Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Dictionnaire des corsaires et pirates

Olivier Chaline
p. 196-197
Référence(s) :

Buti, Gilbert, Hrodej, Philippe (dir.), Dictionnaire des corsaires et pirates, Paris, CNRS éditions, 2013, 990 p.

Texte intégral

1À la tête d’un équipage qui n’est pas de forbans (et qu’on découvre au fil des notices avant que son rôle soit donné in fine), Gilbert Buti et Philippe Hrodej nous livrent, sous la forme d’un dictionnaire comptant presque 600 entrées, le fruit d’une patiente enquête portant sur une vaste époque moderne, du xvie au début du xixsiècle. Même si l’écho de l’actualité marquée par le réveil de la piraterie çà et là sur les mers du globe retentit dans ce volume, il a été sage de ne pas vouloir y inclure les temps contemporains qui apparaissent toutefois avec des entrées sur la Somalie des années 1990-2012, le détroit de Malacca ou encore le golfe de Guinée. Le propos est déjà fort ambitieux puisqu’il s’agit, nous disent les deux directeurs, de « saisir le rôle historique de la course, de la piraterie et de la flibuste en pointant les espaces qui ont été les plus florissants, les terrains de chasse les mieux pourvus et les périodes les plus fertiles, en restituant des parcours individuels et collectifs, connus ou non, en réveillant des “dynasties”, comme celle des Doria, et en suivant des ‘météores aux réussites fulgurantes’ à l’image de Noël Danycan ».

2La diversité des entrées rend bien compte de ce programme. Aux notices biographiques très nombreuses et attendues sur des célébrités aux parcours exceptionnels ou des inconnus que leur absence de notoriété n’empêche pas d’être représentatifs, s’en ajoutent d’autres portant sur des ports, des îles ou zones géographiques, voire sur des objets (pavillons pirates et corsaires). Ce dictionnaire a aussi l’avantage de fournir un glossaire bien venu, un catalogue des sources (imprimées et manuscrites) ainsi qu’une bibliographie substantielle et classée par périodes puis siècles pour les temps modernes. Autant dire que l’on dispose d’un véritable instrument de travail paré pour être utilisé aussi bien par des chercheurs que par les passionnés d’histoires de corsaires ou de pirates.

3Les cartes données dès le début du volume, font bien saisir que la scène est le monde, toutes les mers et tous les océans sont pris en compte, avec des articles synthétiques apportant une information parfois difficile à trouver, ainsi sur Londres ou sur la mer de Sulu. On regrettera simplement qu’il n’y ait pas un système de renvoi, par exemple par des numéros, vers les ouvrages cités dans la bibliographie. Le souci de ne rien manquer d’essentiel a parfois conduit les maîtres d’œuvre à se charger eux-mêmes de notices pour lesquelles ils avaient pu peiner à trouver un auteur, ainsi Philippe Hrodej nous donne-t-il un article sur le port adriatique de Senj (Segna), un des points de départ des Uscoques contre le commerce vénitien ainsi qu’un autre sur la sitch des cosaques zaporogues qui, depuis le Dniepr, opéraient en Mer Noire au xviie siècle.

4Le parti a été pris de traiter le phénomène de l’insécurité maritime à l’époque moderne dans sa globalité, quels qu’en aient été les modalités et les acteurs. Course, flibuste et piraterie se trouvent donc envisagées comme autant de facettes d’une même réalité. Aussi ne faut-il pas être surpris outre mesure de trouver des voisinages peut-être quelque peu inattendus entre des capitaines corsaires issus de respectables familles malouines et des gens objectivement de sac et de corde qui finissent parfois pendus, entre le cardinal de Richelieu et des renégats installés en Afrique du Nord, entre des officiers de la marine royale et des négriers… La lutte contre la piraterie n’est pas absente de ce volume, comme en témoigne, par exemple, la notice consacrée à Stephen Decatur, le héros de l’US Navy contre les Barbaresques au début du xixe siècle. Les gagnants, au premier rang desquels quelques illustres lignées malouines, voisinent avec des perdants, victimes du bras de Thémis ou laissés invalides, tel ce Mathieu Delarue, granvillais qui survit, aveugle et muet, le visage broyé dissimulé par un masque de métal…

5Au-delà des fortunes de mer et des campagnes réussies, des violences infligées ou subies, beaucoup d’entrées, notamment celles sur des ports mais aussi certaines davantage biographiques, nous conduisent vers la place de ces activités prédatrices dans la vie des économies et des sociétés comme vers les liens qu’elles entretiennent avec les États et leurs instruments militaires. Placements (de reconversion ou non), occasions de promotion sociale ou de rétablissement d’une position compromise (René-Auguste de Chateaubriand a sa notice), choix stratégiques articulant escadres et guerre au commerce sont autant d’aspects, aujourd’hui mieux connus grâce à des décennies de recherches, sur lesquels ce substantiel dictionnaire ouvre des perspectives. Par les quelques remarques formulées dans l’introduction, il appelle une réflexion renouvelée sur le rapport entre la violence (ici sous la forme de la prédation, avec ou sans guerre) et les affaires. Dans cette direction, le récent ouvrage de David Parrott, The Business of War. Military Entreprise and Military Revolution in Early Modern Europe, Cambridge, Cambridge University Press, 2012, qui a toute une dimension maritime avec des personnages et des groupes que l’on retrouve dans le Dictionnaire, pourrait permettre d’aller plus avant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Chaline, « Dictionnaire des corsaires et pirates », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 121-1 | 2014, 196-197.

Référence électronique

Olivier Chaline, « Dictionnaire des corsaires et pirates », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 121-1 | 2014, mis en ligne le 27 mars 2014, consulté le 21 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/abpo/2749

Haut de page

Auteur

Olivier Chaline

Université Paris IV

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page