Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Le mouchoir rouge Cholet

Anne Rolland-Boulestreau
p. 198
Référence(s) :

Chevalier Jean-Joseph, Le mouchoir rouge Cholet, Histoire d’un tissu à message(s), Saint-Jean-des-Mauvrets, Éditions du Petit Pavé, 2013, 111 p.

Texte intégral

1Le mouchoir rouge de Cholet, tissu du quotidien par définition, n’a jamais fait l’objet d’une étude historique. C’est chose faite aujourd’hui, grâce à Jean-Joseph Chevalier, déjà connu pour ses ouvrages sur l’histoire de l’industrie choletaise.

2Dans un court ouvrage, mêlant témoignages, archives et illustrations de belle facture, il retrace cette naissance historique devenue réalité économique. C’est la marquise de La Rochejaquelein qui, dans ses Mémoires largement diffusées au xixe siècle, décrit Henri de La Rochejaquelein toujours vêtu de ces petits mouchoirs qui furent alors durablement associés à la guerre de Vendée. Peu à peu, la culture régionale en a fait le symbole de la réussite choletaise : Botrel d’abord, avec sa chanson en 1897, célébrant un soldat de 1793 et récupérée par les cercles royalistes (p. 24) ; Lanceleur et Joguet ensuite, deux industriels au tournant du siècle, qui espèrent des retombées économiques de la fabrication de ce mouchoir rouge, devenu peu à peu un « produit dérivé d’un succès musical », comme l’écrit Jean-Joseph Chevalier (p. 39). Il est le cadeau que l’on offre lors des grandes manifestations sportives, musicales ou politiques. L’antonomase est la preuve que la greffe est réussie : les « mouchoirs rouges » deviennent tout simplement les « cholets ». Le folklore n’est pas loin, quand on y ajoute les portraits de chefs vendéens, et plus seulement celui de « Monsieur Henri ».

3À partir de 1965, sous l’action du nouveau maire de Cholet, Maurice Ligot (1965-1995), on imprime sur le mouchoir rouge les inaugurations de bâtiments choletais, tels le nouveau foirail, la nouvelle bibliothèque et même le boulevard périphérique (cf. la photo p. 70) : le mouchoir est un support nouveau qui permet de retracer ainsi les grandes étapes du développement de la ville. Comme tout élément folklorique, très répandu, le danger qui guette ce tissu est la « ringardise », et selon Jean-Joseph Chevalier, le successeur de Maurice Ligot, Gilles Bourdouleix, l’a nettement moins mis en valeur pour les grandes manifestations locales. Pour autant tous les amateurs de baskett-ball se souviennent de cette immense toile aux couleurs du mouchoir, déployée lors de la finale du championnat de France de 2011. Il est devenu indissociable d’une ville et d’un territoire. Pour finir, Jean-Joseph Chevalier montre comment ce mouchoir rouge de Cholet, dont les dimensions, les couleurs en disent déjà long sur ses usages, est devenu un vecteur de communication à lui tout seul. Il retrace toute une histoire du Choletais, dans un style agréable et une documentation variée et de qualité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Rolland-Boulestreau, « Le mouchoir rouge Cholet », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 121-1 | 2014, 198.

Référence électronique

Anne Rolland-Boulestreau, « Le mouchoir rouge Cholet », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 121-1 | 2014, mis en ligne le 27 mars 2014, consulté le 26 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/abpo/2752

Haut de page

Auteur

Anne Rolland-Boulestreau

Université Rennes 2

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page