Navigation – Plan du site
Articles

Du breton mondain

Ronan Calvez
p. 135-153

Résumés

Au xviiie siècle, en Basse-Bretagne, il existe une production littéraire profane qui est restée principalement manuscrite : la littérature du breton mondain.

Réfléchir sur ce breton mondain oblige à revoir l’histoire des pratiques langagières des siècles précédents : en effet, il n’y a pas d’un côté le peuple ne parlant que le breton, et de l’autre la noblesse ou la bourgeoisie ne pratiquant que le français. Cela oblige également à relire la littérature du breton d’avant le siècle des Lumières : ainsi, une pratique culturelle de distinction peut aisément être mise en lumière.

Au xviiie siècle, à l’usage de la langue bretonne par une couche de la population aisée et cultivée correspond une expression littéraire inédite. Celle-ci se caractérise notamment par l’irruption du je : les auteurs, le plus souvent anonymes, font entendre, avec allégresse, les élans et les émois de leur corps et de leur cœur. Cette littérature confirme alors une certaine forme de désacralisation de la société bas-bretonne et témoigne d’une forte progression du mouvement émancipateur moderne qui trouve un écho réel en breton.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologie :

XVIIIe siècle

Noms de lieux :

Bretagne
Haut de page

Texte intégral

  • 1 « Je hais la peine, j’aime le plaisir » : Kerenveyer, « Satire », dans Ar farvel göapaër. Le bouffo (...)

Cassal à ran poan,
caret à ran ebat
1.

  • 2 Voir par exemple Le Gallo, Yves, « Bretagne, le sursaut d’un destin manqué », préface à Elégoët, Lo (...)
  • 3 Sur l’ambiguïté de cette formulation, voir Certeau, Michel de, en collaboration avec Julia, Dominiq (...)
  • 4 Voir, par exemple, l’essai de la Villemarqué, « Le théâtre chez les nations celtiques » introduisan (...)
  • 5 Voir Bernard, Daniel, « Les prêtres et le breton aux xviie et xviiie siècles », Bulletin de la Soci (...)

1Dans le cadre des études historiques, la langue bretonne est fort peu abordée et l’idée reçue la mieux partagée est que, depuis la fin des invasions normandes, les élites parlent français et le bas-peuple, breton2 – ce qui en fait, par nature, une langue populaire3. Dans le cadre des études littéraires, la production en breton du siècle des Lumières est habituellement présentée comme négligeable, voire insignifiante4 : le xviiie siècle littéraire breton, c’est le vide ou presque, et ce qui est parvenu jusqu’à nous de cette période est la dégénérescence ou la forme populaire d’une production savante issue d’un âge d’or mythique doté d’un prestige magique5.

2Cependant, au xviiie siècle, à côté de la littérature religieuse, il existe une production autre qui est restée principalement manuscrite : je veux parler de la littérature mondaine. La mettre en lumière n’oblige pas seulement à la caractériser ; cela pousse aussi à revoir l’histoire de la littérature et celle des pratiques langagières des siècles précédents.

Les pratiques du breton

3Afin d’appréhender l’histoire du breton, il est nécessaire d’entendre celle de ses locuteurs.

Une langue de communication

  • 6 Voir Le Berre, Yves, « La littérature moderne en langue bretonne ou les fruits oubliés d’un amour d (...)

4Au xie siècle, lorsque la Bretagne retrouve un climat pacifié après les ravages occasionnés par les Vikings et autres Normands, se met en place, comme partout en Europe, une féodalité qui va profiter à une classe nobiliaire francisée. Ainsi, dès 1213, le duché a un capétien à sa tête et la langue de l’administration ducale est française, après avoir été latine, avant même l’édit de Villers-Cotterêts signé par François Ier. Les hauts lieux de cette administration, ainsi que ceux de la cour ducale, se trouvent en Haute-Bretagne. Néanmoins, il existe aussi une classe nobiliaire en Basse-Bretagne, et il est difficile d’imaginer des nobles ruraux ne maîtrisant pas la langue bretonne pratiquée par la très grande majorité de la population des campagnes. Datant du xve siècle, les premiers écrits en breton parvenus jusqu’à nous sont certainement composés par les membres des ordres mendiants, nouvellement créés : ces derniers, porteurs d’une nouvelle spiritualité qui essaime en Europe, vivent de la charité. Mais qui est susceptible de leur commander poèmes mystiques et mystères religieux et de verser des dons substantiels et suffisants pour leur permettre de fonder des maisons ? Ce sont bien sûr les membres de la bourgeoisie des villes, ces nouveaux riches qui ont profité de l’essor du commerce maritime, ainsi que la noblesse6.

  • 7 Voir Nassiet, Michel, « Noblesse et paysannerie en Bretagne aux xvie et xviie siècles : familiarité (...)
  • 8 Voir Croix, Alain, L’Âge d’or de la Bretagne 1532-1675, Rennes, éditions Ouest-France, 1993, p. 214
  • 9 Voir Bourdieu, Pierre, Ce que parler veut dire. L’économie des échanges linguistiques, Paris, Fayar (...)
  • 10 Cité par Croix, Alain, L’Âge d’or de la Bretagne…, op. cit., p. 428.
  • 11 Ibidem, p. 120.
  • 12 Ibid., p. 218-219.

5La pénétration de l’administration royale à l’intérieur de la province de Bretagne et le développement des charges royales vont gagner au français la grande noblesse et la bourgeoisie. Concrètement, cette francisation va se faire principalement dans les collèges jésuites, installés en 1620 à Quimper, en 1630 à Vannes, dispensateurs d’un excellent enseignement profane et religieux, et diffuseurs des modèles classiques, latin et français. Mais pour autant, cette francisation n’implique pas systématiquement une débretonnisation. En effet, pour certains nobles ruraux, le breton est une nécessité pour au moins deux raisons : d’une part, c’est la langue parlée par les paysans qui travaillent sur leurs terres et le breton est nécessaire à l’intercompréhension ; d’autre part, maîtriser le breton, c’est s’assurer d’un pouvoir symbolique, et par là économique, sur ces mêmes paysans. À une époque où la paysannerie et la noblesse étaient membres d’une même communauté7 et dans un temps où l’individu n’avait véritablement d’existence qu’au sein d’une collectivité8, les stratégies de condescendance9 étaient certainement courantes. Ainsi, le comte de Souvigny, lieutenant général des armées du roi, de passage à Plounéventer en 1626 ou 1627, assiste, avec ses compagnons et leur hôtesse Madame de Brézal, à une fête organisée par un prêtre pour sa première messe. Et de conter sa stupéfaction et celle de ses compagnons « quand nous eûmes vu l’appareil du festin, sous une feuillée longue de plus de deux cents pas, à double rang de tables, et tout au bout celle qui étoit préparée pour madame de Brézal, ses demoiselles et toute la noblesse conviée. Cette table et les deux autres furent servies par cent garçons vêtus en Bas-Bretons, selon l’usage du pays, avec des livrées. On demeura plus de trois heures à table. Vers la fin, ces pauvres gens, qui se portoient bien, s’avancèrent près de notre table et burent à la santé de madame de Brézal, un genou à terre10 ». Suit alors le récit d’un tournoi de lutte bretonne. À la lecture de ce passage, on est en droit de se demander quelles sont les langues en présence et quelle est la pratique de Madame de Brézal ; s’il ne fait aucun doute qu’elle connaît le français, peut-elle ne pas connaître le breton ? J’en doute fort, et d’autres éléments me confortent dans cette idée. En effet, certains droits seigneuriaux nécessitent de la noblesse une connaissance, au moins passive, du breton : c’est assurément le cas du droit de soule (le dernier couple marié de l’année remet au seigneur, le jour de Noël, la boule de cuir qui permettra ensuite à ce dernier de donner le coup d’envoi de la prochaine partie) ou du droit de quintaine (après avoir brisé une lance contre une cible en bois fichée en terre, en compagnie de son mari, la nouvelle mariée se doit de chanter une chanson au seigneur, voire de lui donner un baiser)11. Si les contacts entre noblesse rurale aisée et paysannerie sont inévitables, que dire alors de la nombreuse plèbe nobiliaire, la Coutume de Bretagne ayant entériné le système héréditaire de partage noble, ou de la noblesse dormante qui déroge12 ? Faire du commerce à Morlaix, tenir taverne ou même travailler la terre nécessite une maîtrise du breton. Qui plus est, le breton n’est pas qu’une langue nécessaire de l’échange économique ou informel ; c’est aussi une langue de culture.

Une langue de distinction

  • 13 Laurent, Donatien, « Aymar de Blois (1760-1852) et les premières collectes de chants populaires bre (...)
  • 14 Nassiet, Michel, « Repères chronologiques de chants de tradition orale », La Bretagne et la littéra (...)
  • 15 Le Guennec, Louis, « La légende du marquis de Guerrand et la famille Du Parc de Locmaria », Bulleti (...)
  • 16 Dans Chants et chansons populaires de la Basse-Bretagne recueillis et traduits par F. M. Luzel. Gwe (...)
  • 17 Ibidem, p. 513. La traduction est de Luzel. Sur cette gwerz, voir aussi Le Braz, Anatole, « L’origi (...)

6Parallèlement à la littérature religieuse initiée par les jésuites, on devine l’existence d’une pratique culturelle autre. En effet, certains des chants de tradition orale, recueillis sur les lèvres des paysans ou des paysannes de Keribilbeus au xixe siècle (et il faut noter que les premiers collecteurs13, Aymar de Blois, Madame de Saint-Prix, Jean-François de Kergariou, Daniel-Louis Miorcec de Kerdanet, Ursule Feydeau de Vaugien…, sont tous des châtelains), et au xxe siècle, peuvent être datés avec assurance des xvie et xviie siècles14. Ainsi, les recueils de gwerziou de François-Marie Luzel mettent en scène, majoritairement, des gentilshommes15. « Markiz Trede/Le marquis de Coatredrez16 » raconte l’enlèvement d’une jeune demoiselle par un cruel marquis : elle préfère se donner la mort plutôt que d’être déshonorée et elle est vengée par son frère de lait, le seigneur de Kerninon ; dans ces gwerziou, il est bien souvent question d’affaires de duel, pratique nobiliaire par excellence. Rien n’empêche d’imaginer un noble mettant en vers cet épisode réel ou adapté, car assurément universel, afin de mettre en garde ses congénères contre des abus avérés. Dans « Markizes Degange/La marquise Dégangé », on apprend que la marquise, fille du duc de Rohan, fut envoyée « d’Baris, da deski/Ar c’hadans hag ar c’hademi;/Ar c’hademi hag ar c’hadans,/’Wit diskouri gant ann noblans//à Paris, pour apprendre/La Cadence et l’Académie ;/L’Académie et la Cadence,/Afin de discourir avec la noblesse17 ». Mariée avec un homme de son rang, elle perd ce dernier qui meurt à la guerre ; elle se remarie ; son nouveau mari, avant de partir lui aussi à la guerre, confie son épouse à un frère prêtre qu’il a. Ce dernier va essayer d’abuser de la jeune marquise qui se refuse à lui. L’abbé va alors répandre les pires infamies sur le compte de la jeune femme que, de retour de la guerre, son mari tue : son frère prêtre ne lui avait-il pas écrit qu’il portait des cornes ? Ici encore, le thème est classique, universel, et il a valeur de morale. Car ce que l’on présente parfois comme une charge contre la noblesse peut très bien être interprété comme un message, conscient ou inconscient, volontaire ou non, de la noblesse elle-même aux bourgeois et aux paysans aisés : être noble n’est que source de malheurs et par conséquent, il n’y a aucun avantage à aspirer à l’anoblissement ; ce qui est une autre façon de dire : « Laissez-nous entre nous, puisque nous ne sommes pas si différents de vous, et que nous avons aussi nos soucis, petits et grands, au même titre que vous. »

  • 18 Chants et chansons populaires de la Basse-Bretagne recueillis et traduits par F. M. Luzel. Gwerziou (...)
  • 19 Ibidem, p. 112-113.

7La gwerz intitulée « Ar c’homt a Goat-Louri hag ann otro Porz-Lann/Le comte de Coat-Loury et le seigneur de Porz-Lann » narre la rixe entre ces deux gentilshommes, le premier traversant le second de son épée. Après le récit de la tragédie, vient cette strophe : « Paroasionis Tonkedek, c’hui a zo bet tud lach,/Lest lac’ha ho kabitenn, ha c’hui holl war ar plaz!/ Paroasianis Tonkedek allas! na wient ket/’Vije ho c’habitenn dre trahison lac’het.//Paroissiens de Tonquédec, vous avez été des lâches,/(Vous qui avez) laissé tuer votre capitaine, étant tous sur la place !/Les paroissiens de Tonquédec hélas ! ne savaient pas/que leur capitaine serait tué par trahison18. » Dans les deux premiers vers, c’est bel et bien le reproche de ne pas avoir protégé leur seigneur qui est adressé aux paroissiens de Tonquédec, reproche immédiatement atténué par une excuse fournie, dans les derniers vers, à ces mêmes sujets. Les paroles, pleines de magnanimité mais aussi de condescendance, du seigneur agonisant à son fils aîné m’incitent à voir une plume noble derrière cette gwerz : « C’hui, ’me-z-han, mab hena, c’hui a zo ar c’hôsa,/’Lakan da gabitenn ebars ma flaz brema,/’Lakan da gabitenn en parous Tonkedek,/Beet sonj anezhe, n’ho abandonet ket.//Vous, dit-il, mon fils aîné, vous êtes le plus âgé,/Et je vous mets capitaine, à présent, en ma place,/Je vous mets capitaine de la paroisse de Tonquédec,/Songez à eux (aux habitants), ne les abandonnez pas19. »

  • 20 Publiée, avec une traduction, par Le Roux, Pierre, « Les chansons bretonnes de la collection Pengue (...)
  • 21 Croix, Alain, L’Âge d’or…, op. cit., p. 435.
  • 22 Couffon, Roger, « La terreur au pays de Guingamp en 1660. La bande de Kernoelquet », Société d’émul (...)
  • 23 « Canaoen neué voar sujet ar generosité dimes ar Vrettonet Crozon er combat en Camaret ho deveus co (...)
  • 24 Le Gallo, Yves, « Le paysan bas-breton et le mythe au xviie siècle », Annales de Bretagne et des Pa (...)
  • 25 Le Guennec, L., « “L’élégie de Monsieur de Névet” et “Le baron Huet” », Bulletin de la Société Arch (...)
  • 26 Nassiet, Michel, « La littérature orale… », loc. cit., p. 215-216 ; Malrieu, Patrick, La Chanson po (...)
  • 27 Publié, avec une traduction, par Le Roux, Pierre, « Les chansons bretonnes de la collection Penguer (...)
  • 28 Nassiet, Michel, « La littérature orale… », loc. cit., p. 204-205.
  • 29 Loth, Joseph, « Une chanson inédite sur le combat de Saint-Cast », Annales de Bretagne, t. xii, 189 (...)
  • 30 Pour d’autres exemples, Malrieu, P., La Chanson populaire de tradition orale…, op. cit., tome 1, p. (...)
  • 31 Volume viiides manuscrits Lédan, p. 106-112. Texte breton et traduction donnés par Pérennès, Henri, (...)

8Dans certains cas, du reste, il est sûr que des complaintes ont été écrites par des nobles, telle la gwerz Kernolquet20, qui, adressée aux « gentilshommes et demoiselles » et datée sans doute de 1663, rapporte les méfaits de bandits nobles. Cette gwerz précise que son auteur est un jeune gentilhomme, et elle est, en quelque sorte, le pendant oral, dans une société où la pénétration du livre est encore faible21, d’une réponse armée à ces exactions : en effet, les seigneurs de fiefs qui terrorisaient la population en pays de Guingamp ont été attaqués et arrêtés par leurs voisins nobles22. De même, le poème sur la bataille de Camaret de 169423 a très certainement été composé par Guillaume du Haffont, seigneur de Lestrédiagat, manoir où le manuscrit a été retrouvé24. Néanmoins, ceux qui ont publié ou étudié ces chants suggèrent qu’ils ont été écrits par les serviteurs des nobles25, ou bien par des clercs, les cloarecs, issus du milieu aisé des gros laboureurs26. Les auteurs de ces productions sont à coup sûr issus d’une couche intermédiaire qui, en l’absence d’une haute bourgeoisie riche, est composée d’une bourgeoisie moyenne, d’une paysannerie moyenne ou aisée, mais aussi d’une noblesse rurale : ce sont les membres de cet entre-deux qui ont accès à une culture livresque dont on a rarement cherché l’influence dans les chants de tradition orale. Pourtant, le chant intitulé « An Itron/La dame », extrait de la collection de Penguern27, s’apparente à la trente-deuxième nouvelle de l’Heptaméron de Marguerite de Navarre28. Dans le même ordre d’idées, il existe, sur le combat de Saint-Cast de 1758, une version orale collectée par Penguern et un texte imprimé à Morlaix, Chanson neve, var sujet an disquen o deus groet ar Sozon en Saint Cast an 11 à mis goengolo 175829 : lequel a influencé l’autre ? Une influence savante sur des chants de tradition orale ne peut qu’être le fait de lettrés maîtrisant le français comme le breton30. Dans les manuscrits Lédan conservés à la bibliothèque de Morlaix, se trouve un Cantic evit supplia ar Verc’hez glorius Vari d’ober ar c’hraç d’ar Roue a Franç da vea victorius var e oll enemiet, ha da obten ar peoc’h entre ar brincet christen/Cantique pour supplier la glorieuse Vierge Marie d’accorder la grâce au Roi de France d’être victorieux de tous ses ennemis et d’obtenir la paix entre les princes chrétiens31 : ce texte, daté de la seconde moitié du xviie siècle, est un texte politique qui appelle le peuple à la résistance face aux Hollandais et aux Anglais, ennemis de la France et de la religion catholique ; il a nécessairement été composé par un lettré au fait des événements du temps.

  • 32 « Ar paper timb/Le papier timbré » provenant de la collection Penguern, publiée par Pérennès Henri, (...)
  • 33 Croix, Alain, L’Âge d’or…, op. cit., p. 406 ; Nassiet, Michel, « La littérature orale… », loc. cit.(...)
  • 34 « Langue et société sont deux phénomènes indissociables […]. Ce qui forme la société, c’est l’enche (...)
  • 35 Publié par Garlan, Yves et Nières, Claude, Les Révoltes bretonnes de 1675. Papier timbré et Bonnets (...)
  • 36 Pour cette lecture du Règlement, voir Nassiet, Michel, « Noblesse et paysannerie en Bretagne… », lo (...)
  • 37 Carney, Sébastien, « Les riches maisons paysannes du Léon aux xviie et xviiie siècles ou les palais (...)

9D’autres raisons permettent d’entendre la voix de la noblesse derrière tel ou tel chant. Datée de 1675, La ronde du papier timbré32 moque la royauté : elle pourrait parfaitement être de la main d’un noble, lié à la paysannerie par une opposition commune à l’autorité centralisée. La composition d’une chanson en breton serait alors un moyen de renforcer les liens verticaux avec la paysannerie. Jusqu’au début du xviie siècle, il existait encore, entre le peuple et l’élite, des modes d’expression communs, où s’exprimait une sensibilité commune33. De ce fait, il est permis d’émettre l’hypothèse qu’en plus du breton d’Église, il existait un autre registre de breton élevé, façonné par la noblesse et par des clercs, aussi distincts des badumes que l’était le registre ecclésial – caractérisés par des traits phonologiques ou des traits de vocabulaire particuliers, les badumes sont les registres de breton pratiqués dans le cadre du marché paroissial : ils n’empêchent pas l’intercompréhension mais permettent de localiser tel ou tel locuteur comme appartenant à telle ou telle paroisse34. C’est le désir de pénétrer, par la voie concrète ou par la symbolique, dans la noblesse qui permettrait d’expliquer la diffusion populaire de ces chants par l’entremise de la paysannerie aisée, celle-là même qui, en 1675, est à l’origine du Règlement fait par les nobles habitants des quatorze paroisses du Païs Armorique situé depuis Doüarnenez jusqu’a Concarneau35 : d’une certaine façon, ce texte témoigne d’une aspiration identique36, admirablement représentée, d’un autre côté, par les maisons des gros laboureurs37.

  • 38 « Catalogue des manuscrits celtiques et basques de la Bibliothèque Nationale », Revue Celtique, t. (...)
  • 39 Le Menn, Gwennolé, Histoire du théâtre populaire breton (xve-xixe), Skol-Dastum, 1983, 83 p.
  • 40 Le Roux, Pierre, « Le Théâtre breton du xviie s. au xixe s. », Conférences universitaires de Bretag (...)

10Ce mécanisme de diffusion populaire a bien pu toucher le théâtre des xviie et xviiie siècles. Derrière les pièces de théâtre, je serais tenté de voir aussi la main d’une petite noblesse ou d’une bourgeoisie cultivée : la culture véhiculée est la même que celle des gwerziou. De ces pièces, il existe de très nombreux manuscrits datés du xviiie siècle principalement : la plupart sont inédits et se trouvent dans les bibliothèques38. S’il a été décrit39, ce théâtre a fait l’objet de fort peu d’analyses40. Dans son introduction au mystère de saint Patrice, Joseph Dunn rappelle que ces mystères sont écrits dans une langue qui leur est propre :

  • 41 La vie de Saint Patrice. Mystère breton en 3 actes, texte et introduction par Joseph Dunn, Paris/Lo (...)

« La langue du théâtre breton était une langue artificielle qui n’était parlée que sur la scène et était fort différente de la langue habituelle. C’était une marque caractéristique du style des drames bretons, et aussi une marque d’élégance et de supériorité de la part de l’auteur d’introduire dans son discours un grand nombre de locutions françaises et de mots français taillés à la bretonne, tout comme dans les romans anglais d’autrefois c’était la mode de mêler la conversation des personnages avec des phrases empruntées au français41. »

  • 42 Pour une analyse de ces trois registres élevés du breton, voir Calvez, Ronan, « Couvrir ce sein : L (...)

11La langue des gwerziou, relativement identique à la théâtrale, n’est donc pas celle des prêches, ni même celle des villes. Néanmoins, aux xvie et xviie siècles, ces trois registres remplissent la même fonction : se distinguer des badumes42. Sous une forme différente, cette distinction se laisse entendre également au siècle des Lumières.

Au xviiie siècle, la pratique mondaine

  • 43 Croix, Alain, L’Âge d’or…, op. cit., p. 220-221.

12Durant le xviie siècle, augmentent l’animosité et l’amertume des paysans à l’encontre des seigneurs ; le cloisonnement de la société en ordres est renforcé par la réformation de 1668-1672 qui limite les possibilités d’entrée dans la noblesse43. Au siècle suivant, la diffusion de la culture des Lumières touche les nobles, plus ou moins fortement et plus ou moins directement, ce qui contribue également à creuser le fossé séparant ces derniers des paysans. Pour autant, au xviiie siècle, il existe bien des témoignages indirects d’une connaissance du breton chez les nobles ou les bourgeois.

  • 44 Essai publié en tête du recueil de cantiques Kanaouennou Santel (Saint-Brieuc, Prud’homme, 1842) de (...)

13Dans son essai sur L’Avenir de la Langue bretonne44, La Villemarqué en fournit un exemple indirect, lorsqu’il campe les complices des ennemis de la Bretagne et du breton :

  • 45 Ibidem, p. 20-21. C’est l’auteur qui souligne.

« Toutefois, les complices de nos ennemis ne doivent pas tous être rangés sur la même ligne et accusés au même chef ; les uns le sont en effet presque malgré eux, tandis que les autres les aident de tout leur pouvoir. Parmi les premiers, il faut comprendre en général les habitants des villes, des bourgs et des manoirs, et la plupart des ecclésiastiques de la Bretagne. Ceux-là dans leurs discours, ceux-ci dans leurs sermons, ne se font aucun scrupule d’enrichir la langue bretonne d’une foule de mots français, dont les désinences seules sont changées. Le mal n’est pas grand, disent-ils, ce ne sont que des mots ; mais ce ne sont aussi que des gouttes d’eau qui s’infiltrent dans les flancs du navire, par l’incurie des matelots, et pourtant il finit par s’emplir et sombrer45. »

14On a là la démonstration d’une connaissance du breton dans les manoirs. D’une certaine façon, on peut même dire que la noblesse campagnarde n’a pas le choix. Ainsi, dans une lettre datée du 23 mai 1783, Madame le Forestier de Kerosven, comtesse de Bois-Eon, donne quelques nouvelles à la comtesse du Laz :

  • 46 Baudry, J., Étude historique sur la Bretagne à la veille de la Révolution. À propos d’une Correspon (...)

« Dans notre quartier c’est une mission de campagne, c’est-à-dire bretonne, que les Capucins donnent à Lanmeur. J’y fus hier et y trouvai Mesdames de Guernellé, de la Barre, de Kerjean, de Lanascol. Ces deux-ci vont coucher au Guerrand chaque jour, et reparaissent, à sept heures du matin, pour suivre les exercices tout le reste de la journée. Cela est d’un grand exemple46. »

15La même comtesse du Laz reçoit, le 27 août 1784, une lettre de Madame la marquise de Montbourcher, fille de Jean-Jacques-Claude, marquis de Kersauson de Brésale, et de dame Marie-Renée de Saisy de Kerampuil. Exilée à Rennes, et impatiente de revenir en Basse-Bretagne pour l’hiver, Madame la marquise conclut sa lettre par ces mots :

  • 47 Ibidem, p. 267.

Quenaveso va mignones ques
O mignones ag o poupon ques
47.

  • 48 Le Guennec, Louis, « Le château de Brézal en Plounéventer », La Dépêche de Brest et de l’Ouest, 7 e (...)

16Ce distique nonasyllabique, qui peut se traduire par « Au revoir ma chère amie/Votre amie et votre chère pouponne », témoigne d’une connaissance du breton mais aussi d’un goût pour les bouts-rimés et autres maximes que la marquise a certainement entendus dans sa jeunesse. En effet, ses parents, en leur château de Brézal en Plounéventer, près de Landerneau, organisaient des soirées et des fêtes durant lesquelles étaient données des pièces en français comme en breton48.

17Voici encore la lettre du chevalier de Mirabeau adressée au Marquis son frère, de Saint-Brieuc, le 22 juillet 1760 :

  • 49 Laurent, Ch., Les voyages en Bretagne du chevalier de Mirabeau (1758-1760), Mayenne, Joseph Floch i (...)

« Il faut que je te parle encore de la Bretagne que je quitterai dans quelques jours si les ennemis ne m’occasionnent pas des ordres d’y rester. Le hasard ou pour mieux dire ma marche, m’a fait écarter du côté de Tréguier, Lannion etc., villes assez éloignées de la grande route, pour n’avoir pas encore été infectées par l’air des arrivans de Paris. C’est le paradis terrestre pour les mœurs, la simplicité, la vraie grandeur patriarcale. Des paysans à genoux comme un fils tendre y seroit devant son père, des seigneurs qui ne parlent un langage dur et grossier à ces paysans que d’un air bon et riant. On voit un amour réciproque entre ces maîtres et ces serviteurs, des femmes grandes, bien faites, sages, douces, et qui paroissent à peine se compter pour quelque chose, tandis que leurs maris bons et honnêtes paroissent pleins d’une complaisance tendre et mâle pour elles. Les femmes m’ont édifié. Ma mère est représentée cent fois dans ces petites villes49. »

18Derrière le cliché d’une Bretagne originelle et garante d’un ordre social sain, on devine en filigrane de cette lettre des pratiques langagières qui relèvent de la nécessité. Mais il y a aussi, chez une partie de la noblesse, un intérêt réel pour la langue, et l’extrait de La Villemarqué cité plus haut laisse même entendre une volonté de distinction dans la pratique du breton. Ainsi, un manuscrit de cantiques, conservé à la bibliothèque de Brest, a été recopié au xviiie siècle par M. du Botmeur, en son manoir de Botmeur en Berrien. De même, dans une lettre du 22 juillet 1802 à son cousin Audouyn de Kergus, en passe d’être élu juge de paix, Mme Audouyn de Pompery, née à Quimper en 1762, parle de son fils, en pension à Paris (il est âgé d’une quinzaine d’années) :

  • 50 Un coin de la Bretagne pendant la Révolution. Correspondance de MmeAudouyn de Pompery avec son cous (...)

« Il est arrivé aussi à sa pension un jeune homme d’ici, le fils de Mme Ferec ; ce sera un camarade, d’autant plus agréable pour Charles, qu’ils pourront parler breton ensemble et s’entretenir ainsi dans une langue, que je serais fâchée que le grec et le latin lui fissent oublier. Et vous, mon cher cousin, comment vous en tirez-vous, quand il faut juger entre des paysans, car je ne vous crois pas fort. Votre greffier, sans doute, sait mieux la langue que vous, et vous sert d’interprète50. »

19Point de mépris pour ce qui est une langue qu’il ne faut pas oublier… notamment parce qu’elle peut servir à régler des conflits et, de la sorte, permettre d’asseoir son pouvoir. Rien d’étonnant d’ailleurs à ce que Charles parle le breton car voici ce que Mme de Pompery nous apprend de ses deux autres enfants, Antoine, né en 1795, et Marie, née en 1799 :

  • 51 Ibidem, lettre du 20 avril [1802], p. 289.

« Elle est intéressante, elle annonce de l’intelligence, de la sensibilité et tous les goûts d’une demoiselle ; elle n’aime point les petites paysannes ; elle les trouve sales et sottes et le leur dit sans façon. Antoine trouve tout bon, pourvu qu’on sache jouer à la toupie. Si je ne faisais parfois la police, il me ramasserait tous les villageois d’alentour et je serais bientôt obligée de leur céder ma maison51. »

  • 52 Tanguy, Abbé J., Une Ville bretonne sous la Révolution. Saint-Pol-de-Léon, Brest, imprimerie de la (...)

20Ces enfants sont amenés à côtoyer tous les jours des paysans qui ne savent que le breton. Et c’est d’ailleurs cette double compétence (le petit Antoine sait lire le français, bien entendu) qui peut les rendre dangereux. Pendant la Révolution, à Saint-Pol-de-Léon, Mme Pascal est jugée hostile parce qu’elle sait le breton et qu’elle peut, de la sorte, insuffler aux paysans des idées contre-révolutionnaires52.

21Cependant, entre une connaissance plus ou moins active du breton et une production littéraire mondaine, il y a un pas. Que je vais franchir.

Une littérature nouvelle

  • 53 Sur les détails de la vie de ce général né à Roscoff le 13 juin 1729 et mort à Beauvais le 31 mai 1 (...)

22La découverte du manuscrit de François-Nicolas Pascal de Kerenveyer53, sa transcription, sa traduction et son analyse ont constitué une étape de ma réflexion sur ce que j’appelle le breton mondain. En effet, un noble, général de son état à la fin de sa vie, écrit un recueil en breton, qui contient notamment un opéra-comique, des contes libertins, des épigrammes licencieuses…, et qui rompt tout net avec la production de langue bretonne de l’époque, aussi bien la religieuse que la théâtrale. Or cette œuvre n’est pas un hapax. De fait, à côté du breton de curé, du breton des gwerziou et du théâtre, il existe un breton mondain.

Le corps et l’esprit

  • 54 Pour un premier exemple de publication et d’analyse de texte profane de cette époque, Calvez, Ronan (...)
  • 55 Calvez, Ronan, « Couvrir ce sein… », loc. cit.
  • 56 Les Fragments de la destruction de Jérusalem et des amours du vieillard, traduits et annotés par Ro (...)
  • 57 Voir l’édition d’Émile Ernault (Paris, Thorin, 1888), strophe 79, p. 19.
  • 58 Voir la table des airs publiée par Loth, Joseph, Chrestomathie bretonne…, op. cit., p. 314-317.
  • 59 Giraudon, Daniel, Chansons de langue bretonne sur feuilles volantes et compositions populaires, thè (...)

23Deux types de textes sont parvenus jusqu’à nous, ceux dont on connaît l’auteur54, et ceux dont on n’a aucune information, si ce n’est le texte lui-même. Ces écrits ont en commun d’être manuscrits et de ne pas avoir laissé de traces, à la différence des gwerziou, dans les mémoires : au xixe et au xxe siècle, aucune production mondaine ne sera collectée55. Cette littérature a été forgée et a circulé principalement au sein de cette couche intermédiaire bilingue et biculturelle, composée de bourgeois et de nobles. Mais ces écrits, justement, comment les caractériser ? Si, selon moi, l’œuvre de Kerenveyer représente en quelque sorte l’acte de naissance d’une littérature bretonne libertine, ceci ne veut pas dire, pour autant, qu’il n’y a pas eu auparavant d’écrits profanes en breton : aussi bien, dans son dictionnaire manuscrit, Le Pelletier donne-t-il quelques extraits des Amours du Vieillard56 ; dans le Mystère de sainte Barbe, imprimé en 1557, s’est logée une chanson chantée par des maçons57 ; de même, les titres des airs qui servent de support musical aux cantiques du père Maunoir ne sont visiblement pas toujours ceux de chants sacrés58. Je ne reprendrai pas ici tous les termes de mon analyse du Farvel, mais ce qu’il me semble important de souligner, c’est qu’à travers le recueil de Kerenveyer et les autres compositions parvenues jusqu’à nous, fait irruption le je sur la scène des lettres bretonnes : c’est une première opposition avec la littérature antérieure ; notamment la religieuse, mais aussi celle des chants populaires de tradition orale59 : en effet, dans ces productions, le je est un nous qui a une valeur exemplaire et communautaire.

  • 60 Je donne la version qui se trouve dans le fonds Bernard (Arch. dép. du Finistère, 110J109 : « Litté (...)

24Ainsi, « Chanson ar bramm/La chanson du pet60 » comporte une strophe très révélatrice aussi de cette intrusion du je.

Tud vras ar bed, tud a gals poüar,
Diouzoc’h n’em eus neb avi,
O c’hingal ez on var an douar,
Pa vraman varnan coulz ha c’hui ;
Evit mired galloud ha madou,
Oc’h oll boaniou a vezo ven,
Pa yelo diganec’h ar bramou,
N’o pezo ezom netra qen (bis)

Grands du monde, gens de fort pouvoir,
Je ne vous envie pas,
Je suis votre égal sur la terre
Puisque j’y pète autant que vous.
Pour conserver pouvoir et biens,
Tous vos efforts seront vains,
Puisque vos pets s’échapperont,
Vous n’aurez besoin de rien de plus (bis)

25De par sa nature même, cette chanson témoigne d’une deuxième caractéristique de ce breton mondain : le je a un corps et il le fait savoir.

Un Demezel eus ar re goanta,
Caret gant un den divesçon,
Pa voa gant cals a dud o coagna,
Eur bram a loscas a brison.
E douç presant a c’houlen excus,
Evel tad d’ar bram achapet
Ar plac’h, dre galon anaoudegus
Er c’hemer erfin da bried (bis)

Une demoiselle des plus jolies,
Aimée par un homme fort laid,
Alors qu’elle dînait avec de nombreuses personnes,
Lâcha de prison un pet.
Son amant présent demande excuse
En tant que père du pet échappé ;
La fille, d’un cœur reconnaissant,
Le prend enfin pour mari (bis)

  • 61 Durocher, Léon, « Un Chantecler Celtique », Le Fureteur Breton, tome v, n° 28, avril-mai 1910, p. 1 (...)
  • 62 Voir la préface d’Antoine de Baecque à la réédition de L’art de péter [1751], de Pierre-Thomas-Nico (...)
  • 63 Sonnet 3, p. 137. La pagination renvoie à celle du manuscrit de Kerenveyer.
  • 64 Épigramme 1, p. 138.
  • 65 Sonnet 1, p. 135.
  • 66 Manuscrit de la bibliothèque du Musée du Léon, à Lesneven. Une version de cette chanson, plus court (...)
  • 67 Delon, Michel, Le Savoir-vivre libertin, Hachette littératures, Paris, 2000, p. 165 sq.
  • 68 Volume ii des manuscrits Lédan, p. 4-7.
  • 69 Collocou familier etre un den curius hac un den expert, var an abusou commun da bep stadou a veler (...)

26On retrouve ce thème du pet échappé dans les fragments d’une comédie satirique écrite à l’époque de la Révolution. Un procès oppose le Moineau au Chat, le premier reprochant au second d’avoir anéanti sa famille. Le président Singe invite le Chat à se défendre, ce qu’il fait en faisant pénitence et en prenant une posture dévote. Ce repenti émeut la gent féline, notamment une jeune chatte qui, se tenant près de sa mère, « E deus losquet eur foeltrenn bram/a lâché un pet tonitruant ». Le Commissaire l’admoneste sévèrement et lui dit : « Estoned on eun dimezel/Na voar quet terhel e avel//Je suis étonné qu’une demoiselle/Ne sache pas maîtriser son vent61. » Derrière la blague scatologique, il y a là une irruption nouvelle du corps et de ses manifestations, diverses et variées62. Chez Kerenveyer, le je bande fortement (« reud evel un ascorn oa va bitouzen/mon vit était raide comme un os63 »), copule allègrement64, et attrape la vérole65. Mais le corps doit aussi se sustenter. Ainsi, ce « Bursud ar guin/Miracle du vin66 » chante les plaisirs67 de la bonne chère réparatrice et égalitaire ; cette « Chanson68 » évoque les affres d’un homme partagé entre son amour pour le vin et celui qu’il porte à son amante. L’expert des Collocou familier69 explique à son interlocuteur qu’il faut prendre soin du corps, prendre garde à ce que l’on mange et à ce que l’on boit, sans pour autant condamner l’abus. Il faut encore que le corps exulte ; c’est le message du « Bal breton » composé par Paul-Étienne Testard (1712-1794) :

Paisanted, noblans a bourc’his,
Profited eus o yaouankis ;
Ber an amzer, dalhit-han mad ;
Evidoc’h e groet an ebad.
Dancit, merc’het, a grit ar bal,
A lesc ar vam goz da trouzial
Pa vezot scuis e labourat,
Evit discuis et d’an ebad.
Neuz remed couls ac an draze,
Guelloc’h a gouskot goudeze.
Dancit, merc’het, a grit ar bal,
A lesc ar vam goz da trouzial

  • 70 Cette chanson, ainsi qu’une deuxième du même auteur, sont publiées par Savina, Jean, « La Tour d’Au (...)

Paysans, noble et bourgeois,
Profitez de votre jeunesse ;
Le temps est court, tenez-le bien ;
Le divertissement est fait pour vous.
Dansez les filles, et faites le bal,
Et laissez la grand-mère rouspéter.
Quand vous serez fatigués de travailler
Pour vous détendre, allez vous divertir,
Il n’y a pas meilleur remède :
Vous dormirez mieux ensuite.
Dansez les filles, et faites le bal,
Et laissez la grand-mère rouspéter70.

  • 71 Voir l’épître et l’épilogue, mais aussi la chanson et l’épigramme 21.
  • 72 Songe, p. 156.
  • 73 Songe, p. 149.
  • 74 Manuscrit de la bibliothèque du Musée du Léon, à Lesneven. On trouve une version quelque peu différ (...)

27Néanmoins le je a également un esprit : Kerenveyer se peint transi d’amour pour Fant71, malheureux en amour72, fatigué de son travail et occupé à se délasser en lisant un livre73. « Chasse ar clujiri/La chasse aux perdrix74 » vante les plaisirs cynégétiques, d’autant plus grands que derrière la description des perdrix on voit poindre l’image du beau sexe.

Quemerit birou Cupidonic
A mar gouzoch mat o armi
Eb trouz &
c.
Caer o deveso besa spontic
Sur och da baca glujiri,
Eb trouz &
c.
[…]
Ar glujiri a so er boedic
Friand a capabl da denti
Eb trouz eb den ac eb qui
Er chasseur ma ve lipousic
A rafe ganto e choari
Eb trouz &
c.

Prenez les flèches du petit Cupidon,
Et si vous savez bien les armer,
Sans bruit, seul et sans chien,
Elles auront beau être effrayées,
Vous êtes sûr d’attraper des perdrix,
Sans bruit, seul et sans chien.
[…]
Les perdrix sont une nourriture
Délectable ; et capable de vous tenter,
Sans bruit, seul et sans chien.
Un chasseur, s’il est gourmet,
En ferait son régal,
Sans bruit, seul et sans chien.

  • 75 Voir l’épître et l’épilogue, mais aussi la chanson et l’épigramme 21. Cet alphabet figure dans le d (...)
  • 76 Voir l’opéra-comique et le songe, mais aussi les épigrammes 12 et 14.
  • 77 Voir le conte « Le cocu ».
  • 78 Voir l’épigramme 1.
  • 79 Dans le conte « La vie des femmes mariées », p. 127.
  • 80 Voir l’épigramme 4.
  • 81 Voir le sonnet 2 et l’épilogue.
  • 82 Thérèse philosophe ou mémoires pour servir à l’histoire du P. Dirrag, et de MlleEradice [1748], dan (...)
  • 83 Romanciers libertins…, op. cit., p. 1049.
  • 84 Crébillon, Claude de, Le sylphe ou songe de Mmede R*** écrit par elle-même à Mmede S*** [1730].
  • 85 Ces œuvres figurent dans Romanciers libertins…, op. cit.
  • 86 Voir le texte de ces chansons en annexe de ma publication du Farvel göapaër.
  • 87 Un coin de la Bretagne pendant la Révolution. Correspondance de MmeAudouyn de Pompery…, op. cit.
  • 88 Meyer, Jean, La Noblesse bretonne au xviiie siècle, Paris, Éditions de l’École des hautes études en (...)

28L’avant-dernier vers du dernier couplet joue sur l’ambiguïté du verbe « c’hoari » : il veut dire mot à mot « jouer » mais il signifie aussi « faire l’amour » ; l’allusion est transparente pour tout lecteur, ou auditeur, averti. L’image de la femme qui se dessine dans cette littérature est celle d’un être aux multiples facettes, et dans le recueil de Kerenveyer, elle est symbolisée par Fant : Fant, c’est l’amante aux doux appas, celle qu’on aime en cachette, celle à qui Kerenveyer dédicace son manuscrit, de manière cryptée, en utilisant l’« alphabet des anciens Bretons Armoriques75 » ; la jeune demoiselle qui se veut maîtresse de son destin et de son corps76 ; la jeune fille qui « en deux coups » devient femme par le ministère d’un carme77 ; la jeunesse que l’on dépucelle sur l’aire de la maison78 ; la jolie putain, « fille de belle tournure, jolie jeunesse79 » ; la servante, pleine d’esprit, d’un chanoine libidineux80 ; mais aussi la femme aimée que l’on a perdue et que l’on pleure81. Fant est la jeune fille, l’amante, la femme, la putain mais aussi la maman et la fille, puisque Françoise, dont Fant est la forme bretonne, est l’un des prénoms de la mère et de la fille de Kerenveyer : libre ou soumise, adulée ou méprisée, une et multiple à la fois, Kerenveyer met en lumière sa transformation, et c’est peut-être en cela, principalement, que cette œuvre est libertine. Fant est le symbole des femmes émancipées et bien décidées à modifier le cours de leur destin ; elle est en quelque sorte une cousine, à la mode de Bretagne, de Thérèse philosophe, héroïne du roman libertin éponyme attribué à Jean-Baptiste de Boyer, marquis d’Argens82. Cette femme aux visages multiples permet à l’auteur d’alterner entre l’hypotypose, c’est-à-dire le langage cru, obscène ou érotique, et l’allusion : ce va-et-vient est un des principes de l’écriture libertine du xviiie siècle83. Mais si, chez Kerenveyer, on retrouve la classification qui distingue le registre de la galanterie mondaine, illustrée par Crébillon dans Le sylphe84, le registre du cynisme des filles, représenté par Margot la ravaudeuse [1750] de Fougeret de Monbron, et celui de l’obscénité, développée par Gervaise de Latouche dans Histoire de dom B***, portier des chartreux [1741]85, c’est le premier de ces registres qui l’emporte chez les autres auteurs : lorsque l’on évoque les ébats amoureux, on pratique l’allusion, parfaitement explicite pour les esprits éclairés, et l’on file la métaphore, cynégétique ou autre. Ce plaisir de l’allusion se laisse entendre dans les chansons françaises qui ont inspiré Kerenveyer pour les airs des chansons de son opéra-comique86 ou dans les épigrammes que Mme de Pompery s’amuse à créer avec ses amis87. Ce breton mondain ressortit donc à la floraison générale d’une littérature d’amusettes politiques et grivoises88, nourrie de chansons fleurant bon l’amour, de proverbes, de bouts-rimés, et de maximes : l’élément naturel où évoluent ces pièces variées est donc l’oralité, ce qui explique que les traces écrites soient plus rares.

Une désacralisation

29Logiquement, par rapport aux autres littératures bretonnes, l’image du corps, mais aussi de la société, est différente. D’une certaine manière, on peut même dire que cette image se construit contre la société telle qu’elle est encadrée par l’Église issue de la Réforme catholique : cette littérature mondaine détourne les thèmes classiques de la morale chrétienne tridentine – le corps, la nourriture, ou encore la boisson. Un exemple : dans l’épigramme 1 du recueil de Kerenveyer, le je baise une jeunesse allongée sur l’aire de la maison. Celle-ci lui dit :

Siouas ! va douçz… va c’harantes…
va bodik-espern, a dreuzes,
Mervell a rancan souden.

« Hélas ! mon amant, mon amour,
Tu transperces mon buissonnet ardent.
Il me faut mourir sur-le-champ. »

  • 89 Exode, 3 1-6.
  • 90 « At ille: Ne appropries, inquit, huc; solve calceamentum de pedibus tuis; locus enim, in quo stas, (...)
  • 91 Le Laé, Claude-Marie, La Vie et les œuvres comiques, édition critique d’après les manuscrits autogr (...)
  • 92 Luzel, F.-M., « Sermon evit gouel ann hol-zent/Sermon pour la fête de la Toussaint », Annales de Br (...)
  • 93 Chartier Roger, Les Origines culturelles de la Révolution, Paris, Seuil, 1990, p. 103 sq. ; Darnton (...)
  • 94 Bouthillon, Fabrice, La Naissance de la Mardité. Une théologie politique à l’âge totalitaire: Pie x (...)

30Dans l’expression « bodik-espern » réside un jeu de mots qu’il n’est pas facile de traduire. Mot à mot, elle veut dire : « mon buissonnet d’aubépine » ou « mon buissonnet qu’on épargne ». Dans les textes de la littérature religieuse, « bod-spern », « buisson d’aubépine », s’écrit pour désigner le buisson ardent, forme sous laquelle apparut Dieu à Moïse89. Ici, l’expression est utilisée concrètement (le buisson, c’est la toison pubienne), et métaphoriquement (le buisson ardent, c’est le symbole de la virginité et du pucelage de la jeune fille90 qu’elle s’apprête à perdre). Mais sous la plume de Kerenveyer, on lit « bodik-espern », qui peut se comprendre « mon buissonnet qu’on épargne ». En effet, « espern », « épargner », « ménager », est quasi-homophone de « spern », « aubépine ». Le bon mot représente assurément une remarquable parodie du message biblique. De même, les œuvres de Claude-Marie Le Laé (1745-1791) contiennent de nombreuses références à la littérature du breton de curé pour mieux la détourner : c’est bien sûr le cas du Sarmon var ar maro a Vikeal Vorin/Oraison funèbre de Michel Morin, ou du texte satirique Ar C’hi/Le Chien91. Mais c’est également vrai pour ce « Sermon evit gouel ann hol-zent/Sermon pour la fête de la Toussaint » anonyme92. Cette opposition à la société traditionnelle, inédite en breton, se laisse donc entendre par la variété du champ lexical du social. Ainsi, cette littérature confirme une certaine forme de désacralisation de la société93 et témoigne d’une forte progression du mouvement émancipateur moderne94 qui trouve, au xviiie siècle, un écho réel en breton.


31Même si les œuvres sur lesquelles j’appuie ma démonstration ne sont pas toutes issues de la noblesse, je conserve ce terme de breton mondain pour les définir. Notamment parce que dans cette expression, les deux termes en présence allient le local et l’universel, le particulier et le général, et sont, en cela, fondateurs de culture. De plus, le contenu de la littérature lui correspondant est admirablement bien représenté par la lecture du poème de Voltaire Le Mondain (1736) : la conviction voltairienne que le monde est tout ce qui est donné à l’homme hic et nunc le pousse à moquer la prétendue vertu primitive de l’âge d’or, et à chanter les louanges du progrès et du bonheur dans la civilisation ; Voltaire applaudit à son époque et réalise l’importance libératrice de l’acte d’écrire : « Le paradis terrestre est où je suis. »

Haut de page

Notes

1 « Je hais la peine, j’aime le plaisir » : Kerenveyer, « Satire », dans Ar farvel göapaër. Le bouffon moqueur, traduit et présenté par Ronan Calvez, Brest, CRBC-UBO, 2005, p. 242. Sauf indication contraire, les traductions du breton sont de moi.

2 Voir par exemple Le Gallo, Yves, « Bretagne, le sursaut d’un destin manqué », préface à Elégoët, Louis, Bretagne, une histoire, Rennes, CRDP de Bretagne, 1999, p. 5-6 : « Que la Haute-Bretagne, en contact immédiat avec le corps continental de la France, soit aussi celle des futures capitales provinciales, Rennes et Nantes, entraîne que, dans l’autre Bretagne, la langue de la noblesse, de la bourgeoisie et de l’administration soit le français. La déchéance sociale de la langue bretonne se manifestera dans le fait que, jusqu’à nos jours, aucun acte rédigé en cette langue – fût-ce le plus humble – ne sortira d’un greffe, d’une étude de procureur ou de notaire ou ne sera consigné dans un registre d’état civil. Ce ne sera que tardivement, au début du xixe siècle, qu’elle se haussera à la dignité de langue écrite et littéraire, mais sans jamais accéder à l’investiture officielle. »

3 Sur l’ambiguïté de cette formulation, voir Certeau, Michel de, en collaboration avec Julia, Dominique et Revel, Jacques, « La beauté du mort », dans La culture au pluriel, Paris, Bourgeois, 1980, p. 49 sq.

4 Voir, par exemple, l’essai de la Villemarqué, « Le théâtre chez les nations celtiques » introduisant Le Grand mystère de Jésus. Passion et résurrection. Drame breton du Moyen Âge, Paris, Didier et Ce, 1865, cxxxv p. ; Loth, Joseph, Chrestomathie bretonne (armoricain, gallois, cornique). Première partie breton-armoricain, Paris, Bouillon, 1890, p. 332 ; Hemon, Roparz, La langue bretonne et ses combats, La Baule, Éditions de Bretagne, 1947, p. 106-107 ; Hemon, R., « Tri oadvezh ar brezhoneg/Les trois âges du breton », Al Liamm, n° 26, mae-mezheven 1951, p. 36-41. En 1952, ce dernier apporte un bémol à ses appréciations dans « O klask hol lennegezh kozh/À la recherche de notre littérature ancienne », Al Liamm, n° 32-33, mae-eost 1952, p. 104-125.

5 Voir Bernard, Daniel, « Les prêtres et le breton aux xviie et xviiie siècles », Bulletin de la Société Archéologique du Finistère, t. lxii, 1935, p. xxviii.

6 Voir Le Berre, Yves, « La littérature moderne en langue bretonne ou les fruits oubliés d’un amour de truchement », dans Bibliothèque de l’École des Chartes, t. 159, 2001, p. 29-51 ; Le Berre, Yves, Qu’est-ce que la littérature bretonne? Essais de critique littéraire, textes rassemblés par Nelly Blanchard et Ronan Calvez, Rennes, PUR, 2006.

7 Voir Nassiet, Michel, « Noblesse et paysannerie en Bretagne aux xvie et xviie siècles : familiarité et distanciation », actes du colloque Élites et notables en Bretagne de l’Ancien Régime à nos jours, réunis par Christian Bougeard et Philippe Jarnoux, Brest, CRBC – UBO, 1999, p. 69-81.

8 Voir Croix, Alain, L’Âge d’or de la Bretagne 1532-1675, Rennes, éditions Ouest-France, 1993, p. 214.

9 Voir Bourdieu, Pierre, Ce que parler veut dire. L’économie des échanges linguistiques, Paris, Fayard, 1982, p. 61 sq.

10 Cité par Croix, Alain, L’Âge d’or de la Bretagne…, op. cit., p. 428.

11 Ibidem, p. 120.

12 Ibid., p. 218-219.

13 Laurent, Donatien, « Aymar de Blois (1760-1852) et les premières collectes de chants populaires bretons », Les Cahiers de l’Iroise, 24e année, n° 1, janvier-mars 1977, p. 1-8.

14 Nassiet, Michel, « Repères chronologiques de chants de tradition orale », La Bretagne et la littérature orale en Europe, Mellac-Brest, CRBC, 1999, p. 218, et « La littérature orale bretonne et l’histoire », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, t. 106, 1999, n° 3, p. 59-60. Voir également Guillorel, Eva, « Une proposition d’analyse culturelle des gwerzioù. Comportements et sensibilités dans la Basse-Bretagne d’Ancien-Régime d’après les complaintes en langue bretonne », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, t. 113, n° 1, 2006, p. 25-52.

15 Le Guennec, Louis, « La légende du marquis de Guerrand et la famille Du Parc de Locmaria », Bulletin de la Société Archéologique du Finistère, tome lx, 1928, p. 15.

16 Dans Chants et chansons populaires de la Basse-Bretagne recueillis et traduits par F. M. Luzel. Gwerziou I, Paris, Maisonneuve et Larose, 1971 [réimpression de l’édition 1868-1890], p. 336-349.

17 Ibidem, p. 513. La traduction est de Luzel. Sur cette gwerz, voir aussi Le Braz, Anatole, « L’origine d’une gwerz bretonne », Mélanges H. d’Arbois de Jubainville: recueil de mémoires, Paris, Fontemoing, 1905, p. 111-128.

18 Chants et chansons populaires de la Basse-Bretagne recueillis et traduits par F. M. Luzel. Gwerziou II, Paris, Maisonneuve et Larose, 1971 [réimpression de l’édition 1868-1890], p. 110-111.

19 Ibidem, p. 112-113.

20 Publiée, avec une traduction, par Le Roux, Pierre, « Les chansons bretonnes de la collection Penguern », Annales de Bretagne, t. xv, année 1899-1900, p. 612-625. Ces chants font l’objet d’une publication par Hor Yezh, dans la collection « Gwerin ».

21 Croix, Alain, L’Âge d’or…, op. cit., p. 435.

22 Couffon, Roger, « La terreur au pays de Guingamp en 1660. La bande de Kernoelquet », Société d’émulation des Côtes-du-Nord, t. 88, 1960, p. 20-28 ; « Kernoelquet : le mandrin Trégorrois », Les Cahiers du Trégor. Bulletin du Club d’Histoire et d’Archéologie de Bégard, n 1, 1982, p. 21-36.

23 « Canaoen neué voar sujet ar generosité dimes ar Vrettonet Crozon er combat en Camaret ho deveus combattent courageusamant evit ar feis catholiq » : voir le texte, précédé d’une étude et d’une traduction de Georges-Gustave Toudouze, dans le Bulletin de la Société Archéologique du Finistère, t. lxxxv, 1959, p. 29-74.

24 Le Gallo, Yves, « Le paysan bas-breton et le mythe au xviie siècle », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, t. 82, 1975, n° 4, p. 478.

25 Le Guennec, L., « “L’élégie de Monsieur de Névet” et “Le baron Huet” », Bulletin de la Société Archéologique du Finistère, t. xlviii, 1921, p. 119 ; « Vieilles chansons bretonnes II. La chanson de Monsieur de Boisalain », ibidem, t. l, 1923, p. 15.

26 Nassiet, Michel, « La littérature orale… », loc. cit., p. 215-216 ; Malrieu, Patrick, La Chanson populaire de tradition orale en langue bretonne. Contribution à l’établissement d’un catalogue, thèse d’études celtiques, 1998, t. 1, p. 69-76.

27 Publié, avec une traduction, par Le Roux, Pierre, « Les chansons bretonnes de la collection Penguern », Annales de Bretagne, t. xiv, 1898-1899, p. 430-437.

28 Nassiet, Michel, « La littérature orale… », loc. cit., p. 204-205.

29 Loth, Joseph, « Une chanson inédite sur le combat de Saint-Cast », Annales de Bretagne, t. xii, 1896-1897, p. 607-621 ; « Emgann Sant-Cast/Le combat de Saint-Cast », publié par Pérennès, Henri, « Vieilles chansons bretonnes », Bulletin diocésain d’histoire et d’archéologie, mai-août 1939, p. 122-127. Sur la chanson sur feuille volante, voir Ollivier, Joseph, Catalogue bibliographique de la chanson populaire bretonne sur feuilles volantes, Quimper, Le Goaziou, 1942.

30 Pour d’autres exemples, Malrieu, P., La Chanson populaire de tradition orale…, op. cit., tome 1, p. 81.

31 Volume viiides manuscrits Lédan, p. 106-112. Texte breton et traduction donnés par Pérennès, Henri, « Vieilles chansons bretonnes », loc. cit., p. 106-115. Voir aussi Le Guennec, Louis, « Messire Guillaume du Boishardy. Apothicaire, prêtre et poète breton au xviie siècle », En Breiz-Izel autrefois, Quimper, Éditions de la Société « Les Amis de Louis Le Guennec », 1940, p. 82.

32 « Ar paper timb/Le papier timbré » provenant de la collection Penguern, publiée par Pérennès Henri, « Vieilles chansons bretonnes », loc. cit., p. 100-105. De Penguern en avait donné le texte français dans « Le papier timbré », Bulletin archéologique de l’Association bretonne, t. 3, 1851, 1re année, p. 78-80. Sur cette chanson, voir le commentaire daté de Porchnev, Boris, dans « Les buts et les revendications des paysans lors de la révolte bretonne de 1675 », Les Bonnets rouges, Paris, UGE, 1975, p. 281-283.

33 Croix, Alain, L’Âge d’or…, op. cit., p. 406 ; Nassiet, Michel, « La littérature orale… », loc. cit., p. 203.

34 « Langue et société sont deux phénomènes indissociables […]. Ce qui forme la société, c’est l’enchevêtrement et la hiérarchie des institutions. […] Ce qui forme la langue, c’est l’enchevêtrement et la hiérarchie des idiomes. […] Nous proposons de distinguer des institutions d’usage aux règles justifiées uniquement par la tradition orale, en vigueur dans un espace très restreint : le marché local s’est de tout temps tenu le premier mercredi de chaque mois. Les idiomes correspondant aux institutions d’usage sont les badumes, du breton ba du-mañ “par chez nous”. N’ayant d’autre justification que la tradition, ils sont l’objet de constants discours évaluatifs : “Nous autres, nous disons ‘une vache’, mais eux autres ils disent ‘une vaque’” » : Le Berre, Yves, Le Dû, Jean, « Y a-t-il une exception sociolinguistique française ? », dans La Bretagne Linguistique, volume 12, Brest, CRBC – UBO, 1998, p. 14-18.

35 Publié par Garlan, Yves et Nières, Claude, Les Révoltes bretonnes de 1675. Papier timbré et Bonnets rouges, Paris, Éditions sociales, 1975, p. 101-104.

36 Pour cette lecture du Règlement, voir Nassiet, Michel, « Noblesse et paysannerie en Bretagne… », loc. cit., p. 75-79.

37 Carney, Sébastien, « Les riches maisons paysannes du Léon aux xviie et xviiie siècles ou les palais des rois-paysans », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, t. 107, n° 3, 2000, p. 57-86.

38 « Catalogue des manuscrits celtiques et basques de la Bibliothèque Nationale », Revue Celtique, t. xi, p. 389-423 où 73 manuscrits en breton sont recensés. Voir aussi la Revue Celtique, t. v, p. 320-332 et Le Braz, Anatole, Le théâtre celtique, Genève-Paris, Éditions Slatkine, 1981, 1re édition : 1905, p. 519-523.

39 Le Menn, Gwennolé, Histoire du théâtre populaire breton (xve-xixe), Skol-Dastum, 1983, 83 p.

40 Le Roux, Pierre, « Le Théâtre breton du xviie s. au xixe s. », Conférences universitaires de Bretagne (1943-1944), Rennes, Plihon, 1944, p. 209-234 ; Le Berre, Yves, « La vie bretonne des quatre fils Aymon : un “classique du peuple” ? », Bretagne et romantisme. Mélanges offerts à Louis Le Guillou, Brest, CRBC-UBO, p. 35-45, réédité dans Qu’est-ce que la littérature bretonne?, op. cit. ; Le Duc, Gwenaël, « Geneviève de Brabant : la rime interne moteur de l’action dramatique », Klask, I, 1989, p. 69-87 ; « La Vie de Geneviève de Brabant : la langue comme écran et révélateur », La Bretagne Linguistique, volume 1, CRBC – UBO, 1985, p. 261-275 ; « Le théâtre populaire breton, transmission écrite et orale, problématique d’une symbiose », Text und Zeittiefe, Tübingen, éd. Hildegard L. C. Tristram (Hrsg.), Gunter Narr Verlag, 1993, p. 233-292 ; « Les aspects médiévaux du théâtre populaire breton », Oihenart, 16, 1999, p. 17-49.

41 La vie de Saint Patrice. Mystère breton en 3 actes, texte et introduction par Joseph Dunn, Paris/Londres, Champion/Nutt Oberthür, 1909, p. xxi.

42 Pour une analyse de ces trois registres élevés du breton, voir Calvez, Ronan, « Couvrir ce sein : La Villemarqué et le breton mondain », Mélanges offerts en l’honneur de Donatien Laurent, à paraître aux PUR fin 2008.

43 Croix, Alain, L’Âge d’or…, op. cit., p. 220-221.

44 Essai publié en tête du recueil de cantiques Kanaouennou Santel (Saint-Brieuc, Prud’homme, 1842) de l’abbé Henry. Je le cite ici d’après la réédition sous forme de brochure (édition du terroir breton, Nantes, 1904).

45 Ibidem, p. 20-21. C’est l’auteur qui souligne.

46 Baudry, J., Étude historique sur la Bretagne à la veille de la Révolution. À propos d’une Correspondance inédite (1782-1790), 1er volume, Paris, Champion, s. d. [l’épilogue, dans le second volume, est daté de 1904], p. 193-195.

47 Ibidem, p. 267.

48 Le Guennec, Louis, « Le château de Brézal en Plounéventer », La Dépêche de Brest et de l’Ouest, 7 et 9 octobre 1933.

49 Laurent, Ch., Les voyages en Bretagne du chevalier de Mirabeau (1758-1760), Mayenne, Joseph Floch imprimeur-éditeur, 1983, p. 214-215.

50 Un coin de la Bretagne pendant la Révolution. Correspondance de MmeAudouyn de Pompery avec son cousin et Bernardin de Saint-Pierre, introduction et notice par E. de Pompery, tome second, Paris, Lemerre éditeur, 1884, p. 296-297.

51 Ibidem, lettre du 20 avril [1802], p. 289.

52 Tanguy, Abbé J., Une Ville bretonne sous la Révolution. Saint-Pol-de-Léon, Brest, imprimerie de la Presse libérale du Finistère, 1903.

53 Sur les détails de la vie de ce général né à Roscoff le 13 juin 1729 et mort à Beauvais le 31 mai 1794, voir mon introduction à la publication du manuscrit : Kerenveyer, Ar farvel göapaër. Le bouffon moqueur, op. cit.

54 Pour un premier exemple de publication et d’analyse de texte profane de cette époque, Calvez, Ronan, « Le paysan du Trieux », Langues de l’histoire, langues de la vie. Mélanges offerts à Fañch Roudaut, Brest, association des amis de Fañch Roudaut, 2005, p. 181-192.

55 Calvez, Ronan, « Couvrir ce sein… », loc. cit.

56 Les Fragments de la destruction de Jérusalem et des amours du vieillard, traduits et annotés par RoparzHemon et supplément établi avec la collaboration de Gwennolé Le Menn, Dublin, Institute for advanced studies, 1969, 445 p.

57 Voir l’édition d’Émile Ernault (Paris, Thorin, 1888), strophe 79, p. 19.

58 Voir la table des airs publiée par Loth, Joseph, Chrestomathie bretonne…, op. cit., p. 314-317.

59 Giraudon, Daniel, Chansons de langue bretonne sur feuilles volantes et compositions populaires, thèse de troisième cycle, UBO, 1982 ; Giraudon, Daniel, « Chanteurs de plein vent et chansons sur feuilles volantes en Basse-Bretagne », Ethnologie française, janvier-mars 1999, 1, p. 22-33 ; Malrieu, P., La chanson populaire de tradition orale…, op. cit., tome 1, p. 95-98 et p. 103.

60 Je donne la version qui se trouve dans le fonds Bernard (Arch. dép. du Finistère, 110J109 : « Littérature bretonne. Notes ») : c’est une copie de la feuille volante sans lieu ni date qu’il a consultée dans les archives Kerdanet. Elle varie quelque peu de la version qui se trouve dans les manuscrits Lédan (volume I, p. 7-12).

61 Durocher, Léon, « Un Chantecler Celtique », Le Fureteur Breton, tome v, n° 28, avril-mai 1910, p. 125-128 ; Tonton Jean, « Le Président Marmouz », Le Fureteur Breton, tome v, n° 30, août-septembre 1910, p. 216-218 ; Tonton Jean, « Le Procès du Chat », Le Fureteur Breton, tome VI, n° 31, octobre-novembre 1910, p. 16-17. Les extraits proviennent de ce dernier numéro du Fureteur.

62 Voir la préface d’Antoine de Baecque à la réédition de L’art de péter [1751], de Pierre-Thomas-Nicolas Hurtaut, Paris, Payot, 2006, p. 7-32.

63 Sonnet 3, p. 137. La pagination renvoie à celle du manuscrit de Kerenveyer.

64 Épigramme 1, p. 138.

65 Sonnet 1, p. 135.

66 Manuscrit de la bibliothèque du Musée du Léon, à Lesneven. Une version de cette chanson, plus courte d’un couplet, se trouve dans le volume ii des manuscrits Lédan (p. 62-84).

67 Delon, Michel, Le Savoir-vivre libertin, Hachette littératures, Paris, 2000, p. 165 sq.

68 Volume ii des manuscrits Lédan, p. 4-7.

69 Collocou familier etre un den curius hac un den expert, var an abusou commun da bep stadou a veler a rer etoues a bep seurt tud e Breis-Isel, hac e leac’h all. Dediet d’ar Vretonnet, gant ur mignon dezo, hep intantion da choqi den e particulier/Colloques familiers entre un homme curieux et un homme expert, sur les abus communs à chaque état que l’on voit et que l’on fait parmi toutes sortes de personnes en Basse-Bretagne, et ailleurs. Dédiés aux Bretons par un de leurs amis, sans intention de choquer personne en particulier, e Landerne, moullet e ti J. Desmoulins, s. d.

70 Cette chanson, ainsi qu’une deuxième du même auteur, sont publiées par Savina, Jean, « La Tour d’Auvergne amateur de chansons bretonnes », Bulletin de la Société Archéologique du Finistère, tome lxii, 1935, p. 59-62. Elle ressemble à une chanson qui se trouve dans le volume I des manuscrits Lédan (Canaouen da ober an Dans tro, p. 5-7).

71 Voir l’épître et l’épilogue, mais aussi la chanson et l’épigramme 21.

72 Songe, p. 156.

73 Songe, p. 149.

74 Manuscrit de la bibliothèque du Musée du Léon, à Lesneven. On trouve une version quelque peu différente dans les manuscrits Lédan, sous le titre « Chanson ar chasseer/La chanson du chasseur » (volume II, p. 1-3). De même, dans le fonds Bernard, il y a une copie de cette chanson, sous le titre, « Chanson ar glujury/La chanson des perdrix », attribuée à Paul-Étienne (et non Jean-Michel) Testard.

75 Voir l’épître et l’épilogue, mais aussi la chanson et l’épigramme 21. Cet alphabet figure dans le dictionnaire de Grégoire de Rostrenen.

76 Voir l’opéra-comique et le songe, mais aussi les épigrammes 12 et 14.

77 Voir le conte « Le cocu ».

78 Voir l’épigramme 1.

79 Dans le conte « La vie des femmes mariées », p. 127.

80 Voir l’épigramme 4.

81 Voir le sonnet 2 et l’épilogue.

82 Thérèse philosophe ou mémoires pour servir à l’histoire du P. Dirrag, et de MlleEradice [1748], dans Romanciers libertins du xviiie siècle, édition établie sous la direction de Wald Lasowski, Patrick, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 2000. Sur le « libertinage au féminin », voir Delon, Michel, Le savoir-vivre libertin, op. cit., p. 281 sq.

83 Romanciers libertins…, op. cit., p. 1049.

84 Crébillon, Claude de, Le sylphe ou songe de Mmede R*** écrit par elle-même à Mmede S*** [1730].

85 Ces œuvres figurent dans Romanciers libertins…, op. cit.

86 Voir le texte de ces chansons en annexe de ma publication du Farvel göapaër.

87 Un coin de la Bretagne pendant la Révolution. Correspondance de MmeAudouyn de Pompery…, op. cit.

88 Meyer, Jean, La Noblesse bretonne au xviiie siècle, Paris, Éditions de l’École des hautes études en Sciences Sociales, 2e éd., 1985, tome 2, p. 1155 et p. 1183.

89 Exode, 3 1-6.

90 « At ille: Ne appropries, inquit, huc; solve calceamentum de pedibus tuis; locus enim, in quo stas, terra sancta est. Ne t’approche pas de ce buisson, dit le Seigneur. Enlève tes sandales, car tu te trouves dans un endroit consacré » (Exode, 3 5).

91 Le Laé, Claude-Marie, La Vie et les œuvres comiques, édition critique d’après les manuscrits autographes inédits par Gaston Esnault, Paris, Champion, 1921 ; « Ar c’hi/Le chien » (1772) est publié par Gaston Esnault dans les Annales de Bretagne, n° 4, décembre 1968, t. lxxv, p. 703-788.

92 Luzel, F.-M., « Sermon evit gouel ann hol-zent/Sermon pour la fête de la Toussaint », Annales de Bretagne, t. ix, n° 1, novembre 1893, p. 120-136. Luzel, qui l’a publié, avec une traduction littérale, sans beaucoup de précision (« …il m’a été donné […] par un de mes amis, qui se l’était procuré à Landerneau, mais en ignorait également l’auteur ») se demande si Le Laé n’en serait pas l’auteur – ce que Gaston Esnault se refuse à croire (Voir Le Laé, Claude-Marie, La Vie et les œuvres comiques, op. cit., p. 25-26).

93 Chartier Roger, Les Origines culturelles de la Révolution, Paris, Seuil, 1990, p. 103 sq. ; Darnton, Robert, Édition et sédition. L’univers de la littérature clandestine au xviiie siècle, Paris, Éditions Gallimard, nrf essais, 1991, p. 177.

94 Bouthillon, Fabrice, La Naissance de la Mardité. Une théologie politique à l’âge totalitaire: Pie xi (1922-1939), Strasbourg, PUS, 2001, p. 303.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ronan Calvez, « Du breton mondain », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 115-3 | 2008, 135-153.

Référence électronique

Ronan Calvez, « Du breton mondain », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 115-3 | 2008, mis en ligne le 30 septembre 2010, consulté le 25 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/abpo/277 ; DOI : 10.4000/abpo.277

Haut de page

Auteur

Ronan Calvez

Professeur de celtique, Centre de recherche bretonne et celtique, université de Bretagne occidentale – Brest

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page