreuses mairies (dont celle de Saint-Malo), entrer au conseil général et gagner, avant le premier conflit mondial, les deux circonscriptions de l’arrondissement. Leur succès politique sera total et cette réussite entraînera l’anéantissement du parti monarchiste libéral catholique qui avait tenu les deux circonscriptions du pays malouin entre 1889 et 1893. Les représentants de ce parti, Charles-Emile La Chambre et le vicomte de Lorgeril, seront remplacés par les républicains François Brune et Léonce Demalvilain (auquel succèdera Alphonse Hervoches après la démission de Demalvilain en 1897) mais, au début du nouveau siècle, l’engagement de ces hommes en faveur de la République sociale fut jugé insuffisant par des membres des comités locaux dont certains accueillirent avec satisfaction l’idée de s’associer à la jeune ligue parisienne des Bleus de Bretagne. Leur adhésion à cette association républicaine va alors donner aux militants républicains, (dont plusieurs sont affiliés à la franc-maçonnerie) un élan et une direction en tout point remarquables.

3Sous l’impulsion de l’agent voyer Charles Fouré (1854-1931), une organisation politique d’encadrement et des réalisations notoires vont surgir dans l’arrondissement. Les militants ne seront pas seulement des fantassins des comités républicains locaux, ils seront également, assez loin des exaltés de la lutte anticléricale, des entrepreneurs soucieux de développer l’esprit public, de former des républicains acquis aux valeurs de liberté, de justice et de solidarité. Se tenant à distance des confrontations idéologiques, ils vont œuvrer sans grand tapage et réussir à ancrer ce territoire bleu à la République.

  • 3 Nous distinguerons le Bleu, républicain désireux de voir s’installer une République sociale, du Ble (...)

4Qui étaient ces Bleus3? Quel type d’organisation ont-ils mis en place pour gagner presque toutes les mairies à la République et diffuser l’idée laïque dans tout l’arrondissement ? Comment ont-ils porté leur principal chef à la Chambre et placé leur champion à la tête de l’Hôtel de ville ? Qu’ont-ils entrepris pour implanter durablement l’esprit républicain dans ce territoire et devenir, aux yeux des membres du comité central des Bleus de Bretagne, un modèle pour les autres comités disséminés dans l’ancienne province ? Pourtant, ce « modèle » très structuré et ramifié va connaître rapidement quelques dissensions. La représentation proportionnelle, le monopole de l’École, les réponses à apporter aux revendications locales des ouvriers vont ébranler son unité et le premier conflit mondial terrassera définitivement cette dynamique phalange républicaine.

À la conquête du pouvoir

Une politique à soutenir

5Aux élections législatives du printemps 1902, le comité républicain de la première circonscription a essuyé un revers : le maire radical Charles Jouanjan a été battu par le représentant de l’Action libérale Charles-Auguste La Chambre (le fils de Charles-Émile). Cependant, face à cette désillusion, les républicains enregistrent un espoir : le président du Conseil Émile Combes s’engage dans une action fermement anticléricale et cette orientation trouve ici un écho favorable. Il est donc urgent et opportun d’agir.

  • 4 Le Républicain, 25-26 avril 1913. Compte-rendu de l’Assemblée Générale des Bleus de l’arrondissemen (...)
  • 5 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 1M 150

6C’est le 21 novembre 19024 que le virulent anticlérical Léon Pontaillé – ancien adjoint au maire – réunit quarante trois militants décidés à soutenir la politique engagée par Émile Combes et c’est le 21 janvier 1903 (jour hautement symbolique) qu’est fondée la section malouine des Bleus de Bretagne. Immédiatement une organisation est mise en place5 : l’ancien député François Brune est porté à la présidence d’honneur tandis que Léon Pontaillé (1852-1904) occupe le fauteuil de président et l’agent-voyer Charles Fouré (1854-1931) est élu trésorier-secrétaire. Après le décès de Pontaillé qui survient le 12 mai 1904, Charles Fouré sera l’immuable président de cette section exemplaire.

7Si la section-mère de Paris rassemble des notables – beaucoup sont issus de la (haute) fonction publique ou viennent du monde des Lettres, des Sciences, des Arts, de la Presse – les républicains de la section de Saint-Malo ont une origine plus démocratique. Les militants présentent peu de notabilité à l’exception de leur président d’honneur. Un relevé des professions des Bleus encartés de 1903 à 1906 permet de repérer le profil socioprofessionnel des militants républicains. Sur un nombre de 200 inscrits, on repère 60 % de fonctionnaires et assimilés (70 enseignants soit 35 %, 20 membres du personnel des mairies, de la sous-préfecture, de la Justice, 18 venant de la Poste ou des Finances, 12 agent-voyers) 13 % d’ouvriers, d’employés de services ou de l’agriculture, 10 % de commerçants et 17 % provenant de tout l’éventail de la société civile (7 publicistes, 3 médecins, un pharmacien, des rentiers, des propriétaires, un avocat, des notaires, des officiers de marine et un militaire en retraite.)

  • 6 Le Républicain, 4-5 juillet 1905. Voir également Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 1M 150. Rapport du c (...)

8Le nombre de Bleus va progresser régulièrement mais dans la discrétion car le fait de se référer aux valeurs de la Révolution française n’a pas bonne presse. Lors de l’assemblée générale de la section, le 2 juillet 1905, le président fait savoir que le nombre des encartés est passé en un an de 80 à 170, mais, il précise que « ce chiffre serait sérieusement dépassé si certains de nos amis ne craignaient pas, en venant ostensiblement à nous, de compromettre leur situation commerciale, industrielle ou agricole6 ». Malgré ces réticences, la section enregistre quatre cents inscrits avant le déclenchement de la première guerre, ce qui fait d’elle la deuxième section, après celle de Clichy, en nombre d’encartés.

Une solide organisation

9La section des Bleus de Saint-Malo est dotée d’une organisation verticale avec un bureau remarquablement stable, restreint d’abord puis plus étoffé au fil des ans, et des rassemblements mensuels au début, puis trimestriels et annuels, au cours desquels sont discutées et définies les orientations proposées par les dirigeants. Des délégués, dûment mandatés, assistent aux différents congrès régionaux, aux réunions républicaines, aux déroulements des élections, aux dépouillements des votes. Les réunions sont nombreuses et régulières.

10Ces réunions mettent en place un esprit et une éducation civiques. Fréquentes en périodes électorales, elles développent une pédagogie : on rappelle aux adhérents la ponctualité, la présence effective, le paiement régulier de la cotisation, l’écoute, la prise de parole, le respect du vote, l’engagement… L’apprentissage à la démocratie se fait ici et ce fonctionnement se distingue de celui des comités républicains qui œuvrent ponctuellement et tant bien que mal à la victoire d’un candidat. Ici on parle de justice, de liberté, de défense des droits, de respect de la loi, de solidarité, d’appui sur des principes. Ici la réflexion et l’apprentissage, là l’approbation bruyante et l’emballement passager.

  • 7 Selon La Bretagne nouvelle, cet organe républicain était « devenu trop exigu pour la défense des in (...)

11En outre, des fêtes et des banquets réunissent des militants et des sympathisants qui étendent la propagande et font vivre une large convivialité. On n’a pas encore un grand quotidien bleu à offrir en Bretagne mais on y songe et, pour le moment, on peut compter sur le nouvel hebdomadaire Le Républicain (sorti en décembre 1903) qui a succédé au tiède La République 7 qui soutenait les républicains opportunistes.

12Les Bleus de Bretagne de Saint-Malo se veulent organisés et efficaces. Ils décident d’entrer dans les comités républicains en place et de créer de nouveaux comités radicaux, à leur main : « La constitution de ces comités, reconnaîtra Fouré, est d’ailleurs due, le plus souvent à notre initiative. » Cette ambition affirmée conduit les Bleus à quadriller l’arrondissement.

13L’organisation spatiale constitue l’originalité de la section de Saint-Malo. Ailleurs, les Bleus de Bretagne se cantonnent à ouvrir une section au chef-lieu de l’arrondissement. Ici, la maîtrise du territoire apparaît comme une évidence aux dirigeants : il y aura des sous-sections et un représentant dans presque chaque village. En juin 1904, dès la formation du nouveau bureau constitué après la disparition de Pontaillé, des délégués ont en charge d’animer des groupes locaux à Saint-Servan (Boucher, professeur au collège), à Dinard (Peigné, greffier), à Paramé (Lhérault, propriétaire), à Saint-Briac (Baudin, ancien député), à Saint-Méloir-des-Ondes (Le Men, négociant). Suivront Dol (derrière le maire Planson, puis Flaux et le Dr Lejamptel), Plerguer (Fougerais), Saint-Lunaire (Poulain), Tinténiac (Vaucelle, agent-voyer). Des comité radicaux apparaîtront à Chateauneuf (après une conférence de Charles Vié, journaliste au Républicain, futur sous-préfet), à Combourg, à Saint-Broladre… Leur influence attire même des bleus domiciliés hors de l’arrondissement (Montreuil-sur-Ille, Saint-Aubin du Cormier) voire même hors du département (Evran, Ploubalay).

14Leur organisation mise sur pied, les Bleus se fixent deux objectifs : s’emparer des postes locaux de pouvoir, et développer l’esprit républicain dans la sphère sociale. Le premier sera pleinement atteint par une stratégie offensive qui permettront aux « vrais » républicains de décrocher des mandats électifs. Le second objectif, plus diffus, sera atteint grâce à un suivi méthodique et persévérant.

La promotion des Bleus

15L’intrusion des Bleus dans les comités républicains pose problème : veulent-ils supplanter ces groupements notabiliaires ou les guider ? Et, dans ce dernier cas, comment vont cohabiter les comités et la section des Bleus qui est liée au comité central basé à Paris ?

  • 8 Le Républicain, 4-5 juillet 1905. Le banquet des bleus.

16L’identité des Bleus est nettement marquée : « Nous n’appartenons à aucun groupe politique, précisera le président Fouré lors du banquet du 2 juillet 1905, nous sommes des anticléricaux et des nationalistes. Nous défendons des idées, pas des personnes8. » Charles Guernier le répétera : le Bleu de Bretagne défend des principes et non une personne.

  • 9 Le Républicain, 4-5 janvier juillet 1905.
  • 10 Le Républicain, 4-5 octobre 1912.

17La ligne d’action des Bleus est également définie. Les Bleus ne formant pas un parti, ils n’ont à proposer ni un programme ni un candidat. Cette tâche revient aux comités : « Nous laisserons donc aux comités républicains constitués en congrès, le soin d’apprécier les mérites des candidatures et de choisir les candidats. Mais, une fois le choix fait c’est non seulement notre droit, mais notre devoir d’intervenir. Le candidat régulièrement désigné deviendra le nôtre9. » Et cette discipline sera acceptée. L’entente fonctionnera comme le dira plus tard Fouré : « Nous acceptons sans discussion les candidats désignés. Chacun, comité et Bleus, remplit son rôle bien spécial et nous vivons à côtés des uns des autres en d’excellents termes10. »

  • 11 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 3M 327. La tension est palpable : Cf. les procès-verbaux, vierges de (...)
  • 12 Le Républicain, 27-28 septembre 1907.
  • 13 Le Salut, 5-6 octobre 1909. Le rédacteur dénonce l’absence de réactions des autorités face au « dra (...)
  • 14 Le Républicain, 4-5 juillet 1905.
  • 15 Lors de sa prise de fonction en mai 1908, le nouveau sous-préfet de Saint-Malo, Pierre Bertrand reç (...)
  • 16 Le Salut, 12-13 décembre 1912.

18Leur rôle, au moment des élections, se cantonne à celui d’agents électoraux. Ils insistent sur l’importance du vote et le devoir civique. Ils veillent scrupuleusement à l’établissement des listes électorales, sans éviter quelquefois, emportés par une fièvre électorale, des ajouts maladroits d’électeurs 11. Entre les élections de 1902 et 1906, quoique les recensements évoluent peu, les listes des inscrits s’allongent et les votants seront encore plus nombreux. Ils animent des réunions. « Les Bleus, rappelle Charles Guernier – qui a succèdé à Armand Dayot à la présidence du comité central – préparent les esprits pour les luttes locales que doivent mener les comités républicains12. » Et les ouvriers de cette machine politique sont d’autant plus actifs qu’ils vont se faire les auxiliaires de l’administration préfectorale, laquelle ferme les yeux sur quelques écarts ou entorses à la loi13. Le sous-préfet Ottenheimer, invité au banquet des Bleus en juillet 1905, proclame que « [l’]on peut tout espérer quand on s’adresse au peuple avec la force et l’énergie déployées par les Bleus dans leur lutte continuelle contre la réaction cléricale. Les Bleus, lance-t-il en conclusion, ont combattu dans l’intérêt supérieur de la République14 ». Cette collusion manifeste15 sera dénoncée par le rédacteur de l’hebdomadaire catholique Le Salut qui écrira : « L’association des Bleus de Bretagne est une arrière boutique électorale où se cuisinent les candidatures à tous les mandats publics16. »

  • 17 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 3M 327

19Et cette « arrière boutique électorale » produit des résultats. Aux élections au Conseil général et aux Conseils d’arrondissement du 28 juillet 1907, le Républicain annonce triomphalement la victoire des républicains dans tous les cantons – à l’exception de celui de Saint-Servan. Aux élections municipales de 1908, la progression des républicains dans les municipalités est nette ; encore plus nombreux à Saint-Malo, ils deviennent majoritaires à Saint-Benoit-des-Ondes, à Minihic-sur-Rance, à Saint-Pierre-de-Plesguen, à Saint-Briac, à Roz-sur-Couesnon et ils font des percées à Paramé (avec 3 élus) et à Saint-Broladre (3 élus également). Aux élections législatives de 1906, le nombre d’électeurs inscrits, par rapport à 1902, s’accroît de 1 423 mais celui des votants bondit à 4 35617 ; le taux de participation des votants (voir tableau ci-dessous) entre ces deux consultations progresse notablement. Le Bleu s’est fait propagandiste ; il mobilise et marche vers la victoire…

Taux de participation aux élections législatives de 1902, 1906 et 1910 (votants/inscrits)

Cantons

1902

1906

1910

Chateauneuf

65,4 %

74,2 %

66,5 %

Combourg

72,8 %

85,2 %

71,0 %

Dinard

55,3 %

68,7 %

62,4 %

Tinténiac

73,4 %

89,5 %

75,7 %

Saint-Servan

65,9 %

78,8 %

65,2 %

Total 2e circonscription

66,9 %

79,2 %

67,9 %

Dol

77,1 %

85,0 %

82,9 %

Cancale

62,5 %

68,1 %

67,9 %

Pleine-Fougères

78,1 %

86,1 %

88,9 %

Saint-Malo

72,5 %

78,7 %

80,9 %

Total 1re circonscription

72,6 %

78,9 %

71,7 %

20Les Bleus prennent la tête des comités républicains et leur assurent une direction conforme à leur orthodoxie républicaine. Les « vieux » républicains (comme Louis Miriel à Saint-Malo) seront poussés à la marge tandis que les républicains « avérés » comme Ernest Herclat à Cancale, Louis Lhotellier (fils) à Dinard, Théophile Flaux à Dol, Pierre Lainé à Chateauneuf… sont soutenus et consolident leur position en allant siéger – ou en se maintenant – au conseil général.

21Mais les militants de la section ont d’autres ambitions : ils visent des positions plus prestigieuses pour leurs chefs de file.

Charles Guernier et Alphonse Gasnier-Duparc prennent la tête des Bleus

Robert Surcouf suit…

  • 18 Le Courier de Rennes, 4 novembre 1905.
  • 19 La Bretagne nouvelle, mars 1905, p. 24. Lors de la réunion républicaine de Chateauneuf en octobre 1 (...)
  • 20 R. Surcouf remerciera Ch. Fouré pour son engagement. Cf. Le Républicain, 22-23 juin 1906. Aux consu (...)
  • 21 Le Salut, 21-22 octobre 1904
  • 22 . Le Républicain, 8-9 avril 1910. Guernier et des militants étaient déjà intervenus pour combler un (...)

22Parmi ces chefs républicains, le député Robert Surcouf occupe une place à part. Ce député républicain de la 2e circonscription de Saint-Malo siège à la Chambre depuis 1898. Parlementaire « rempli de distinction et de grâce élégante18 », homme de consensus plus que de combat, il a été un temps soutenu aux législatives de 1902 par Le Salut et ce soutien explique amplement pourquoi les Bleus ne sont pas allés le chercher dans son château du Mesnil à Plerguer… Mais, ce bleu tendre et opportuniste est devenu Bleu en se faisant admettre dans la section le 29 janvier 190519 et, de plus, les membres des comités républicains réunis en congrès à Dol en octobre 1905 ont retenu sa candidature pour les législatives du printemps 1906. Fidèles à leur parole, les Bleus s’engagent, le soutiennent et contribuent à sa réélection en mai 190620. Cependant, c’est par discipline républicaine et non par conviction que la section malouine soutient ce candidat ondoyant qui se dit « pas si combiste que ça21 », mais qui a voté pour la séparation… et qui interviendra pour soutenir financièrement le Républicain en grande difficulté en 190722.

23Le futur député (et ministre) Charles Guernier est d’une autre trempe et son élection éclaire la prégnante stratégie électorale mise en place par les militants de la section. Ce malouin, d’origine modeste, brillant et ambitieux, est tenté par la politique : déjà, aux élections législatives de 1902, il s’était désisté en faveur du maire Charles Jouanjan qui fut battu par Charles La Chambre (fils). La section des Bleus de Bretagne, constituée après cet échec, se mit en quête d’un champion et contacta ce professeur de droit qui enseignait à Lille. Toutefois il pouvait se rendre disponible. Dans leur réunion mensuelle d’août 1904, les Bleus l’admettent dans leurs rangs et le 23 octobre 1904, il clôt l’assemblée générale des Bleus par une conférence intitulée L’Idéal démocratique. À partir de ce moment, les Bleus vont le porter à s’exprimer largement et, par ce biais, à se faire connaître : il expose La mutualité à Pleine-Fougères en décembre 1904, Les ouvriers syndiqués et les inscrits maritimes à Cancale en mars 1905, Nation et démocratie au théâtre de Saint-Malo en juillet 1905, La législation ouvrière et les accidents du travail à Paramé en décembre 1905, La retraite des marins à Cancale en mars 1906… Ces thèmes, plus sociaux que politiques, mobilisent les républicains et particulièrement les Bleus auxquels le conférencier insuffle une énergie renouvelée et auxquels il apporte informations, réflexion et hauteur de vues.

24Aux élections législatives du printemps 1906 la mobilisation va être générale. Cette consultation s’annonce cruciale parce que Charles Guernier va affronter le député libéral bien connu dans l’arrondissement, Charles-Auguste La Chambre. Le héraut des Bleus s’affiche : il assiste aux distributions de prix dans les écoles publiques cantonales ; il donne encore des conférences, ici à l’Union laïque, là à l’Université populaire…

  • 23 En revanche, Robert Surcouf l’emportera sur Demalvilain par 8 115 voix contre 6 170 à son adversair (...)

25Les inventaires s’étant déroulés dans un calme relatif, la campagne électorale en vue des législatives s’annonce sans heurts mais il faut mobiliser énergiquement. La machine électorale de la section est prête ; les Bleus sont appelés à mobiliser les électeurs tandis que de zélés propagandistes, répondant à l’appel des édiles bleus, attendent, dans chaque village, la venue du candidat. Charles Guernier visitera chaque commune, s’arrêtera dans chaque hameau, discutera à de nombreux carrefours, entouré de bleus notoires : le conseiller général, le conseiller d’arrondissement, l’instituteur, le percepteur, le receveur ou l’agent-voyer, selon le jour ou le lieu. Charles Guernier domine la campagne à Saint-Malo où il a peu de contradicteurs et il profite même de la réunion publique organisée par les amis de La Chambre (qui n’était pas un orateur, contrairement à Guernier) pour attirer l’intérêt des auditeurs. Charles Guernier, après une campagne épuisante, est élu le 6 mai 1906 par 7 187 voix contre 6 849 voix à son adversaire. L’écart est faible23. Il doit sa victoire à l’intense mobilisation de la section malouine des Bleus de Bretagne dans cette première circonscription.

  • 24 Sanson, Rosemonde, L’Alliance républicaine démocratique (1901-1920) Une formation de centre. Rennes (...)

26L’arrondissement est maintenant tenu par la gauche. Surcouf et Guernier s’inscrivent à l’Union démocratique des Républicains de gauche, ce qu’annonce, amer, Le Salut qui prédit que ces hommes « préparent la France du collectivisme révolutionnaire ». En juin, la recomposition des groupes à la Chambre rend l’Alliance républicaine24 attractive au point que ce groupement de républicains, anticléricaux mais non antireligieux, se constitue en parti, distinct du parti radical. Charles Guernier s’y inscrit et ce positionnement explique le modérantisme de la section des Bleus de l’arrondissement de Saint-Malo…

  • 25 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 5 Z 34. Elections de 1914.

27Ces campagnes électorales se reproduisent en 1910 et en 1914 mais elles ne revêtent pas le même acharnement ; les deux parlementaires Bleus sont solidement implantés et leur réélection est assurée ainsi que le confie le sous-préfet qui précise que les deux députés sont « soutenus par tous les conseillers généraux et tous les conseillers d’arrondissement de leur circonscription respective25 ». Le pays a pris, en 1906, une teinte bleue affirmée.

  • 26 Le Républicain, 17-18 avril 1908. Des grèves de charbonniers et de dockers en septembre 1907 et une (...)
  • 27 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 3M 491.

28Alphonse Gasnier-Duparc est l’autre grand Bleu qui a compté dans l’histoire politique de Saint-Malo. Cet avocat s’est fait connaître des Bleus par ses positions républicaines foncièrement laïques. Il est admis dans la section en août 1906 ; il participe activement au congrès annuel des Bleus de Bretagne en octobre 1909 à Guingamp, il est élu au bureau et occupe le poste de secrétaire de la section en mai 1911. Parallèlement à cet engagement militant, il entre au conseil municipal de Saint-Malo en mai 1908 et, quatre ans plus tard, à la consultation de mai 1912, il apparaît – en troisième position – sur une Liste républicaine qui affronte deux autres listes, celle d’Intérêt local et celle intitulée Liste Républicaine indépendante. La première liste est menée par Paul Chenu et François Dubreuil et comprend six conseillers sortants, de nombreux Bleus et un candidat ouvrier ; la deuxième est menée par l’inévitable Louis Miriel suivi par six autres conseillers sortants et d’autres républicains ; la troisième rassemble des libéraux venant de la minorité municipale. La présence de deux listes « franchement » républicaines en 1912 fait apparaître une scission dans le camp des républicains de Saint-Malo qui se sont divisés sur l’ouverture aux représentants des ouvriers. Gasnier-Duparc a revendiqué une place dans sa liste pour ces citoyens dont il a défendu les intérêts. Louis Miriel, qui a toujours mené la liste « républicaine » – mais qui n’est pas encarté Bleu – est, au contraire, viscéralement réfractaire à la Confédération Générale du Travail et il s’est opposé à l’inscription de candidats présentés par la fédération de syndicats. Son attitude inflexible26 a écarté le monde ouvrier de la représentation en 1908 et elle a conduit, en 1912, à la constitution de deux listes de gauche. Les résultats donnent la majorité aux « vrais » républicains conduits par Paul Chenu avec 14 élus, la deuxième liste n’a que 4 élus et la troisième 927. Les « vieux » républicains sont marginalisés et le secrétaire de la section locale des Bleus, Alphonse Gasnier-Duparc est élu maire avec 14 suffrages (contre 9 au Dr Duhamel). Une page de la vie municipale se tourne.

  • 28 Le Républicain, 4-5 octobre 1912.
  • 29 Le Républicain, 25-26 avril 1913.

29L’événement est historique : les Bleus sont installés à l’Hôtel de ville. Le président Fouré goûte son triomphe : lors du banquet des Bleus du 22 septembre 1912, alors qu’une délégation a été reçue par le maire, il déclare : « Le cœur des Bleus de la région a battu hier, je vous l’assure, lorsqu’ils se sont vus reçus officiellement à la Mairie par l’un des leurs. Ils étaient enfin à l’aise à l’Hôtel de ville28. » Les militants avaient bataillé dix ans pour atteindre cet objectif. Ils étaient fiers de leur combat, de leurs luttes passées, de leur succès. « L’union, la confiance, la discipline ont fait la force de notre section29 » dira Fouré lors de l’assemblée générale de 1913.

30Ces succès électoraux n’ont pas été atteints par la seule participation des Bleus aux joutes électorales. Ils ont été accompagnés par d’autres actions militantes menées dans différents secteurs de la société et ces entreprises ont consisté à mettre en oeuvre les principes de liberté, d’égalité et de fraternité. C’est l’autre champ d’action des Bleus de la section de Saint-Malo.

Les bleus investissent la société civile

Des anticléricaux bien sages

31La seconde particularité des Bleus de la section de Saint-Malo est sa posture dans la lutte anticléricale. Ces anticléricaux du nord du département de l’Ille-et-Vilaine se tiennent à l’écart de la contestation belliqueuse et s’ouvrent à la participation à la vie de la cité.

  • 30 Le Républicain, 11-12 septembre 1906.

32C’est le président des Bleus de Bretagne Armand Dayot qui a voulu – et a réussi – à dresser la statue de Ernest Renan, en 1903, à Tréguier. Mais, le jour de l’inauguration, on n’y a pas vénéré le penseur pourtant présenté comme l’apôtre de la tolérance. Dans une atmosphère de guerre civile, on y a planté un jalon de la pensée libre et le comité central des Bleus a été dépassé par l’activisme des Libres penseurs qui y ont fait entendre, pendant près de deux jours, plus de huées et de vociférations que d’hommages ou de louanges. Cette manifestation du 13 septembre 1903, a forgé l’image d’un Bleu exalté, sectaire, arrogant. Cette image forte est restée longtemps dans les têtes et elle a été rappelée, à Saint-Malo, par le rédacteur du Salut en septembre 1906 : « Vous êtes des haineux, des provocateurs, des sacrilèges, des sectaires, des transfuges, des apostats et des lâches30. »

33Les Bleus de Saint-Malo – qui n’étaient pas présents à Tréguier – se gardèrent bien de revêtir le costume débraillé du pourfendeur de la religion et du clergé et ils ne se rendirent pas aux « pardons laïques » de Paimpol en 1904 et 1905. Ils se présentent aux populations, non comme des antireligieux, mais comme des citoyens respectueux des consciences, responsables, engagés dans la vie de la cité et ils orientent leurs actions vers un but : faire vivre la démocratie.

  • 31 Il y avait quelques Bleus antireligieux notoires comme Victor Maisonneuve et Gustave Odot.
  • 32 Le Républicain, 8-9 octobre 1909.
  • 33 Le Républicain, 16-17 février 1906.
  • 34 Le Républicain, 23-24 février 1906.
  • 35 Le Républicain, 23-24 février 1906. « La formalité de l’inventaire est normale et inscrite dans la (...)

34À l’occasion des inventaires dans les églises, l’attitude des Bleus de la section de Saint-Malo31 tranche sur le comportement de quelques Bleus de Bretagne qui n’hésitent pas, dans plusieurs localités de Basse Bretagne à prêter main forte à la force publique. Ici, dans l’arrondissement, les Bleus – rendus prudents par la proximité des élections législatives – vont éviter les crispations ; ils n’exultent pas, ne vocifèrent pas, n’attisent pas les tensions, ne lancent pas des « À bas la calotte!» Ils observent, cois, parce que les Bleus ont « la prétention d’être des républicains droits, réfléchis et tolérants32 », parce que la consigne a été donnée « d’oppos[er] la raison à la brutalité33 » et parce que le président Fouré leur a donné des instructions : « Gardez-vous de suivre dans leurs manifestations politiques injustifiées les réactionnaires et le clergé […] répondez par l’indifférence aux excitations malsaines et assistez avec un calme dédaigneux, respectueux de la loi 34 ». Ils font, à cette occasion, l’expérience de la discipline républicaine et ils appliquent un des principes de 1789 : la souveraineté de la loi35 – un principe que les Bleus rappelleront souvent aux cléricaux et à leurs sympathisants.

  • 36 Le Républicain, 19-20 juin 1906.
  • 37 Le Républicain, 2-3 janvier 1906 et 22-23 mars 1912. L’enterrement de François Gasparini à Le Vivie (...)

35Ils ne troublent pas les fêtes religieuses, respectent les processions36 et regrettent les éclats d’intolérance de leurs adversaires qui fusent, par exemple lors des enterrements civils qui se multiplient dans la région37. Au moment de l’application de la loi de séparation, ils vont se fondre dans le sentiment général de la population qui souhaite l’apaisement.

  • 38 Le Républicain, 7-8 juin 1904
  • 39 Le Salut, 19-20 janvier 1904.
  • 40 Le Républicain, 4-5 janvier 1905.
  • 41 Le Républicain, 24-25 mars 19011.

36Cependant, leur vigilance vis à vis des conduites cléricales ne faiblit pas. C’est au nom de leur engagement radical qu’ils dénoncent, à Saint-Malo, dans les commissions municipales, la présence d’un trop grand nombre de représentants réactionnaires et du curé qui veille « sur l’emploi des deniers de la ville au Bureau de bienfaisance38 ». À Paramé (une municipalité non acquise à la République), ils placent, par le truchement du sous-préfet, un candidat sûr dans une commission, ce qui entraînera une protestation du Conseil39. À Saint-Servan, ils font remplacer le paisible Victor Moy par le Bleu bon teint Florisson40. À Saint-Broladre, lors du remplacement au bureau de bienfaisance du curé décédé, 5 voix se portent sur le candidat républicain contre 4 au bénéfice du nouveau pasteur41.

  • 42 Il crée et préside une Association amicale des agents-voyers d’Ille-et-Vilaine en Juin 1905.
  • 43 Le Salut, 19-20 janvier 1909.

37Charles Fouré, plus laïc qu’anticlérical, veille et il est attentif à toutes les situations qui lui sont signalées par ses informateurs postés à la sous-préfecture ou placés dans les réseaux politiques mais également professionnels. Il a rassemblé les agents-voyers (nombreux sont encartés Bleus) dans une association au sein de laquelle il développe les valeurs d’union, de solidarité et de discipline42. Cet homme, à l’entregent notoire, est stigmatisé par Le Salut pour qui il synthétise « toute l’administration républicaine43 » de l’arrondissement. Il est, en effet, la courroie de transmission de l’administration qui souhaite la conciliation : il évite le bruit et la fureur, les heurts stériles, les conflits sans issue. Mais il a aussi l’ambition et la volonté de diffuser les valeurs de la République et il montre la voie aux militants en soutenant ardemment l’école républicaine.

L’école publique

  • 44 L’inspecteur de l’enseignement, à peine nommé, est enrôlé dans les rangs des Bleus tant sa place, a (...)
  • 45 Le Républicain, 7-8 mars 1905. L’instituteur Bleu Herpe organise en été 1904 le premier séjour en b (...)
  • 46 Le Républicain, 1-2 mars 1907. À Saint-Méloir-des-Ondes, elle prendra le nom de Jeunesse républicai (...)

38Les Bleus n’ont eu de cesse de promouvoir cette école et beaucoup d’instituteurs et quelques professeurs se sont engagés sous cette bannière républicaine. L’instituteur étant présent dans chaque commune et de nombreux hameaux – et même au secrétariat de la mairie – son engagement est remarqué et soutenu par son administration44. Son concours est apprécié dans l’effort qu’il apporte à la renommée de la République en créant un cours d’adulte, une cantine scolaire, une bibliothèque, ici une colonie d’enfants45, là une amicale des anciens élèves46. Les Bleus ont le souci d’accroître le patrimoine moral et civique des citoyens et ils lancent une vaste opération de propagande en faveur de l’école publique sous la forme de grands rassemblements festifs.

  • 47 Ce jour-là, une pétition en faveur de l’instruction obligatoire, gratuite et laïque fut déposée à l (...)
  • 48 Le Républicain, 8-9 juillet 1904. Cette association de patronage et d’assistance scolaire était pré (...)

39Ce mouvement n’est pas spécifique à Saint-Malo mais il s’y développe avec une célérité remarquable. Il vient de la capitale où la Ligue de l’Enseignement organise, le 18 juin 1904, une fête de l’Idée laïque, en souvenir de l’initiative du 19 juin 187247. À Paris, la fête se déroule au Trocadéro et rassemble au banquet 10 000 convives. À Saint-Malo, l’événement est plus modeste : une kermesse se déroule sur le site de Rocabey, suivie d’un concert au casino clos par des discours et une tombola. Quelques jours après cette manifestation de juin 1904, une association fut créée sous le nom des Amis de l’Ecole publique, dont les membres s’engageaient à pérenniser cette « fête annuelle du 19 juin48 ».

  • 49 Le Républicain, 31 juin-1 juillet 1905.
  • 50 Cf. Le Républicain du 23-24, puis du 27-28 et du 30-31 décembre 1904.

40En mai 1905, l’organisation de la fête présente à nouveau deux volets : une kermesse dont l’organisation est confiée à Fouré et un concert placé sous la responsabilité de Gasnier-Duparc. Le succès est, là aussi, complet : les bénéfices avaient été de 1 850 F en 1904, ils dépassent 2 565 F en 190549. L’école publique se fait ainsi connaître et étend son aura, tandis que le produit de ces manifestations alimente le budget des cantines et celui des secours aux plus démunis. Inéluctablement, ces fêtes de l’École publique se propagent dans l’arrondissement et, dès décembre 1904, des réunions sont organisées dans les salles communales ou dans les écoles : à Pleine-Fougères (saynètes et chants suivis d’une conférence de Charles Guernier), à Dinard (une « fête de Noël humaine »), à Miniac Morvan50

  • 51 Le Salut, 3-4 août 1906.
  • 52 Le Républicain, 17-18 juin 1910.

41En 1906, Fouré occupe la vice-présidence des Amis de l’École publique et préside la séance de distribution des prix dans les écoles publiques. Dans son allocution, il magnifie les conditions morales et matérielles offertes aux élèves par l’école de la République en regard des conditions de « suppliciés51 » que connaissaient autrefois les enfants des écoles congréganistes. « Cette école que nous défendons dira-t-il plus tard à Trans, c’est l’école de la science, de la vérité, de la raison52. » Si les Bleus de l’arrondissement de Saint-Malo n’entretiennent pas une mystique de la République, en revanche, ils répandent une mystique de l’École laïque, cette école qui émancipe, qui conduit à la liberté et favorise le progrès…

  • 53 Le Républicain, 25-26 octobre 1912.
  • 54 Le Républicain, 15-16 juillet 1904. La commune La Fresnais connaît sa première fête nationale en 19 (...)

42Les Bleus sont évidemment favorables aux constructions scolaires et appuient les propositions des conseillers généraux qui demandent que les secours municipaux ou départementaux soient réservés aux élèves pauvres qui fréquentent l’école publique. Les enfants de l’assistance publique du département de la Seine, placés dans l’arrondissement, quittent alors les écoles catholiques pour rejoindre et renforcer les effectifs des établissements publics qui gonflent régulièrement53. Cette progression justifie les demandes de construction ou d’extension d’écoles qui, lorsqu’elles se réalisent, sont autant d’emblèmes de la pensée républicaine – au même titre que les constructions de Caisses d’épargne, des Postes qui s’élèvent un peu partout et que l’on inaugure avec éclat. Ces inaugurations mettent en valeur des bâtiments et donnent l’occasion aux Bleus de mettre en scène toute une symbolique républicaine faite de représentations officielles, de délégations, de discours soulignant les bienfaits de la République, de musique, de jeux, de banquets où s’épanchent la joie, la fraternité et la solidarité. Ces manifestations s’ajoutent aussi aux rassemblements du 14 juillet qui s’étendent et gagnent peu à peu les communes rurales qui, jusque là, les ignoraient54.

Des ramifications : l’Université populaire, l’Union laïque…

  • 55 La Bretagne nouvelle, décembre 1903, p. 30.
  • 56 Girod était directeur du collège, Legay directeur de l’école publique, Laroque magistrat.

43L’idée généreuse des Universités populaires fut reprise et développée à Saint-Malo, sous l’impulsion des Bleus de la section de l’arrondissement. Une Université populaire est crée à Saint-Servan le 6 décembre 190355 ; le Dr Demonceaux en est le président et plusieurs Bleus siègent au bureau : Girod en est le vice-président, Legay le trésorier, Laroque le secrétaire56. Bientôt un Bleu occupera la présidence et cette occupation totale du bureau par des militants républicains répond à leur idéal, celui de répandre l’instruction dans le peuple et de compléter l’éducation morale et civique du citoyen.

44Les conférences, très suivies, proposent des thèmes variés qui vont de la famille à l’histoire locale en passant par la musique, la peinture, la sculpture, les sciences, les problèmes sociaux (l’alcoolisme, les accidents du travail…). Quand un officier de l’état-major vint parler du « Devoir militaire », Fouré s’empressa de préciser aux Bleus, antimilitaristes dans l’âme à cette époque, qu’ils étaient expressément invités à suivre cette conférence. Mais au fil des années, ici comme ailleurs, l’enthousiasme décline. À partir de la saison 1905-1906, les séances éducatives sont accompagnées d’une séquence récréative ce qui ne suffit pas à ramener le public et l’Université populaire entre en sommeil après l’hiver 1908.

  • 57 Ouest-Eclair, 4 octobre 1903. L’Union laïque entendait faire face au cercle sillonniste Saint-Louis(...)
  • 58 Lors du banquet des Bleus de Bretagne du 11 septembre 1906, la présence du sous-secrétaire d’Etat a (...)
  • 59 Le Républicain, 4-5 octobre 1907.

45Les Bleus sont ailleurs. D’un côté ceux qui ont un savoir – beaucoup d’instituteurs – s’investissent dans des cours d’adultes ; ceux-là œuvrent pour leurs concitoyens et pour la République. De l’autre, ceux qui sont plus combatifs se retrouvent à l’Union laïque, une association de républicains vigilants, fondée par les Bleus en août 1904 en réaction à la création à Saint-Malo d’un cercle lié au Sillon57. Là, on assiste à des conférences plus politiques, orientées vers l’anticléricalisme (« L’Église et la démocratie », « la Libre pensée »). Toutefois, l’intérêt s’estompe vite puisque l’Union laïque cesse ses activités en novembre 1905, peu avant la promulgation de la loi de séparation des Églises et de l’État. Tout ce monde se rassemble néanmoins lors des consultations électorales et se retrouve dans les fêtes républicaines qui sont l’occasion de réunir les républicains58, de pacifier la société et de la réunifier alors que l’Église, à leurs yeux, l’avait divisée59. Et ces fêtes sont très nombreuses.

46Autre trait original de la section, la sphère économique les intéresse. C’est en 1909 que les Bleus lancent leur offensive et font connaître leurs intentions : ils veulent faire partie de la majorité dans les instances dirigeantes à la Chambre de commerce et au Tribunal de commerce, ceci afin que « la chambre de Commerce soit imprégnée de l’esprit républicain » et que « sa manière de penser soit en conformité avec la mentalité française de notre temps ». Il s’agit donc, au-delà de la conquête d’un pouvoir, d’aligner ce coin de territoire sur l’esprit général républicain qui aspire à la justice et au progrès et de rejoindre « la mentalité française » qui est animée de valeurs universelles.

  • 60 Le Républicain, 15-16 janvier 1909.
  • 61 Le Salut, 12-13 janvier 1909 : « Le tripatouillage des listes ». 19-20 janvier 1909 : « Protestatio (...)
  • 62 Le Républicain, 4-5 octobre 1912. La présence d’un comité Mascuraud avait aiguisé les appétits…

47L’opération est menée lestement par Charles Fouré qui a demandé, dans une lettre60 à ses amis « de faire une campagne active en faveur de tous ses candidats » en leur précisant qu’ils « sauront, comme toujours, faire leur devoir et ne craindront pas de se déplacer pour assurer le succès de leur liste ». L’appel au civisme et à la discipline républicaine a de nouveau payé. Les Bleus entrent en force dans ces instances et font taire des plaintes – fondées, dévoilant quelques procédés déshonnêtes dont usaient impunément les Bleus – mais inutilement portées par l’opposant Edmond Saint-Mleux61. En septembre 1912, le président de la section locale fait savoir que les Bleus « sont qualifiés pour entrer dans les institutions comme les Chambres de commerce ou les Tribunaux de commerce » et il se félicite que « la première » a depuis « gagné en vitalité et dynamisme62 ». Cependant, leur présence ne sera pas suffisante pour insuffler de nouvelles orientations : le port s’agrandira, le commerce du bois et du charbon se poursuivra, le cabotage se maintiendra, mais Saint-Malo, qui regardait avec envie l’activité de Saint-Nazaire, ne connaîtra pas un essor économique similaire.

La mobilisation s’épuise

48L’unité qui a caractérisé la section de l’arrondissement de Saint-Malo et qui a conduit à d’incontestables succès électoraux connaît des frémissements de dissidence après 1905. La loi de séparation des Églises et de l’État déçoit les plus anticléricaux qui regrettent que les lieux de culte ne soient pas fermés. Cependant leurs réactions sporadiques ne troublent guère l’atmosphère sereine des assemblées générales.

  • 63 Pierre Frangeul voulait un autre chef à la mairie de Saint-Malo. Chassé du Républicain, il s’en pri (...)

49L’unité de la section sera, en revanche, sérieusement ébranlée en février 1908 quand le bureau, n’obtenant pas la radiation du bouillant journaliste Pierre Frangeul63, démissionna en bloc. Il fallut l’intervention pleine d’autorité de Charles Guernier pour rétablir l’ordre et rassembler les militants qui avaient à préparer la mobilisation pour les prochaines municipales. Ce désordre momentané révéla une certaine fronde à l’égard de la direction ferme qu’exerçait la « bande Fouré ». Cette tentative de radiation illustra aussi une pratique en vigueur chez les Bleus : la soumission s’imposait, la dissidence n’était pas permise. C’est pour avoir enfreint cette règle que le Bleu, conseiller général et maire de Plein-Fougères, Pierre Ménard fut radié des Bleus pour avoir osé se présenter contre Charles Guernier – démocratiquement désigné par le comité républicain – au moment des législatives de 1910.

  • 64 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 2 PER 632. Les Bleus de Bretagne, section de l’arrondissement de Sain (...)

50Mais ces tensions personnelles étaient passagères, contrairement à celles provoquées par des engagements idéologiques plus profonds qui minaient la cohésion du groupe. L’idée du monopole de l’École divisait. Ce monopole, au regard de ses partisans, ferait la paix scolaire puisqu’elle anéantirait cette école parallèle où enseignent d’anciens congréganistes ou des catholiques engagés. Ce monopole, défendu par une large majorité des Bleus de Saint-Malo, serait, comme l’affirme Charles Fouré, « une ère de délivrance, de liberté, d’affranchissement du peuple64 ». Cependant, une voix discordante s’éleva : Francis Éon, magistrat, conseiller général de Pleine-Fougères, dit, après d’autres, sa crainte de voir apparaître des doctrines officielles imposant des opinions officielles aux maîtres…

  • 65 Le Républicain, 17-18 avril 1908.
  • 66 Le Républicain, 3-4 mai 1912. Assemblée générale des Bleus du 28 avril 1912.

51L’attitude face aux revendications ouvrières révèle également des positions mitigées. Les Bleus de l’arrondissement ont soutenu leur secrétaire Alphonse Gasnier-Duparc, qui a accueilli favorablement les représentants des syndicats locaux. Ils ont soutenu l’implantation et le fonctionnement d’une Bourse du Travail. Cependant le soutien n’est pas unanime et il fluctue au gré des agitations. Ici, comme au comité central, on observe avec intérêt ou défiance les idées socialistes. On vise la paix sociale, on se préserve des luttes de classes. Le futur maire a, en avril 1908, clairement précisé l’enjeu : en acceptant des représentants syndicaux au conseil municipal « vous leur montrerez combien il est grave de prendre certaines responsabilités […] et ils reprendront confiance […] des résultats heureux naîtront de cette confiance réciproque et […] nous verrons s’établir entre les diverses fractions de la société, une bienfaisante harmonie, féconde en réformes utiles et avantageux pour tous65 ». Charles Guernier, au moment de la préparation des élections municipales de 1912, reprend naturellement cette ligne : « Il trouve excellent, rapporte le rédacteur du Républicain, de faire entrer dans ces assemblées [municipales] des ouvriers et petits employés qui apprennent ainsi par expérience les difficultés que rencontrent toute administration et toute réforme, font ensuite l’éducation politique de leurs camarades et leur enseignent la modération, le dévouement à la chose publique, préparant ainsi l’œuvre de paix et de réconciliation66. »

52La représentation proportionnelle ne fait pas non plus l’unanimité parmi ces jacobins qui sont tiraillés entre un sentiment de justice et un souci d’efficacité, entre le souhait d’accorder une place à la minorité et celui de former un groupe unitaire… La division que l’on sent à Saint-Malo est plus visible au comité central de Paris qui ne s’entend pas sur une ligne qu’il sait dans l’impossibilité de faire appliquer par les comités régionaux.

53La loi des trois ans est un autre sujet de discorde mais le débat ayant lieu à la Chambre, il trouble peu les décisions du comité local qui s’intéresse davantage aux fêtes scolaires et aux manifestations républicaines dans les communes…

54Ainsi se maintient, à Saint-Malo, jusqu’au déclenchement du premier conflit mondial une phalange républicaine qui, forte de quatre cents adhérents, se félicite de ses triomphes. Elle a imposé aux comités républicains locaux une orientation radicale, elle a placé ses militants les plus aptes aux postes stratégiques que sont les mairies, le conseil général et la Chambre des députés. Alphonse Gasnier-Duparc et Charles Guernier resteront les figures de proue du territoire définitivement conquis à la République.

55La cohésion des Bleus et leur esprit de discipline – favorisés par des appuis préfectoraux – les ont conduits à s’introduire dans les rouages de la société civile et à s’imposer dans le paysage politique. Ils n’ont de cesse de développer l’esprit républicain basé sur la laïcité et animé par le progrès : ils sont à la fondation d’une U.P. dans le pays malouin, ils soutiennent activement l’École publique, ils participent ostensiblement à toutes les manifestations républicaines où leur foi s’exhale… Toutefois la modération affichée par ce groupe affilié aux Bleus de Bretagne lors des inventaires le distinguera des autres groupements Bleus qui auront quelques difficultés à quitter l’habit de l’anticlérical pour revêtir celui du laïc.

56Mais avec le temps l’enthousiasme décline et l’unité se fissure. Avant 1906, la lutte anticléricale et la perspective du triomphe de l’idée républicaine mobilisaient les énergies et galvanisaient les plus ardents ; ces buts atteints, le quotidien de la vie s’écoule sans heurt : le territoire est gagné à la République et l’avenir politique est serein. Les opposants se font rares, les convictions faiblissent. Les questions qui agitent la Chambre comme la R.P. ou le service des trois ans ne soulèvent aucun intérêt dans la population et les idées socialistes ne troublent guère que quelques consciences.

57Dans l’arrondissement, les Bleus s’assagissent. Ailleurs, dans la province, des Bleus soutiennent les socialistes, tandis qu’ici quelques uns rejoignent le comité Mascuraud. Majoritairement, la section s’écarte des radicaux et se rapproche de ce qui deviendra le centre.

58Les Bleus de Bretagne de Saint-Malo vivent leurs derniers mois d’existence. La tourmente de 1914-1918 emportera la section et elle ne sera pas, malgré les relances du comité central, rétablie après la guerre.

Haut de page

Notes

1 Le Beguec, Gilles, L’Entrée au Palis-Bourbon. Les filières privilégiées d’accès à la fonction parlementaire. 1919-1939. Thèse d’État. Université de Paris X Nanterre. p. 1199.

2 La Bretagne nouvelle. Juillet 1906. Discours du Président Armand Dayot. p. 25.

3 Nous distinguerons le Bleu, républicain désireux de voir s’installer une République sociale, du Bleu, encarté, membre de l’association des Bleus de Bretagne.

4 Le Républicain, 25-26 avril 1913. Compte-rendu de l’Assemblée Générale des Bleus de l’arrondissement de Saint-Malo.

5 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 1M 150

6 Le Républicain, 4-5 juillet 1905. Voir également Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 1M 150. Rapport du commissaire du 10 janvier 1903

7 Selon La Bretagne nouvelle, cet organe républicain était « devenu trop exigu pour la défense des intérêts de la démocratie », décembre 1903, p. 30.

8 Le Républicain, 4-5 juillet 1905. Le banquet des bleus.

9 Le Républicain, 4-5 janvier juillet 1905.

10 Le Républicain, 4-5 octobre 1912.

11 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 3M 327. La tension est palpable : Cf. les procès-verbaux, vierges de commentaires en 1902, débordants en 1906.

12 Le Républicain, 27-28 septembre 1907.

13 Le Salut, 5-6 octobre 1909. Le rédacteur dénonce l’absence de réactions des autorités face au « drapeau séditieux » – tricolore mais orné de bleuets – présent aux réunions officielles.

14 Le Républicain, 4-5 juillet 1905.

15 Lors de sa prise de fonction en mai 1908, le nouveau sous-préfet de Saint-Malo, Pierre Bertrand reçoit les chefs de services et des groupements républicains. Charles Fouré, est alors accompagné de cinquante adhérents de la section.

16 Le Salut, 12-13 décembre 1912.

17 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 3M 327

18 Le Courier de Rennes, 4 novembre 1905.

19 La Bretagne nouvelle, mars 1905, p. 24. Lors de la réunion républicaine de Chateauneuf en octobre 1904, il s’était déclaré radical et le 22 janvier 1905, il avait accepté d’être le président d’honneur du tout nouveau comité républicain radical de Combourg.

20 R. Surcouf remerciera Ch. Fouré pour son engagement. Cf. Le Républicain, 22-23 juin 1906. Aux consultations suivantes, le soutien des Bleus sera reconduit mais Surcouf ne sera jamais le « candidat » des Bleus.

21 Le Salut, 21-22 octobre 1904

22 . Le Républicain, 8-9 avril 1910. Guernier et des militants étaient déjà intervenus pour combler un déficit en 1905.

23 En revanche, Robert Surcouf l’emportera sur Demalvilain par 8 115 voix contre 6 170 à son adversaire.

24 Sanson, Rosemonde, L’Alliance républicaine démocratique (1901-1920) Une formation de centre. Rennes, PUR, 2003.

25 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 5 Z 34. Elections de 1914.

26 Le Républicain, 17-18 avril 1908. Des grèves de charbonniers et de dockers en septembre 1907 et une manifestation publique en avril 1908 ont perturbé la ville et inquiété des édiles. Le financement d’une Bourse du Travail – soutenu par les Bleus – est au cœur de ce conflit.

27 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 3M 491.

28 Le Républicain, 4-5 octobre 1912.

29 Le Républicain, 25-26 avril 1913.

30 Le Républicain, 11-12 septembre 1906.

31 Il y avait quelques Bleus antireligieux notoires comme Victor Maisonneuve et Gustave Odot.

32 Le Républicain, 8-9 octobre 1909.

33 Le Républicain, 16-17 février 1906.

34 Le Républicain, 23-24 février 1906.

35 Le Républicain, 23-24 février 1906. « La formalité de l’inventaire est normale et inscrite dans la loi ».

36 Le Républicain, 19-20 juin 1906.

37 Le Républicain, 2-3 janvier 1906 et 22-23 mars 1912. L’enterrement de François Gasparini à Le Vivier-sur-Mer.

38 Le Républicain, 7-8 juin 1904

39 Le Salut, 19-20 janvier 1904.

40 Le Républicain, 4-5 janvier 1905.

41 Le Républicain, 24-25 mars 19011.

42 Il crée et préside une Association amicale des agents-voyers d’Ille-et-Vilaine en Juin 1905.

43 Le Salut, 19-20 janvier 1909.

44 L’inspecteur de l’enseignement, à peine nommé, est enrôlé dans les rangs des Bleus tant sa place, au bureau même, semble à leurs yeux naturelle.

45 Le Républicain, 7-8 mars 1905. L’instituteur Bleu Herpe organise en été 1904 le premier séjour en bord de mer de jeunes Rennais.

46 Le Républicain, 1-2 mars 1907. À Saint-Méloir-des-Ondes, elle prendra le nom de Jeunesse républicaine.

47 Ce jour-là, une pétition en faveur de l’instruction obligatoire, gratuite et laïque fut déposée à la Chambre.

48 Le Républicain, 8-9 juillet 1904. Cette association de patronage et d’assistance scolaire était présidée par l’ancien inspecteur de l’enseignement Friess, épaulé par les Bleus Laroque, Bourdon, Viguier, Fouré, etc.

49 Le Républicain, 31 juin-1 juillet 1905.

50 Cf. Le Républicain du 23-24, puis du 27-28 et du 30-31 décembre 1904.

51 Le Salut, 3-4 août 1906.

52 Le Républicain, 17-18 juin 1910.

53 Le Républicain, 25-26 octobre 1912.

54 Le Républicain, 15-16 juillet 1904. La commune La Fresnais connaît sa première fête nationale en 1904, en l’absence du maire qui s’est abstenu d’y paraître… À Saint-Guignoux, la fête aura un « éclat inaccoutumé ».

55 La Bretagne nouvelle, décembre 1903, p. 30.

56 Girod était directeur du collège, Legay directeur de l’école publique, Laroque magistrat.

57 Ouest-Eclair, 4 octobre 1903. L’Union laïque entendait faire face au cercle sillonniste Saint-Louis fondé à Saint-Servan en début octobre 1903 et dont l’un des buts était de répondre « aux objections journalières des sectaires ».

58 Lors du banquet des Bleus de Bretagne du 11 septembre 1906, la présence du sous-secrétaire d’Etat aux Beaux-Arts Dujardin-Beaumetz, notera le sous-préfet, « a produit le meilleur effet sur les républicains de l’arrondissement et a contribué à atténuer certaines rivalités de coteries… », Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 1M142. Rapport du 27 septembre 1906.

59 Le Républicain, 4-5 octobre 1907.

60 Le Républicain, 15-16 janvier 1909.

61 Le Salut, 12-13 janvier 1909 : « Le tripatouillage des listes ». 19-20 janvier 1909 : « Protestation contre la validité des élections ».

62 Le Républicain, 4-5 octobre 1912. La présence d’un comité Mascuraud avait aiguisé les appétits…

63 Pierre Frangeul voulait un autre chef à la mairie de Saint-Malo. Chassé du Républicain, il s’en prit au maire Jouanjan, aux services municipaux et aux Bleus qu’il traita « d’arrivistes », « de rétrécis et d’impuissants ».

64 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 2 PER 632. Les Bleus de Bretagne, section de l’arrondissement de Saint-Malo. Avril 1911.

65 Le Républicain, 17-18 avril 1908.

66 Le Républicain, 3-4 mai 1912. Assemblée générale des Bleus du 28 avril 1912.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Loïc Thomas, « Une phalange républicaine dans l’arrondissement de Saint-Malo : les Bleus de Bretagne (1902-1914) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 118-4 | 2011, 91-108.

Référence électronique

Loïc Thomas, « Une phalange républicaine dans l’arrondissement de Saint-Malo : les Bleus de Bretagne (1902-1914) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 118-4 | 2011, mis en ligne le 30 décembre 2013, consulté le 25 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/abpo/2145 ; DOI : 10.4000/abpo.2145

Haut de page

Auteur

Loïc Thomas

Professeur certifié de Lettres (ER)

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page