Navigation – Plan du site

Les Templiers en Bretagne au Moyen Âge : mythes et réalités

Philippe Josserand
p. 7-33

Résumés

Implantés dans le duché de Bretagne à partir du deuxième quart du xiie siècle, peut-être même dès 1128, lors du voyage en Occident du premier maître, Hugues de Payns, les Templiers sont demeurés vivants dans la mémoire collective locale bien au-delà du Moyen Âge, en dépit de la modestie du bâti conservé qui peut directement leur être attribué. L’étude, si elle s’intéresse aux traditions et aux mythes nombreux que les frères ont suscité en Bretagne, se fonde avant tout sur la documentation médiévale et moderne, moins rare qu’on ne le croît souvent. Ainsi permet-elle d’appréhender, sur presque deux cents ans, le développement régional de l’ordre, brutalement tronqué par le procès des Templiers, ouvert en 1307, et la mise en place de tout un réseau de possessions articulé à son apogée, dans la seconde moitié du xiiie siècle, autour d’une dizaine de commanderies et intégré à la province d’Aquitaine.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Demurger, Alain, Les Templiers. Une chevalerie chrétienne au Moyen Âge, Paris, 2005, p. 466-467.
  • 2 Hersart de La Villemarqué, Théodore, Barzaz Breiz. Chants populaires de la Bretagne, Paris, 4e éd., (...)

1Les Templiers n’ont jamais complètement disparu de Bretagne. Après la suppression de leur ordre décidée par le concile de Vienne en 1312 1, différentes traditions se sont attachées à eux, glosées parfois et ressassées jusqu’à aujourd’hui, entre lesquelles il n’est pas toujours facile pour l’historien de se mouvoir. Connus en particulier sous le nom de « moines rouges », les frères du Temple sont demeurés vivants dans la mémoire collective bien au-delà du Moyen Âge, fantômes inquiétants, condamnés à errer pour expier d’affreux et abominables crimes. Théodore Hersart de La Villemarqué, qui édita en 1839 le Barzaz-Breiz – Chants populaires de la Bretagne, témoigna que, de son temps, le petit peuple croyait voir encore, la nuit, les « moines rouges » : « Ils sont vêtus de manteaux blancs et portent une grande croix écarlate sur la poitrine ; ils montent des squelettes de chevaux enveloppés dans des draps mortuaires. Ils poursuivaient, dit-on, jadis les voyageurs, s’attaquant de préférence aux petits garçons et aux jeunes filles, qu’ils enlevaient et conduisaient Dieu sait où, car ils ne les ramenaient point 2. » Aux préoccupations folkloristes du xixe siècle, la période actuelle en a ajouté d’autres, notamment touristiques, qui n’ont pas réellement contribué, dans ce que l’on peut lire et consulter sur la Bretagne, à débarrasser les Templiers des oripeaux de légende dont ils sont de longue date affublés.

  • 3 Argentré, Betrand d’, Histoire de Bretagne, des rois, ducs, comtes et princes d’icelle, Rennes, 2 v (...)
  • 4 La Bigne-Villeneuve, Paul de, « Sur les possessions des Templiers en Bretagne », Bulletin archéolog (...)
  • 5 Guillotin de Corson, Amédée, Les Templiers et les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem en Bretag (...)
  • 6 Cassard, Jean-Christophe, L’Orient des Bretons au Moyen Âge, Morlaix, 2007, et Colin, François, « T (...)

2Pourtant, une historiographie du Temple existe en Bretagne, hélas souvent méconnue, et depuis le milieu du xixe siècle des recherches rigoureuses ont été menées à bien sur le passé de l’ordre. Jusqu’alors, dans les histoires du duché, de Bertrand d’Argentré à Pierre-Antoine Daru, la présence des frères n’avait nullement intéressé 3. La situation changea, en lien avec le renouveau de la science historique, autour de 1850, grâce à des érudits comme Paul de La Bigne-Villeneuve et Anatole de Barthélemy, qui, les premiers, s’attachèrent à recenser les possessions templières en Bretagne 4. Ce fut cependant, à la charnière des xixe et xxe siècles, Amédée Guillotin de Corson, chanoine de la cathédrale de Rennes et président de la Société archéologique d’Ille-et-Vilaine de 1886 à 1888, qui s’illustra plus que tout autre en ce domaine, publiant en 1902 un livre appelé Les Templiers et les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem en Bretagne, dans lequel il reprenait et développait les textes d’une série d’articles parus au cours des vingt années précédentes 5. Plusieurs fois réédité, l’ouvrage, en dépit de ses manques et de son intérêt concentré en priorité sur l’Ancien Régime, reste aujourd’hui la base de toute étude sérieuse portant sur les Templiers en Bretagne, et force est de reconnaître que le xxe siècle lui a très peu apporté, le renouvellement de la recherche s’étant uniquement esquissé au cours des dernières années, dans le cadre universitaire, notamment grâce à Jean-Christophe Cassard et à François Colin 6.

  • 7 Guillotin de Corson, Amédée, Les Templiers en Bretagne et les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusal (...)
  • 8 Demurger, Alain, « Introduction au dossier : L’étude des ordres religieux-militaires en France : la (...)
  • 9 Martin, Hervé, Les Ordres mendiants en Bretagne (vers 1230-vers 1530), Paris, 1975, et Dufief, Andr (...)
  • 10 La matrice de ce travail, dépourvue d’appareil critique, est parue sous la forme d’un petit livre a (...)

3Pas plus que du temps d’Amédée Guillotin de Corson, il n’est facile aujourd’hui d’écrire l’histoire du Temple en Bretagne. Comme l’a souligné le chanoine dès les premières lignes de son avant-propos, « l’ordre a disparu depuis si longtemps que ses archives sont devenues extrêmement rares ; ses monuments sont tombés en ruines ; ses traditions n’offrent plus guère qu’incohérence et incertitude 7 ». Est-ce à dire que l’historien doit renoncer et abandonner le public, souvent intéressé par ce qui touche aux Templiers, entre les mains d’affabulateurs et d’adeptes de l’ésotérisme ? Le « sottisier templier », pour reprendre la belle expression d’Alain Demurger 8, n’est pas une fatalité, et il revient aux historiens, creusant le sillon labouré par Amédée Guillotin de Corson, de démontrer que le passé des frères en Bretagne peut être étudié de façon scientifique, comme l’a été celui des Cisterciens ou des Mendiants, Franciscains et Dominicains 9. Pour appréhender le Temple dans le duché, il existe des documents médiévaux, moins nombreux certes que pour d’autres ordres, mais dont il convient absolument de partir, avant d’aller vers tout ce qui peut faire sens. Indispensable, la recherche en archives et en bibliothèques ne saurait seule suffire, et elle doit s’ouvrir aux acquis de l’archéologie, de l’analyse du bâti, de l’étude de la toponymie ou de la tradition pour avoir une chance d’offrir une juste vision de l’implantation des Templiers en Bretagne. Telle est en tout cas la logique qui m’a guidé dans ces pages, au parti pris scientifique desquelles j’espère que le lecteur sera sensible, la saveur de l’histoire du Temple valant bien celle de ses prétendus mystères 10.

Près de deux siècles d’histoire

L’établissement des Templiers en Bretagne

  • 11 Leroy, Thierry, Hugues de Payns, chevalier champenois, fondateur de l’ordre des Templiers, Troyes, (...)
  • 12 Demurger, Alain, Les Templiers. Une chevalerie chrétienne au Moyen Âge, p. 51-66.
  • 13 La Boutetière, Louis de, « Cartulaire de Coudrie », Archives historiques du Poitou, 2 (1873), p. 15 (...)
  • 14 Ibid., p. 155-158, doc. 2 : « in manu magistri Ugonis de Paganis ».
  • 15 Demurger, Alain, Les Templiers. Une chevalerie chrétienne au Moyen Âge, p. 53.

4L’ordre du Temple est né en 1120 à l’initiative d’un petit seigneur champenois, Hugues de Payns, qui allait en devenir le premier maître 11. C’est à Jérusalem qu’il fut fondé, l’institution se donnant pour but, par les armes, de protéger les pèlerins et de défendre les États latins issus de la première croisade. Pour prétendre durer, la jeune communauté devait s’assurer le soutien matériel, institutionnel et spirituel de l’Occident et, en particulier, de l’Église, et c’est à cette fin qu’Hugues de Payns et quelques-uns de ses frères, en 1127, quittèrent la Terre sainte, entreprenant un périple de deux ans qui leur permit d’obtenir la reconnaissance de l’ordre au concile de Troyes en janvier 1129 12. De Provence en Écosse et d’Anjou en Champagne, les Templiers purent alors se constituer d’importants appuis, et la Bretagne ne semble en rien avoir fait exception au mouvement. Très tôt, les frères s’y sont en effet établis. La première donation consentie au Temple dans le duché appert d’un acte intéressant Coudrie, en Bas-Poitou, siège d’une future commanderie (fig. 1). Un seigneur breton figure au nombre des bienfaiteurs de l’ordre, Garsire, sire de Retz et de Machecoul, qui, outre un cheval et des armes, céda avec l’accord de sa femme et son fils du foin pris sur ses prés et diverses rentes assises à Pornic et à Bouin 13. La charte n’est pas datée, mais un document postérieur indique que ces dons ainsi que d’autres en Poitou avaient été remis « dans la main de maître Hugues de Payns 14 », et il est donc probable qu’ils remontent au printemps 1128, époque où le dignitaire est attesté dans l’Anjou voisin 15.

Figure 1 – La chapelle de la commanderie de Coudrie (cliché Chr. Renault)

Figure 1 – La chapelle de la commanderie de Coudrie (cliché Chr. Renault)
  • 16 Guillotin de Corson, Amédée, Les Templiers en Bretagne et les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusal (...)
  • 17 Barthélemy, Anatole de, et Geslin de Bourgogne, Jules, Anciens évêchés de Bretagne. Histoire et mon (...)
  • 18 Morice, Hyacinthe, Mémoires pour servir de preuves à l’histoire ecclésiastique et civile de Bretagn (...)
  • 19 Guillotin de Corson, Amédée, Les Templiers en Bretagne et les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusal (...)

5La même année, sans doute, une autre charte, aux effets plus considérables, allait sceller l’implantation définitive des Templiers en Bretagne 16. Elle fut octroyée, à Nantes, par le duc Conan III, sa mère, Ermengarde, sa femme, Mathilde, et sa fille Berthe. Ensemble, ils donnèrent aux frères l’île de la Hanne, en amont de la ville, sur la Loire ; ils leur cédèrent aussi une métairie « avec ses maisons et ses animaux » dans la forêt de Rennes, Mathilde ajoutant les biens qu’elle possédait à proximité, et le duc, en vertu de son pouvoir princier, leur confirma par avance toutes les terres qu’ils acquerraient dans son domaine 17. L’acte, hélas, n’est pas daté, mais une autre charte, issue en 1141, permet de le situer. Cette année-là, Conan III consentit de nouveaux dons aux Templiers et, dans son privilège, il commença par rappeler la cession passée de l’île de la Hanne (fig. 2), indiquant que les autres faveurs étaient intervenues ensuite (postea) 18. La première charte ducale, dénuée de date, est donc antérieure à 1141. Amédée Guillotin de Corson, le premier, proposa de la faire remonter à l’époque du séjour d’Hugues de Payns en Occident 19 et, peut-on préciser, eu égard à ce que l’on sait aujourd’hui du périple, au printemps 1128. Le maître du Temple a-t-il jamais rencontré le duc de Bretagne, sollicitant directement faveur et protection pour son ordre ? En l’état des sources, on ne saurait l’assurer, mais l’hypothèse sans conteste tient du vraisemblable.

Figure 2 – La charte de Conan III, de 1141, donnant aux Templiers l’île de la Hanne (cliché J.-M. Roger)

Figure 2 – La charte de Conan III, de 1141, donnant aux Templiers l’île de la Hanne (cliché J.-M. Roger)
  • 20 Leroy, Thierry, Hugues de Payns, p. 91.
  • 21 On voit ce dignitaire intervenir pour la première fois en Champagne, en 1133 (Albon, Guigues d’, Ca (...)
  • 22 Tonnerre, Noël-Yves, « Le haut Moyen Âge (ve-xiiie siècles) », dans Histoire de Nantes, éd. par Pau (...)

6En 1141, cinq ans après la disparition d’Hugues de Payns 20, Conan III décida de compléter les largesses qu’il avait naguère accordées au Temple. Désormais conduit par Robert de Craon, l’ordre était représenté en Occident par Guillaume Faucon, le maître cismarin, chargé à ce titre de la collecte des aumônes consenties à l’institution 21 : c’est ce dernier dignitaire, accompagné de deux frères, Alfred et Henri, comme lui étrangers à la Bretagne, qui reçut la nouvelle donation ducale. Celle-ci consistait en une rente annuelle de cent sous à prélever la première semaine de Carême sur les droits de marché du faubourg de Nantes et surtout en un terrain, au Pré d’Anian, destiné à être construit (plateam ad domos sive edificium), où allait s’élever la future commanderie urbaine, en rive droite de l’Erdre, dans un espace intégré à l’enceinte sous Pierre de Dreux 22. Outre ces dons, Conan III prit les biens du Temple sous sa protection dans l’ensemble du duché et il leur accorda de pouvoir jouir d’exemptions de taxes reconnues par ses principaux barons. Ainsi l’implantation des frères s’est-elle ancrée dans la durée. Amorcée dès la fin de la décennie 1120, elle a largement bénéficié des largesses du duc et de son entourage, mais, au-delà de Conan III et du sire de Retz et de Machecoul, ce sont de vastes secteurs de la société bretonne, souvent bien mal documentés, qui se sont montrés favorables au Temple et en ont soutenu le développement.

Un accueil favorable au sein du duché

  • 23 Cassard, Jean-Christophe, La Bretagne des premiers siècles. Le Haut Moyen Âge, Paris, 1994, p. 79-8 (...)
  • 24 Morice, Hyacinthe, Mémoires pour servir de preuves, t. I, col. 836.
  • 25 Arch. dép. de la Vienne, 3H1 764.
  • 26 Colin, François, « Templiers et Hospitaliers en Bretagne », p. 34-36.
  • 27 Jones, Michael, « Les Bretons et la croisade », Mémoires de la Société Historique et Archéologique (...)

7En 1148, la mort de Conan iii, qui avait abondamment appuyé les Templiers, précipita la Bretagne dans une longue période de troubles. Le duc ayant déshérité son fils Hoël et choisi pour lui succéder le jeune Conan IV, né de sa fille Berthe, des forces nombreuses s’élevèrent contre le pouvoir princier : les principaux barons reprirent leurs revendications d’autonomie et, à l’extérieur comme à l’intérieur du duché, Plantagenêt et Capétiens s’affrontèrent jusqu’à l’avènement d’une nouvelle dynastie, celle des Dreux, en 1213 23. Dans un contexte aussi incertain, on pourrait penser que le Temple n’a guère pu compter sur la libéralité des ducs. Il n’en fut rien. Une charte de 1217, en vertu de laquelle Pierre de Dreux et son épouse, Alix, ratifiaient les dons de leurs prédécesseurs, manifeste que pratiquement tous ceux qui prétendirent au pouvoir ducal au xiie siècle ont favorisé l’ordre : il est question de Conan III, bien sûr, mais aussi d’Hoël, son fils déshérité, qui occupa le comté de Nantes, d’Alain le Noir, père de Conan IV, de ce dernier ainsi que de Geoffroy II et de Constance 24. Aucune de ces concessions n’est précisée, et seule de la dernière, on possède encore le texte 25. Toutefois, la tradition ducale d’appuyer les Templiers était ancrée, et Pierre de Dreux ne fit que lui rendre toute sa force, concédant à l’ordre plus de privilèges que celui-ci n’en avait jamais reçu, dans un esprit qu’allaient perpétuer ses fils et petit-fils, Jean Ier et Jean II 26, intéressés comme lui par la croisade en Terre sainte 27.

  • 28 Barthélemy, Anatole de, et Geslin de Bourgogne, Jules, Anciens évêchés de Bretagne, t. VI, p. 182.
  • 29 Ibidem, p. 171.
  • 30 La Boutetière, Louis de, « Cartulaire de Coudrie », p. 187-188, doc. 35.
  • 31 Barthélemy, Anatole de, et Geslin de Bourgogne, Jules, Anciens évêchés de Bretagne, t. VI, p. 222.
  • 32 Arch. dép. de la Vienne, registre 497 (terrier de la commanderie de La Guerche de 1776), p. 1608-16 (...)

8Favorisés par le pouvoir ducal, les Templiers, jusqu’à la fin de leur présence en Bretagne, bénéficièrent aussi du soutien d’amples secteurs de la société locale. Toutes les couches semblent avoir participé de l’élan de générosité envers les frères. Parmi les bienfaiteurs de l’ordre, on relève des individus d’humble condition, paysans ou simples bourgeois, tels Pierre Lévin, qui vers 1200 fit don d’une terre à la Laurière, en Port-Saint-Père 28, ou Daniel Le Barrilier, qui avec les siens céda en 1233 une rente de vingt sous sur le Pont-Neuf d’Erdre à Nantes 29 ; des clercs figurent également au nombre des promoteurs du Temple, à l’image d’Arbert Moraut, en 1215 30, ou d’Olivier Gaudin, au début du xive siècle encore 31. Néanmoins, comme en d’autres régions, la plupart des donateurs étaient issus de la noblesse. Les grands barons du duché, que Conan III déjà avait voulu associer à ses largesses, et, plus encore, la moyenne noblesse et la simple chevalerie constituèrent des appuis essentiels pour le Temple. Ce dernier secteur, en particulier, était en étroite consonance spirituelle avec l’ordre, qui y a largement recruté, recevant par exemple en 1197 Hamelin du Pinel, seigneur du Pinel, en Argentré-du-Plessis, au diocèse de Rennes, qui, devenu veuf, se fit Templier, cédant à ses nouveaux coreligionnaires, avec l’assentiment de son fils, une dîme qu’il ordonna de partager avec les Cisterciens de Clermont 32.

  • 33 Carraz, Damien, L’ordre du Temple dans la basse vallée du Rhône (1124-1312). Ordres militaires, cro (...)
  • 34 La Boutetière, Louis de, « Cartulaire de Coudrie », p. 181, doc. 26 : « pro salute anime mee et red (...)
  • 35 Ibidem, p. 181-183, doc. 27 : « labentem mundum cito pretereuntem aspiciens et in meis bonis operib (...)
  • 36 Cassard, Jean-Christophe, L’Orient des Bretons au Moyen Âge, p. 116-133.
  • 37 Jones, Michael, « Les Bretons et la croisade », p. 367-370.
  • 38 Morice, Hyacinthe, Mémoires pour servir de preuves, t. i, col. 691.
  • 39 Barthélemy, Anatole de, et Geslin de Bourgogne, Jules, Anciens évêchés de Bretagne, t. VI, p. 159-1 (...)
  • 40 Morice, Hyacinthe, Mémoires pour servir de preuves, t. i, col. 1185-1191, en particulier col. 1189.

9Participant comme Cîteaux des courants de réforme qui, à partir de la fin du xie siècle, se sont développés au sein de l’Église, le Temple était regardé avec beaucoup de faveur 33. La Bretagne ne faisait nullement exception. Donner à l’ordre était une œuvre pie que les bienfaiteurs espéraient utile au salut de leur âme et de celles de leurs proches, certains, parfois, spécifiant davantage leurs attentes, comme Raoul de Machecoul, qui, en 1212, déclara agir en mémoire de son frère, décédé depuis peu 34, et par crainte de la fugacité du monde 35. Par-delà ces éléments de piété génériques, qui pouvaient bénéficier à d’autres institutions religieuses, le Temple fut favorisé par l’intérêt ancien qui existait en Bretagne pour la Terre sainte 36. Alain Fergent, le père de Conan III, avait participé à la première croisade, et par la suite nombre de seigneurs bretons continuèrent à prêter main forte à l’Orient latin 37. Deux d’entre eux, d’outre-mer, consentirent un don aux Templiers : André de Vitré, engagé en 1184 dans l’opération lancée contre Saladin pour débloquer le château de Kérak, à l’est de la mer Morte 38, et Philippe de Vigneux, combattant au siège de Damiette, en 1219 39. Au début du xive siècle encore, Jérusalem éveillait certaine résonance en Bretagne, et le Temple en tirait parti, auquel, dans son testament de 1302, le duc Jean II remit un legs, à partager avec l’Hôpital, pour qu’il « soit mis et converti ou proffilt e en l’aide de la sainte Terre 40 ».

Un développement tronqué par le procès

  • 41 Théry, Julien, « Procès des Templiers », dans Prier et combattre. Dictionnaire européen des ordres (...)
  • 42 Guillotin de Corson, Amédée, Les Templiers en Bretagne et les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusal (...)
  • 43 Colin, François, « Templiers et Hospitaliers en Bretagne », p. 37-38.
  • 44 Morice, Hyacinthe, Mémoires pour servir de preuves, t. i, col. 1216-1217 : « ad levandum, colligend (...)
  • 45 Ibid., col. 1217 : « E est assavoir que les dous commissaires nommez en cest instrument, quand ils (...)

10Au tournant des xiiie et xive siècles, en dépit de l’éviction des Latins de Terre sainte, la popularité des Templiers restait réelle. Le développement des frères en Bretagne, s’il s’était assez largement ralenti, n’avait pas été remis en cause, et de crise, là comme ailleurs, plus souvent qu’on ne l’écrit, il n’en exista pas avant l’ouverture du procès. Ce dernier, dans sa genèse, est extérieur à la Bretagne, puisqu’il est né de la volonté de Philippe iv le Bel et de ses légistes 41. Le 14 septembre 1307, le souverain capétien ordonna à tous les baillis et sénéchaux de son royaume de préparer en secret l’arrestation des Templiers. Fixée au 13 octobre, celle-ci n’a pas épargné le duché gouverné alors par Arthur II. Le coup de filet, terrible, n’a pas laissé de trace dans les archives bretonnes, et seule la tradition populaire – comme Amédée Guillotin de Corson l’a souligné pour Carentoir 42 – a pu en conserver un lointain écho, mais son impact est hors de doute. Dans le duché de Bretagne, les Templiers furent bel et bien arrêtés, comme ils l’ont été dans toute la France, et leurs biens furent, là aussi, placés sous séquestre 43. Le 3 mars 1308, Philippe IV commissionna deux chevaliers afin de recevoir les possessions locales de l’ordre et de les affermer44. Une tradition du xve siècle rapporte que lorsque les hommes du roi vinrent à Nantes, le 10 août, ils en furent chassés 45, mais, quand bien même cela aurait été, le Temple n’a pas échappé en Bretagne aux aléas du procès.

  • 46 Demurger, Alain, Les Templiers. Une chevalerie chrétienne au Moyen Âge, p. 448.
  • 47 Michelet, Jules, Le procès des Templiers, Paris, t. ii, 1987, p. 82-85, 105-107 et 188-189.
  • 48 Ibid., t. ii, p. 83 : « Clandestine recipiabantur, nullis presentibus nisi fratribus ordinis, ex qu (...)
  • 49 Ibid., t. i, p. 199 : « Dixit se vidisse in domo dicti ordinis, civitatis Nannatensis, quod Thomas, (...)
  • 50 Colin, François, « Templiers et Hospitaliers en Bretagne », p. 41.

11Pressé par le pouvoir royal qui s’employait à accréditer toutes sortes d’accusations contre les Templiers, le pape Clément V, par la bulle Faciens misericordiam, du 13 août 1308, se résolut à une solution judiciaire. Ainsi s’ouvrit une double procédure, qui devait pour les frères être jugée dans le cadre des diocèses et pour l’ordre à l’échelle de la chrétienté 46. Des enquêtes bretonnes, il ne reste rien, et l’on est fondé à se demander si chacun des neuf évêchés du duché a réellement obéi à l’injonction du Saint-Siège. Seules trois dépositions de Templiers servant en Bretagne au moment de l’arrestation ont été conservées dans les interrogatoires de la commission pontificale siégeant à Paris au printemps 1310 : chacun des frères assura qu’il avait été entendu dans un premier temps à Poitiers, précisant bien qu’il avait alors été absous et réconcilié 47. Pour ce qui est des crimes dont ils étaient accusés à l’égal de leurs coreligionnaires, Gérard d’Auguiniac, le commandeur de Nantes, Renaud Larchier et Pierre de La Nouée se défendirent avec force, le premier liant même les attaques contre l’ordre à la suspicion des « méchantes gens 48 ». Dès lors, la déposition d’un Templier anglais prétendant que, dans la maison de Nantes, du blé était distribué aux porcs plutôt qu’aux pauvres fait figure de racontar 49. En Bretagne, comme ailleurs, les frères étaient innocents, et ceux d’entre eux qui avaient été absous et réconciliés, une fois leur ordre dissous, le 3 avril 1312, purent achever leur existence dans les lieux où ils avaient vécu, ordinairement dévolus aux Hospitaliers 50.

  • 51 Demurger, Alain, Les Templiers. Une chevalerie chrétienne au Moyen Âge, p. 467-473.
  • 52 Guillotin de Corson, Amédée, Les Templiers en Bretagne et les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusal (...)
  • 53 Une vision d’ensemble, demandant à être reprise, a été procurée jadis par Duval, Michel, « La dévol (...)
  • 54 Arch. nat. de France, M 1, n° 14, publ. par Roger, Jean-Marc, « La prise de possession par l’Hôpita (...)
  • 55 L’analyse de Colin, François, « Templiers et Hospitaliers en Bretagne », p. 44, amène à relativiser (...)
  • 56 Arch. dép. de la Vienne, 3H1 781 : « une pièce de terre arable avec ses appartenances, que ladite N (...)

12Considérant que les biens du Temple étaient destinés à aider la Terre sainte, Clément v, par la bulle Ad providam, du 2 mai 1312, décida de les réunir à ceux de l’Hôpital de Saint-Jean de Jérusalem, qui partageait le combat de son illustre devancier au contact duquel, à partir du milieu du xiie siècle, il s’était progressivement militarisé 51. En Bretagne, comme dans le reste du royaume de France, les Hospitaliers, jusqu’alors moins puissants que les Templiers 52, furent ainsi légalement désignés pour recevoir ce que ces derniers avaient possédé 53. Le 28 mars 1313, le roi Philippe IV s’adressa au bailli de Tours, Jean de Vaucelles, qui envoya en Bretagne deux sergents pour opérer la dévolution. De ce transfert de biens, l’on garde un procès-verbal exceptionnel, publié il y a peu par Jean-Marc Roger, intéressant les établissements du Créac’h, de la Caillibotière et de la Nouée, aux diocèses de Saint-Brieuc et de Saint-Malo, où il eut lieu entre le 22 et le 24 mai 54. Aucun autre acte de ce type n’a, pour l’heure, été mis au jour, mais il ne fait pas de doute que la dévolution a dû s’opérer rapidement dans tout le duché : les rétentions forcées, évoquées parfois dans le diocèse de Nantes, furent au total plutôt rares 55, et dès la fin juin 1313 une vente à Pont-d’Arm, en Assérac, fit mention d’une terre située « ès fès à l’Ospital, qui fut jadis au Temple 56 ». L’histoire des Templiers en Bretagne avait pris fin, celle de leurs possessions, plus importantes que l’on le pense parfois, se poursuivait, désormais au pouvoir de l’Hôpital.

Une forte implantation régionale

La difficulté d’une pesée globale

  • 57 Gautier, Louis-Christian, Histoire des Templiers en Bretagne, Fouesnant, 2008, p. 51-52.
  • 58 La première édition en a été faite par Morice, Hyacinthe, Mémoires pour servir de preuves, t. I, co (...)
  • 59 Arch. dép. de la Vienne, 3H1 764.
  • 60 Arch. nat. de France, J241/A, n° 26.

13De l’importance de la présence templière en Bretagne, l’on a beaucoup débattu. Certains, notamment dans des publications marquées du sceau de l’ésotérisme, n’hésitent pas à la tenir pour considérable ; d’autres, tel Louis-Christian Gautier, ont pu la juger modeste, au motif que les actes conservés, sous forme d’originaux ou de copies, sont en nombre limité et en tout cas bien moindre que pour d’autres espaces français, y compris septentrionaux 57. Prendre la mesure de l’implantation bretonne du Temple est difficile. Pourtant, l’historien qui s’intéresse à l’ordre localement ne peut s’en dispenser. Pour tenter une pesée globale, le document essentiel, publié pour la première fois par Anatole de Barthélemy, est une charte datée de 1182 et attribuée au duc Conan IV, énumérant sans aucunement les détailler une centaine de lieux où le Temple possédait des biens (fig. 3). L’acte, pour le Temple, est exceptionnel, mais, dans la forme comme sur le fond, il se rapproche d’un privilège que le même prince, en 1160, aurait conféré aux Hospitaliers, leur confirmant une soixantaine de lieux où ils détenaient des intérêts 58. Indispensables à l’analyse des ordres militaires, dont ils offrent une idée de l’étendue des domaines en Bretagne, les deux documents ne sont connus qu’à l’état de copie, tardive, celle qui se rapporte au Temple, conservée dans un document de 1451 59, posant plus de difficultés encore que celle dont l’Hôpital, depuis 1312, pouvait se prévaloir 60.

Figure 3 – Carte des biens du Temple d’après la donation supposée de 1182 (d’après Fr. Colin)

Figure 3 – Carte des biens du Temple d’après la donation supposée de 1182 (d’après Fr. Colin)
  • 61 Barthélemy, Anatole de, « Chartes de Conan iv », p. 455.
  • 62 Morice, Hyacinthe, Mémoires pour servir de preuves, t. I, col. 662-663.
  • 63 Colin, François, « Quand l’historien doit faire confiance à des faux : les chartes confirmatives de (...)

14Datée de 1182, la charte confirmative des biens du Temple en Bretagne est, sans conteste possible, apocryphe. Son découvreur, Anatole de Barthélemy, l’avait déjà souligné 61. Certes, le seul frère dont il est fait état, Guillaume Ferron, paraît avoir exercé des responsabilités dans la région à l’époque, témoin, par exemple, d’une donation de Conan IV au Mont-Saint-Michel en 1170 62, mais de graves problèmes chronologiques affectent l’acte et obligent à mettre en cause son authenticité, l’évêque de Léon, Hamon, et le duc lui-même étant morts depuis plus de dix ans au moment de sa concession supposée. En termes de critique diplomatique, le privilège octroyé au Temple n’est pas non plus exempt de soupçon. On ne connaît pas en Bretagne, excepté pour les ordres militaires, de chartes confirmatives des biens d’une institution contenant leur énumération ; surtout, on peine à imaginer que le duc, en 1182, ait pu garantir aux frères des biens situés en dehors de son domaine, les grands fiefs, comme le Rohan ou le Penthièvre, étant alors assez autonomes. L’acte prétendant recenser l’ensemble des biens du Temple en Bretagne est donc un faux, de fabrication postérieure, mais, pour reprendre l’heureuse expression de François Colin, il s’agit d’un faux auquel, eu égard au caractère exceptionnel des informations qui en émanent, « l’historien doit faire confiance », pour peu qu’une analyse soigneuse en soit effectuée 63.

  • 64 Guillotin de Corson, Amédée, Les Templiers en Bretagne et les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusal (...)
  • 65 Barthélemy, Anatole de, « Chartes de Conan iv », p. 455-456.
  • 66 Colin, François, « Quand l’historien doit faire confiance à des faux », p. 44-46.

15Fausses, les deux chartes en faveur du Temple et de l’Hôpital attribuées à Conan IV n’en avaient pas moins comme finalité d’être crues. Elles devaient donc être vraisemblables, et c’est en cela qu’elles intéressent l’historien, auquel elles offrent des éléments précieux. Le tableau qu’elles fournissent des possessions des ordres militaires en Bretagne est sans équivalent 64. Une centaine de noms de lieux apparaissent dans l’acte consenti au Temple, moins soigneusement classés que dans le document de l’Hôpital qui, plus structuré, suit, dans l’énumération, le cadre diocésain. Anatole de Barthélemy a attribué jadis les deux faux à une même main et, parce que la charte de l’Hôpital, d’après la plus ancienne copie conservée, a été vidimée par l’évêque de Dol en 1277, il a suggéré que leur rédaction aurait été opérée vers 1270 65. L’idée a été couramment acceptée, même si rien ne permet d’établir que le vidimus de 1277, invoqué en 1312, était authentique. C’est, animé d’un tel doute, que François Colin a récemment proposé de situer plutôt les deux forgeries autour de 1312, celle qui est censée bénéficier aux Templiers tenant de la « mauvaise copie 66 ». L’hypothèse est tout à fait séduisante, et ce sont donc les Hospitaliers qui, pour asseoir leur position dans le contexte de la dévolution des biens du Temple, auraient fabriqué les deux faux, lesquels rendraient compte du patrimoine des ordres, non pas en 1270 – voire auparavant – mais au début du xive siècle.

Des établissements entre ville et campagne

  • 67 À un siècle de distance, le caractère essentiel du travail du chanoine a été souligné par Jones, Mi (...)
  • 68 Lascaux, Michel, Les Templiers en Bretagne, Rennes, 1979.
  • 69 Gautier, Louis-Christian, Histoire des Templiers en Bretagne, p. 58.
  • 70 Colin, François, « Templiers et Hospitaliers en Bretagne », p. 59-65.

16Représenter au moyen du texte ou de la carte l’implantation du Temple en Bretagne reste aujourd’hui encore un défi. Le manque d’archives est un obstacle redoutable, accru par le fait que celles qui sont conservées offrent une vision déséquilibrée du temporel de l’ordre, privilégiant les diocèses de Nantes et de Rennes. Pour pallier ce problème, on a cherché, de longue date, à utiliser les actes d’Ancien Régime intéressant l’Hôpital, héritier du Temple, et toutes sortes de traditions populaires, empruntant au folklore ou à la toponymie. Amédée Guillotin de Corson, qui se méfiait de ces dernières, a beaucoup exagéré la continuité entre les biens de l’Hôpital aux xviie et xviiie siècles et ceux du Temple un demi-millénaire plus tôt, mais force est de constater que depuis lors la connaissance n’a pas avancé 67. La tradition, comme l’a fait Michel Lascaux, a souvent été reprise sans regard critique 68, et, récemment encore, Louis-Christian Gautier écrivait que les possessions du Temple en Bretagne affectaient « la forme d’un fer à cheval dirigé vers l’est », se demandant si cela constituait un symbole 69… Pour l’historien, qui doit rejeter de telles élucubrations, la réalité est plus prosaïque : présents de manière ancienne et probablement plus forte dans le diocèse de Nantes, les Templiers se sont établis dans l’ensemble des évêchés bretons, excepté le Léon – le faux attribué à Conan IV mentionnant, par exemple, pour Saint-Brieuc douze paroisses à peine documentées par ailleurs –, sans que l’on puisse en déduire une quelconque chronologie d’implantation 70.

  • 71 Colin, François, et Josserand, Philippe, « Bretagne », p. 175.
  • 72 La Boutetière, Louis de, « Cartulaire de Coudrie », p. 161, doc. 6.
  • 73 Ibidem, p. 172-174 et 209-210, doc. 19 et 61, et Barthélemy, Anatole de, et Geslin de Bourgogne, Ju (...)
  • 74 Arch. dép. de la Vienne, 3H 729 bis (registre de vingt-huit folios), publ. par Le Sauce, Xavier, «  (...)
  • 75 La Boutetière, Louis de, « Cartulaire de Coudrie », p. 172-174, en particulier p. 173, doc. 19 : « (...)
  • 76 Laurent, Jeanne, Un monde rural en Bretagne au xve siècle : la quévaise, Paris, 1972, p. 168-169 et (...)
  • 77 Colin, François, « Templiers et Hospitaliers en Bretagne », p. 81-84.

17Les donations octroyées au Temple en Bretagne, d’après ce que révèlent les actes, se sont échelonnées jusqu’à la veille du procès. Au milieu du xiiie siècle, toutefois, il est possible de tenir le temporel de l’ordre pour achevé dans ses grandes lignes 71. En dépit du caractère imprévisible des aumônes, il ne s’est pas constitué au hasard. Des pressions ont pu être exercées sur des donateurs, tels Arbert Clérebaut, contraint d’abandonner une terre à la Roncinière, dans le Pays de Retz, vers 1166 72, des échanges et des achats négociés avec d’autres, de façon à ce que le Temple puisse bâtir son domaine au mieux de ses intérêts 73. Recherchant des profits capables d’être aisément mobilisés, pour aider au secours de la Terre sainte, les frères ont écarté le faire-valoir direct et se sont très tôt intégrés au système seigneurial, alors dominant. Leur gestion, mal connue, est exceptionnellement éclairée en 1257 par le rentier de la commanderie de Clisson : aux confins du duché avec l’Anjou et le Poitou, le Temple, largement investi dans la céréaliculture et l’élevage, semble s’être fait une spécialité de la vigne et de certaines activités de transformation, fortement rémunératrices, comme les fours et les moulins 74. En d’autres lieux, il n’est pas impossible que le même souci de rentabilité ait prévalu, les frères développant les foires, comme aux Biais 75, créant des fronts de défrichement, dans l’intérieur du Trégor, à partir de Pont-Melvez 76, et suscitant, peut-être, des habitats nouveaux, à Moustérien, en Saint-Tugdual, ou dans plusieurs localités appelées Vildé (Villa Dei), telles Vildé-Guingalan, à l’ouest de Dinan, et Vildé-la-Marine, sur la baie du Mont-Saint-Michel 77.

  • 78 Guillotin de Corson, Amédée, Les Templiers en Bretagne et les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusal (...)
  • 79 Colin, François, « Templiers et Hospitaliers dans les villes de l’ouest de la France (xiie-xve sièc (...)
  • 80 Le Sauce, Xavier, « La commanderie de Clisson au Moyen Âge », t. I, p. 37.
  • 81 Arch. dép. de la Vienne, 3H 764 (dans un vidimus de l’official d’Angers du 11 juin 1413).
  • 82 Demurger, Alain, Les Templiers. Une chevalerie chrétienne au Moyen Âge, p. 116-129.

18Implantés dans la plus grande partie du duché de Bretagne, jusqu’en des endroits reculés, les Templiers n’ont jamais recherché les « déserts ». Dans les campagnes, ils ont souvent privilégié la proximité des voies de circulation, parfois d’origine romaine, les abords du littoral ou les points de franchissement des rivières, Montbran, en Pléboulle, dans le diocèse de Saint-Brieuc, se situant par exemple là où l’antique route de Carhaix à Alet passait le Frémur 78. Dans un esprit comparable, bien plus qu’on ne l’estime souvent, ils se sont intéressés aux villes, aux grandes, à Nantes en tout premier lieu, comme à de plus petites, à l’image de La Guerche et de Clisson 79, où ils furent à l’origine du faubourg de La Madeleine, désigné dans le rentier de 1257 sous le nom de burgum Templi Clicii 80. Cette implantation urbaine des Templiers ne doit pas surprendre. Outre le fait que les plus grandes étaient des centres d’influence, les villes constituaient des nœuds d’échanges et de communication dont les frères avaient besoin. Elles fournissaient communément des possibilités de stockage et de commercialisation, bien connues dans le cas de Nantes, où le Temple, à la différence de l’Hôpital, était admis depuis 1226 à écouler son vin pendant le ban de l’évêque 81 ; parfois, elles pouvaient être le lieu d’activités de prêt ou de dépôt, dont il faut se garder de faire trop vite de la banque 82. Jouant un rôle primordial de trait d’union, les établissements templiers urbains permettaient à la Bretagne de s’accorder aux missions de l’ordre et d’en intégrer l’organigramme.

L’organisation locale de l’ordre

  • 83 Ibidem, p. 147-151.
  • 84 Blanchard, René, Cartulaire des sires de Rays, Poitiers, t. II, 1899, p. 221-222, doc. 203.
  • 85 Arch. dép. de la Vienne, 3H1 784.
  • 86 Barthélemy, Anatole de, et Geslin de Bourgogne, Jules, Anciens évêchés de Bretagne, t. VI, p. 206-2 (...)

19Au Temple, le secours de la Terre sainte, qui constituait la raison d’être même de l’ordre, a très tôt supposé une complémentarité étroite entre le front et l’arrière. Ainsi s’est mis en place, à partir de la seconde moitié du xiie siècle, une structure à trois degrés reliant le couvent central, en Orient, à chacune des commanderies occidentales, par le biais d’une circonscription intermédiaire, la province 83. La Bretagne, où, comme en d’autres régions, était intervenu dans un premier temps le maître cismarin, représentant direct du supérieur de l’ordre, s’intégra à ce schéma autour de 1225, lorsque le maître provincial d’Aquitaine y étendit son autorité, le premier à l’avoir fait, à la faveur d’un accord avec le seigneur de Retz, étant Giraud des Bruyères 84. Ce dignitaire, dont le ressort, du Bordelais jusqu’au Maine, s’étendait à tout l’Ouest de la France, pouvait le cas échéant s’adjoindre un lieutenant, et c’est sans doute ainsi qu’il faut entendre le rôle de Pierre de Langan, cité en 1245 comme « commandeur des maisons de la chevalerie du Temple en Bretagne 85 ». Dotées d’une entité véritable au regard de l’ordre, bien qu’elle ne fût jamais fermée – Clisson, par exemple, ayant des liens forts avec le Poitou et l’Anjou –, les terres templières du duché ont pu constituer une baillie, mais elles dépendaient du maître d’Aquitaine, l’unique supérieur de celui-ci étant le grand-maître, présent localement à une reprise au moins, en juin 1293 86.

  • 87 Luttrell, Anthony, « The Election of the Templar Master Jacques de Molay », dans The Debate on the (...)
  • 88 Josserand, Philippe, « Commanderie », dans Prier et combattre. Dictionnaire européen des ordres mil (...)
  • 89 Colin, François, « Templiers et Hospitaliers en Bretagne », p. 97-100.
  • 90 Barthélemy, Anatole de, et Geslin de Bourgogne, Jules, Anciens évêchés de Bretagne, t. VI, p. 148.
  • 91 Le Sauce, Xavier, « La commanderie de Clisson au Moyen Âge », p. 17-18.
  • 92 Rien ne permet d’étayer la datation de Duru, André, « Templiers, Hospitaliers et Vraie Croix de Sai (...)
  • 93 Lisle du Dreneuc, Pitre de, Catalogue du Musée Archéologique de Nantes, Nantes, 1903, p. 163.
  • 94 Barthélemy, Anatole de, et Geslin de Bourgogne, Jules, Anciens évêchés de Bretagne, t. VI, p. 172.
  • 95 Colin, François, « Templiers et Hospitaliers en Bretagne », p. 99-100.

20La visite de Jacques de Molay à Nantes, un an après son élection à Chypre 87, ressortissait à l’exceptionnel, et en Bretagne, sous l’autorité du maître d’Aquitaine, l’organisation templière était fondée, comme ailleurs, sur un réseau de commanderies qui irriguait le duché. Tout établissement, même puissant, ne formait pas, loin s’en faut, une commanderie, la structure consistant d’abord en un mécanisme institutionnel dont la gestion était déléguée à un frère, le commandeur, qui, pour le bénéfice de l’ordre, se chargeait d’en développer les ressources 88. Ces centres, dans les textes latins, sont appelés domus ou preceptoria, et, dans les dernières années d’existence du Temple, il semble qu’il en eût en Bretagne entre une demi-douzaine et une dizaine (fig. 4) 89. Nantes formait une commanderie depuis 1202 au moins 90, son ressort s’étendant à toutes les terres du diocèse au nord de la Loire ; au sud, le Vignoble relevait de la maison de Clisson, attestée en 1213 91, et le Pays de Retz de celle des Biais, qu’une matrice de sceau templier du Musée Dobrée, découverte sur place (fig. 5), autorise à penser, passé le milieu du xiiie siècle 92, s’être détachée de Coudrie 93. Hors du diocèse de Nantes, l’unique commanderie absolument avérée est celle de La Guerche, citée en 1245 94, mais il est bien certain que le réseau templier se complétait vers le nord et vers l’ouest avec des maisons, plus que probables, à la Nouée, la Caillibotière et au Créac’h, et d’autres, certes moins assurées, mais possibles, à Carentoir, Montbran et Pont-Melvez 95.

Figure 4 – Carte de l’implantation des ordres militaires en Bretagne (d’après Prier et combattre)

Figure 4 – Carte de l’implantation des ordres militaires en Bretagne (d’après Prier et combattre)

Figure 5 – Dessin du sceau de frère Robert retrouvé aux Biais (d’après F. Parenteau)

Figure 5 – Dessin du sceau de frère Robert retrouvé aux Biais (d’après F. Parenteau)
  • 96 Déceneux, Marc, « Le grand calvaire breton. Une formule née dans le haut pays », Ar Men, 132 (2003) (...)
  • 97 Michelet, Jules, Le procès des Templiers, t. II, p. 82 et 105.
  • 98 Cassard, Jean-Christophe, L’Orient des Bretons au Moyen Âge, p. 147.
  • 99 Burgtorf, Jochen, The Central Convent of Hospitallers and Templars. History, Organization, and Pers (...)

21Au total, les commanderies bretonnes du Temple n’ont pas dû abriter plus d’une trentaine de frères, la plupart de ceux qui y vivaient étant, comme très souvent en Occident, des familiers et des dépendants. À l’échelle locale, les trois groupes entre lesquels se distribuaient les membres de l’ordre sont attestés, chevaliers, chapelains et sergents. Il se pourrait même qu’ils aient été figurés ensemble sous la forme de neuf personnages agenouillés au départ du fût du grand calvaire édifié, d’après Marc Déceneux, à la toute fin du xiiie siècle pour l’établissement templier de Saint-Jouan et déplacé en 1774 dans le placître de Saint-Maudez, à l’ouest de Dinan (fig. 6 et 6 bis)96. Chevaliers et chapelains, rarement individualisés dans les sources, étaient en Bretagne moins nombreux que les sergents, et ces derniers ont pu assumer la gestion de puissantes commanderies. Issus de la chevalerie, comme Hamelin du Pinel et Pierre de Langan, mais aussi de milieux plus modestes, les Templiers bretons ont servi dans le duché avec des coreligionnaires venus d’autres régions, Picards, Tourangeaux ou Limousins apparaissant par exemple à la faveur des interrogatoires du procès 97. Hors de Bretagne, à l’inverse, quelques frères qui avaient servi dans le duché ont rejoint l’Orient, non par l’Atlantique – Jean-Christophe Cassard l’a justement noté 98 – mais par l’axe ligérien, le Rhône et la Méditerranée, achevant au loin de belles carrières, tels Hugues Salomon de Quily et Guillaume II de La Guerche, respectivement maréchal et sénéchal de l’ordre dans le troisième quart du xiie siècle 99.

Figure 6 – Le calvaire des Templiers de Saint-Maudez (cliché Chr. Renault)

Figure 6 – Le calvaire des Templiers de Saint-Maudez (cliché Chr. Renault)

Figure 6 bis – Le calvaire des Templiers de Saint-Maudez (cliché Chr. Renault)

Figure 6 bis – Le calvaire des Templiers de Saint-Maudez (cliché Chr. Renault)

Traces et mémoires templières

Le labyrinthe des traditions locales

  • 100 Bouchart, Alain, Grandes chroniques de Bretaigne, éd. de Marie-Louise Auger et Gustave Jeanneau, Pa (...)
  • 101 Morice, Hyacinthe, Mémoires pour servir de preuves, t. I, col. 1217.
  • 102 À ce sujet, il me semble nécessaire de faire preuve de plus de réserve que Colin, François, « Templ (...)

22L’histoire du Temple en Bretagne est riche, et l’implantation de l’ordre, partout sensible, sauf dans le Léon, a pu localement revêtir une grande importance. On pourrait s’attendre à ce que ces éléments, après la disparition des frères, aient suscité une mémoire abondante, entraînant toute une série de discours et d’écrits autour du passé templier breton. C’est ici l’univers des traditions locales liées au Temple qui s’ouvre, un monde sans limites, sur lequel, pour la seule Bretagne, des milliers de pages ont été produites et le sont encore. Prétendre l’épuiser ou en fournir une synthèse serait illusoire, et c’est en historien – chose presque singulière – que je l’aborderai. Du Temple, au soir du Moyen Âge en Bretagne, il semble que l’on ait peu parlé. Dernier chroniqueur de l’époque ducale, Alain Bouchart, dans les Grandes chroniques de Bretagne, publiées en 1514, n’a rapporté que la chute de l’ordre et en a dit, en peu de mots, ce que chacun savait 100. L’unique trace antérieure d’une mémoire bretonne du Temple date de 1407. Elle provient d’une mention portée cette année-là au dos de l’acte relatant la venue à Nantes, le 10 août 1308, des commissaires de Philippe IV en charge du séquestre des biens de l’ordre. D’après l’ajout, ces officiers auraient été chassés par les bourgeois, au nom des droits du duc 101. L’épisode est douteux, et sa mémoire, à lire dans le contexte politique tendu du début du xve siècle face au royaume de France, dit très peu du souvenir des Templiers 102.

  • 103 Guiomar, Jean-Yves, Le Bretonisme. Les historiens bretons au xixe siècle, Rennes, 1987, p. 79-82.
  • 104 La Poix de Fréminville, Christophe-Paulin de, « Notice sur quelques monuments de l’ordre des Templi (...)
  • 105 La Bretagne d’après l’Itinéraire de monsieur Dubuisson-Aubenay, éd. par Alain Croix et al., Rennes, (...)
  • 106 Ibidem, p. 437.

23Pour l’immense majorité d’entre elles, les traditions qui continuent à circuler en Bretagne à propos du Temple ne sont pas médiévales. Savoir quand elles sont nées est très difficile. Beaucoup ont sans doute été forgées au xixe siècle, au moment où elles ont commencé à être consignées par écrit : avec sa fascination de l’histoire, du Moyen Âge en particulier, et son attrait pour le mystère, celui de la foi et bien d’autres, l’époque était favorable 103, et de nombreux gens d’esprit se sont alors enthousiasmés pour les Templiers 104. Certaines traditions, toutefois, sont plus anciennes, dont, dès la période moderne, on peut identifier la trace. Dubuisson-Aubenay, qui accomplit en 1636 un grand périple en Bretagne, en a relaté deux dans son itinéraire. À Dinan, l’église des Dominicains aurait, à ce que l’on lui dit, appartenu aux Templiers, « de l’ordre desquels le vulgaire estime avoir été ces trois chevaliers qui étaient de la maison d’Angoulevent, très bonne jadis et à présent faillie », dont il a décrit les tombes 105. À Vannes, c’est l’église des Franciscains, située hors de la ville, dans le fief de Ker, que l’on attribuait aux Templiers, même si l’auteur ne cache pas les doutes que lui inspire cette idée : « d’aucuns veulent dire que c’était un temple et chapelle des Templiers, mais il n’y en a point de preuve 106 ». Dès le xviie siècle, des traditions liées au Temple ont donc existé en Bretagne, le cas échéant contestées, et elles ne semblent pas avoir été particulièrement négatives.

  • 107 Lascaux, Michel, Les Templiers en Bretagne, p. 23-28.
  • 108 Ainsi l’avait déjà souligné Guillotin de Corson, Amédée, Les Templiers en Bretagne et les Hospitali (...)
  • 109 Hersart de La Villemarqué, Théodore, Barzaz Breiz. Chants populaires de la Bretagne, p. 305.
  • 110 Gautier, Louis-Christian, Histoire des Templiers en Bretagne, p. 177-180.
  • 111 Guillotin de Corson, Amédée, Les Templiers en Bretagne et les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusal (...)

24Souvent, dans les traditions rapportées depuis le xixe siècle, les Templiers sont assimilés à des figures maléfiques. Ce sont ces fameux “moines rouges”, sur lesquels on a tellement écrit en Bretagne107. Aucun récit n’égale la ballade que Théodore Hersart de La Villemarqué entendit dans la paroisse de Nizon de la bouche d’une mendiante108 : contant la fin tragique de Katellig Moal, abusée par trois frères et miraculeusement vengée par l’enfant né de son viol, le gwerz des « Trois moines rouges » (An tri manac’h ruz) renverrait à un épisode situé, à la charnière des xiiie et xive siècles, sous l’épiscopat quimpérois d’Alain Morel 109. De tels récits ne sont pas propres à la Basse-Bretagne, et de semblables ont pu circuler en pays gallo, tel celui qu’a publié Louis-Christian Gautier, sur la base d’une collecte opérée à La Guerche par Michel Lascaux en 1974, mettant en scène, lui aussi, des Templiers criminels, idolâtres et voués à l’enfer 110. Contrairement à ce que l’on croit d’ordinaire, toutes les légendes sur le Temple en Bretagne ne sont pas négatives, ainsi qu’Amédée Guillotin de Corson l’avait déjà signalé, se faisant l’écho d’un récit favorable, attaché à Montbran, où le grand-maître en personne intervenait au secours d’un voleur repentant qui lui avait sauvé la vie 111. Terrible ou au contraire propice, la tradition prête d’abord aux Templiers une puissance et en fait de grands bâtisseurs, chapelles, églises, logis, voire châteaux leur étant souvent attribués.

La modestie du bâti conservé

  • 112 Boccard-Billon, Michèle, « L’architecture religieuse des Hospitaliers en Bretagne au Moyen Âge : un (...)
  • 113 Dailliez, Laurent, La France des Templiers, Paris, 1974.
  • 114 Guillotin de Corson, Amédée, Les Templiers en Bretagne et les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusal (...)

25Le bâti laissé par les Templiers en Bretagne a fait couler infiniment d’encre. Qui sait que Michèle Boccard-Billon, il y a douze ans, a interrompu un projet de recherche sur l’architecture de l’Hôpital dans le duché, faute de témoins archivistiques et monumentaux suffisants 112, devrait s’en étonner, le Temple étant aussi pauvrement doté que son homologue. Hélas, ceux qui exploitent la veine templière, dans le sillage très fréquenté de Laurent Dailliez 113, ne s’arrêtent pas à cela, et, en matière architecturale aussi, les traditions locales ont la vie dure : sans trop exagérer, l’on peut dire qu’en dehors des cathédrales, toutes les églises bretonnes susceptibles d’avoir été construites aux xiie et xiiie siècles – et parfois quelques autres – ont été attribuées aux frères. Prétendre lister les sanctuaires qui faussement ou, au mieux, sans preuve ont été tenus pour templiers n’aurait pas de sens. Aussi, avant d’analyser les vestiges assurés de l’ordre en Bretagne, ne ferai-je que dire un mot des causes de tant d’identifications erronées. Outre la confusion entre le Temple et l’Hôpital, qui a joué par exemple au Guerno, les principales tiennent au désir d’ajouter au prestige d’un édifice en le rattachant à l’ordre – Brélevenez, près de Lannion, Lanleff, Merlevenez, Loctudy et tant d’autres – ou, à l’inverse, à l’espoir, critiqué en son temps par Amédée Guillotin de Corson, d’attirer l’intérêt sur un monument peu connu, en en faisant la propriété des frères 114.

  • 115 Boccard-Billon, Michèle, « L’architecture religieuse des Hospitaliers en Bretagne au Moyen Âge », p (...)
  • 116 Gautier, Louis-Christian, Histoire des Templiers en Bretagne, p. 90 et 110.
  • 117 Berthou, Paul de, Clisson et ses monuments. Étude historique et archéologique, Nantes, 1910, p. 107 (...)
  • 118 Tillet, Louise-Marie, Bretagne romane, La-Pierre-Qui-Vire, 1982, p. 52-53.
  • 119 Ibidem, p. 64.
  • 120 Gautier, Louis Christian, Histoire des Templiers en Bretagne, p. 107-108.
  • 121 Demurger, Alain, Les Templiers. Une chevalerie chrétienne au Moyen Âge, p. 172.

26Face à une telle littérature, la réalité historique court le risque de décevoir. Les églises du Temple qui subsistent aujourd’hui en Bretagne ont presque toutes été reconstruites à l’initiative de l’Hôpital, entre le xve et le xviie siècle, dans le style flamboyant développé à partir de la fin de la guerre de Succession 115. Plusieurs, comme à Carentoir ou au Créac’h, pourraient abriter quelques vestiges antérieurs au xive siècle 116, mais deux seulement n’ont subi que des modifications minimes et se présentent dans un état proche de celui qui était le leur à l’époque des Templiers. Il s’agit des chapelles de Clisson et de la Nouée. L’une et l’autre sont des constructions romanes très simples. La Madeleine, à Clisson, remarquablement décrite au début du xxe siècle par Paul de Berthou 117, est un bel édifice, austère, composé d’une nef de trois travées voûtées en berceau brisé et d’un chevet en hémicycle dont le cul-de-four est précédé d’une travée droite ; des contreforts scandent l’extérieur, y compris sur la façade, surmontée d’un clocher-mur à deux baies en plein cintre couronné par un fronton triangulaire (fig. 7) 118. Saint-Jean Baptiste, à la Nouée, présente une nef de plan rectangulaire ouvrant sur une abside en hémicycle éclairée par une fenêtre étroite dont le linteau, solution assez rare d’après Louise-Marie Tillet, est taillé en plein cintre dans un seul bloc (fig. 8) 119. À Clisson comme à la Nouée, de restauration plus récente 120, les chapelles reflètent ce « style simple et fonctionnel » dont Alain Demurger a rappelé qu’il était la pratique du Temple 121.

Figure 7 – Vue générale de la chapelle templière de Clisson (cliché Chr. Renault)

Figure 7 – Vue générale de la chapelle templière de Clisson (cliché Chr. Renault)

Figure 8 – Vue générale de la chapelle de La Nouée (cliché Chr. Renault)

Figure 8 – Vue générale de la chapelle de La Nouée (cliché Chr. Renault)
  • 122 Gautier, Louis-Christian, Histoire des Templiers en Bretagne, p. 120.
  • 123 Guillotin de Corson, Amédée, Les Templiers en Bretagne et les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusal (...)
  • 124 Demurger, Alain, Les Templiers. Une chevalerie chrétienne au Moyen Âge, p. 163-164.
  • 125 Guillotin de Corson, Amédée, Les Templiers en Bretagne et les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusal (...)
  • 126 Ibidem, p. 180-181.
  • 127 Gautier, Louis-Christian, Histoire des Templiers en Bretagne, p. 108.

27Si le bâti religieux hérité des Templiers en Bretagne apparaît modeste, les traces de leurs édifices militaires et civils sont encore bien plus maigres. La tradition attribue aux frères plusieurs châteaux, comme le Mur, en Saint-Évarzec 122, mais cela relève de la légende, y compris à Montbran, où un établissement de l’ordre, qui fut peut-être une commanderie, est avéré. Certes, il existe, au-dessus du Frémur, une tour octogonale, actuellement en ruine, mais rien ne prouve qu’elle ait un lien quelconque avec les frères et qu’elle constitue, comme le laissait à entendre jadis Amédée Guillotin de Corson, le seul exemple d’édifice militaire que l’on puisse attribuer avec certitude aux Templiers en Bretagne 123. Les commanderies du duché, dénuées de fonctions militaires, étaient, on l’a dit, des centres d’exploitation, où, le plus souvent, un logis était associé à des bâtiments agricoles 124. De tels édifices, l’on ne conserve pratiquement plus de traces. Certains furent ruinés assez tôt, comme à la Caillibotière, dont, en 1681, il ne subsistait que de « vieilles murailles », et ils ont depuis totalement disparu 125. D’autres, comme à La Guerche, ont été profondément remaniés à l’initiative de l’Hôpital, essentiellement sous l’Ancien Régime, et il est vain de vouloir y trouver une mémoire du Temple 126, à l’instar de Louis-Christian Gautier, enclin à dater du xiie siècle la porte d’entrée du manoir de la Nouée d’après l’avis de l’actuel propriétaire des lieux 127.

De l’utilité d’une histoire fondée sur l’écrit

  • 128 Guillotin de Corson, Amédée, Les Templiers en Bretagne et les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusa (...)
  • 129 Aux Archives départementales de la Vienne, la documentation provenant des commanderies bretonnes es (...)

28Trop souvent, ce que l’on peut lire sur les Templiers en Bretagne, sur support imprimé ou électronique, procède de légendes et, peut-on dire, de racontars. Les traditions locales peuvent être utiles à qui s’intéresse au passé du Temple, à condition d’être mises en perspective et analysées de façon critique et équilibrée, mais l’histoire de l’ordre suppose d’être construite à partir de faits, et, à cet égard, l’écrit est indispensable. De Bretagne, d’ailleurs, les Templiers n’ont pas disparu sans laisser d’archives, même si ces dernières sont rares, notamment si l’on les compare avec celles des Mendiants, et conservées aujourd’hui en dehors des limites de l’ancien duché – ce qui n’aide pas à leur consultation par les auteurs pressés. Intégrés après 1312 au fonds du grand-prieuré hospitalier d’Aquitaine, les documents bretons du Temple ont été versés aux Archives départementales de la Vienne à la Révolution française 128. À Poitiers, ils restent aujourd’hui catalogués comme ils l’étaient au xviiie siècle, les actes se répartissant entre les quatre commanderies que l’Hôpital détenait alors en Bretagne, Carentoir, La Feuillée, La Guerche et Nantes, à l’exception de ceux de Clisson et des Biais, rattachés aux archives des maisons poitevines de Mauléon et Coudrie 129. C’est sur ce fonds, déjà fréquenté par les Mauristes durant l’Ancien Régime, que toute étude des Templiers en Bretagne doit prendre appui, d’utiles compléments existant à Paris et dans les dépôts locaux, riches parfois de sources de la fin du Moyen Âge et de l’époque moderne qui éclairent l’histoire plus ancienne.

  • 130 Barthélemy, Anatole de, et Geslin de Bourgogne, Jules, Anciens évêchés de Bretagne, t. VI, p. 148.
  • 131 Morice, Hyacinthe, Mémoires pour servir de preuves, t. I, col. 583.
  • 132 Tonnerre, Noël-Yves, « Le haut Moyen Âge », p. 71-73.
  • 133 Morice, Hyacinthe, Mémoires pour servir de preuves, t. I, col. 850-851.
  • 134 Si la chapelle n’apparaît pas dans les sources avant 1450 (Arch. dép. de la Vienne, 3H1 764), sa co (...)
  • 135 Barthélemy, Anatole de, et Geslin de Bourgogne, Jules, Anciens évêchés de Bretagne t. VI, p. 195-19 (...)
  • 136 Arch. dép. de la Vienne, 3H1 764, cité par Colin, François, « Templiers et Hospitaliers dans les vi (...)
  • 137 Ogée, Félix-François, « Notice sur l’ancienne chapelle des Templiers », p. 252-255.
  • 138 Pérot, Élisabeth, « Évolutions et traces des territoires / édifices religieux à Nantes du milieu du (...)
  • 139 Josserand, Philippe, « Templiers », dans Dictionnaire de Nantes, éd. par Alain Croix et al., à para (...)

29De l’intérêt de cette recherche en archives et en bibliothèques propre à mettre au jour des documents, y compris iconographiques, renseignant le passé templier breton, on a un bel exemple avec la commanderie de Nantes. Attestée pour la première fois en 1202 130, elle a été jusqu’à la chute de l’ordre la plus importante du duché. Construite sur un terrain, au Pré d’Anian, donné aux frères en 1141, dans le Bourg-Main appelé faubourg Saint-Nicolas 131, elle fut intégrée à la cité quand Pierre de Dreux, en 1222, développa l’enceinte urbaine sur la rive droite de l’Erdre 132. Les Templiers reçurent, pour prix de l’empiètement qu’ils acceptèrent, le droit d’appuyer leurs édifices au rempart, et l’on apprend, à cette occasion, que la commanderie, à l’intérieur d’un enclos, comprenait un logis et un cimetière, sans doute déjà associé à une chapelle 133. Vouée à sainte Catherine, celle-ci existait selon toute vraisemblance en 1277 134, lorsqu’un acte fit mention de la construction d’un cellier neuf et de travaux de rénovation en cours sur le logis 135. En 1415, les bâtiments, désormais passés à l’Hôpital, nécessitaient des réparations, et, six ans plus tard, le toit de la chapelle fut refait 136. Toutefois, à la fin du Moyen Âge, l’ancienne maison du Temple était déchue, et le souvenir même de sa chapelle, que l’on allait exhumer en 1825, lors du percement de l’actuelle rue d’Orléans (fig. 9), se perdit 137, l’Hôpital en faisant bâtir une nouvelle, elle-même démolie en 1771 avec les bâtiments adjacents, lorsque fut créé l’alignement qui forme aujourd’hui le quai Brancas 138. De nos jours, à Nantes, en dehors des noms des rues du Pré-Nian et Sainte-Catherine, il ne reste aucune mémoire templière, mais les écrits sont là, qui, en l’absence même de bâti, permettent de la faire revivre 139.

Figure 9 – Extrait du plan archéologique de Nantes par Henri Soreau (cliché Soc. Archéologique de Nantes et de Loire-Atlantique)

Figure 9 – Extrait du plan archéologique de Nantes par Henri Soreau (cliché Soc. Archéologique de Nantes et de Loire-Atlantique)

  • 140 Je rejoins ici la question posée par Demurger, Alain, « Histoire de l’historiographie des ordres re (...)
  • 141 Villeroux, Nicole, « Les Templiers en Bretagne », dans Sur les pas des Templiers en Bretagne, Norma (...)
  • 142 Ibidem, p. 66-67 : « La sacristie de la chapelle de Sainte-Marie du Menez-Hom porte le nom de Chamb (...)

30L’histoire des Templiers en Bretagne, dans la première décennie du xxie siècle, a avancé de façon substantielle et, comme le manifeste l’exemple de l’implantation de l’ordre à Nantes, elle peut continuer à le faire dans les années à venir. Aux historiens, il incombe la responsabilité, dans ce domaine comme dans d’autres, de divulguer le fruit de leurs recherches auprès du public. Peut-on souhaiter en retour que ce dernier sache distinguer entre les fictions, de tous ordres, et la réalité historique et qu’il accorde sa confiance aux spécialistes plutôt qu’aux charlatans 140 ? Dès qu’il s’agit du Temple – et en Bretagne, peut-être, plus qu’ailleurs –, les légendes, depuis le xixe siècle, sont promptes à courir. Dans bien des publications, imprimées ou électroniques, centrées sur les frères, l’ésotérisme reste présent. Aux supputations de Nicole Villeroux, écrivant « pour ceux qui peuvent soulever le voile et lire le silence des pierres 141 », qui s’interrogeait, voici trente ans, sur la présence du Baphomet, l’idole supposée des frères, au calvaire du Champ de la Croix rouge, en Plomodiern 142, répondent aujourd’hui les certitudes de bien des internautes. Et voici comment un monument, très postérieur au xive siècle, devient templier… La communication touristique est un autre fléau, et, à travers des supports qui ne cessent de se multiplier – brochures, ronds-points routiers ou portails informatiques – nombre de collectivités contribuent à brouiller et à fausser l’histoire des Templiers. Puissent ces pages constituer un jalon et susciter l’envie de mieux connaître le passé d’un ordre dont l’intérêt, en Bretagne comme ailleurs, devrait définitivement l’emporter sur l’attrait de l’occulte.

Haut de page

Notes

1 Demurger, Alain, Les Templiers. Une chevalerie chrétienne au Moyen Âge, Paris, 2005, p. 466-467.

2 Hersart de La Villemarqué, Théodore, Barzaz Breiz. Chants populaires de la Bretagne, Paris, 4e éd., 1846, p. 312.

3 Argentré, Betrand d’, Histoire de Bretagne, des rois, ducs, comtes et princes d’icelle, Rennes, 2 vol., 1582, et Daru, Pierre-Antoine, Histoire de Bretagne, Paris, 3 vol., 1826.

4 La Bigne-Villeneuve, Paul de, « Sur les possessions des Templiers en Bretagne », Bulletin archéologique de l’Association bretonne, 4 (1852), p. 188-202, et Barthélemy, Anatole de, « Chartes de Conan IV, duc de Bretagne, relatives aux biens de l’ordre du Temple et de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem », Bibliothèque de l’École des Chartes, 33 (1872), p. 445-456.

5 Guillotin de Corson, Amédée, Les Templiers et les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem en Bretagne, Nantes, 1902, rééd. Marseille, 1987, puis sous le titre Les Templiers en Bretagne et les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, Fouesnant, 2006. C’est à cette dernière édition, accessible à défaut d’être optimale, qu’il sera fait référence par la suite.

6 Cassard, Jean-Christophe, L’Orient des Bretons au Moyen Âge, Morlaix, 2007, et Colin, François, « Templiers et Hospitaliers en Bretagne du xiie au début du xive siècle. Histoire, historiographie et mythe », Mémoire de première année de master, Université de Nantes, 2007.

7 Guillotin de Corson, Amédée, Les Templiers en Bretagne et les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, p. 23.

8 Demurger, Alain, « Introduction au dossier : L’étude des ordres religieux-militaires en France : la fin de la marginalité ? », Cahiers de Recherches Médiévales. A Journal of Medieval Studies, 15 (2008), p. 169.

9 Martin, Hervé, Les Ordres mendiants en Bretagne (vers 1230-vers 1530), Paris, 1975, et Dufief, André, Les Cisterciens en Bretagne aux xiie et xiiie siècles, Rennes, 1997.

10 La matrice de ce travail, dépourvue d’appareil critique, est parue sous la forme d’un petit livre aux éditions Gisserot : Josserand, Philippe, Les Templiers en Bretagne, Paris, 2011. Je tiens à remercier vivement l’éditeur, et en particulier Christophe Renault, auteur des photographies de l’ouvrage, pour m’avoir autorisé à en reproduire un certain nombre ici.

11 Leroy, Thierry, Hugues de Payns, chevalier champenois, fondateur de l’ordre des Templiers, Troyes, 2001, p. 65-67.

12 Demurger, Alain, Les Templiers. Une chevalerie chrétienne au Moyen Âge, p. 51-66.

13 La Boutetière, Louis de, « Cartulaire de Coudrie », Archives historiques du Poitou, 2 (1873), p. 153-154, doc. 1.

14 Ibid., p. 155-158, doc. 2 : « in manu magistri Ugonis de Paganis ».

15 Demurger, Alain, Les Templiers. Une chevalerie chrétienne au Moyen Âge, p. 53.

16 Guillotin de Corson, Amédée, Les Templiers en Bretagne et les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, p. 28-29.

17 Barthélemy, Anatole de, et Geslin de Bourgogne, Jules, Anciens évêchés de Bretagne. Histoire et monuments, Saint-Brieuc, t. vi, 1879, p. 121-122.

18 Morice, Hyacinthe, Mémoires pour servir de preuves à l’histoire ecclésiastique et civile de Bretagne, Paris, t. i, 1742, col. 583, et Barthélemy, Anatole de, et Geslin de Bourgogne, Jules, Anciens évêchés de Bretagne, t. VI, p. 122-123.

19 Guillotin de Corson, Amédée, Les Templiers en Bretagne et les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, p. 28.

20 Leroy, Thierry, Hugues de Payns, p. 91.

21 On voit ce dignitaire intervenir pour la première fois en Champagne, en 1133 (Albon, Guigues d’, Cartulaire général de l’ordre du Temple (1119 ?-1150). Recueil des chartes et des bulles relatives à l’ordre du Temple, Paris, 1913, p. 43).

22 Tonnerre, Noël-Yves, « Le haut Moyen Âge (ve-xiiie siècles) », dans Histoire de Nantes, éd. par Paul Bois, Toulouse, 1977, p. 72.

23 Cassard, Jean-Christophe, La Bretagne des premiers siècles. Le Haut Moyen Âge, Paris, 1994, p. 79-84.

24 Morice, Hyacinthe, Mémoires pour servir de preuves, t. I, col. 836.

25 Arch. dép. de la Vienne, 3H1 764.

26 Colin, François, « Templiers et Hospitaliers en Bretagne », p. 34-36.

27 Jones, Michael, « Les Bretons et la croisade », Mémoires de la Société Historique et Archéologique de Bretagne, 61 (1994), p. 373-375.

28 Barthélemy, Anatole de, et Geslin de Bourgogne, Jules, Anciens évêchés de Bretagne, t. VI, p. 182.

29 Ibidem, p. 171.

30 La Boutetière, Louis de, « Cartulaire de Coudrie », p. 187-188, doc. 35.

31 Barthélemy, Anatole de, et Geslin de Bourgogne, Jules, Anciens évêchés de Bretagne, t. VI, p. 222.

32 Arch. dép. de la Vienne, registre 497 (terrier de la commanderie de La Guerche de 1776), p. 1608-1609 : « Noverit universitas vestra quod Hamelinus de Pinello, miles, ad religionem Templariorum transiens, assensu et concessione filii sui, Hugonis, dedit et concessit integre sine aliqua retentione dilectis fratribus monachis de Claro Monte et Templariis, pro salute animae suae et antecessorum suorum, quidquid habebat in decima de Verauceio, quam in parrochia de Argenteio possidebat ».

33 Carraz, Damien, L’ordre du Temple dans la basse vallée du Rhône (1124-1312). Ordres militaires, croisades et sociétés méridionales, Lyon, 2005, p. 133-187, et Id., « Les ordres militaires et hospitaliers : une “nouvelle religion” », dans Structures et dynamiques religieuses dans les sociétés de l’Occident latin (1179-1449), éd. par Jean-Michel Matz et Marie-Madeleine de Cevins, Rennes, 2010, p. 179-180 et 184-186.

34 La Boutetière, Louis de, « Cartulaire de Coudrie », p. 181, doc. 26 : « pro salute anime mee et redemptione anime fratris mei Bernardi, omniumque predecessorum meorum ».

35 Ibidem, p. 181-183, doc. 27 : « labentem mundum cito pretereuntem aspiciens et in meis bonis operibus nunquam confidens, sed de malis bonis actibus timens, pro adhipiscenda venia peccatorum meorum et pro remedio animarum patris et matris mee et tocius generis mei ».

36 Cassard, Jean-Christophe, L’Orient des Bretons au Moyen Âge, p. 116-133.

37 Jones, Michael, « Les Bretons et la croisade », p. 367-370.

38 Morice, Hyacinthe, Mémoires pour servir de preuves, t. i, col. 691.

39 Barthélemy, Anatole de, et Geslin de Bourgogne, Jules, Anciens évêchés de Bretagne, t. VI, p. 159-160.

40 Morice, Hyacinthe, Mémoires pour servir de preuves, t. i, col. 1185-1191, en particulier col. 1189.

41 Théry, Julien, « Procès des Templiers », dans Prier et combattre. Dictionnaire européen des ordres militaires au Moyen Âge, éd. par Nicole Bériou et Philippe Josserand, Paris, 2009, p. 743-751, et Id., « Une hérésie d’État. Philippe le Bel, le procès des “perfides Templiers” et la pontificalisation de la royauté française », Médiévales, 60 (2011), p. 157-186.

42 Guillotin de Corson, Amédée, Les Templiers en Bretagne et les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, p. 119.

43 Colin, François, « Templiers et Hospitaliers en Bretagne », p. 37-38.

44 Morice, Hyacinthe, Mémoires pour servir de preuves, t. i, col. 1216-1217 : « ad levandum, colligendum, exigendum et recipiendum omnia bona mobilia et immobilia quae fuerunt et erant Templariorum patriae Britanniae […] et ad concedendum domos ipsas, fructus, redditus et proventus ad firmam ».

45 Ibid., col. 1217 : « E est assavoir que les dous commissaires nommez en cest instrument, quand ils furent venus à Nantes pour cuider mettre à execution leur dite commission, furent chacez e boutez hors de Nantes vilainement par les bourgeois e autre gens notables demourans en icelle, disans que au roy n’apartenoit point avoir les biens d’iceux Templiers, ainçois apartenoient e estoient confisquez au duc de Bretaigne, leur prince e seigneur, e non à autre ».

46 Demurger, Alain, Les Templiers. Une chevalerie chrétienne au Moyen Âge, p. 448.

47 Michelet, Jules, Le procès des Templiers, Paris, t. ii, 1987, p. 82-85, 105-107 et 188-189.

48 Ibid., t. ii, p. 83 : « Clandestine recipiabantur, nullis presentibus nisi fratribus ordinis, ex quo credit quod per malos suspicio contra ordinem haberetur ».

49 Ibid., t. i, p. 199 : « Dixit se vidisse in domo dicti ordinis, civitatis Nannatensis, quod Thomas, claviger dicte domus, frater dicti ordinis, dabat interdum porcis bonum bladum et pauperibus panem de fulfure ».

50 Colin, François, « Templiers et Hospitaliers en Bretagne », p. 41.

51 Demurger, Alain, Les Templiers. Une chevalerie chrétienne au Moyen Âge, p. 467-473.

52 Guillotin de Corson, Amédée, Les Templiers en Bretagne et les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, p. 48, et Colin, François, et Josserand, Philippe, « Bretagne », dans Prier et combattre. Dictionnaire européen des ordres militaires au Moyen Âge, éd. par Nicole Bériou et Philippe Josserand, Paris, 2009, p. 175-176.

53 Une vision d’ensemble, demandant à être reprise, a été procurée jadis par Duval, Michel, « La dévolution des biens du Temple aux Hospitaliers en Bretagne », dans Actes du 97e Congrès national des Sociétés Savantes (Nantes, 1972). Assistance et assistés jusqu’au xvie siècle, Paris, 1979, p. 287-298.

54 Arch. nat. de France, M 1, n° 14, publ. par Roger, Jean-Marc, « La prise de possession par l’Hôpital des maisons du Temple en Poitou et en Bretagne (mai 1313) », Revue historique du Centre-Ouest, 7.2 (2008), p. 240-243, doc. 2. De cet acte, dont il existe une copie du milieu du xviiie siècle (Arch. nat. de France, MM 3, f° 91-97 v°), une transcription a également été procurée, à partir de cette dernière, par Colin, François, « Templiers et Hospitaliers en Bretagne », p. 200-206.

55 L’analyse de Colin, François, « Templiers et Hospitaliers en Bretagne », p. 44, amène à relativiser le point de vue de Duval, Michel, « La dévolution des biens du Temple aux Hospitaliers en Bretagne », dans Actes du 97e Congrès national des sociétés savantes. Philologie et histoire, Nantes, 1972, p. 287-298.

56 Arch. dép. de la Vienne, 3H1 781 : « une pièce de terre arable avec ses appartenances, que ladite Nobile avoit e avoir poet, comme elle disoit, ès champ que l’on apele le clos Arabie, entre le cortil Pierres le Barber, d’une part, e la fontayne au sinlz pères, d’autre, ès fes à l’Ospital, qui fut jadis au Temple ».

57 Gautier, Louis-Christian, Histoire des Templiers en Bretagne, Fouesnant, 2008, p. 51-52.

58 La première édition en a été faite par Morice, Hyacinthe, Mémoires pour servir de preuves, t. I, col. 638, sous le titre erroné de « charte du duc Conan iv pour les Templiers » que, quelque cent ans plus tard, La Bigne-Villeneuve, Paul de, « Sur les possessions des Templiers en Bretagne », p. 188-202, a permis de corriger.

59 Arch. dép. de la Vienne, 3H1 764.

60 Arch. nat. de France, J241/A, n° 26.

61 Barthélemy, Anatole de, « Chartes de Conan iv », p. 455.

62 Morice, Hyacinthe, Mémoires pour servir de preuves, t. I, col. 662-663.

63 Colin, François, « Quand l’historien doit faire confiance à des faux : les chartes confirmatives de Conan IV, duc de Bretagne, aux Templiers et aux Hospitaliers », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, 115.3 (2008), p. 33-55.

64 Guillotin de Corson, Amédée, Les Templiers en Bretagne et les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, p. 31.

65 Barthélemy, Anatole de, « Chartes de Conan iv », p. 455-456.

66 Colin, François, « Quand l’historien doit faire confiance à des faux », p. 44-46.

67 À un siècle de distance, le caractère essentiel du travail du chanoine a été souligné par Jones, Michael, « Les Bretons et la croisade », p. 378, et Cassard, Jean-Christophe, L’Orient des Bretons au Moyen Âge, p. 148.

68 Lascaux, Michel, Les Templiers en Bretagne, Rennes, 1979.

69 Gautier, Louis-Christian, Histoire des Templiers en Bretagne, p. 58.

70 Colin, François, « Templiers et Hospitaliers en Bretagne », p. 59-65.

71 Colin, François, et Josserand, Philippe, « Bretagne », p. 175.

72 La Boutetière, Louis de, « Cartulaire de Coudrie », p. 161, doc. 6.

73 Ibidem, p. 172-174 et 209-210, doc. 19 et 61, et Barthélemy, Anatole de, et Geslin de Bourgogne, Jules, Anciens évêchés de Bretagne, t. vi, p. 176.

74 Arch. dép. de la Vienne, 3H 729 bis (registre de vingt-huit folios), publ. par Le Sauce, Xavier, « La commanderie de Clisson au Moyen Âge. Étude d’un établissement templier et hospitalier du duché de Bretagne (xiie-xve siècle) », Mémoire de première année de master, Université de Nantes, 2006, t. II, p. 5-29.

75 La Boutetière, Louis de, « Cartulaire de Coudrie », p. 172-174, en particulier p. 173, doc. 19 : « Dominus Archodius Templariis concessit nuundinas suas domus dau Bierz, quas per violentiam illis abstulerat, ut in ipso loco restitueret ac in die dominica ante Ascensionem Domini faceret residere ; atque per octonos dies post et antea alteras nundinas in tota terra sua non coadunaret, per quas prefate nundine pejores essent, quia fratres Templi de dono Constancie, comitisse Britannie, has nundinas habuisse referebant ».

76 Laurent, Jeanne, Un monde rural en Bretagne au xve siècle : la quévaise, Paris, 1972, p. 168-169 et 180.

77 Colin, François, « Templiers et Hospitaliers en Bretagne », p. 81-84.

78 Guillotin de Corson, Amédée, Les Templiers en Bretagne et les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, p. 193.

79 Colin, François, « Templiers et Hospitaliers dans les villes de l’ouest de la France (xiie-xve siècle) », Mémoire de deuxième année de master, Université de Nantes, 2008, t. I, p. 57.

80 Le Sauce, Xavier, « La commanderie de Clisson au Moyen Âge », t. I, p. 37.

81 Arch. dép. de la Vienne, 3H 764 (dans un vidimus de l’official d’Angers du 11 juin 1413).

82 Demurger, Alain, Les Templiers. Une chevalerie chrétienne au Moyen Âge, p. 116-129.

83 Ibidem, p. 147-151.

84 Blanchard, René, Cartulaire des sires de Rays, Poitiers, t. II, 1899, p. 221-222, doc. 203.

85 Arch. dép. de la Vienne, 3H1 784.

86 Barthélemy, Anatole de, et Geslin de Bourgogne, Jules, Anciens évêchés de Bretagne, t. VI, p. 206-207.

87 Luttrell, Anthony, « The Election of the Templar Master Jacques de Molay », dans The Debate on the Trial of the Templars (1307-1314), éd. par Jochen Burgtorf, Paul Crawford et Helen Nicholson, Farnham, 2010, p. 21-31.

88 Josserand, Philippe, « Commanderie », dans Prier et combattre. Dictionnaire européen des ordres militaires au Moyen Âge, éd. par Nicole Bériou et Philippe Josserand, Paris, 2009, p. 245-246.

89 Colin, François, « Templiers et Hospitaliers en Bretagne », p. 97-100.

90 Barthélemy, Anatole de, et Geslin de Bourgogne, Jules, Anciens évêchés de Bretagne, t. VI, p. 148.

91 Le Sauce, Xavier, « La commanderie de Clisson au Moyen Âge », p. 17-18.

92 Rien ne permet d’étayer la datation de Duru, André, « Templiers, Hospitaliers et Vraie Croix de Saint-Père en Retz », Bulletin de la Société des Historiens du Pays de Retz, 4 (1984), p. 62, faisant remonter l’établissement templier à la fin du xiie siècle.

93 Lisle du Dreneuc, Pitre de, Catalogue du Musée Archéologique de Nantes, Nantes, 1903, p. 163.

94 Barthélemy, Anatole de, et Geslin de Bourgogne, Jules, Anciens évêchés de Bretagne, t. VI, p. 172.

95 Colin, François, « Templiers et Hospitaliers en Bretagne », p. 99-100.

96 Déceneux, Marc, « Le grand calvaire breton. Une formule née dans le haut pays », Ar Men, 132 (2003), p. 34-35.

97 Michelet, Jules, Le procès des Templiers, t. II, p. 82 et 105.

98 Cassard, Jean-Christophe, L’Orient des Bretons au Moyen Âge, p. 147.

99 Burgtorf, Jochen, The Central Convent of Hospitallers and Templars. History, Organization, and Personnel (1099/ 1120-1310), Leyde, 2008, p. 47-48 et 439, et Meuret, Jean-Claude, « Au cœur de la marche bretonne, l’ascension et le démantèlement d’une grande châtellenie, La Guerche-Pouancé (milieu xie-milieu xiiie siècle) », dans : Le pouvoir et la foi au Moyen Âge en Bretagne et dans l’Europe de l’Ouest. Mélanges en mémoire du professeur Hubert Guillotel, éd. par Joëlle Quaghebeur et Sylvain Soleil, Rennes, 2010, p. 645-647. Il est à souligner cependant que le premier des deux dignitaires, connu seulement à travers sa pierre tombale, dépourvue de date (De Sandoli, Sabino, Corpus inscriptionum crucesignatorum Terrae Sanctae (1099-1291), Jérusalem, 1974, p. 256-257, doc. 346), est appelé Hugues Salomon du Quiliou par Claverie, Pierre-Vincent, L’ordre du Temple en Terre sainte et à Chypre au xiiie siècle, Nicosie, t. II, 2005, p. 78-79, et situé surtout un siècle plus tard dans la chronologie, à partir de l’affirmation de Clermont-Ganneau, Charles, Matériaux inédits pour servir à l’histoire des croisades. Fasc. 5 : nouveaux monuments des croisés recueillis en Terre sainte, Paris, 1884, p. 8.

100 Bouchart, Alain, Grandes chroniques de Bretaigne, éd. de Marie-Louise Auger et Gustave Jeanneau, Paris, t. ii, 1986, p. 25.

101 Morice, Hyacinthe, Mémoires pour servir de preuves, t. I, col. 1217.

102 À ce sujet, il me semble nécessaire de faire preuve de plus de réserve que Colin, François, « Templiers et Hospitaliers en Bretagne », p. 38, et Gautier, Louis Christian, Histoire des Templiers en Bretagne, p. 130-131 et 172, trop prompts à suivre l’opinion traditionnelle, incarnée entre autres par Macé de Vaudoré, Jean-François de, Dictionnaire historique, géographique et topographique de Nantes et de l’ancien comté nantais, Nantes, 1836, p. 145.

103 Guiomar, Jean-Yves, Le Bretonisme. Les historiens bretons au xixe siècle, Rennes, 1987, p. 79-82.

104 La Poix de Fréminville, Christophe-Paulin de, « Notice sur quelques monuments de l’ordre des Templiers dans le département des Côtes-du-Nord », Mémoires de la Société Nationale des Antiquaires, 15 (1840), p. 343-344 : « Tout ce qui est relatif à l’histoire de l’ordre du Temple, de cet ordre si justement célèbre par sa gloire et ses malheurs, doit fortement intéresser les personnes qui se livrent à des études historiques relatives à notre patrie. Aussi, dans mes actives investigations de l’ancienne province de Bretagne, je me suis attaché d’une manière toute spéciale à recueillir tous les souvenirs, à examiner tous les monuments qui pouvaient concerner plus ou moins directement l’histoire des chevaliers du Temple. »

105 La Bretagne d’après l’Itinéraire de monsieur Dubuisson-Aubenay, éd. par Alain Croix et al., Rennes, PUR, 2006, p. 225.

106 Ibidem, p. 437.

107 Lascaux, Michel, Les Templiers en Bretagne, p. 23-28.

108 Ainsi l’avait déjà souligné Guillotin de Corson, Amédée, Les Templiers en Bretagne et les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, p. 324.

109 Hersart de La Villemarqué, Théodore, Barzaz Breiz. Chants populaires de la Bretagne, p. 305.

110 Gautier, Louis-Christian, Histoire des Templiers en Bretagne, p. 177-180.

111 Guillotin de Corson, Amédée, Les Templiers en Bretagne et les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, p. 327-329.

112 Boccard-Billon, Michèle, « L’architecture religieuse des Hospitaliers en Bretagne au Moyen Âge : une étude à entreprendre ? », Bulletin de la Société archéologique du Finistère, 129 (2000), p. 87-96.

113 Dailliez, Laurent, La France des Templiers, Paris, 1974.

114 Guillotin de Corson, Amédée, Les Templiers en Bretagne et les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, p. 302-303, s’est ainsi notablement distancié pour la chapelle de Penesclus de la position de Cayot-Délandre, François-Marie, Le Morbihan, son histoire et ses monuments, Vannes, 1847, p. 226, qui écrivait : « On entre à Muzillac par le faubourg de Penesclus, dont la chapelle délabrée n’attirerait pas les regards du voyageur, s’il ne savait qu’elle passe pour avoir appartenu aux Templiers. »

115 Boccard-Billon, Michèle, « L’architecture religieuse des Hospitaliers en Bretagne au Moyen Âge », p. 89.

116 Gautier, Louis-Christian, Histoire des Templiers en Bretagne, p. 90 et 110.

117 Berthou, Paul de, Clisson et ses monuments. Étude historique et archéologique, Nantes, 1910, p. 107-119.

118 Tillet, Louise-Marie, Bretagne romane, La-Pierre-Qui-Vire, 1982, p. 52-53.

119 Ibidem, p. 64.

120 Gautier, Louis Christian, Histoire des Templiers en Bretagne, p. 107-108.

121 Demurger, Alain, Les Templiers. Une chevalerie chrétienne au Moyen Âge, p. 172.

122 Gautier, Louis-Christian, Histoire des Templiers en Bretagne, p. 120.

123 Guillotin de Corson, Amédée, Les Templiers en Bretagne et les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, p. 192-193.

124 Demurger, Alain, Les Templiers. Une chevalerie chrétienne au Moyen Âge, p. 163-164.

125 Guillotin de Corson, Amédée, Les Templiers en Bretagne et les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, p. 194.

126 Ibidem, p. 180-181.

127 Gautier, Louis-Christian, Histoire des Templiers en Bretagne, p. 108.

128 Guillotin de Corson, Amédée, Les Templiers en Bretagne et les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, p. 23, et Colin, François, « Templiers et Hospitaliers en Bretagne », p. 8.

129 Aux Archives départementales de la Vienne, la documentation provenant des commanderies bretonnes est classée de la sorte : Carentoir (3H1, cartons 300-318 et registres 400-404), La Feuillée (3H1, cartons 464-466 et registres 443-450), La Guerche (3H1 579-621 et registres 494-498) et Nantes (3H1, cartons 764-793 et registres 525-557) ; à cela s’ajoutent les actes issus des établissements des Biais (3H1, cartons 408-418 et registre 421 bis) et de Clisson (3H1 cartons 729-748 et registres 525-527), dépendant, à la fin de l’Ancien Régime, de Coudrie et de Mauléon. Pour la période templière, on ne dispose que de sources réduites, intéressant La Guerche (3H1 carton 579 et registre 497), Nantes (3H1, cartons 764, 774, 781, 784 et 790 et registre 541) et Clisson (3H1, carton 729).

130 Barthélemy, Anatole de, et Geslin de Bourgogne, Jules, Anciens évêchés de Bretagne, t. VI, p. 148.

131 Morice, Hyacinthe, Mémoires pour servir de preuves, t. I, col. 583.

132 Tonnerre, Noël-Yves, « Le haut Moyen Âge », p. 71-73.

133 Morice, Hyacinthe, Mémoires pour servir de preuves, t. I, col. 850-851.

134 Si la chapelle n’apparaît pas dans les sources avant 1450 (Arch. dép. de la Vienne, 3H1 764), sa construction date du xiiie siècle, d’après Ogée, Félix-François, « Notice sur l’ancienne chapelle des Templiers », Le Lycée armoricain, 3.2 (1825), p. 254.

135 Barthélemy, Anatole de, et Geslin de Bourgogne, Jules, Anciens évêchés de Bretagne t. VI, p. 195-196.

136 Arch. dép. de la Vienne, 3H1 764, cité par Colin, François, « Templiers et Hospitaliers dans les villes de l’ouest de la France », t. I, p. 31.

137 Ogée, Félix-François, « Notice sur l’ancienne chapelle des Templiers », p. 252-255.

138 Pérot, Élisabeth, « Évolutions et traces des territoires / édifices religieux à Nantes du milieu du xviiie siècle à nos jours », Mémoire de DEA, Université de Versailles–Saint-Quentin-en-Yvelines et École d’architecture de Versailles, 2005, p. 32 et 37.

139 Josserand, Philippe, « Templiers », dans Dictionnaire de Nantes, éd. par Alain Croix et al., à paraître en 2013.

140 Je rejoins ici la question posée par Demurger, Alain, « Histoire de l’historiographie des ordres religieux-militaires de 1500 à nos jours », dans Prier et combattre. Dictionnaire européen des ordres militaires au Moyen Âge, éd. par Nicole Bériou et Philippe Josserand, Paris, 2009, p. 45-46.

141 Villeroux, Nicole, « Les Templiers en Bretagne », dans Sur les pas des Templiers en Bretagne, Normandie et Pays de Loire, éd. par Michel Dumontier, Nicole Villeroux, Georges Bernage et Thierry Barreau, Paris, 1980, p. 60.

142 Ibidem, p. 66-67 : « La sacristie de la chapelle de Sainte-Marie du Menez-Hom porte le nom de Chambre des moines rouges (Kambr ar venec’h ru). Plus loin, on trouve le Champ de la croix rouge (Park ar groaz ru). Le calvaire qui s’élève dans l’enclos de Sainte-Marie est curieusement orienté : le crucifié est face au couchant et le Christ en majesté face au levant. Au Champ de la croix rouge, sur le calvaire, un ange présente la Sainte Face au levant : est-ce le Saint-Suaire ? la tête qu’auraient adorée les Templiers ? ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – La chapelle de la commanderie de Coudrie (cliché Chr. Renault)
URL http://journals.openedition.org/abpo/docannexe/image/2488/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 733k
Titre Figure 2 – La charte de Conan III, de 1141, donnant aux Templiers l’île de la Hanne (cliché J.-M. Roger)
URL http://journals.openedition.org/abpo/docannexe/image/2488/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Titre Figure 3 – Carte des biens du Temple d’après la donation supposée de 1182 (d’après Fr. Colin)
URL http://journals.openedition.org/abpo/docannexe/image/2488/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 451k
Titre Figure 4 – Carte de l’implantation des ordres militaires en Bretagne (d’après Prier et combattre)
URL http://journals.openedition.org/abpo/docannexe/image/2488/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 579k
Titre Figure 5 – Dessin du sceau de frère Robert retrouvé aux Biais (d’après F. Parenteau)
URL http://journals.openedition.org/abpo/docannexe/image/2488/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 652k
Titre Figure 6 – Le calvaire des Templiers de Saint-Maudez (cliché Chr. Renault)
URL http://journals.openedition.org/abpo/docannexe/image/2488/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Titre Figure 6 bis – Le calvaire des Templiers de Saint-Maudez (cliché Chr. Renault)
URL http://journals.openedition.org/abpo/docannexe/image/2488/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 808k
Titre Figure 7 – Vue générale de la chapelle templière de Clisson (cliché Chr. Renault)
URL http://journals.openedition.org/abpo/docannexe/image/2488/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 682k
Titre Figure 8 – Vue générale de la chapelle de La Nouée (cliché Chr. Renault)
URL http://journals.openedition.org/abpo/docannexe/image/2488/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 676k
Titre Figure 9 – Extrait du plan archéologique de Nantes par Henri Soreau (cliché Soc. Archéologique de Nantes et de Loire-Atlantique)
URL http://journals.openedition.org/abpo/docannexe/image/2488/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 995k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Josserand, « Les Templiers en Bretagne au Moyen Âge : mythes et réalités », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 119-4 | 2012, 7-33.

Référence électronique

Philippe Josserand, « Les Templiers en Bretagne au Moyen Âge : mythes et réalités », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 119-4 | 2012, mis en ligne le 31 décembre 2014, consulté le 20 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/abpo/2488 ; DOI : 10.4000/abpo.2488

Haut de page

Auteur

Philippe Josserand

Maître de conférences en histoire du Moyen Âge, Université de Nantes, CRHIA

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page