Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Le Parfait Négociant

Pierrick Pourchasse
p. 176-178
Référence(s) :

Savary, Jacques, Le Parfait Négociant, Richard, Édouard (éd.), Genève, Droz, 2011, 2 vol., 2422 p.

Texte intégral

1Les ouvrages traitant des affaires de commerce constituent un genre littéraire dont l’apogée se situe aux xviie et xviiie siècle. Dans un souci d’universalité, propre à la période, les auteurs ont l’ambition de décrire le fonctionnement des échanges de manière à la fois exhaustive et synthétique. Le parfait négociant est l’œuvre de Jacques Savary (1622-1690), marchand-mercier parisien d’origine angevine qui, en 1656, après avoir fait fortune, abandonne son établissement pour acquérir une charge dans les domaines du roi grâce à l’appui de Fouquet. Après la disgrâce de son protecteur, il s’éloigne des affaires publiques mais il est rappelé par Colbert en 1670 et devient membre du conseil des réformes pour le commerce qui prépare l’ordonnance de 1673. Les mémoires qu’il a rédigées lors de ce travail le conduisent à publier Le parfait négociant dont la première édition date de 1675. L’ouvrage est un succès, assuré par de nombreuses rééditions (la dernière datant de 1800) et des traductions en anglais, néerlandais, allemand et italien lui donnent une grande notoriété.

2L’œuvre de Savary est aujourd’hui rééditée par les éditions Droz de Genève en deux volumes. L’écriture de l’ouvrage a été corrigée et le texte modernisé par Édouard Richard avec la collaboration de Thierry Hamon, tous les deux enseignants en Histoire du droit à l’Université de Rennes 1. Un commentaire introductif suivi d’une bibliographie de 177 pages, est déjà en lui-même un ouvrage à part entière sur le travail de Savary. Édouard Richard y présente d’une plume alerte « quelques éléments pour cerner Le parfait négociant ». La lecture de ces commentaires sur le poids des mentalités, les vertus et les qualités du négociant, le fonctionnement des sociétés, l’utilisation de la lettre de change ou les affaires de faillites est passionnante. Les pages sur la lettre de change, sujet qui peut rebuter la plupart des lecteurs, sont d’une grande limpidité et sont à recommander à toute personne désireuse de comprendre les mécanismes des règlements commerciaux à l’époque moderne. Thierry Hamon complète cette introduction par un chapitre traitant de la dimension corporative chez Savary en illustrant son propos par de nombreux exemples bretons. Là aussi, les explications sur les cadres juridiques, l’apprentissage où les instructions pour accéder à la maîtrise sont remarquables de par leur clarté et leur intérêt.

3La réédition du Parfait Négociant comprend deux parties. D’une part le texte proprement dit représentant près de 1 200 pages, rassemblant la première édition de l’ouvrage augmentée de trois additions successives. Le second tome est complété par un recueil de jurisprudence, les « parères », que Jacques Savary ajoute au Parfait négociant en 1688, deux ans avant sa mort. Le but de Jacques Savary est de donner des conseils à toute personne voulant entrer dans le commerce, « profession où l’esprit et le bon sens soient plus nécessaires ». Le principal problème des négociants français est le manque d’instruction et, pour ceci, les jeunes commerçants doivent suivre une éducation dont Savary esquisse un programme pratique. Le propos de l’auteur a également pour but de convaincre la noblesse française de se tourner vers les affaires comme dans les villes italiennes ou en Angleterre. Cependant, pour réussir, il est nécessaire d’avoir de multiples qualités comme l’amabilité, le respect mais aussi la fermeté. Ainsi un boutiquier reconduisant un client n’ayant rien acheté doit présenter un « visage doux et riant ». La morale est chose essentielle et les négociants doivent être « des gens de piété », Dieu apportant son aide et « le succès ne peut être heureux quand la fin n’est pas juste ».

4Savary s’intéresse tout particulièrement au commerce de gros où « il n’y a rien que d’honnête et de noble ». L’on peut y faire fortune mais le malheur pour le commerce français vient de ce que nombre de négociants fortunés entrent dans la robe et que leurs capitaux ne servent plus à faire fructifier l’économie de l’échange. Pour éviter cette stérilisation du commerce, l’auteur propose le développement des sociétés en commandite où des commanditaires peuvent investir leur fortune sans déroger à leur noblesse. Le commerce de gros pourrait ainsi s’accroître car il nécessite des associations marchandes pour diminuer les risques et un capital considérable qu’il est difficile de collecter en France. Pour ses affaires sur le territoire national, le marchand en gros utilise des commissionnaires, personnages dont les fonctions sont multiples puisqu’ils doivent s’occuper du transport et de l’entreposage des marchandises, du courtage, des règlements… Le choix d’un commissionnaire compétent et honnête est un élément essentiel à la bonne marche des activités marchandes. Pour le commerce avec l’étranger qui requiert beaucoup de prudence et où il y a « beaucoup à gagner » mais aussi « beaucoup à perdre », il est nécessaire de se spécialiser à la fois géographiquement et commercialement. Comme les besoins en capitaux sont considérables, les négociants sont dans l’obligation de constituer des sociétés et réunir le maximum d’informations sur les marchandises, les droits d’entrée et de sortie, les routes commerciales, les poids et les mesures, les taux de change, les règlements… dans le but de diminuer l’incertitude. Pour les mêmes raisons il faut éviter l’utilisation des commissionnaires qui, en raison de l’éloignement, sont difficilement contrôlables. Il est préférable de prendre des associés résidant hors de France et intéressés dans la bonne marche de ses affaires.

5Savary fait ensuite la recension des principaux marchés ouverts au commerce français en donnant des conseils pratiques aux négociants qui s’y intéresseraient. Les renseignements sont très détaillés et très précis (liste des produits d’importation et d’exportation, mesures…). Les marchés les plus importants sont ceux d’Angleterre et de Hollande. Fidèle à la politique française de l’époque menée par Colbert, Savary méprise les rouliers des mers hollandais tout en reconnaissant leur dynamisme et leur supériorité dans les échanges internationaux.

6Plusieurs chapitres portent sur l’organisation des sociétés et du problème du change. Ce dernier point est complexe puisque le change regroupe les frais de commission bancaire et les différences monétaires entre les places commerciales. Les historiens travaillant sur les correspondances négociantes savent que ces questions de change sont essentielles mais parfois bien difficile à comprendre. La lecture de Savary leur apportera des éléments explicatifs d’un grand intérêt. En cette fin du XVIIe siècle, si la place de Lyon joue un rôle dans les transactions financières avec les pays riverains de la Méditerranée, Amsterdam et Hambourg monopolisent l’activité bancaire en Europe du Nord. Savary conseille d’utiliser la ville hanséatique car la place Amsterdam est très liée au négoce hollandais qui cherche à nuire aux intérêts des marchands français. Outre ces questions, l’ouvrage traite tous les thèmes intéressant les professions mercantiles que ce soit la lettre de change, les compagnies privilégiées, les faillites, les courtiers, la comptabilité, les juridictions consulaires, le droit du travail…

7L’ouvrage de Savary est plus qu’un pur manuel à destination des négociants, il décrit avec pittoresque la vie marchande de son temps et comme l’écrit avec justesse Henri Hauser, il y a dans ce texte « une poésie de la comptabilité, de l’épicerie, du commerce des étoffes. » La lecture du Parfait négociant est à recommander à toute personne s’intéressant au droit des affaires, à l’histoire du commerce mais aussi à l’histoire sociale. Sa présence est absolument obligatoire dans les rayons de toute bibliothèque de recherche digne de ce nom.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierrick Pourchasse, « Le Parfait Négociant », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 121-2 | 2014, 176-178.

Référence électronique

Pierrick Pourchasse, « Le Parfait Négociant », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [En ligne], 121-2 | 2014, mis en ligne le 30 juin 2014, consulté le 25 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/abpo/2800

Haut de page

Auteur

Pierrick Pourchasse

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page